Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

28 novembre 2020 à 00:50:07
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Salon littéraire » Salle de lecture » Théâtre et poésie » [Théâtre] Roméo et Juliette (William Shakespeare)

Auteur Sujet: [Théâtre] Roméo et Juliette (William Shakespeare)  (Lu 5103 fois)

C. Alleyn

  • Invité
[Théâtre] Roméo et Juliette (William Shakespeare)
« le: 02 janvier 2011 à 21:23:05 »
Je m'étonne qu'un topic n'ait pas déjà été créé sur le sujet Oo Enfin, c'est un honneur et un grand plaisir que de faire découvrir cette pièce à ceux qui ne l'ont pas encore lue !

Roméo et Juliette


Ville de Vérone, en Italie.
Dans une ville apparemment paisible, deux familles, aussi puissantes l'une que l'autre, se haïssent et se déchirent à la suite d'un différend que l'on a aujourd'hui oublié, mais dont la rancoeur persiste. Montaigu et Capulet se livrent une guerre sans merci, une guerre qui semble vouloir durer éternellement et dans laquelle tous se retrouvent impliqués, parfois sans savoir pourquoi.
Dans ce monde de violence évolue le jeune Roméo Montaigu. C'est encore un adolescent, qui ne doit pas avoir plus de seize ou dix-sept ans. Roméo ne se préoccupe pas de cette guerre qu'il ne comprend pas : toutes ses pensées sont tournées vers Rosalinde, dont il est éperdument amoureux, mais qui le rejette. Désireux de le distraire de ses sombres pensées, ses deux amis, le doux Benvolio -un Montaigu "pacifique" aussi- et l'impétueux Mercutio -ni un Montaigu ni un Capulet, mais cousin du Prince de Vérone- le forcent à aller à un bal auquel Mercutio est invité... Chez les Capulet ! Masqués, les deux Montaigus ne sont pas reconnus, et les trois comparses arrivent à s'infiltrer...
C'est pendant ce bal que Roméo rencontre Juliette. C'est le coup de foudre réciproque au premier regard, "love at the first sight" comme on dit. Oubliée la Rosalinde ! Mais, comme Roméo le découvrira à la fin du bal, Juliette est une Capulet... Jamais leurs familles ne leur pardonneront leur union. Leur amour est-il condamné à peine commencé ? D'autant plus que Tybalt, cousin de Juliette et principal "anti-Montaigu", rôde et a reconnu Roméo...


Pourquoi lire cette pièce ? Parce que c'est beau. Les vers de Shakespeare, c'est la beauté des mots à l'état pur. Chaque vers est une perle de poésie, et je n'exagère pas ! Même les discours lubriques et fantasques de Mercutio ou de la Nourrice de Juliette nous font rire tout en nous séduisant, et les déclarations d'amour de Roméo et Juliette... "Roméo et Juliette", c'est une comédie, une tragédie, et la plus belle des histoires d'amour. Ce sont des personnages drôles, attachants, émouvants, mythiques. Et on pleure de rage devant tant d'injustice, on pleure d'émotion devant tant d'amour.
Shakespeare, c'est un génie, et quand on n'a pas lu Shakespeare, on a raté sa vie (littéraire). Point.

BREF, LISEEEEEEEEEEEZ ! ♥
« Modifié: 27 octobre 2017 à 20:10:15 par Eveil »

Hors ligne Nienna

  • Aède
  • Messages: 194
Re : Roméo et Juliette (W. Shakespeare)
« Réponse #1 le: 03 janvier 2011 à 11:31:10 »
Beau. C'est vrai.
Et puis c'est toujours intéressant de connaître cette œuvre qui a été tant et tant reprise, adaptée, revue, blabla, dans tant d'histoires d'amour.

Avis perso : pour moi ça n'est toutefois pas la meilleure pièce de Shakespeare...Hamlet et Macbeth sont tellement plus vertigineuses.  :huhu:
"Ce fut d'abord une étude. J'écrivais des silences, des nuits, je notais l'inexprimable. Je fixais des vertiges."

Rimbaud - Alchimie du verbe

Hors ligne lulli

  • Aède
  • Messages: 185
    • Page-publique.
Re : Roméo et Juliette (W. Shakespeare)
« Réponse #2 le: 04 mars 2011 à 20:11:12 »
C'est du sous-Shakespeare en diable cette pièce ! c'est peu être beau mais ça n'a rien de fabuleux et ses personnages font bien creux comparer à un Lear, à un Hamlet !

