Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

06 mars 2021 à 05:34:24
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Encore plus loin dans l'écriture ! » Textes non francophones » Traductions » The Wandering Inn de Piratebea (Anglais => Français)

Auteur Sujet: The Wandering Inn de Piratebea (Anglais => Français)  (Lu 30111 fois)

Hors ligne EllieVia

  • Tabellion
  • Messages: 54
Re : The Wandering Inn de Piratebea (Anglais => Français)
« Réponse #150 le: 11 février 2021 à 01:27:59 »

 
2.39 - Première Partie
 Traduit par EllieVia

Elle dormit pendant le chemin du retour. Erin se rendit compte que sa rencontre avec Magnolia l’avait épuisée, et bien que le crépuscule se soit à peine installé, elle dormit comme un bébé.
 
Elle se réveilla lorsque Reynold fit ralentir le carrosse devant son auberge. Erin cligna des yeux, regarda autour d’elle d’un air paniqué, et comprit qu’elle était rentrée à la maison.
 
La maison. C’était étrange d’y penser de cette manière, et encore plus étrange que la vue de la silhouette squelettique de Toren dressée devant son auberge la rassure, mais c’était ainsi.
 
Erin était de retour à la maison.
 
Il fallut quelques minutes à Erin pour s’extirper de la calèche. Non pas parce qu’elle était si lente que ça ; Reynold insista pour l’aider à empaqueter l’énorme repas que Lady Magnolia avait envoyé avec elle. Il y avait beaucoup trop pour qu’Erin soit en mesure de tout manger, mais elle pensait que Lyonette apprécierait sans doute la riche nourriture.
 
“Merci mille fois de m’avoir ramenée ici, Reynold.”
 
“Tout le plaisir était pour moi, Miss Solstice.”
 
“Erin. Hum, est-ce que tu veux rentrer manger quelque chose ? Ou je peux te préparer un lit. Il se fait tard.”
 
Le [Majordome] sourit.
 
“J’ai bien peur de ne pouvoir accepter. Je vais bientôt retourner aux côtés de Lady Magnolia, mais je vous remercie pour votre offre.”
 
“Oh, ce n’est ri… si jamais tu as un peu de temps, passe donc et je t’offrirai un repas, d’accord ?”
 
“J’en serais ravi.”
 
Erin regarda l’homme remonter dans la calèche et les chevaux se mettre à galoper. Elle se tourna et vit Toren descendre la colline. Ils se dévisagèrent.
 
“Salut.”
 
Il hocha la tête. Erin le dévisagea encore quelques secondes.
 
“Est-ce que Lyonette est ici ?”
 
Il acquiesça, et pointa l’auberge du doigt. Les portes s’ouvrirent à la volée à point nommé et Erin entendit une voix stridente.
 
“Est-ce qu’il vient de partir ? Reviens ! J’insiste… !”
 
La fille se mit à dévaler la pente à toute vitesse puis s’arrêta en faisant des grands gestes et en criant en direction du carrosse. Elle se tourna vers Erin, furieuse.
 
“Comment ose-t-il ? Quel toupet… est-ce que tu as informé Magnolia Reinhart de ma détresse ? Quand enverra-t-elle quelqu’un me chercher ? Tu peux me faire passer directement toute lettre qu’elle aurait pu m’adresser.”
 
Elle regarda Erin, dans l’expectative. Erin cilla.
 
“Hum. Elle sait que tu es ici.”
 
Et ?
 
“Et c’est tout. Je ne crois pas qu’elle va envoyer qui que ce soit d’autre. Hey, Toren, aide-moi à porter toute cette nourriture à l’auberge. Tu peux prendre ce panier. Et ce baluchon. et je vais prendre ça… c’est plein de bonnes choses, là-dedans, donc ne le lâche pas.”
 
Erin monta d’un pas décidé vers son auberge et entra, sans écouter le monologue outragé de Lyonette. L’aristocrate se calma légèrement en voyant le festin qu’Erin avait rapporté.
 
“Humpf. Au moins, elle a eu la décence de m’envoyer un repas digne de ce nom en guise de récompense. Je vais faire ce que je peux en attendant sa réponse.”
 
Erin songeait que Lyonette risquait d’attendre longtemps, mais elle garda sagement cette pensée pour elle.
 
“Si tu mets la table, on va pouvoir manger, Lyonette.”
 
La fille dévisagea Erin. Erin soutint son regard. L’arrogance irritée de Lyonette n’était rien par rapport aux regards noirs de Ressa et à la simple présence de Lady Magnolia. Quelques secondes plus tard, la fille déguerpit dans la cuisine.
 
Elle était juste en train de finir de mettre la table - mal - et Toren venait de sortir avec un pichet de lait froid lorsque la porte s’ouvrit à la volée.
 
“Saletés d’Humains !”, beugla Relc en entrant. Lyonette hurla, lâcha les fourchettes et se précipita dans les escaliers. Erin éclata de rire.
 
“Relc ! Et Klbkch ! Et Selys ?”
 
La [Réceptionniste] passa par la porte que lui tenait Klbkch et sourit à Erin.
 
“Salut Erin. J’espère que je ne te dérange pas, mais j’ai vu la calèche arriver et comme tout le monde venait ici...”
 
Klbkch referma la porte et salua Erin d’un hochement de tête.
 
“J’espère que nous ne te dérangeons pas aujourd’hui, Miss Solstice ?”
 
“Non, c’est super, entrez donc !”
 
Erin accueillit joyeusement ses trois convives dans son auberge. Elle détestait être seule, ou plutôt enfermée, que ce soit avec Lyon ou Toren. Relc gloussa avec délices en voyant l’étalage de nourriture que Toren avait posé sur l’une des tables.
 
“D’où est-ce que ça vient, tout ça ?”
 
“Oh, ça ? C’est, euh… un cadeau. Je ne vais pas pouvoir manger tout ça avec Lyon, donc servez-vous donc ! Lyonette… apporte-nous d’autres assiettes ! Et des fourchettes. Et des cuillères, et des couteaux. Et des verres !”
 
La fille leva les yeux d’un air dégoûté, mais Toren la fit retourner à la cuisine. Relc regarda fixement la fille s’éloigner et se gratta la tête, l’air décontenancé, mais Klbkch s’adressa à Erin tandis que Selys inspectait joyeusement les plats.
 
“Je regrette que Pion n’ait pas pu venir te voir. Il est très occupé dans la Colonie.”
 
“Et je n’ai pas pu trouver Olesm. Je crois qu’il a du boulot à la Guilde des Coursiers. Je l’ai vu y ramener un énorme tas de parchemin tout à l’heure.”
 
Selys contempla les plats qu’Erin avait disposés sur la table. Magnolia avait beau avoir un caractère particulier, elle était généreuse en termes de nourriture. Comme Erin s’était endormie avant d’avoir pu y toucher, elle avait ramené deux faisans rôtis, plus de dix tranches de viande, des fromages, deux bouteilles de vin, des fruits à peine trop mûrs, du pain, une espèce de sauce épicée, une sauce sucrée, des olives, et même un crabe…
 
“C’est vraiment cette Reinhart qui t’a offert tout ça ? Tu lui as tant plu que ça, Erin ?”
 
“Je crois qu’elle a simplement été… généreuse. Elle est très riche, je crois.”
 
“Wow. Tu sais, je savais qu’elle était quelqu’un depuis que Ceria m’avait parlé de sa messagère, mais je ne savais pas qu’elle était aussi importante.”
 
“Tu n’en avais jamais entendu parler ?”
 
Erin était curieuse. Selys se gratta la joue d’un air embarrassé et sa queue tressailla.
 
“Eh bien, c’est juste que… c’est une Humaine, tu vois ? J’imagine que je ne me suis jamais vraiment intéressée aux Humains célèbres. J’ai déjà dû entendre son nom une ou deux fois… elle a peut-être joué un rôle, historiquement parlant ? Elle a quel âge ? Bref, je dois connaitre quelques aventuriers et quelques compagnies célèbres, mais pas plus.”
 
“Donc personne ne connaît Lady Magnolia Reinhart ?”
 
“Reinhart ? C’est elle qui a envoyé la calèche ?”
 
Relc leva le nez de sa nourriture au même moment où Lyonette et Toren ressortaient de la cuisine. Klbkch dévisagea lui aussi Erin.
 
“Ouaip. Elle voulait discuter. Tu la connais, alors, Relc ?”
 
Il haussa les épaules.
 
“La Fleur Mortelle ? Ouaip, j’en ai entendu parler.”
 
“Oh ! Pendant les Guerres Antiniumes ! C’est elle ?”, s’exclama Selys. “Mais c’est une héroïne ! Et elle a aidé deux fois à battre les Antiniums. Je ne savais pas qu’elle s’appelait comme ça !”
 
Elle jeta un regard à Klbkch et se figea.
 
“Enfin…”
 
Klbkch hocha la tête en consommant délicatement une tranche de bœuf.
 
“Je n’ai jamais rencontré personnellement Magnolia Reinhart, mais je suis parfaitement au fait de ses accomplissements. Je suis curieux de savoir la raison pour laquelle elle voulait s’entretenir avec toi, Erin,”
 
Il se tourna vers Erin, et elle comprit qu’il connaissait probablement cette raison. Relc se gratta les épines et haussa les épaules.
 
“On s’en fiche, non ? Je veux dire, tu peux nous raconter, mais de la bouffe gratuite, c’est de la bouffe gratuite, pas vrai ? Est-ce que je peux prendre tout ça ?”
 
“Bien sûr.”
 
“Super !”
 
Relc se mit à entasser le plus de nourriture possible sur son assiette, au grand dam de Lyonette. Le Drakéide ignora joyeusement les dagues qu’elle lui lançait dans ses regards. Lyonette essaya de remplir le plus possible sa propre assiette tout en restant le plus loin possible des non-Humains. C’était relativement impossible, mais elle préféra graviter autour de Selys que de Klbkch ou Relc, gardant un maximum de distance possible entre l’Antinium et elle.
 
“C’est vraiment super bon !”
 
Selys posa son assiette à la table d’Erin en lui souriant. Relc hésita, mais Klbkch lui tapota l’épaule et ils allèrent s’asseoir à une table un peu plus loin. Erin avait remarqué que Selys ne leur avait pas proposé de les rejoindre, et qu’elle lui avait donné un coup de pied lorsqu’elle avait ouvert la bouche pour les inviter à leur table.
 
“Pourquoi est-ce que tu ne veux pas manger avec Relc ?”, murmura-t-elle à Selys lorsqu’elle fut certaine que le Drakéide était occupé à inspecter les tonnelets qu’elle avait posés sur le comptoir au fond. Selys grimaça.
 
“Il flirtait avec moi en chemin, Erin. Je ne veux vraiment pas qu’il se fasse des idées juste après.”
 
“Oh.”
 
Erin avait discuté les différents aspects des relations plus… intimes… de chaque espèce avec Selys auparavant, mais elle ne lui avait jamais vraiment posé de questions sur ses histoires de cœur. Mais d’après l’expression de Selys, Relc n’était pas vraiment son genre.
 
“Tu ne l’aimes pas ? Moi je l’aime bien.”
 
“En tant qu’ami si, sans doute. Je veux dire, je ne le connais pas aussi bien que toi. Mais je ne vais pas sortir avec lui, Erin !”
 
“Pourquoi ? Je veux dire, il n’est pas pire que ça, si ?”
 
Selys se tourna en direction du Drakéide qui se versait joyeusement une chope de bière et grimaça.
 
“Eh bien, non, mais… il est vraiment musculeux, et arrogant, et égoïste, aussi. Je sais que c’est un Garde Vétéran vraiment haut gradé et de très haut niveau, mais je détesterais être la Drakéide qui devrait le supporter dans une relation. Dans tous les cas, j’aime les mecs qui sont un peu plus… beaux, tu vois ce que je veux dire ?”
 
Erin contempla Relc en fronçant les sourcils.
 
“Vraiment ? Il ne m’a pas l’air mal, à moi.”
 
“C’est parce que tu es Humaine.”
 
Selys soupira. Elle fouetta le sol de sa queue.
 
“Écoute, il n’y a pas que ça. Il est plus vieux que moi, tu sais ? Je veux dire, j’ai presque le même âge que sa f…”
 
Elle s’interrompit en voyant Relc approcher. Il tenait une chope en agitant la queue.
 
“C’est de l’alcool, pas vrai ? Tu sers enfin de l’alcool ?”
 
Il en avait presque les larmes aux yeux. Erin hocha la tête et sourit.
 
“J’en ai acheté un peu… j’ai même fait une espèce de boisson spéciale super bizarre, mais c’est, euh, encore en phase de test. Elle fait des trucs bizarres aux gens qui la boivent.”
 
“Vraiment ? Je veux bien essayer, tant que je ne vomis pas après.”
 
Selys avait l’air intriguée. Relc hocha la tête.
 
“Moi, je veux bien goûter, même si je vomis après. De l’alcool !”
 
Il retourna s’asseoir à sa table. Erin se retourna vers Selys.
 
“Bref, c’était top de rencontrer Magnolia. Elle m’a raconté tellement de choses…”
 
“Alors raconte-moi tout !”
 
Erin prit une grande inspiration, puis jeta un œil en direction de la porte. Une seconde plus tard, Halrac l’ouvrit. L’[Éclaireur] grogna en voyant la nourriture étalée sur la table avant d’apercevoir Erin.
 
“C’est ouvert ?”
 
Relc se tourna et se figea, mais Klbkch paraissait être à l’aise. Selys s’était figée sur place, mais le sourire d’Erin ne fit que s’agrandir.
 
“Entre donc, Halrac ! Prends une assiette et sers-toi… on fait un buffet ce soir !”
 
L’homme contempla l’étalage sans faire de commentaire. Il avait l’air perturbé, possiblement parce que la nourriture lui paraissait trop raffinée pour l’auberge, mais il remplit son assiette et alla s’asseoir loin des autres convives.
 
Erin se promit d’aller lui parler plus tard, après le repas. Il était tellement silencieux, sauf lorsqu’il la harcelait pour avoir un peu plus de sa boisson de fleurs de fées. Mais elle était sûre de pouvoir le dérider si elle lui parlait suffisamment .Elle se tourna et vit Selys en train de la regarder, bouche-bée.
 
“Quoi ? J’ai de la salade entre les dents ?”
 
“Erin ! C’est Halrac ! Halrac, du genre Halrac de la Chasse aux Griffons ! L’[Éclaireur] classé Or !”
 
“Hum. Ouaip ?”
 
Erin le savait. Elle ne savait plus si c’était Halrac qui le lui avait dit ou si elle en avait entendu parler ailleurs, mais Selys avait l’air époustouflée par la nouvelle.
 
“Qu’est-ce qu’il fait ici ? Je croyais qu’il dormait à l’auberge de Peslas !”
 
“Vraiment ? Eh bien, il vient ici tous les soirs. Je crois qu’il préfère mon auberge.”
 
Erin en était plutôt fière, mais Selys secoua la tête.
 
“Mais il est célèbre, Erin ! Comment est-ce que tu as pu le rencontrer ? Je veux dire, il n’est peut-être pas aussi connu que Magnolia Reinhart…”
 
“Que tu ne connaissais pas.”
 
“... la ferme. Je connais les aventuriers parce que c’est mon boulot, d’accord ? Halrac est un vétéran. Il a tué des Griffons tout seul et c’est probablement l’aventurier le plus susceptible de devenir Légendaire de Liscor en ce moment.”
 
“Eh bien, c’est un bon client. Silencieux. Qui ne jette pas des trucs. Et il laisse de bons pourboires.”
 
“Il est riche.”
 
“Vraiment ? Eh bien, je crois qu’il n’arrête pas de revenir à cause de cette boisson que je lui ai faite. Tu sais, les fleurs dont je t’avais parlé ? Il y a quelques jours, j’ai…”
 
Erin s’interrompit de nouveau. Selys la dévisagea.
 
“D’autres invités ? Comment tu le sais ?”
 
“Je ne sais pas. Je le… sens, c’est tout.”
 
Et sans surprise, quelques secondes après qu’Erin se soit retournée, la porte s’ouvrit.
 
“Loks !”
 
Erin se leva à demi de sa chaise, souriant à la petite Gobeline qui venait d’entrer en enlevant sa capuche. Mais la jeune femme hésita en voyant que Loks avait de la compagnie.
 
Elle était avec un ami. Ou un sous-fifre ? Erin ne voyait pas d’autre relation possible entre elle et le deuxième Gobelin qui venait de passer la porte. Il était encapuchonné, lui aussi, et Erin n’eut qu’un bref aperçu de sa peau verte lorsqu’il ramena la capuche sur son visage et regarda autour de lui. Mais ce n’est pas ceci qui la fit hésiter.
 
“Un Hob !”
 
Relc bondit de sa chaise et se précipita sur sa lance. Klbkch intercepta son bras, mais Lyonette hurla et Selys s’étouffa à moitié sur sa fourchette. Erin dévisagea le grand Gobelin.
 
Il ne ressemblait pas du tout à la Cheftaine Gobeline. Qu’avait dit Relc ? Un Hob ? Du genre, Hobgobelin ? Mais il avait l’air si… si… Humain.
 
Ou plutôt, humanoïde. Il était à peu près aussi Humain qu’un Drakéide et Erin devina les crocs derrière le sourire qu’il lui adressa.
 
Le Hobgobelin la mettait mal à l’aise. Mais Erin remarqua que Loks la dévisageait avec intensité. Dans l’expectative. Et Erin comprit que Loks attendait de voir ce qu’elle allait faire.
 
Et pourtant, Erin avait la certitude que ce mystérieux Hobgobelin n’était pas comme Loks. Il était dangereux, et tous dans la pièce le sentirent. Surtout les guerriers.
 
De l’autre côté de la pièce, Relc et Klbkch dévisageaient le Hobgobelin en silence. L’atmosphère autour de Relc était glaciale et l’une de ses mains était serrée. Halrac s’était figé dès que le deuxième Gobelin était entré, et l’une de ses mains était posée sur sa ceinture. Même Toren regardait fixement le nouveau Gobelin.
 
L’atmosphère était tendue. Erin sentit son [Instinct de Survie] tinter au fond de son crâne, mais elle l’ignora et se força à sourire. Qu’avait dit Lady Magnolia au sujet des Gobelins ? Non… elle avait parlé d’Erin. Une fille qui traitait les Gobelins comme des gens. Parce que les Gobelins étaient des gens. Souviens-t ’en.
 
“Loks, entre donc ! J’ai plein de choses à manger, et tu es toujours la bienvenue. Toi et n’importe quel Gobelin. Et je vois que tu as un ami. C’est super. Eh bien, c’est un invité et il ne va pas se faire attaquer, d’accord ?”
 
Erin ne se tourna pas vers les autres convives, mais elle haussa la voix et sentit l’atmosphère changer. Klbkch hocha silencieusement la tête, et Halrac se détendit lentement sur son siège et retourna à sa boisson. Seul Relc resta debout, le regard noir, jusqu’à ce que Klbkch lui tapote doucement l’épaule et le pousse à se rasseoir.
 
Erin s’approcha précautionneusement des deux Gobelins. Loks avait l’air… changée. Il lui semblait qu’il y avait des lustres qu’elle n’était pas venue à l’auberge, et son attitude avait changé.
 
Elle avait l’air plus grande. Physiquement - elle avait l’air d’avoir pris quelques centimètres, mais c’était aussi la manière dont elle se tenait. Elle leva les yeux sur Erin sans une once de crainte, mais de la curiosité et quelque chose d’autre brillaient dans ses yeux vermillon.
 
“J’ai à manger. Hum, et on pourra faire une partie d’échecs plus tard. Où est ta tribu ?”
 
Elles échangèrent un regard. Erin se tourna vers l’autre Gobelin. Il lui sourit de toutes ses dents aiguisées.
 
“Tu me présentes ton ami ?”
 
Le Hobgobelin ouvrit la bouche et Loks lui donna un coup de pied. Il baissa les yeux sur elle en fronçant les sourcils et elle le fusilla du regard. Erin se gratta la tête.
 
“Tout va bien ?”
 
Loks haussa les épaules. Elle s’approcha de la table du buffet et prit une assiette. Le grand Gobelin la suivit. Erin les regarda commencer à empiler de la nourriture dans leurs assiettes en marmottant dans leur langue incompréhensible, puis elle retourna voir Selys.
 
“Erin. Qui est l’autre Gobelin ?”
 
“Je ne sais pas.”
 
“D’accord, qu’est-ce qu’il fait ici ?”
 
“Il a… faim ?”
 
Erin écarta les mains et Selys lui donna un coup de pied.
 
“Aïe ! Je ne sais pas ! Quel est le problème ?”
 
Selys baissa la voix et lui siffla :
 
“Le problème, c’est que c’est un Hobgobelin ! Ils ne sont pas comme les Gobelins normaux. Ils sont dangereux ! L’aventurier Argent lambda ne fait pas le poids contre eux !”
 
“Eh bien… il est avec Loks ! Ce qui veut dire qu’il est peut-être sympa !”
 
“Ce n’est pas le seul problème, Erin. Après ce groupe de raid Gobelin… ça sent mauvais.”
 
“C’est mon auberge. Quel est le problème ?”
 
Selys hocha la tête.
 
“Lui.”
 
Erin se tourna et vit Relc. Ce n’était pas qu’elle avait oublié la dernière rencontre entre Relc et Loks, mais elle voyait à présent l’expression meurtrière de Relc. Selys affichait un air sinistre.
 
“Il ne va pas se tenir tranquille, Erin. Il va déclencher une bagarre.”
 
“Il ne va pas faire ça.”
 
Selys lui adressa le regard le plus fixe qu’Erin ait jamais vu. Si la Drakéide avait eu des sourcils, elle les aurait levés tous les deux. Erin hésita.
 
“Pas vrai ?”
 
Loks et son mystérieux ami choisirent une table à l’autre bout de l’auberge, loin de Relc et du reste des invités. Erin en fut soulagée, et elle espéra réussir à maintenir la paix le temps de la soirée. Après tout, les Gobelins ne faisaient rien de particulier, et Relc n’était pas si fou que ça, si ?
 
Son optimisme dura dix minutes. Puis Relc retourna chercher à manger. En chemin, il s’arrêta devant la table et renifla l’air d’un air théâtral.
 
“Il y a un truc qui pue ici ou c’est moi ?”
 
Le cœur d’Erin se serra dans sa poitrine. Elle vit Relc se tourner vers les Gobelins, et son rythme cardiaque accéléra. Relc ouvrit la bouche et Erin prit la parole.
 
“Arrête, Relc.”
 
Il se tourna pour la dévisager. Les yeux de Relc étaient fumants, et il avait l’air encore plus grand qu’à l’accoutumée. Le cœur d’Erin tambourinait dans sa poitrine. Elle ne voulait pas être ici. Elle ne voulait pas que cela arrive. Mais elle devait le dire.
 
“Ils ne font rien de mal. Laisse-les tranquilles.”
 
“Moi ? Je n’ai pas dit que c’étaient les Gobelins qui puaient…”
 
“Relc.”, lâcha Klbkch depuis sa table. Sa voix était basse, mais les épaules de Relc s’affaissèrent. Le Drakéide ne fit pas d’autre commentaire mais retourna à sa table d’un pas lourd.
 
Les deux Gobelins avaient levé les yeux lorsque Relc avait pris la parole, mais ils étaient retournés à leur repas comme si rien ne s’était passé. Le plus grand regardait tour à tour Erin et Relc avec intérêt, mais aucun des deux n’avait l’air peiné.
 
Si cela s’était arrêté là, Erin aurait considéré qu’elle avait eu de la chance. Mais à peine Relc eut-il posé son assiette qu’il leva sa chope dans les airs.
 
“Hey, Klb, portons un toast à nos amis. Tu sais, ceux qui sont morts en défendant ce village des monstres, tu te souviens ?”
 
Il leva sa chope et s’adressa à la salle d’une voix de stentor.
 
“À Byssa, Invrss, et Olivis, qui sont morts pour nous protéger de la véritable menace. Ces bâtards de Gobelins.”
 
L’auberge resta silencieuse pendant que Relc engloutissait sa chope. Il la jeta avec nonchalance sur sa table et regarda fixement Loks. Elle soutint son regard.
 
“Arrête ça.”
 
Erin s’était levée. Ses genoux tremblaient, mais elle se força à rester debout. Elle s’avança vers Relc et le regarda droit dans les yeux.
 
“Pourquoi est-ce que tu fais ça ?”
 
Relc croisa son regard et Erin eut un choc. Il y avait quelque chose de sombre dans les yeux du grand Drakéide.
 
“Parce que je ne peux pas supporter que tu les laisses entrer ici. Parce que tu les laisses manger alors que mes amis pourrissent sous terre.”
 
“Ce ne sont pas les Gobelins qui ont tué tes amis. Loks est ge…”
 
“Ça n’a aucune importance. Ce sont tous les mêmes !”
 
Relc ramassa sa chope et la jeta par-dessus Erin. Elle tressailla et Selys hurla lorsqu’elle se brisa.
 
De l’autre côté de la pièce, Toren se mit en mouvement. Il était resté immobile jusque-là, mais il saisit son épée et ses yeux violets s’enflammèrent.
 
“Toren ! Reste tranquille !”
 
Il se figea sur place. Relc jeta un regard méprisant au squelette.
 
“Excellente décision. Ton petit monstre de compagnie ne m’arrêtera pas. Et toi non plus.”
 
Il avança vers Erin.
 
“Drakéide.”
 
Halrac se leva à moitié de sa table. Relc le pointa du doigt.
 
“Te mêle pas de ça, Humain.”
 
Il se retourna vers Erin et Halrac hésita. Il était armé, mais Erin ne voulait pas déclencher de bagarrer. Elle le regarda en secouant la tête et Relc dévisagea les deux Gobelins.
 
“J’ai vu ces choses tuer un nombre incalculable de gens bien. Ce sont des assassins sans cœur qui ne méritent pas qu’on leur accorde ce genre de chance.”
 
“Tu as tort.”
 
Quoi ?”
 
Erin croisa les bras. Elle avait l’impression d’être un tout petit insecte face à Relc. Sa rage avait l’air d’émaner de lui comme de la chaleur. Il se pencha au-dessus d’Erin, mais elle refusa de reculer.
 
Elle revit les petits corps, se remémora les têtes décapitées des Gobelins morts entre ses mains. Elle vit l’enfant lever des yeux pleins de haine sur elle. Plus jamais.
 
“Tu ne leur feras aucun mal. Ni ici, ni ailleurs. Tu comprends ? Ils sont sous ma protection. Si tu leur fais du mal, tu deviendras mon ennemi.”
 
La poitrine d’Erin lui paraissait comprimée. L’air était brûlant, mais elle avait l’impression que tout son être était en train de se déverser dans ces mots. Elle dévisagea Relc et sentit quelque chose de vivant autour d’elle. Elle poussa, et il plissa les yeux.
 
“Tu vas le regretter, Humaine.”
 
“Peut-être, oui. Mais en attendant, je vais faire ce que je crois être juste.”
 
L’air était brûlant. Erin croisa le regard de Relc pendant un long moment, une éternité. Enfin, il détourna les yeux.
 
“Okay, tu sais quoi ? C’est bon.”
 
Relc leva les mains. Il se rassit. Il attrapa une tranche de viande et retourna à son assiette comme si de rien n’était.
 
L’absence soudaine d’hostilité faillit faire trébucher Erin. Elle regarda fixement le dos de Relc et la colère l’envahit soudain. Juste comme ça ?
 
Elle ne pouvait pas laisser passer ça. Pas comme ça. Le pouls d’Erin tonnait dans ses veines, mais elle se sentait étrangement calme, comme si elle se tenait au bord du précipice.
 
“Non. Dégage.”
 
Relc hésita en tendant la serre vers une autre tranche de viande.
 
“Quoi ?”
 
“Tu m’as entendue. Dégage. Tu n’es pas le bienvenu ici en ce moment.”
 
“Je ne vais plus embêter tes petits amis Gobelins.”
 
“Ça n’a pas d’importance. Tu as dit… tu as été très clair.”
 
Erin mordit sa langue en s’empêtrant dans ses propres mots. Ils avaient l’air stupides à ses oreilles, mais sa poitrine était toujours serrée.
 
“Tu as été gentil avec moi. Mais si tu ne peux pas tolérer mes invités, alors tu n’es plus le bienvenu dans mon auberge. Va-t’en, et je te laisserai peut-être revenir plus tard. Mais pas maintenant. Pas ce soir.”
 
Relc plissa les yeux.
 
“Tu es sûre de vouloir faire ça ? Je suis un garde de la ville. Tu ne peux pas…”
 
“Relc.”, l’interrompit une autre voix. Klbkch prit la parole. Sa voix était aussi sèche et calme qu’à l’accoutumée, mais aussi plus tranchante.
 
“N’utilisa pas ta position de garde ici. Erin Solstice a parlé. Elle est dans son bon droit. Je témoignerai si besoin.”
 
La tête de Relc pivota. Sa queue resta parfaitement immobile lorsqu’il se tourna vers son ami.
 
“Te mêle pas de ça, Klb.”
 
“La parole de l’[Aubergiste] fait loi ici, garde. N’insiste pas.”, déclara Halrac. Il dévisagea Relc de sa chaise. Ses mains n’étaient pas tout à fait à sa ceinture mais Erin voyait une dague à sa taille. Relc le dévisagea.
 
“Tu crois que ta dague me fait peur ?  Je vous prends tous les deux, Klb et toi. Tu veux essayer ?”
 
“Pas de bagarre.”, déclara Erin. Elle sentit la pression s’intensifier lorsque Relc se tourna vers elle. Mais elle poussait, elle aussi, et elle sentit l’air autour d’elle se solidifier. On aurait dit qu’elle appuyait sur l’auberge.
 
“Tu ne m’as pas entendue, Relc ? Sors.”
 
Il se leva vivement. Erin ne bougea pas, mais Klbkch et Halrac se levèrent. Ils s’avancèrent mais Relc avança vers Erin.
 
“Tu crois que j’ai peur de toi ?”
 
“Non.”
 
Leurs regards étaient verrouillés. Elle sentit son pouls accélérer, sentit toutes les planches, toutes les chaises de son auberge. Elle poussa davantage et Relc grinça des dents.
 
“C’est mon auberge, Relc. Sors d’ici ou accepte les conséquences.”
 
“Tu n’es qu’une stupide Humaine comme les autres. Tu ne comprends rien à rien, pas vrai ?”
 
“Je comprends le bien et le mal. Tu ne peux pas tuer des gens, Relc.”
 
“Ce sont des monstres !”, rugit-il sur son visage. Erin sentit des postillons atterrir sur ses joues. Elle sentit Halrac bouger, mais elle refusa de reculer. Relc prit une autre inspiration puis Erin entendit une voix chevrotante.
 
“Erin a raison, Relc.”
 
Le Drakéide se tourna, incrédule, lorsque Selys se leva. La jeune Drakéide avait l’air très petite et elle tremblait de peur, mais elle trouva le courage de le regarder dans les yeux lorsqu’elle prit la parole.
 
“Erin a raison. Tu dois partir. Ce n’est pas juste. J’ai vu Loks et elle n’a jamais…”
 
Relc fit volte-face et Selys tressaillit. Il regarda autour de lui. Ses yeux furibonds ne croisèrent que des regards froids, et deux paires d’yeux cramoisis. Loks dévisagea Relc d’un regard plein de haine silencieuse, et l’autre Gobelin… sourit.
 
Le garde Drakéide se retourna vers Erin. Mais à présent, Halrac et Klbkch lui barraient tous deux la route, et le Hobgobelin était toujours assis à la table de Loks. Et souriait. Tout simplement.
 
La paupière de Relc tressaillit. Il prit une grande inspiration, puis se détourna. Lentement, il se dirigea vers la porte. Relc l’ouvrit, et se retourna. Ses yeux… Erin sentit son cœur se briser lorsqu’elle vit son regard.
 
“J’espère que vos queues vont tomber. À vous tous !”
 
Il claqua la porte tellement fort qu’Erin sentit la vibration là d’où elle se tenait. Elle vacilla, incertaine, puis entendit Relc rugir de rage en rentrant à la ville.
 
Ses jambes se trouvèrent soudain dépourvues de fores. Erin s’assit, et s’aperçut que Selys avait mis une chaise sous ses fesses juste à temps. La Drakéide lui fit un petit sourire triste.
 
“C’était excitant, pas vrai ?”
 
Erin se retourna. Le sourire de Selys s’effaça. Au bout d’un moment, Erin posa sa tête sur la table. Elle ne pleura pas, mais elle était terriblement, terriblement triste.


***

 
Un long moment passa avant que qui que ce soit ne se remette à manger. Halrac et Klbkch retournèrent à leurs chaises en silence, sans piper mot, et seule Selys essaya de remplir de mots l’affreux vide qui emplissait la pièce.
 
Erin dut monter à l’étage pour trouver Lyonette. La fille s’était cachée dans sa chambre, sous son lit. Elle ne redescendit que lorsqu’Erin l’assura que Relc était parti, puis elle prit une assiette de nourriture et se barricada dans sa chambre.
 
Il fallut aussi un moment à Erin pour se souvenir qu’elle avait dit à Toren de rester tranquille. Le squelette était figé sur place et il ne se remit en mouvement que lorsqu’elle lui dit qu’il pouvait bouger de nouveau. Il prit alors un seau et sortit de l’auberge. Erin faillit se demander s’il était en colère… mais Toren ne ressentait aucune émotion, n’est-ce pas ?
 
À leur table, les deux Gobelins discutaient à voix basse. Aucun des deux ne paraissait perturbé ; Loks avait d’ailleurs l’air contente, et son compagnon ne cessait de jeter des regards en coin à Erin.
 
Et Erin ? Elle se sentait terriblement mal.
 
“Il était gentil avec moi. C’est la première personne que j’aie jamais rencontrée. La première qui n’aie pas essayé de me tuer, je veux dire.”
 
“Je sais.”
 
Selys lui tapota le dos d’un air compatissant. Les deux femmes contemplaient leurs repas, et aucune des deux n’avaient faim.
 
“Quand même, c’est incroyable comme tu l’as confronté. Personne ne cherche la bagarre avec Relc en ville lorsqu’il s’énerve. Même Zevara, la Capitaine de la Garde, fait attention dans ces cas-là. Relc a déjà battu quarante personnes pendant une bagarre, tu savais ?”
 
“Non.”
 
“Et cette Compétence ! C’était une Compétence, pas vrai ? Quand tu l’as regardé, tout est soudain devenu très lourd. On aurait dit que l’air essayait de m’écraser.”
 
“C’est juste sorti comme ça. Je ne sais pas comment j’ai fait.”
 
“Eh bien, il est parti.”
 
“Oui. Mais il ne reviendra peut-être jamais.”
 
Selys ne savait pas quoi répondre à ça. Au bout d’un moment, Erin se leva et alla voir Klbkch et Halrac pour les remercier de leur aide. Klbkch acquiesça et dit à Erin qu’il parlerait à Relc, même si elle n’était pas certaine que ce soit une bonne idée. Halrac se contenta de hocher la tête.
 
“Tu es une personne bien étrange. Courageuse.”
 
Erin songea que c’était sans doute un compliment.
 
Le dîner fut calme, mais au moins il fut à peu près plaisant. Erin papota avec Selys et Klbkch, et s’approcha occasionnellement de la table des deux Gobelins. Ils se contentèrent de la dévisager lorsqu’elle s’approcha pour la première fois, et Loks se contenta de hausser les épaules lorsqu’Erin s’excusa pour Relc.
 
Ils manigançaient quelque chose. Ils ne cessaient d’observer Erin, mais ils étaient apparemment trop occupés à discuter dans leur propre langue et Erin les laissa tranquilles.
 
Au bout de quelques heures, Selys partit. Elle devait aller travailler le lendemain, et Klbkch partit lui aussi, pour l’escorter. Halrac resta encore une heure avant de partir lui aussi, en marmonnant quelque chose au sujet de sites d’excavation et de mages.
 
Loks et son mystérieux ami Hobgobelin partirent eux aussi. Erin sentit ses yeux posés sur elle lorsqu’ils partirent, mais elle ne savait pas si c’était une bonne ou une mauvaise chose.
 
Puis Erin se retrouva seule. Elle resta assise dans son auberge, écoutant Lyonette qui marchait à l’étage et se demandant où était parti Toren. Son cœur était encore douloureux.
 
Que devait-elle faire ? Des Gobelins. Elle se sentait mal d’avoir jeté Relc à la porte, mais… non, elle avait pesé chacun de ses mots. Mais les paroles de Magnolia résonnaient toujours dans son esprit.
 
Elle était faible. Toutes ces choses extraordinaires dont elle lui avait parlé… Erin ne pouvait vraiment rien faire sans aide. Elle ne pouvait même pas faire face à Relc sans l’aide de tout le monde.
 
Alors. Du coup. Que pouvait-elle faire ?
 
“Gagner des niveaux.”
 
Elle n’avait pas d’autre choix, pas vrai ? Erin soupira. Plus forte. Il fallait qu’elle fasse quelque chose. Elle devait créer quelque chose. D’une manière ou d’une autre.
 
“Eh bien, j’ai une idée.”
 
Demain, elle pourrait…
 
Quelqu’un frappa à la porte. Erin fronça les sourcils. Un visiteur nocturne ? Elle se demanda si elle pouvait dire qu’ils étaient fermé. Elle alla à la porte d’un pas chancelant et la déverrouilla. Erin ouvrit la porte et se figea. Puis elle sourit, son visage s’illuminant de joie et de soulagement.
 
“Ryoka ?”
 


Hors ligne EllieVia

  • Tabellion
  • Messages: 54
Re : The Wandering Inn de Piratebea (Anglais => Français)
« Réponse #151 le: 11 février 2021 à 01:33:20 »

 
2.39 - Deuxième Partie
 Traduit par EllieVia

***

 
Je suis en colère.
 
Je crois que j’ai toujours été en colère. Depuis que j’ai été déçue par les gens que j’admirais. Depuis le jour où j’ai cessé de croire aux héros.
 
C’est une longue histoire. Et j’imagine qu’une grande partie était de ma faute. Il était une fois, une fille en colère qui s’en prenait à tout le monde. Qui se rebellait.
 
Nous passons tous par cette phase. Mais je n’ai jamais vraiment réussi à dépasser la furie qui m’a envahie lorsque j’ai compris que le monde était injuste. Que, bien que l’on m’ait offert une vie extraordinaire, il restait encore tellement d’injustice.
 
Parfois, j’oublie. Je cours et cours pour oublier, et j’ai fini par courir dans un autre monde où je croyais pouvoir être heureuse.
 
Mais à présent, elle est de retour. La même vieille furie, une bête grondante dans mon estomac, une rage tambourinante couvant dans mon cœur.
 
C’est le genre d’émotion qui pourrait me mener au meurtre. Et il y a des gens dans ce monde qui valent la peine d’être tuée. Non… pas des gens.
 
Des monstres. Des monstres, tout simplement.
 
La neige crisse sous mes pas. J’avance, et une petite Gnolle trottine maladroitement à mes côtés. Mon estomac est vide, et j’ai des étourdissements.
 
Je suis au bout du rouleau. Je l’ai dépassé depuis longtemps, à vrai dire. Les deux moignons sur ma main droite me lancent Je suis épuisée, affamée, blessée.
 
Et tellement en colère.
 
Même maintenant, la rage menace de me consumer. Je…
 
Je n’ai jamais été aussi en colère auparavant.
 
Je me suis déjà sentie en colère. Une colère brûlante, bouillonnante. Et j’ai ressenti la furie profonde lovée dans mon estomac, s’accumulant comme la pression dans une cocotte-minute, prête à exploser devant une bonne étincelle. Et j’ai senti la rage qui consume tout, qui brûle un trou dans mon esprit, éradiquant le bon sens. Mais ceci… c’est différent. Ce sentiment m’effraie moi-même.
 
C’est une colère noire, une folie terrible qui m’empoigne. Et avec elle, j’entends une petite voix que je croyais avoir enterrée. Elle me murmure des choses.
 
Tue tout. Tue tout le monde. Poignarde-les. Arrache-leur les yeux. Réduis leur peau en lambeaux.
 
Laisse ce maudit monde bruler.
 
Je ne peux m’empêcher de regarder ma main. L’endroit où devraient se trouver mes doigts. Et mes souvenirs. Je me souviens d’Urksh et de la tribu des Lances de Pierre.
 
Tous morts.
 
Tous morts à cause de moi.
 
Les Gobelins. Je me suis réveillée en hurlant deux nuits d’affilée, ma main brûlante, infectée. J’ai fait peur à Mrsha. Même maintenant, la petite Gnolle me suit, mais à une certaine distance. Elle a peur de moi et peut-être, me déteste pour ce que j’ai fait.
 
Le prix qui a été payé pour sa vie, et la mienne, d’ailleurs.
 
Je baisse les yeux vers elle, et la Gnolle me regarde. Sa fourrure est tellement blanche à présent, la couleur de la neige fraîche. Elle est presque invisible lorsqu’elle s’arrête, et la seule couleur sur son corps hormis ses griffes et son nez sont ses yeux bruns Elle est… silencieuse.
 
Elle a toujours été silencieuse. Mais à présent, Mrsha marche comme un fantôme. Elle a perdu sa tribu. Sa famille, ses amis…
 
Tout ça à cause de moi.
 
Même maintenant, je vois la fée perchée dans les airs. J’entends Urksh, j’entends sa voix au-dessus des sons de sa tribu en train de mourir autour de lui.
 
“Nous offrons tout.”
 
Est-ce qu’il y a eu des survivants ? N’importe qui ? Ou est-ce que toute la maudite armée est morte elle aussi ? Quel a été le prix ?
 
Mrsha chancelle, trébuchant sur quelque chose dans la neige. Je m’arrête, et elle se relève lentement.
 
Elle est fatiguée. Et elle a faim. Aucune de nous deux n’a mangé.
 
“On n’est plus très loin. Est-ce que tu peux marcher ?”
 
Elle acquiesce. Je hoche la tête. Il n’y a rien d’autre à dire. Si je la portais, je tomberais dans un mille.
 
“Je suis désolée.”
 
Combien de fois lui ai-je dit ces mots ? Combien de fois ai-je revu la scène en me la remémorant à mon réveil ? Mrsha se contente de me regarder en silence, ses jeunes yeux me jugeant. Mais elle ne peut pas me dire ce qu’elle ressent.
 
Cela n’a aucune importance. Je le sais .Je sais ce que c’est, de perdre la foi en quelqu’un que tu admires. J’ai trahi Mrsha. Je lui ai apporté des histoires puis la mort. Je lui ai donné un petit rêve puis je lui ai pris tout ce qu’elle possédait.
 
Je… tout est de ma faute*.
 
*Bien sûr que non. Je sais que non. Je ne suis pas responsable de la totalité de ce qui s’est passé. Je n’ai pas forcé les armées à combattre ni les Gobelins à tuer. Mais c’est ma faute. Ma faute à moi seule.
 
Trop tard pour faire demi-tour. Trop tard pour offrir autre chose. Elle est tout ce qui reste, et je dois m’occuper d’elle. Je me détourne donc et contemple les plaines enneigées.
 
Quelque chose entre dans mon champ de vision. Un corps fait de cristal et de glace. L’immortalité figée dans la silhouette d’une petite fée. Elle me regarde.
 
“Ta ville n’est plus qu’à une heure de voyage. Ne t’arrête pas ici.”
 
Je manque de peu éclater de rire. Les fées s’inquiètent pour nous. Pour moi. Je la regarde.
 
“Quel a été le prix ? Qu’a-t-il été payé, et qu’a-t-il été perdu ?”
 
Elle me regarde en silence. C’est la même question que j’ai posée à chaque fée qui est venue me voir. Silencieusement, la fée retourne voler avec les autres.
 
Elles m’évitent, dernièrement. Sont-elles incapables de répondre ? Je crie à leur intention.
 
“Qu’a-t-on payé ? Le prix était-il donc si élevé ?”
 
Mrsha se tapit dans la neige et se couvre les oreilles de ses pattes. Les fées me regardent, en juges silencieuses.
 
“Ne nous le demande pas, mortelle. Ce qui est fait est fait. Savoir ce qui aurait pu être n’apporterait que des regrets.”
 
J’explose alors. Je ne me souviens pas d’avoir prix un caillou dans la neige et de l’avoir jeté sur les fées. Je leur hurle dessus, ma voix à vif et pleine de rage.
 
Allez vous faire enculer ! Répondez-moi franchement pour une fois bande de putes ! Dites-moi ! Espèce de sales démons sournois et traîtres ! Quel a été le prix ? Dites-le moi ou…”
 
Quelque chose. J’aperçois une petite boule de fourrure en train de trembler par terre à côté de moi pendant que je jette de la neige et que je crie sur les fées en train de battre en retraite. J’hésite, m’arrête.
 
Mrsha est roulée en boule dans la neige, loin de moi. Elle tremble tellement fort qu’on dirait qu’elle vibre.
 
D’un seul coup, la colère m’abandonne.
 
“Mrsha. Je…”
 
Je m’avance vers elle. Elle s’écarte légèrement. Je m’arrête.
 
“Je suis désolée.”
 
Je m’assieds dans la neige, toutes flammes envolées. Les braises demeurent, mais elles couvent encore. Et pourtant, la culpabilité et la tristesse m’assaillent à présent, trop fortes pour que je puisse les ignorer.
 
J’ai vraiment foiré cette fois-ci, pas vrai ? Je pensais que quelques potions et une poignée de tours d’alchimistes pourraient changer les choses. Mais je…
 
J’étais arrogante. Et à présent, cette arrogance a coûté la vie à plusieurs personnes. Si j’avais des niveaux, peut-être que j’aurai réussi à retrouver Mrsha plus tôt, ou peut-être que j’aurais pu me battre. Peut-être…
 
Mais il est trop tard à présent. Bien trop tard.
 
Depuis cette nuit, la voix du système ou qu’importe ce que c’était a cessé de me parler. D’habitude, toutes les nuits, vraiment, j’entendais une espèce de notification dans ma tête et je l’annulais. [Coureuse Va-Nu-Pieds Niveau 1 !], ou [Disciple Niveau 3 !] après le combat que j’avais eu contre Calruz. Et pourtant, à présent que je l’attends, je n’entends rien.
 
Rien du tout.
 
J’imagine qu’ils ont fini par abandonner la lutte. Ou est-ce que ça a fait partie du prix que j’ai payé ? Je n’en sais rien, je sais simplement que je me suis éloignée d’une mort certaine et payé pour ce miracle avec deux doigts. Et je sais que Mrsha a survécu au prix de la vie de toute sa tribu.
 
Peut-être qu’ils étaient destinés à mourir, et que cela a permis à l’une d’eux de vivre plutôt qu’à d’autres. Ou peut-être que les fées ont altéré la destinée pour que la tribu meure à la place de Mrsha. J’imagine que je ne le saurai jamais.
 
Mais je me souviens du Seigneur Gobelin. Je me souviens de ses yeux, et de sa maudite armée.
 
Je serre les poings. Mrsha cesse lentement de trembler et lève les yeux sur moi. Je me force à lui sourire d’un air peu convaincant. Mais à l’intérieur de moi, la folie rugit de nouveau.
 
Je ne leur pardonnerai jamais. Ils mourront. Je le jure.
 
Je ne suis pas une tueuse. C’est ce que m’a dit Erin. Mais ces monstres méritent de mourir. Et je les tuerai, même si cela signifie que je ne pourrai plus jamais redevenir celle que j’étais.
 
Pour le moment, je regarde Mrsha et essaie d’adoucir ma voix. De la rassurer. J’aimerais savoir comment. Ce n’est qu’une enfant. Elle a besoin d’une experte pour l’aider à surmonter le traumatisme et la perte de ses proches. Mais je l’ai faite marcher sans relâche.
 
“Je suis désolée d’avoir crié, Mrsha. On est presque arrivées. Une fois qu’on aura atteint la ville, on pourra manger et dormir, d’accord ? On y sera en sécurité.”
 
Je pointe du doigt et Mrsha plisse les yeux. Liscor se distingue au loin, de l’autre côté de l’étendue de plaines enneigées. Elle paraît incertaine.
 
“On y sera en sécurité, je te le promets.”
 
Quel mensonge. Et comment puis-je promettre cela à une enfant qui vient de voir sa famille se faire tailler en pièces autour d’elle ? Mais Mrsha acquiesce. Elle me fait confiance, et nous reprenons donc notre route pendant que des lames de culpabilité déchirent mon estomac en lambeaux.
 
Nous avançons, dans un silence gourd.
 
On dirait qu’il ne s’est écoulée qu’une seconde entre le moment où nous avons repris la marche et le moment où je fais face à une porte en bois. Je regarde autour de moi et cligne des yeux. C’est la nuit. Mrsha est appuyée contre ma jambe, trop fatiguée pour faire quoi que ce soit d’autre. Les fées sont parties. Je regarde autour de moi, mais je ne vois pas leur lueur dans la nuit.
 
Bien. J’imagine. Ma tête est embrumée. Je lève ma main gauche, ma main valide, et toque à la porte.
 
Pendant un instant, je crains que personne ne vienne nous ouvrir. Mais il y a de la lumière derrière les fenêtres. Pitié, faites qu’elle soit là. Puis j’entends les verrous grincer dans la serrure et la porte s’ouvre.
 
De la lumière et de la chaleur débordent dans la nuit glacée. Je cligne des yeux.
 
“Ryoka ?”
 
Un visage familier se tient dans l’embrasure de la porte. C’est étrange, mais elle n’a pas changé.
 
“Salut, Erin.”
 
Elle m’adresse un large sourire. Je peux à peine lever la tête. Je suis rentrée.
 
Mes jambes cèdent soudain sous mon poids. Je m’écroule en avant, sur Erin.
 
Elle glapit et me rattrape juste à temps.
 
“Ryoka ? Qu’est-ce qu’il se passe ?”
 
“Je suis rentrée.”
 
“Tu es blessée ? Tu es fatiguée ? Attends, laisse-moi juste… qui est-ce ?”
 
J’essaie de me redresser pendant qu’Erin essaie d’attraper la porte. C’est presque comique et un sourire m’échappe, mais je vois alors Mrsha dans la neige jeter un regard inquiet à Erin.
 
“Mrsha.”
 
“Qui ?”
 
La confusion se peint sur le visage d’Erin et je me retourne pour appeler la petite Gnolle. Elle hésite, mais elle pénètre dans l’auberge chaleureuse et renifle l’air.
 
“Oh ! Elle est si mignonne !”
 
Erin se penche en avant et Mrsha bondit dehors comme un animal sauvage. Je soupire.
 
“Tout va bien. Erin… je te présente Erin Solstice, Mrsha. C’est une amie.”
 
Une amie. Je tiens la porte ouverte. Mrsha hésite, mais elle revient en trottinant. Cette fois-ci, Erin garde une distance respectueuse.
 
“D’où vient-elle, Ryoka ?”
 
Comment lui expliquer ? Je me contente de soupirer.
 
“C’est une longue histoire. Elle s’appelle Mrsha. Ce n’est qu’une enfant. Je l’ai amenée ici parce qu’elle ne peut aller nulle part ailleurs.”
 
Mrsha avance un peu dans la pièce, ses ongles cliquetant sur le plancher. Elle est à quatre pattes - apparemment, les Gnolls alternent entre la marche à deux ou quatre pattes et elle est encore habituée à marcher à quatre pattes. Elle renifle et contemple fixement les braises rougeoyant dans l’âtre, mais elle reste à côté de moi.
 
Erin regarde Mrsha et ses yeux s’écarquillent lorsqu’elle comprend ce que je veux dire.
 
“Oh non. Est-ce que tu as… elle était perdue ? Ou… abandonnée ?”
 
“Ni l’un ni l’autre. Sa tribu n’est plus là, Erin.”
 
C’est tout ce que je peux dire pour le moment. Et même cela me blesse. Erin écarquille les yeux, mais elle ne met que quelques secondes à comprendre. Elle a vécu dans ce monde aussi longtemps que moi. Possiblement plus longtemps que moi. Elle sait de quoi je parle.
 
“Je suis tellement désolée. Hé, ma puce, comment tu te sens ?”
 
Erin se penche en faisant un grand sourire à Mrsha. Mais Mrsha se contente de s’écarter. Elle se cache derrière une table en dévisageant Erin. Je ne peux pas lui en vouloir d’avoir peur.
 
“Mrsha. Tout va bien. Erin n’est pas dangereuse. Elle est gentille. Elle va m’aider à prendre soin de toi.”
 
Mieux que moi. Mrsha regarde Erin de derrière la table et je remarque à quel point elle a perdu du poids. Elle a à peine mangé après cette première nuit, et sans nourriture…
 
Erin laisse Mrsha lui renifler la main, mais Mrsha reste timide. Elle regarde Erin avec de grands yeux, et je réalise soudain que c’est probablement seulement la deuxième Humaine qu’elle ait jamais rencontrée.
 
Dommage. Si elle avait rencontré Erin en premier…
 
Je ferme les yeux. Tout est douloureux.
 
Je m’appuie contre une table d’Erin, épuisée. Ma main se déploie et Erin baisse les yeux. Elle pousse une exclamation.
 
“Ta main...”
 
Je grimace. C’est encore difficile pour moi de regarder les moignons. Je les ai enrubannés dans des bandages, mais…
 
“C’est sans importance. Je te raconterai plus tard.”
 
“Me raconter plus tard ? Ryoka, que s’est-il pass... “
 
“Donne-lui d’abord à manger. Elle n’a rien mangé aujourd’hui.”
 
Je pointe Mrsha du doigt. Mon estomac est vide, et je suis sur le point de m’évanouir de faim. Mrsha doit être dans un état pire encore. Ses oreilles pointent lorsque je dis le mot “manger”.
 
Erin hésite encore. Elle regarde ma main, et cela… m’agace. Je sais que c’est grave. Est-ce que je n’ai pas moi-même passé mon temps à la regarder, tous les jours ? Mais ce n’est pas l’important.
 
“Erin. À manger.”
 
Mon amie sursaute et Mrsha bondit en arrière. Erin regarde autour d’elle d’un air affolé.
 
“À manger ? On a à manger. Il y a des restes de viande… euh… où est-ce que Toren l’a mise ?”
 
Elle hausse la voix pour appeler ce maudit squelette.
 
”T…”
 
“Stop.”
 
Je suis obligée de crier à moitié et j’effraie à la fois Erin et Mrsha. Elles se tournent toutes les deux vers moi.
 
“Quoi ?”
 
“N’appelle pas Toren. Tu vas lui faire peur.”
 
Je n’arrive pas à croire qu’il faut que je lui explique ça. Ma colère… s’enflamme puis s’éteint. Ce n’est pas la faute d’Erin. Erin cligne des yeux, puis regarde Mrsha.
 
“Oh, c’est vrai !”
 
Je grince des dents. Erin se précipite dans la cuisine pour nous trouver à manger. Pourquoi est-ce que je suis en colère ? Je veux dire, pourquoi contre elle ? Ce n’est pas la faute d’Erin si elle est irréfléchie…
 
Contrôle-toi. Je ne peux pas me fier à mes émotions en ce moment. Je prends quelques grandes inspirations et sens le froid quitter mon corps, l’épuisement remplir mes membres. Tout va bien. Tout va bien à présent.
 
Pas du tout, en réalité, mais je me raconte ça jusqu’au retour d’Erin. Elle a de la nourriture enveloppée dans un tissu dont elle époussète la neige. Apparemment, elle a de la viande - de la volaille rôtie et quelques tranches de viande, du pain froid, et du fromage.
 
Elle a dû mettre tout ça dans la neige pour que ça se conserve. Ne sait-elle donc pas que ça risque d’attirer les charognards et les monstres ? Si elle se posait une minute pour réfléchir...
 
Calme-toi.
 
Erin rajoute du bois dans le feu et déballe la nourriture.
 
“Désolée… vous pouvez réchauffer tout ça près du feu. Et ,euh, je ne crois pas que Toren soit à l’auberge. Il a dû sortir.”
 
“Très bien.”
 
La viande est froide et dure d’être restée dehors. Je la savoure à peine et l’engloutis. Mrsha mange aussi vite que moi. Erin nous regarde nous empiffrer et va chercher d’autres choses à manger.
 
“Ça suffit.”
 
Je déclare ceci au bout de quelques minutes de gloutonnerie. Mrsha lève les yeux sur moi.
 
“Ne mange pas trop ou tu vas être malade.”
 
De la nourriture riche dans un estomac vide. Je me sens déjà un peu nauséeuse, mais je suis vivante. Vivante.
 
Erin s’approche de Mrsha et moi, un pichet de lait chaud dans les mains. Je sais qu’elle veut poser des questions, et je ne veux rien raconter. Je veux juste dormir. Dormir et ne pas avoir à m’occuper de tout ça. Mais il faut que je m’en occupe.
 
“Pourquoi est-ce que vous n’avez rien mangé ? Je veux dire, tu n’avais plus de provisions ?”
 
Non, on s’est affamées pour le plaisir. Je me mords la lèvre. Calme-toi.
 
“On est tombée à court de provisions il y a un jour.”
 
C’était soit s’arrêter pour chercher de quoi manger, soit continuer la route. Je n’étais pas certaine de pouvoir trouver quoi que ce soit - ni de pouvoir nous mettre hors de danger si nous croisions un monstre - donc nous avions continué d’avancer.
 
Mrsha frissonne. Elle tend la patte vers un verre de lait et l’engloutit avec avidité. Je la contemple et sens mon cœur se serrer de nouveau. Voilà encore une chose pour laquelle je dois payer.
 
Erin me voit la regarder. Je ne sais pas ce qu’elle voit sur mon visage. je ne veux pas le savoir. Voir son expression est déjà bien assez douloureux.
 
“Ryoka, que s’est-il passé ?”
 
Erin finit par poser le pichet sur la table et s’assied à côté de moi en me dévisageant. Mrsha hésite, mais la Gnolle se contente de s’éloigner un peu d’Erin en mâchonnant quelques morceaux qui restaient dans son assiette. je soupire.
 
“C’est une longue histoire.”
 
“Raconte-moi. S’il te plaît ? Je sais juste que tu étais partie pour une longue livraison, mais que les Fées de Givre t’ont pourchassée. Est-ce que ce sont elles qui t’ont fait ça ?”
 
“Non.”
 
Peut-être que si. Mais... elles sont malveillantes, fourbes, hostiles… et pourtant, je sais qu’elles aiment les enfants. Non, elles n’auraient jamais orchestré ça, même si elles le pouvaient.
 
Et Erin me dévisage. Elle me dévisage, tout simplement. je veux lui raconter, mais je me tais. Je veux enterrer ces souvenirs à jamais, et pourtant une part de moi veut avouer mon échec.
 
J’hésite. Mrsha est encore assise avec nous. Mais elle ne va pas me laisser la mettre au lit si facilement. Et il faut que je raconte. Je lève donc les yeux sur Erin.
 
“D’accord.”
 
Personne d’autre n’a besoin de savoir. Je ne raconterai peut-être plus jamais la totalité des événements. Mais Erin me connaît. Je connais Erin. Nous ne nous connaissons pas depuis longtemps, mais je lui fais confiance. Plus qu’à n’importe qui d’autre dans ce maudit monde. Elle m’a aidée à sauver Ceria. Elle…
 
Peut peut-être comprendre.
 
Lentement, je commence à parler. Je raconte à Erin tout ce qu’il s’est passé depuis que je me suis enfuie de son auberge avec les fées à mes trousses. Je lui raconte certains détails sans importance. Les longues journées pendant lesquelles elles m’ont tourmentées - aucune importance, à présent. Ce sont presque des souvenirs heureux par rapport à ceux qui arrivent.
 
Et je ne peux pas décrire ce qu’il s’est passé dans le campement Gnoll. J’explique simplement à Erin que j’ai diverti les fées avec des histoires et m’arrête à ça. Ce que j’ai ressenti alors est trop précieux pour le découper avec de simples mots.
 
Vient alors le récit de la bataille entre les deux armées. Et le Nécromancien. Erin m’écoute, pose des questions auxquelles je ne réponds pas, étonnée, et émet des suppositions. Mais tout cela n’est qu’un prélude.
 
Lorsque je parle de la nuit où Mrsha a tout perdu, l’enfant Gnolle s’écrase par terre et se couvre les yeux de ses pattes en tremblant. Des larmes coulent le long de ses joues. Erin la regarde mais je continue.
 
Il faut que ce soit dit. Et c’est tellement facile, finalement.
 
“J’ai passé un marché avec les fées. Elles ont aidé à nous sauver, Mrsha et moi, mais la tribu des Lances de Pierre - tous les membres… on les a abandonnés derrière nous avec les Gobelins. L’armée était en train de battre retraite et j’ai couru avec les fées. Elles ont tout gelé sur notre route. Je ne sais pas ce qu’il est advenu des autres.”
 
Les souvenirs effacent presque le monde vivant à mes yeux. Je vois des fantômes, du sang, et la mort. Mais le monde revient dans mon champ de vision lorsque j’entends Erin pleurer.
 
Elle pleure. Mes yeux sont secs. Les épaules d’Erin sont agitées de sanglots et elle me regarde. Ça fait mal.  Sa compassion me fait mal. Je détourne le regard.
 
Erin essuie ses larmes. Elle tente de caresser Mrsha, mais la Gnolle se dérobe. Elle se faufile sous une table et se roule en boule.
 
Cœur brisé. Mes yeux sont secs, et mon âme saigne. Je regarde Erin.
 
“Nous sommes revenues. Les fées sont toujours dans le coin. Mrsha n’a nulle part où aller. Est-ce que tu peux prendre soin d’elle ici, dans ton auberge ?”
 
“B… bien sûr. Absolument. Aucun problème.”
 
Erin cherche quelque chose pour se moucher. Elle finit par se précipiter à la cuisine et ressortir avec un torchon sale. Je la regarde essuyer la morve de son visage.
 
“Je suis tellement, tellement désolée.”
 
“Tu l’as déjà dit. C’est arrivé, c’est comme ça.”
 
Rien ne peut changer ça. Je m’assieds à la table et contemple mes doigts. C’est tant et pourtant si peu. Un prix bien dérisoire, et pourtant…
 
Ils sont partis. Pour toujours. Aucune potion ne les ramènera. Pas même l’amie guérisseuse de Magnolia ne peut régénérer des membres, elle ne peut que réparer ceux qui sont endommagés.
 
Partis pour toujours. Un maigre prix à payer.
 
“Le Seigneur Gobelin est toujours dehors.”
 
Je serre le poing, sans me préoccuper de la douleur. Je sens Erin s’immobiliser à côté de moi. Je me tourne vers elle.
 
“Il faut que tu fasses attention. Son armée est à plusieurs jours de marche au sud d’ici, mais il pourrait venir au nord. Si c’est le cas…”
 
“Si c’est le cas, nous verrons. Mais pour le moment, tu es en sécurité. Je vais verrouiller les portes et Toren devrait être rentré. Je lui dirai de monter la garde.”
 
“Très bien.”
 
Erin s’agite sur sa chaise. Je la regarde. Pourquoi est-elle si facile à déchiffrer ? N’a-t-elle donc aucun…
 
“Qu’est-ce qu’il y a, Erin ?”
 
Elle hésite.
 
“Hum. Loks est dans le coin. Avec un autre Gobelin.”
 
Silence. Dans mon cœur. Je sens mes doigts pulser.
 
“Ne la laisse pas entrer. Si je vois un Gobelin, là, je vais le tuer.”
 
Je croise le regard d’Erin. J’ai l’impression que mes yeux sont en feu. Elle paraît surprise, mais pas effrayée. Est-ce que j’ai déjà vu Erin avoir peur ? Mais son expression s’assombrit et je vois… de la déception.
 
Cela me met en colère. Comment peut-elle me juger, alors que je viens de lui expliquer ce qu’il s‘était passé ? Comment peut-elle laisser des Gobelins venir ici ?
 
Comment peut-elle…
 
J’ai besoin d’elle. J’essaie d’étouffer la folie qui enfle dans ma poitrine, mais elle ne cesse de remonter à la surface. Des bulles de folie.
 
“Qu’est-ce qu’il s’est passé ici ?”
 
Je pose la question pour me distraire. Je ne suis pas sûre que cela m’intéresse vraiment. Erin hésite. Elle a l’air inquiète, à présent.
 
“Oh, rien. Rien de… trop important.”
 
“Erin.”
 
“Eh bien… okay, il s’est passé quelques trucs.”
 
“Raconte.”
 
Elle hésite. S’agite. Elle regarde Mrsha, puis ses mains. Je la dévisage. Enfin, Erin abandonne et se met à raconter d’un air nerveux.
 
“Oh, j’ai rencontré un aventurier Or après avoir accueilli cette fille. Elle est un peu agaçante mais ils allaient la laisser mourir dans le froid si je ne l’aidais pas. Et du coup, il y a eu une bagarre puis je me suis rendu compte que les fleurs de fées étaient utiles et j’ai jeté Relc dehors après qu’il se soit emporté contre l’ami de Loks et peut-êtrequejesuisalléevoirLadyMagnoliaaujourd’hui et…”
 
On dirait que quelqu’un vient de m’électriser la colonne vertébrale au taser. Mes yeux s’ouvrent en grand, et mon cœur se remet à battre. La colère bouillonne dans ma poitrine, une chose sombre qui se tortille.
 
“Qu’est-ce que tu viens de dire ?”
 
“J’ai rencontré Lady Magnolia. Écoute, elle a envoyé une calèche à mon auberge, Ryoka, et j’ai pensé…”
 
“Tu y es entrée, pas vrai ? Juste comme ça, sans réfléchir une putain de seconde ?3
 
“Je…”
 
Erin ouvre les mains d’un air impuissant. Comme pour dire ‘que voulais-tu que je fasse ?’. Cela m’énerve encore plus. Je hausse la voix, et Mrsha, à moitié en train de s’assoupir, lève les yeux.
 
“Qu’est-ce que tu lui as raconté ?”
 
“Hum.”
 
Erin se gratte la tête. Elle ne s’en souvient même pas.
 
“Rien de particulier… ? Mais elle sait que je suis de notre monde. Je veux dire, d’un autre monde. Et, euh, elle a d’autres gens.”
 
“D’autres gens de notre monde ?”
 
Maudite femme. Mon cœur bat de plus en plus vite. Erin acquiesce.
 
“Ouaip, elle a un tas de filles et de mecs. Ils sont plus jeunes que nous, mais ils veulent devenir aventuriers. Mais, euh, Magnolia ne veut pas qu’ils partent. Elle a peur qu’ils répandent les secrets de notre monte.”
 
“Et elle connaît ces secrets ? Elle sait tout ?”
 
Erin n’arrive pas à croiser mon regard.
 
“... Ouaip. Elle sait pour les armes à feu, ce genre de choses.”
 
Merde.”
 
Je cogne la table de ma main valide. Erin a l’air inquiète. Elle essaie de poser sa main sur mon épaule, mais je la balaie d’un revers de la main.
 
“Je ne lui ai rien raconté d’important, Ryoka ! Elle voulait juste savoir si on pouvait me faire confiance. Elle a essayé d’utiliser une Compétence contre moi, mais ça n’a pas marché…”
 
Tu n’aurais pas dû te trouver près d’elle pour commencer !”
 
Je plante un doigt dans les côtes d’Erin. Elle a l’air indignée.
 
“Pourquoi pas ? Tu l’as rencontrée, toi !”
 
“Avant de savoir à quel point elle était dangereuse. Mais toi… tu aurais dû réfléchir avant d’aller lui parler ! Est-ce que tu as seulement hésité ? Ou est-ce que tu as vu une jolie calèche et tu as simplement décidé d’entrer dedans ?”
 
“Ryoka, ce n’est pas ce qu’il s’est passé. Écoute-moi.”
 
Erin fronce les sourcils, mais j’en ai assez d’écouter. La bête dans ma poitrine, et la furie consument mon esprit. Trop tard.
 
“Non. C’est toi qui va m’écouter. Elle ne voulait que ça, que tu ailles la voir. Elle sait que tu viens d’un autre monde à présent, espèce d’idiote ! Elle n’avait aucun moyen de le savoir, mais tu lui l’as révélé - probablement dès l’instant où elle a suggéré qu’elle le savait ! Et à présent elle sait que je te connais, et elle va t’utiliser contre moi !”
 
“Elle ne ferait pas…”
 
Erin hésite. Même elle reste incapable de finir cette phrase. Je la fusille du regard. Quelque chose est tapi dans ma poitrine et a pris le contrôle de ma langue.
 
“Tu ne réfléchis pas. Tu te contentes de danser sous ses ficelles comme une putain de marionnette, espèce de crétine.”
 
La fille fronce instantanément les sourcils.
 
“Ne dis pas ça comme ça. Je n’ai rien fait de mal ! Je crois que Magnolia est de notre côté.”
 
“De nôtre côté ?”
 
Quelque chose se brise en moi. Toute la haine, la colère, la frustration, la peur et la peine… tout jaillit hors de moi, comme un poison.
 
“Putain d’idiote. Tu ne réfléchis jamais ? Non. Jamais. Tu te contentes de foncer tout droit et de faire tout ce qui passe dans ta tête creuse sans réfléchir un seul instant aux conséquences. À cause de toi, l’une des personnes les plus dangereuses du monde connaît ton secret et elle ne te lâchera jamais. Tout est de ta faute, espèce de morveuse sans cervelle.
 
Je n’arrive pas à endiguer le torrent. Je n’en ai même pas envie. Erin me dévisage, tout d’abord sous le choc, blessée, puis outrée.
 
“Je ne suis pas une idiote ! Ryoka, écoute-moi…”
 
“La ferme.”
 
“Non ! C’est toi qui vas la fermer et m’écouter !”
 
“Pour pouvoir entendre le reste des mensonges que Magnolia t’a fourrés dans la tête ? Mais tu as gobé tout ce qu’elle t’a dit sans rien remettre en question. Tu es idiote ou quoi ?”
 
Je vais trop loin. Je le sais, mais je suis incapable de m’arrêter. Le visage d’Erin se fige.
 
“Ne me traite pas d’idiote.”
 
“Pourquoi pas ? Tu es la personne la plus conne que j’aie jamais rencontrée.”
 
“Ryoka. Je te préviens…”
 
“Oh ? Et qu’est-ce que tu vas faire ?”
 
“Arrête juste de m’insulter ! Écoute-moi une seconde !”
 
“Non. Va te faire mettre. Tu es une bouffonne incompétente.”
 
Je cogne Erin en pleine poitrine, fort. Je vais trop loin. Arrête. Erin m’attrape la main.
 
“Ne me touche p…”
 
Je la pousse. Erin s’écrase sur la table et je comprends que je suis allée trop loin. Elle se relève d’un coup. Je lève les mains.
 
Je veux me battre. Je veux cogner quelque chose. Mais le reste de mon esprit veut arrêter. Une voix hurle sous mon crâne, la même voix qui a crié lorsque je me suis battue contre Calruz.
 
Mais il y a trop de bruit. Tout me fait mal. Mon cœur est en pièces. Je veux juste cogner quelque chose, et prendre des coups en retour. Peut-être qu’alors…
 
Erin me lance un coup de poing. Lent. Maladroit. Je recule et la cogne. De ma main blessée. Mes moignons entrent en collision avec sa poitrine et j’attrape ma main tant la douleur est forte.
 
Pendant que je suis pliée en deux, Erin serre le poing. Elle vise ma poitrine. Je vois le coup venir à des kilomètres. Je lève les bras pour la bloquer…



***



Vlam.
 
L’impact était tellement fort que le monde de Ryoka disparut un instant. L’impact la fit s’envoler. Ryoka renversa la table et atterrit au sol. Elle resta étendue là pendant quelques secondes, silencieuse, le souffle coupé, avant de prendre une grande inspiration et rouler sur le côté.
 
Erin était debout, tremblant en dévisageant Ryoka. [Attaque du Minotaure]. Elle n’avait pas prévu de l’utiliser. Elle hésita. Est-ce qu’elle devait aller l’aider…
 
Quelque chose de pointu s’enfonça dans la cheville d’Erin. Elle hurla de douleur lorsque l’objet mordit dans sa chair, comme des aiguilles en train de s’enfoncer dans sa peau.
 
”Aaaah !”
 
Erin hurla et agita les bras, paniquée, en essayant de faire tomber la chose qui était en train de la mordre. Elle parvint à lui faire lâcher prise et vit Mrsha s’envoler dans les airs. La petite Gnolle s’écrasa sur une table et tomba au sol, gémissant de douleur.
 
“Oh non, je suis tellement désolée...”
 
Sans se préoccuper de sa cheville ensanglantée, Erin se précipita vers Mrsha. Cette dernière cligna des yeux en se mettant à quatre pattes, puis ses yeux se focalisèrent sur Erin. Elle claqua des mâchoires et Erin faillit perdre un doigt. Mrsha bondit sur Erin, et la fille hurla de douleur lorsqu’elle se mit à essayer de lui griffer le visage.
 
Mrsha ! Arrête !
 
La Gnolle hésita. Elle se tourna et vit Ryoka se relever. La fille se tenait la poitrine en grimaçant, mais elle n’était pas blessée. Elle pointa Erin du doigt.
 
“Lâche-la.”
 
La Gnolle hésita. Puis elle s’écarta d’Erin d’un bond, ses griffes acérées plongeant une dernière fois dans la chair d’Erin. Elle se précipita vers Ryoka et fit un tour autour d’elle d’un air inquiet.
 
Lentement, Erin se releva et dévisagea Ryoka. Cette dernière croisa son regard. La colère qui avait couvé dans ses yeux avait soudain disparu, douchée par le bref combat. Elle baissa les yeux sur Mrsha, puis les ramena sur Erin.
 
Aucune des deux filles ne paraissait savoir quoi dire. Erin se leva et dévisagea Ryoka, la poitrine encore douloureuse du coup que cette dernière lui avait porté. Ses oreilles étaient encore rouges, et elle était en colère…
 
Jusqu’à ce qu’elle regarde les doigts de Ryoka. Et la furie de Ryoka était passée aussi. Elle s’affaissa, et parut soudain avoir cent ans.
 
“Je suis désolée, Erin.
 
“Non, je suis désolée moi aussi.”
 
Mal à l’aise, Erin s’approcha et aida Ryoka à s’asseoir. La jeune Asiatique grimaça en s’asseyant et toucha sa poitrine.
 
“C’était quoi, ça ?”
 
“Euh, [Attaque du Minotaure]. C’est… une compétence. Je n’aurais pas dû l’utiliser. Je suis désolée.”
 
“C’est une attaque puissante. Si je n’avais pas bloqué, j’aurais eu les côtes fêlées. Ça a quand même failli être le cas.”
 
Ryoka prit quelques grandes inspirations en grimaçant. Elle indiqua Mrsha qui tournait autour de ses jambes d’un signe de tête0
 
“Désolée que Mrsha t’ait attaquée.”
 
“Non… c’était de ma…”
 
“C’était de ma faute. Je n’aurais jamais dû dire ce genre de choses.”
 
Ryoka regarda la table d’un air vacant. Erin ne savait pas quoi dire. Enfin, Ryoka leva les yeux.
 
“Puissant. J’imagine que c’est ce qu’offrent les niveaux, pas vrai ? Du pouvoir.”
 
“Oui ?”
 
Erin ne voyait pas ce que voulait dire Ryoka, mais la fille acquiesça. Elle contempla de nouveau la table, puis ses mains.
 
“Si j’avais des niveaux, j’aurais pu les sauver. Peut-être.”
 
D’une armée ? Erin ouvrit la bouche et la referma. Les yeux de Ryoka s’embuèrent lorsqu’elle regarda Mrsha. La Gnolle était en train de la regarder. Lentement, la fille se pencha en avant et lui caressa la tête. Elle se lova autour des pieds de Ryoka. Frissonnante.
 
Le silence s’abattit de nouveau sur le duo assis à la table. La respiration saccadée de Mrsha ralentit lorsqu’elle s’enroula autour de Ryoka, et, avec le temps, son corps se détendit. Sa respiration ralentit encore, puis devint régulière. Mrsha s’endormit.
 
Ryoka baissa les yeux sur le corps endormi de Mrsha. Elle regarda Erin, et vit que la jeune fille était à peine blessée. Mais Ryoka sentait encore ses poumons peiner à trouver de l’air, et sentait encore la douleur du coup qu’elle lui avait porté dans sa poitrine. Elle sourit amèrement.
 
“J’imagine que je suis faible, hein ?”
 
Tellement faible. Même Erin était plus forte qu’elle. Ryoka contempla ses mains. Elles tremblaient. Le bandage ensanglanté qu’elle avait enroulé autour de ses moignons se défaisait. Erin la regarda lever les mains.
 
“Je suis tellement faible. Je n’ai pu sauver personne. Je les ai juste regardé mourir, Erin.”
 
“Je sais.”
 
Erin savait ce que voulait dire Ryoka. Cette dernière la regarda. Elle tremblait de partout, à présent. Ryoka était en train de s’effondrer. Ses yeux étaient pleins de liquide. Des larmes.
 
“J’ai essayé…”
 
“Je sais.”
 
“J’ai vraiment essayé...”
 
“Je sais, Ryoka. Je sais.”
 
Ryoka saisit le bras d’Erin. Sa poigne était ferme, mais elle tremblait.
 
“Je n’ai rien pu faire, Erin. Rien. Ils sont tous morts par ma faute.”
 
“Ce n’est pas de ta faute, Ryoka. Vraiment pas.”
 
“Si. C’est moi qui ai causé tout ça.”
 
“Non.”
 
“Je n’ai rien pu faire.”
 
Erin serra Ryoka dans ses bras. Elle la sentit se figer, puis Ryoka s’écroula. Elle se mit à sangloter, lentement, puis dans le t-shirt d’Erin. Erin serra Ryoka et les larmes coulèrent enfin, le barrage se brisa, les chagrins retenus s’écoulèrent enfin, en sécurité dans l’auberge d’Erin.
 
Dans le silence de la nuit, Erin tint Ryoka contre elle et Ryoka pleura dans ses bras. Les larmes coulèrent sur les joues de la jeune fille. Elle serra Erin contre elle, s’agrippant à son t-shirt comme s’il s’était agi d’une bouée de sauvetage.
 
“Je n’ai rien pu faire, Erin. Je n’ai rien…”
 
“Je sais. Chut. Je sais.”
 
Du haut des escaliers, une autre fille contempla les deux filles assises dans la salle commune. Elle ne dit rien. Dehors, dans le paysage enneigé, un squelette rôdait, chassait, tuait. Il faisait cela pour se sentir vivant.
 
Et sur le sol de l’auberge, une petite Gnolle dormait. Elle n’entendit pas l’agonie dans la voix de Ryoka et ne remarqua pas non plus les larmes qui tombèrent sur sa fourrure d’un blanc de neige. Elle dormit, sans se soucier de vivre ou de mourir lorsqu’elle se réveillerait.
 
Ryoka sentit le monde tournoyer autour d’elle. Rien n’allait. Mais il y avait quelqu’un qui la tenait dans ses bras, une ancre dans un monde empli de douleur. Elle pleura dans les bras d’Erin, laissant jaillir toute sa douleur, sanglotant en priant pour que les quelques jours qui venaient de s’écouler ne soient jamais arrivés. Priant pour avoir le pouvoir de changer le passé. Priant pour être plus forte. Se remémorant les morts.
 
Dehors, la neige se remit à tomber. Toujours plus, jusqu’à ce que le monde paraisse pouvoir être englouti sous les flocons. Sur Izril, Terandria, et même Baleros et Chandrar. La neige tomba et Ryoka pleura.
 

 


Hors ligne EllieVia

  • Tabellion
  • Messages: 54
Re : The Wandering Inn de Piratebea (Anglais => Français)
« Réponse #152 le: 14 février 2021 à 10:05:10 »

 
2.40 - Première Partie
 Traduit par EllieVia

Erin se réveilla en entendant des reniflements. Elle ouvrit rapidement les yeux ; lorsqu’on entend quelque chose de gros et d’inconnu bouger autour de son visage, on a tendance à moins se préoccuper de son sommeil.
 
À son grand soulagement, Erin vit qu’elle n’était pas en train de se faire attaquer par des monstres cochons chenilles mutants. Au lieu de cela, elle vit Mrsha, la petite Gnolle à la fourrure blanche, fouiller dans ses placards. Elle baladait ses pattes sur les étagères méticuleusement organisées d’Erin, et reniflait ses trouvailles.
 
“Coucou.”
 
Erin n’avait pas parlé fort, mais Mrsha fit tout de même un bond. La Gnolle fit volte-face et s’enfuit de la cuisine, les poils au garde-à-vous.
 
“Non, attends, je ne voulais pas…”
 
La jeune femme se dégagea de ses couvertures, essaya de se lever, trébucha, et s’écrasa l’orteil contre le placard.
 
Lorsqu’Erin eut terminé de gémir, elle trouva Mrsha dans la salle commune, en train de se cacher sous une table en observant Erin. Elle avait l’impression d’avoir un animal sauvage dans son auberge, sauf que les yeux de Mrsha étaient beaucoup plus intelligents que ceux de n’importe quel animal qu’Erin avait jamais vu. Elle regarda Erin avec méfiance et la fille s’immobilisa.
 
“Salut Mrsha. Tu es réveillée, hein ? Tu as faim ? Tu veux à manger ?”
 
Erin parlait d’une voix douce et calme. Mrsha ne fit pas mine de se lever, mais elle recula légèrement lorsqu’Erin avança. La fille s’immobilisa.
 
Que pouvait-elle faire ? Ryoka dormait à l’étage en ce moment, et Erin n’avait aucune envie de la réveiller. Erin retourna à la cuisine sur la pointe des pieds et chercha de quoi faire un petit déjeuner.
 
Le nez de Mrsha tressaillit lorsqu’Erin ressortit quelques minutes plus tard avec des saucisses grillées et des œufs brouillés. Elle regarda fixement la nourriture, mais alla se cacher sous une autre table en essayant de se dissimuler derrière les pieds de chaise pendant qu’Erin s’approchait d’elle.
 
Doucement, sans faire de gestes brusques, Erin posa l’assiette par terre. Mrsha regarda l’assiette, puis Erin qui retournait dans la cuisine. Erin se cacha derrière la porte et attendit.
 
Mrsha resta quelques secondes à regarder l’assiette et la tête à moitié visible d’Erin, puis elle se mit en mouvement. Elle se précipita de dessous la table et s’arrêta devant l’assiette. Elle se mit à dévorer la nourriture, en se léchant les pattes avec avidité tout en engloutissant son plat.
 
Erin trouva adorable la façon dont Mrsha lécha son assiette et se nettoya le visage et les pattes. Adorable, et à fendre le cœur. Ryoka lui avait raconté ce qui était arrivé à la tribu de Mrsha. Elle était toute seule à présent.
 
Que devait-elle faire à présent ? Mrsha rota et Erin décida d’essayer de nouveau d’établir un contact. La morsure que Mrsha lui avait faite la veille à la cheville lui faisait encore mal, mais elle avait été en train de cogner Ryoka à ce moment-là.
 
Lorsqu’Erin s’approcha de nouveau, cette fois-ci avec un verre d’eau à la main, Mrsha se tendit, mais ne s’enfuit pas.
 
“Coucou ma puce. Voici un verre d’eau. Tu as soif ?”
 
Mrsha jeta un regard soupçonneux à Erin. Elle accepta le verre d’eau et but en s’en mettant de partout. Elle était encore maladroite et renversa beaucoup d’eau par terre, mais Erin n’en avait cure. Mrsha tressaillit légèrement lorqu’Erin s’assit à côté d’elle, jusqu’à ce qu’Erin lui tende la main.
 
“Désolée de t’avoir donné un coup de pied hier soir. Ryoka et moi nous disputions juste. Mais je ne suis pas méchante, d’accord ?”
 
La petite Gnolle cilla en regardant la main tendue d’Erin. Puis elle la renifla. Erin resta très immobile lorsque les moustaches de Mrsha lui chatouillèrent la peau. La Gnolle attrapa la main d’Erin dans ses pattes, et Erin fut rassurée de sentir non pas ses griffes tranchantes, mais plutôt les doux coussinets des pattes de la Gnolle sous sa peau.
 
Mrsha inspecta chacun de ses doigts avec un vif intérêt, les plia, joua à les écarter puis à les coller, et les caressa même un peu. Puis elle hésita, et lécha la peau d’Erin.
 
“Hey ! Ça chatouille !”
 
Erin éclata de rire et retira sa main. Mrsha eut l’air inquiète, mais lorsqu’elle vit Erin rire quelque chose changea dans son regard. La Gnolle posa ses pattes sur la jambe d’Erin et la regarda d’un air inquisiteur.
 
“Vas-y. Je ne bougerai pas.”
 
Erin fit de son mieux, mais elle n’était pas prête pour la curiosité de Mrsha. La Gnolle tourna autour d’elle, tâtant le corps d’Erin, ses flancs, et lui caressa même les seins, ce qui lui tira un glapissement surpris. La petite Gnolle finit carrément par grimper sur Erin, et cette dernière riait en peignant la fourrure de Mrsha aux doigts lorsque Ryoka descendit les escaliers.
 
Ryoka Griffin était encore sous le choc, mais elle allait mieux. Incomparablement mieux que la veille, pour dire la vérité. Elle se souvenait de la tristesse vide qui avait envahi son âme comme s’il s’était agi d’un cauchemar. Elle se sentait encore creuse, à présent, mais il y avait quelque chose en elle. Quelque chose de chaud qui provenait d’une bonne nuit de sommeil dans un lit douillet et d’un repas chaud.
 
Elle descendit doucement les escaliers et vit Mrsha assise sur les genoux d’Erin qui faisait courir ses mains dans la douce fourrure de Mrsha. Erin fredonnait une chanson, et Mrsha se balançait au rythme de la mélodie.
 
Ryoka s’arrêta pour contempler la scène un petit moment. Erin chantait la chanson Do-Ré-Mi.
 
Mi, c’est la moitié d’un tout. Fa, c’est facile à chanter…
 
Mrsha avait fermé les yeux. L’enfant ne souriait pas, mais son visage était… paisible. Ryoka s’essuya les yeux et attendit qu’ils aient cessé de piquer avant de descendre les dernières marches.
 
“Ryoka !”
 
La Gnolle ouvrit brusquement les yeux en entendant le nom de Ryoka. Elle sauta des genoux d’Erin et galopa à quatre pattes autour de Ryoka.
 
“Mrsha. Salut.”
 
Ryoka leva les mains en l’air en voyant Mrsha bondit autour d’elle comme un chien surexcité. Mrsha se leva et tendit les bras. Ryoka hésita.
 
“Tiens.”
 
Erin souleva Mrsha. La Gnolle se tortilla, mais se mit alors à lécher le visage de Ryoka et à la renifler. Ryoka eut un mouvement de recul, mais resta debout devant le regard d’Erin.
 
“Bonjour, Erin.”
 
“Bien dormi ?”
 
“Ouaip. Merci.”
 
Ryoka se gratta les cheveux. Elle évita le regard d’Erin. Elles se tinrent ainsi, mal à l’aise, jusqu’à ce que Mrsha se dégage en tortillant des mains d’Erin. Le charme fut rompu.
 
“Tu veux manger ? J’ai plein de bonnes choses.”
 
“Je veux bien.”
 
Ryoka s’assit à une table, un peu gênée, et Erin disparut dans la cuisine. Mrsha essaya de suivre Erin, mais Ryoka la rappela. Mrsha s’assit par terre et s’agita jusqu’à ce qu’Erin revienne, à la grande surprise de Ryoka, avec des crêpes. Ryoka regarda fixement les crêpes fumantes jusqu’à ce qu’Erin ramène du beurre et un bol de sucre.
 
“Comment… ?”
 
Ce n’était pas qu’Erin ait fait les crêpes qui la perturbait, mais plutôt le fait qu’elle soit resté moins de vingt minutes en cuisine et qu’elle en ait déjà fait suffisamment pour Ryoka, Mrsha et elle-même. Et elle avait réussi à griller quelques rondelles de saucisse supplémentaires qu’elle avait mises dans une autre assiette.
 
“Oh, j’ai [Cuisine Avancée] et j’ai trouvé comment faire les pancakes un peu plus tôt. Essaie-les, ils sont super bons !”
 
Erin tendit une fourchette à Ryoka et attaqua sa propre assiette. Mrsha était déjà en train de tapoter l’une de ses crêpes chaudes d’une patte, et attendait qu’elle soit suffisamment refroidie pour qu’elle puisse la manger.
 
“Non, tiens, ma chérie.”
 
Erin enroula délicatement la patte de Mrsha autour d’une fourchette et lui montra comment couper et manger ses crêpes. Mrsha était maladroite, mais elle se mit rapidement à transpercer d’énormes morceaux de crêpe, de les tremper dans le beurre et le sucre avant de les transférer dans sa bouche.
 
Normalement, ce genre de gloutonnerie excessive aurait fait lever quelques sourcils - ou du moins dans la maison de Ryoka. Mais Erin faisait exactement pareil et Ryoka elle-même enfourna un sacré nombre de crêpes avant de commencer à être rassasiée.
 
“C’était bon. Vraiment bon.”
 
“Je suis contente. Vous en avez mangé plus que prévu, mais on a des restes. J’imagine que Lyon pourra les manger.”
 
Erin couvrit l’assiette avec un torchon et Ryoka fronça les sourcils.
 
“Lyon ? C’est qui ?”
 
“Oh… oh, c’est vrai ! J’avais oublié que tu n’avais pas encore fait la connaissance de Lyon ! Elle dort probablement encore à l’étage.”
 
Ryoka jeta un regard furtif en direction des escaliers. Elle n’avait même pas remarqué qu’il y avait du monde à l’auberge. Mais à présent que son cerveau fonctionnait de nouveau, des centaines de questions et d’idées se pressaient sous son crâne.
 
Elle ne pouvait pas s’en empêcher. C’était dans sa nature. Mais une petite partie de Ryoka avait l’impression qu’elle ne devrait pas être en train de se poser des questions, de tout planifier. Tout ce qu’elle faisait finissait par blesser quelqu’un. À quoi servaient donc son avis ?
 
Mais Ryoka regarda alors Erin qui était en train de rire devant les tentatives de Mrsha de voler du sucre dans le bol. Elle avait ses défauts, certes, mais elle pouvait toutefois aider Erin qui ne réfléchissait pas toujours à tout.
 
“Alors comme ça, Lyonette est une nouvelle employée ? Est-ce que tu as aussi embauché Ceria, ou est-ce qu’elle est en ville ?”
 
Erin marqua une pause.
 
“Hum. Non. Ceria est partie au nord. Elle est retournée à l’aventure.”
 
Ryoka se tint très immobile et son train de pensée s’interrompit. Elle ne poussa pas de juron, et elle étouffa la première réponse qui lui vint en tête. Parce Mrsha était assise sur sa chaise, joyeuse et le ventre rond. Ryoka préférait se couper les doigts qui lui restaient plutôt que de troubler la paix de l’enfant.
 
“J’imagine qu’il s’est passé pas mal de choses. Il vaudrait mieux que tu me racontes tout ça, Erin.”
 
“Oh… bien sûr. Mais, euh…”
 
Erin jeta un regard en coin à Mrsha. La petite regardait fixement une miette sur la table.
 
“Hum, qu’est-ce que tu vas faire d’elle, Ryoka ?”
 
“Je n’en sais rien.”
 
“Tu as dit qu’elle était toute seule ? Elle n’a… elle n’a personne… ?”
 
Ryoka ferma les yeux. Quelque chose de sombre lui serra le cœur.
 
“Je n’en sais rien. J’en… j’en doute. Et je ne vois pas à qui demander.”
 
Des souvenirs surgirent sous son crâne.
 
“Et ton amie Gnolle ? Krshia, c’est ça ? Est-ce qu’on pourrait lui demander de l’aide ?”
 
Les oreilles de Mrsha se redressèrent lorsqu’elle entendit le mot “Gnoll”. Elle se tourna vers les deux humaines .Elles échangèrent un regard.
 
“Hum, eh bien, c’était bien bon, hein, Ryoka ?”
 
“En effet.”
 
“Et si je trouvais une activité pour Mrsha ? Hey, Mrsha, tu dois t’ennuyer. Est-ce que tu veux jouer avec, euh, des trucs, ma puce ?”
 
Mrsha regarda Erin, la tête penchée sur le côté. Ryoka la dévisagea elle aussi, haussant les sourcils en silence. Erin hésita, puis se précipita dans la cuisine. La Gnolle et l’Humaine l’entendirent toutes deux faire des bruits de casserole et de portes qui claquent, puis elle ressortie, armée de louches, de rouleaux à pâtisserie, et d’autres ustensiles de cuisine.
 
Ryoka songea que cela n’allait jamais réussir à distraire Mrsha. Mais elle avait oublié que Mrsha n’était pas une enfant née dans l’un des premiers pays du monde, et qu’elle avait probablement été interdite d’accès aux casseroles de la tribu des Lances de Pierre. Elle se précipita immédiatement sur les ustensiles de cuisine et se mit à les inspecter avec intérêt.
 
Erin soupira et elle alla se poser à une table un peu plus loin avec Ryoka. Elles continuèrent de parler à voix basse, au cas où la jeune Gnolle décide de les écouter.
 
“Bonne idée, Erin.”
 
“J’imagine qu’elle va s’amuser avec un petit moment. Mais je ne sais pas quoi faire, Ryoka. Elle a besoin que quelqu’un s’occupe d’elle, de vrais jouets, de trucs comme ça. Pas de…”
 
“Je sais.”
 
“Et elle est tellement triste, Ryoka.”
 
“Tu arrives à t’en rendre compte ?”
 
Ryoka contempla Mrsha. La petite Gnolle était en train d’inspecter les différents ustensiles de cuisine qu’Erin avait ramenés. Elle ressemblait à moitié à une bambine ordinaire car elle portait tout à sa bouche, mais elle était clairement plus vieille et plus petite. C’était peut-être une caractéristique des Gnolls de tout vouloir humer et goûter.
 
Erin hocha la tête.
 
“On dirait une enfant. Je veux dire, une enfant Humaine. Elle est très curieuse, mais de temps en temps, quand je jouais avec elle, elle… c’était affreux à quel point ?”
 
“Affreux affreux.”
 
Ryoka revit les Gnolls tomber autour d’elle, et les Gobelins hurler en démembrant Drakéides et Gnolls à tours de bras. Elle frissonna. Erin la dévisagea, puis regarda Mrsha.
 
“Que doit-on faire d’elle ?”
 
On. C’était bien Erin, de se mettre immédiatement au cœur du problème et de chercher une solution. Ryoka esquissa un demi-sourire.
 
“J’imagine qu’on va devoir parler à Krshia. Elle va probablement accepter d’aider, non ?”
 
Elle se souvenait vaguement qu’Erin entretenait de bonnes relations avec la Gnolle, mais elle paraissait hésiter, à présent. Erin regardait la table en jouant avec ses pouces.
 
“Hum. J’ai un petit souci avec Krshia.”
 
“C’est-à-dire ?”
 
“Eh bien…”
 
Erin se mit à expliquer une histoire plutôt confuse au sujet de Gnolls et d’échoppes en flammes lorsque Ryoka entendit quelque chose bouger à l’étage. Elle se retourna, et Lyon apparut.
 
La jeune femme regardait la pièce du haut des escaliers. Mrsha avait cessé de s’agiter lorsqu’elle était apparue en haut des escaliers, mais Lyonette regardait fixement Ryoka et Erin. Elle dévisagea les deux filles puis s’adressa à elles d’un ton hautain.
 
“Je suis réveillée. Où est le petit déjeuner ?”
 
Ryoka vit l’expression d’Erin changer en un instant. Son sourire lumineux disparut et elle soupira. Ryoka regarda la deuxième fille qui venait de faire irruption.
 
“C’est qui, cette fille ?”
 
“Oh… c’est Lyon.”
 
La fille l’avait entendue. Elle descendit les escaliers, le menton levé.
 
“Je m’appelle Lyonette du Marquin, pouilleuse.”
 
Elle portait une tenue de voyage passablement élimée, et ses mains étaient sales car elles avaient travaillé. Mais elle se conduisait quand même comme l’une de ces filles hautaines qu’Erin avait parfois croisées, nées avec une cuillère d’argent dans la bouche.
 
“Ryoka, je te présente Lyonette du… machin. Elle est, euh, une employée que j’ai embauchée.”
 
“Je suis ravie de faire ta connaissance, Ryoka. J’espère que tu te conduiras de manière appropriée en ma présence ?”
 
Ryoka dévisagea Lyon et Erin fronça les sourcils. Elle haussa les épaules.
 
“Peut-être.”
 
Lyonette fronça instantanément les sourcils, mais avant qu’elle n’ait eu le temps de dire quoi que ce soit, Erin l’interrompit.
 
“J’ai mis des crêpes à la cuisine, Lyonette. Tu peux te servir, ou prendre un peu de porridge. Ou des céréales. Sers-toi.”
 
La fille hautaine renifla, mais elle partit sans un mot. Ryoka regarda fixement Erin.
 
“Une employée ?”
 
“En quelque sorte. Je veux dire, oui, mais elle n’est pas très douée.”
 
Erin se frotta les yeux et Lyonette pointa la tête dans l’embrasure de la porte de la cuisine.
 
“Où sont les fourchettes ?”
 
“Dans le tiroir à côté de la planche à découper.”
 
“Fort bien.”
 
“Bon, c’est une espèce de noble, c’est ça ?”
 
“Oui, elle dit ça…”
 
“Où sont les verres ?”
 
L’œil gauche d’Erin tressauta.
 
“Je te l’ai déjà dit, dans le placard au-dessus des fourchettes.”
 
“Ah.”
 
Ryoka regarda Lyonette repartir. Mrsha avait cessé de jouer avec la louche et regardait la cuisine avec intérêt.
 
“Elle me fait penser à Pisces, en fille.”
 
“Même lui n’était pas aussi fatigant.”
 
“Donc pourquoi ne l’as-tu pas encore renvoyée ?”
 
Erin haussa les épaules d’un air impuissant.
 
“Parce que je ne peux pas. Elle n’a nulle part où aller, Ryoka. Et si je l’envoie au nord, elle se fera manger par un monstre. Et elle ne peut pas aller en ville parce que les Gnolls veulent la tuer.”
 
Ryoka haussa les sourcils. Erin secoua la tête.
 
“C’est une longue, très longue histoire. Et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle je ne parle plus avec Krshia.”
 
“Alors raconte-moi. Commence avec… non, raconte-moi depuis le début. Faisons ça comme il faut.”
 
Il fallut un long moment pour qu’Erin raconte toute l’histoire, mais pour une fois, Ryoka parvint à l’écouter sans trop l’interrompre. Lyonette revint avec son petit déjeuner et le mangea dans un coin. Mrsha abandonna son jeu pour regarder fixement Lyon. Les deux jeunes filles se tendirent lorsque Mrsha vint renifler les jambes de Lyonette et qu’elle se figea, mais, étonnamment, Lyonette laissa Mrsha la tâter sans crier ni afficher ouvertement de dégoût.
 
“... et donc à présent, je ne peux rien acheter chez des Gnolls, et je n’ai pas reparlé à Krshia. Je voulais, mais ensuite, tous ces aventuriers ont débarqué et Magnolia voulait papoter…”
 
Erin écarta les mains d’un air impuissant. Ryoka hocha la tête d’un air absent en regardant Lyonette. Elle ne lui avait pas vraiment fait bonne impression dès le départ, mais la jeune fille se trouvait à présent juste au-dessus de Persua sur la liste des gens que Ryoka n’aimait pas.
 
“Et elle est comme ça tout le temps ? Juste…”
 
Ryoka désigna Lyon d’un geste de la main. Cette dernière regardait Mrsha et la Gnolle lui rendait son regard. Erin hocha la tête d’un air misérable.
 
“Erin…”
 
“Je sais. Mais je ne savais pas qu’elle était comme ça !”
 
Les deux filles regardèrent Mrsha se rapprocher de Lyonette. Elle hésita, mais elle finit par lui caresser gentiment la tête. Elle se mit à la gratter derrière les oreilles et l’enfant s’adossa contre ses jambes. Pour une fois, Lyonette ne fronçait pas les sourcils.
 
“C’est bizarre. D’habitude, elle part en courant dès qu’il y a quelqu’un avec de la fourrure ou des écailles. Ou des mains sales.”
 
Ryoka hocha la tête. Puis elle dit tout haut l’idée qui s’était formée dans sa tête depuis qu’Erin lui avait décrit sa rencontre avec Lyonette.
 
“C’est une princesse.”
 
Erin marqua une pause. Puis elle se retourna et dévisagea Ryoka.
 
“Quoi ?”
 
Ryoka indiqua Lyonette d’un signe de tête.
 
“C’est une princesse qui a fugué. C’est obligé.”
 
“Eh bien, je sais qu’elle dit être noble, mais une princesse ?”
 
Ryoka ne se démonta pas devant son regard incrédule. Elle secoua la tête.
 
“C’est une princesse. Tu ne le vois pas ?”
 
“Comment tu vois ça, toi ?”
 
La fille se mit à faire une liste sur les doigts de sa main.
 
“S’enfuit d’une famille royale, traite les gens de pouilleux, possède un nombre incalculable d’artefacts magiques, attitude hautaine.”
 
Elle regarda Erin.
 
“Tu connais combien d’histoires où une princesse prend la fuite ? Regarde ses manières… sans parler du fait qu’elle pensait croire que Magnolia allait l’accueillir juste comme ça. Nous sommes dans un monde de dragons et de magie, Erin. Lyonette est une princesse de Terandria. Ils ont plein de familles royales là-bas.”
 
Une véritable leçon d’expressions faciales se déroula sur le visage d’Erin. L’incrédulité laissa place à un air pensif et contemplatif, puis à une suspicion gênée qui tourna au choc et de réalisation, qui finirent par se mélanger pour devenir une expression d’acceptation réticente et de profond regret.
 
“Oh mon dieu.”
 
Ryoka tapota l’épaule d’Erin qui venait de s’écrouler sur la table.
 
“Elle n’est peut-être pas une princesse. Mais elle fait probablement au moins partie des hautes sphères de l’aristocratie.”
 
“Comment ai-je pu ne pas le voir ?”
 
“Ce qui compte, c’est ce qu’il se passe maintenant.”
 
Erin leva les yeux.
 
“Comme quoi ? La renvoyer chez soi ? Comment suis-je censée… ? Tu as dit qu’elle vient probablement de Terandria ? C’est un autre continent. Je ne peux pas la renvoyer là-bas !”
 
“Je ne propose pas que tu fasses ça. Mais il faut que tu fasses quelque chose à son sujet. Elle te met en danger en restant ici.”
 
“Parce que quelqu’un va venir la chercher ?”
 
Ryoka acquiesça. Son esprit réfléchissait déjà à toutes les possibilités.
 
“Pour la ramener chez elle… ou la tuer. Ou la prendre en otage. Dans tous les cas, tu seras le témoin à éliminer. Elle n’est peut-être pas si importante que ça, si Magnolia ne s’intéresse pas à elle, mais elle est clairement une fille de riche.”
 
Nooooooooooooon…”, gémit Erin en enfouissant son visage dans ses mains.
 
“Pourquoi faut-il que ma vie soit si compliquée ? Je fais quoi, maintenant ? Je n’ai pas besoin de ça !”
 
Elle baissa ses mains ses regarda Ryoka droit dans les yeux.
 
“Je fais quoi ? Qu’est-ce qu’on peut faire ?”
 
“Réfléchis.”
 
“Quoi ?”
 
Ryoka tapota la table.
 
“Calme-toi. Réfléchis. Lyonette est un problème, mais de ce que tu m’as raconté, elle n’est pas le seul. Tu as beaucoup de problèmes.”
 
Erin baissa les yeux.
 
“Je sais.”
 
“Et je vais t’aider à les résoudre.”
 
Il y eut une pause, puis Erin leva les yeux. Ryoka ne croisa pas vraiment son regard. Elle s’éclaircit la gorge, mal à l’aise. Son visage était bouillant, mais elle savait ce qu’elle devait dire. C’était juste difficile.
 
“J’ai dit… beaucoup de choses que je n’aurais pas dû dire hier soir, Erin. Je suis désolée.”
 
“Quoi ? Non, Ryoka, je sais que ça a été très dur. Je suis désolée de t’avoir frappée.”
 
Ryoka se frotta la poitrine. Elle avait toujours mal aux côtes.
 
“Non, c’était de ma faute. C’est juste… il s’est passé beaucoup e choses. Cette armée de Gobelins est une véritable menace. Mais d’après ce que t’a raconté Magnolia, c’est peut-être la chose la moins dangereuse qui s’apprête à frapper le continent. Et nous sommes sur le point de nous faire happer par tout ça.”
 
Erin retint son souffle. Lorsque Ryoka disait cela comme ça, tout avait l’air tellement insolvable. Elle n’avait aucune idée de quoi faire, et elle le dit.
 
“Que devons-nous faire, alors ? Je veux dire, tous ces problèmes… que vas-tu faire, Ryoka ? Tu as un plan ?”
 
Elle n’avait rien qui ressemble à un plan. Ryoka regarda sa main. Elle n’avait rien. Elle ne savait pas quoi faire. Mais à présent, Erin comptait sur elle, elle aussi. Elle devait continuer. Elle ne pouvait pas flancher. Pas maintenant.
 
“Ensuite ? J’imagine qu’il faut que j’aille chercher ma récompense chez Teriarch. Une fois que ce sera fait, il faudra que je règle l’histoire avec Lady Magnolia. Ensuite… je ne sais pas.”
 
Ryoka garda les yeux baissés sur sa main mutilée.
 
“Il faut que je termine cette livraison. Quand ce sera fait, je reviendrai t’aider.”
 
Elle regarda Mrsha. Mais elle sentit quelque chose, alors. Erin toucha délicatement ses doigts valides.
 
“N’y vas pas. Reste un peu ici.”
 
La grande fille secoua la tête. Ses jambes étaient de plomb et son esprit était encore embrumé. Mais elle devait terminer ça. Elle n’avait pas raconté à Erin qui était vraiment Teriarch. Un Dragon. Il aurait peut-être des réponses à tout ça. Peut-être…
 
“Il faut que j’y aille. J’ai un boulot, Erin.”
 
“Oui, mais tu n’es pas obligée de partir aujourd’hui. Ni même demain. Ryoka, tu avais l’air à moitié morte lorsque tu es rentrée ! Et puis, il y a Mrsha, et tout ce qu’il se passe en ce moment… reste ici.”
 
Ryoka hésita. Elle regarda de nouveau Mrsha. La Gnolle était appuyée contre la table où était assise Lyon, les yeux clos. Pouvait-elle vraiment laisser Mrsha ici et reprendre sa course ?
 
Non. Bien sûr que non. Ryoka ferma les yeux et acquiesça.
 
“C’était stupide de ma part. Je vais rester. Au moins pour une journée.”
 
“Bien ! Alors on peut aller faire un truc ensemble !”
 
Ryoka ouvrit un œil et dévisagea Erin.
 
“Du genre ?”
 
“Quelque chose. N’importe quoi !”
 
Erin regarda Ryoka. Elle sourit d’un air excité.
 
“Nous n’avons jamais vraiment fait quoi que ce soit ensemble. Je veux dire, on est allées en ville la dernière fois et j’ai chanté sur le toit de l’auberge, mais à part ça…”
 
Ryoka hocha lentement la tête. Elle regarda Mrsha, puis l’auberge. Cette auberge. Ce lieu où elle se sentait en sécurité. Un endroit où elle pouvait rentrer. Lentement, elle se mit à comprendre ce qu’elle devait faire.
 
“Okay. Allons faire un truc.”
 
L’[Aubergiste] sourit.
 
“Super ! Que devrions-nous faire ? On pourrait aller prendre un bain. Toi et Mrsha, vous, euh, sentez un peu. Ou on peut aller visiter la ville. Ou…”
 
“Allons voir Krshia.”
 
Erin se figea.
 
“Quoi, maintenant ? Mais…”
 
“Tant que Lyonette reste ici, elle sera un problème. Ces Gnolls ne lâcheront pas l’affaire après une seul tentative. Ou du moins, pas ce Brunkr. Je veux m’assurer que tu sois en sécurité. Et… je dois leur raconter ce qu’il s’est passé.”
 
Erin hocha lentement la tête. Ryoka se leva, et regarda par la fenêtre. Le ciel était dégagé, mais il y avait eu beaucoup de neige dans la nuit. Son corps était fatigué, mais elle resta en mouvement. Il fallait qu’elle reste en mouvement.
 
Elle avait un devoir, à présent. Une mission.
 
Ryoka se leva, et endossa sa dette. Elle l’alourdit et lui donna un objectif. Elle regarda Mrsha et sut ce qu’elle devait faire.


***


Erin descendit la Rue du Marché de Liscor en ayant l’impression que rien n’avait changé. Et pourtant, elle avait le sentiment, au fond, d’être une voyageuse qui revenait chez elle après de nombreuses années.
 
Depuis combien de temps n’avait-elle pas parcouru ces échoppes à la recherche de cette fourrure brune familière et de sa voix ? Trop longtemps. Il ne s’était passé qu’une semaine ou deux et pourtant…
 
Son amie lui manquait.
 
Il fallut un moment à Erin pour repérer l’échoppe de Krshia. C’était aussi parce qu’elle marchait avec Ryoka et Mrsha ; Ryoka pouvait facilement soutenir le rythme, mais Mrsha n’était pas aussi rapide. La petite Gnolle ne cessait de s’arrêter pour regarder le marché ou se précipiter à la suite d’une odeur ou d’un objet intéressant, et Ryoka et Erin ne cessaient de devoir aller la chercher. Ryoka finir par traîner une Mrsha réticente par la patte.
 
Mais elles avaient enfin traversé le marché et se trouvaient à l’intersection lorsqu’Erin vit deux silhouettes familières. Krshia était derrière le comptoir de son échoppe, et se disputait avec son neveu Brunkr.
 
Rien n’avait changé. Et pourtant, ce n’était plus pareil. Plus du tout.
 
Erin se souvenait que Krshia avait toujours été au centre de la Rue du Marché, avec l’une des plus grandes échoppes et beaucoup de clients. Mais à présent…
 
À présent, elle avait un petit étal, avec peu de marchandises. La vision était tellement loin de l’échoppe bien remplie qu’elle avait toujours maintenue approvisionnée que le cœur d’Erin se serra. Et la Gnolle ne souriait pas, ne riait pas avec ses clients. Ses oreilles étaient plaquées contre son crâne et elle sermonnait Brunkr.
 
“... partir si tu es tellement impatient ! Va leur raconter, oui, va leur raconter mon échec ! Mais je reste encore la cheffe ici, non ? Si tu vas à l’encontre de mes désirs, c’est la Cheftaine que tu défies !”
 
“Tu n’es pas la seule à diriger ici, Tante !”
 
Brunkr ne portait pas son épée et son bouclier, mais il restait plus grand que Krshia. Il serrait les poings, et les Drakéides et les Gnolls qui passaient à côté de lui gardaient leurs distances. Erin s’arrêta à la vue du duo d’un air incertain.
 
Quelqu’un lui rentra dedans. Ryoka poussa un juron étouffé lorsque Mrsha essaya de l’attirer dans une file de gens en train de faire la queue à un stand de viande grillée qui sentait merveilleusement bon dans l’air glacé.
 
“Mrsha, non ! Tu ne peux pas... .Erin ! Est-ce que tu peux la tenir ?”
 
Ryoka se retourna et vit Krshia et Brunkr. Elle s’interrompit, mais ne lâcha pas Mrsha qui était pratiquement en train de baver.
 
“C’est Brunkr ?”
 
Krshia était en train de gronder sur Brunkr, et il faisait le même bruit. On aurait dit qu’ils étaient sur le point de s’attaquer. En somme, ce n’était pas l’ambiance idéale pour des retrouvailles, selon Erin.
 
“Ouaip. Est-ce qu’on… ?”
 
Ryoka hésita un instant. Puis elle fourra la patte de Mrsha dans la main d’Erin. Erin souleva la Gnolle dans ses bras et regarda Ryoka. La jeune femme se dirigea droit au cœur de la dispute entre les deux Gnolls.
 
‘Krshia Silverfang ? Je m’appelle Ryoka Griffin. Il faut qu’on parle.”
 
Les deux Gnolls se turent et dévisagèrent Ryoka. Erin retint son souffle et Mrsha regarda fixement la scène. Ryoka faisait face aux deux Gnolls sans une once de peur. Elle avait beau être grande, les deux Gnolls étaient encore plus grands et larges qu’elle.
 
Brunkr fusilla Ryoka du regard.
 
“Encore une Humaine ? Va-t’en. Nous sommes occupés. C’est une affaire entre ma Tante et moi.”
 
“Je suis une amie d’Erin Solstice.”
 
Ryoka montra Erin d’un pouce. Krshia écarquilla les yeux lorsqu’elle aperçut Erin et Mrsha, mais Brunkr se contenta de gronder;
 
“Je m’en fous. Va-t’en.”
 
Il essaya de se pencher d’un air menaçant sur Ryoka, mais elle ne cligna même pas des yeux.
 
“Et tu es censé être qui ?”
 
“Je suis Brunkr, guerrier de la Tribu des Crocs d’Argent. Et je…”
 
“Okay. Dégage. Il faut que je parle avec quelqu’un de haut placé.”
 
La mâchoire d’Erin se décrocha. Les oreilles de Mrsha s’aplatirent et c’était soudain elle qui s’accrochait à Erin. Brunkr plissa les yeux et ouvrit la bouche.
 
“Tu oses ? Tu oses m’insulter ? Toi ?”
 
Une sueur froide coula le long du dos d’Erin. Elle avait cru que Ryoka s’était améliorée - ou du moins qu’elle n’était plus folle de rage comme avant. Mais elle ne présentait pas beaucoup de signes qu’elle était saine d’esprit en ce moment. Que devait-elle faire ?
 
Mais Ryoka avait l’air d’avoir un plan. Elle dévisagea calmement Brunkr qui retroussait les lèvres pour dénuder ses dents.
 
“J’ose. J’ose parce qu’il y a des choses plus importantes que toi, petit Gnoll. Krshia Silverfang. La tribu des Lances de Pierre a été massacrée.”
 
La rue se tut. La voix sonore de Ryoka avait engendré un silence et une pause lorsque tous les Gnolls à portée de voix - et cela représentait un sacré rayon - tournèrent la tête pour la dévisager. Brunkr avait pris une grande inspiration pour rugir, mais il se figea, les yeux écarquillés.
 
Krshia dévisagea Ryoka. Ses yeux passèrent brièvement sur Erin, et ne semblèrent remarquer Mrsha que maintenant. Elle recula d’un pas, et pendant un instant, ses yeux furent emplis de peur.
 
Puis l’instant passa. Elle regarda Ryoka, et secoua la tête.
 
“Tu dis la vérité ?”
 
“À ma connaissance. J’ai été témoin de leur fin.”
 
Krshia hocha la tête. Elle se tourna vers Brunkr.
 
“Ferme le magasin. Je dois entendre ça.”
 
Il ne discuta pas. La rue était emplie de silence lorsque Krshia fit un signe de tête à Ryoka. Cette dernière la suivit en silence. Erin hésita, mais se précipita derrière elles, Mrsha dans ses bras. Elle sentit des Gnolls la suivre. Et à présent que tous les regards étaient focalisés sur Ryoka et elle, ils virent Mrsha aussi. Elle entendit des murmures, et sentit un pincement de malaise serrer son cœur.
 
C’étaient tous des Gnolls, et Krshia était son amie, même après l’incident avec Lyonette. Elle n’avait pas l’air d’être en colère contre Erin, même si Brunkr était un imbécile. Mais alors pourquoi les Gnolls dévisageaient-ils donc Mrsha ? Et pourquoi serrait-elle si fort Erin ? Et pourquoi…
 
Pourquoi avaient-ils tous l’air si effrayés ?
 


Hors ligne EllieVia

  • Tabellion
  • Messages: 54
Re : The Wandering Inn de Piratebea (Anglais => Français)
« Réponse #153 le: 14 février 2021 à 10:06:55 »

2.40 - Deuxième Partie
 Traduit par EllieVia
***

Je crois que j’ai compris. Je suis Ryoka Griffin. Je suis une Coursière, et une jeune femme arrogante qui se croyait meilleure que ce qu’elle ne l’était. Des gens sont morts à cause de ma stupidité.
 
Je n’aurais peut-être pas pu les sauver, dans tous les cas. Mais j’aurais pu être plus forte, et cela aurait peut-être fait la différence. Qu’importe, toutefois, ils sont morts. Les gens qui m’ont aidée sont morts. Ce n’est peut-être pas de ma faute, mais j’ai une dette à honorer.
 
Une dette envers les morts.
 
Une personne a survécu. Une gamine, une enfant. Je vais la garder en sécurité. Mais je rembourserai également ma dette. Et pour ce faire, je dois tout d’abord me confesser.
 
Je suis assise dans l’appartement de Krshia Silverfang, une tasse de thé étrangement amer dans les mains. Il y a un bol de morceaux de viande sur la table, mais je pense qu’elle est peut-être crue donc je n’en prends pas. Erin et Mrsha ont déjà mangé plusieurs cubes.
 
Krshia est assise en face de moi, Brunkr à ses côtés. C’est clairement elle qui dirige : elle a été la seule à poser des questions pendant que je lui racontais les événements. Qu’importe leurs querelles, Brunkr est clairement son subordonné en ce qui concerne tout ça.
 
Et il y a des Gnolls dehors. Je jette un regard par la fenêtre et aperçois un bout de fourrure disparaître derrière un mur. Des Gnolls se tiennent devant l’appartement, peut-être même sur les toits, et je doute que ce soit pour nous tendre une embuscade. Je crois qu’ils écoutent notre conversation.
 
Ce n’est pas étonnant. J’apporte de mauvaises nouvelles, les pires qu’il soit. Je le sais rien qu’en regardant l’expression de Krshia et Brunkr.
 
“Un Seigneur Gobelin.”
 
Voilà ce que dit Krshia à la fin de mon récit. Elle baisse les yeux sur sa tasse de thé, qu’elle n’a pas touchée, et son neveu serre les poings. Elle me regarde avec gravité, et je hoche la tête.
 
“Un Seigneur Gobelin. Et il a une armée.”
 
Une armée suffisamment puissante pour vaincre Zel Shivertail. C’est atroce. Pire encore, il a massacré la tribu des Lances de Pierre jusqu’au dernier.”
 
Krshia lance un regard furtif en direction de Mrsha. Mrsha est assise à côté d’Erin, mais elle n’a pas l’air à l’aise avec Krshia. Mais pas plus que Krshia et Brunkr n’ont l’air mal à l’aise avec elle, toutefois. Ils ne cessent de lui jeter des regards en coin.
 
À cause de sa fourrure ?
 
“Ce sont de bien sombres nouvelles que tu nous apportes, Ryoka Griffin. Mais je te suis reconnaissante de nous en avoir parlé plutôt que d’avoir laissé le soin à d’autres que toi de répandre la nouvelle.”
 
Je hoche la tête, et me concentre de nouveau sur Krshia. À vrai dire, je ne connais pas du tout cette Gnolle. Je connaissais Urksh, plutôt bien pour quelqu’un qui n’a passé que quatre jours en sa compagnie. Mais Krshia m’est étrangère, même si Erin dit qu’elle est sympa. Il faut que je la surveille, et en même temps, il faut que je l’aide. Pour bien commencer, autant être honnête.
 
“Je leur suis redevable. La tribu des Lances de Pierre m’a sauvé la vie. Leur Cheftain a été gentil avec moi.”
 
Krshia hoche la tête. Elle ferme brièvement les yeux, et je vois un éclair de douleur traverser ses traits.
 
“Je connaissais Urksh. Il n’était pas le plus puissant des Cheftains, ce n’était pas un guerrier, mais il était sage. Sa mort est une véritable perte.”
 
“Que la tribu ait disparu est un désastre.”, gronde Brunkr en serrant le poing. Pas de thé pour lui. Il me regarde, ses yeux emplis de passion et de furie.
 
“Et l’expédition minière ? Ils sont peut-être encore en vie. Les Gnolls ne meurent pas si facilement sous les coups des Gobelins.”
 
Je m’agite et secoue la tête.
 
“J’ai pensé la même chose. Mais il y avait plus d’une centaine de Hobgobelins dans cette armée. Même si l’expédition minière n’a pas été trouvée…”
 
Krshia hoche la tête. Son visage est sombre.
 
“Ils se seraient jetés sur les Gobelins plutôt que de vivre sans leur tribu. Ils ne sont plus de ce monde, Brunkr.”
 
“Tous, sauf une.”
 
Je montre Mrsha d’un signe de tête. Elle cligne des yeux sous le poids des regards des deux Gnolls. Erin lui caresse l’épaule d’un air rassurant, mais Mrsha se contente de se rapprocher d’elle pour s’éloigner de Brunkr.
 
“Hrr. Oui. La jeune Mrsha.”
 
Krshia se lève de sa chaise. Elle se penche et Mrsha recule, mais le visage de la Gnolle n’est que gentillesse. Elle gronde quelque chose d’une voix basse et rassurante et Mrsha relâche petit à petit sa poigne de fer sur le bras d’Erin.
 
Mrsha ne parle pas - elle en est incapable - mais elle lève une patte. Krshia laisse Mrsha poser une patte sur sa joue, puis elle lui touche gentiment le nez. La fourrure blanche effleure la fourrure d’un brun sombre et je détourne le regard.
 
“Humaine.”
 
Brunkr me dévisage d’un air sérieux. Je soutiens son regard. Je n’aime pas Brunkr. C’est probablement un type solide, sérieux, mais il ne m’a pas vraiment l’air malin. Et j’ai besoin de gens malins, en ce moment. Malins, et prêts à discuter et à faire des compromis.
 
“Et les autres tribus ? Est-ce que tu as couru les prévenir ? Ou sont-elles à la merci de cette armée de Gobelins ?”
 
Krshia s’écarte un peu de Mrsha et regarde son neveu d’un air désapprobateur.
 
“Si c’est Shivertail, il aura dit aux Gnolls de son armée de hurler, oui ? Les tribus seront prévenues. Cette armée de Gobelins ne les aura pas si facilement.”
 
Elle secoue la tête.”
 
“Non, elles ont été prévenues, mais il faut organiser une réunion. Les tribus doivent soit s’enfuir, soit s’allier pour détruire cette menace avant qu’un Roi Gobelin ne soit créé.”
 
“Je vais mener les guerriers au sud, pour défendre notre tribu…”
 
Brunkr se lève, mais Krshia le fait rasseoir d’un regard noir.
 
“Et faire quoi ? Une poignée de lances ne fera aucune différence face à une telle horde. De plus, tu es à des semaines de voyage et notre tribu est en sécurité. On a besoin de toi ici.”
 
“Pour faire quoi ? Protéger des cendres ?”
 
Brunkr dévisage sa tante et ses poils se dressent autour de son cou. Elle lui renvoie un regard noir, et l’humeur de la salle tourne de nouveau au vinaigre. Mrsha s’écarte légèrement, et Erin parait soucieuse. Elle n’a pas dit grand-chose - j’imagine qu’elle a peur de faire une bourde.
 
Mais moi ? Je m’en fiche que l’ambiance ne soit pas au beau fixe. Je veux juste résoudre tout ça. Je m’éclaircis donc la gorge et force donc les deux Gnolls à abandonner le concours de regard.
 
“C’est la deuxième chose donc je voulais te parler, Krshia Silverfang…”
 
Elle agite une patte.”
 
“Tu es une amie d’Erin. Appelle-moi Krshia.”
 
Je hoche la tête.
 
“Krshia, Mrsha se retrouve sans toit. Je ne connais rien aux coutumes des Gnolls, mais tu es la seule Gnolle qu’Erin connaisse. Est-ce qu’il serait possible qu’elle vive ici ?”
 
Je n’étais pas préparée au regard horrifié de Mrsha. Elle essaie de se dégager de l’étreinte d’Erin pour se précipiter sur moi, mais la fille la retient. Elle me regarde bizarrement, elle aussi. Quoi ?
 
Krshia hésite. Elle jette un regard à Mrsha, et je vois son expression lorsqu’elle avise sa fourrure blanche.
 
“Brunkr. Est-ce que tu veux bien aller donner quelque chose à manger à Mrsha ? J’ai quelques goûters de chez nous qu’elle aimera peut-être.”
 
C’est le plus vieux tour du monde, mais les oreilles de Mrsha se dressent sur sa tête lorsqu’elle entend les mots “à manger”. Le regard de Brunkr s’assombrit, mais il se lève et se dirige vers la cuisine. Erin est la seule à protester.
 
“Mrsha a eu un gros petit déjeuner, et elle a mangé plein de cubes de viande. Elle devrait peut-être…”
 
Je la fusille du regard et montre la cuisine d’un signe de tête. Son visage se fige et je m’empêche à grand-peine de me frapper le front en la voyant comprendre l’astuce.
 
“Oh. Je, euh, allons manger un truc, Mrsha !”
 
Elle guide Mrsha à la cuisine. Mais l’enfant me regarde toutefois deux fois par-dessus son épaule en s’y rendant, et je la vois jeter un dernier coup d’œil pour s’assurer que je ne suis pas en train de partir.
 
Bordel. Je ne voulais pas dire que j’allais juste partir en courant. Je voulais juste dire que…
 
Krshia s’approche de moi et baisse la voix. Je me concentre de nouveau sur elle, cessant mes récriminations internes pendant un instant.
 
“Ryoka Griffin. La situation est plus compliqué qu’il n’y paraît, oui ?”
 
“En effet.”
 
Je parle à voix basse et la Gnolle s’assied à côté de moi pour discuter. Je sens sa chaleur corporelle, et sa fourrure me donne l’impression d’être assise à côté d’un ours. Mais ses yeux… ses yeux ressemblent à ceux de n’importe qui. Je me concentre là-dessus.
 
“Tu apportes de terribles nouvelles. Mon cœur saigne pour Mrsha. Et pourtant, la situation ici est compliquée.”
 
Je hoche la tête.
 
“Je sais. Ton peuple veut tuer Lyonette, qui est sous la protection d’Erin.”
 
Krshia acquiesce.
 
“Entre autres. Lyonette a fait quelque chose de terrible.”
 
“Elle a détruit ton échoppe, oui. Et elle a fait beaucoup de dégâts aux autres échoppes Gnolles. Mais il y a autre chose, n’est-ce pas ?”
 
Tout cela avait l’air affreux lorsqu’Erin me l’avait raconté, mais je ne vois pas vraiment en quoi cela justifie que les Gnolls envoient un groupe tuer Lyonette. Krshia hésite, et je la dévisage.
 
“Je ne suis pas Erin, Krshia. Parlons franchement.”
 
Ses lèvres se relèvent en un sourire amer.
 
“J’aurais aimé le faire avec elle. Mais les circonstances ont conspiré contre moi, et je n’ai pas pu discuter plus tôt, oui ? Tu dis la vérité. La voleuse a détruit plus que mon échoppe. Elle a détruit quelque chose de… précieux, pour mon clan. Quelque chose que nous avons travaillé dur pour accumuler toutes ces années.”
 
Merde.  Ce n’est pas ce que je voulais entendre. Mais je rassemble les pièces du puzzle. Je hoche la tête.
 
“Et Erin, en sauvant Lyonette, vous a aussi empêchés de vous venger.”
 
“Elle a endossé la dette, oui.”
 
Krshia hoche la tête. Je fronce les sourcils.
 
“C’est n’importe quoi. Ce n’était pas de sa faute. Elle n’a rien fait qui justifie une attaque.”
 
Krshia croise calmement mon regard.
 
“Non, en effet. C’était mal. Mais la dette de la voleuse ne peut être effacée que dans le sang, et Erin Solstice en assumera le coût tant qu’elle la protégera.”
 
Les coutumes Gnolles. Pendant mon séjour dans la tribu des Lances de Pierre, Urksh m’avait expliqué quelques-unes de leurs coutumes. Ils prennent les dettes de ce genre très sérieusement, et l’idée qu’ils se font de la culpabilité est transférable. Je fronce les sourcils en regardant ma tasse de thé, et en bois une gorgée. Pas mauvais, et ça me laisse une seconde pour réfléchir.
 
“Est-ce que tous les Gnolls de Liscor pensent comme ça ?”
 
“Certains. Les jeunes. Nous qui sommes plus vieux comprenons Erin Solstice. Mais même là, cela reste difficile à accepter. La voleuse doit être punie. La dette doit être payée.”
 
“Mais elle n’a rien.”
 
“Rien d’autre que sa vie.”
 
Les vieilles coutumes. Le sang règle toutes les dettes. La plus ancienne des coutumes. Parfois, j’ai l’impression que les Gnolls sont exactement comme nous… mais enfin, qu’est-ce que je raconte ? Ils sont exactement comme nous.
 
Bordel. Très bien. Regardons à quel point on est dans la merde.
 
“Et combien vous a coûté Lyonette ? Combien de pièces d’or équivaudrait à ce que vous avez perdu, par exemple ?”
 
“Cinquante mille pièces d’or.”
 
Je cligne des yeux, et regarde fixement Krshia. Elle soutient mon regard. J’ouvre la bouche, et la referme. Si je disais quelque chose du genre “tu n’es pas sérieuse” ou “ça doit être une erreur”, il faudrait probablement que je me poignarde pour cacher ma honte.
 
Krshia est sérieuse. Et je vais donc lui répondre. Je plonge mon regard dans le sien.
 
“Tant qu’Erin portera cette dette, tu ne l’aideras pas, n’est-ce pas ?”
 
“Ce sera… plus difficile pour moi, oui. Nous avons déjà aidé Erin Solstice par le passé, et nous t’avons aidée aussi.”
 
Je me souviens des Gnolls qui nous avaient aidées à combattre Scruta et hoche la tête.
 
“Tu sais qu’elle vient d’un autre monde. Et tu voulais qu’elle t’offre quelque chose d’utile. Quelque chose que tu puisses rapporter à ta tribu.”
 
Krshia inhale doucement. J’entends Brunkr gronder quelque chose à Mrsha qui entrechoque des objets dans la pièce voisine.
 
“Tu comprends vite, n’est-ce pas ? Tu réfléchis différemment d’Erin.”
 
“Pas forcément mieux.”
 
“Non. Mais tu as raison. Nous avions espéré. Nous avons offert beaucoup dans l’espoir de recevoir davantage. Mais…”
 
Krshia haussa les épaules.
 
“La voleuse nous a coûté trop cher. C’était un coup de malchance, mais ma tribu va devoir en payer le prix. Je ne crois pas qu’Erin soit capable de m’offrir quelque chose de suffisant pour payer cette dette.”
 
“Et c’est pour ça que tu essaies d’empêcher Brunkr de tuer Lyonette.”
 
Le regard de Krshia devient fuyant.
 
“Très intelligente. Cela anéantirait des années de travail à Liscor et ferait plus de mal que de bien. Mais la dette demeure.”
 
“Très bien. Je crois que je comprends le problème.”
 
Je soupire, et repose la tasse de thé. Puis je fais face à Krshia, et hausse la voix de manière à ce que les Gnolls qui écoutent aux portes et aux fenêtres puissent m’entendre.
 
“J’endosse la dette d’Erin. Et je la paierai.”
 
La Gnolle cligne des yeux. Une fois. Deux fois. Je souris, du large sourire de l’idiote qui parie tout sans un seul atout dans sa main.
 
“Tu es confiante, oui ? Est-ce que tu possèdes quelque chose de valeur ?”
 
Huit cents pièces d’or, que je n’ai pas en ce moment. 1.6% de la dette d’Erin. Je ne le dis pas à voix haute, cela dit.
 
“Je trouverai une solution. Je viens d’un autre monde, comme Erin.”
 
Krshia me regarde en cillant. Mais elle n’a pas l’air surprise.
 
“Mm. Mais cela ne veut pas dire que tu aies quoi que ce soit de plus qu’Erin Solstice, oui ? Et cela n’est-il pas censé être un grand secret ?”
 
“Les choses ont changé.”
 
Un certain groupe d’imbéciles sous la tutelle de Magnolia en atteste.
 
“Je rembourserai la dette. Je trouverai quelque chose qui effacera la dette d’Erin. Je le promets.”
 
Krshia m’examine.
 
“Tu es confiante, oui ?”
 
“Oui.”
 
Je soutiens son regard. Elle finit par hocher la tête.
 
“Vite. Si tu veux effacer la dette, alors tu dois le faire vite.”
 
“Très bien.”
 
Je suis tellement foutue. Mais ce n’est qu’une partie de la dette que je dois. Je jette un regard vers la cuisine où j’entends Brunkr gronder et Erin rire.
 
“Et Mrsha ?”
 
Krshia hoche la tête.
 
“Nous allons l’accueillir. Ma tribu est loin au sud, mais nous l’élèverons ici jusqu’à ce que nous y retournions.”
 
J’hésite. C’était ce que j’avais prévu, mais je me souviens du regard de Krshia et de Brunkr.
 
“Et elle sera en sécurité ?”
 
“Oui.”
 
Ce n’est qu’un éclat bref dans son regard. Mais il est là. Je regarde fixement Krshia.
 
“Sa fourrure est blanche. Je croyais que c’était à cause des Fées de Givre qui nous ont sauvées, mais est-ce que cela a une signification particulière dans la culture Gnolle ?”
 
Le regard de Krshia vacille. Elle prend un cube de viande et le met dans sa bouche avant de l’avaler sans me regarder.
 
“Il y a… une signification.”
 
“Tu veux dire qu’une superstition y est associée. Ou un mauvais présage.”
 
“... Oui.”
 
“Et cela signifie quoi, exactement ?”
 
Krshia marque une pause.
 
“Ne me mens pas, Krshia Silverfang.”
 
Elle me fusille du regard. Je lui renvoie un regard noir. Krshia soupire et se gratte le cou.
 
“Trop intelligente. Tu es épineuse, comme un buisson de ronce, oui ? Mais tu as raison. La fourrure blanche a une signification pour mon peuple. Aucun Gnoll ne possède de fourrure blanche, sauf ceux qui ont été frappés par le désastre.”
 
“Le désastre ?”
 
“Ceux qui ont perdu leur tribu. Ceux qui ont survécu à la catastrophe. Et, parait-il, ceux qui l’apporte.”
 
Ma gorge se serre. Je suis soudain très, très contente que Mrsha soit dans une autre pièce.
 
“Rien de ce qu’il s’est passé n’a été de la faute de Mrsha.”
 
Krshia trace un motif sur sa jambe.
 
“Je suis sûre que tu dis la vérité. Mais mon peuple croit en ce genre de choses. Est-ce que tu peux être certaine que rien de tout cela n’a été causé par elle ?”
 
Les Fées de Givre. Je serre le poing et sens mes ongles plonger dans ma peau et la transpercer.
 
“Non. Mais elle reste innocente.”
 
Krshia m’observe et finit par hocher la tête.
 
“Je vais la prendre avec moi. Elle sera en sécurité à mes côtés.”
 
Je secoue la tête. La situation a de nouveau changé.
 
“Non. Elle va rester avec Erin. J’ai vu la manière dont Brunkr la dévisageait.”
 
“Il est jeune.”
 
“Mais s’il agit ainsi, d’autres Gnolls le feront aussi. Est-ce que Mrsha serait vraiment en sécurité à Liscor ?”
 
Krshia acquiesce, mais seulement au bout d’un moment. Je suis abattue. Littéralement abattue.
 
“Si tu ne peux pas être absolument certaine qu’elle sera en sécurité, elle restera avec Erin. Et quiconque tentera de lui faire du mal devra me passer sur le corps, et sur celui de tous les gardes que je pourrai trouver.”
 
“Elle ne sera pas mise en danger, Ryoka Griffin. Mais c’est peut-être préférable, en effet, qu’elle reste à l’auberge.”
 
“D’accord.”
 
Je secoue la tête. C’est vraiment la merde, mais au moins je peux me concentrer sur quelque chose. Que diable vais-je pouvoir offrir aux Gnolls ? Je sais que je peux trouver quelque chose.
 
Si on oublie la poudre à canon, il y a forcément quelque chose. Des avancées en termes d’archerie ? J’ai vu les Gnolls utiliser des arcs courts et longs, mais qu’en est-il des armes composites ou des arcs à poulies ? Est-ce qu’on peut en fabriquer, d’abord ?
 
Une espèce d’avancée médicale ? D’éducation ? Mais il faut que ce soit quelque chose qui ait vraiment de la valeur. Bordel, comment vais-je faire pour protéger Mrsha ? Je n’ai pas vu le squelette d’Erin - elle va devoir le garder aux alentours de l’auberge non-stop. Et “vite” à quel point ?
 
Krshia interrompt le tourbillon de pensées sous mon crâne.
 
“Pourquoi proposes-tu de reprendre la dette d’Erin Solstice, Ryoka ? Est-ce qu’il s’agit simplement d’amitié ou y a-t-il autre chose ?”
 
Je la regarde. La réponse brûle dans ma poitrine. C’est tout ce que je peux faire. Ce que je dois faire.
 
“J’ai une dette personnelle envers la tribu des Lances de Pierre. C’est la raison pour laquelle j’aide Erin et que j’offre quelque chose de valeur à ta tribu. Toutefois, ma dette envers Mrsha est bien plus grande. Souviens-t ’en.”
 
“Et que dois-tu à Mrsha ?”
 
Les yeux bruns de Krshia sont fixés sur moi. Je crois son regard avec gravité.
 
“Tout.”
 
***

Un autre événement survint avant qu’Erin et Ryoka ne quittent la maison de Krshia. Ryoka était juste en train de terminer sa discussion avec Krshia lorsqu’elle entendit un glapissement, puis un hurlement en provenance de la cuisine. Elle bondit du canapé et se précipita vers la cuisine sans réfléchir.
 
Brunkr était en train de secouer son bras et de hurler de douleur. Ryoka vit Mrsha en train de lui mordre la main, ses dents d’enfonçant dans sa chair alors qu’il essayait de la faire lâcher prise. Erin le retenait.
 
“Mrsha !”
 
“Enlevez-la moi !”
 
“Mrsha, lâche-le !”
 
Je me précipite sur Mrsha et aide Brunkr à la faire lâcher prise. Sa bouche est pleine de sang et elle se débat comme un chat sauvage dans mes bras, grognant silencieusement sur Brunkr.
 
“Ça fait mal !”
 
Il rugit sur elle et dénude ses dents. Je pousse Mrsha derrière moi, mais Erin et Krshia sont en train de lui bloquer le passage.
 
“Cesse, neveu.”
 
“Elle m’a mordu jusqu’au sang !”, gronde Brunkr à Krshia, mais Erin se dresse devant lui. Elle lève le poing.
 
“Si tu t’approches d’elle, je te cogne.”
 
À ces mots, Brunkr hésite. Il lui jette un regard méfiant, et je pousse Mrsha dans l’autre pièce. Je suis prêt à lui crier dessus lorsque je vois son visage.
 
Les dents de Mrsha sont couvertes de sang et elle est toujours en train de gronder. Mais elle pleure, aussi. Les larmes roulent sur ses joues alors qu’elle se débat dans mes bras pour essayer de se libérer.
 
Au final, Brunkr retourne dans le salon et Erin et moi restons avec Mrsha. je ne sais pas ce qu’a dit Krshia, mais quelques mots de sa part dans la langue grondante des Gnolls et Mrsha a cessé d’essayer d’attaquer Brunkr.
 
“Que s’est-il passé ?”
 
“Je ne sais pas !”
 
Erin accepte le linge humide que lui tend Krshia et elle essuie le visage de Mrsha. La Gnolle commence d’abord par essayer de se dégager, mais elle finit par la laisser nettoyer le sang qui lui couvre le visage. Elle crache sur le linge et je lui propose un peu de thé pour faire passer le goût du sang.
 
“Tout ce que je sais, c’est que Mrsha allait bien, et d’un coup Brunkr lui a grondé quelque chose et… et elle l’a attaqué !”
 
Brunkr a l’air sur la défensive lorsqu’Erin s’interrompt pour le fusiller du regard. Krshia lui jette un regard lourd de menaces et ses oreilles s’aplatissent sur son crâne.
 
“Brunkr. Qu’as-tu donc fait ?”
 
Il regarde le sol d’un air sombre en marmottant sa réponse.
 
“Je lui ai juste dit que… sa tribu a disparu. Qu’elle a disparu, et qu’elle ne reviendra jamais. Disparu, parce qu’elle a apporté le désastre avec elle. Parce qu’elle est maudite.”
 
Silence. Je regarde Erin, puis Mrsha. Elle s’est remise à pleurer.
 
Erin se lève. Elle ne dit rien. Elle se contente de cogner Brunkr suffisamment fort pour l’envoyer s’écraser contre un mur. Krshia hocha la tête d’un air approbateur.
 
“Je te présente mes plus sincères excuses, Erin Solstice.”
 
“Je pense qu’on devrait y aller.”
 
Erin baisse tristement les yeux sur Mrsha. Elle pleure, et s’accroche à moi. Je sens ses griffes transpercer ma peau, mais je ne la lâche pas. Krshia nous contemple avec tristesse, et ses yeux s’attardent sur la fourrure blanche de Mrsha.
 
Aussi blanche que la neige. Une couleur pure. Le blanc, la couleur de la pureté, de l’innocence.
 
Mais aussi de la mort.


***

Nous rentrons lentement. Je porte Mrsha sur mes épaules, bien qu’elle soit lourde. Elle pleure toujours. Je dois m’arrêter deux fois pour qu’elle puisse vomir. Elle régurgite tout ce qu’elle a mangé et se contente de s’accrocher à moi encore plus fort.
 
Encore un échec de ma part. Je ne mérite même pas de rester à ses côtés. Mais si Krshia ne peut pas la protéger, il faut que je trouve un moyen.
 
N’importe lequel.
 
Erin et moi ne parlons pas beaucoup sur le chemin du retour, nous pataugeons juste à travers la couche épaisse de neige. On dirait qu’il va encore en tomber ce soir.



“Haha ! Je vois que la mortelle imbécile a rencontré celle qui sert à manger ! C’est une bonne chose !”
 
“Mais elles vont si lentement ! Comme des fourmis ! Comme des insectes !
 
“Est-ce qu’on devrait leur faire tomber plus de neige sur la tête ? Une avalanche ? De la grêle ?”


 



Les Fées de Givre descendent du ciel. Je lève les yeux sur elles. Ce n’est pas le moment, mais elles rigolent et sourient comme si tout allait bien.



“Ho, voyageuses ! Donnez-nous votre or ou nous vous ensevelissons !”
 
“Nous sommes des bandites ! Vous, nos victimes !”
 
 





Erin grimace, mais elle ne répond pas aux provocations des fées. Je n’ai pas ce genre de scrupules.
 
“Dégagez. Ce n’est pas le moment.”
 
Ryoka !”, me siffle Erin, mais je me contente de regarder les fées. Elles marquent une pause.



“Ooh, la mortelle a des crocs ! Est-ce qu’on vous dérange ?”



Je pointe Mrsha du doigt. Elle a enfoui son visage dans mes vêtements et ne bouge plus. Je sens ses larmes me mouiller la peau à travers les épaisseurs de tissu.
 
“Vous la dérangez, elle. Allez-vous-en.”
 
Les fées de givre hésitent un instant. Elles regardent fixement Mrsha et paraissent se concerter. Puis, sans un mot, elles s’envolent.
 
Erin me regarde, bouche-bée.
 
“Comment est-ce que tu as fait ça ? Elles ne m’écoutent jamais, moi !”
 
Je hausse les épaules, et ajuste ma prise sur Mrsha.
 
“Mets le doigt là où ça fait mal. Elles aiment bien les enfants.”
 
Comme pour me contredire, je sens quelque chose me frapper gentiment à l’arrière de la tête. Erin essuis la neige et je serre les dents.
 
“Petits monstres.”
 
Une autre boule de neige me cogne légèrement le dos. Erin secoue la tête.
 
“Je crois qu’elles t’aiment bien.”
 
“Nous sommes arrivées à un… accord.”
 
“C’est tellement… euh, eh bien, tant mieux, non ?”
 
“Qui sait ?”
 
Nous poursuivons notre route. Quelques minutes plus tard, nous apercevons la porte de l’auberge d’Erin au sommet de la colline, et quelque chose d’autre.
 
“Il y a une foule devant ton auberge.”
 
“Oh ! J’imagine que tout le monde se disait que j’allais y être !”
 
Erin se précipite en avant, et je l’entends appeler les gens devant moi. Je ne reconnais presque aucune des personnes devant l’auberge. Une Drakéide… Selys ? Et l’Antinium, soit Pion, soit Klbkch - non, Klbkch est le seul avec deux bras, donc ça doit être lui. Et il y a un mec plus vieux, dans la trentaine, que je sais que je n’ai jamais vu. Il porte une armure de cuire et il a l’air d’un combattant. Et…
 
Des Gobelins. Je m’arrête et mon cœur se glace dans ma poitrine. La petite Gobeline - Loks est debout à côté d’un Hobgobelin dans la neige, à l’écart du reste. Je jette un regard furtif à Mrsha, mais elle est encore déconnectée du monde, et s’agrippe à ma poitrine.
 
Erin se retourne un grand sourire aux lèvres.
 
“Tout le monde est là ! On dirait qu’on va être complet, ce soir… qu’est-ce qu’il y a ?”
 
Elle ne voit mon expression que maintenant. Je pointe les Gobelins du doigt.
 
Eux. Fais-les partir d’ici.”
 
“Qui ?”
 
Erin se retourne. Puis elle me jette un regard troublé.
 
“Ryoka. Ce sont des clients. Je…”
 
“Je ne te pose pas la question !”
 
Je pointe Mrsha du doigt et Erin change d’expression. Elle remonte la colline avec réticence. Je la vois discuter avec les deux Gobelins en nous pointant du doigt, Mrsha et moi. Je ne sais pas ce qu’elle leur dit, et je m’en fiche. Je gravis la colline, en me tenant loin des Gobelins. Lorsque j’atteins le sommet, ils n’y sont plus.
 
Erin a l’air déçue, mais je m’en fiche. Je pousse la porte de l’auberge en ignorant les gens qui essaient de me saluer. Je ne regarde autour de moi qu’une fois que j’ai reposé Mrsha.
 
“Salut ! Tu es… Ryoka, c’est ça ?”
 
J’entends une voix amicale et me retourne. Selys, la Drakéide, me sourit. Elle baisse les yeux sur Mrsha. Elle est roulée en boule sur une chaise.
 
“Aw ! Qui est-ce ?”
 
“Mrsha. Elle a passé une mauvaise journée.”
 
Selys acquiesce, et s’éloigne doucement de Mrsha pour pouvoir me parler.
 
“Je sais que nous avons à peine eu le temps de discuter, mais Erin m’a brièvement raconté ce qu’il s’était passé.”
 
“Oh, vraiment ?”
 
Je pousse un juron silencieux en entendant les mots franchir mes lèves. Je suis encore d’humeur massacrante à cause des deux Gobelins, mais Selys me sourit.
 
“Ne t’inquiète pas. Je comprends. Erin n’a pas beaucoup de tact, mais si tu veux en parler, je veux bien t’écouter.”
 
Je la dévisage. Ça alors.
 
“J’imagine que les [Réceptionnistes] doivent gérer pas mal de merde, hein ?”
 
Elle pouffe de rire.
 
“Ça fait partie du boulot. Et maintenant que j’ai entendu parler de ce Seigneur Gobelin… Par mes ancêtres, quelle horreur. Est-ce que cette petite Gnolle… ?”
 
“C’est la seule survivante, oui.”
 
Les yeux de Selys sont remplis de pitié.
 
“Pauvre gamine. Dis-moi si je peux aider, d’accord ?”
 
Est-ce que ça peut vraiment être aussi facile ? Est-ce qu’on peut vraiment offrir son aide comme ça ? J’hésite, puis hoche la tête d’un air gêné.
 
“Merci.”
 
“Tiens-moi au courant. Et je crois qu’elle - comment s’appelle-t-elle ? Mrsha ? - que ce dont elle a vraiment besoin, en ce moment, c’est de sommeil et de calme.”
 
Mais lorsque nous essayons toutes les deux de monter Mrsha à l’étage, elle se met à essayer de nous griffer. Elle me mord même lorsque j’essaie de m’asseoir à côté d’elle. Et apparemment, ses griffes font mal même lorsqu’on possède des écailles. Nous n’avons pas d’autre choix que de la laisser tranquille. Selys et moi battons en retraite au même moment où Erin passa à côté de nous en discutant avec Klbkch et l’Humain.
 
“Oh. Ryoka ! Est-ce que tu as déjà rencontré Halrac ? Non ? Voici Halrac. Hum, c’est un aventurier Or.”
 
Je salue d’un signe de tête l’homme grisonnant. Il me salue à son tour. Type peu sympathique*. Il jette des regards en coin à Mrsha en s’asseyant à une table.


*Attends, qu’a dit Erin à son sujet ? Un aventurier Or ?


“Ryoka Griffin. Je te présente toutes mes condoléances.”
 
Je me retourne. Klbkch, l’un de ces maudits Antiniums… non. C’est un ami d’Erin et il est mort une fois pour la sauver. Je le salue d’un signe de tête.
 
“Klbkch ?”
 
“Oui. Permets-moi de te promettre que je conduirai personnellement des patrouilles au sud de Liscor dès que ce sera possible pour assurer la sécurité de Mrsha et de cette auberge.”
 
“Vraiment ?”
 
Voilà qui est… suspect. Pourquoi Klbkch s’intéresse-t-il tant à Erin ? C’est sans doute lié à cette histoire d’individus Antiniums et de Pion. Bordel, Erin.
 
Mais toute aide est la bienvenue, et je hoche donc la tête. Klbkch regarde Mrsha. Elle s’est remise à pleurer. Son petit corps est agité de tremblements, et je sens mon cœur se serrer.
 
“Je regrette ce qu’il s’est passé. Je te promets que si l’armée du Seigneur Gobelin passe devant l’une des Colonies, elle sera détruite.”
 
Il n’y a rien à répondre à ça. Je hoche donc la tête. Mais les pleurs de Mrsha assombrissent même l’humeur solaire d’Erin. Elle fait de son mieux, fait à manger et insiste pour que nous nous asseyions tous ensemble à table, mais elle ne peut pas faire bouger Mrsha et Lyonette nous apporte donc à boire - de l’eau chaude pour Klbkch et moi et de la bière pour Selys - en silence.
 
Je jette un regard en coin à Halrac. Il est assis seul, mais il ne cesse de jeter des regards à Mrsha. Est-ce qu’elle le dérange ? Enfin, bien sûr qu’elle le dérange. Il attrape Erin qui passe devant une table et pointe Mrsha du doigt. Puis, pour une raison qui m’échappe, je le vois pointer du doigt un pot de fleur sur une table devant une fenêtre.
 
“Des fleurs ? Pourquoi diable y a-t-il des fleurs ici ?”
 
Selys se tourne en prenant une bouchée de spaghettis aux boulettes de viande.
 
“Oh, celles-là ? Je crois que ce sont des fées qui lui les ont données. C’est ce que dit Erin, en tout cas.”
 
Klbkch et moi la dévisageons fixement.
 
“Les Fées de Givre les lui ont données ? Pourquoi ?”
 
“Je n’en sais rien. Un dîner qu’elle leur a préparé. Ça avait un peu énervé Erin à l’époque.”
 
Oh mon dieu. Elle n’a pas fait ça. Elles n’ont pas fait ça. Je regarde les fleurs, frappée d’horreur. Erin s’approche du pot. Des fleurs dorées. Est-ce que ce serait tirer des conclusions hâtives que de croire que… ?
 
“Est-ce qu’elle les a prises pour des pièces d’or ?”
 
Klbkch me regarde comme si j’étais folle, mais Selys acquiesce. Elle aspire une nouille.
 
“C’est ça, oui ! C’est ce qu’avait dit Erin ! Comment as-tu su ?”
 
J’enfouis mon visage dans mes mains et gémis. Est-ce qu’Erin avait tout simplement oublié toutes les vieilles histoires sur les fées ? J’espère qu’elle n’a pas trop gaspillé de nourriture pour ces bâtardes*.
 
*Est-ce que bâtardes est le bon terme à utiliser, ici ? Putes est peut-être un peu trop genré, mais cela ne résume pas vraiment à quel point je déteste parfois ces maudites fées.
 
“Excusez-moi. Est-ce que je dois comprendre que ces fleurs avaient été enchantées pour ressembler à des pièces d’or ?”
 
Je fais signe à Klbkch que oui. C’est vraiment bizarre d’être assise en compagnie d’un Antinium et de papoter avec lui, sans parler du fait qu’il s’agisse ici de Klbkch le Tueur. Je veux lui parler, mais pas quand Selys est dans le coin.
 
“C’est le genre de choses que font les fées. Elles piègent les gens pour qu’ils acceptent de l’or qui se transforme en fleurs ou disparaît le jour suivant. Erin s’est faite avoir.”
 
“Je vois. C’est regrettable.”
 
“Oui, mais Erin dit que les fleurs sont utiles, en fait.”
 
“Quoi ?”
 
Nous nous tournons tous les trois vers les fleurs. Erin est en train d’en cueillir et de les… presser ? Oui, elle les presse dans une chope et Halrac la regarde avec une expression pleine d’intensité. Que se passe-t-il, bon sang ?
 
Mais Erin s’avance alors vers Mrsha avec une chope de bière mélangée à quelques gouttes de ce nectar de fleurs. Je fronce les sourcils lorsqu’elle touche doucement l’épaule de Mrsha.
 
“Mrsha ? Ça va, ma chérie ?”
 
Mrsha essaie d’écarter Erin, mais elle se tient à distance. Erin touche de nouveau l’épaule de Mrsha.
 
“Écoute, je ne veux pas te déranger, ma puce, mais j’ai une boisson pour toi. Ça va t’aider à te détendre, d’accord ?”
 
“Qu’est-ce qu’elle fout, bordel ?”
 
Est-ce qu’Erin essaie de soûler Mrsha ? Je me lève en fronçant les sourcils, mais Klbkch me tire sur le bras.
 
“Je t’en prie, attends, Ryoka Griffin. je crois qu’Erin Solstice est en train d’essayer de faire quelque chose de bénéfique.”
 
J’hésite. Mais là encore, c’est Erin. Je regarde de nouveau les fleurs, et la manière dont Halrac regarde fixement la chope. Des fleurs. Des illusions.
 
Des hallucinogènes ? Ce ne serait pas la chose la plus étrange que j’aie entendue.
 
Sous mes yeux, Erin cajole Mrsha jusqu’à ce qu’elle se déplie. La Gnolle renifle la chope mais, curieuse comme à son habitude, elle goûte la boisson. Je la regarde avaler quelques gorgées de la boisson avec des papillons dans le ventre. Mrsha écarquille les yeux, puis elle pousse un soupir. Elle ferme les yeux, puis se détend d’un coup.
 
“Mrsha ?”
 
Erin se tourne vers moi à mon approche. Elle me laisse prendre Mrsha. Je la tâte avec inquiétude.
 
“Elle est juste endormie, Ryoka. Ou… en transe. Halrac dit que la boisson peut l’aider. Je l’ai déjà testée, et en effet, on se sent mieux après.”
 
“Je confirme.”
 
Je me retourne. Halrac, l’aventurier Or, se tient derrière nous. Il me fait un signe de tête.
 
“Miss Griffin ? Erin Solstice a une boisson unique. Il s’agit de souvenirs liquides.”
 
“Des souvenirs ? Une espèce de drogue, tu veux dire ?”
 
Je fusille Erin du regard. Elle lève les mains, sur la défensive.
 
“Ce sont juste des fleurs avec un peu d’alcool ! Cela fait partie des compétences que j’ai apprises, Ryoka ! Ça s’appelle [Mets Prodigieux] et Halrac dit qu’on se sent mieux après ! Il en a eu plein !”
 
Erin se tourne vers lui et l’aventurier hoche la tête. Il regarde fixement la boisson sur la table.
 
“Ça… ramène des souvenirs heureux. Pour un temps. J’imagine que la petite Gnolle va dormir après avoir bu, dans tous les cas.”
 
Je regarde fixement Erin. Les fleurs de fées peuvent servir à faire une boisson magique ? Pourquoi n’y ai-je pas pensé ? Non… Erin est-elle un génie ou est-elle juste folle ?
 
“Tu es sûre que ça ne risque rien ?”
 
“Essaie, si tu veux ?”
 
Erin me tend le vers. Je le prends et regarde à l’intérieur. Halrac contemple le liquide couleur pisse comme si c’était de l’or liquide, mais je ne suis pas sûre que ce soit vraiment buvable.
 
“Ce n’est pas mauvais ?”
 
“C’est de la piquette, mais je me porte garant des effets. Je vais en prendre un aussi, et je te paierai ce que tu veux.”
 
“Vraiment ? Ooh, qu’est-ce que je pourrais bien te faire payer ?”
 
“Est-ce que c’est une boisson pour tout le monde ? J’aimerais bien tester si tu fais tourner des échantillons.”
 
Selys se lève et regarde fixement la chope,  imité par Klbkch. Erin va cueillir d’autres fleurs pendant que je continue de regarder le liquide au fond de mon verre.
 
Ce n’est pas comme si je n’avais jamais testé…. certaines herbes médicinales… par le passé. Mais ça n’a été qu’une fois, et je n’ai jamais fumé ni pris de drogues dures. J’adore courir, pas foutre mon corps en l’air. Mais si Erin avait suffisamment confiance pour en donner à Mrsha…
 
Je devrais au moins voir quel effet ça a. J’hésite, mais Erin est déjà en train de préparer trois autres chopes. Je goûte prudemment ma boisson.
 
Yep. C’est vraiment de la piquette. Est-ce qu’Erin a acheté l’alcool le moins cher du marché ? Je fronce les sourcils et avale. Je ne sens aucun goût particulier, mais elle n’a mis que quelques gouttes. Combien de temps faut-il attendre avant que ça ne fasse eff…


Le monde se dissout autour de moi. Devient un courant d’air. De la brume, de la fumée qui s’élève d’un feu.
 
Je regarde fixement Urksh. Mrsha est assise à côté de moi et me regarde. Les Gnolls dans s’affairent dans le campement, rient, discutent, et je le dévisage. Il lève les yeux de son morceau de poisson chaud et me sourit.
 
“Tu as l’air choquée, Ryoka Griffin. N’est-ce donc pas cela que tu souhaitais voir ?”
 
“Non. Non, je…”
 
J’hésite. Mrsha me regarde d’un air inquisiteur, sa fourrure brune luisant à la lumière du feu. Urksh éclate de rire.
 
“Tant mieux. Repose-toi ici un moment avant de reprendre ta route.”
 
“Oui. Je voulais juste…”
 
Un morceau de poisson chaud - du maquereau, peut-être, est posé sur ma main. Suffisamment chaud pour que cela me brûle presque la peau, mais tout juste. Tellement chaud et tendre que mordre dedans permet de chasser le froid de la nuit. Le feu devant moi me réchauffe la peau, et Mrsha soupire en se blottissant contre moi.
 
Je regarde Urksh. Il me sourit, assis dans l’air froid de l’hiver. Les Gnolls rient en se préparant pour aller se coucher.
 
“Je voulais juste dire que je suis désolée. Je suis tellement désolée.”
 
Il acquiesce.
 
“Je sais. Mais ce n’est pas à toi de t’excuser, oui ? Nous avons payé le prix comme nous l’avions souhaité.”
 
“Oui. C’est juste que…”
 
Il secoue la tête.
 
“Mange, Ryoka Griffin. Et ensuite, peut-être, raconte-nous une autre histoire. Celle avec le [Roi] à l’épée était particulièrement à mon goût.”
 
Mrsha hoche la tête. Elle se redresse, impatiente, et je lève le poisson ç mes lèvres. L’odeur me met l’eau à la bouche, et je vois des Gnolls s’approcher du feu. Ils s’asseyent tous ensemble, chauds, heureux, rassasiés. L’air froid souffle sur nous, mais la chaleur qui nous entoure le chasse. J’ouvre la bouche, et mes dents mordent dans la nourriture chaude…

 
“Ryoka ? Tu as les yeux dans le vague. Ça va ?”
 
“Oh.”
 
La vision s’efface. Je dévisage Erin. Elle me sourit d’un air nerveux.
 
“Ce n’est pas bon ? Tout le monde s’est tu. J’ai testé, mais je n’en ai bu qu’un tout petit peu et je me suis juste senti heureuse en me rappelant une partie d’échecs avec Pion. est-ce que c’est trop fort ou est-ce que ça va comme ça ?”
 
Je regarde fixement la boisson. Mon verre est encore à moitié plein. Je le porte à mes lèvres et avale le reste. Le monde tourne autour de moi, et je me sens tomber à la renverse. Et alors, pendant quelques instants, je suis de nouveau assise autour du feu de camp. Je ris. Je suis heureuse. Et je leur demande pardon et je connais la paix.
 
Jusqu’à mon réveil.


***

À l’extérieur de l’auberge, les Fées de Givre virent Ryoka Griffin tomber à la renverse et Erin se précipiter pour la rattraper. Elles flottèrent dans le froid, regardant par une fenêtre. Ce n’était pas qu’elles ne pouvaient pas entrer ; c’était simplement qu’elles ne craignaient pas le froid et qu’elles ne voulaient pas qu’on entende leur conversation.



“La boisson est conçue à base de fleurs. C’est l’aubergiste qui l’a concoctée.”
 
“Ce n’est pas censé se passer comme ça. Les mortels n’utilisent pas les fleurs qu’on leur offre ! Ils sont censés les jeter !
 
 

 
Les fées regardèrent Erin allonger Ryoka par terre puis observèrent le reste des clients de l’auberge. Ils avaient tous la même expression vacante.




“Est-ce qu’on devrait lui enlever les fleurs ?”
 
“Mais c’était un cadeau ! On ne peut pas le reprendre !”
 
“Et si on lui offrait vraiment de l’or à la place ? Est-ce que ça suffirait ?”





À l’intérieur de l’auberge, Erin frôla Klbkch. L’Antinium était devenu parfaitement immobile après avoir bu sa chope, comme Selys et Halrac. La légère poussée le fit tomber à la renverse, et, comme des dominos, la Drakéide et l’Humain tombèrent eux aussi. Les fées virent Erin se mettre à paniquer.




“C’est rigolo.”
 
“Oui.”




Les fées marquèrent une pause. Elles se dévisagèrent.






“Je me demande quel goût a cette boisson ?”
 
“C’est de la piquette, d’après ce que j’ai entendu dire.”
 
“De la bonne piquette ?”
 
 





Il n’y avait qu’une seule manière d’en avoir le cœur net. Les fées se précipitèrent dans l’auberge.





“Aubergiste ! Une chope de ta meilleure piquette !”



Et Ryoka et Mrsha dormirent à poings fermés, rêvant à des temps meilleurs. C’est-à-dire, jusqu’à leur réveil. Mais le rêve eut beau se dissiper, une petite partie de sa chaleur resta en elles. Réparant les fissures de leurs cœurs. Comme une fleur, poussant dans la neige.
 

Hors ligne Maroti

  • Calligraphe
  • Messages: 110
  • Traducteur de The Wanderin Inn par Piratebea
Re : The Wandering Inn de Piratebea (Anglais => Français)
« Réponse #154 le: 17 février 2021 à 10:14:51 »
2.41
Partie 1
Traduit par Maroti

Comme elle s’était levée de bonne heure, Erin décida de faire un bon petit pour tout le monde. Ils étaient tous encore en train de dormir.

Ryoka et Mrsha étaient à l’étage, mais Erin n’avait pas réussi traîner Klbkch et Selys en haut de l’étroit escalier, elle les avait donc laissés dans la salle commune avec des couvertures et des oreilles.

Faire un bon petit déjeuner n’était pas compliqué. Erin sortit une casserole et fouilla ses placards pour les ingrédients. Elle prit de la farine, et trouva un peu de graisse de bacon qu’elle avait laissé refroidir dans de la neige mise dans un chaudron. La neige avait presque entièrement fondu, mais elle avait gardé la nourriture au frais, quoiqu’un peu humide.

Erin eut le temps de mettre la table en ayant préparé un bon petit déjeuner constitué d’une sauce accompagnée d’une purée de patates et de biscuits sec quand Ryoka tituba en descendant les escaliers, suivit par Mrsha. Cela coïncida avec Selys et Klbkch se réveilla au sol. Erin sourit alors que ses invités se frottèrent la tête en gémissant.

« Salut ! »

Selys frotta son front.

« Combien ai-je pris de verre la nuit dernière ? »

« Hum… Quatre chopes ? Non, attends… Six ? Oui ? »

Erin avait arrêté de compter. Elle avait continué de servir l’alcool de fleur de fée jusqu’à ce qu’ils commencent à tomber dans les pommes. Cela avait été une longue et stressante nuit pour elle. Tout le monde avait passé la soirée à boire, regarder dans le vide pendant une dizaine de minutes, avant de continuer à boire. À la fin, ils s’étaient tous endormis, sauf pour Halrac. Il avait marché vers la ville, légèrement titubant. Erin s’était inquiété, mais il était un aventurier de Rang-or.

« Par mes ancêtres. »

Selys grogna et se massa les tempes. Elle essaya de se lever et se rassit aussitôt.

« J’ai un goût de… D'alcool de seconde zone dans ma bouche Erin, par les dieux morts. »

« Hey ! »

Erin ouvrit la bouche, et la ferma.

« … J’achèterai quelque chose de mieux la prochaine fois, d’accord ? »

« Il ne devrait pas y avoir de prochaine fois. »

Ryoka se laissa tomber sur la table alors que Klbkch lutta pour se relever. Mrsha jappât et s’éloigna de l’Antinium. Il semblait en mauvais état. Même si son apparence était la même, l’Antinium n’avait pas vraiment de peau ou de vêtement à froisser, mais il semblait… Désordonné.

« Bonjour, Klbkch ! »

Erin sourit à Klbkch. Il la regarda, lentement.

« Je ne suis pas retourné à ma Colonie. Cela n’est jamais arrivé auparavant. »

« Oh non. C’est une mauvaise nouvelle ? »

Klbkch hocha lentement la tête.

« Je dois… Veuillez m’excuser. »

Il mit une main à sa tête et s’arrêta. Il n’avait pas de paupière, mais Erin sentit qu’il se concentrait. Après un moment, il hocha la tête.

« J’ai informé ma Reine. Elle a rappelé les groupes de recherche. »

« Groupes de recherche ? »

Klbkch secoua la tête. Il regarda la nourriture sur la table alors que Mrsha essaya d’attraper un biscuit avec sa main. Silencieusement, Ryoka s’empara d’une assiette et commença à se servir de la purée et des biscuits avant de tout recouvrir d’une sauce à la viande. Elle posa l’assiette sur la table et donna une cuillère à Mrsha qui essaya de tout dévorer.

« Donc. Hum. »

Tout le monde la regardait. Erin sourit nerveusement.

« Comment s’est passé votre nuit ? Est-ce que la boisson à la fleur de fée est vraiment aussi bonne ? »

Erin ne comprenait pas la fascination d’Halrac avec cette boisson. Elle s’était simplement remémorée de bons moments quand elle l’avait essayé, mais c’était tout. Et pourtant, entre les quatre personnes dans son auberge (sans compter Mrsha), ils avaient vidé un baril entier de son alcool.

Ryoka, Selys et Klbkch échangèrent un regard et secouèrent leurs têtes d’un même mouvement.

« C’est une terrible boisson. »

« Épouvantable. »

« Ne la ressers pas, s’il te plait. »

La mâchoire d’Erin se décrocha.

« Quoi ? Pourquoi ? »

Selys était toujours en train de masser son front quand elle commença à grignoter un biscuit. Elle vida un grand verre d’eau et grimaça.

« Au début, je pensais que tout était bien. Je me souviens de m’être amusé avec mon oncle quand il avait le temps de visiter. Et j’étais tellement heureuse… Puis les souvenirs ont continué de venir, et j’avais l’impression que j’avais besoin de continuer à boire. Dès que je me réveillais de ce… Rêve, je buvais de nouveau pour y retourner. »

« Et quel est le problème ? »

« Se souvenir d’un peu n’est pas un problème. Mais après quelque temps… Il est possible de devenir trop nostalgique, tu vois ? »

« Tu peux te perdre dans les souvenirs. »

Ryoka hocha la tête. Elle regarda la purée, ignorant les bruits de mastication que Mrsha faisait à côté d’elle.

« C’est comme une addiction. Tu veux continuer de revenir. Remets une choppe en fasse de moi et je vais continuer de boire, encore et encore. »

« Pour se remémorer. »

Klbkch était silencieuse. Il n’avait rien mis sur son assiette. Ryoka leva les yeux vers Erin.

« Dilue la boisson. N’offre que la version non diluée que de temps en temps, mais arrête de nous la servir, bon sang ! »

Erin se rabougrie sous la force du regard de Ryoka.

« Oups. Désolé. »

Les trois retournèrent à leur petit-déjeuner en silence. Mrsha mangea joyeusement, dévorant la purée jusqu’à ce qu’elle ait le ventre plein. Elle, au moins, n’avait pas d’effet secondaire de la boisson, vu qu’elle n’avait pris que quelques gorgées.

Erin se gratta la tête. Elle se posait des questions sur la boisson, mais bien sûr, les fées étaient arrivées et elle avait dû leur donner plusieurs pintes avant de la chasser. Elles étaient parties en se cognant dans les murs en riant avant de passer la porte.

« Donc… Est-ce que je peux vous servir autre chose ? »

Klbkch secoua la tête. Selys posa sa tête sur la table et gémit et Ryoka se frotta les yeux.

« Je, huh, oh ! Lyonette ! »

La possible princesse descendit les escaliers et s’arrêta en regardant Selys et Klbkch. Elle inspira.

« Je suis levée. Qu’est-ce qu’il y a pour le petit-déjeuner ? »

« De la purée avec de la sauce. Et des biscuits ! »

Ryoka regarda Lyonette en silence alors que l’autre fille se servit. Silencieusement, les invités mangèrent jusqu’à ce que Selys regarde par la fenêtre.

Klbkch hocha lentement la tête.

« Je crois que je vais… M’abstenir de mes devoirs pour aujourd’hui. C’est nécessaire. »

« Oh, huh, c’est une bonne chose, pas vrai ? »

La Drakéide et l’Antinium regardèrent silencieusement Erin. Ils semblaient mélancoliques. Tout comme Ryoka. Elle était juste en train de regarder son assiette.

C’était comme si… Tout le monde était soudainement devenu dépressif. Les yeux d’Erin passèrent sur tout le monde avant de s’arrêter sur Mrsha qui était en train de s’agiter sur sa chaise.

« Hey Mrsha, quelque chose ne va pas ? »

L’enfant Gnoll s’agitait de manière familière. Erin réalisa le problème.

« Nous avons des toilettes dehors. Viens, je vais te montrer. »

Elle prit la main de Mrsha et la Gnolle bondit de sa chaise pour suivre Erin. Ils arrivèrent à la porte quand Erin ressentit une familière sensation. Quelqu’un s’approchait de l’auberge. Elle s’arrêta et la porte s’ouvrit.

Le ciel matinal était encore gris, mais la lumière emplie l’auberge. Cette lumière baignait autour de la silhouette qui venait d’entrer, et malgré le ciel clair, les orbites béantes du crâne de Toren étaient toujours sombres, seulement illuminé par deux flammes brûlantes qui observaient Erin et Mrsha.

Le squelette portait l’armure de bronze abîmée qu’il avait trouvé, sauf qu’elle semblait encore plus abîmée qu’auparavant. Il avait une épée entaillée et un bouclier dans ses mains, et de légères traces de sang couvrait la lame.

« Toren ! Tu es là ! Où est-ce que tu étais ?! »

Erin fronça les sourcils en regardant le squelette alors qu’il se tenait silencieusement dans l’ouverture de la porte. Il la regarda, toujours aussi silencieux. Elle sentit quelque chose tirer sur sa main, et baissa les yeux.

Mrsha était en train d’essayer de s’éloigner d’Erin. Sa fourrure était courbée, et elle essayer d’avancer sur le parquet le plus rapidement.

« Qu’est-ce qui ne va pas, Mrsha ? Oh, c’est Toren qui te fait peur ? Tu ne l’as jamais rencontré, pas vrai ? Il est vraiment sympa et… »

Erin s’arrêta. Elle renifla. Quelque chose sentait mauvais. Puis elle remarqua la flaque autour de Mrsha. Il semblait que l’arrivée du squelette avait eut un effet sur la vessie de la Mrsha.

« Aw, Mrsha ! »

Elle lâcha sa main, et la Gnolle se dépêcha de rejoindre Ryoka, gémissant de peur. Ryoka posa sa tête dans ses mains alors qu’Erin regarda la flaque. Elle regarda autour d’elle et sourit de manière gênée vers Toren.

« Hey Toren. J’ai du boulot pour toi. »

***

Il y avait des jours où j’avais envie de frapper Erin. Elle me botterait probablement le cul, mais je suis quand même tenté*. Il me faut presque une demi-heure pour calmer Mrsha après l’apparition de Toren, et même après cela, elle refuse de s’approcher du squelette.


*A quel point Erin est forte, d’ailleurs ? Je sais qu’elle a l’[Attaque du Minotaure] comme compétence, mais est-ce qu’il y a une limite sur la puissance de la compétence ? Et si elle doit toucher la cible, ce n’est pas si efficace que ça. De plus, est-ce qu’elle ne se casserait pas la main en attaquant une armure ?


Je la comprends. Toren me fait aussi flipper, et je n’arrive pas à comprendre comment Erin peut-être aussi calme avec lui. Elle continue de lui donner des ordres alors que je termine mon petit-déjeuner.

« Merci pour le repas, Erin. »

« Oh, ce n’est pas un problème ! C’était comment ? »

« Bon. Comment est-ce que tu as fait ton roux ? »

« Mon quoi ? »

« Ton roux. »

« Non… C’était de la sauce. »

« Mais… Erin, est-ce que tu sais ce qu’un roux est ? »

« … Non. »

Je me frotte le visage.

« C’est pas grave. Je suppose que ta compétence te dit quoi faire, c’est ça ? »

« Ouaip ! J’ai [Cuisine Avancée]. C’est trop cool, pas vrai ? »

Erin bombe le torse et à l’air fière. Selys semble impressionnée et Klbkch hoche la tête alors que je hausse les épaules.

« Je suppose. C’est une importante compétence, c’est ça ? »

« C’est très bien pour une [Aubergiste] ! La plupart des [Cuistot] et [Aubergiste] en ville on [Cuisine élémentaire], mais [Cuisine Avancée] est plus rare. »

Selys explique en terminant son assiette. Je me frotte la tête. J’ai toujours mal, mais je crois qu’il est temps pour moi d’aller travailler. C’est l’heure de réfléchir et de planifier. Selys est une native, et elle connait beaucoup de chose que tout le monde sait. Donc je lui pose la question évidente.

« Si c’est le cas, il y a supposément une compétence de [Cuisine Experte], pas vrai ? Combien de personnes auraient cette compétence ? »

« [Cuisine Experte] ? Eh bien… Personne en ville ne possède cette compétence. Tu dois être un [Chef] de très haut niveau pour l’obtenir. J’ai entendu dire que certaines Villes Emmurées ont des gens avec cette compétence. Ils sont toujours engagés par la noblesse. »

Donc. Il est possible de classer les compétences par leurs raretés, qui correspond généralement au niveau. Cela à du sens. Et je suppose que c’est parallèle à notre monde.

« Tu dirais que cette compétence peut apparaître à quel niveau ? »

« Hum… Niveau 40 ? Peut-être Niveau 30 avec de la chance. Il y a des Compétences qui sont mieux, enfin c’est ce que j’ai entendu, mais elles sont rares. »

« D’accord. Parce que la majorité des gens ne dépasse pas le Niveau 30 ? »

« Cela est correct. »

Klbkch hocha la tête alors qu’il nettoya délicatement son assiette. J’essaye de ne pas le regarder manger… Je fais de mon mieux pour garder l’esprit ouvert, mais les Antiniums me font flipper d’une manière que les Drakéides et les Gnolls ne le font pas. Bon sang, même Selys me dérange légèrement. Je ne sais pas comment Erin fait pour être naturel autour d’eux.

Mais je suis là, assis avec Klbkch le Pourfendeur et une [Réceptionniste] Drakéide, discutant comme si nous nous connaissions depuis des années. Ils sont tellement amicaux.

« Je n’arrive pas encore à croire que tu ne saches pas tout cela. Est-ce c’est parce que tu n’as pas de niveaux ? »

Selys me regarde, et j’ai un léger moment de méfiance. Elle ne sait pas que je viens d’un autre monde. Mais merde, je dois savoir comment les niveaux et les classes marchent. Je ne les utilise pas, et je ne peux plus désormais, mais ne pas savoir les règles de ce monde va m’attirer des problèmes. Allez Ryoka, ment comme jamais.

« C’est vrai. Et je n’y ai jamais prêté attention, je suppose. »

« Erin était aussi comme ça, tu sais. Est-ce que vous venez de la même nation ? Vous semblez vous connaitre. »

« Quelque chose du genre. »

Klbkch hocha la tête.

« Je suis familier avec leur nation d’origine, Selys Shivertail. Leur peuple a des traditions différentes des nôtres. »

Ceci fait que fusille Klbkch du regard, même si Selys accepte ce mensonge sans broncher. Il vient de me couvrir, pas vrai ? Erin avait dit que Klbkch savait qu’elle était d’un autre monde. Et Erin s’approchait. J’essaye de lui faire signe avec mes yeux de dire la même chose que nous, mais elle ne remarque rien.

« Oui, c’est comme… heu, là ou je viens. Je veux dire, il y a de quelques grosses différentes, mais aussi de nombreuses choses en commun, pas vrai Ryoka ? Genre, c’est tout comme Donjon et Dr… »

« C’est un peu similaire, mais j’avais envie d’être certaine sur certains détails. »

Je coupe la parole à Erin et la fusille du regard. Elle me regarde sans comprendre.

« Quoi ? Je ne suis pas une joueuse, mais tu m’as dit que tu comprenais quelque chose à propos de ce système, pas vrai ? Tu as dit que c’était comme Diablo. »

« Diablo ? »

Selys nous regarde et je secoue la tête.

« C’est… Rien. Un jeu de là ou nous venons. »

« Oh, je vois. »

Je vais botter le cul d’Erin. Je couvre mon visage alors que Selys et Erin commence à parler de Mrsha. Je lève les yeux pour voir que Klbkch me regarde.

Et merde. Est-ce qu’il… Non, qu’est-ce qu’il a récupéré comme information en nous écoutant ? Erin dit qu’il sait qu’elle vient d’un autre monde. Mais qu’en est-il de moi ?

Je vais tuer Erin. Mais garder un œil sur lui. Klbkch le Pourfendeur. J’ai lut l’histoire des Guerres Antiniums, bordel j’aurais dû lire plus que la première partie. Ils ne mentionnaient pas grand-chose sur les Prognugators, mais ce type est là depuis des décennies. Il a affronté le General Sserys, il est dangereux.

Mais l’Antinium assit en face de moi se trouve dans l’auberge d’Erin, à manger de la purée. Et il a été tué par des Gobelins, d’après ce qu’Erin dit. Des Prognugators s’affaiblissant. Hum. Et la relation entre les Antiniums et Erin est spéciale. Elle peut créer des Individus, ce qui veut dire…

Gah. J’ai mal à la tête, et ce n’est pas dû qu’à l’alcool. Je pensais que ma vie était complexe, mais celle d’Erin est dix fois plus complexe. Non seulement elle est impliquée dans les affaires des Antiniums, elle a aussi attiré l’attention de Magnolia Reinhart, et elle a aussi une dette envers les Gnoll tellement massive que seule la mort pour l’effacer… À moins que quelqu’un est cinquante mille pièces d’or qui traînent.

Bordel de merde. Je ferme les yeux pendant quelques instants. Qu’est-ce que je devrais faire. Qu’est-ce que je peux faire ? Normalement, je serais en train de courir pour recevoir mon argent de la part de Teriarch, mais…

Non. Je regarde plus loin et voit Mrsha, tournant autour de Lyonette pour une quelconque raison. Elle est en train de donner des restes à Mrsha en la grattant derrière les oreilles.

Oh, c’est vrai, et Erin à une princesse ou une noble de haut-rang dans son auberge. Bordel de merde.

Je masse mes tempes. Selys me regarde avec sympathie.

« Tu as toujours mal à la tête ? Une potion de soin réglera ça. Je connais une marchande qui les vends pour pas chère. »

« Non merci. Je suis juste très occupée. J’ai plusieurs trucs de mer… Plusieurs trucs dont je dois m’occuper. »

« Comme quoi ? Je suis libre pour aujourd’hui, dit le-moi si tu as besoin d’aide pour quelque chose. Les amis d’Erin sont mes amis. »

Selys me sourit et j’hésite.

« Rien de bien important. Je ne voudrais pas te déranger. »

« C’est comme tu veux. Je veux voir si Erin veut se relaxer dans les bains publics. Tu es la bienvenue si tu veux nous rejoindre. »

« … Merci. »

Selys se lève pour aller discuter avec Erin. Je reste à la table, pensive. Les gens bougent autour de moi. Klbkch est toujours assis, il ne mange pas, mais je suppose que les Antiniums doivent s’asseoir pour digérer ? Je le sors de mon esprit et réfléchis.

Je dois vraiment réfléchir, parce que je suis en train de gérer trop de choses en même temps. Je ne vais pas dire que la situation est terrible mais… Non, à part les moments ou j’étais véritablement en danger de mort, cette situation est probablement l’une des pires.

Cinquante mille pièces d’or. Concentrons-nous sur ça. J’ai dit, hier, que j’allais repayer la dette d’Erin. J’ai dit ça pour plusieurs raisons.

Premièrement, il est clair que les Gnolls ont du pouvoir. Erin a été aidée par le passé, et ils sont peut-être des alliés. Ils peuvent être le groupe en qui Erin et moi pourrions avoir confiance. Mais Krshia semble intelligente, et il est préférable d’avoir quelqu’un de son côté plutôt qu’en tant qu’ennemi. Ce qui m’amène à mon second point.

Nous avons besoin que les Gnolls effacent leur dette, ou sinon Erin et Lyonette sont en danger, et donc Mrsha si elle reste avec eux. Est-ce que cet endroit est adapté pour une jeune Gnolle ? Comment Erin peut l’élever ? Je… Je ne peux pas rester avec elle. Mais elle a besoin d’une maison. D’une famille. Si Krshia pouvait…

Troisième point. Krshia est peut-être capable de mitiger le stigma lié à la couleur de fourrure de Mrshia, mais pas si son autorité est contestée. La dette de Lyonette est en train de saper son influence tant qu’elle n’est pas effacée. Cet imbécile de Brunkr semble vouloir usurper sa position, et il deviendra un danger s’il prend le contrôle. Pour faire court, cela veut dire que résoudre cette dette est vraiment important.

La seule question est… Comment ? J’ai quelques idées. Je pourrais donner de la technologie aux Gnolls, c’est ce que j’ai dit, mais maintenant que j’y pense…

Merde. Je suis foutue. Complètement foutue.

Mettons tout en perspective. J’ai besoin de donner aux Gnolls une technologie valant plus de 50 000 milles pièces d’or. En même temps, je ne peux pas déstabiliser ce monde en leur donner de la poudre.

Non.

All flesh is grass.

Non.

Qu’est-ce que je dois faire ? Cela semble simple. Mais qu’est-ce que je peux physiquement donner aux Gnolls à part des armes ? La révolution industrielle ? Qu’est-ce qu’une société nomade ferait avec ce genre d’infrastructure ? Et de toute façon ils ne seraient pas capables de l’utiliser.

Non, pense. Quelque chose de plus simple. Une technologie pratique ou révolutionnaire. Pense, Ryoka.

Hum. Des trébuchets, mais c’est une arme de siège… Pas quelque chose qu’un peuple de nomades à besoin ! Premièrement, est-ce que les trébuchets existent déjà dans ce monde ? Ils sont des inventions médiévales, et ce monde à de la technologie équivalent à notre renaissance.

Premièrement, ils ont du verre. Hum. Des loupes ? Mais c’est technologie dépend de la préparation du verre pour que le verre puisse servir de loupe, et je ne sais pas comment elles sont faites.

Merde. Donc pas de télescope. Quoi d’autre ?

Des… Radios ? Hah. Même si j’avais la capacité de travailler avec des fils et du métal à ce point… Qui a besoin de radio quand les mages ont des sorts de longue distance ou la capacité de communiquer par hurlement ? La communication à distance n’est pas un problème pour eux.

Des arcs. Les Gnolls utilisent des arcs. Je les ai vu utiliser des arcs en composite et des arcs courts… merde. Ils n’ont pas d’arc à poulies. Mais est-ce que je pourrais en faire un ? Non. J’ai besoin d’une technologie post-révolution industrielle.

Merde, merde merde. D’accord… l’acier. Mais ce monde à déjà de l’acier. De l’autre côté, je n’ai jamais vu une tribu Gnolle utilisant de l’acier, ce qui veut dire que seul un [Forgeron] de haut niveau peut probablement en faire. Mais ce n’est pas une technologie révolutionnaire.

J’aimerai savoir comment faire de l’acier de Damas. Il y a procédé de Bessemer bien sûr, mais cela demande de nouveau un technologie datant de la révolution industrielle.

Une imprimerie ? Ce monde a encore des livres écrit à la main mais…

Deux raisons pour lesquelles je ne peux pas donner ça au Gnoll. Non, trois. Premièrement, je ne sais pas comment faire une imprimerie. Avec des vis, bien sûr, en adaptant a partir d’un pressoir…. Mais bon sang, il va me falloir des mois pour trouver comment en créer une. Deuxièmement, le coût en ressource et espace est de nouveau difficile à utiliser pour les Gnolls, et troisièmement…

Tu ne peux pas recopier des livres magiques avec une imprimerie. C’est évident. J’ai vu les sorts et ils existent en trois dimensions, pas que sur le papier. Ma théorie est qu’il est impossible d’en recopier avec une imprimante, donc cela rend l’une des plus grandes révolutions de notre monde inutile aux Gnolls.

Ils avaient besoin de quelque chose d’immédiatement utile, mais plus j’y pense, moins j’ai de bonnes idées. A part des armes, que je ne donnerais à personne.

« Merde. »

Je mets la tête entre mes mains en restant assis. Puis j’entend quelqu’un délicatement racler sa gorge.

« Tu sembles être dans un état de détresse. Puis-je demander quel est ton problème ? »

Je le regarde. Je ne dois faire confiance à personne.

« Je vais bien, merci. »

Klbkch s’arrête.

« Est-ce que cela est en lien avec la dette que Lyonette du Marquin envers les Gnolls ? »

C’est quoi ce bordel ? Klbkch ne fait que me regarder. Mon rythme cardiaque s’accélère, mais mon visage reste de marbre.

« Comment est-ce que tu sais ça ? »

« Les Antiniums sont en courant de ce qui arrive à Liscor. »

« .. Étais-tu en train d’écouter la conversation d’hier ? »

L’Antinium secoue la tête.

« Non, mais le nombre de sujet de conversion nécessitant ce type de discussion est limitée. Et cette affaire entre les Gnolls, Erin et Lyonette est une urgence. »

« Pour vous ? Pourquoi les Antiniums devraient se soucier de ça. »

« Erin Solstice est… Importante pour la Colonie. Et pour moi. »

Quelle étrange chose venant d’un Antinium. Je regarde Klbkch.

« Qu’est-ce que tu veux ? »

Ses yeux à multiples facettes sont concentrés sur moi.

« Je souhaite te parler, Ryoka Griffin. Cela fait plusieurs temps que j’aimerai te parler. Mes observations de ton comportement me laissent croire que je peux te faire confiance. »

Il… Avait attendu ? Pour me parler ? Il m’observait ? Je suis naturellement paranoïde, mais cette situation fait sonner toutes les alarmes instinctives. Je hausse les épaules avec méfiance.

« Je suis libre. De… Quoi est-ce que tu veux parler ? »

« J’aimerais parler franchement, Ryoka Griffin. Tu es méfiante ; cela est compréhensible. Mais je ne souhaite pas te causer des problèmes, à toi ou à Erin. J’aimerai vous venir en aide, et j’espère que tu pourras me voir en tant qu’alliée, et non en tant qu’ennemi. »

Je… Merde. Ca sort de nulle part. Je pensais que j’étais déjà en eaux trouble, mais cela me prend vraiment par surprise. Je cherche une réponse. Pour le tester.

« Est-ce que tu essayes de dire que nous sommes du même côté ? »

Klbkch penche légèrement sa tête.

« Est-ce qu’il y a des côtés, Ryoka Griffin ? Les Antiniums ne sont pas tes ennemis. »

« Je ne suis pas d’accord. »

« Tout comme moi. Car si les Antiniums étaient tes ennemis, Ryoka Griffin, tu serais déjà morte. Tu n’as pas d’importance pour la Colonie ou ma Reine. Erin Solstice est un outil à utiliser. Et tant que cela reste le cas, toutes les interactions envers elle et toi sont sous ma responsabilité. »

Je m’arrête. Klbkch parle soigneusement, et si je lis entre les lignes…

« Tu offres de l’aide. Pourquoi ? »

« Car Erin Solstice doit survivre. Elle doit vivre pour aider les Antiniums. Et tu essayes de la protéger car vous venez du même monde. »

Il sait. Mon cœur s’arrête pendant une seconde. Il sait.

Je regarde autour de moi, mais l’auberge est vide. Où est-ce que tout le monde est passé ? Et pourquoi est-ce qu’il fait jour ?

Klbkch ne dit rien. Il me regarde. Il m’observe. Il veut savoir comment je vais réagir.

Est-ce que je peux le battre ? Il a deux épées et des classes. Donc… Non. Ma main droite est toujours blessée et je n’ai pas d’armes.

« J’aimerai que cette discussion reste civile. Tu n’as rien craindre, je ne vais pas te blesser, ni Erin. C’est la dernière chose que je souhaite. »

Merde. Mais au moins je ne vais pas mourir aussitôt. J’essaye de maîtriser le volume de ma voix en répondant. Concentre-toi. C’est… Les Antiniums sont aussi terribles que Magnolia. S’ils le savaient…

« Pourquoi perdre du temps en politesse ? Est-ce que tu es en train d’essayer de nous convaincre d’être dans le même camp pour qu’on puisse aider ta Colonie ? »

Le regard de Klbkch ne faiblit pas.

« Erin aidera ma Colonie tant qu’elle est en vie. Mais pour répondre à ta question : ma Reine n’est pas au courant du fait qu’Erin et toi venez d’un autre monde, Ryoka Griffin. Si elle l’était, vous seriez rapidement capturé et interroger. »

Je frissonne. Mais, attend une seconde. Klbkch est en train de dire… Qu’il est en train de mentir à sa Reine ? Pour nous ? Non, pour Erin ?

« Tu n’es supposé être le bras droit des Reines Antiniums, ou quelque chose du genre ? Je pensais que les Prognugators étaient loyaux. »

« Je le suis. Mais la loyauté prend de nombreuses formes, et je commence à remettre en question la direction que sont en train de prendre les Antiniums. Je crois que vous laisser en vie est préférable à votre mort. Non… Je sais que c’est le cas. »

Mon dieu. Est-ce que c’est… Le théorème d’Erin ? Elle a créé des individus Antiniums, mais affecté l’allégeance d’un Prognugator ? Où est-ce que c’est quelque chose qu’était déjà en train d’arriver ? Je lève ma chope pour boire quelque chose. Mes mains sont en train de trembler. Klbkch hocha la tête, voyant ma réaction.

« Je n’ai pas informé Erin à cause des dangers. »

« Mais tu me le dis ? Pourquoi ? »

« Car tu sais garder un secret. Laisse-moi être clair, Ryoka Griffin. Ton statut en tant que voyageuse entre les mondes n’a pas d’importance pour moi. Si ma Reine était au courant, elle vous interrogerait sans merci. Mais seule Erin Solstice est importante. Elle est celle avec de la valeur. »

« Les Individus Antiniums. »

« Exactement. »

Klbkch hoche la tête.

« Erin Solstice ne doit pas mourir. Elle doit vivre, et aidé ma Reine à changer les Antiniums de l’intérieur. »

« Mais… Tu veux nous aider. L’aider. »

« Je t’aiderai au mieux de mes capacités et t’informerai des dangers que tu ignores. Je relèverai les secrets de ma Colonie. J’utiliserai mon autorité sur les Soldats et les Ouvriers pour défendre cette auberge et ses habitants si nécessaire. Je mentirai même à ma Reine pour toi. »

« Car Erin est importante. »

« Elle est notre salut, Ryoka Griffin. »

« Pourquoi ne pas lui avoir dit ? Pourquoi ne pas lui avoir offert de lui dire… Tout ça ? »

Klbkch semble inconfortable pour la première fois. Il s’arrête et fait délicatement claqué ses mandibules.

« J’ai considéré cette option, mais il est clair qu’Erin Solstice est incapable de garder un secret. Tout ce que je lui dis serait inévitablement répété à tous. Tu es plus subtile. »

Donc il ne pouvait pas faire confiance à Erin car elle était incapable de se taire, mais il me fait confiance ?

Ou est-ce vraiment le cas ? Est-ce que cela n’est pas une ruse ? Est-ce que je dois le tester ? Ah, comme si j’avais le choix. Il est un Prognugator Antinium ou… Revalantor, ou qu’importe ce qu’il est maintenant, offrant de me parler de sa Colonie. Je ne peux pas lui tourner le dos.

Respire, Ryoka, et plonge. Je ne sais pas ou descendent ces eaux troubles, mais si c’est le cas… Je regarde Klbkch.

« D’accord. Dis-moi ce que tu sais. À propos des Gnolls et de leur dette, par exemple. Tu as dit que tu savais quelque chose ? »

Il hoche la tête.

« Les Gnolls de Liscor sont menés par Krshia Shilverfang. Ils sont arrivés il y a presque une décennie pour supposément faciliter le commerce, mais leur véritable motif est d’acquérir des informations ou des objets de valeur pour améliorer la situation de leur tribu. La réunion décennale des tribus Gnolles implique d’apporter un cadeau partager avec tous les Gnolls, et la tribu des Crocs d’Argents espérant gagner quelque chose de valeur pour améliorer leur condition et leur influence à cet événement. »

Bordel de merde. Je regarde Klbkch.

« Tu comptais me le dire depuis le début, pas vrai ? Tu voulais me le dire. »

Il s’arrête ?

« Mon but est de garder Erin Solstice en vie. Il est logique que je t’informe de tous les dangers la menaçant, et la situation des Gnolls a été étudié de près par ma Colonie. »

« D’accord, d’accord, continue. »

J’écoute avec attention alors que Klbkch continue.

« Sous l’influence de Krshia, les Gnolls commencèrent à rassembler leurs profits et à acheter des tomes magiques dans toutes les boutiques qu’ils ont trouvé. Ils ont rassemblé de nombreux livres de sort, la majorité contenant des sorts allant du 1er au 3ème Échelon, dans l’espoir qu’ils allaient pouvoir les offrir comme cadeaux pour les autres tribus. »

Des Gnolls apprenant de la magie ? Je n’avais jamais entendu parler d’un [Mage] Gnoll, que des [Shamans]. Mais… Attends, je crois qu’Erin avait mentionné le fait qu’il y avait une querelle entre les Gnolls et Wistram ?

« Donc les Gnolls veulent entraîner leur propre [Mage]. »

« C’est correct. Les livres de sorts étaient cachés dans le magasin de Krshia Shilverfang, pour éviter d’être trouvées et, je suspecte, pouvoir être transporté avec facilité. Il y a quelques semaines, Krshia Shilverfang à envoyé un message à sa tribu demandant des guerriers pour les transporter hors de la ville. Je pense que les gardes arrivaient aussi pour protéger Erin Solstice, que les Gnolls avaient identifié comme ayant de la valeur. Cependant, Scruta l’Omnisciente à tué le premier groupe envoyé. »

Les Gnolls sur la route. Je m’en souviens.

« Le prochain groupe est arrivé trop tard. Les livres avaient été détruits lorsque Lyonette du Marquin a détruit le magasin de Krshia Shilverfang en utilisant un puissant artéfact magique qui a passé les protections normales installées pour protéger les livres. »

« … Merde. »

C’est encore pire que ce que je pensais. Klbkch hocha la tête.

« C’est une malheureuse situation, mais sans cadeau pour les tribus Gnolles, les Crocs d’Argents perdront beaucoup de leur réputation. »

« Et c’est pour ça que la dette vaut cinquante mille pièces d’or, pas vrai ? »

« Une considérable comme a été dépensé pour accumuler les livres de sorts sur plusieurs années. Je crois que les Gnolls ignoraient les dangers qu’un tel sort pouvait poser à de tels livres.« Une considérable comme a été dépensé pour accumuler les livres de sorts sur plusieurs années. »

Je ferme les yeux.

« Bordel. »

« Je suppose que tu as accepté la responsabilité de cette dette avec Erin Solstice. Elle sait ce qu’il s’est passé, mais pas le coût, mais elle sera incapable de résoudre ce problème seul. »

« Et je suppose que les Antiniums ne vont pas aider ? »

Klbkch secoue la tête.

« Erin Solstice est certainement importante à la Colonie, mais ma Reine n’autorisera jamais une telle dépense pour une seule personne. Elle ne comprend pas l’importance d’Erin. Pour l’instant. »

« Et elle est très importante. Tu penses différemment de ta Reine. Est-ce que tu te rebelles contre elle ? »

« Non. »

Le mot est sec et rapide. Klbkch me regarde et je suis aussitôt consciente qu’il est armé et que je ne le suis pas. Puis il semble se relaxer, et j’arrive aussi à le faire.

« Je ne trahirai jamais ma Colonie, ou ma Reine. Mais je crois qu’elle peut faire des erreurs. L’une d’entre elle est de refuser de faire confiance aux autres. Ma colonie, Ma Reine, nous avons besoin d’alliés pour changer les Antiniums. »

« Changer les Antiniums ? Comment ? »

Klbkch hésite, avant de lever un doigt.

« Permet moi de vérifier si nous sommes vraiment seuls. »

Je me tourne sur ma chaise, mais c’est stupide. Klbkch est clairement en train de faire quelque chose. Il lève les yeux après une minute et hocha la tête.

« L’auberge est vide, et il n’y a personne d’autre à plus de deux cents mètres autour de nous. J’ai confirmé que les [Assassins] et [Scouts] envoyé par Magnolia Reinhart sont caché plusieurs kilomètres à l’est de notre position et ne possède pas d’artefact ou de sort d’écoute. Selys Shivertail est avec Mrsha à Liscor… »

Attends une seconde, qu’est-ce qu’il vient de dire ?

« Quoi ? Avec Mrsha ? Ou es Erin ? »

« Elle est en train d’explorer les terres sauvages avec Toren et Lyonette. Je crois qu’elle t’a prévenu de ce fait. »

Je… Me souviens vaguement de quelque chose comme ça ? J’étais en train de penser aux Gnolls et je me souviens qu’Erin avait dit quelque chose. Je devrais plus faire attention à ce qui m’entoure.

… Est-ce que Klbkch est resté assis pendant tout ce temps ? En me regardant ? Puis je réalise autre chose. Je m’arrête et regarde longuement Klbkch.

« Tu… Sais où elles sont ? Erin et Selys ? N’importe quand ? Est-ce que tu les fais suivre ? »

Je ne peux pas croire que les Soldats et Ouvriers sont doués pour se cacher. À moins que… Est-ce que la Colonie est autant étalée sous terre ? Klbkch secoua la tête.

« Nous n’avons pas besoin de scouts sur le terrain. Une espèce spécialisée d’Antinium développé dans notre Colonie est capable d’écouter tous les mouvements et sons sur de très longues distances. Ils sont capables de surveiller des individus, avec des ordres et du temps. »

‘Il y a d’autres types d’Antiniums différent des Soldats et Ouvriers.’

« Vous avez plus que les Soldats et Ouvriers ? »

« Ils sont connus sous le nom de Tympans. Notre Colonie en comporte quelques-uns. Leur existence n’est pas un secret, ils furent dévoilés lors de la Seconde Guerre Antinium avec d’autres types. Cependant, seuls les Soldats et les Ouvriers peuvent rentrer dans l’enceinte de Liscor. »

« Pourquoi cela ? »

« Car ma Reine est la plus basse hiérarchiquement parmi les six Reines sous la Grande Reine. Son travail est expérimental, tout comme ses idéaux. Et elle est donc limité d’utiliser le plein potentiel de la Colonie, lui refusant certaines ressources et équipement. »

Une lutte de pouvoir entre les Antiniums ? Impossible. Cela voulait dire…

« Est-ce que les Reines sont en compétition ? Est-ce qu’il y a des rivalités ? Est-ce que les Colonies s’affrontent. »

Klbkch secoua la tête.

« La compétition est strictement basée sur les réussites. Les Reines et les Antiniums ont le même objectif, mais les points de vue diffèrent entre les Reines sur la meilleure manière d’atteindre cet objectif. »

Comme avoir plusieurs PDG travaillant dans le même but. Je hoche lentement la tête.

« Et tu veux que ta Reine réussisse. »

« Je crois en sa mission. »

« Qui est de créer des Individus Antiniums capables de gagner des niveaux, ce qui rendra les Antiniums plus forts. »

Et plus meurtrier. Qui pourraient renverser le continent. Klbkch hoche simplement la tête.

« Bien vu. Ma confiance n’est pas mal placée. »

« Mais si Erin t’aide, nous mourrons tous. Nous rendons les Antiniums plus forts, et vous nous tuez tous à la fin. »

Klbkch secoue la tête.

« Ma Reine est la seule à chercher des alliés et à forger des relations. Mais elle-même est… Limitée dans sa vision. Elle traite les autres espèces comme des pions. J’aimerais qu’elle les voie comme des gens. »

Donc la Reine de Liscor est plus progressive que les autres Reines, et son Prognugator l’est encore plus qu’elle. Je pense que je comprends.

« Tu penses que tu peux faire changer ta Reine d’avis. Mais dans tous les cas, elle doit avoir plus d’influence. »

« Exactement. Et la preuve de ses efforts se trouvent dans les Individus Antiniums. »

« Ce qui fait qu’Erin est essentielle. »

« Cela est correct. »

Mon cœur bat la chamade. Je dois me calmer en buvant plus d’eau avant de pouvoir parler de nouveau.

« D’accord. D’accord, disons que tout cela est la vérité. Qu’est-ce qui se passe si ta Reine fait ses preuves ? Elle a des Antiniums spéciaux ? »

« Elle gagnera accès aux… Ressources pour créer les Antiniums qu’elle désire. »

« Donc les autres Colonies ont déjà accès à ces Antiniums spéciaux. »

Ceux qui ont tué le General Sserys lors de la première guerre Antinium. Klbkch hocha la tête.

« La Reine de chaque Colonie à la possibilité de créer leur propre type d’Antinium unique. La Grande Reine garde précieusement les secrets de la Colonie, mais à part elle, chaque Reine garde jalousement son type unique d’Antinium et les méthodes pour améliorer notre espèce. »

La journée était remplie de révélation qui changeait la donne.

« Donc ce que tu es en train de me dire est que les Antiniums ne sont pas unis. Ou plutôt, qu’il y a une lutte de pouvoir dans les Colonies pour savoir comment les Antiniums doivent évoluer ? »

Klbkch me regarde.

« Si une Reine, ou autres Prognugators, apprend que l’un d’entre-nous à partager cette information, nous mourrons tous les deux. »

Un moment de silence. Je lis ce qui n’est pas dit.

« Est-ce que cela veut dire que tu veux que j’en parle à quelqu’un ? Lady Magnolia ? »

« Je préférerais que ma Reine gagne en puissance. Cela fait longtemps qu’elle travaille sans la permission de créer son propre type ou de dévié des Soldats et Ouvriers normaux. »

« Car elle est une renégate ? Car elle est en disgrâce ? »

« Car elle veut créer des Individus, oui. »

« Qu’est-ce qui se passe si elle succède ? Ou plutôt, si Erin succède ? Est-ce qu’elle a besoin de le prouver aux autres Reines ? »

Klbkch est droit dans son siège. Il bouge à peine, silencieux. Il est un autre type de personne, plus comme un robot qu’une véritable personne. Oui, un robot. Un fait de chitine plutôt que de métal. Un homme de fer blanc, un homme insecte. Avec un cœur.

« Une délégation d’Antinium arrivera sous peu. Ils verront si Pion et les autres Individus sont véritablement des Individus. Puis les Reines débattront et la Grande Reine décidera de ce qu’il faut faire avec cette information. »

« Et ensuite ? »

Klbkch haussa les épaules.

« Cela changera tout. Ou cela ne changera rien. La Grande Reine décidera si les Individus rendront les Antiniums plus fort et nous déciderons alors de la suite. »

« Et pourquoi les Antiniums doivent être forts ? Pour conquérir le continent ? »

« Si nécessaire. »

La réponse est glaciale et me coupe dans mon élan. Klbkch me regarde et secoue la tête.

« La Grande Reine est plus ouverte à continuer la paix pour l’instant, du moins jusqu’à ce qu’elle soit certaine que la victoire n’affaiblira pas les Antiniums. Cependant, je crois que je peux convaincre ma Reine de parler contre ce genre d’action. Ce continent n’est pas ce que les Antiniums recherchent. Nous avons besoin de force pour reprendre nos terres natales. »

« Vos terres natales ? Quelqu’un vous a chassé ? »

Mon dieu, le livre… J’ai besoin de lire la seconde partie. Ce qu’il est en train de dire change tout. Klbkch hoche la tête.

« C’est pour cela que nous avons fui Rhir. Et c’est pour cela que nous continuons de construire nos forces. Nous sommes partis, car nous étions en train de perdre, Ryoka Griffin. Et maintenant que nous sommes partis, l’ennemi sortira bientôt une nouvelle fois de terre. Ce Royaume Maudit est fort, mais il n’est pas prêt. »

« Pas prêt pour quoi ? »

« Nous devons devenir plus forts. Je dois devenir plus fort. »

Klbkch me regarde. Je suis paralysé. Pendant un instant, il semble plus grand que la vie. Ancien. Je suis comme l’insecte à ses yeux.

« C’est pour cela que tu dois m’aider. Pourquoi je sais qu’Erin et toi devez être protégées. Les Antiniums doivent changer. Ou les Antiniums disparaîtrons de la surface de la terre. »

« Qu’est. Ce. Qu’il. S’est. Passé ? »

Klbkch s’arrête. Il regarda sa chope. Puis il me regarde.

« Les Guerres Antiniums ? Ce que les Drakéides, Humains et Gnolls redoutent ? Ce ne sont que des contrecoups. De la poussière. La véritable tragédie est arrivée en mer quand nous avons perdu notre peuple. Même maintenant, nous ne sommes qu’une fraction de ce que nous étions. »

Je prends une grande inspiration. Mon cœur. Je peux entendre mon cœur et sa voix. Rien d’autre.

« Si c’est le cas, pourquoi avoir fui ? Qu’est-ce qui était si terrifiant que vous avez duit fuir plutôt que combattre ? »

Klbkch s’arrête. Il est assis en silence dans l’auberge d’Erin, mais ses yeux révèlent ce qu’il est. Il y a quelque chose d’intemporel, proche du regard de Ceria. Ou de Teriarch. Ne regarde pas Klbkch en voyant un insecte. Regarde le pour ce qu’il est. Une créature datant de plusieurs siècles. Un ancien héros des Antiniums, peut-être. Quelque chose d’ancien. Et ce n’est qu’à ce moment que je réalise à quel point ce qu’il dit est terrifiant.

Les Antiniums. Des créatures qui sont des centaines de milliers. Voir des millions. Pourquoi est-ce qu’ils ont fui Rhir ? Qu’est-ce qui a pu les faire fuir ?

La voix de Klbkch est la seule chose dans le monde. Douce. Et pourtant les mots qu’il prononce sont si bruyants que je peux les sentir faire trembler mon âme.

« Nous avons fui un Dieu, Ryoka Griffin. Il y a un Dieu enterré en Rhir. Et il essaye de se réveiller. »

Hors ligne Maroti

  • Calligraphe
  • Messages: 110
  • Traducteur de The Wanderin Inn par Piratebea
Re : The Wandering Inn de Piratebea (Anglais => Français)
« Réponse #155 le: 17 février 2021 à 10:44:34 »
2.41
Partie 2
Traduit par Maroti

C’est… C’est presque drôle. J’ai envie de vomir, de hurler, de poser mille et une question. Mais cette situation avec les Gnolls et la dette de cinquante mille pièces d’or ? Ce n’est pas un problème maintenant.

« De nouveau, je regrette de ne pas pouvoir directement vous aidez avec la dette des Gnolls. Mais je suis d’accord dans le fait que leur aide serait précieuse pour toi et Erin Solstice. Les Gnolls possèdent un degré de connaissance et de compétences que les Antiniums ne possèdent pas, et ils sont des fidèles alliés envers ceux qui les ont aidés. »

Klblkch et moi sommes en train de parler dans l’auberge d’Erin. Calmement. Il est calme. Je… Enfin, j’essaye de me calmer.

J’ai… un peu péter les plombs après la révélation à propos du Dieu. Un tout petit* pétage de plomb. Mais maintenant nous somme tous calme. Klbkch est en train de ma parler du futur, et franchement, je pense que je vais l’écouter.

*C’était quelque chose. Je crois que je suis devenu hystérique, pour la première fois de ma vie.


Les Antiniums. Je n’en avais pas la moindre idée, étrangement, ce qu’il m’a dit est plein d’espoir. Certes, il y a cinq autres Reines qui voulaient tuer les autres espèces, mais il y a des désagréments chez les Antiniums. Un espoir pour le changement et la paix. Mais est-ce que je partage cette information. Est-ce que j’aide Klbkch ou je protège Erin ?

« Puis-je demander comment tu vas effacer cette dette ? »

Je cligne des yeux, et me reconcentre sur la conversation. J’ai besoin de réfléchir. Je ne peux pas me permettre d’être inutile, pas maintenant. Il y a trop en jeu, même si je dois le dire, la dette des Gnolls ? C’est du vent.

« Je ne suis pas encore certaine. Je suis en train de réfléchir à mes options, mais je n’ai rien qui puisse vraiment aider les Gnolls pour l’instant. »

« D’après ce que tu m’as dit, il y a de nombreuses technologies utiles provenant de ton monde, mais peu sont celle que tu peux reproduire. Ma Colonie pourrait aider dans la collecte de ressources, mais les Antiniums ne travaillent pas le métal, du moins, la majorité des Colonies ne le font pas. »

« Une Colonie le fait ? »

« Je le crois. »

Il y a des secrets entre les Colonies ? Hum. C’est plus une rivalité et non une compétition. C’est bon à savoir.

« Ouais, je ne pas faire grand-chose pour l’instant. Bordel, je connais toutes sortes de technologies utiles et de technique de métallurgie, de constructions, et les avancées en médecine… Mais il faut quelque chose d’existant pour le faire. Le titane, par exemple, est un métal plus solide que l’acier, mais il est impossible de le forger sans… Bon sang, je suppose qu’un sort du 6eme Échelon pourrait faire quelque chose… »

« Ce qui n’est pas pratique pour les Gnolls. »

« Ouais. Et des choses comme les mathématiques… Cela changerait le monde, mais ce n’est pas immédiatement utile. »

« En effet. »

Je soupire.

« Putain. Je pense que ça doit être un artefact. Magique. Je vais devoir demander à Lady Magnolia ou… Teriarch. »

J’ai dit beaucoup de chose à Klbkch. Pas tout, mais une grosse partie de ce que j’ai dit et fait. Et ce que je sais. L’Antinium hoche la tête.

« Un choix dangereux. Ces deux individus sont très puissants et il y a beaucoup à perdre en approchant l’un deux. Malgré les capacités de Teriarch, je te conseille d’approcher Magnolia Reinhart avec la même prudence. »

Une autre surprise. Non, je ne devrais pas être surprise, pas vrai ?

« Tu le connais ? Teriarch ? »

« Nous savons qu’il est un Dragon. Il a incinéré deux armées que nous avons envoyées contre lui lors de la Seconde Guerre Antinium. C’était une erreur de l’attaquer. J’étais contre, mais les Reines n’ont pas écouté. »

Trouve le livre. Lit le livre. À moins que cela soit une partie de l’histoire que personne ne connaît. Ouais, je pense que les gens sauraient si un Dragon serait sur le continent. Un autre secret à garder.

« Si tu arrives à le convaincre de se séparer d’un de ses trésors… Oui. Cela satisferait sûrement les Gnolls. »

« Si. Un conseil ? »

« Ne l’attaque pas. »

« Merci. »

Je regarde Klbkch. Il est calmement assis dans son siège, m’observant. Si seulement je pouvais lire son expression pour savoir à quoi il pensait. Est-ce qu’il était vraiment aussi calme ? Il doit être nerveux. Mais le fait est le suivant : je suis incapable de lire le visage des insectes.

« Je suis surpris que tu ne veux pas que je te dise comment faire les armes de mon monde. Même si je ne te le dirais pas. »

« Malgré l’avantage que cela apporterait, je crois que cela serait l’inverse de mon objectif. De nouvelles armes ne feraient que pousser ma Reine à abandonner son actuel plan et d’utiliser ses armes pour commencer la troisième guerre. Je ne souhaite pas voir un tel bain de sang arrivé. Je… Ne souhaite pas voir les habitants de Liscor mourir. »

Un homme de fer blanc avec un cœur. Une partie de moi à envie de le serrer dans mes bras. L’autre veut s’asseoir dans un coin et me balancer en avant et en arrière pendant quelques heures.

« Donc. C’est quoi le plan ? »

Klbkch penche la tête.

« Je te confie des informations, des ressources, et de la protection. Tu dois aider Erin Solstice à ta manière. Et si tu as un moyen d’aider la Colonie… »

« Oui. Je comprends. »

Je me lève. Je commence à faire les cent pas. Je dois bouger.

« Mais il y a encore tellement de questions que je veux poser. Toutes les choses que les Antiniums savent… »

« Je partagerai ce qui est nécessaire. Mais certains secrets ne doivent pas être dévoilés. Si tu es capturé pour être torturé ou charmé… »

« D’accord. D’accord. »

Ce n’est pas un idiot. Je regarde Klbkch. Non, ce n’est pas du tout un idiot. Il est un Prognugator, l’un des Généraux Antinium. Il est probablement plus intelligent que moi. Mais qu’est-ce que je peux demander.

« Si tu ne peux pas me donner quelque chose pour les Gnolls, nous pouvons échanger des informations. »

« Exactement. Je crois que cela possède aussi une grande valeur. »

Il n’a pas tort. J’ouvre les bras.

« Est-ce que tu souhaites savoir quelque chose sur mon monde ? »

« Beaucoup de choses m’intrigue. Mais si je peux me permettre… Plus tôt dans la journée, Erin a mentionné le fait que notre système de gain de niveau est similaire que celui de votre monde ? »

« Ah. »

Je grimace. Erin et sa grande bouche. Comment est-ce que je peux lui expliquer ?

« Nous… Ne gagnons pas de niveau dans notre monde. Pas du tout. Nous devenons meilleurs avec de l’entraînement, mais nous ne gagnons pas de niveau. »

« Pas du tout ? Erin a mentionné un jeu qui contredit ce fait. ‘Diablo’. »

Je suis complètement perturbé par le fait qu’un Antinium commence à parler d’un jeu de mon monde. Je secoue la tête.

« C’est… Ce n’est qu’un jeu vidéo. Quelque chose que les gens jouent pour s’amuser, comme les échecs. Ce n’est pas… »

J’hésite. Comment le dire.

« Il y a des parallèles avec ce monde. Erin et moi l’avons remarqué. La manière avec laquelle ce monde opère avec les gens gagnant des niveaux… C’est parallèle au jeu. Mais beaucoup de choses sont différentes. »

« Je vois. Mais les mécaniques sont proches ? »

« C’est ça. Je connais le jeu… »

Bordel, j’avais vécu pour Diablo III pendant un temps. J’étais addicte jusqu’à ce que mes parents me fassent quitter le jeu.

« … Mais je ne pourrais pas le comparer à ce monde. Je ne sais pas comment le système de classe marche, ou comment gagner des niveaux. »

« C’est aussi considéré un élément mystique de notre monde. La majorité des gens comprennent les mécaniques, mais il y n’y a pas de consensus sur la raison derrière notre gain de niveau. »

Vraiment ? Je fronce les sourcils.

« Est-ce que tu peux m’expliquer certaines choses ? De ta perspective, enfin, du point de vue d’un natif. »

Klbkch hocha la tête. Il tape un doigt sur son bras plusieurs fois, un bruit sec, un cliquètement. Puis il parle.

« Gagner des niveaux est un moyen de devenir plus fort. Nous gagnons des classes en nous intéressant à certaines activités. Nous gagnons plus de niveaux dans une classe en poursuivant cette activité. Cependant, gagner des niveaux devient exponentiellement plus difficile avec le temps. »

Je hoche la tête. Ça je l’avais compris.

« La plupart des gens atteindront le Niveau 20 dans une classe durant leur vie. Quelques-uns peuvent atteindre le Niveau 30. Une poignée dans chaque village ; quelques douzaines dans une ville. Peu atteindront le Niveau 40 ; ceux qui le font sont considéré célèbre dans leur milieu. Ce qui dépasse le Niveau 50 sont généralement connu dans le monde entier. »

Ce sont encore des choses que je connais, mais le fait que Klbkch le dise est pratique.

« Est-ce que quelqu’un à déjà atteint in… Niveau maximum ? Le Niveau 100, par exemple ? »

Klbkch semble froncer les sourcils. Il n’a pas de sourcils mais, est-ce que c’est mon imagination ? C’est comme ça que je l’interprète.

« Je ne connais pas d’individu ayant approché le niveau 100. Les légendes parlent d’individus avec des niveaux supérieurs à 80 voir 90, mais pourquoi est-ce qu’il y aurait une limite au 100ème niveau ? »

« Parce que… »

Je m’arrête. Parce que c’est un nombre rond ? Non ; il y a une autre raison.

« Attends. C’est un concept de mon monde. De là ou je viens… Les jeux vidéo ont généralement une limite de niveau. Niveau 100 ou 99 est généralement cette limite. »

Diablo III n’avait pas ce système. La limite était au Niveau 70 avec les niveaux Paragon, mais il semblerait que le Niveau 100 soit ce qui s’en rapproche le plus. Klbkch secoue la tête.

« C’est étrange, mais très intriguant. Je n’ai jamais connu d’individu avec un niveau aussi élevé. La plupart devienne trop vieux pour dépasser le Niveau 60 dans la majorité des cas. »

« Attends. Vieux ? Qu’est-ce que l’âge à voir avec les niveaux ? »

Je fronce les sourcils. Est-ce que le gain de niveau est… Limité par l’âge ? Cela me perturbe.

« L’âge est un facteur connu dans le gain de niveau. Ceux qui vieillissent gagnent des niveaux plus lentement, indépendamment du niveau de leur classe. »

« Cela ne ressemble pas aux jeux auquel j’ai joué. Est-ce que tu es certain que cela arrive ? »

Klbkch hocha la tête.

« Je suis un exemple de cette occurrence. J’ai… Décliné dans mes capacités pendant ma longue vie. J’ai perdu des niveaux, ce qui est une occurrence qui n’arrive que chez les Antiniums. »

« Tu as perdus des niveaux ? Parce que tu es mort, c’est ça ? »

« Correct. Durant la Première et Seconde guerre Antinium, et encore avant, j’ai de nombreuse fois fait l’expérience de la mort. Je suis capable de ressusciter grâce à ma Reine, mais je perds dix niveaux dans mes classes chaque fois que cela se produit. »

Cela ressemble à une mécanique de jeux vidéo. Revenir à la vie en perdant des niveaux ? Je gratte la table avec mon ongle.

« Tu es en train de me dire que tu as plus de mal à gagner des niveaux car tu es… Vieux ? »

Klbkch hoche de nouveau la tête. Il semble hésiter, puis il parle.

« Ceci est une information secrète. Pour l’instant, je suis un [Pourfendeur] de Niveau 21, un [Commandant] de Niveau 18, un [Diplomate] de Niveau 11 et un [Assassin] de Niveau 14. Mais a mon apogée, j’étais un [Pourfendeur] de Niveau 44 et un [Assassin] de Niveau 26. »

Ma mâchoire se décroche. En ajoutant tous ses niveaux, Klbkch a déjà eut plus de soixante-dix niveaux ! N’est-ce pas l’équivalent d’un héros de légende ? No… Un Aventurier Légendaire est autour du Niveau 40. Il était encore plus fort ? Attend, une seconde, si tu rajoutes les niveaux qu’il possède maintenant…

« C’est… Incroyable. »

Klbkch hocha la tête. Ce n’est pas de l’arrogance.

« Mes compétences sont pratiques. Cependant, tu remarqueras que je suis actuellement bien plus faible que ce que j’étais. Récemment, j’ai des difficultés à récupérer les niveaux que j’ai perdu, et il est de plus en plus difficile de gagner des niveaux dans la classe de [Pourfendeur]. »

« D’accord, mais tu as toujours plus de soixante niveaux au total, pas vrai ? »

« Correct. Mais cela n’est que cumulatif. Comme je l’ai dit, je gagne plus lentement des niveaux due à mon âge avancé. Je suis vieux, et c’est un fait établi que les individus vieillissants gagnent des niveaux plus lentement. »

Attends, je n’arrive pas à comprendre ce que Klbkch est en train de me dire. Je tape la table en parlant.

« Qu’en est-il de tes niveaux cumulatifs ? Je veux dire, tu étais au Niveau 70 auparavant, et maintenant tu es au Niveau 64. Est-ce que ça n’expliquerait pas pourquoi tu gagnes des niveaux plus lentement. »

Klbkch s’arrête. J’ai de nouveau l’impression qu’il fronce les sourcils.

« Pourquoi est-ce que mes niveaux cumulés affecteraient ma progression ? »

« Parce que tu t’approches du cap du centième niveau. S’il existe dans ce monde. Écoute, dans un jeu vidéo gagné des niveaux demandent plus d’expérience avec chaque niveau. Et si c’était la même chose dans ce monde ? Mais le coût est aussi basé sur la totalité de tes niveaux, et non pas que sur les niveaux d’une seule classe. »

Est-ce qu’ils ne le savent pas dans ce monde ? Est-ce que cela explique les niveaux bas ? Mon dieu, c’est peut-être le cas. L’Antinium me regarde de manière septique.

« Cette conclusion demande un nombre de suppositions que ne peut pas être vérifié. Je ne suis pas certain que ta croyance envers une limite de niveau soit correcte. De plus, pourquoi est-ce que toutes les classes compteraient dans ce total ? »

« Alors pourquoi l’âge compterait ? »

Je lui pose aussitôt la question. D’accord, c’est une vieille astuce de débat, mais j’ai l’impression d’être sur quelque chose.

« Le problème que j’entend est que tout ton monde assume que tu ralentis avec l’âge en gagnant des niveaux. Mais est-ce que le cas ne serait pas que les plus vieilles personnes ont juste plusieurs classes ? »

L’Antinium reste silencieux pendant un long moment.

« La plupart des individus ne dépasse pas le Niveau 20 pour commencer. Peut atteigne un niveau cumulatif dépassant la barre des cinquante, même avec d’autres classes. »

« C’est parce que c’est de plus en plus difficile de gagner des niveaux ! Et les gens pensent que c’est l’âge, mais… D’accord, imaginons que tu es un [Boucher] de Niveau 20 et que tu as dix niveaux dans… Je ne sais pas, [Danseur]. Cela veut dire que le système te comptera comme au Niveau 30 quand il faut monter de niveau, te ralentissant. Et cela veut aussi dire que les aventuriers, les généraux… Tout le monde est en train de ralentir sa progression et son niveau maximum en prenant des classes inutiles ! »

Je pointe Klbkch du doigt. Mon cœur bat la chamade sous le coup de l’excitation.

« Tu ne gagnes plus de niveaux parce que tu as des classes inutiles. Tu étais plus fort lorsque tu étais plus jeune parce que tu n’avais que deux classes, et que tu te concentrais sur l’une en particulier. Réfléchit Klbkch. Est-ce que tu peux nommer un autre individu avec peu de classe ? »

Il reste silencieux pendant un long moment, puis il lève la tête.

« La première Grande Reine. Elle… Elle était au Niveau 76. Elle était une [Matriarche Supreme], une classe spéciale gagnée en progressant dans sa classe de [Reine] pendant des siècles. Elle… Elle était extraordinaire parmi notre peuple parce qu’elle continuait de gagner des niveaux même dans ses plus vieilles années.

« Mon dieu. »

J’ai tellement de questions. Mais je dois continuer.

« D’accord. Alors, bordel, nous avons besoin de plus d’information. Est-ce que tu sais si ta Grande Reine avait arrêté de gagner des niveaux ? Ou si elle continuait de gagner des niveaux ? Est-ce qu’elle avait d’autres classes ? »

Klbkch s’arrête. Il baisse la tête et il semble… Souffrir ? Comme si les souvenirs lui faisaient mal.

« Elle était concentrée. Elle ne voulait qu’une seule classe, et rien d’autre. Elle était tellement dédiée à nous mener qu’elle… Oui ; elle n’avait qu’une seule classe, même si je peux à peine m’en souvenir. »

« C’est pour cela qu’elle avait un niveau aussi élevé. Le gain de niveau se complique de manière exponentielle, bien sûr, mais la seule raison pour laquelle elle a atteint ce niveau est parce qu’elle avait qu’une seule classe. »

Je pense que je suis en train de sourire. Je n’ai pas de niveau, je n’en aurais peut-être jamais, mais nous avons trouvé quelque chose qui changeait la donne. Cette information, est-ce que je pourrais la donner aux Gnolls ? Attends, ce n’est pas si pratique à moins d’avoir des gens qui ont un niveau élevé, mais… C’est quand même quelque chose de gros.

Klkbch se lève soudainement. Je sursaute, même s’il ne me regarde pas. Il regarda par la fenêtre.

« Je… Dois le confirmer. Cette information, si elle est vraie, change beaucoup de choses. Cela n’était pas découvert… »

« Je suppose que c’est parce peu de gens montent aussi haut. Et quelqu’un avec un niveau assez élevé peut réaliser qu’il approche de son cap de niveau. De plus, cela pourrait être un soft cap ? »

« Un softcap ? »

« C’est une autre idée des jeux de mon monde. Cela veut dire qu’il n’y a pas de véritable arrêt après un certain point, le Niveau 100 par exemple, mais qu’il est incommode de continuer après. Disons qu’il y a un softcap au Niveau 100. Cela veut dire que tu peux quand même continuer à gagner des niveaux, mais il sera encore plus difficile de continuer. »

Klbkch commence à faire les cent tours, tout comme moi. Je le regarde bouger, il est clair qu’il est agité.

« Cela rajoute de la crédence à ta théorie. Une fois un certain âge atteint, gagner un niveau devient une raison de célébrer. »

« Est-ce qu’il y a un moyen de vérifier cette information ? De la prouver ? »

« Ma situation est unique due à ma nature, et je n’ai pas accès aux informations des autres Prognugators et Reines. »

« Pourquoi ne pas demander aux locaux, alors ? Tu as dit que Selys était à Liscor. »

Il hocha la tête.

« Elle est dans le parc avec Mrsha. »

« Le parc ? Est-ce qu’on peut lui parler ? »

« Partons tout de suite. »

***

Je cligne des yeux en regardant le paysage enneigé après que Klbkch m’est ouvert la porte. La neige m’arrive aux genoux dehors.

« Qu’est-ce qui s’est passé ici ? »

L’Antinium marche avec moi, se déplaçant à travers la neige alors que je ferme la porte de l’auberge d’Erin.

« Je crois que les effets de l’alcool sur les Fées de Givres a causé cette augmentation du niveau de la neige durant la nuit. »

« Erin, je jure sur dieu que si tu continues comme ça… »

« J’apprécierais que tu n’utilises pas cette expression. »

J’hésite, et regarde Klbkch.

« Oh, c’est vrai. »

Les dieux sont réels. Quand je repense à ça… Cela me fait presque oublier la révélation sur le gain de niveau. Je n’arrive pas encore a croire que personne dans ce monde n’a réalisé qu’il y avait un niveau max. Mais si la majorité des gens n’atteignent jamais ce niveau, et que le peu qui y arrive pense que c’est lié à l’âge…

« Qu’est-ce que tu peux me dire sur ce Dieu ? »

« Très peu. Seulement ce que mon peuple fait. Et je préférerai ne pas en parler dans tous les cas. »

« Pourquoi ? »

Klbkch me regarde.

« Car évoquer son existence lui donne du pouvoir. »

American Gods. De Neil Gaiman. Ou, en alternative, Les Petits Dieux, de Terry Pratchett. Je réfléchis à cent à l’heure. Je… Je ferme ma bouche et marche avec Klbkch dans la neige, pensif.

Nous atteignons les portes de Liscor en quelques minutes malgré la forte neige. Les gardes reconnaissent Klbkch et l’appellent. Il fait signe de la main, et nous continuons. Klbkch m’amène dans les rues de Liscor, et j’observe la ville.

Difficile de croire que cette ville il y a quelques semaines. Cet endroit n’est pas New York, mais ce n’est pas une petite ville. La ville donne l’impression… D’être grande. Habitée. Liscor est plus grand que Celum ou Esthelm, malgré le fait qu’elle soit encerclée par quatre de ces massifs murs*.


*De sacrée fortifications. Apparemment toutes les villes Drakéides ont ces gigantesques murs, même si ceux de Liscor sont derrière ceux des fameuses Villes Emmurées. Si les portes n’avaient pas été gardées ouvertes lors de l’attaque des morts-vivants… Je ne pense pas qu’un millier d’entre eux auraient pu passer les murs. Même avec des armes de siège. Des armes de sièges zombies… ? Un géant ?


C’est soit parce que Klbkch est Antinium ou un Garde Senior, probablement les deux, mais Klbkch et moi marchons dans l’espace laissé par la foule qui se sépare devant nous, même dans les rues les plus occupées. Et c’est une surprise de voir que tous les regards qu’il reçoit ne sont pas hostiles. Certains Drakéides et Gnolls lui font un hochement de la tête, et Klbkch échange des salutations avec des gens qu’il connaît de nom. Je suis plutôt celle qui reçoit des regards noirs.

L’Antinium s’engouffre dans une autre rue.

« Où est-ce que nous allons ? »

« Dans une aire de jeu, je crois. Dans un parc. Selys y a amené Mrsha. »

Les rues s’ouvrent et je me retrouve à regarder le plus étrange des paysages. Au centre de la ville se trouve… Un parc. Un grand parc, en plus, pour une ville entourée de mur. Et il y a une aire de jeux occupant une partie.

« C’est quoi ce bordel ? »

C’est une aire de jeu. Et il y a des… Arbres. Et de l’herbe, poussant à côté des pavés pour former le parfait périmètre circulaire du parc. C’est normal. Ouais, un parc, des arbres dans une ville avec des murs. Je peux le voir.

Mais l’aire de jeu attire mon regard. Car elle n’est pas comme une aire de jeu Humaine. Les aires de jeu Humaines ne sont pas aussi cools.

C’est… un Jungle Gym. Au du moins ça l’avait été. Mais un architecte fou avait regardé les plans et décider de construire une aire de jeu qui donnerait des arrêts cardiaques aux parents anxieux.

De longs tunnels de bois polis connectés à des tours montant en spirale comme un château miniature. Des barres d’exercices se trouvant à six mètres du sol, au-dessus d’un sol nécessitant de grimper une longue corde pour l’atteindre. Même alors que je regarde, des chiots Gnolls glissent le long d’un toboggan d’environ neuf mètres, laissant tomber les enfants dans une longue descente en spirale ;

La construction de bois et de pierre fait quatre étages de hauteurs. Il y a des pièces différentes avec des fenêtres en verre pour occuper les enfants et les faire jouer dans des murs d’escalades qui rendrait jaloux les gymnases de mon monde, il y avait même un grand pont de corde pour se balancer juste au-dessus de ma tête.

Je sais que je suis bouche bée. Je regarde la tour géante et je veux la grimper. Mais alors que l’enfant en moi rêve de me balancer et de sauter là-haut, la partie pratique de mon esprit se demande ce qui se passe si quelqu’un tombe ? Il y a tellement de moyens de trébucher, ce foutu pont de corde à des trous ! Une chute de cette hauteur est mortelle même sur de l’herbe.

Et alors que je suis entre d’imaginer ce scénario, un gamin glisse. Je vois un enfant Drakéide perdre l’équilibre et tomber sur le côté. J’ouvre la bouche et je me jette en avant, mais je sais que je serais trop lent, je le sais.

Mais alors, le corps du jeune Drakéide s’arrête en tombant dans l’air. Je regarde avec incrédibilité alors que l’air autour de lui semble se figer, et sa chute ralentie. Il se pose doucement au sol en riant.

Je le regarde, et j’entends des rires. Certains Drakéides rient en me voyant, pas le gamin. Je suppose que je dois tirer une tête hilarante.

« Ne sois pas alarmé, s’il te plait. Les sorts magiques de cette zone ont été lancés par un mage de Wistram et sont vérifiés chaque année. »

Klbkch me rejoint alors que je le regarde. Il hocha la tête en regardant l’aire de jeu et les Drakéides et Gnolls marchant et appréciant ce bout de nature au centre de la ville.

« C’est une coûteuse construction, mais une pour laquelle le conseil à dévouée des fonds au nom du bien-être de la population. J’ai entendu dire que les Villes Emmurées ont des constructions similaires, mais avec un plus grand degré d’enchantements magiques. »

« Pourquoi est-ce que vous avez besoin de quelque chose comme ça ? »

Je pointe l’aire du jeu du doigt. L’un des parents Drakéides me lance un regard noir, et je ferme ma bouche.

« Les résidents ont besoin d’un endroit ou se relaxer et s’amuser quand ils sont confinés dans l’enceinte de la ville à cause de l’unique géographie de Liscor lors du printemps. »

« D’accord, j’ai lut à ce sujet. Mais… Heu. C’est comme dans mon monde. Nous avons des parcs dans nos villes. Mais… pas aussi proche des autres bâtiments. »

« Vraiment ? Cela est intéressant. Ah, voilà Selys. »

Klbkch pointe une Drakéide familière et un tas de fourrure blanche. Mrsha est en train de se balancer sur une barre bien trop haut pour que je sois confortable, riant avec d’autres enfants Gnolls. Deux groupes de parents regardent leurs enfants joués avec Mrsha sans crainte, je vois les parents Gnolls regarder sa fourrure, mais ne pas faire de commentaire.

« Ryoka ! Klbkch ? »

Selys nous salue tous les deux, légèrement surprise.

« Est-ce que vous êtes venus pour savoir si Mrsha va bien ? Je vous ai dit que j’allais l’occuper pour la journée. A moins… Qu’Erin est terminé son exploration ? »

« Non, pas encore. En réalité, Selys, nous aimerions te parler. »

« Me parler ? »

Selys me regarde, surprise, et je hoche la tête.

« Est-ce qu’on peut s’asseoir quelque part ? »

« Oh, bien sûr. Il y a des bancs là-bas. Mrsha ? On va par-là ? »

Bien au-dessus de nous, Mrsha retire une main de la barre et nous fait coucou de la patte. Elle a l’air tellement heureuse là-haut, comme tous les autres gamins, immergée dans l’aventure d’une vie. Comme tous les autres Gnolls… À l’exception de sa fourrure.

Je la laisse derrière moi et m’assoie avec Selys et Klbkch. C’est une froide journée, mais au moins, il y a un peu de soleil derrière les nuages. C’est drôle, mais j’ai l’impression qu’il fait plus chaud dans le parc. C’est surement tous les enfants qui courent… Ou un enchantement sur le parc ? Ou peut-être que c’est juste mon imagination.

« Donc, qu’est-ce que je peux faire pour vous aider ? »

Klbkch me regarde. Je suppose qu’il veut que je lui explique. Tout cela a du sens pour moi, mais pour les natifs de ce monde, je suppose que c’est comme trouver que la terre est ronde, ou… Ou que la terre tourne autour du soleil.

Bordel, je ne m’attendais pas à être Galileo en me réveillant ce matin.

J’explique lentement ma théorie à Selys. Elle me regarde avec une incrédulité grandissante jusqu’à ce qu’elle s’esclaffe lorsque j’arrive à la partie cumulative des niveaux.

« Quoi ? Tu es sérieuse, Ryoka ? Les niveaux ne marchent pas comme ça ? Tout le monde sait que c’est l’âge qui ralentit les niveaux… C’est parce que nous manquons d’énergie, pas à cause d’une limite bizarre ! »

Elle agite une griffe dans ma direction, toujours en train de rire. Je fronce les sourcils.

« Comment est-ce que tu le sais ? Qu’est-ce qui fait que tu en es certaine ? »

« Je le sais parce que… Écoute, ce n’est pas parce que les gens ne montent pas de niveaux quand ils sont vieux qu’il existe une limite ! »

Selys fait la moue, avant de s’illuminer.

« Prends exemple sur le vieux Peslas. Il est un [Aubergiste], comme Erin. Tu as entendu parler de lui ? »

Cela me rappelle quelque chose.

« Il est le gérant de l’autre auberge, c’est ça ? Celle où les aventuriers de rang Or restent ? »

« C’est ça. Il est au-dessus du Niveau 30 dans sa classe d’[Aubergiste], donc son auberge est l’une des meilleures de la ville. Mais il n’a pas arrêté de gagner des niveaux car il ne le peut plus ! Il est juste vieux, et il ne travaille plus autant. »

« Qu’est-ce que tu veux dire par là ? »

Selys lève ses yeux au ciel et enroula sa queue autour d’une des jambes du banc.

« Tout le monde ne peut pas se donner à fond jusqu’à obtenir un niveau élevé, Ryoka. Certaines personnes décident qu’elles sont à un bon niveau et s’arrête. Par exemple, Peslas a une bonne auberge et beaucoup de clients, mais il ne travaille pas tant que ça. Et il est vieux. Donc il gagne un niveau toutes les poignées d’années. Il a gagné un niveau il y a six ans et il a fait une grande fête. Ma grand-mère et moi étions invités. »

« Mais il a peut-être gagné des niveaux plus lentement à cause de son cumul de niveau, non pas parce qu’il se la coule douce et qu’il est vieux. »

« Oui, mais… Enfin, il n’a pas tellement de niveaux dans ses autres classes. »

Selys semble incertaine et je secoue la tête.

« Mais chaque niveau compte, Selys, tu vois ? Quelqu’un qui n’a qu’une seule classe comme Erin peut gagner rapidement des niveaux. Elle m’a dit qu’elle avait quelques niveaux en tant que [Chanteuse] et [Guerrière], mais combien est-ce que tu en as ? Combien Peslas en a ? »

Maintenant la [Réceptionniste] est en train de froncer les sourcils. Elle murmure quelque chose alors que Klbkch et moi regardons Mrsha courir avec les autres enfants.

« Eh bien… Je sais qu’il se vantait, il parle beaucoup de sa classe, je sais qu’il a dit qu’il était un [Guerrier] étant plus jeune. Il est Niveau 16 grâce à son service dans l’armée, donc c’est là. Il a aussi des niveaux en tant que [Cuistot] et [Barman] car il a dû le faire avant de devenir aubergiste… Mais cela n’est pas beaucoup. Juste quelques niveaux. »

« Est-ce qu’il a d’autres classes ? »

« Oh ! Je me souviens ! Il a aussi quelques niveaux en [Chanteur] et [Danseur] ! Il était tellement heureux… Il a une Compétence qui lui permet de chanter… »

Le visage de Selys devient pale. Je hoche la tête, tout comme Klbkch.

« Un ou deux niveaux ici et là. Dans ce monde, ce n’est pas tellement. En vérité, les gens aiment gagner des niveaux, pas vrai ? »

« C’est tellement pratique. Et nous avons des Compétences même pour un ou deux niveaux. »

Selys murmure les mots. Je hoche la tête.

« Mais cela te ralentit. Cela retire du niveau maximum que tu peux obtenir. Cela te ralentit, mais personne ne le réalise car tout le monde pense que c’est dû à l’âge. »

« Et peu de gens ont le désir d’atteindre les plus hauts niveaux dans tous les cas. Donc personne ne remarque le problème. Dans tous les cas pourquoi est-ce que quelqu’un considérerait qu’il y a une limite artificielle. »

Seulement une personne venant d’un autre monde dirait cela, et c’est parce que les anciens jeux comme Pokemon avaient mis des limites dans le code de leurs jeux pour éviter de dépasser le niveau 100. Pourquoi est-ce qu’un système dans ce monde aurait ce genre de limite ? Cela n’aurait du sens que si quelqu’un avait créer le système…

Klbkch me regarde. Mon cœur bat la chamade. Je hoche la tête.

Selys secoue plusieurs fois la tête, comme confuse.

« C’est une grosse information. C’est… Tu te rends compte de ce que cela veut dire si c’est la vrai ? »

« Cela touchera tout le monde à petite échelle, et peu de gens à grande échelle. »

Klbkch prononce doucement les mots alors que Mrsha mordille la queue d’un Drakéide, obtenant un cri de la part de l’enfant et de ses parents. Je considère ce qu’il dit.

Pour beaucoup, cette information ne sera pas très facile. Pas sans l’ambition de monter plus vite. Mais peut-être que cela permettra à tous le monde d’atteindre le Niveau 30, plutôt que de perdre leurs premiers niveaux dans des classes inutiles. Cela mènera à une spécialisation, mais plus important, cela permettra aux gens avec un niveau déjà élevé de devenir encore plus fort.

« Cette information pourrait changer le monde. »

Je regarde Klbkch. Il me regarde.

« Cinquante mille pièces d’or ? »

« Possible. »

« De quoi est-ce que vous parlez ? »

Selys nous regarde. Elle tremble. Son monde doit être en train de s’effondrer. Je me sens un peu coupable, mais cette information l’aidera.

Klbkch hocha la tête. Deux fois.

« Ce qui Ryoka est exactement ce que je suis en train de vivre. Je craignais que s’était dut à mon âge, ou au fait que je devenu plus faible, mais je ne gagne plus de niveau dans ma classe principale parce que j’ai trop de classes secondaires. Cela peut être l’âge, mais la théorie de Ryoka est tout aussi plausible, voir crédible en considérant… Certains facteurs. Je pense qu’elle est correcte. »

« Par les dieux morts.

Selys laisse échapper les mots comme une prière, sauf que personne ne prie dans ce monde dans les dieux sont morts. Sauf qu’il y en a un.

Klbkch hoche la tête une dernière fois. Il est comme booblehead flippant.

« Je dois confirmer cela. C’est une information que ma Colonie sera capable de vérifier avec nos données. Données sur des guerriers, des personnes d’importance, des classes inhabituelles, et ainsi de suite. Je vais vérifier plusieurs centaines d’individus pour voir si les résultats concordent avec ta théorie. Ryoka Griffin. Si cela est correct, le secret que tu as découvert pourra avoir une valeur inestimable. »

Je hoche la tête. Mon cœur bat la chamade. Quelque chose qui pourrait changer le monde. Klbkch regarde Selys.

« Ce savoir ne doit pas se propager avant d’être confirmé, et même après cela, devra rester discret. Pour l’instant. Sommes-nous d’accord ? »

Selys hoche vigoureusement la tête.

« Bouche cousue. Complètement. »

Mais son visage s’effondre.

« Ah ! Mais j’ai tellement de classes ! Je pensais… Tout le monde a quelques niveaux dans une ou deux classes mais personne ne se fiche de ça ! Personne… Est-ce que cela veut dire que je ne vais jamais atteindre un haut niveau ? »

Son visage est en ruine. Klbkch hoche lentement la tête.

« Cela sera aussi… Difficile pour moi. Je dois rectifier la situation si je suis vraiment incapable d’atteindre mon ancienne puissance. »

Je regarde Klbkch. Il est le seul qui peut perdre des niveaux, mais s’il suggère ce qu’il est en train de suggérer…

« Pour l’instant, ne monte pas de niveau si tu ne le veux pas. Tu peux refuser de gagner un niveau ou prendre une classe. »

Selys secoue sa tête, distraire.

« Je n’ai jamais compris pour cela était possible. Je pensais qu’il fallait être fou pour refuser de prendre un niveau ou de gagner une classe. »

Je hoche la tête. Ce n’est pas quelque chose que les gens comprendraient s’ils ne comprenaient pas le jeu. Est-ce un piège pour les gens de ce monde ? Une erreur ? Est-ce que quelqu’un connaît ce secret ? Certaines personnes doivent le connaître, mais ils le cacheraient car cela est trop important, pas vrai ?

« Je pense… Ouais, je pense que si mes suspicions sont vraies, c’est la raison exacte pour laquelle tu peux refuser de gagner un niveau. »

Un système basé sur un jeu, mais personne ne connaît les règles. J’ai des frissons. Mon dieu. L’un est encore vivant.

Nous restons silencieux après ça. Selys et Klbkch se regardent alors qu’elle murmure quelque chose à propos des classes alors qu’il… Parcourt les informations de sa Colonie. Je ne sais pas comment il le fait. Est-ce que c’est entreposé quelque part, ou est-ce que les Antiniums portent tous des informations.

Je ne demande pas pour l’instant. Mais après une trentaine de minutes Klbkch se tourne vers l’un des murs.

« Quelque chose est en train de se passer. »

Des gens, des Drakéides et des Gnolls, et même quelques Humains, sont en train de pointer une direction du doigt. Je regarde Selys et Klbkch.

« Qu’est-ce qui se passe ? »

« Je ne sais pas. Vous voulez aller voir ? »

Klbkch et moi nous lançons un regard. Nous pensons à la même chose sans le dire à voix haute. S’il y a une foule ou quelque chose qui attire l’attention, il y a probablement une personne… Une certaine fille qui en est à l’origine.

Des gens se rassemblent à la porte sud, et j’entends des gens s’exclamer et rire. Klbkch, Selys et moi marchons à travers la foule. Selys tiens Mrsha pour que la petite Gnolle ne se perdre pas dans la foule. Nous nous approchons des murs sud, assez proche pour entendre les rires et exclamations, mais les gens sont tellement rassemblés autour des portes que nous n’arrivons pas à passer.

« Là-haut. »

Klbkch pointe vers les baraques. Les citoyens n’ont pas assez à cette partie, mais son rôle de Garde Senior lui permet de monter. Et c’est alors que nous le voyons.

« Oh mon dieu. »

Au début, c’est juste une forme étrange marchant dans la neige. Il est possible de voir assez loin depuis les baraques, et c’est comme ça que je vois Erin. Et Toren. Et puis, en plissant les yeux, je le vois.

Les [Gardes] sur les murs sont tellement hilares qu’ils ont du mal à se tenir debout. Je baisse les yeux pour voir Erin et Toren… Traverser la neige. Ouaip. Juste quand je pense qu’elle ne peut pas devenir plus bizarre, Erin fait quelque chose comme ça.

Je regarde Selys. Elle se couvre la bouche en essayant de ne pas rire. Klbkch est en train de regarder. Je pense qu’il est sous le choc.

Quelqu’un doit le dire. Je baisse les yeux vers Erin et secoue la tête.

« C’est la chose la plus stupide que j’ai jamais vu de ma vie. »

Hors ligne Maroti

  • Calligraphe
  • Messages: 110
  • Traducteur de The Wanderin Inn par Piratebea
Re : The Wandering Inn de Piratebea (Anglais => Français)
« Réponse #156 le: 21 février 2021 à 22:12:23 »
2.42 Partie 1
Traduit par Maroti

Elle était une [Princesse]. Elle était de sang royal. Elle était la scion d’un des glorieux royaumes de Terrandria, et elle avait vu plus de choses lors au cours de ses dix-huit années de vie que les roturiers ne pouvaient espérer entrevoir toute leur vie.

Et elle comprenait les gens. Les gens étaient mornes, ennuyeux, et la plupart avaient de petites ambitions et des esprits plus petits encore. Mais Lyonette du Marquin ne pouvait pas comprendre la personne nommée Erin Solstice. Elle était un mystère.

Bien sûr, en regardant Erin, il était simple d’immédiatement remarquer son visage banal. Elle avait, peut-être, une once de beauté ; ses dents étaient droites et elle n’était pas défigurée, mais elle n’était pas une grande beauté digne de la cour.

Et, en effet, sa classe était tout aussi mondaine. Elle était une [Aubergiste]. Mais… Elle n’était pas juste une aubergiste.

Elle jouait aux échecs, le jeu des [Stratégistes] et de la noblesse. Elle le jouait mieux que toutes les personnes que Lyonette avait rencontrées, et rien que cela était inconcevable. Mais plus que ça, elle traitait les races inférieures comme si elles étaient des gens, et elle employé un vicieux, horrible épouvantable squelette mort-vivant comme si ce n’était la plus odieuse des choses !

Et pourtant, et pourtant. Elle était aussi gentille. Lyonette devait l’admettre alors qu’elle déjeuna en mangeant des biscuits et de la purée de patates. Elle trempa un morceau de biscuit fumant dans l’épaisse sauce et la dévora.

Ce n’était pas l’élégante nourriture qu’elle avait savourée chaque soir dans sa demeure. Mais c’était… Un acceptable remplacement. C’était un petit bon point en la faveur d’Erin.

Quelque chose bougea aux pieds de Lyonette et elle baissa les yeux. La jeune Gnolle était assise sous la table, la regardant avant de grands yeux curieux.

Un autre bon point. Au moins, Erin Solstice, malgré ses nombreux défauts, était gentille avec les enfants. Même une enfant Gnolle n’était pas sous mérite.

Et celle-ci…

Lyonette regarda autour d’elle, mais la Drakéide et Solstice était en train de parler, et l’étrange Coursière de ville était en train de discuter avec l’horrible Antinium. Et le squelette était dans la cuisine. Donc Lyonette brisa un peu de son biscuit, le trempa dans la sauce, et le baissa sous la table.

Mrsha mordit immédiatement le biscuit et commença à lécher la main de Lyonette, qui laissa échapper un léger rire silencieux. Elle avait toujours aimé les chiens que le [Maître du Chenil] élevait, et l’enfant Gnolle était bien plus qu’un simple animal. Elle…. Son cœur s’était brisé en entendant son histoire. Non pas pour la tribu Gnoll, bien sûr, ils n’étaient que de terrifiantes bêtes. Mais la pauvre enfant avait eu l’air si triste

Qu’est-ce qu’elle faisait ici ? Lyonette fronça les sourcils et essuya ses doigts avant de continuer à manger. Elle devrait se diriger vers le nord. Lady Magnolia allait sûrement l’héberger, malgré les mensonges d’Erin. De plus…

Et puis, Lyonette allait pouvoir trouver sa véritable voie autre part. Elle pourrait chercher l’aventure, plutôt d’être constamment prise au piège dans la mondanité.

Cependant, elle n’allait pas s’échapper sans affront. L’humiliation qu’elle avait déjà subie était au-delà de l’impardonnable, et pire… Elle avait une autre classe.

[Serveuse]. Niveau 3. Et elle avait gagné une compétence. [Endurance Mineure]. Cela compliquait sa sieste, mais cela lui donnait aussi l’énergie de compléter de finir les nombreuses tâches que Solstice lui imposait.

C’était de loin le pire des affronts. Sa classe royale avait été ruinée par l’addition d’une classe commune. C’était impardonnable, Lyonette avait été souillée. Si son père venait à l’apprendre…

L’estomac de Lyonette se serra. Pourquoi s’inquiétait-elle de son père ? Il ne s’inquiétait pas pour elle, après tout. Les groupes de recherche qu’il avait envoyée n’avait probablement pas dépassé les plages de Terrandria, n’imaginant pas qu’elle aurait le courage de prendre le bateau pour Izril. Et elle avait survécu aux monstres, à la faim, et même à la terrible foule qui l’avait banni de Liscor.

Elle restait dans cette maudite auberge car elle n’avait pas le choix. Mais bientôt, elle allait pouvoir revenir au statut qui lui était dut. Et peut-être qu’elle se vengerait de ce maudit squelette.

Une classe de [Serveuse]. Quelle insulte ! Lyonette fronça les sourcils alors que Mrsha renifla ses pieds et recula. C’était inacceptable ! Elle n’était pas destinée à attendre les commandes des roturiers comme une inutile paysanne !

Mais elle avait gagné des niveaux. C’était un fait. Lyonette regarda son repas, soudainement moins affamé. Cela n’était pas arrivé depuis si longtemps. Elle avait presque oublié ce que cela faisait. C’était agréable.

« Peut-être que… »

Lyonette hésita, et secoua la tête. Non, c’était ridicule. Mais une pensée continua de la déranger alors qu’elle éloigna son assiette. Recevoir des ordres était intolérable, bien sûr. Le fait qu’elle puisse gagner des niveaux dans une autre classe que [Princesse] était intolérable. Mais…

Mais c’était mieux qu’être inutile.

***

« Donc, j’y pensais, j’ai besoin que mon auberge soit plus populaire, tu vois ? »

Erin désigna son auberge d’un mouvement de la main en parlant à Selys. Elle n’essayait pas d’être méchante, elle avait une bonne auberge. Tout avait été bâti par des Antiniums et elle avait même des fenêtres. Même l’auberge de Peslas n’avait pas de fenêtres en verre. Mais… Ce n’était pas suffisant.

« Je veux dire, j’ai la boisson de fleur de fée, mais j’ai besoin de travailler dessus. Je réfléchissais, et je me dis que j’ai besoin d’être truc. »

« D’autre truc ? »

Selys regarda Erin sans comprendre. Erin hocha la tête et essaya de s’expliquer.

« Tu te souviens des mouches acides ? Les Antiniums les adoraient. L’auberge est parfois complète, et je me suis fait plein d’or ! Mais c’est l’hiver, et je n’ai rien de spécial à vendre. Et je n’ai pas autant de clients. De plus, je me suis fait un petit pécule à vendre l’acide des mouches, tu te rappelles ? »

« Ne m’en parle pas. »

« Mais Selys, réfléchit ! C’était tellement pratique, ça a aidé face à Écorcheur et tu peux rapidement faire fondre des morts-vivants avec. Même si ça pue. »

« Et où est-ce que tu veux en venir, Erin ? »

« Eh bien… Je pensais que je pourrais vendre des trucs aux aventuriers. »

Selys regarda Erin avec suspicion.

« Quel genre de trucs ? »

« Tu sais, comme des noyaux. Il m’en reste et ça fait fuir les Crabroches. De plus, je pourrais aussi retrouver de l’écorce explosive pour en vendre. »

« Toren n’a pas explosé ton auberge avec ça ? »

« Ok, peut-être pas d’écorce explosive. Mais je pourrais faire mon affaire, tu sais ! J’ai juste besoin d’explorer. »

Selys regarda par la fenêtre. Les chutes de neige de la nuit dernière s’étaient arrêtées, mais la couche de neige était tellement épaisse qu’il n’y avait pratiquement aucun lieu de repère dans le paysage. Ouvrir les portes de l’auberge avait demandé un sacré effort de la part d’Erin.

« Explorer ? Par ce temps ? Erin… »

« Je vais laisser Toren me guider. En plus, je pense que Mrsha a peur de lui. »

Les deux femmes se tournèrent et virent que Mrsha évitait Toren alors que ce dernier balayait de manière mécanique la salle. Dès qu’il se tournait vers elle, Mrsha se précipitait sous une table en continuant de l’observer avec méfiance.

« Ton squelette me faire peur, Erin. D’accord, s’il est avec toi je suppose que tu peux le laisser combattre les monstres en t’enfuyant. Mais sois prudente, d’accord ? Les Araignées Cuirassées sont toujours en train de faire leurs nids, et [Instinct de Survie] ne protège pas des pièges. »

« Bien sûr, pas de problème. Mais cela veut dire que je vais devoir laisser Mrsha avec Ryoka. »

Erin regarda Ryoka. Elle était toujours en train de regarder son assiette, même si elle avait terminé de manger. Klbkch la regardait, et il semblait que Ryoka était perdu dans ses pensées.

« Est-ce que tu penses que c’est une bonne idée ? »

« Ryoka à tout de même amené Mrsha jusqu’ici. »

« Non, je veux dire, regarde là. »

Selys pointa Mrsha du doigt. La petite Gnolle avait perdu une partie de sa peur envers Toren. Elle s’approcha lentement lorsque le squelette se retourna, et attrapa curieusement sa cheville. Toren se retourna aussitôt, et Mrsha prit la fuite, gémissant de terreur.

« Toren ! Ne lui fais pas peur ! »

Erin prit Mrsha dans ses bras et regarda Selys.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? »

« Elle a besoin de se dégourdir, Erin. Elle ne peut pas rester enfermer dans l’auberge toute la journée, et elle à besoin de quelqu’un pour la surveiller, pas… »

Selys hocha la tête vers Ryoka. L’autre fille était toujours immobile. Toren s’approcha d’elle avant d’approcher sa main de son assiette. L’autre fille ne répondit pas, même quand ce dernier passa une main osseuse devant ses yeux.

« Bon. D’accord, qu’est-ce que je devrais faire ? Peut-être que je pourrais la laisser avec Krshia ? »

Mais cela voulait dire qu’elle allait être proche de Brunkr, et Erin n’aimait pas cela.

« Laissez-là moi. »

Selys et Erin se tournèrent. Lyonette venait de se lever. Elle leva son nez de manière dédaigneuse dans leur direction.

« Qu’est-ce qu’il y a, Lyon ? »

Quelque chose passa dans les yeux de la fille, mais ne fit pas de commentaire sur son nom. De plus, Erin préférait Lyon à Lyonette.

« Je m’ennuis. Je surveillerai l’enfant, Mrsha. »

Erin et Selys échangèrent un regard. Erin essaya de s’assurer que son ton était amical.

« C’est… Vraiment sympathique de ta part, Lyonette. Mais, heu, je pense que… Non. »

Lyonette fronça les sourcils.

« Pourquoi pas ? Je suis parfaitement capable de m’occuper d’une enfant. »

Elle regarda à la Drakéide et l’Humaine alors qu’elles échangèrent un regard. Selys toussa dans ses griffes.

« Je peux m’occuper de Mrsha, Erin. J’ai quelques jours de repas, et il y a une aire de jeu en ville. Elle va pouvoir s’amuser avec les autres enfants là-bas. »

« Une aire de jeu ? »

Erin n’avait jamais rien vu de tel, mais elle n’avait pas vraiment cherché à explorer la ville. Selys hocha la tête.

« Elle sera en sécurité avec moi. Et je suis certaine qu’elle aimerait s’amuser, pas vrai, Mrsha ? »

La petite Gnolle leva les yeux vers Selys alors que la Drakéide la gratta derrière les oreilles. Selys haussa les épaules.

« Les enfants Gnolls ont un comportement proche des animaux. Et Mrsha est jeune, je ne m’inquiéterai pas. A cet âge, les enfants Drakéides mordent tout ce qui peut rentrer dans leur bouche. Est-ce que les humains sont différents ? »

Erin repensa au bébé hurlant et autres bambins qui mangeaient des insectes, du sable et du caca. Elle hocha la tête.

« Eh bien… Si cela ne te dérange pas, ça serait super, Selys ! Merci ! Alors Lyonette peut m’aider Toren et moi à rechercher des trucs cools. »

Lyonette fronça les sourcils.

« Qu’est-ce que cela veut dire ? »

« Hey Toren ! »

Erin appela son squelette qui la regarda.

« On sort ! Prends ton épée et occupe-toi de la vaisselle, d’accord ? Lyonette vient avec nous ! »

Le squelette sembla relever la tête lorsqu’Erin mentionna l’épée, mais perdit son enthousiasme en entendant que Lyonette allait venir. Il marcha dans la cuisine alors qu’Erin s’approcha de Ryoka.

« Hey Ryoka, est-ce que ça te convient si Selys s’occupe de Mrsha pour la journée ? »

« Mm. »

Ryoka ne regarda pas Erin. Erin hésita.

« Et, huh, je vais dehors. Avec Lyonette et Toren ? Je pars explorer. »

« Mhm. »

Le visage de l’autre fille ne changea pas. Elle était clairement perdue dans ses pensées, et en train de dormir avec les yeux ouverts. Erin hésita.

« Je l’informerai, Erin Solstice. »

Klbkch hocha la tête depuis son siège et Erin lui fit un sourire.

« Oh, merci Klbkch ! Mais est-ce que tu es certain de vouloir rester ? »

L’Antinium hocha la tête.

« J’aimerais parler avec Ryoka Griffin. Prends soin de toi en explorant, n’hésite pas à fuir. »

Klbkch regarda Erin, elle mit son pouce en l’air avec un sourire.

« A plus tard ! »

***

« C’est humide. Et froid. »

Lyonette se plaignit bruyamment en suivant Erin et Toren à travers la neige. Le squelette était en train de tailler un chemin à travers l’épaisse neige, mais en faisant cela, Erin devait lutter pour continuer d’avancer. La neige était profonde, même pour quelqu’un habitué aux hivers du Michigan.

Erin avait déjà vu de la neige qui allait jusqu’aux genoux, mais elle ne se souvenait pas d’avoir vu de la neige qui allait jusqu’à la taille. Mais dans certaines vallées, la neige s’était tellement accumulé qu’il était impossible d’avancer.

« Pourquoi est-ce qu’on est dehors, déjà ? »

Lyonette se plaignit encore plus fort alors que Toren glissa et tomba la tête la première dans la neige. Erin soupira. Elle regrettait déjà d’avoir pris Lyonette avec elle, mais c’était soit ça, soit la laisser avec Ryoka. Et Ryoka allait probablement lui mettre des coups de pied dans le visage.

Pourquoi est-ce qu’elle n’avait pas laissé Lyonette avec Ryoka ?

« Allez Lyon, ce n’est pas si terrible. »

Le pied d’Erin s’enfonça dans la neige et elle fit des tours de bras pour garder l’équilibre. Lyon la regarda avec dégoût. Mais au lieu de ses habituelles remarques, elle se contenta de croiser les bras.

« Ne te méprends pas ; je suis reconnaissante que tu m’as aidé lorsque j’en avais le plus besoin. Mais je ne suis pas ton esclave que tu peux ordonner pour écouter tes caprices. »

« Je n’ai jamais dit ça. Mais nous sommes tous en train de travailler dans cette auberge, Lyon. Je suis propriétaire, mais j’ai besoin de ton aide. »

« Et en quoi cela aide ton auberge, dit-moi ? »

Lyon fit un geste pour désigner le paysage blanc. Elle regarda Toren alors que le squelette continua d’avancer.

« Il nous faudra une bonne partie de la journée pour aller quelque part. Et qu’est-ce que nous sommes en train de chercher ? »

Erin haussa les épaules.

« Je ne sais pas. Des monstres à chasser ? Des champignons à ramasser ou des trucs rares ? Peut-être qu’il y a une mine quelque part. »

Erin n’avait pas la moindre idée de ce qu’il fallait faire dans une mine. Et le regard que lui lança Lyonette lui disait qu’elle n’était pas près de trouver des gemmes.

« Toi. Tu souhaites chasser des monstres ? »

« Souhaiter est un bien grand mot. Mais Toren a une épée. Et une armure. »

Erin pointa Toren du doigt. Le squelette s’était arrêté pour regarder les deux filles se disputer. Il était lentement en train de s’enfoncer dans la neige alors que son armure l’alourdissait. Lyonette renifla.

« Je ne fais pas confiance à cette chose. »

« Eh bien… J’ai une poêle à frire. »

Erin la leva pour prouver son point. Lyonette regarda la poêle à frire.

« … Est-ce que quelque chose ne va pas bien dans ta tête ? Comment est-ce qu’une poêle à frire peut tuer des monstres ? »

« Hey ! J’ai tué une tonne de zombie avec une poêle à frire ! Enfin, pas cette poêle parce qu’après la cervelle s’incruste et que c’est impossible à net… »

« Attends, tu as tué un zombie ? Toute seule ? »

« J’avais de l’aide. Il y a eu cette attaque de morts-vivants et j’ai dû tuer quelques zombies. Des Ouvriers Antiniums m’ont aidé, et beaucoup de gens sont morts. Oh, et il y avait aussi cet horrible gros ver de chair qui a attaqué. Et beaucoup de zombies et goules et même ces Seigneurs des Cryptes qui ont essayé de me tuer, donc ouais. »

Erin savait que Lyonette la regardait, bouche bée. Elle racla sa gorge, légèrement embarrassée.

« Dans tous les cas, si ce sont juste des Araignées Cuirassée ou un Crabroche, il n’y a pas de problème. Je peux faire fuir les Crabroches et Toren et moi pouvons tuer des Araignées Cuirassées. »

« Tu peux ? »

« Oui. Il suffit de les frapper et d’éviter leurs crocs. Et jambes. Oh, et il ne faut pas tomber dans leurs nids. »

C’était normal pour Erin. Mais Lyonette la regarda comme si c’était la première fois qu’elle apprenait ce genre de chose. Ce qui, pour être franche, était probablement le cas.

« Mais… Des aventuriers de rang Argent s’occupe des requêtes pour tuer des Araignées Cuirassées ! »

« Ouais ? »

Erin se gratta la tête. Lyon la regarda. Le silence continua jusqu’à ce qu’Erin sente qu’il était temps de bouger.

« D’accord, on doit avancer. Toren, amène-nous à l’endroit où tu as trouvé les champignons ! »

Elle se retourna et commença à suivre Toren, Lyonette les suivit après quelques secondes. »

Un paisible silence dura quelque temps, mais Erin commença à suspecter que Lyonette, même si elle était ennuyeuse, avait raison. Après une demi-heure dans la neige, il n’avait pas fait une centaine de mètres depuis l’auberge.

« D’accord, nouveau plan ! Nous allons en ville ! »

Bien sûr, quand les portes et les gardes les protégeant devinrent visibles, Erin réalisa un autre problème.

« Oh, c’est vrai. Lyonette et toi ne pouvez pas rentrer, Toren. »

Le squelette et la [Princesse] regardèrent Erin. Elle sourit et se gratta l’arrière de la tête.

« Hum. D’accord, Lyonette, tu restes dehors avec Toren. Je reviens bientôt ! »

Lyonette regarda Erin alors que la fille secoua ses bottes et s’avança dans les rues fraîchement nettoyées de Liscor. Puis elle regarda Toren.

Le squelette resta là ou Erin l’avait laissé. Il était en train de regarder la neige. Rien que regarder. Lyonette savait que les traits du squelette ne changeaient jamais, mais elle avait la distincte impression qu’il était vexer. Il tenait fermement son épée.

Elle s’éloigna lentement du squelette et regarda le garde. Le Drakéide en poste regardait en face de lui, l’ennui écrit sur chaque centimètre du son visage et sa queue se balançant lentement. Il jeta un regard à Toren, mais apparemment les gardes savaient qu’il était l’aide mort-vivant d’Erin. Il se gratta lentement le derrière.

Lyonette décida de rester debout là ou elle se trouvait. Après une dizaine de minutes dans la neige froide, elle éternua.

***

« Des raquettes ? »

Krshia regarda Erin sans comprendre. L’Humaine éternua de nouveau et hocha la tête.

« Ouais. Est-ce que tu en as ? »

Krshia frotta son menton. Brunkr était introuvable, et elle avait dit à Erin qu’il était en train de bouder.

« Il n’y a pas tellement à faire dehors, oui ? Les routes, elles sont réchauffées par de la magie et de nombreux pieds. Et la neige est inhabituellement haute. »

« Ouais. Hum. Oups. »

Erin se souvint de plusieurs fées alcoolisées riant en sortant de son auberge. Elle avait l’impression qu’elle avait précipité l’abrupte changement de météo.

Krshia regarda Erin avant de hausser les épaules.

« Je peux peut-être t’en trouver. Mais aucune qui irait à des pieds d’Humain, oui ? Il faudra les modifier. Et il n’y en aura certainement pas qui iront aux pieds de ta… Chose morte-vivante. »

« Oh, j’ai la compétence d’[Artisanat Avancé] et j’ai juste besoin d’une paire pour moi et une autre pour L… Heu, deux paires. Toren peut courir rapidement dans la neige car il ne se fatigue pas. »

Et la neige avait bien moins à contraindre dans son cas. Les squelettes étaient minces.

Krshia hocha la tête.

« Mais tu seras tout de même lente, oui. »

« Oui ? Je veux dire, oui, c’est le problème ? »

Erin fronça les sourcils. Elle voulait se déplacer, au du moins être en mesure de faire un peu d’exploration et de récolter quelques champignons rares comme ceux que Toren avait trouvé. Peut-être qu’elle pouvait les vendre aux fées pour obtenir du véritable or cette fois, ou les utiliser dans un plat. Mais c’était difficile d’explorer en allant aussi lentement.

La [Marchande] Gnolle réfléchit alors qu’elle et Erin se tinrent en face de son magasin. C’était agréable de nouveau pouvoir parler à Krshia. Elle avait toujours de bons conseils à donner à Erin.

Voyons voir. Si les raquettes étaient trop lentes, qu’est-ce qui était plus rapide ?

« Pourquoi pas des skis ? »

« Des skis ? »

Erin essaya d’expliquer. Krshia la regarda sans comprendre.

« Nous avons des raquettes, mais ces… Pièces de bois semblent bien trop fragiles. Les Gnolls ne les utiliseront pas. Peut-être qu’un Drakéide en possède. »

Le ton de sa voix suggérait que seul un Humain serait assez fou pour en utiliser, ou qu’Erin était la seule Humaine assez folle pour s’en servir.

« Eh bien… Zut. Peut-être que je pourrais en faire. Est-ce que je peux avoir un bois ? je veux dire, ça sera difficile car Lyonette ne sait pas skier. Et Toren non plus… C’est dommage qu’on ne puissent pas tous… »

Erin s’arrêta. Elle repensa à ce qu’elle venait de dire et changea de méthode de transport. D’accord, peut-être que skier n’était pas pratique, mais il y avait un autre moyen de voyager dans la neige, pas vrai ?

Une idée germa dans l’esprit d’Erin.

« Dit Krshia, est-ce que tu as un traîneau ? Est-ce que je peux en acheter ? Non, est-ce que je peux en acheter un et beaucoup de bois ? Et des clous ? J’ai un marteau. Ooh, et un cuir, ou peut-être de la corde, est-ce que tu as des cloches ? »

La Gnolle fronça les sourcils.

« Le bois est coûteux en hiver, Erin Solstice. Je ne préférerais pas demander, mais je n’ai pas l’argent pour faire des promesses aux autres marchands. Est-ce que tu es certaine que tu as l’argent ? »

« J’ai de l’or. Beaucoup d’or. »

Erin mit la main à sa bourse et sortit une poignée de pièces d’or. Elle les posa sur le comptoir de Krshia.

Krshia écarquilla les yeux et Erin lui fit un grand sourire.

« J’ai économisé. Et Halrac est généreux sur les pourboires. Donc, à propos de ces clochettes… »

Hors ligne Maroti

  • Calligraphe
  • Messages: 110
  • Traducteur de The Wanderin Inn par Piratebea
Re : The Wandering Inn de Piratebea (Anglais => Français)
« Réponse #157 le: 21 février 2021 à 22:29:53 »
2.42 Partie 2
Traduit par Maroti

« T-te voilà ! »

Toren leva la tête au son de la voix de Lyonette. L’impatience affûtée et le ressentiment mijotant qui auraient été dans son cœur, s’il en avait eu un, disparurent lors d’un instant quand il vit Erin. Au moins, son idiote de maîtresse allait lui donner un ordre et il allait bientôt être libre.

Mais ses espoirs fuirent réduits en cendres quand il vit ce qu’Erin portait. La fille était en train d’essayer de trainer un traîneau sur lequel était entreposé un gros tas de différents types de bois alors. Elle avait des boites de clous et de vis posées de manière précaire sur le reste du traîneau.

« Hey Lyonette ! Hey Toren ! Désolé je suis en retard ! J’ai pris du temps à tout trouver ! »

Lyon tituba en avant, claquant des dents.

« Je suis gelé. Cela fait presque une heure que tu es parti ! »

« Désolé, désolé. Je suis vraiment désolé. Mais regarde ! Nous avons juste besoin de ramener ça à l’auberge et nous allons pouvoir construire un truc cool avec ! »

« Construire ? Construire quoi ? »

Toren voulait aussi le savoir. Erin était en train de sourire d’une étrange manière, et il n’aimait le sourire qu’elle lui faisait. C’était comme si elle le mesurait, et le sang inexistant du squelette se figea quand il vit les clochettes.

Il voulait courir. Quelque chose dans le regard d’Erin lui donnait envie de courir.

« Hey Toren, vient ici, s’il te plaît. »

***

C’était une journée froide et enneigé à Liscor, et sur le continent d’Izril en général. La neige avait lourdement tombé la nuit dernière, et même les plus déterminés des voyageurs comme les Coursiers de villes et les caravanes allait à une vitesse d’escargot sur la route principale.

Les Fées de Givre considérait cela divertissant. Elles rirent et lancèrent des boules-de-neige sur un Gnoll tirant une luge pleine de marchandise à travers la neige. Oui, la neige ne pouvait pas être évité. Elle était partout, rendant les gens misérables. Les Fées de Givre adoraient ce fait.

Mais soudainement, du mouvement. Depuis leur position en hauteur, les fées virent quelque chose d’étrange tracé sa route à travers les plaines enneigées. Elles descendirent, intriguées par tout ce qui sortait de l’ordinaire. Et alors qu’elles s’approchèrent leurs petites mâchoires se décrochèrent et leurs yeux s’écarquillèrent.

Ils avaient déjà vu des traîneaux auparavant, bien sûr. Les tribus Gnolles les utilisaient pour transporter beaucoup de choses. Mais… C’était différent. Il n’y avait pas de chevaux pour tirer le traîneau monté sur des skis, et en effet, ce drôle d’engin avançait rapidement dans la neige grâce à ce qui le tirait.

Un cheval, aussi rapide qu’il pouvait être, ne pouvait voyager que sur des routes relativement dégagées. Cela était pareil pour des chiens, et même les meilleurs chiens de traîneaux allaient avoir des difficultés de la neige arrivant à la taille. Mais il y avait une créature qui ignorait les températures, qui pouvait sprinter durant des heures sans se fatiguer, et plus important encore, ne pouvait pas désobéir aux ordres.

« Mush, mush ! »

Erin cria joyeusement alors que Toren tira le traîneau qu’elle avait construit. Le long et large véhicule qu’elle avait construit avec l’aide sa compétence d’[Artisanat Avancé] faisait un mètre quatre-vingts et était assez large pour que Lyonette et elle puisse s’asseoir confortablement.

Les skis qu’elle avait montés sur le traîneau lui permettait de voyager rapidement dans la neige, et Toren faisait marcher le tout. Le squelette battait des bras alors qu’il courrait dans la neige, et Erin rit alors que les rênes qu’elle avait installées sur son corps tintèrent et sonnèrent dans l’air froid.

Un harnais de cuir pour son squelette, un traîneau pour Erin et Lyonette… Et il accélérait à travers le paysage enneigé à une respectable vitesse. En vérité, Toren atteignait la même vitesse qu’Erin pouvait atteindre en joggant, mais c’était plaisant, et plus important encore, Erin n’avait pas à se battre contre la neige pour avancer.

Erin donna un coup de rêne et Toren fit de son mieux pour accélérer. Elle regarda Lyonette et vit que la fille avait la même expression que les Fées de Givre au-dessus d’elle. Une sorte de regard ébahi avec les yeux perdus dans le vide.

« C’est super, pas vrai ? »

Lyonette regarda Erin. Ses yeux fixés sur Toren. Le squelette était en train de se battre à travers une autre épaisse couche de neige, sa mâchoire mâchant furieusement alors qu’il tira le traîneau en haut d’une colline.

« Fonce, Toren ! »

Depuis sa position à la tête du traîneau, Erin regarda le paysage ouvert. Voilà, c’est ça qui lui avait manqué. C’était fun. Elle avait soudainement envie de chanter, et c’est ce qu’elle fit. Sa voix portant à des kilomètres.

« Vive le vent, vive le vent, vive le vent d’hiver ! Qui s’en va, avec un squelette, dans les grands sapins verts ! »

La voix d’Erin fit écho dans le paysage enneigé alors que le vent souffla autour d’elle. Elle pointa du doigt.

« Là-bas ! Par là-bas, Toren ! »

Elle pointa vers une cave au loin. Toren changea de direction, et Erin poussa un cri de joie alors qu’elle sentit le traîneau changer de trajectoire sur la neige.


« Laisse-nous monter ! Nous demandons de monter ! »


Erin leva les yeux et Lyonette hurla alors que les Fées de Givre s’approchèrent, riant et pointa Toren du doigt. Elles s’installèrent sur les bords du traîneau et, pour une fois, Erin n’était pas dérangé par leur présence.


« Quelle est cette chanson ? Nous devons chanter nous aussi ! »

« Chante ! Chante pour nous ! »



« D’accord ! Tous en cœur ! »

Les fées poussèrent des cris de joie alors que Lyonette regarda l’une d’entre-elle se poser sur la tête d’Erin. La jeune femme pensa à quelques chansons de noël qu’elle connaissait par cœur, et commença à chanter.

« Tu ferais bien de faire attention, tu ferais bien de ne pas pleurer, tu ferais bien de ne pas bouder, je t'explique pourquoi : le Père Noël arrive en ville. »


« Ooh, des menaces ! Bien ! »

« Qui est ce Père Noel ? Est-ce qu’il mange les enfants ? »

« Cours plus vite, chose morte ! »



Toren tituba alors qu’une boule-de-neige rebondit à l’arrière de son crâne. Erin regarda les Fées de Givre avec surprise.

« Vous n’avez pas entendu parler du Père Noel ? Santa Claus ? Lyonette ? »

Personne. Et il y avait un peu trop de neige pour expliquer qui était le Père Noel, donc Erin changea de chanson.

« Nous filons sur la neige blanche, car notre squelette, il avance ! À travers les grands sapins verts ! C’est l’hiver, c’est l’hiver, c’est l’hiver ! »

C’était une chanson que les Fées comprenaient. Elles poussèrent des cris de joie et rirent en commençant à chanter avec Erin.


« C’est l’hiver ! »

« Plus de neige ! Recouvrons les montagnes mes sœurs ! »



« Quoi ? Attendez ! Ne faites pas ça ! »

Erin cria sur les fées alors que d’autres flocons, lourds et épais, commencèrent à tomber d ciel. Les fées la regardèrent, tout comme Lyonette.

« Mais à qui est-ce que tu parles ? »

Erin pointa une Fée du Givre.

« Elle ! »

Lyonette regarda la Fée de Givre, puis Erin avec le regard de quelqu’un qui venait de décider qu’elle partageait un siège avec quelqu’un de fou à lier. Erin se souvint que Lyonette ne pouvait pas voir les fées.

« Ce sont des fées ! Tu ne peux pas le voir, mais… Elles sont de petits êtres bleus ! Elles sont des ailes et me parlent à Ryoka et moi ! Ce sont elles qui font tomber la neige, mais je leur demande d’arrêter ! »

L’autre fille s’éloigna d’Erin, mais la neige avait commencé à tomber et s’était arrêté quand Erin l’avait demandé. Le reste de la sortie en traîneau fut constitué de plus de chansons hivernale, la plupart chantées avec les fées. La seule qu’elle détestait était Rudolph, le Renne au Nez Rouge, parce qu’il pensait qu’il était un monstre.

Alors qu’elles arrivèrent à la cave, Erin bondit hors du traîneau, continuant de discuter avec les fées.

« Ce n’était pas un monstre ! Il avait juste un nez rouge… Qui brillait, c’est tout ! C’était probablement de la magie ! »


« Bah ! Il était une abomination ! C’est pour cela que les autres rennes ne voulaient pas de lui ! »

« A quel point son nez était lumineux ? Assez lumineux pour illuminer le ciel ? »

« Qui est le Père Noel ? »



« Oh hey, c’est l’une des caves où Toren à trouver tous ces champignons, pas vrai Lyonette ? »

La [Princesse] regarda Erin.

« Hum. Oui ? »

« Bien ! Allons chercher des champignons empoisonnés ! »

Les fées poussèrent des cris de joie et Erin marcha dans la cave. Elle en sortit en courant quelques secondes plus tard.

« Ours ! »

Il y avait un ours qui dormait, mais c’était suffisant pour qu’Erin fasse demi-tour vers le traîneau. Elle pointa Toren du doigt. Le squelette s’était arrêté pour s’asseoir dans la neige, probablement profitant de la pause après avoir tiré le traîneau, et pour savourer le silence maintenant que les clochettes s’était tut.

« Toren, il y a un ours ! Va là-dedans ! »

Le squelette s’illumina aussitôt. Il se dirigea vers son épée, Erin lui avait fait déposer son arme et son armure pour qu’il puisse aller plus vite. Elle fronça les sourcils.

« Ne fais pas de mal à l’ours ! Va juste chercher les champignons ! Et soit silencieux, ne réveille pas l’ours si possible ! »

Erin écouta les fées rirent au-dessus d’elle alors qu’elle et Lyonette s’installèrent dans le traîneau. Lyonette regarda les formes bleues qu’elle identifia comme les dangereux et imprévisibles Fées de Givre et baissa la tête dés que l’une d’entre elle s’approcha.

« Est-ce que nous sommes juste en train de récolter des champignons ? »

« Pour commencer, oui. Nous allons visiter toutes les caves que Toren à trouvé et voir si nous allons trouver quelque chose de cool, d’accord ? »

Lyonette haussa les épaules et renifla. Elle s’essuya le nez, et regarda Toren alors que le squelette sortit de la cave, tenant deux poignées de champignons décolorés.

« Est-ce que nous allons prendre tous les champignons ? Comment est-ce que nous allons faire pour tous les transporter ? »

Erin claqua des doigts.

« Tu as raison ! »

Elle fit signe à Toren.

« Toren ! Va rapidement chercher le reste des champignons, d’accord ? Nous retournons à ‘auberge ! Nous avons besoin de jarres ! De beaucoup de jarres ! Ooh, et je peux nous préparer le déjeuner ! »

Le squelette tressaillit.

***

« Est-ce que ce sont… Des abeilles ? »

La troisième cave qu’Erin et Lyonette trouvèrent après un solide déjeuner était étrange. Erin regarda avec précaution l’entrée de la caverne et regarda les formes bougeant dans les ténèbres.

Lyonette resta en arrière. Erin lui fit signe d’approcher, ce que la fille fit avec réluctance. Elle tenait une balle de lumière, car elle connaissait le sol, même si elle n’avait pas la classe de [Mage].

« Je pense que ce sont des abeilles. Qu’est-ce que tu en penses Lyonette ? »

La fille hésita. Elle eut un mouvement de recul alors que l’une des ombres vola plus proche.

« Ce sont… Ce sont des insectes ! Je ne pensais pas qu’il y en avait en hiver ! Et qu’est-ce que cela peut te faire ? Ils sont horribles ! »

« Ouais, mais est-ce que ce sont des abeilles ou des guêpes ? »

Erin fronça les sourcils en regardant les abeilles. Elle pensait que s’était des abeilles. Elle pouvait vaguement apercevoir quelque chose de duveteux chez elles, et les frelons ne ressemblaient pas ça ça. Ils avaient l’air plus maléfique. Donc. Des abeilles en hiver. C’était certainement quelque chose qu’elle ne pensait pas voir, surtout dans une cave. Mais, elle supposait que les abeilles devaient bien vivre quelque part. Elles ne migraient pas, après tout. Où est-ce qu’elles le faisaient ? Est-ce qu’elles étaient des abeilles hivernales ?

Les trois dernières caves qu’elles avaient visitées avaient été vide sauf pour quelques plantes et champignons. Erin fit gratter la mousse et les fungi à Toren et demanda qu’il les mette dans des jarres. Elle doutait qu’elle allât pouvoir faire quelque chose de la mousse, mais elle se sentait d’humeur scientifique. Et aventurière, ce qui était la raison pour laquelle elle n’avait pas immédiatement pris la fuite en voyant les insectes volants dans la pénombre de la cave.

L’une des fées qui avaient décidé de faire son nid dans le chapeau de laine d’Erin siffla sur les insectes. L’abeille sembla l’entendre et s’approcha. Erin et Lyonette, en voyant la discernant mieux, partirent rapidement en arrière ?

C’était une abeille. Une grosse abeille. En fait, c’était la plus grosse et la plus terrifiante abeille qu’Erin avait vu de sa vie. Elle avait entendu parler des frelons géants japonais qui pouvaient devenir plus gros qu’un doigt humain, mais ces abeilles étaient dans une autre catégorie.

Elles étaient aussi grosse… Non, plus grosse que sa main. L’abeille s’approcha en bourdonnant et Erin vit l’énorme dard et de longues jambes, et la familière carapace noire recouverte de duvet jaune. Elle se figea sur place alors qu’il s’approcha, semblant regarder la Fée de Givre sur la tête d’Erin.

Et elle n’était pas seule. Comme si elles avaient senti les intrus, un essaim d’abeilles vola vers eux. Ils sortaient d’un grand nid qui bloquait une bonne partie de la cave. L’immense ruche clouée aux murs de pierre, et Erin pouvait entendre un bourdonnement s’en échapper.

L’abeille en tête s’approcha de nouveau et Lyon et Erin se figèrent sur place. Toren regarda l’abeille avec curiosité, mais sans la moindre trace de peur. Dans une situation comme celle-ci, Erin considéra que la meilleure chose à faire était de ne pas énerver l’insecte. Le moindre geste brusque pourrait l’énerver, mais heureusement Toren ne semblait pas agressif et Lyonette était paralysé par la peur. Ils pouvaient lentement reculer sans provoquer…


  « Misérable insecte ! Reste à ta place ! Disparait ! »


La Fée de Givre sur la tête d’Erin s’envola et gifla la tête de l’abeille. Du gel se forma là où elle avait touché l’insecte et ce dernier eut un mouvement de recul. Les abeilles s’agitèrent soudainement, et la Fée de Givre vola vers eux en hurlant des insultes.

Erin n’avait pas besoin d’en voir plus. Elle se retourna.

« Courez ! »

Lyonette était déjà partie. Toren regarda Erin fuir la cave en hurlant alors que la Fée de Givre bâta en retraite, continuant d’insulter les abeilles alors qu’elles l’entourèrent. Le squelette marcha tranquillement de la cave ; les abeilles l’ignorant alors qu’ils chassèrent les deux Humaines et l’immortel.

Erin se jeta dans la neige et essaya de s’ensevelir sous la neige alors que Lyonette fit de même. Au-dessus d’elle, elle entendit le reste des fées pousser des cris d’outrages ainsi qu’un horrible et terrifiant bourdonnement.

Après ce qui sembla être une éternité de petites voix et de bourdonnement confus, Erin osa émerger de la neige. Elle trouva plusieurs abeilles mortes gisant dans la neige, toutes gelées, et des fées triomphantes riant et chassant les quelques abeilles dans leur ruche.


« Prenez ça, bande d’imbécile ! »

« Ne cherchez pas des noises aux fées ! »



Il semblait qu’il y avait un grief entre les deux espèces. Alors qu’Erin les observa, les fées commencèrent à manger l’une des abeilles. Elles la déchirèrent et…

Il était probablement temps de sortir Lyonette de la neige. L’autre fille hurla de nouveau et essaya de creuser plus profondément dans la neige quand Erin la toucha. Son visage était rouge et vif quand elle sortit de la neige.

« Je ne retourne pas là-dedans ! Tu ne peux pas me forcer ! Je refuse ! »

Erin essaya de calmer Lyonette. L’autre fille réussit à reprendre ses esprits, et Erin prit plusieurs grandes inspirations pour se calmer.

« Ouais. Ce sont de terrifiantes abeilles. Et même si les Fées de Givres peuvent les battre… »

« Sans problème ! »

« Nous ne craignons pas les dards ! »

« Qu’ils amènent leur Reine ! Nous allons la battre en duel ! »



« … Je n’ai vraiment pas envie de me faire piquer. Donc. Toren ! »

Le squelette leva la tête. Il était en train de ramasser les abeilles mortes et de la mettre dans une jarre en verre, un ordre qu’Erin n’était pas sûr d’approuver. Enfin, elle lui aurait probablement dit de le faire, mais les abeilles étaient encore plus terrifiantes une fois ratatinées dans des jarres.

Erin trouva une grosse jarre et la lança sur Toren.

« Va dans le nid et va me chercher du miel ! Et un rayon de miel. Ne fais pas trop de dégât à la ruche et ne fais pas de mal aux abeilles si possible. D’accord ? »

Son squelette lui lança ce qui semblait être un regard affligé avant de hocher la tête et de marcher dans la cave. Erin s’installa sur le traîneau et regarda Lyonette.

« Il ira bien. Je pense. Je veux dire, il est mort et c’est un squelette. Elles ne peuvent pas vraiment lui faire de mal, pas vrai ? »

Lyonette regarda Erin. Elle n’était pas blessée, mais sa respiration était rauque.

« Tu es folle ! Je pensais que tu n'étais simplement pas normale, mais tu es clairement… Folle ! »

« Non, c’est faux. »

Erin était blessée par l’accusation. Lyonette secoua la tête. Erin se tourna de nouveau vers la cave et écouta.

« Wouah. Tu peux les entendre bourdonner d’ici. »

Le bourdonnement venant de la cave avait un véritable vrombissement qui pouvait être ressentit de là ou elles étaient, comme pour une basse. Erin et Lyonette attendirent une autre minute, et puis le bourdonnement changea. Il devint soudainement plus bruyant et il y avait une audible note de menace.

« Oh oh. Je crois que Toren vient d’atteindre la ruche. »

« E-est-ce qu’on devrait se cacher ? »

« Pourquoi ? C’est lui qui récupère le miel. »

Erin se sentait plutôt confiante. Même Winnie l’Ourson ne pouvait pas le faire aussi bien qu’elle et son aide squelettique. Lyon secoua la tête.

« Mais même s’il n’a pas d’arme, qu’est-ce qui se passera si elles sortent et qu’elles nous trouvent ? »

Erin regarda Lyonette. La fille lui rendit son regard.

« On se tire ! »

Dans le traîneau, les Fées de Givre rirent alors que les deux filles bondirent dans la neige et recommencèrent à se recouvrir.

« Hah ! Imbécile de mortels ! Laissons les choses bourdonnantes venir ! »

« Oui, nous allons geler leurs ailes ! Nous n’allons pas fuir devant des mouches obèses ! »


Elles rirent alors que le bourdonnement se changea en rugissement, et les fées s’arrêtèrent alors que les abeilles sortirent de la cave. Non pas une, ni une centaine ; des milliers d’abeilles se déversèrent de l’entrée, recouvrant quelque chose au centre qui s’agitait et luttait.

Les fées regardèrent les milliers d’abeilles entourant Toren, un essaim tellement gigantesque qu’il commençait à éclipser le soleil. Elles échangèrent un regard et s’engouffrèrent dans la neige avec Erin et Lyonette.

Erin jeta un coup d’œil aux abeilles. Elle ne pouvait pas voir Toren au milieu de l’essaim. Ou est-ce qu’il était ? Est-ce qu’il essayait de revenir au traîneau ? Mais ses yeux s’écarquillèrent quand elle vit où il était.

Son squelette était au centre de l’essaim. Et il n’était pas au sol… Il était en l’air ! Elles étaient en train de le soulever ! Les abeilles colériques levèrent Toren qui lutta, ignorant ses coups, jusqu’à ce qu’il ne soit qu’un point dans le ciel. Puis elles le lâchèrent.

Erin, Lyonette et les fées virent Toren tomber vers le sol. Elles sentirent le bruit qu’il fit en s’écrasant au sol, la neige ne faisant rien pour amortir sa chute. Ils virent ses os s’éparpiller en l’air, et elles se baissèrent toute alors que les abeilles retournèrent dans leur ruche.

Un long moment passa avant que l’une d’entre elles ose de nouveau bouger. Puis, Erin se leva et regarda Toren, ou plutôt les os éparpillés qu’étaient Toren. Ils étaient en train d’essayer de se regrouper dans un radius de quinze mètres.

Elle racla plusieurs fois sa gorge, regardant Lyonette. La fille avait trouvé la jarre de miel que Toren avait extrait, à l’endroit où il l’avait lâché dans la neige. Un massif rayon de miel flottant dans du miel. Un asticot, ou plutôt un bébé abeille en train de s’agiter dans le liquide collant.

Erin regarda l’asticot. Elle regarda autour d’elle, et trouva la tête de Toren. Le squelette la regarda avec un regard chargé de reproche. Les fées regardèrent la larve d’abeille et se léchèrent la babine. Lyonette vomit.

« Hum. Alors, beau boulot tout le monde. On prend cinq minutes de pause, d’accord ? Et est-ce que tout le monde peut chercher les bouts de Toren ? Je crois que sa main est là-bas. »

***

Le retour à travers les plaines de Liscor fut relativement plaisant, à l’exception des abeilles. Une fois que le Toren fut rassemblé et que les fées aient… Mangé… La larve d’abeille, il continua d’avancer et Erin et Lyonette essayèrent de se relaxer et de se réchauffer. Le miel était délicieux et, avec le recul, elles se sentaient bien. Même l’attaque du Golem de Neige ne les dérangea pas tant que ça.

« Aaaaah ! Au secours ! »

Lyonette hurla alors qu’Erin se retrouva soulever du traîneau par un bonhomme de neige qui faisait deux fois sa taille. Erin le frappa plusieurs fois avec sa poêle à frire, mais la neige compactée résistait à ses coups. Le Golem de Neige ouvrit sa mâchoire, et des bâtons faisant office de dent se refermèrent sur le ventre d’Erin.

« Aie ! »

Erin cria de douleur et frappa le Golem dans la tête. Sa morsure ne faisait pas mal, enfin, pas aussi mal que prévu. Ses ‘dents’ étaient juste des branches mortes après tout, donc même si elle commença à saigner et qu’elles percèrent les vêtements d’Erin, elles ne firent pas de véritables blessures.

« T’es méchant ! Toren, aide-moi ! »

Le squelette essaye de se précipiter pour aider Erin, mais deux autres Golems bloquaient son chemin. Ils le frappèrent avec des mains faites de neige, et il essaya de creuser dans leurs corps. Et c’était tout. C’était tout ce qu’ils pouvaient faire.

Erin leva son poing et frappa le Golem dans le visage. Son [Poing du Minotaure] changea la forme du visage du Golem, mais sa main n’était pas la meilleure arme contre un monstre fait de neige.

Ce dont elle avait vraiment besoin était une pelle. Et une fois qu’Erin réalisa cela, elle contenta de creuser la neige pour se libérer de l’emprise du Golem. Toren était trop occupé à découper les deux autres Golems avec son épée, mais Erin n’eut pas trop de problème pour désassembler son Golem. Le seul moment vraiment dangereux fut quand il essaya de l’étouffer dans son corps, mais ce fut quand elle réalisa qu’il avait un cerveau sous la forme d’un amas lisse et blanc de neige. Elle frappa cet amas et la tête du Golem explosa et devint de la poudreuse.

Haletante, Erin remonta sur le traîneau et que Toren mit son pied dans la tête de l’un des Golems de Neige et essaya de le ressortir alors que le second le frappa plusieurs fois avec un caillou. Lyonette offrit une serviette à Erin.

« Merci. »

Erin lança un regard plein de reproche aux Fées de Givre. Elles étaient en train de rire et de faire des paris pour savoir si Toren allait tuer le Golem de Neige avait ou après qu’il ne lui fasse tomber sa tête.

« Vous auriez pu aider, vous savez ? »


« Bah. Ces boules-de-neige enchantées ne sont pas une menace. »


L’une des feux agita une petite main dédaigneuse vers Erin. Puis elle poussa un cri de joie alors que Toren décapita le dernier Golem avec un coup de son épée. Le squelette le fit de manière théâtrale, il esquiva le Golem qui venait de lui bondir dessus et son corps devint flou. Erin cligna des yeux alors que l’épée trancha la tête du Golem et que le reste de son corps s’écroula.

« Wouah, ça ressemblait à une Compétence, pas vrai Lyonette ? Je me demande comment il a fait ça ? Est-ce que les morts-vivants peuvent gagner des niveaux ? »

La fille trembla et regarda l’abominable bonhomme de neige. Elle regarda Erin.

« Comment est-ce que tu peux être aussi calme ? Ils ont essayé de te tuer ! »

« Ouais mais ils ne sont pas si dangereux. De plus, c’est cool, non ? »

Lyon regarda Erin, Erin lui rendit son regard avec un sourire.

« Certains monstres sont horribles, mais là c’est de la magie. Et nous sommes en pleine aventure, pas vrai ? »

« … Vraiment ? »

« Ouais ! Oh hey, Toren, attend ! »

Toren s’arrêta, son pied levé et prêt à écraser la tête du Golem de Neige. Erin agita ses bras dans sa direction.

« Attends ! Donne-moi une jarre ! »

La neige bien trop pure pour être naturelle constituant la cervelle du Golem de Neige gela les mains d’Erin à travers ses gants alors qu’elle la mit dans une jarre. Mais c’était définitivement magique, donc elle remplie une autre grande jarre de neige. Toren regarda le visage du Golem de Neige alors qu’Erin termina d’extraire le contenu de sa tête.

Erin sourit et leva la lourde jarre. La neige allait peut-être fondre, mais elle allait pouvoir voir si c’était magique. Ou peut-être qu’elle allait le laisser dehors au frais. Est-ce que cela allait recréer un Golem de Neige si elle le laissait dehors ? Comment est-ce qu’ils se formaient ? Est-ce qu’ils mangeaient des gens ? Est-ce qu’ils mangeaient tout court ? Elle souffla sur le verre et retira la condensation avant de regarder la neige brillante à l’intérieur.

« De la neige cervelle de Golem de Neige. »

Erin y réfléchit pendant un instant.

« Beurk. »

***

Ils étaient assez éloignés de l’auberge, plus loin qu’Erin ne s’était jamais aventuré, quand ils trouvèrent le cadavre de Corusdeer. Erin ordonna à Toren de s’arrêter et descendit pour regarder le cadavre découpé gisant dans la neige.

« C’est terrible. Qu’est-ce qui aurait pu faire ça ? »

La biche avait été découpée en morceaux, et il y en avait au moins une dizaine qui avait subi le même sort. Ils salissaient la neige de rouge, mais les dernières chutes de neige avaient recouvert le cadavre d’une fine couche de blanc. Seule la zone autour des bois avait vraiment fondu ; et même alors qu’elle le regardait, elle pouvait voir que les cornes émettaient de la vapeur.

« Quelque chose l’a tué, sans le manger. Qu’est-ce que cela aurait pu être ? Un aventurier ? »

Elle ne pouvait pas s’imaginer Halrac attaquer de pauvres animaux, mais peut-être que la biche l’avait attaqué. Toren détourna le regard alors que Lyonette regarda le cadavre et que les fées débattaient pour savoir si elle avait encore de la place pour de la biche après les abeilles.

Erin s’approche et regarda les bois de la biche. Elle était certaine qu’elle ne pouvait pas utiliser la viande ; elle était peut-être gelée, mais quelque chose aurait pu l’infecter ou… Ou elle avait tout simplement pourri. Elle tendit la main vers les bois et les toucha.

« C’est chaud ! »

Erin se brûla les doigts quand elle retira ses gants pour les toucher. Elle suça son doigt et fit signe à Toren de s’approcher.

« Je veux ces cornes. Hum, trouve quelque chose à enrouler autour où elles vont peut-être mettre feu au traîneau. »

Toren regarda l’une des Corusdeers qu’il avait tuées et donna un coup de pied dans la tête de la biche. Puis il claqua ses mâchoires et s’affaira à séparer les bois du crâne. Il ne voulait pas vraiment que le traîneau prenne feu. À ce point du voyage, il souhaitait simplement tomber par accident dans un nid d’Araignée Cuirassée et que tout le monde meurt.

***

« C’était fun ! »

Erin s’étira alors que Lyonette tituba dans l’auberge avant de s’effondrer près du feu. La fille gémit doucement, alors qu’Erin et Toren portèrent la grosse collection de jarre et les bois chaud de Corusdeer dans l’auberge. Les fées entrèrent à leur tour, riant et de très bonne humeur.

« Où sont Ryoka et Klbkch ? »

L’Humaine et l’Antinium étaient partis. Ryoka devait avoir terminé sa réflexion, et Klbkch devait probablement être de nouveau dans sa Colonie. Et Selys et Mrsha n’étaient pas encore rentrées. Erin regarda son auberge, et soupira légèrement. Il n’y avait personne avec qui partager ses incroyables trouvailles. Elle regarda les jarres que Toren avait mises sur la table.

« Non, pas comme ça Toren. »

Il était de les empiler pour former une pyramide précaire, comme s’il voulait que les jarres se brisent. Erin fronça les sourcils et commença à les ranger de manière plus stable.

« Voyons voir. Qu’est-ce que nous avons ? »

Elle avait plusieurs petites jarres remplie de différents types de champignons. Certains étaient verts, d’autre violets… L’un était un très grand champignon qui lui arrivait au genou avec un chapeau de la taille d’un pneu. Elle avait eu le casser un peu pour le mettre dans la jarre. Et un autre était un petit champignon qui brillait dans le noir. Ils étaient tous prometteurs, s’ils n’étaient pas comestibles.

Elle avait aussi du miel que Toren avait volé, une grosse jarre que Toren devait porter à deux mains, une autre jarre remplie d’abeilles mortes. Et elle avait les bois de Corusdeer et une jarre de neige de Golem de Neige.

Erin se frotta joyeusement les mains. Toren déposa les bois dans un coin et croisa les bras. Lyonette gémit.

« C’est une super journée. »

Maintenant elle allait devoir expérimenter avec ça, et elle avait un nouveau moyen de voyager. Maintenant Erin pouvait aller partout, tant que Toren la tirait. Elle n’arrivait pas à croire qu’elle n’y avait pas pensé plus tôt, mais un mort-vivant pouvait la tirer sans se fatiguer ! Pourquoi personne n’avait pas des… Des chevaux morts-vivants ou un truc du genre ? Peut-être que Pisces pouvait lui faire un cheval mort-vivant pour elle.

L’esprit d’Erin tournoyait sous les possibilités, mais une chose la dérangeait. Elle marcha jusqu’à une de ses fenêtres et regarda le traîneau. Moitié luge, moitié traineau si elle voulait être honnête. Et c’était tellement pratique. Mais…

Ouais. Il y avait une chose à faire dans l’hiver qu’Erin n’avait pas encore fait, n’est-ce pas ? Elle en avait tellement eu ras le bol de la neige et des Fées de Givres qu’elle avait oublié. L’hiver était supposé être fun ! Elle se souvenait des innombrables jours passé à envoyé des boules-de-neige, à faire des anges dans la neige, et de faire de la luge. Bien sûr, cela prenait du temps, Erin préférait le snow tubing. Ça c’était drôle.

Bien sûr, c’était drôle uniquement s’il y avait quelque chose sur quoi accroché le snow tube. Cela deviendrait rapidement épuisant s’il fallait toujours remonter la pente. C’était dommage que rien dans ce monde ne soit comme ça.

Toren s’avança vers la porte de l’auberge, cachant son épée derrière son dos alors qu’Erin regarda le traîneau. C’était dommage. Car cela serait sûrement très drôle de pouvoir descendre une colline dans ça. Mais elle allait devoir le remonter.

« A moins… Que quelqu'un le fasse pour moi. »

Les yeux d’Erin se dirigèrent lentement vers Toren qui se figea alors qu’il essaya d’ouvrir lentement la porte. Elle sourit.

« Hey Toren ? J’ai une autre mission pour toi ! »

***

Les [Gardes] se trouvant sur les murs de Liscor s’ennuyaient souvent, mais aujourd’hui était une mauvaise journée car ils s’ennuyaient et ils avaient froid. Ils tremblaient, gelés malgré le peu de protection que les créneaux face au vent mordant. Une boisson chaude les réchaufferait, mais malheureusement il allait devoir attendre avant de pouvoir profiter de ce genre de luxe.

Occasionnellement, la Capitaine Zevara ou Garde Senior Klbkch viendrait les approcher pour offrir une boisson chaude à tous ceux qui étaient en poste, mais cela ne semblait pas être l’un de ces jours. Relc était passé il y a une heure, et un seul regard vers son visage avait découragé ce genre de suggestion. De plus, le Drakéide ne payait jamais pour rien s’il pouvait s’en empêcher.

Donc les [Gardes] étaient légèrement intrigué quand ils virent la jeune Humaine qui avait gagné une certaine renommé dans Liscor assise en haut d’une colline. Son squelette venait de se libérer de son harnais et elle regardait la pente raide.

Ils l’avaient vu passé sur son traîneau plus tôt dans la journée, bien sûr, et ils avaient remarqué à quel point cela avait été étrange. Mais maintenant l’Humaine faisait quelque chose de différent. Elle baissa les yeux vers la colline, et appela son squelette. Il courut vers le traîneau et le poussa, puis les [Gardes] entendirent un cri, quelque peu délayé, alors que la fille descendit la colline.

C’était le truc. Un traîneau était fait pour glisser pour une raison. Mais c’était plus lent qu’une luge ou que des skis. Ce qui était important ; même si la vitesse était préférable, il ne fallait pas atteindre le point ou il y avait trop de vitesse.

Les gardes regardèrent la fille descendre la colline plus rapidement que le galop d’un cheval, et entendirent ses cris de terreur se changer en rire. Ils la regardèrent appeler son squelette qui descendit la colline.

Bien sûr, chaque Drakéides et Gnolls en poste pensèrent à la même chose : c’était certes marrant de descendre, mais l’Humaine allait devoir remonter le traîneau, et cela allait être épuisant. Mais ils virent le squelette courir jusqu’au traîneau et le tirer jusqu’en haut de l’auberge et ils réalisèrent ce qui était en train de se passer. Erin hurla et fit des signes à son squelette alors qu’il la fit monter la pente, et elle glissa de nouveau, allant encore plus vite sur la neige écrasée. Et elle le fit encore, et encore, et encore…

***

Ryoka ne savait pas si son cœur était plein d’envie ou d’incrédulité en regardant Erin. Elle l’avait fait. Elle avait finalement trouvé un moyen de trivialiser l’existence de Toren. Il était passé d’un guerrier mort-vivant à un lave-vaisselle et nettoyeur. Mais maintenant il n’était même plus cela.

Il était un tire-fesse.

« C’est la chose la plus stupide que j’ai jamais vu de ma vie. »

Ryoka murmura les mots alors qu’elle et la foule de [Gardes], et ainsi que de nombreux citoyens Drakéides et Gnolls, regardèrent Erin rire alors qu’elle descendit de nouveau la colline.

Selys souleva Mrsha pour qu’elle puisse voir. La Gnolle regarda Erin avec fascination, et Klbkch regarda le spectacle, perplexe.

« C’est tellement stupide. »

Ryoka sentit qu’elle devait se répéter, parce que personne ne lui avait répondu. Elle baissa les yeux vers le traîneau d’Erin et hésita.

« … Je veux monter sur ce truc. »

Elle était déjà partie faire du ski et du snowboarding avant, mais le véhicule fou d’Erin était à un autre niveau. Il avait la vitesse du ski, en rajoutant une bonne part de poids et d’élan à la descente. De plus, il n’y avait aucun moyen de freiner, on ne pouvait que s’accrocher et prier de ne pas s’écraser.

Il aurait suffi qu’Erin rajoute un tigre en peluche à l’arrière et tout aurait été parfait.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? Je n’ai jamais rien vu de tel. »

Selys fronça les sourcils en regardant le véhicule d’Erin. Klbkch hocha la tête.

« C’est n’est pas une luge, mais ce n’est pas aussi un traîneau. C’est une sorte d’hybride entre les deux. »

« C’est un foutu sledge. »

« Un quoi ? »

« C’est quelque chose… Enfin, cela vient de là ou Erin et moi venons. »

Klbkch regarda Ryoka et elle croisa son regard. Il hocha légèrement la tête.

« Ah. Je vois. Et c’est utiliser pour le divertissement ? »

« Je suppose. C’est comme cela qu’elle l’utilise. »

« Wheeee ! »

Sa voix était perceptible depuis là où ils se tenaient. Les autres regardèrent Erin donner des ordres à Toren. Elle lui donna l’ordre de la pousser. Le squelette fit plusieurs pas en arrière, puis courut vers le traîneau.

« Woauh. Il n’y est pas allé de main morte. »

En effet, c’était presque comme si le squelette essayait de pousser Erin le plus fort possible. Elle se précipita le long de la pente, allant encore plus vite sur la neige compactée.

Erin cria et rit alors qu’elle descendit la pente, et elle hurla d’une autre manière quand elle remarqua le caillou. Depuis leur position sur le mur, Selys, Ryoka et Klbkch virent Erin s’écraser.

« Wouah. Elle vient de faire un tonneau. »

« Les patins en l’air. C’est la première fois que je vois ça. »

« Elle ne bouge pas. Est-elle sérieusement blessée ? »

« Non… Je pense qu’elle est juste sonnée. Regarde, elle commence à bouger. »

L’Humaine était en train de faire un ange de neige involontaire au sol. Ryoka regarda Mrsha et vit l’excitation briller dans ses yeux. Oui, c’était le genre de glissade qui donnait envie aux enfants de faire des bêtises.

La foule regarda Erin, mais Ryoka pouvait déjà voir des gens retourner en ville.

« Il semblerait qu’elle vienne de débuter une nouvelle mode. »

Et en effet, plusieurs adultes étaient déjà de retour avec des luges et d’autre chose sur lesquels glisser. Ryoka sourit. C’était stupide. C’était dangereux. Mais bordel, elle allait descendre et l’essayer.

« Hey Mrsha, tu veux faire un tour ? »

La petite Gnolle regarda Ryoka. Klbkch regarda Ryoka. Selys regarda Ryoka.

« Je monte à l’avant ! »

***

« Quemesancêtresm’aidentjevaismourir… »

Erin s’assit sur la colline et regarda Selys la dépasse à fond la caisse, hurlant à pleins poumons. Klbkch se tenait à ses côtés, regardant les Drakéides et les Gnolls bondir hors du chemin de l’incontrôlable traîneau.

« Je crains que ce véhicule est trop dangereux. Les autres personnes en luges doivent évacuer la colline pour le laisser passer ou un accident mortel risque de se produire. »

« Ouais. »

Erin hocha la tête et grimaça alors qu’elle sentit les bleus dans son dos et sur son derrière. Elle avait volontiers laissé sa place sur la traîneau après son second accident. Et désormais d’innombrables autres Drakéides et Gnolls faisaient la queue pour faire un tour. Toren tirait le traineau sans relâche, et il avait déjà effectué une dizaine d’aller-retour pour satisfaire Ryoka.

Ironiquement, Mrsha avait été banni d’utiliser le traîneau. À la place, ils avaient donné à la petite Gnolle une des petites luges que Krshia avait commencé à vendre aux citoyens. Certaines personnes avaient leur propre luge, mais il était rare d’autant s’amuser dans la neige.

« Je veux dire, c’est dangereux de se trouver hors des murs. De plus, c’est beaucoup de travail. Mais ton squelette est vraiment pratique, Erin ! »

C’est ce Selys dit après être revenue essoufflée mais saine et sauve de sa descente. Erin lui fit un sourire et lui offrit la jarre de miel. Selys écarquilla les yeux en voyant la massive jarre de sucre.

« Ou est-ce que tu as trouvé ça, Erin ? »

« Dans une grande ruche ! En fait, c’est Toren qui est allé récupérer le miel mais les abeilles l’ont lâché depuis le ciel. C’était de la folie ! Et nous nous sommes fait attaquer par des Golems de Neige ! Et nous avons trouvé ces bois ! »

La bouche de la Drakéide s’ouvrit quand Erin lui montra les bois qu’il avait pris de la biche. Elle avait dû retirer un peu de… Chair, mais maintenant cela la gardait au chaud alors qu’elle était assise dans la neige. Le bois dégageait de la chaleur, ce qui était très pratique.

« Est-ce que ce sont des bois de Corusdeer ? Où est-ce que tu les a trouver Erin ? »

« J’ai trouvé plein de cadavres dans la neige. Ils étaient juste là, donc j’ai ramassé ce que je pouvais. Ce sont des bois de biches. »

Ryoka remonta la colline, tremblante, avec Mrsha sur les talons. La Gnolle était joyeusement en train de se rouler dans la neige en traînant sa petite luge derrière elle, mais elle sentit l’air et fonça vers le miel dès qu’elle vit la jarre.

« Qu’est-ce que c’est encore que ça, Erin ? »

Erin dut expliquer ce qu’elle avait fait à Ryoka, Selys et Klbkch alors qu’elle laissa Mrsha lécher le miel de ses pattes. Selys secoua sa tête, incrédule, une fois qu’Erin termina son récit.

« Tu es folle, tu le sais ? Tu aurais pu tomber dans un nid d’Araignée Cuirassée, sans parler de ces abeilles qui sont extrêmement agressives ! Et ces cornes, c’est une chance que tu les as trouvé ! Même des aventuriers de rang-Or n’aiment pas affronter un troupeau de Corusdeer, et leurs bois son très pratique ! Environ quatre pièces d’argent par bois. La Guilde des Aventuriers les revend aux [Alchimistes] et [Forgerons]. »

Ryoka fronça les sourcils.

« Cela ne me semble pas être beaucoup. »

« La Guilde prend un pourcentage, après tout. Ce n’est pas comme si nous voulions voir les gens provoquer des Corusdeer en espérant se faire un peu d’argent. »

Selys s’expliqua sur la défensive alors que Mrsha essaya de tremper toute sa patte dans la jarre de miel. Erin attrapa gentiment le bras de Mrsha, et puis la petite Gnolle remarqua quelque chose grouillant dans le miel.

« Pourquoi ne pas aller directement les voir ? Tu peux probablement gagner le double du prix en allait directement les voir. »

Selys regarda Ryoka, mais Erin secoua la tête.

« Je veux essayer de les utiliser. »

Elle vit les yeux de Mrsha suivre le mouvement, mais à l’exception de Klbkch et de Mrsha, personne ne l’avait remarqué. Ryoka leva ses yeux au ciel, mais haussa les épaules. Elle se pencha et trempa son doigt dans le miel.

« C’est très bon. Tu peux sûrement faire plein de sucrerie avec ça. »

Elle lécha son doigt et Erin ouvrit la bouche avant de s’arrêter.

« C’est quoi ce… ? »

Lentement, Ryoka mit la main dans la jarre de miel et attrapa le truc grouillant. Selys couvrit sa bouche et Mrsha recula alors que Ryoka sortit une grosse, épaisse, et grouillante larve d’abeille. L’Asiatique regarda la larve essayer de monter sur sa main. Elle regarda Erin, et l’autre fille lui fit un sourire gêné.

Le visage de Ryoka vira au vert. Klbkch regarda la larve avec intérêt, et il parla en même temps qu’une fée qui venait de descendre. Ils posèrent la même question ?


  « Est-ce que tu comptes manger ça ? »
« Modifié: 21 février 2021 à 22:32:07 par Maroti »

Hors ligne Maroti

  • Calligraphe
  • Messages: 110
  • Traducteur de The Wanderin Inn par Piratebea
Re : The Wandering Inn de Piratebea (Anglais => Français)
« Réponse #158 le: 24 février 2021 à 20:35:08 »
Bien le bonsoir à tous! Ellie étant en déménagement, il n'y aura pas de chapitres ce soir, désolé du dérangement et à dimanche!

Hors ligne Maroti

  • Calligraphe
  • Messages: 110
  • Traducteur de The Wanderin Inn par Piratebea
Re : The Wandering Inn de Piratebea (Anglais => Français)
« Réponse #159 le: 01 mars 2021 à 00:39:44 »
2.43
Traduit par Maroti

Erin mit les bouchées doubles lors de cette nuit. Elle avait plus de visiteurs que d’habitude ; des Drakéides et des Gnolls entrèrent dans son auberge en grand groupe, principalement pour manquer quelque chose après une journée passée à jouer dans la neige.

Erin était heureuse de pouvoir tester les limites de ses compétences. Et il semblait que [Cuisine avancée] lui donnait un avantage ; car elle avait de nombreux clients satisfaits.

Mais son auberge se vida et se calma rapidement. Cela était probablement dû à ses clients tardifs.

Ryoka était assise avec Klbkch, chuchotant et fusillant du regard tous ceux qui s’approchait. Elle était dans une profonde conversation avec l’Antinium, et il semblait tout autant engagé. C’était sympa. Ryoka s’était fait un ami !

Il y avait d’autres Antiniums dans l’auberge. Klbkch les avait ramenés. Ils étaient tous des ouvriers, à l’exception de Bird. Erin supposait qu’il était désormais leur… Gardien, ou surveillant. Mais elle était déçue de voir que Pion n’était pas là.

Ils étaient tous venu pour les abeilles. Klbkch avait été intéressé par la larve grouillante, même si c’étaient les Fées de Givre qui l’avaient emportées. Donc Erin avait décidé d’utiliser l’une de ses trouvailles.

« Ce soir ! Une promotion sur les abeilles ! Des grosses abeilles ! Bien chaudes ! »

Toutes les commandes des Antiniums furent pour des abeilles, donc Erin ouvrit une jarre et sortit délicatement l’abeille gelée que les Fées de Givre avaient tuées.

Après cela Lyonette, qui avait passé la journée à retrouver ses forces, dût aller servir des boissons dans la salle commune plutôt que de regarder Erin cuisiner. Elle avait été utile aujourd’hui, dans le sens qu’elle avait véritablement aidé. Elle avait servi des Drakéides, évité les embêtants clients Gnolls, et elle n’avait… Elle n’avait fait tomber que deux verres !

Erin était heureuse de ce fait, mais son attention était concentré sur les abeilles. Elle les retira délicatement de la jarre, regardant leurs jambes recroquevillées et se demanda si elle avait choisi le mauvais type de client.

Mais non, les Antiniums étaient ses invités ! Ils étaient sympas et polis et…

Et ils aimaient manger des insectes.

Elle pouvait le faire. Erin pouvait s’occuper des abeilles. Étrangement, elles comptaient pour sa [Cuisine Avancée]. Découper la chitine et les faire frire n’était pas dégoutants. C’était horrifiant, mais Erin arriva à ne pas vomir.

Une fois cela fait, elle décida de mettre un peu de miel et de fromage râpé sur les abeilles, ça serait probablement délicieux. Probablement.

Erin baissa les yeux vers les abeilles luisantes et trembla. Elle ne semblait toujours pas bonne pour elle. Elle se tourna vers Lyon qui venait d’entrer dans la cuisine.

« Oh hey, Lyon. Les commandes des Antiniums sont là. »

La fille devint pale en regardant les abeilles.

« Est-ce que je dois… ? »

« Je vais les apporter. Ne t’en fais pas. »

Erin prit deux assiettes dans chaque main et sortit de la cuisine. Après une seconde, elle vit Lyon prendre une assiette et la tenir loin devant elle en suivant Erin. Wouah. Elle était en train d’essayer ! Pourquoi ?

Peut-être qu’elle réalisait qu’elle devait être plus reconnaissante pour le travail, et qu’il était plus pratique d’être utile que de ne rien faire. Peut-être que Lyonette était soudainement devenu une meilleure personne et voulait aider ! Ou… Peut-être qu’elle était en train de l’aider pour qu’elle n’est plus à faire d’exploration.

Dans tous les cas, cela voulait dire que les Antiniums obtenaient plus rapidement leurs abeilles. Bird se redressa quand il vit les abeilles et fit cliquer ses mandibules. Même les autres Ouvriers arrêtèrent de jouer aux échecs pendant un instant pour regarder la nourriture.

« Cela semble délicieux, Erin Solstice. Merci de nous l’avoir préparé. »

« Oh, c’était juste quelque chose que j’avais. Il y a une ruche pas loin, tu sais. »

Bird hocha la tête.

« Elles sont considérées comme une menace de rang-Argent. Elles sont pratiquement impossibles à tuer sans la présence d’un mage. »

Erin regarda les autres Antiniums alors que Lyonette servit son assiette à un Ouvrier et prit la fuite. Bird cassa délicatement une aile et commença à la grignoter. Erin essaya de ne pas le regarder.

« Hum, ou est Pion ? Je pensais qu’il serait avec vous. »

« Il est en train de réfléchir. Et de parler aux Ouvriers de la Colonie. Il a des devoirs sous la surface. Ce qu’il fait est important. »

Bird parla solennellement. Les Ouvriers hochèrent tous la tête et Erin cligna des yeux.

« Oh ? C’est… Une bonne chose. Je vais vous apporter le reste de votre repas. Et ensuite on pourra peut-être jouer aux échecs ! »

« Cela serait la bienvenue. »

Erin vit Toren en retournant dans la cuisine. Le squelette était penché sur une pile de vaisselle. Il était encore trempé de ses activités extérieures. Il avait passé presque huit heures d’affilée à faire remonter des luges. Erin était un peu fière de lui, et fière d’elle pour avoir pensé à cette idée.

« Hey Toren, aide Lyonette à transporter les assiettes, veux-tu ? Je dois refaire des assiettes. »

Le squelette se tourna. Il regarda Erin et se dirigea vers les assiettes. Il poussa les mains de Lyon et s’empara de deux assiettes avant de marcher abruptement hors de la cuisine.

Erin fronça les sourcils. Elle pourrait presque croire qu’il était malpoli. Lyon renifla en se frottant la main.

« Cette chose me perturbe. »

« Qui, Toren ? Il est probablement juste fatigué. Ou un truc du genre. »

Est-ce que les squelettes pouvaient manquer de mana ? Erin décida de poser la question à Pisces après son retour. Elle soupira et ramassa la poêle à frire qu’elle avait utilisé pour faire cuire les abeilles. Puis elle la regarda.

Elle n’était pas exactement sale, mais des morceaux d’abeilles s’étaient cassé en passant dans l’huile. Et certains fluides internes avaient fuis. Erin posa lentement la poêle. Elle enroula soigneusement un morceau de laine rouge à la poignée et la pointa vers Lyonette.

« C’est désormais la poêle à insecte, d’accord ? Poêle à insecte. »

Lyonette hocha faiblement la tête.

Erin la posa sur la pile de vaisselle que Toren allait laver. Puis elle commença à cuisiner. Elle avait faim, et elle avait un bon sentiment pour cette soirée. Elle avait invité Krshia, et Mrsha et Selys semblait être devenu amie.

« Lyon ? Va demander à Selys ce que Mrsha veut. J’ai des hamburgers, et je peux faire de la pizza… Ooh ! Dit à Mrsha que je vais mettre un peu de miel dans un bol pour elle, d’accord ? »

Erin chantonna joyeusement alors que Lyon passa la porte. Aujourd’hui était une bonne journée. Et demain serait encore mieux ! Elle regarda Toren alors qu’il entra dans la cuisine.

« Hey Toren, demain on ressort chercher d’autres trucs ! Prépare-toi, car nous allons y passer toute la journée ! »

Le squelette la regarda. Erin se retourna pour continuer à cuisiner en continuant de chantonner. Le squelette regarda le dos d’Erin pendant une seconde et s’empara d’une assiette avec une abeille. Il marcha vers la porte et trébucha. Volontairement.

***

Je lève les yeux en entendant le crash de la céramique se cassant, mais c’est juste le squelette de compagnie d’Erin. Toren vient de faire tomber l’une des horribles abeilles qu’Erin était en train de cuire pour les Antiniums et cette dernière est en train de rouler sur le plancher.

C’est le truc avec Erin. Ouaip. Je pense que j’ai le cœur solide, mais je ne toucherai jamais l’une de ses abeilles géantes, et en cuisiner une ? Mais Erin arrive à les frire sans problèmes.

« Aha! De la nourriture gratuite ! »


L’un des fées descend depuis l’une des poutres du plafond. Elle attrapa l’abeille et remonte sans effort. Le groupe de fées assises au plafond commencé à la déchiqueter et je détourne les yeux.

Klbkch regarde les Fées de Givre. Il ne peut pas les voir comme moi, mais tout le monde vient de voir l’abeille s’envoler en l’air.

« Les Antiniums n’ont pas de connaissances sur ces Fées de Givre. Je suis intrigué de savoir que tu peux les voir et discuter avec elles. »

Je hoche la tête. Intrigué, n’est clairement pas proche du mot que j’utiliserai.

« Elles ont laissé supposer qu’il y a un glamour ou une sorte de magie d’illusion sur elles. Je pense que Teriarch peut les voir, mais c’est l’exception. »

L’Antinium hocha la tête. Lui et moi sommes assis à la table dans l’un des coins, éloigné des oreilles curieuses. Je suis méfiant des Gnolls, mais ils sont occupés dans leur propre conversation donc j’essaye de ne pas trop les regarder. L’important en discutant est de donner l’impression que la conversation n’est pas importante.

« Elles sont considérées comme un phénomène naturel par les habitants de Liscor. Le fait que tu puisses outrepasser leurs sorts est peut-être le résultat de ta provenance d’un autre monde. »

« C’est probablement le cas. »

Je lève les yeux vers les fées. Elles sont étranges. Elles sont toujours en train de joyeusement dévorer l’abeille, je n’arrive pas à voir les détails à cause des poutres, mais elles ne sont pas ce à quoi je m’attendais. Elles sont surprenantes attentives aux problèmes des enfants, et même si elles suivent des règles et des contrats, elles peuvent briser ses règles pour interférer et aider les gens.

Étrange.

« Je vais essayer de discuter avec elles. Mais se faire écouter par une fée est difficile. Tu peux me faire confiance sur celle-là. »

Klbkch hocha la tête.

« Je te souhaite bonne chance. Mais je crois que nous étions en train de discuter ta théorie sur les niveaux. Et j’ai des nouvelles. »

Je me retourne vers l’Antinium, aussitôt concentré sur lui. Ouais. C’est la raison pour laquelle nous sommes assis ensemble. Maintenant que j’ai une autre personne en qui je peux faire confiance, autre qu’Erin, j’ai d’innombrables choses à lui demander*.



*Je ne suis pas encore complètement certaine du fait que je peux avoir confiance en Klbkch, bien sûr. Il avait un passé, et il était encore loyal à sa Colonie, bien sûr. Mais il présente bien son cas. S’il le voulait, il pouvait facilement me capturer ou capturer Erin et nous forcer à tout dire. De l’autre côté, s’il voulait notre coopération, eh bien, il était préférable d’avoir une pièce utile plutôt qu’une pièce brisée.


Qu’as-tu appris ? Est-ce que les données de ta Colonie concordent avec ma théorie ? »

Klbkch hocha la tête.

« J’ai passé en revue plusieurs centaines d’individus avec des niveaux élevés, et leurs niveaux cumulatifs approchent rarement du centième niveau. Plus encore, les individus avec plus de deux classes dépassent rarement le Niveau 30. »

Je me laisse tomber sur ma chaise et soupire.

« Corrélation, mais pas causalité. »

« Je ne suis pas familier avec ces termes. »

« Cela veut dire que… »

J’essaye de lui expliquer la base de la théorie scientifique. Il hocha la tête.

« Cela semble être exact. Même s’il y a des nuances dans ce que tu proposes, il y a de fortes chances que l’accumulation des niveaux compte dans le processus de gain de niveau plutôt que l’âge. »

« Et cela veut dire… »

Je m’arrête. Qu’est-ce que cela veut dire ?

« Cela veut dire que nous allons devoir le dire à Erin. Et que j’ai quelque chose à dire à Krshia et aux Gnolls. »

« Mais personne d’autre ? »

« Est-ce que tu comptes le dire à des Antiniums ? »

Klbkch secoue la tête.

« Les Antiniums ne gagnent rarement des niveaux. Seules les Reines gagnent des niveaux et elles gagnent exclusivement des niveaux dans la classe de [Reine]. Je pourrai informer les autres Prognugators, mais cela ferait que toutes les Colonies seraient aussitôt mises au courant. Je vais peut-être prévenir les Individus, mais je les observerai avant de le faire. »

Je fronce les sourcils en regardant Klbkch.

« Pourquoi est-ce que les Antiniums ne gagnent pas autant de niveaux ? Est-ce que c’est parce que votre espèce à un esprit commun ? »

« C’est ce que ma Reine a spéculé. Même les Soldats ne gagnent pas de niveau dans la classe de [Soldat]. Elle croit que cela était due au fait que les Antiniums ne peuvent pas prendre de décisions, dont son désir de créer des individus Antiniums. »

« Il semblerait que cette information n’aide pas vraiment les Antiniums. »

« En effet. Je suggère que tu l’utilises pour combler la tribu des Crocs d’Argent. Si tu penses que cette information mérite d’être partagée. »

« Hum. »

Est-ce qu’elle à tant de valeur ? Mais Selys le sait, et une fois que quelqu’un est au courant l’information ne peut que se propager. Et nous avons besoin des Gnolls, Erin et moi. Ou au moins, ils ne peuvent pas être nos ennemis. Je pense à Brunkr et… Non.

« Je vais leur dire. Mais toi et moi avons besoin de continuer à parler »

« De quoi aimerais-tu parler, Ryoka Griffin. »

Je regarde le visage de Klbkch.

« Tout. Je… Erin et moi, vivons dans ce monde ignorant tout ce qui s’est produit. Nous ne connaissons pas la géographie, l’histoire, ou la politique. Je veux savoir comment la magie marche, comment les potions de soin sont faites, quelles sont les espèces dangereuses dans le monde… ? »

« Je te dirais ce que tu veux savoir. Mais je crains que je ne serais pas capable de répondre à toutes tes questions. »

« Pourquoi ? »

Klbkch tape lentement la table.

« Pour commencer, ma Colonie a sa propre source d’information que nous ne partageons pas avec les autres Colonies. Et même si nous avons accumulé bien des connaissances, la majorité est… Spécifique. »

Ce n’est pas une bonne nouvelle.

« Cela veut dire que vous ne faites pas attention aux événements mondiaux ? »

« Ma Reine le fait, et j’entends les conversations. Mais je crois que les Reines sont les seules qui regardent par-delà le continent. La plupart de ce que ma Colonie connaît sont les locations des veines de métaux, la fertilité des sols, les nids de monstres et le donjon, et ainsi de suite. »

Je me laisse tomber dans ma chaise et fronce les sourcils. Je serre mon nez entre mon pouce et mon index en réfléchissant.

« Je vois. Bordel. »

« Cependant, j’ai de nombreuses informations que tu trouveras utile. Je me suis rendu compte qu’il y a cette autre facette du système de gain de niveau qui peut s’avérer crucial.

J’ouvre subitement les yeux.

« Pardon ? »

L’Antinium hoche lentement la tête.

« Je crois que je t’ai informé de mes niveaux ? Je possède une large variété de classe, ce qui deviendra problématique envers mon gain de niveau. Cependant, il y a aussi une autre spécificité à adresser. Je serais peut-être capable de fusionner mes classes. »

Quoi ? Je regarde Klbkch.

« Tu peux faire ça ? »

« Je suis conscient que cela arrive rarement. Deux classes peuvent fusionner et créer une autre classe hybride. Par exemple, une classe de [Guerrier] et une classe de [Stratégiste] peuvent fusionner pour créer une classe de [Commandant]. »



« Mais, attend une seconde. Tu as la classe de [Commandant], pas vrai ? Et de [Pourfendeur. Pourquoi ne pas mélanger les deux ? »

« Je ne peux que spéculer. Mais j’ai reçu ma classe de [Pourfendeur] bien avant que je devienne un [Commandant]. De plus, ma classe de [Pourfendeur] est une progression de ma classe de [Guerrier]. Cela veut peut-être dire que ces deux classes sont… »

« Incompatible ? »

« Oui. Oui j’ai simplement souhaité garder une classe de combattant plutôt que de me concentrer sur mon rôle de leader. »

« Je comprends. »

Je hoche la tête en me rasseyant dans ma chaise. Des fusions de classes ? Quels sont les autres secrets cachés dans ce système ? Des classes prestiges ? Est-ce que certaines classes peuvent uniquement être obtenues sous certaines conditions ? Klbkch m’étudie pendant une seconde avant de parler.

« La fusion de classe est rare, et jusqu’à ce jour, je le voyais comme un phénomène négatif. »

Oui. Même si une classe unique peut être pratique, deux classes seraient supposément mieux qu’un, pas vrai ? Deux fois plus de compétence. Mais si ça aide vers le cap de niveau…

« J’ai une question pour toi Klbkch. Quelle est la différence entre le Niveau 20 de [Pourfendeur] et le Niveau 44 ? Quelle était ta puissance à ton apogée ? »

Pour faire court, à quel point un Aventurier Légendaire est-il dangereux ? J’ai déjà vu Scruta se battre, mais était-ce parce qu’elle avait un œil enchanté ?

Klbkch s’arrête, et se redresse sur sa chaise. Il ouvre ses mandibules, et s’arrête de nouveau. Je lève les yeux. Toren s’approche de nouveau. Il pose brusquement une assiette contenant une abeille morte devant Klbkch, assiette qui manqua de tomber de la table, et se retourna pour marcher dans la cuisine.

« Ah. »

Klkbch inspecte l’assiette et j’essaye de ne pas la regarder. C’est moi ou le squelette d’Erin est étrange dernièrement ? Est-ce que les squelettes peuvent penser ? Bordel. Je devrais poser la question à Pisces.

« Excuse-moi. Je mangerai en discutant, si cela n’est pas malpoli. »

Je lui fais signe de la main, et j’essaye de ne pas regarder alors qu’il découpe l’abeille. Je ne pense pas avoir le courage de manger en face de lui, son repas me perturbe trop l’estomac.

« Pour répondre à ta question, la différence entre mes capacités et celle de mon apogée est… Immense. Au summum de mes niveaux, j’étais capable d’affronter les plus puissants des monstres. »

Klbkch regarde par-delà moi, comme s’il se remémorait. Je dois continuer de me rappeler à quel point il est ancien. Je ne suis pas en face de quelqu’un de mon âge, ou de deux fois mon âge. Il est comme un vieux homme.

« Quel type de compétence avais-tu ? Est-ce qu’elle devenait progressivement plus puissante ou est-ce que certaines étaient inutiles ? »

« J’obtenais occasionnellement des compétences moins efficaces, mais elles devenaient progressivement plus puissantes. Une Compétence que j’ai reçu au Niveau 30, en même temps que ma classe de [Pourfendeur], me permettait de parer un coup avec mon épée, même si j’étais assailli par une considérable puissance. Je l’ai déjà utilisé pour parer une baliste à bout portant. »

Je siffle. C’est terrifiant.

« Gagner des niveaux dans une classe semble préférable à obtenir plusieurs classes. »

« Je le pense. Ma compétence de Niveau 40 était nommée [Taillade Continue]. J’étais capable de vaincre des ennemis à une telle vitesse que je pouvais éradiquer des régiments entiers, seul, lors d’une bataille. »

Un régiment ? C’est une unité de… Cinq cents soldats ? Mon torse se serre.

« Klbkch le Pourfendeur. »

« Tel était mon nom. Mais je crois que tu le sais déjà, mes compétences étaient inférieures à celle du General Sserys. Il m’a vaincu et je n’ai jamais regagné mes anciens niveaux. »

Woauh. De nouveau, je suis en plein conflit interne. Les Niveaux sont tellement pratiques. Mais… Bah. Cela n’a plus d’importance, pas vrai ? J’ai le sentiment que les fées sont amicales avec moi car je n’ai pas de niveaux. Et si leur amitié est basée sur mon absence de niveau, eh bien c’est déjà un très bon point pour ne pas commencer à en gagner.

Même si les Compétences ont l’air vraiment cool.

Je bouge ma chaise pour me rapprocher de la table, même si cela me rapproche de l’abeille de Klbkch. Même s’il ne mange pas l’exosquelette.

« Est-ce que cela te suffit vraiment comme repas. ? »

Klbkch semble surprit alors que je pointe l’abeille du doigt. Il aspire quelque chose dans sa ‘bouche’ et hésite.

« Cela n’est pas complétement adéquat avec mes besoins diététiques. Mais il y a une différence entre la nourriture de la Colonie et cette… Gâterie. »

« Erin m’a dit que les Antiniums ne peuvent pas manger de gluten. Qu’est-ce que vous mangez ? »

« Nous cultivons de la viande et la transformons en pâte avec d’autres substances. Nous cultivons aussi des plantes, nous les utilisons pour nourrir les espèces que nous élevons pour consommer. »

Ah. Super. Les Antiniums ont perfectionné l’élevage intensif. Je secoue la tête.

« D’accord. »

« Hey vous deux ! »

Nous levons tous les deux la tête. Erin s’approche de la table, souriante.

« Comment est-ce que vous allez ? Désolé pour l’attente Klbkch, et, heu, désolé de ne pas m’être encore occupé de ta commande, Ryoka. J’ai beaucoup de monde ce soir ! »

Je hausse les épaules. Klbkch fait un hochement poli de la tête à Erin.

« Ce plat est très satisfaisant, Erin. Merci. »

« Y’a pas de quoi ! Est-ce que tu en veux une autre ? je crois qu’il me reste encore des abeilles. Et je peux aussi te faire un petit truc à côté. Ooh, pourquoi pas un rayon de miel ? Et Ryoka, est-ce que tu veux un hamburger ? »

Carrément. Donne-moi de la bouffe grasse et huileuse. Mes artères peuvent le supporter*.


Probablement.


« Je vais prendre un hamburger. En fait, deux. Saignant. »

« Cela serait un plaisir à essayer un rayon de miel, si cela ne te dérange pas. »

« Super ! Je reviens avec vos commandes ! »

Erin sourit et s’en va. Quelques secondes plus tard Lyonette appairait avec quelques boissons.

« J’ai de l’eau, du lait et de la bière. Qu’est-ce que vous voulez ? »

« Je vais prendre la bière. »

« De l’eau pour moi. »

Elle pose les verres sur la table et s’en va. Je regarde son dos. Huh. Erin est parvenue à la rendre utile. C’est quelque chose que je ne pensais jamais voir.

« Tu sembles intéressé par l’ancienne voleuse. »

Je regarde Klbkch et hocha la tête.

« Je, heu, pense qu’elle est spéciale. »

« il est vrai qu’elle possédait de nombreux artefacts puissants. Et qu’elle clame connaître Magnolia Reinhart. »

« Oui. Elle est peut-être plus que cela. »

« Comment ça ? »

« C’est compliqué. Je l’expliquerai plus tard. Maintenant, j’aimerais poser quelques questions sur ce qui se passe à Liscor. »

« Je vois. J’y répondrais au mieux de mes capacités. »

Honnêtement, Lyonette n’a pas beaucoup d’importance comparé à tout ce dont nous avons discuté. Je la sors de mes pensées et me concentre sur des choses plus importantes.

« Apparemment, tous ces aventuriers de rang-Or sont en ville à la recherche d’un moyen d’explorer le donjon sous terre. Mais les Antinium doivent déjà savoir ce qu’il y a. Est-ce qu’il y a un donjon, et s’il y en a un, qu’est-ce qu’il contient ? »

Klblkch se penche en arrière dans sa chaise, il regarda la carcasse d’abeille et la repousse.

« Il y a un donjon sous Liscor. Cela fait plusieurs années que ma Colonie affronte les monstres émergeant de ce donjon. Certains sont attiré par l’endroit ; beaucoup semblent avoir des nids dans le donjon. Mais il y a aussi des pièges et des défenses magiques. Jusqu’à récemment, ma Reine désirait sécuriser le donjon pour elle, pour que notre Colonie puisse s’emparer des récompenses qu’il contenait. Cependant, cela à prouver être impossible et elle a donc décidé d’ouvrir le donjon dans l’espoir que des aventuriers puissent éliminer certains pièges… »

***


Erin sourit en regardant la pièce. Il y avait des Antiniums qui mangeaient, des Drakéides, des Gnolls… Son auberge était complète ! Et tout le monde semblait heureux.

Enfin, la vérité était que les Antiniums n’avaient pas d’expression et que Lyon prenait une teinte verte dès qu’elle les voyait dévorer les insectes, tout comme les Drakéides et les Gnolls, mais le point était qu’elle avait de la clientèle !

Et pour couronner le tout, Krsha entra après qu’une famille de Drakéide est quitté l’auberge en ayant payé Lyonette.

« Oh, salut Krshia ! Je suis heureux que tu es pu venir ! Brunkr ne vient pas ? »

Krshia lui offrit un bref sourire.

« Il est en train de soigner la morsure que la jeune Mrsha lui a donnée. Je crois qu’il a peur de toi, oui ? »

Erin rit. Au fond d’elle, elle était heureuse que Brunkr n’était pas avec Krshia. Il était une sacrée andouille. Du coin de l’œil, Erin vit Ryoka et Klbkch se tourner dans leurs sièges. Krsha hocha gravement la tête et fit un léger sourire alors que Mrsha s’avancer vers elle en battant la queue.

« Te voir est une bonne chose, Erin Solstice. Et toi aussi, jeune Mrsha, oui ? »

Elle se baissa et caressa délicatement la tête de la Gnoll. Mrsha renifla dans la direction de Krshia et Krshia renifla en retour. Puis elle regarda Erin.

« Cela fait trop longtemps depuis ma dernière visite. J’aimerais manger ici, à moins que cela ne soit pas possible ? »

« Oh, non, non. Entre ? À moins que… »

Erin regarda la pièce, soudainement dos au mur, et vit Lyonette. La fille s’était figée contre un mur, les yeux écarquillés en regardant Krshia. La Gnolle renifla.

« Je ne serais pas dérangé par la voleuse, non. Et j’aimerai m’asseoir avec Ryoka Griffin et Klbkch s’ils me le permettent. »

« D’accord. »

Ryoka se leva et Klbkch fit de la place pour que Krshia puisse s’asseoir à leur table. Les deux semblaient avoir l’intention, mais Erin semblait juste heureuse de pouvoir prendre la commande de Krshia, des entrecôte enrobées au miel, avant d’aller dans la cuisine.

Elle était tellement occupée ! Lyon et Toren étaient en train de remplir des verres et de servir à manger, mais Erin continuait de cuisiner des plats. Cela ne la dérangeait pas, mais ce fut un plaisir de pouvoir s’asseoir après quelque temps et jouer une partie ou deux contre Bird et les autres Ouvriers. Elle gagna, bien sûr ; mes les parties étaient amusante, surtout quand elle joua sans regarder les échiquiers.

L’échiquier fantomatique appelait Erin, et après quelque temps elle joua une partie avec son adversaire mystère. Il ou elle semblait toujours être éveillé ; une fois qu’Erin bougeait une pièce elle recevait la réponse dans l’heure au plus tard, et ils jouaient le plus longtemps possible. Elle se demandait encore qui était de l’autre côté.

Mrsha erra dans la pièce alors que Selys mangea et rit avec des Drakéides qu’elle connaissait la jeune Gnolle regardant les échiquiers, et après avoir surmonté sa peur des Ouvriers Antiniums, renifla leurs abeilles, essaya de manger une pièce d’échec, et se posa sur les genoux d’Erin, épuisée.

« Oh oh. Quelqu’un doit aller se coucher. »

Erin porta Mrsha à l’étage et l’installa dans un petit lit qu’elle avait fait dans la chambre de Ryoka. La Gnolle se roula en boule dans ses couvertures et Erin eut mal au cœur durant un instant.

Ce n’était pas la place pour une jeune Gnolle, qu’importe ce que Ryoka pensait. Elle devait trouver une maison pour Mrsha, peut-être avec Krshia ou une autre famille Gnolle. Si seulement cette andouille de Brunkr n’était pas là, et si Mrsha n’avait pas ce pelage blanc. C’était malchanceux. Son pelage était… Magnifique.

« Peut-être avec un pot de peinture. »

Erin murmura doucement les mots alors qu’elle ferma la porte et descendit les escaliers sur la pointe des pieds. Elle entra dans la salle commune avec un grand sourire, juste à temps pour entendre Ryoka prononcer une insulte. Et Erin était contente que Mrsha ne soit pas là pour entendre ce genre de langage.

***


«Putain »

Je sais que ce n’est pas original. Je sais qu’il y a des milliers d’autres insultes et mots que je pourrais utiliser pour exprimer mon agacement. Mais il y a quelque chose de simple à propos de ce mot. Et je suis agacé, donc je ne suis pas d’humeur à l’insulte poétique.

« Je suis désolé, Ryoka Griffin. »

Krshia s’assit à la table et me regarde gravement par-dessus son entrecôte. Elle lève délicatement un morceau et mâche la viande tendre. Je regarde les restes de mon second hamburger et je fronce les sourcils.

« Tu es certaine que ce n’est pas suffisant ? Absolument certaine ? »

La Gnolle haussa ses larges études.

« Ce cadeau à de la valeur. Mais ce n’est pas assez, oui ? Ce que tu offres est un secret, un qui pourra changer le monde. Mais il le changera trop lentement, et c’est… »

Elle hésite. Krshia tape ses griffes sur la table, pensive.

« Pardonne-moi. Je ne connais pas le mot. Ce n’est pas assez. »

« Inadéquat ? »

« Hrm. Oui. C’est inadéquat par rapport à ce qui dois être rapporté au rassemblement des tribus. C’est un cadeau avec de la valeur, mais gagné trop facilement. »

« Je ne suis pas certain de comprendre le sens de cette phrase, Krshia Silverfang. »

Klbkch s’adresse à Krshia et elle hoche la tête dans sa direction. Ils sont très polis envers l’un l’autre. J’ai l’impression qu’il y a un respect mutuel, mais ils ne semblent pas apprécier la compagnie de l’autre.

« Il est difficile de l’expliquer au non-Gnolls. Je vais faire de mon mieux. »

Elle dépose l’os, complètement nettoyé de la moindre miette de viande, et bois une gorgée de sa bière. Je me masse les tempes et écoute.

« Chaque tribu sait que le rassemblement se produit chaque décennie. Et donc chaque tribu travaille dans le but de ramener quelque chose qui fera avancer l’espèce Gnolle, oui ? Certaines tribus amassent de la richesse à partager ; mais c’est un moyen facile de faire les choses. D’autre amasse de la nourriture ou des armes, ma tribu a reçu un set d’arme Naine au dernier rassemblement. La tribu collecte ce genre d’arme pour chaque tribu s’est élevé dans la hiérarchie. »

« Et ta tribu voulait rassembler des livres de sorts. »

Je comprends cette partie. Krsha fronce les sourcils et souffle longuement.

« Oui. C’était supposé être un secret, mais il est difficile de cacher des choses en Liscor. Dans tous les cas, cela aurait été un grand cadeau, un digne de reconnaissance parmi les tribus. »

« Et pourtant, cette information que Ryoka vient de partager à le potentiel de changer l’intégralité de ta race, n’est-ce pas ? »

Krshia hocha de nouveau la tête.

« C’est le cas. Mais il y a deux raisons pour lesquelles ce n’est pas suffisant. La première, c’est que ce n’est pas un bon secret à avoir, oui ? Cela pose de nombreux problèmes. »

« Comme ? »

« Mrr. Quand je pense à ce que tu as dit, cela veut dire que pour gagner un meilleur niveau, l’un ne doit prendre qu’une seule classe. Cela est… Problématique. Si l’un ne doit prendre qu’une seule classe, cela veut dire que les Gnolls doivent choisir une classe dès le plus jeune âge sans jamais en changer. Cela compliquera la vie dans les tribus. »

Je suppose que je vois le problème. Les tribus Gnolles sont très terre-à-terre ; tout le monde contribue vers l’amélioration de la tribu. Quelqu’un peut être un chasseur lors d’une journée, mais un cuisinier lors de la seconde. Si tout le monde n’a qu’une seule classe, alors cela veut dire que tout le monde est un spécialiste. Et, pour cité Robert A. Heinlein, la spécialisation est pour les insectes.

« Je vois le problème. »

« Et ce n’est pas tout. Le second problème est que le choix de la classe devra être fait très jeune, à peine plus grand que des chiots, oui ? »

Krshia semblait troubler. Elle secoua la tête.

« Forcer nos jeunes à faire ce qu’ils ne veulent pas faire, ce n’est pas ce que moi ou une tribu veut. Et pourtant, cela sera nécessaire. Nous devrions décider du destin de la future génération. Et cela est… Troublant. »

« Oh. »

Oh. Oh. Je comprends. Klbkch semble confus, mais c’est un propos du libre-arbitre. Gnolls déteste probablement forcer leurs enfants à faire quelque chose ; c’est une question de choix. Forcer quelqu’un dans une carrière peut marcher en Chine avec une mer tyrannique, mais cela n’arrivera pas chez des parents Gnolls.

Eh bien, merde.

« Je vois le problème, Krshia. Mais cette information peut quand même aider dans tous les cas. Même si tu ne décides pas de choisir l’unique classe de tes enfants, au moins les Gnolls seront au courant de ce qui se passe. »

Elle hocha la tête.

« Cela est vrai, et même avec ces problèmes, c’est un important cadeau. Un secret du monde. Il faudra que toutes les tribus décident si ce savoir doit être partagé ou doit rester secret. »

« Seul Selys connait le secret, donc vous avez une chance que cela ne se sache pas. Est-ce que tous les Gnolls seraient aussi, hum, discret à ce sujet ? »

« Si cela est décidé, ils ne trahiront pas le pacte. »

Hmm. C’est beaucoup de confiance. Je secoue la tête.

« D’accord, quelle est la seconde raison pour laquelle mon secret n’est pas suffisant ? »

« C’est trop peu. C’est trop peu pour un travail de dix ans. Je suis désolé. »

Krshia pose ses mains sur la table. Elle nous regarde, moi et Klbkch.

« C’est un secret important, mais toi et Klbkch l’avait découvert en quelques jours, oui ? Les autres tribus ont travaillé durant une décennie pour rapporter ce qui a le plus de valeur. Comment est-ce la Chef de ma tribu peut lever la tête avec fierté si elle n’a qu’un petit secret à offrir ? »

Quand elle le dit comme ça… Je regarde Klbkch. Bordel. J’avais vraiment pensé que nous avions résolu le problème.

« Je comprends. Je…. Je vais trouver autre chose, d’accord ? »

Krshia hocha gravement la tête.

« Le fait que tu es fait une découverte aussi importante aidera, Ryoka Griffin. Je partagerai ce que tu m’as dit avec les Gnolls de la ville. Cela leur fera plaisir et fera qu’ils resteront obéissants. Pour l’instant. »

Et c’est ainsi que le secret se propage. Qu’importe ce que Krshia dit, j’ai l’impression que dans une année, tout le monde sera au courant de cette particularité du système. Tant pis. Je vais prendre le moindre avantage que je peux me procurer. J’ai aussi besoin d’en parler à Erin. Mais…

Je met la tête entre mes mains alors que Krshia et Klbkch me regarde. Bon sang. Je pensais vraiment l’avoir cette fois. Mais je n’avais rien résolu.

Qu’est-ce que je vais faire ? Je pense à Teriarch, et je sais que je vais bientôt devoir partir. Mais Mrsha est toujours là, et les espions de Magnolia sont tout autour de cet endroit et il y a des gens de mon monde dans sa maison…

Qu’est-ce que je vais faire ?

***

Ryoka semblait avoir une longue conversation avec Krshia et Klbkch, donc Erin les laissa tranquille. Elle était occupée à jouer aux échecs, nettoyer des assiettes, parler à des clients…

« Aha! Je vois que ce tonneau n’est pas protégé ! Je déclare qu’il est à nous ! »

« Une tournée ! Offerte par la maison ! »


… Et repousser les Fées de Givre.

« Elles ne sont pas gratuites ! Arrêtez, bande de petits voleurs ! »

Erin hurla en poursuivant les Fées de Givre. Elles rirent en descendant avec des chopes dans leurs mains, elles devaient être incroyablement fortes pour porter des choses aussi lourdes aussi facilement.

Des échiquiers, des fées alcoolisées, de l’argent à récupérer… Erin continua de courir jusqu’à avoir mal au pied et jusqu’à ce que minuit passe. Et ce fut après cela que son dernier client quitta l’auberge.

Bird s’en alla avec Klbkch et les autres Ouvriers alors qu’Erin leur souhaita une bonne nuit, ou un bon matin. Krshia était déjà parti, et Ryoka était assise à l’une des tables, la tête entre ses mains.

« Hey Ryoka. Je vais fermer, d’accord ? »

L’autre fille hocha silencieusement la tête, et Erin ferma son auberge. Ryoka semblait stresser, mais Erin se sentait complète en se roulant en boule dans son coin de la cuisine. Elle avait fait un beau boulot aujourd’hui, et avait trouvé beaucoup de trucs cools avec lesquels elle voulait expérimenter demain.


[Aubergiste Niveau 26]


Et pour une fois, il semblait que le monde était d’accord avec elle.

***

Le lendemain, Erin se réveilla de bonne heure car elle devait aller aux toilettes. Elle tituba, se cognant à des casseroles et manquant de faire tomber la jarre de neige du Golem de Neige, avant de finalement atteindre les toilettes. Elle s’assit, tremblante, et fit son affaire, avant de retourner dans l’auberge en essayant de se rendormir.

Le seul problème était que le froid avait eut l’effet d’une tasse de café, et qu’importe à quel point Erin se tournait et se retournait, elle n’arrivait pas à se rendormir. Elle se leva, malgré le fait qu’elle n’avait pas eut que deux heures de sommeil au total.

« Mrshbvg ? »

Lyonette cligna des yeux en regardant Erin alors qu’elle descendit les escaliers, de bonne heure, et trouva que le petit-déjeuner était déjà fait. Erin regarda son assiette et fronça les sourcils alors que Lyonette ouvrit la bouche.

« J’ai encore gagné un niveau dans cette classe de… [Servante]. »

« Je suis content pour toi. »

« Et j’ai gagné une Compétence ! [Cuisine élémentaire] ! »

So ton suggérait que cela était outrageant au lieu d’être une bonne chose. Erin regarda Lyonette avec méfiance depuis sa table alors que Toren entra dans l’auberge. Elle lui avait dit de revenir au matin.

« C’est un outrage ! Pourquoi aurais-je besoin de cette Compétence ! »

« … Pour cuire des trucs ? »

Erin mit sa tête entre ses mains. Elle soupira alors qu’elle rajoute du délicieux miel sur ses délicieuses crêpes. Au moins ça, c’était toujours bon.

« Franchement, Lyon. Cela m’aiderait si tu pouvais cuisiner. Et tu pourrais faire tourner l’auberge quand je ne suis pas là. »

La fille s’arrêta avant de manger un gros morceau de crêpes.

« Je pourrai ? »

« Oui ? Non ? Peut-être ? Je vais sortir et aller chercher des abeilles. C’est ce que je vais faire. Les Antinium les aiment. »

Erin soupira dans son repas et regarda Toren.

« Hey. Toi. »

Il se retourna et la regarda. Il semblait presque… Agacé, ou angoissé. Il continuait de bouger sur place, comme s’il était ennuyé. Mais Erin était trop fatigué ou agacé pour s’en soucier.

« Prépare le traîneau. Et prends quelques jarres. Nous retournons explorer. »

Il la regarda, et puis tapa du pied en passant la porte, ne prenant même pas la peine de fermer la porte derrière lui jusqu’à ce qu’Erin le rappelle. Lyonette regarda le squelette et puis Erin.

« Moi ? Tu veux dire, je serais à la tête de l’auberge ? »

« Pas à la tête. Mais tu serais, heu, une aubergiste temporaire. Cela serait ton château, et tu serais comme la princ… »

Erin mordit sa langue. Lyonette la regarda.

« Ahahaha. Je veux dire, heu, Oui ! Comme une princesse dans son château, sauf que….Non. Ouais. »

Elle regarda autour d’elle, paniqué ? Ryoka et Mrsha étaient toujours en train de dormir, mais elle savait que la jeune Gnolle allait bientôt se lever, et donc, Ryoka allait suivre.

« Je, heu, vais chercher d’autres abeilles avec Toren. Je reviens bientôt, tiens l’auberge en mon absence. Il y a plein de crêpes et si quelqu’un arrive, tu peux leur servir des hamburgers. Je t’ai montré comment les faire, et [Cuisine Élémentaire] fera le reste. À plus ! »

Elle s’enfuit de l’auberge avant qu’elle ne puisse dire quelque chose. Dehors, Toren se tint à côté du traîneau. Il n’était pas en train de porter les rênes avec les grelots. Erin fronça les sourcils.

« Allez, met le harnais, Toren ! Nous n’avons pas toute la journée. »

Et bientôt, elle était dans le traîneau et Toren était en train de le tirer. Erin lui dit d’aller vers la cave des abeilles. Elle le sentit distinctement hésité, mais ils arrivèrent à la cave.

« Okay, voilà le plan. »

Erin s’agenouilla dans la neige alors que Toren la regarda. Elle avait choisi un endroit éloigné de la cave avec beaucoup de neige pour se cacher. Elle le pointa du doigt.

« Tu vas dans la cave avec deux jarres à la fois. Essaye d’avoir le plus de miel possible et le plus d’abeilles possibles. En fait, prends quatre jarres, d’accord ? Je veux deux jarres de miel et des rayons de miel, et deux jarres d’abeilles. »

En y réfléchissant, elle aurait pu lui dire de tout faire tout seul, mais il y avait quelque chose de satisfaisant dans le fait d’être ici pour faire le travail. En quelque sorte. Erin se cacha dans la neige et regarda Toren courir et finir lever dans le ciel et brisé par les abeilles. Mais il revint avec plein de miel et beaucoup d’abeilles.

« Beau boulot, Toren ! »

Elle le dit en l’aidant à se reformer. Le squelette regarda Erin alors qu’elle souleva la jarre qu’il avait remplie d’abeille vivante. Certaines étaient encore en train de bourdonner contre le couvercle.

« Flippant. D’accord, ensuite il nous faut des champignons, d’accord ? »

Erin avait la vague idée qu’elle pouvait nourrir les Fée de Givre, mais elle voulait juste faire des réserves avant de retourner dans l’auberge. C’était à peine le début du matin, elle avait encore du temps.

Le traîneau était très confortable alors qu’Erin remonta dedans. Elle avait ajouté une couverture et un oreiller hier, et maintenant elle s’installait confortablement, laissant les jarres d’abeilles mortes le plus loin possible alors que Toren commença à tirer le traîneau.

Oui, c’était la belle vie. Être une [Aubergiste] était compliquée quand il fallait faire toute la cuisine, mais Lyonette était désormais capable de l’aider et que Toren allait continuer de l’aider.

Le paysage passa sous le regard lourd d’Erin alors qu’elle changea de position dans le traîneau. Il était tellement confortable. Et il y avait quelque chose d’hypnotique dans cette manière de voyager. C’était comme être sur un ferry, mais avec de la neige à la place de l’eau. Et Erin dormait toujours lors des voyages en voiture.

Elle bailla. Elle était tellement fatigué. Une sieste ne pouvait pas faire de mal, pas vrai ? Erin leva la voix, fatiguée.

« Hey Toren, dit moi quand est-ce qu’on arrive à la prochaine cave, d’accord ? Je vais faire un petit somme. »

La tête du squelette tourna sur ses épaules alors qu’il la regarda en silence. Erin fit un signe de la main.

« Ne cogne rien et ne tombe pas dans un trou, d’accord ? »

Elle ferma les yeux et bailla de nouveau. C’était tellement plaisant, chevauchant le traîneau. Oui, il faisait froid, mais elle avait plusieurs couches de vêtement, et il n’y avait pas de bosses sur le chemin pour la réveiller.

Erin commença à somnoler. Et en quelques instants elle commença à doucement ronfler dans l’air frais.

***

Quand Toren entendit les mots d’Erin, il ne voulait pas en croire ses oreilles. Certes, il n’avait pas d’oreilles. Donc il n’arrivait pas à en croire les trous qui lui servait d’oreille.

Quand il se retourna et la vit allongé sur le traîneau avec ses yeux fermé, il ne voulait pas y croire. Quand elle commença à ronfler, il commença le croire, et cela l’énerva énormément.

Elle était en train de dormir ! L’émotion que Toren ressentit n’était pas que de la colère, c’est de l’indignation. Elle était en train de dormir, et il… Il était en train de tirer ce stupide traîneau !

Le sentiment s’amplifia et se battit pour dominance dans le torse du squelette alors qu’il continua d’avancer. Il n’était pas fatigué, pas physiquement, mais une partie de lui était malade et fatigué à l’idée de continuer de tirer Erin sur ses inutiles courses. Il ne voulait pas se faire casser une nouvelle fois par les abeilles, et il trouvait que rassembler ces champignons était… Fastidieux.

Et puis il y avait le son. Ce terrible, interminable son.

Ting. Ting-ting.

Les cloches du traîneau continuaient de sonner. Elles étaient le truc le plus agaçant qu’il avait entendu depuis sa création. Elles sonnaient avec le harnais. Sur sa chaîne. Elles étaient un bruit capable de rendre n’importe quelle créature folle.

Ting ting ting.

Il était en colère. Non ; il était furieux. Toren était contrarié par tous les ordres venant de la bouche d’Erin. Les interminables sorties en traîneaux ou il avait été forcé de remonter la pente pour porter des Drakéides et des Gnolls avaient été une torture, la goutte d’eau.

Toren commença à lutter contre les ordres d’Erin. Elle lui avait donné des ordres, mais il n’était pas les bons. Non, pire encore, ils étaient inacceptables.

Une partie de lui lui disait d’obéir. C’était son devoir, ce pourquoi il avait été créé. Mais, non, il ne voulait pas faire ça ! Toren voulait être libre, libre de se battre et de tuer et…

Ting. Tingting.

Il détestait ça. Il détestait les ordres, il détestait tirer ce stupide véhicule. Toren voulait prendre son épée et réduire le traîneau en miette. Ou, ou il pouvait l’utiliser sur Erin pour…

Non. Il ne pouvait pas le faire. La magie l’empêchait encore de faire ça. Mais il commençait à ressentir les limitations de son âme. Oui, il devait obéir aux ordres. Mais il pouvait mal les interpréter. Il pouvait agir lentement. Il pouvait…

Qu’est-ce qu’elle avait dit ? Qu’elle voulait qu’il lui dise quand est-ce qu’ils allaient atteindre la prochaine cave. Et elle voulait qu’il tire le traineau. Toren pensa à ces mots. Erin voulait dire autre chose quand elle avait prononcé ces mots, bien sûr, mais la manière dont elle les avait prononcé lui laissait de la marge de manœuvre.

Mais qu’est-ce qu’il voulait faire ? Toren regarda Erin. Elle était sa Maîtresse. Mais elle n’était pas digne de ce titre. Il voulait…

Ting. Ting ting.

Il voulait être libre. Il voulait prendre sa liberté, même si cela voulait dire qu’il devait se débarrasser d’Erin. Il ne pouvait pas la blesser, mais il y avait d’autres moyens de se débarrasser d’ordre inconvénient, n’est-ce pas ?

Mais qu’est-ce qu’il pouvait faire ? Toren lutta contre lui-même. Il voulait être libre. Mais il avait des ordres. Mais il voulait être libre. Et pourtant, est-ce qu’il…

Tin…

Snap.


Toren entendit le bruit de câble se rompant dans son esprit et dans réalité. Il regarda les clochettes dans ses mains. Jamais. Plus jamais. Il ne sera plus jamais un esclave. Il allait être libre.

Qu’importe ce qu’il allait devoir faire.

Lentement, le squelette changea sa trajectoire. Il lança un regard à Erin et vit qu’elle était profondément endormie. Il commença à courir vers le nord, loin de Liscor, loin de l’auberge, le plus vite possible. Il avait un plan.

Le traîneau continua vers le nord, s’éloignant de l’auberge et des montagnes. Il allait clairement dans la mauvaise direction, mais qui serait dehors sitôt le matin pour le voir ? Et qui allait y prêter attention ?

Deux Gobelins s’assirent au sommet d’une colline. L’un d’entre eux soupira en réajustant son arbalète. Elle voulait manger à l’auberge, mais elle avait été banni pour des raisons qui n’étaient pas sa faute, même si elle pouvait les comprendre. L’autre Gobelin s’ennuyait. Mais ses yeux étaient fins, il vit le squelette, et vit le traîneau changer de direction.

Le Gobelin vit tout cela. Et il sourit. Mais il ne dit rien à l’autre Gobeline.

Lentement, le traîneau disparu derrière une colline. Garen sourit pour lui-même, et se demanda quand est-ce que Loks allait retourner dans sa tribu. Elle avait encore beaucoup à apprendre, et cet endroit relaxant qui avait cette étrange [Aubergiste] n’était pas l’endroit ou elle devait être. Elle devait être forte, solide. Elle devait mener des tribus. Elle pouvait devenir une Seigneuresse des Gobelins, il le savait. Et moins il y avait d’humain agaçant pour la ralentir, mieux cela sera.

***

Toren se réveilla lentement. Elle avait froid, et était engourdie, et elle ne bougeait plus. Ce fut quand elle réalisa qu’elle s’était arrêtée. Le soleil était éblouissant, et Erin avait l’impression qu’elle avait fait une bonne sieste.

« Toren ? »

Elle cligna des yeux, regarda le ciel, et laissa échapper un cri de surprise. Le soleil était haut dans le ciel ! Elle avait dû dormir pendant des heures !

« Toren ! Pourquoi est-ce tu ne m’as pas réveillé ? »

Erin hurla en se relevant, cherchant son squelette. Mais elle resta sans réponse. Alors qu’elle regarda autour d’elle, Erin réalisa que quelque chose n’allait vraiment pas.

Le traîneau se tenait au milieu de nulle part, entouré par la neige. C’était normal. Mais le paysage autour d’elle ne l’était pas. Erin regarda autour d’elle. Attends une seconde, où étaient les montagnes. Liscor était entouré de montagne, mais elle ne pouvait pas en voir. À l’exception des petites montagnes qui se trouvaient là…bas…

Son estomac se serra. Erin regarda à sa gauche. Il y avait des arbres. Une forêt. Il n’y avait pas de forêt près de Liscor, sauf pour celle des arbres explosifs sur une colline. Et pourquoi est-ce que le sol si plat ?

« Toren ? Où sommes-nous ? »

Erin regarda autour d’elle, paniqué, mais son squelette avait disparu. Elle prit quelques grandes inspirations. Réfléchis. Qu’est-ce qu’elle avait ?

Elle avait : Une jarre d’abeille morte, deux jarres de miel, un oreiller, une couverture et un traîneau. Oh, et sa fildèle poêle à frire qu’elle gardait en cas de danger. Et sa bourse ? Peut-être ?

Ce qu’elle n’avait pas était Toren, et l’idée de où il était, ou de l’argent.

« Toren ? Hey, Toren. »

Erin leva la voix avec espoir. Peut-être que son squelette était proche, et qu’il ne l’avait pas entendu. Ou peut-être… Peut-être qu’il s’était perdu en essayant de trouver une cave,e t qu’il s’était éloigné pour faire du repérage. C’était ça, pas vrai ?

« … Toren ? »

Il allait bientôt apparaître. Bientôt. Erin leva les voix.

« Toren ! Ou est-tu ? »

Pas de réponse. Le froid mordant souffla autour d’elle, et Erin se sentit très seule. Elle regarda les terres sauvages l’entourant. Et c’est là qu’elle remarqua le loup mort.

C’était juste un loup. Non pas un Loup Carnassier ; c’était plus petit, avec une fourrure grise, et avait été brutalement décapité. Sa tête gisait dans la neige, regardant Erin. Elle lui rendit son regard, trop choqué pour trouver ses mots. Et elle réalisa qu’elle était seule. Perdue et seule.

« Oh oh. »

***

Ryoka se réveilla lentement quand elle sentit quelque chose lui lécher le visage. Elle repoussa la chose velue et ignora ses complaintes quand elle toucha le sol. Deux secondes plus tard, Ryoka se réveilla rapidement quand Mrsha percuta son estomac.

Bon sang, Mrsha ! »

La Gnolle courut hors de la pièce, apeurée, et Ryoka se débattit pour sortir de son lit, se libérant des couvertures. Elle descendit les escaliers pour trouver Mrsha se cacher derrière Lyonette. La fille regarda Ryoka avec un air de reproche alors que Mrsha trembla derrière elle.

Ryoka se frotta le visage. Splendide. Elle avait déjà foutu le bazar en moins de cinq minutes après s’être réveillé.

« Je suis désolé, Mrsha. Je ne voulais pas crier. Mais… Ne me frappe pas dans l’estomac, d’accord ? »

Elle frotta son estomac et s’assit sur le sol. Lentement, Mrsha s’approcha et fit un câlin à Ryoka. Parfois elle se frotta et léchait, et parfois elle était vraiment une enfant.

« Où est Erin ? »

Ryoka posa la question après avoir mangé quelques crêpes. Mrsha avait éparpillé du miel partout sur son visage et était occupé à se nettoyer. Lyonette haussa les épaules.

« Elle a pris cet horrible squelette pour sortir en traîneau. Elle dit qu’elle va chercher d’autres abeilles. »

« Super. »

Ryoka soupira, mais mangea ses crêpes et se demanda quand Erin allait revenir. Elle avait beaucoup à discuté avec Erin.

Selys passa dans la matinée, principalement pour dire bonjour à Mrsha et manger quelques crêpes. Il n’y en avait pas assez, mais à la grande surprise de tous, Lyonette en fin de nouveau. L’autre fille fut hautaine en le faisant, mais elle nourrit Mrsha sous la table en pensant que Ryoka ne s’en rendrait pas compte.

Ryoka attendit une autre heure, discutant avec Selys sur comment prendre soin de Mrsha et en jouant avec la petite Gnolle. Elle n’avait pas la moindre idée de comment jouer avec des enfants, mais Selys connaissait beaucoup de jeu, dont le jeu de main, même si les paroles étaient différentes.

Le temps passa. Ryoka sortit pour savoir si elle pouvait trouver Erin chevaucher son traîneau. Elle termina à aller en ville, et Selys l’accompagna, cette fois pour que Mrsha puisse prendre un bain. La Gnolle commençait à sentir.

Ryoka rencontra un Drakéide s’appelant Olesm sur le chemin. il était en train de chercher Erin, et il semblait dépresser quand elle lui dit qu’elle ne l’avait pas vu de la journée. Il décida de rester dans l’auberge et Ryoka alla discuter avec Klbkch.

Elle découvrit qu’il était très occupé en tant que garde., donc Ryoka monta les murs de Liscor pour essayer de trouver Erin. Elle ne la vit pas, ni le traîneau.

Après un déjeuner en ville et midi passé, Ryoka commençait à s’inquiéter. Elle discuta avec Krshia et retourna dans l’auberge pour parler à Lyonette et le Drakéide nommé Olesm. Ils n’avaient pas vu Erin de la journée.

Cette fois Ryoka allait directement voir Klbkch et lui demanda si sa Colonie savait ou elle était. Il lui dit que les Tympans ne pouvait pas détecter Erin, et qu’Erin n’avait pas été repérable depuis qu’elle avait quitté son auberge le matin.

Il n’y avait pas de signe d’Erin proche de la cave aux abeilles en suivant les directions de Lyonette, même si la neige avait été bougé. Ryoka retourna à l’auberge et s’inquiéta.

Quand le soir arriva, Krshia, Klbkch, et tous les amis d’Erin allait Olesm à Selys étaient à la recherche d’Erin. Lyonette jura qu’elle ne savait rien d’autre, mais les traces du traîneau d’Erin avaient été croisé trop de fois pouvoir être suivies.

Pour une fois, les omniprésentes Fées de Givre étaient introuvables et Krshia dit qu’elle les avait repérés vers le sud en train de rependre plus de neige. Ryoka s’assit dans l’auberge, inquiété, jusqu’à ce qu’elle se souvient d’Halrac.

Le rang-Or [Scout] était de mauvaise humeur comme s’il n’appréciait pas d’avoir été dérangé dans sa discussion avec Bird à propos d’un projet de fouille, mais quand Ryoka lui dit qu’Erin avait disparu il accepta aussitôt de la rechercher.

Le [Scout] suivi les trace d’Erin jusqu’à la cave aux abeilles, puis il trouva d’autre trace qui partaient de la cave pour aller au nord. Les traces continuaient, encore et encore, et les yeux fins d’Halrac virent que les traces continuaient sur des kilomètres vers le nord.

Ryoka retourna à l’auberge et fit passer le mot. Elle écouta les amis d’Erin discuter et débattre, et tenta de réfléchir à une raison pour laquelle Erin aurait continué. Elle pensa aux dangereuses abeilles, aux monstres… Même si Halrac n’avait pas trouvé de trace. Et puis au squelette. Elle pensa à Toren, et pensa à une histoire comme celle de Frankenstein.

La nuit fut très longue pour Ryoka. Lyonette fit à manger, légèrement trop cuit, pour Mrsha et Selys, et Ryoka parla quelques instants avec Krshia et Selys en faisant des plans. Elle donna à la Drakéide et à la Gnolle ses pièces d’or et répéta trois fois à Mrsha ce qu’elle allait faire.

Le lendemain matin, Ryoka quitta l’auberge de bonne heure, laissant derrière elle Lyonette, et Mrsha avec Selys. Elle courut vers le nord, cherchant le traîneau, et posant des questions aux voyageurs pour savoir s’ils avaient vu une fille ou un squelette. Mais elle n’apprit rien. Et ne trouva rien.

Alors que Ryoka continua de courir, l’idée qu’un Dragon pouvait scruter les gens en sachant leur nom vient à son esprit. Et elle courut un peu plus rapidement après cela.

Et bien plus loin, un [Chevalier Squelette] poignarda à mort deux voyageurs sur la rouge. Il prit leur pièce dans le vague espoir qu’ils puissent être utile, et continua de marcher. Il allait retourner à Liscor, vers le donjon ou il allait pouvoir gagner des niveaux. Ses yeux violets s’illuminèrent et il sourit.

Il était toujours souriant, mais cette fois c’était parce qu’il était heureux, tellement heureux.

Du sang goutta de ses doigts, coula le long de son armure cabossée et sur la neige. Le squelette laissa une piste sanglante en continuant sa marche. Enfin. Il continua de penser à ce mot.

Enfin.

Il était libre. Et quand il aurait atteint un plus haut niveau… Juste un peu plus haut…

Il serait libre pour l’éternité.
« Modifié: 01 mars 2021 à 00:41:20 par Maroti »

Hors ligne EllieVia

  • Tabellion
  • Messages: 54
Re : The Wandering Inn de Piratebea (Anglais => Français)
« Réponse #160 le: 03 mars 2021 à 09:53:32 »

 
2.44 - Première Partie
 Traduit par EllieVia

Le continent d’Izril avait été transformé par l’hiver. Les neiges froides avaient enseveli les collines verdoyantes et leur faune, et le monde était devenu blanc et glacé.  Et dans la région juste au nord des célèbres Hautes Passes et des montagnes abruptes, le monde était tombé dans la désolation.
 
Un grand champ avait été recouvert de neige, et c’était là que les vents soufflaient sans merci. Les bourrasques glacées rendaient le froid mordant encore plus dangereux pour le voyageur coincé dehors sans protection.
 
Des paillettes de neige tombèrent de la canopée d’une forêt au loin et tourbillonnèrent dans les airs. Elles volèrent dans le vent, des dagues de glace qui fondait avant de geler de nouveau sur la peau nue. Le champ était silencieux. C’était un pays des merveilles plongé dans un hiver glacial ; un lieu que nulles habitations, nul village n’était venu perturber.
 
Mais une silhouette solitaire traversait le paysage figé. Une Humaine trébucha et se fraya lentement un passage dans la neige, tirant un véhicule semblable à un traîneau derrière elle. L’air froid essayait de la mordre à travers ses vêtements, et l’isolation lancinante aurait sans doute rendu n’importe quelle mortelle folle au bout de quelques jours.
 
Comme Erin était dehors depuis moins de trois heures, elle était encore en forme. Et elle ne se déplaçait pas vraiment dans un silence las. Elle chantait.
 
À cause de mon squelette, je ne peux retrouver mon chemin
 
Voilà pourquoi j’erre sans fin !
 
Il fait tellement froid, que je pourrais mourir gelée
 
C’est pourquoi je ne peux pas me reposer !
 
Bad dum bum bump bum.
 
Je crois que je suis complètement paumée. Mon traineau est tout gelé.
 
Je, euh, je suis très, très énervée.
 
Crétin de Toren !

 
Erin ne se sentait pas vraiment si mal pour le moment. Certes, elle était perdue, abandonnée par son squelette, et elle n’avait aucune idée d’où elle se trouvait, mais elle avait un air entraînant dans la tête et elle se concentrait là-dessus.
 
Sa chanson était dépourvue d’enjolivements comme une véritable mélodie, ou un sens du rythme ; aucun accompagnement mis à part le bruit du traîneau qui glissait derrière elle dans la neige. Elle était entièrement a capella, ce qui entraînait parfois des paroles intéressantes.
 
Où que j’aille, tout reste semblable !
 
Je crois que c’est Toren le coupable ?
 
J’ai vraiment envie de manger, mais je n’ai que du miel et des abeilles décédées,
 
J’aimerais tellement avoir un peu de….
aaaaah ! Des loups !”


Elle repéra par hasard la première silhouette grise en train de s’avancer lentement vers elle dans la neige ; elle tourna la tête et vit le loup, à environ quatre mètres de distance. Erin cessa de chanter et poussa un cri lorsque le loup se redressa pour hurler. D’autres loups se mirent à hurler autour d’Erin, et elle réalisa que son chant - et le loup que Toren avait peut-être tué - avaient attiré une meute.
 
“Reculez ! Reculez !”, hurla Erin sur les loups qui s’étaient mis à l’encercler. Là encore, il ne s’agissait pas de Loups Carnassiers, mais ils restaient gros et effrayants aux yeux d’Erin, qui n’avait vu de loups qu’au zoo, sur National Geographic et Planète Terre.
 
Et à présent ils étaient là, plus gros que…
 
L’un d’eux fonça dans la neige et bondit sur Erin. Elle cria, mais n’essaya pas de l’esquiver ou de se protéger le visage. Elle serra plutôt le poing.
 
[Attaque du Minotaure] !”
 
Son poing cueillit le loup dans l’estomac. L’animal émit un grognement sifflant, s’envolant s’étaler dans la neige sous le coup d’Erin. Un autre loup bondit et Erin l’esquiva avant de lui donner un coup de pied en pleine tête. Elle portait des bottes d’hiver, et le loup glapit puis s’écarta d’un bond.
 
“Prends ça !”
 
Elle leur cria dessus puis recula précipitamment pour se mettre dos au traîneau. Les loups chargèrent de nouveau, mais Erin était prête. Son cœur tambourinait dans sa poitrine, mais ce n’était pas pire que les morts-vivants. Les loups n’étaient pas aussi dangereux que Scruta, ni aussi nombreux que les Gobelins…
 
Erin mit une baffe à un loup et le força à reculer. Mais ils étaient effrayants, et ils avaient des crocs ! Ils mordirent deux fois dans ses vêtements, mais sans atteindre sa peau. Elle donna un coup de poing à un autre loup. Ce dernier s’écroula au sol un instant avant de se lever et de s’enfuir à toute allure.
 
“Oui, voilà ! Vous voulez tâter de ça ?”
 
La jeune femme hurla et agitant les bras pour essayer d’apparaître plus grosse. Leur faire peur. Faire autant de bruit que possible. Elle vit les loups hésiter et continua de hurler. Elle n’allait pas mourir ici, pas sous l’assaut de loups.



***

La meute de loup était affamée, et c’était la raison pour laquelle elle avait décidé d’attaquer la créature bipède à l’odeur si étrange. D’ordinaire, les loups évitaient ce genre de créatures et s’en prenaient à des proies plus familières, mais les neiges de l’hiver s’étaient épaissies davantage qu’à l’accoutumée dernièrement, et le gibier s’était fait rare. Ils avaient repéré un groupe de Corus migrant au sud plus tôt dans la semaine, mais aucune ne traînait la patte, et les biches étaient beaucoup trop dangereuses pour qu’une meute de loup les attaquent à moins d’être désespérée.
 
Ils avaient donc pris l’Humaine en étau, usant de furtivité pour l’approcher. Mais elle avait repéré l’un d’entre eux et ils l’avaient donc attaquée.
 
Il s’était agi d’une erreur. La créature était chétive, mais elle cognait et frappait les loups comme un arbre en train de tomber. Les adultes ne parvenaient pas à la mordre, qu’importe la manière dont ils lui sautaient dessus. Et la femelle refusait de s’enfuir en courant.
 
Était-elle bien une proie ? Les loups s’étaient dit que oui, mais ils étaient rapidement en train de changer d’opinion. La créature criait et faisait mine d’être effrayée, mais elle était forte, et elle n’avait pas l’odeur de peur d’une proie. Puis Erin attrapa au vol un loup qui lui bondissait dessus et le jeta sur les autres.
 
C’en fut trop pour les loups. Ils battirent en retraite devant les cris de la femelle qui leur jetait de la neige et donna une baffe à un jeune loup et réfléchirent à leurs options. Ils auraient pu rester dans le coin, à distance, pour l’observer et voir si elle faiblissait, mais ils levèrent la truffe et sentirent un danger. Ils firent demi-tour et s’enfuirent. Ils avaient beau avoir faim, ils n’allaient pas essayer de se frotter à ce genre de problème.
 
L’étrange créature à deux pattes resta sur place en poussant des cris de joie. Elle ne vit le grizzly en colère émerger de sa caverne que lorsqu’il fut presque sur elle.



***

Oh mon Dieu ! Un ours ! Un ours ! ”, hurla Erin en poussant son traîneau dans la neige. Elle ne savait pas pourquoi elle l’avait pris avec elle, mais elle n’avait pas pensé à tout simplement s’enfuir en courant.
 
Cela n’aurait pas aidé, de toute façon. L’ours galopait à grand bruit dans la neige, soulevant d’imposants geysers de neige et rugissant en fonçant sur Erin. Elle hurla de nouveau.
 
“M’approche pas ! M’approche pas ! M’APPROCHE PAS !”
 
Elle avait déclenché sa [Voix de Stentor] par accident. L’ours hésita et Erin leva les poings, désespérée. Il dévia de sa course, l’esquiva et finit par s’arrêter pour dévisager Erin. Elle soutint son regard.
 
L’ours était en colère - elle l’avait peut-être sorti de son hibernation. Erin n’avait peut-être jamais rencontré de loups, mais elle connaissait les règles de sécurité avec les ours. Il y en avait dans le Michigan et elle savait que… c’était quoi, déjà ?
 
Ne pas laisser de nourriture à l’extérieur, ne pas s’interposer entre une ourse et ses petits… rester calme si l’on aperçoit un ours au loin… mais que faire face à un ours en rogne en train de charger ?
 
Erin n’en avait aucune idée, mais l’ours était en train de s’énerver de nouveau. Il essaya de charger. Erin lui hurla dessus.
 
“VA-T’EN.”
 
Cette fois-ci, l’ours réagit clairement au son de sa voix. Il se recroquevilla légèrement et Erin comprit qu’il n’aimait pas le bruit.
 
“T’aimes pas ça ? Alors que dis-tu de ça ?”
 
Elle prit une grande inspiration, puis se lâcha.
 
“AAAAAAAAAAAAAAAAA…”


***

À trois cents mètres, un [Chasseur] baissa son arc et leva les yeux. L’oiseau qu’il traquait s’envola - comme tous les oiseaux de la forêt. Ils s’envolèrent dans les airs, paniqués, il visa et décocha sa flèche. Il manqua son coup. Le [Chasseur] poussa un juron, puis regarda autour de lui.
 
“Par les Dragons, c’est quoi ce bruit ?”
 
On aurait dit quelqu’un qui criait, incroyablement fort, et de très loin. L’homme à l’arc - Jerad Riels - hésita, mais finit par courir dans la forêt, sans se soucier de la neige qui craquait sous ses bottes. Il se déplaçait d’ordinaire le plus furtivement possible pour éviter d’alerter sa proie ou d’attirer des prédateurs dangereux, mais ce bruit faisait fuir tous les animaux.
 
Il sortit en courant de la forêt et vit un ours. Jerad connaissait cet ours. C’était un mâle agressif et il s’était tenu très loin de sa caverne le temps de son hibernation. Mais là, l’ours rentrait le plus vite possible en direction de son antre. Il fuyait, oui, fuyait devant… une fille ?
 
Jerad plissa les yeux. Il ne possédait pas de Compétence capable d’améliorer sa vision, mais il avait toujours eu une bonne vue. Il écarquilla les yeux en voyant une jeune femme debout devant une espèce de traîneau. Elle n’avait pas de cheval, mais l’animal s’était peut-être enfui. C’était elle, la source des cris au volume insupportable.
 
AAAAAAAAAAAAAAAAAA... oh, salut, toi !”
 
L’homme mûr frotta ses oreilles, sonné. La jeune femme lui sourit. Elle portait de vêtements d’hiver, et son traîneau avait l’air d’avoir été bricolé à la va-vite. Il y avait plusieurs jarres à l’arrière, et Jerad écarquilla les yeux en s’apercevant que l’une d’elles était remplie d’Abeilles Brûlecendres.
 
“Oh, salut. Je suis perdue. Mon squelette s’est enfui. Est-ce que tu pourrais m’aider ?”
 
Jerad regarda fixement Erin.
 
“Quoi ?”
 
“J’ai dit que mon squelette s’était enfui.”
 
Ses oreilles tintaient encore. Jerad les frotta. Il aurait juré qu’elle avait dit quelque chose au sujet d’un squelette ?
 
“Qu’avez-vous dit ?”
 
“Quoi ?”
 
Quoi ?


***


Environ deux milles au sud-ouest, les Gobelins marquèrent une pause en entendant un cri ténu qui finit par s’éteindre au bout de quelques minutes. Leurs oreilles sensibles tressaillirent et ils se dévisagèrent, mais ils reprirent leur route lorsque leur leader Hobgobelin grogna avec irritation.
 
Ils étaient treize Gobelins au total, et pas des Gobelins ordinaires, avec ça. Chacun avait plus de dix niveaux dans une classe de combat, et ils étaient tous vêtus d’armures et munis d’épées qui n’étaient ni rouillées, ni cassées. Ils faisaient partie de la Tribu du Croc Rouge, et ils étaient en mission d’assassinat.
 
Les douze Gobelins et le Hobgobelin qui marchaient dans la neige n’avait qu’une seule tâche à accomplir : tuer l’[Aubergiste]. Tuer la fille et ne pas le dire à la Cheftaine. Chacun d’entre eux avait reçu cette mission en secret par Garen Rougecroc en personne, et ils avaient donc avancé sans relâche dans la neige, guettant le moindre signe de cette Humaine.
 
Au bout d’un moment, les Gobelins s’arrêtèrent pour faire une courte pause. Ils reniflèrent l’air, étudièrent les traces dans la neige. Puis ils se regardèrent. Aucun ne parla, mais ils pensaient tous la même chose :
 
Quelle [Aubergiste] ? Quelle fille ? À quoi ressemblait-elle ? Où était-elle ? Était-elle forte ? Avait-elle bon goût ?
 
Au bout d’un moment, le Hobgobelin se gratta le dos et pointa une direction aléatoire. Les Gobelins se dirigèrent par là. Garen leur avait dit que la fille était partie au nord, mais aucun d’entre eux ne possédait de classe de traque, et ils avaient donc perdu les traces du traîneau dans la neige près d’une heure auparavant.
 
Les Gobelins poursuivirent leur marche. C’était une bande dangereuse, armée jusqu’aux dents. Chargés d’une mission.
 
Après encore quatre heures de marche dans un cercle sans but, l’un des Gobelins songea que peut-être que le cri et la fille étaient reliés. Ils revinrent au pas de course là d’où étaient provenus les cris, mais le temps qu’ils arrivent, la personne qui avait émis le son avait disparu depuis longtemps.
 
Les Gobelins haussèrent les épaules et continuèrent de chercher. Garen Rougecroc avait beau avoir choisi certains de ses meilleurs guerriers, aucun d’entre eux n’était particulièrement intelligent. Même pour des Gobelins.
 
***


Les Drakéides avaient pris l’habitude de ses moquer des [Gardes] Humains et des forces de l’ordre locales dans les cités Humaines. Une blague Drakéide populaire consistait à comparer les milices et les gardes des villes Humaines à des Gnolls rasés inefficaces - une blague qui supporte mal la traduction et reste considérée comme extrêmement offensante à la fois envers les Humains et les Gnolls.
 
Toutefois, il était universellement admis que si l’on voulait se débarrasser d’un monstre ou appréhender un criminel dans une ville Humaine, il fallait embaucher un aventurier. La garde locale était peut-être capable d’arrêter de vulgaires voleurs, mais la différence de qualité entre les soldats employés par les Drakéides et les Humains était grande.
 
Dans les cités Drakéides telles que Liscor, [Garde] était un poste prestigieux auquel était associée un excellent salaire et un niveau de compétence tout aussi élevé. Dans les villes Humaines, toutefois, ceux qui possédaient beaucoup de niveaux devenaient invariablement des mercenaires, des aventuriers, ou des gardes personnels. Par conséquent, les gardes aux portes des villes telles que Celum s’ennuyaient et ne cherchaient pas le conflit dans la plupart des cas, comme leur boulot consistait la plupart du temps à faire cesser les rixes de taverne et prévenir les vols et les agressions plutôt qu’à repousser des attaques de monstres.
 
Mais ils faisaient tout de même leur boulot, et tout garde aimait voir des choses intéressantes, et c’était la raison pour laquelle ils avaient arrêté la jeune femme qui essayait de pousser son traîneau en ville.
 
“Excusez-moi, Mademoiselle, mais vous ne pouvez pas apporter ça en ville.”
 
Erin repoussa une mèche de cheveux de son visage et essuya un peu de sueur sur son front. Malgré le froid, ses efforts l’avaient réchauffée. Elle avait poussé le traîneau sur des milles et des milles sur la route après que le gentil [Chasseur] l’y ait accompagnée.
 
“Aw. Vraiment ?”
 
“Vous n’avez pas de cheval, et ce truc a l’air de pouvoir se retrouver coincé dans les pavés.”
 
Ils avaient probablement raison. Erin soupira et regarda les alentours. Tout l’étonnait. Par exemple, cette ville avait des remparts bas. Ils ne faisaient que six mètres de haut, et le trafic de la ville était régulier. Et tout le monde était Humain !
 
Erin avait eu une… réaction lorsqu’elle s’était mise à croiser des gens sur la route. Elle s’était mise à serrer des mains et à dire bonjour à tout le monde. Ils l’avaient tous regardé comme si elle était folle, surtout lorsqu’elle leur avait expliqué qu’elle voyageait seule. Elle n’avait même pas mentionné son squelette disparu ; cela ne lui avait pas paru sage.
 
Il y avait un joli espace couvert de neige à gauche des portes de la ville. Erin le pointa du doigt.
 
“Est-ce que je peux laisser mon traîneau ici ?”
 
Les gardes échangèrent des regards et haussèrent les épaules. Erin poussa son traîneau et s’essuya de nouveau le front. À présent qu’elle n’était plus dans le siège conducteur, elle se sentait un peu coupable de l’avoir fait tirer par Toren un peu partout. Mais pourquoi s’était-il enfui ? Erin n’aimait pas envisager le pire, mais…
 
Elle envisageait le pire. Toren s’était enfui comme… comme un chien errant ? Un chien errant mort-vivant avec une armure, une épée et des yeux qui jetaient des sorts de terreur. Elle était un tout petit peu inquiète, mais il fallait pour le moment qu’elle rentre à la maison.
 
“Dites-moi, est-ce que vous savez à quelle distance nous sommes de Liscor ?”
 
Le [Garde] dévisagea Erin qui rapportait les trois énormes jarres avec elle. Elle avait dû faire un baluchon avec sa couverture, et les jarres s’entrechoquaient. Elle espérait vraiment qu’elles n’allaient pas se casser.
 
“Liscor ? Est-ce que vous êtes une [Marchande] de là-bas ?”
 
“Quoi ? Non. Je suis [Aubergiste] et je me suis perdue.”
 
Il la regarda fixement. Il avait une moustache frisée qui ne méritait pas tout à fait ce nom et des cheveux bruns. Il avait l’air d’avoir froid dans son armure. Il regardait également Erin avec des yeux emplis de scepticisme. Erin cligna des yeux.
 
“Quoi ? C’est vrai. Je me suis perdue.”
 
“Liscor est à plus de cent milles au sud d’ici. Comment avez-vous réussi à venir jusqu’ici sans le savoir ?”
 
Quoi ? Cent milles !?
 
Erin porta ses mains sur sa tête. Comment allait-elle rentrer ? Elle n’allait pas faire toute cette route à pieds ! Et elle n’avait pas Toren !
 
Le garde contempla fixement Erin qui gémissait à voix haute. Puis il regarda son baluchon de fortune et ses jarres qui s’entrechoquaient. Elles étaient lourdes, de toute évidence, et tiraient sur le tissu.
 
“Qu’est-ce qu’il y a dans ces jarres ?”
 
“Quoi, ça ? Du miel, et, euh, des trucs associés au miel.”
 
L’homme à la moustache pleine de frisettes fronça les sourcils.
 
“Il faut que j’inspecte ces pots. Il y a une taxe pour apporter des marchandises en ville.”
 
“Aw. Vraiment ?”
 
À ce stade, le reste des gardes aux portes de la ville s’étaient mis à laisser rentrer des gens à l’intérieur. Erin était une attraction que les passants regardaient en entrant. Elle soupira et le garde hocha la tête.
 
Avec réticence, elle plongea la main dans sa sacoche et en sortit prudemment une jarre de miel. Tout le monde se retourna pour regarder fixement la substance dorée. La mâchoire de Frisettes se décrocha.
 
“Est-ce que c’est… où as-tu trouvé ça ?”
 
“Huh ? D’une ruche ? Vous savez, les abeilles ?”
 
L’une des gardes armées qui suivaient une caravane explosa de rire. Frisettes la fusilla du regard lorsqu’elle passa la porte puis scruta le visage d’Erin. Mais elle se contenta de le regarder avec des yeux ronds, l’image même de l’innocence. Il soupira, les joues rouges.
 
“Est-ce que tous ces jarres contiennent du miel ? Il y a une taxe là-dessus - il faut payer une belle somme d’argent.”
 
Le visage d’Erin se décomposa. Elle plongea la main dans son sac et en retira lentement une jarre d’abeilles mortes.
 
“Est-ce qu’elles comptent ?”
 
Le garde s’était retourné pour faire un doigt d’honneur à son camarade en train de pouffer de rire devant les portes. Il se retourna et vit une Abeille Brûlecendres de la taille de sa tête écrasée contre la paroi d’une jarre en verre.
 
Il hurla et porta la main à sa ceinture pour essayer d’attraper son épée. L’autre garde eut un mouvement de recul, puis rit encore plus fort en voyant la jarre.
 
“Comment as-tu eu celles-là ?”
 
“Je les ai attrapées. En quelque sorte.”
 
C’était difficile à expliquer sans mentionner Toren, et encore plus en le mentionnant. Finalement, Erin abandonna l’idée.
 
“Écoutez, j’ai des abeilles. Et du miel ! Et je dois trouver un moyen de rentrer à Liscor. Donc… est-ce que je peux entrer acheter un cheval ou autre ?”
 
Frisettes n’avait pas l’air de passer une bonne journée. Il respirait fort, et il avait dit à Erin de remettre la jarre d’abeilles dans son baluchon. Il s’éclaircit la gorge.
 
“J’imagine que vous pourriez acheter une caravane ou un cheval. Mais les caravanes sont lentes et un bon cheval vous coûterait au minimum trente pièces d’or. Je doute que vous puissiez faire beaucoup de chemin dans toute cette neige, de toute façon. Même sur votre… traîneau.”
 
Le visage d’Erin se décomposa. Elle se gratta la tête. Elle avait un peu d’argent, mais elle ne voulait vraiment pas acheter un cheval, principalement parce qu’elle ne savait pas monter et qu’elle ne savait pas comment le faire aller où elle voulait. Bon. Il fallait commencer par le début.
 
“D’accord. Hum, est-ce que je peux entrer, maintenant ?”
 
“Il faut que vous payiez une taxe d’import. Amenez les jarres ici, s’il vous plaît.
 
Frisettes conduisit Erin à un petit stand dans la loge à côté des portes. À sa grande surprise, elle vit qu’ils possédaient une collection de balances à deux plateaux, d’appareils de mesures primitifs…  ils étaient en train de faire passer chaque objet d’un wagon de marchandise dessus, et un autre garde était en train de tapoter des zones du wagon comme pour trouver des compartiments cachés.
 
Ils durent utiliser une grosse balance pour ses pots. Erin causa un sacré remue-ménage lorsqu’elle ressortit le miel - et Frisettes pesa sa jarre. Il utilisa des pierres colorées pour mettre les plateaux à l’équilibre et il marmotta tout seul lorsqu’il mesura la jarre avec une corde à nœuds.
 
Puis il demanda à Erin de poser la jarre d’abeilles sur la balance. Elle s’exécuta, ignorant les réactions autour d’elles. Frisettes mesura rapidement le pot, et fut pris d’un accès de panique lorsque l’une des abeilles tressauta derrière le verre.
 
“Elles sont vivantes ?”
 
Erin tapota l’abeille avec curiosité. Elle agitait ses palpes dans sa direction.
 
“Bizarre. Je sais que j’ai bien refermé le pot, mais j’imagine qu’il leur reste encore un peu d’air. Huh. Cela doit faire, disons, dix heures. J’ai fait une longue sieste.”
 
Le pauvre garde mesura rapidement la jarre sans toucher le verre. Lorsqu’il eut terminé, il griffonna quelque chose sur un morceau de papier et dit à Erin combien cela lui coûterait de faire entrer ses pots dans la ville.
 
“Quatre pièces d’argent par jarre de mielle et sept pour la jarre de…”
 
Frisettes frissonna.
 
“D’abeilles.”
 
“C’est beaucoup ! Et pourquoi est-ce que les abeilles me coûteraient plus cher que le miel ?”
 
“Elles vous rapporteront plus si vous les vendez à n’importe quel marchand, je pense. Et les [Alchimistes] paient des fortunes pour les morceaux de monstres.”
 
“Vraiment ? Hum…”
 
Elle aurait probablement besoin d’un peu d’argent pour rentrer. Davantage que ce qu’elle avait sur elle, dans tous les cas. Erin plongea les mains dans ses poches.
 
“Où est ma bourse ? Oh oh. Est-ce que je l’ai prise avec moi ?”
 
Frisettes la dévisagea avec une expression douloureuse pendant qu’Erin fouillait toutes les poches de ses nombreuses épaisseurs de vêtements.
 
“Des sous ? Des sous, des sous… aha !”
 
Elle sortit sa bourse et étala quelques pièces dans sa paume d’un air triomphant. Là encore, les gardes la regardèrent avec des yeux ronds lorsqu’ils aperçurent les pièces d’or qu’Erin avait gagnées pendant ses bonnes journées d’aubergiste.
 
“Combien de pièces d’argent est-ce que je… ? Oh, attendez, je vais vous en donner une. Tiens !”
 
Erin tendit une pièce d’or à Frisettes. Il la prit en la regardant fixement ranger le reste de ses pièces dans sa bourse. Il dut tester la pièce en y pratiquant une encoche avec sa dague pour s’assurer qu’elle était vraie. L’or attira plus d’un regard, et le [Garde] dut fouiller dans sa propre bourse pour lui rendre sa monnaie.
 
“Voilà. Et voilà votre reçu d’entrée signé. Présentez-le si on vous le demande.”
 
Erin attrapa avec maladresse le morceau de papier tamponné. Elle sourit au garde.
 
“Merci ! Est-ce que vous pouvez me dire où trouver un [Alchimiste] ?”
 
“Descendez la rue principale et prenez à gauche lorsque vous verrez la Guilde des Aventuriers. Il y a beaucoup d’échoppes dans cette rue.”
 
“Merci !”
 
“Ah, avant que vous ne partiez…”
 
Frisettes toussota, et Erin se retourna. Les gardes et lui - hommes comme femmes - la dévisageaient.
 
“Vous avez dit venir de Liscor ? Et vous êtes [Aubergiste] ?”
 
“Tout juste !”
 
“Mais… il n’y a que des Drakéides et des Gnolls, là-bas. J’ai entendu parler d’un nouveau donjon… est-ce que vous êtes également aventurière ?”
 
Erin fronça les sourcils.
 
“Non… j’ai une auberge. Elle s’appelle ‘L’Auberge Vagabonde’.”
 
“Ah. Parce qu’elle vagabonde par magie ?”
 
“Non. C’est, disons, une espèce de blague. Et j’ai trouvé l’auberge par hasard en… vagabondant. Vous voyez l’idée ?”
 
Erin essaya d’expliquer. Elle finit par abandonner.
 
“Bref, je la dirige, mais je suis sortie faire, euh, un tour, et je me suis perdue. Je me suis donc retrouvée ici et à présent, je dois rentrer. Avec un cheval ou un truc du genre.”
 
“Je vois ?”
 
“Yeah ! Bref, dans tous les cas, merci pour votre aide !”
 
Erin sourit à la cantonade. Elle agita la main et sortit de la loge. Les [Gardes], plusieurs hommes et deux femmes, se dévisagèrent. Frisettes gratta sa moustache peu fournie.
 
“C’est quoi, la blague ?”
 


Hors ligne EllieVia

  • Tabellion
  • Messages: 54
Re : The Wandering Inn de Piratebea (Anglais => Français)
« Réponse #161 le: 03 mars 2021 à 09:58:15 »

2.44 - Deuxième Partie
 Traduit par EllieVia

***


Celum était incroyable. On aurait dit une véritable ville médiévale, avec des tonnes de charrettes roulant cahin-caha sur les pavés, des gens habillés avec des vêtements épais, et des vendeurs à la criée. Liscor avait des éléments semblables, mais les Drakéides et les Gnolls étaient différentes et Liscor n’avait pas du tout le même flux de visiteurs. Erin parcourut les rues, émerveillée.
 
“Wow. Et ils sont tous Humains !”
 
C’était quelque chose qui ne pouvait que l’étonner dans ce monde. Et pourtant, presque tous ceux qui passaient devant Erin étaient Humains, et… blancs. Ils avaient tout un panel de peaux pâles, et une grande partie avaient l’air Européens. Erin trouva cela un peu étrange, mais elle se demandait déjà si elle pouvait patienter ici une journée avant de rentrer à son auberge.
 
Cela faisait si longtemps - elle voulait juste discuter avec d’autres gens. Mais les jarres de verre étaient lourdes et elles menaçaient à tout moment de tomber de sa couverture-baluchon. Erin se résolut donc à commencer par les vendre. Elle pourrait probablement vendre le miel à peu près n’importe où, mais elle devait trouver un [Alchimiste] pour les abeilles.
 
Que lui avait dit Frisettes ? Quelque chose à gauche de la Guilde des Aventuriers ? Erin fronça les sourcils. Elle essaya de se frayer un chemin dans la foule, mais elle ne put pas faire plus de huit pas avant de rencontrer une difficulté.
 
Plus exactement, la foule. Elle n’avait rencontré beaucoup de difficultés là-dessus à Liscor, mais Celum était pleine d’embouteillages de gens à pieds et de wagons qui passaient à côté. Personne ne voulait se faire écraser le pied par une roue de charrette, et même les chevaux n’appréciaient guère de devoir se frayer un passage dans la foule. Erin fit par conséquent bousculer et dut avancer très lentement.
 
Elle avait peur que les pots de verre tombent de son baluchon. Erin fronça les sourcils et se demanda si elle devait essayer de se trouve run autre chemin lorsque quelqu’un lui tira son haut.
 
“Hey, Miss, je peux vous emmener voir un [Alchimiste] !”
 
Erin baissa les yeux et vit un jeune garçon lui adresser un sourire berchu. Elle lui rendit son sourire.
 
“Salut, toi ! Comment tu t’appelles ?”
 
Le jeune garçon ne pouvait pas être âgé de plus de treize ans. Il était toutefois maigre pour son âge, et il avait l’air sous-alimenté. Mais il lui adressa un sourire tellement charmant qu’Erin l’apprécia aussitôt.
 
“Je suis Grev, Miss. Et vous avez besoin d’aller voir un [Alchimiste] pour vendre vos abeilles, pas vrai ?”
 
“Comment sais-tu que j’ai des abeilles ?”
 
Erin était surprise, mais le garçon se contenta de hausser les épaules.
 
“J’attends à la loge de l’entrée. Je suis un guide local ; je peux vous mener là où vous avez besoin d’aller sans avoir à attendre dans les embouteillages !”
 
Cela lui semblait être une bonne idée. Erin regarda le flot de gens - et les lourdes charrettes et les crottins de chevaux - et sourit à Grev.
 
“Eh bien,  si tu connais le chemin, j’imagine que je pourrai te payer un petit quelque chose. Disons une pièce d’argent ?”
 
“Je le ferais pour la moitié, mais si vous le proposez…”
 
La mâchoire de Grev se décrocha lorsqu’Erin posa une pièce d’argent dans sa main. Il leva les yeux vers elle, et Erin lui sourit.
 
“Allez, passe devant ! Et tu pourras me faire visiter, après ? Je n’ai jamais été à Celum.”
 
Son enthousiasme sincère et la confiance qu’elle lui accordait faillirent presque faire changer le garçon d’avis. Mais il finit par remettre son [Faux Sourire] sur son visage et pointa une autre rue du doigt.
 
“Bien sûr ! Par là, Miss. Je connais un raccourci.”
 
Erin suivit Grev avec joie. Elle descendit dans des petites rues à l’écart de la route principale, regardant autour d’elle d’un air joyeux. Son sourire était large, et il ne se figea que légèrement lorsqu’il la mena dans une ruelle. Lorsqu’elle vit les trois hommes en habits sombres, son sourire n’était plus éclatant, mais restait résolument accroché à son visage. Lorsqu’ils sortirent leurs épées et leurs dagues de leurs fourreaux, son sourire disparut.



***

“Hey, attends une seconde. Tu m’as piégée !”
 
Erin fusilla Grev du regard, mais le garçon se précipita en avant et passa sous le bras de l’un des hommes. Il tendit une main et l’homme y lâcha quelques pièces d’argent. Il s’arrêta et hésita toutefois, regardant Erin par-dessus son épaule. Il s’adressa à l’homme à l’épée.
 
“Ne lui faites pas de mal ! Son argent est dans une bourse.”
 
L’homme vêtu d’une cape et d’un capuchon poussa un juron et frappa Grev.
 
“Dégage, morveux.”
 
Grev s’enfuit, jetant un dernier regard à Erin. Elle dévisagea les hommes qui lui faisaient face - deux devant et l’un derrière elle - et qui commençaient lentement à s’approcher d’elle. Elle n’était pas certaine de devoir être effrayée ou non, mais Erin était résolument contente. Elle fusilla les hommes du regard en faisant glisser les jarres sur le côté d’un geste protecteur. Le couvercle fermé de la jarre d’abeilles effleura son doigt et elle examina ses options. Elle avait laissé sa poêle dans le traîneau, et ils étaient armés. Que devait-elle faire ?
 
“Donnes-nous ton argent et tes pots et nous ne te ferons aucun mal.”
 
L’homme de tête était celui à l’épée. Erin y jeta un œil et il lui sourit, dévoilant ses dents pourries. Il avait une voix grave et rauque, même si on aurait dit qu’il le faisait exprès. L’homme à ses côtés était plus petit, et il souriait d’un air déplaisant en observant Erin d’une manière qui lui déplut fortement.
 
“Crie et ce sera très rapide. Mais si tu ne bouges pas, cela ne fera pas… trop mal.”
 
Erin regarda par-dessus son épaule. L’autre homme se rapprochait lui aussi. Ils n’avaient pas peur d’elle.
 
“Non. Allez-vous-en et je ne vous ferai pas de mal.”
 
Les agresseurs éclatèrent de rire. L’homme de tête avança d’un pas.
 
“Ne rends pas les choses plus diff…”
 
Erin lui donna un coup de poing. Elle s’était rendu compte qu’elle n’avait pas besoin de crier pour utiliser ses Compétences, mais ça défoulait.
 
“[Attaque du Minotaure] !”
 
Son poing cueillit l’homme par surprise. Erin sentit quelque chose s’écraser avec un bruit horrible lorsqu’elle lui cogna le nez, et il s’étala par terre en hurlant. L’autre homme cligna des yeux, mais il tenta de taillader Erin.
 
“Aah !”
 
Elle recula et il la manqua de quelques centimètres. Calruz lui avait enseigné à se battre contre quelqu’un d’armé, toutefois, et elle le laissa donc tenter de l’atteindre à nouveau avant de lui donner un coup de pied dans l’entrejambe. Il poussa un juron et Erin lui assena un coup de poing en pleine figure. Sa tête partit en arrière et il recula.
 
Un bras énorme encercla la gorge d’Erin. Elle tenta de respirer et de donner des coups de pieds, mais le troisième homme la souleva, essayant de l’étrangler. Erin attrapa désespérément son bras. Il avait des muscles épais, et elle avait déjà besoin de reprendre son souffle. Elle le sentit lever sa dague de son autre main.
 
Erin attrapa dans un geste désespéré la main de l’agresseur. Il était fort - plus fort qu’elle, même avec  [Force Mineure]. Mais elle ne pouvait pas le faire lâcher prise avec cet angle-là. Elle attrapa sa main, puis tâta son pouce. Erin l’attrapa et le tordit en arrière jusqu’à ce qu’il se brise.
 
Il hurla et la lâcha. Erin prit une vive inspiration, puis plongea lorsqu’il tenta de la poignarder. Elle lui donna un coup de pied à l’estomac et se tordit sur sa gauche lorsqu’il essaya de lui transpercer le ventre.
 
C’était comme lorsque Calruz l’avait faite se battre contre Toren. C’était dangereux et mortel - mais Erin savait se battre ! Elle pouvait le faire ! Elle n’aimait juste pas ça.
 
Elle écrasa le pied de l’homme et lui donna un coup dans la trachée lorsqu’il poussa un cri de douleur. Il émit un bruit ressemblant à un gargouillis puis s’effondra.
 
“Sale pute.”
 
L’homme à l’épée se relevait. Son nez était écrasé et sa voix était devenue nasillarde à présent, mais il avait le meurtre au fond des yeux. Erin recula lentement, et son pied toucha la jarre de verre remplie d’abeille tandis que l’homme avançait dans la ruelle, l’épée au clair.
 
“Je vais te réduire en lambeaux.”
 
“Non, pas du tout.”
 
Erin plongea et ouvrit le couvercle de la jarre. L’homme s’arrêta et regarda les pots d’un air soupçonneux. Il plongea la main à sa ceinture et en sortit une dague.
 
“N’essaie même pas.”
 
“Ah ouais ? Va-t’en et je ne serai pas obligée de te faire du mal.”
 
Erin serra la chose dans sa main, accroupie près de ses pots. L’homme hésita.
 
“Je vais…”
 
Abeille dans ta gueule !
 
Erin jeta l’abeille morte au visage de l’homme en bondissant sur le côté. Il jeta la dague, mais elle manqua Erin qui roula sur le côté et s’écrasa sur contre le mur de la ruelle. Puis l’agresseur hurla lorsque le [Lancer Infaillible] d’Erin mit une abeille à proximité très intime de son visage.
 
“Prends ça !”
 
Erin se précipita sur l’homme qui arrachait l’abeille morte de son visage. Elle lui donna un coup de poing en pleine poitrine et sentit quelque chose craquer. Il lâcha son épée, et elle écrasa son poing sur sa figure. Il s’écroula et ne se releva pas.
 
Respirant lourdement, Erin recula en titubant, et contempla ses trois agresseurs. Ils étaient à terre et elle était en vie. Yeah. En vie.
 
Quelque chose brûlait. Erin regarda son bras et vit une entaille profonde qu’elle ne se souvenait pas avoir reçue. Et elle avait mal aux côtes, aussi. Quelque chose l’avait coupée là aussi ! Mais à part ça, elle n’était pas blessée.
 
“Oh wow. Oh non. Oh…”
 
Erin eut besoin de s’asseoir une seconde. L’abeille morte était par terre, donc Erin la jeta de nouveau dans la jarre et referma le couvercle. Quelques abeilles s’agitaient devant ce regain d’oxygène. Elle regarda l’un des hommes dont le nez écrasé saignait et essaya de reprendre son souffle.
 
Elle n’avait jamais été attaquée dans le Michigan. Elle n’avait jamais vraiment été dans une bagarre. Bien sûr, elle avait beaucoup combattu des morts-vivants et des monstres, donc elle n’avait pas été terrifiée, mais tout de même… il y avait quelque chose d’effrayant lorsque des gens essayaient de lui faire du mal.
 
Erin soupira et se releva. Elle s’approcha de ses jarres et entendit une exclamation derrière elle. Elle fit volte-face et vit une petite silhouette se lever et se précipiter vers l’entrée de la ruelle.
 
“Hey ! Toi ! Ne bouge plus ou je tire ! Je veux dire, je lance !”
 
Grev se figea, et Erin baissa la jarre de verre qu’elle tenait entre ses mains. Elle regarda fixement le jeune garçon.
 
“Toi ! Hey, viens ici, espèce de petit crétin !”
 
Lentement, le jeune garçon se retourna et s’avança vers Erin. Son visage était presque blanc et il tremblait.
 
“Je ne voulais pas le faire ! Ils m’ont forcé, je le jure ! Ils allaient tuer ma sœur si je ne le faisais pas, miss !”
 
Quoi ? C’est tellement affr… pourquoi est-ce qu’ils te donnaient de l’argent, alors ?”
 
Erin fronça les sourcils. Le visage de Grev devint un ton plus pâle.
 
“Je… je… me tuez pas, s’il vous plaît !”
 
La jeune femme réfléchit à tout cela un instant. Elle songea à la journée qu’elle venait de passer - pendant laquelle elle avait dormi la majeure partie du temps, à la trahison de Toren, à son entrée dans la ville, au moment où elle avait failli mourir et son agression horrible qui avait été la pire expérience de la journée et au rôle de Grev dans tout cela. Elle hocha la tête et serra le poing.
 
Prends ça !
 
Grev hurla. Erin le cogna sur la tête, fort, mais sans user de toute sa force. Il glapit, et essaya de s’enfuit. Erin le rattrapa par sa tunique sale et il cria de peur en essayant de se protéger le visage.
 
S’il vous plaît...”
 
“Je ne vais plus te faire de mal.”
 
Le visage de Grev s’illumina instantanément.
 
“Vraiment ?”
 
Erin essaya de prendre une expression effrayante. Elle dévisagea Grev, essayant de prendre un air menaçant.
 
“Si tu fais quelque chose pour moi.”
 
“Qu… quoi ?”
 
Erin pointa du doigt les agresseurs inconscients. L’un d’eux gémissait, et elle se demanda si elle devait faire quelque chose comme leur donner des coups de pieds ou s’asseoir sur eux. Elle devait au moins ramasser toutes les armes qu’ils avaient faites tomber.
 
“Tu vas aller me chercher la Garde, et je vais m’asseoir ici.”
 
Grev hocha la tête avec enthousiasme. Erin faillit le laisser partir, mais une pensée l’en empêcha. Il allait probablement se contenter de s’enfuit, n’est-ce pas ? Elle regarda les pots par terre et eut une idée. Le visage déjà blanc de Grev devint d’une pâleur spectrale lorsqu’elle leva l’une des abeilles mortes pour la lui montrer.
 
“Tu vas aller chercher la Garde, compris ? Si non, je vais prendre cette abeille et te l’enfoncer…”
 
Erin hésita. Elle regarda l’horrible cadavre d’insecte et le visage pâle de Grev.
 
“... quelque part d’affreux. Va ! Cours !”
 
Il se mit à courir comme si les abeilles étaient à ses trousses. Erin baissa les yeux sur l’abeille. À présent qu’elle y réfléchissait, elles étaient très utiles. Puis l’une des abeilles essaya de sortir du pot et Erin referma violemment le couvercle, lui coupant deux pattes au passage.
 
“Oups. Désolée !”


***


Frisettes avait l’air d’essayer d’arracher son début de moustache de son visage. L’expression incrédule peinte sur le visage était celle qu’Erin était injustement en train d’associer à son caractère de manière générale. Elle avait l’air d’apparaître à chaque fois qu’elle expliquait quelque chose.
 
“Donc, vous avez battu trois agresseurs - dont l’un était un ancien Aventurier Bronze - à mains nues.”
 
Erin acquiesça. Elle regarda avec intérêt l’escadron de gardes forcer les hommes à se lever en étouffant toutes leurs protestations avec des coups précis et efficaces sur des zones sensibles.
 
“Mais vous ne possédez pas d’autres classes de combat mis à part, ah, deux niveaux en [Guerrière].”
 
Grev tremblait dans la rue. L’une des gardes le tenait à l’œil, et il avait l’air terrifié lorsqu’il regardait Erin. Qu’allaient-ils faire de lui ? Elle hocha vaguement la tête.
 
“Mais j’ai quelques Compétences, en revanche.”
 
“Je vois. Et vous les avez tous battus sans vous faire blesser ?”
 
“Eh bien, j’avais quelques entailles mais la potion de soin les a guéries.”
 
Frisettes s’éclaircit de nouveau la gorge.
 
“Je vois. Eh bien, ah, Miss Solstice…”
 
“Appelle-moi Erin !”
 
Elle lui adressa un sourire éclatant. Frisettes rougit légèrement.
 
“Hum… Erin. Eh bien, je suis navré que tu aies rencontré les pires personnes de notre ville si tôt. Mais tu as rendu un service à tout le monde en éliminant cette menace. J’aimerais te donner leur équipement, même si nous allons de toute évidence confisquer leurs armes et leurs armures. Mais je peux te donner quelques pièces et les quelques objets qu’ils avaient sur eux.”
 
Il offrit à Erin une petite bourse dans laquelle il avait ajouté deux pièces d’argent et quatre de bronze, puis trois bouteilles de ce qu’Erin pensait être des potions de soin. Elle les regarda d’un air confus.
 
“Donc tu me donnes toutes leurs affaires ? Parce que je les ai battus ?3
 
Frisettes acquiesça. Erin réfléchit.
 
“Okay.”
 
“Eh bien en ce cas, nous allons te laisser y aller. Je crois que je vais t’escorter chez l’[Alchimiste] moi-même, au cas où il y ait d’autres… attaques. Quant à toi…”
 
Il se retourna et Grev s’enfuit à toutes jambes. Il fit deux pas avant que la femme en armure l’attrape et le traîne durement jusqu’à eux. Son visage était un masque de terreur.
 
“Nous verrons si tes parents peuvent payer l’amende pour tes crimes. Sinon, ce sera le fouet, garçon.”
 
“Quoi ?”, demanda Erin. Grev devint blanc et se mit à pleurer. Frisettes se tourna vers elle.
 
“Désolé, Miss Erin, mais c’est la seule façon de gérer ce genre de gosses.”
 
“Je l’ai déjà frappé. Ce n’est pas une punition suffisante ?”
 
Elle se sentait coupable de l’avouer, mais Frisettes hésita.
 
“Il mérite le fouet, Miss. Impossible de déterminer le nombre de gens qu’il a fait assassiner ou voler.”
 
“Certes. Eh bien hum… eh bien, si je disais que je lui pardonne ?”
 
Les deux gardes regardèrent Erin avec des yeux ronds. Elle contemplait Grev. Il la regardait comme si elle était son dernier espoir. Il cligna des yeux et d’autres larmes coulèrent. Elle n’était pas certaine qu’il ait vraiment compris la leçon, mais elle ne voulait pas qu’il soit fouetté.
 
“Si tu veux abandonner les charges…”
 
Frisettes discuta à voix basse avec sa collègue puis se retourna vers Erin.
 
“Tu es sûre ? Il est tout aussi coupable que ces autres hommes, je te l’assure.”
 
“Eh bien, s’il le refait, je lui enfoncerai une ab… je ne le lui pardonnerai pas. Ça te va ?”
 
Erin croisa les bras et essaya de prendre un air imposant. Frisettes et la garde avaient l’air sceptiques, mais il finit par hocher la tête.
 
“Eh bien, garçon, on dirait que tu t’en tires bien, grâce à Miss Erin.”
 
Grev parut soulagé, mais il pâlit de nouveau lorsque Frisettes posa sa main sur son épée.
 
“Écoute-moi bien toutefois. Je connais ton visage, et si j’entends dire que tu voles ou que tu commets n’importe quel autre crime… ce ne sera pas le fouet, la prochaine fois. Nous t’exilerons de la ville. Compris ?”
 
Le visage du garçon redevint pâle. Il balbutia.
 
“O...oui.”
 
“Alors dégage.”
 
Grev s’enfuit, se retournant une dernière fois pour regarder Erin. Elle le regarda partir, et eut envie de lui faire un petit signe de la main. C’était un sale gosse, mais il restait un gosse. Qui avait essayé de la faire tuer, certes.
 
Au bout d’un moment, Frisettes s’éclaircit la gorge.
 
“Qui veux-tu voir, Miss Erin ? Je connais trois [Alchimistes] réputés en ville. Est-ce que tu as une préférence ou un nom ?”
 
Erin se gratta la tête.
 
“Huh, disons celui qui est le plus susceptible de m’acheter une jarre d’abeilles ? Je veux dire, est-ce qu’ils ont seulement besoin d’abeilles ?”
 
“La Tissée, peut-être.”, marmonna la garde à Frisettes, et il grimaça.
 
“C’est vrai. Cette cinglée achèterait… c’est Octavia qu’il vous faut, Mi… Erin.”
 
“Cool. Tu connais la route ?”
 
“Je vais t’emmener. Ce n’est qu’à quelques minutes de marche.”
 
“Vraiment ? Merci !”
 
Erin se mit à marcher à côté de l’homme, puis elle marqua une pause et se retourna vers le reste des gardes. Elle leur sourit, ignorant délibérément les coups de pied dans le ventre qu’ils donnaient à l’homme à l’épée.
 
“Merci pour votre aide !”
 
Les gardes levèrent la tête, surpris, et l’homme à terre cracha un peu de sang et dit quelque chose qu’elle n’entendit pas lorsqu’il se prit un autre coup de pied. Tout le monde regarda Erin partir avec le garde. Puis les membres de la Garde de la Ville de Celum pour discuter tandis que les trois agresseurs étaient transportés ailleurs.
 
“Une [Aubergiste] a battu trois hommes dans une embuscade ? Tu es sûre que c’est ce qu’elle a dit ?”
 
“Certaine. Et elle vient de Liscor ? Si c’est à ça que ressemblent les [Aubergistes] là-bas, je me demande quel genre de crimes ils ont dans les villes Drakéides ?”
 
“L’Auberge Vagabonde ? Je ne comprends toujours pas la blague.”



***



La balade fut plaisante, car elle ne se fit pas agresser ou horriblement attaquer lorsque Frisette la guida dans les rues de la ville. Ils allèrent d’ailleurs plus vite ; le [Garde] n’avait pas peur de crier pour faire s’écarter les gens, et lorsqu’ils atteignirent la petite rue aux fenêtres barricadées, ils avaient bien papoté.
 
“Donc vous autres n’êtes jamais venus à Liscor ? Vraiment ?”
 
Frisettes toussota en s’arrêtant devant l’échoppe. Erin leva les yeux et lut le panneau.
 
Tissémixe. Potions, toniques, herbes.
 
C’était un nom cool, décida Erin. Elle ne savait pas comment cela s’appliquait à l’[Alchimie], mais peut-être que les alchimistes faisaient des fils magiques ? Il faudrait qu’elle demande.
 
L’homme à côté d’elle toussa, et Erin se retourna et écouta attentivement. Il était plutôt sympa quand on prenait le temps de le connaître, même s’il était terrifié par les insectes et que cogner des gosses ne lui posait pas de problèmes.
 
“Je ne suis pas vraiment un voyageur, pour dire la vérité. Et même les marchands ne se rendent que rarement si loin au sud. Il n’y a pas beaucoup de profit à traiter avec des non-Humains. J’imagine qu’il y a dix ans, nous faisions plus affaires, mais ça, c’était avant la Seconde Guerre Antiniume avec le Nécromancien, avant qu’ils décident d’ouvrir leurs portes à ces insectes.”
 
Il frissonna. Frisettes - qui s’appelait en réalité Wesle - arborait une haine profonde envers les Antiniums que la plupart des humains partageaient. Elle ne fit pas de commentaire, mais sourit de nouveau en regardant l’échoppe de l’[Alchimiste]. Une odeur horrible émanait de l’intérieur.
 
“Eh bien, merci de m’avoir amené jusqu’ici, Fris… Wesle.”
 
Il rougit de nouveau et se caressa furieusement la moustache.
 
“Tout le plaisir était pour moi, Miss Erin. Et si tu as de nouveau besoin d’autre, je suis certain que je serai ravi de t’aider.”
 
Erin hocha la tête et lui sourit une dernière fois avant de pousser la porte de l’échoppe. Elle avança prudemment dans la salle sombre, s’attendant à voir un laboratoire de savant fou.
 
Elle ne fut pas déçue. Il y avait un peu plus d’utilité et un peu moins de folie chez certains des instruments de verre posés sur les paillasses - Ryoka aurait reconnu les versions médiévales de becs Bunsen et d’éprouvettes - mais les liquides lumineux posés sur les étagères, les ingrédients pendus à des crochets et l’ambiance tamisée éclairée uniquement par la lumière magique des potions donnèrent tout de même légèrement envie de faire pipi à Erin. D’angoisse et d’excitation.
 
La seule chose qu’il manquait, c’était cette ‘Octavia’, que Frisettes n’avait pas l’air de vraiment apprécier. Il l’avait traitée de radine et de folle, ce qui lui paraissait dur.
 
“Bonjour ? Il y a quelqu’un ?”
 
Erin avança prudemment dans l’échoppe. Elle était d’un calme inquiétant. Où était la commerçante, l’alchimiste ? Était-elle sortie ? Si oui, pourquoi la porte était-elle ouv…
 
Un visage brun et une queue de cheval tressée apparurent dans le champ de vision d’Erin. Octavia surgit de derrière le comptoir, un morceau de plante à la main. On aurait dit aux yeux d’Erin que la fille était sortie de nulle part.
 
“Bienvenue à Tissémixe !”
 
Erin hurla.
 
Gyaaaaaaah…
 
“Est-ce que ce sont des Abeilles Brûlecendres ?”
 
Erin cligna des yeux et s’interrompit à mi-hurlement lorsque la jarre pleine d’abeilles lui fut ôtée des mains. Octavia souleva la jarre, soufflant sur le verre et l’essuyant pour le nettoyer.
 
“Voyons voir… des abeilles soldates, et des ouvrières… toutes intactes ! Et vivantes ? Comment as-tu trouvé… non, je peux me servir de ça…”
 
Erin cligna des yeux devant la fille à la peau sombre. Son esprit essayait encore de rattraper ce que venait de dire Octavia. La fille parlait à toute allure.
 
“Tu dis que ce sont des Abeilles Brûlecendres ? Pourquoi les appelle-t-on comme ça ?”
 
Octavia s’affaira autour d’Erin et posa la jarre sur une grosse balance. Elle ne cessa de parler ce faisant, et lorsqu’Erin fut face à son dos, le choc de leur rencontre s’estompa, et elle remarqua d’étranges coutures autour des épaules et du cou d’Octavia, coutures rendues d’autant plus visibles par son débardeur.
 
“Hmm… voyons voir. Il y en a vraiment pas mal. Et elles sont grosses, aussi ; intactes. Oui, je peux te faire un super prix. Disons que je te donne cinq pièces d’or la jarre, et je rajoute deux de mes potions de stamina maison. C’est une excellente affaire et je rajoute une réduction de 15% sur n’importe lequel de tes achats. Qu’en penses-tu ? De plus, je peux te faire une super affaire sur le miel !”
 
Erin cligna des yeux. Elle leva la main.
 
“Hum. Je n’ai pas besoin de potions.”
 
“Tu en es sûre ? Si tu n’as pas besoin de potions de stamina, pourquoi pas une potion de soin ? Tout le monde a besoin de ça, même lorsqu’on a le boulot le plus sûr au monde. Écoute… j’ai quelques potions de basse efficacité juste là, parfaites pour les égratignures occasionnelles ou les bleus. Je te les échange pour… disons la moitié du poids de cette jarre ? Tu peux te refaire le prix du marché de tes abeilles voire doubler ou tripler le prix avec un peu d’huile de coude au marché, facile.”
 
Erin hésita de nouveau. Une partie d’elle voulait dire ‘oui’, mais elle n’était pas vraiment sûre de savoir ce qu’on lui offrait.
 
“Ça a l’air bien, en effet. Mais non merci. Pourquoi les appelle-t-on des Abeilles Brûlecendres ?”
 
“Une cliente difficile, hein ?”
 
Octavia n’avait pas l’air d’être entièrement avec Erin. Elle se mit à parler de plus en plus vite en sortant des potions de ses étagères.
 
“Je ne suis pas complètement au top niveau finances, mais que dirais-tu de quelques-unes de mes dernières inventions ? Je les appelle les potions au poivre. Quelques gouttes dans l’œil et ton ennemi devient aveugle. Elles vont cartonner, j’en suis sûre, et je te les cèderais pour pratiquement rien - j’allais les utiliser pour remplir une commande, mais je peux en faire d’autres et j’ajoute aussi quelques potions de mana et de stamina - un set complet. Même si tu n’en as pas besoin, elles vaudront une fortune, qu’en dis-tu ?”
 
“O…”
 
Erin se mordit la langue. Elle voulait ces potions, à présent. Elle pourrait les vendre dans son auberge ! Mais elle avait davantage besoin d’argent en ce moment. Elle s’éclaircit la gorge, mal à l’aise.
 
“Je ne fais pas vraiment de sport. Et je ne me bats pas, donc meh. Les abeilles ? Pourquoi les appelle-t-on comme ça ?”
 
“Les abeilles ?”
 
Pour la première fois, Octavia marqua une pause, et regarda Erin d’un drôle d’air.
 
“Quoi, les abeilles ? Tu veux faire un échange ? Je te débarrasserai de quelques spécimens si tu veux bien faire un échange. Ou...”
 
Erin haussa la voix et interrompit la jeune femme.
 
“Les Abeilles Brûlecendres. Pourquoi les appelle-t-on comme ça ?”
 
Là encore, Octavia cligna des yeux. Puis elle se frappa le front.
 
“Les abeilles ! Bien sûr. Eh bien, les Abeilles Brûlecendres - excellente qualité et parfaitement intacte sauf ces deux-là, d’ailleurs, il faudra que tu me dises quel aventurier les as ramassées - sont connues pour leur capacité à résister à la chaleur, et la façon dont elles peuvent démarrer des feux lorsqu’elles se rassemblent. Pas tant que ça en hiver, mais au printemps, fais attention ! Elles ont déjà brûlé des forêts entières et elles sont plutôt dangereuses, ce qui en fait des grosses cibles pour les aventuriers. Par conséquent, j’en vois rarement autant au même endroit, mais là encore, je veux bien faire n’importe quel échange si tu v…”
 
“Est-ce que leur miel possède des propriétés particulières ?”
 
“Leur miel ?”
 
Octavia écarquilla les yeux en voyant la jarre pleine qu’Erin avait sortie de son sac. Elle disparut avant même qu’Erin ait réussi à cligner des yeux.
 
“Du miel d’Abeille Brûlecendre ? Eh bien, ce n’est pas le meilleur réactif, mais je le vois bien agir comme une base puissante bien que bien sûr ce ne soit pas confirmé comme il n’y a pas vraiment de raison d’utiliser ça alors que c’est si cher… j’imagine que je pourrais te proposer une excellente affaire immédiatement sans que tu n’aies besoin d’aller chercher un marchand. Dis-moi ton prix et je ferai en sorte que tu obtiennes la meilleure affaire tout de suite. D’ailleurs, laisse-moi t’apporter un siège.”
 
La fille aux coutures essaya à la fois d’empêcher Erin de partir ou de récupérer ses jarres tout en cherchant un endroit pour qu’elle s’asseye. Erin était pour sa part tellement médusée et confuse qu’elle finit par s’asseoir sur un tabouret tandis qu’Octavia essayait de lui proposer un nouveau marché.
 
“D’accord, tu as clairement de la bonne marchandise et je serais ravie de t’en débarrasser. Je t’offre donc immédiatement mon meilleur produit, qui est une potion de vitesse de haute qualité que je viens de développer. Elle a quelques effets secondaires mineurs, mais je pense que tu seras d’accord pour dire que le compromis vaut le coup pour la rapidité qu’elle confère.”
 
Elle attrapa une étrange potion - jaune avec des paillettes bleues tourbillonnantes - et la colla sur le visage d’Erin. Le ballet de couleurs était hypnotisant et Octavia poursuivit sans reprendre son souffle.
 
“Je pense que tu remarqueras le mélange ici et les réactifs témoins non absorbés. C’est une potion rare - n’importe quel aventurier Argent en voudrait une. Je peux te donner ça et la moitié de mon stock de…”
 
“Nah, je n’en veux pas. Hey, est-ce que tu crois que ces abeilles sont magiques, ou est-ce que c’est juste une particularité biologique qui les rend si grosses ?”
 
Octavia marqua de nouveau une pause. Erin la regarda d’un air innocent et se mit à poser toutes les questions auxquelles elle avait réfléchi.
 
“Tu vois, je ne m’y connais vraiment pas en abeilles… mais je me suis dit qu’on pouvait utiliser le miel et peut-être quelques potions de mana pour faire quelque chose de cool. D’ailleurs, je voulais juste savoir su les potions de mana rendaient la nourriture… magique. Parce que et si on les ajoutait à de l’alcool ? Est-ce que ça fait simplement de l’alcool au mana ? Ou est-ce qu’il se passe quelque chose d’autre ? Est-ce qu’on peut ajouter des potions à des trucs magiques pour en renforcer les effets ?”
 
“Hum… eh bien c’est une question très intéressante. Je vais devoir émettre des hypothèses…”
 
Octavia hésita. Elle regarda Erin.
 
“On parle de quel type d’ingrédient, là ? Une espèce d’excrétion magique ?”
 
Erin secoua la tête.
 
“Non, j’ai des fleurs de fées, vois-tu. Lorsque j’en rajoute dans de la bière, cela crée ces espèces d’hallucinations bizarres, parfois… si j’en rajoute trop, on voir des choses.”
 
“Des fleurs de fées ?”
 
La manière dont les yeux de la fille se mirent à pétiller fut déconcertante. En un instant, Octavia se retrouva à faire les cent pas autour d’Erin, en parlant à toute vitesse.
 
“Je suis tellement désolée, l’erreur est pour moi. Je n’avais pas compris que tu étais une [Alchimiste] toi aussi… eh bien, je n’ai jamais entendu parler de ‘fleurs de fées’, mais j’imagine que les termes ne sont pas les mêmes d’un endroit à l’autre… est-ce que ce sont des espèces de champignons ? Bien sûr, j’adorerais discuter de leurs effets, mais si nous parlons expérimentations alors que suis sure que nous pouvons trouver un accord.”
 
Elle courut pratiquement jusqu’à ses étagères et se mit à en sortir des ingrédients. Erin regarda fixement ce qui ressemblait à une langue de vache flottant dans un liquide vert et une poignée de feuilles violettes pendant qu’Octavia tentait sans relâche de conclure un marché, qu’importe le marché.
 
“J’ai une belle collection d’ingrédients rares et je serais ravie de t’assister. D’où viens-tu ? Esthelm ? Galles ? Plus loin que ça ? Je suis honorée que tu aies choisi mon échoppe en premier - je ne suis peut-être pas l’[Alchimiste] la plus haut niveau de la région, mais crois-moi, mes expériences ont déjà mené à plusieurs nouvelles innovations. J’ai trouvé une merveilleuse nouvelle manière de faire des sacs à fumée, et tu ne vas pas croire ce que j’ai réussi à développer pour l’autodéfense. Certes, la Garde m’a interdit d’utiliser la potion puante en ville mais… quel type d’alchimie as-tu dit que tu pratiquais ?”
 
“Huh.”
 
Erin avait mal au cerveau. Mais Octavia la regardait avec une telle intensité qu’Erin chercha une réponse.
 
“Je ne suis pas une [Alchimiste].”
 
“Oh, alors tu n’es qu’une amatrice intéressée ? Aventurière ? Marchande ? Si tu cherches quelqu’un pour faire des expérimentations, tu es venue au bon endroit.”
 
“Je, euh, ne suis rien de tout cela. Et je ne veux pas faire de potions. Je veux faire de la nourriture. Je suis [Aubergiste].”
 
“Eh bien, je crois que nous pouvons nous associer pour faire des choses grandioses, toutes les deux. Je pense qu’une petite avance de ta part aiderait si nous utilisons mon laboratoire, et bien sûr, si tu as d’autres ingrédients, je serais ravie de payer un Coursier de Ville pour les importer…”
 
Octavia s’interrompit. Elle marqua une pause, puis tourna lentement la tête pour dévisager Erin, le premier moment non hyperactif qu’Erin l’avait vue avoir.
 
“Qu’est-ce que tu viens de dire ?”
 
Note d’EllieVia : Mille excuses pour le chapitre manquant mercredi dernier, j’étais en plein déménagement et ça a été mouvementé ! Bonne lecture :)

 




 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.073 secondes avec 24 requêtes.