Enfin, j'ai apprécié le lire mais j'ai été très déçus tant je m'attendait à moins simpliste... ça m'a fait repenser à d'autre couple de papier bien plus fort (tristant et iseult ! ah !)

Amicalement et dyslexiquement votre,
Lulli

Hors ligne Minyu

  • Aède
  • Messages: 176
  • Gaffeuse professionnelle ^^
    • Mon blog
Re : Roméo et Juliette (W. Shakespeare)
« Réponse #3 le: 27 mars 2011 à 20:27:59 »
C'est loin d'être ma préférée de Shakespeare (même si j'adore la fin), parce que les histoires d'amour tourmentées, ce n'est pas tellement mon truc. Mais c'est vrai que le texte est beau, et j'ai été touchée par l'amour qui lie Roméo et Juliette. Par contre Roméo m'a bien plus plu que Juliette ; je ne sais pas comment dire, le courant n'est pas passé avec elle.
Il n'empêche, je préfère largement le rythme destructeur et l'ambiance de folie de Hamlet et Macbeth.
"Le théâtre doit faire de la pensée le pain de la foule"
Victor Hugo

"Nous voulons de la vie au théâtre, et du théâtre dans la vie."
"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux."
Jules Renard

Hors ligne Loïc

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 8 631
  • Boule de mauvaise humeur
Re : Roméo et Juliette (W. Shakespeare)
« Réponse #4 le: 23 avril 2011 à 14:58:04 »
Lu en Terminale pour le bac (je le connaissais par coeur à l'époque)
Le truc qui m'avait fait halluciner à l'époque, c'est que même en connaissant la fin, j'espérais toujours qu'il y avait un espoir.
C'est vrai que Juliette peut être dans le genre très ch***, et Roméo aussi de temps en temps, j'avoue que mes personnages préférés sont Mercutio et Tybalt, même si le premier m'a donné des sueurs froides en DS ^^
"Quand on veut être sur de son coup, on plante des navets"
Kaamelott

"Les Grandes Histoires sont celles que l'on a déjà entendues et que l'on n'aspire qu'à réentendre.
Celles dans lesquelles on peut entrer à tout moment et s'installer à son aise."
Arundhati Roy

Hors ligne Milora

  • Trou Noir d'Encre
  • Messages: 11 086
  • Championne de fautes de frappe
Re : Roméo et Juliette (W. Shakespeare)
« Réponse #5 le: 20 août 2012 à 22:00:38 »
Je viens de le lire à mon tour !

Je l'ai trouvé franchement pas mal, de mon côté. Les personnages sont, comme dans tous les Shakespeare que j'ai lus, très humains ; ce ne sont pas des "rôles-types" figés comme souvent dans Racine par exemple. Y a qu'à voir les revirement du père de Juliette...
J'ai bien aimé comme d'hab le côté très vivant des répliques, les traits d'humour quand on s'y attend le moins, les retournements multiples de situation. Je pensais juste lire l'acte I et lire la suite un autre jour, et finalement j'ai passé deux heures vingt à lire sans interruption, alors que je connaissais - forcément - déjà la fin. Rien que ça, c'est fort, cher Willy.
Et d'ailleurs je me reconnais dans ce que dit Loïc :
Citer
Le truc qui m'avait fait halluciner à l'époque, c'est que même en connaissant la fin, j'espérais toujours qu'il y avait un espoir.

Sinon niveau personnages, Juliette m'a semblé bien plus intéressante que l'image que je m'en faisais avant de lire la pièce (non, sérieux, elle est vachement forte par rapport à son âge et à tout ce qui lui tombe dessus !), et Roméo, le pauvre, cumule quand même un taux de malheur assez hallucinant, mdr. Il m'a un peu fait penser à Hamlet pour son côté "non mais je suis gentil, hein... Oups, j'ai tué quelqu'un. Mince... Bon, maintenant j'enchaîne les bêtises en essayant de me rattraper..." (mais il a moins de classe  :huhu: ).
J'ai été surprise que Tybalt ait un rôle si court et transparent, parce qu'il ressort souvent quand les gens vous parlent de Roméo et Juliette, alors qu'en fait il a un rôle certes utilitaire mais n'a pas trop d'occasion d'être développé. Mercutio est marrant, par contre (c'est toujours rigolo de lire une pièce classique et d'y trouver des trucs qui contredisent totalement l'image guindée et un peu précieuse qu'on s'en fait à cause de son étiquette "classique". Là, les double-sens s'en donnent à coeur joie, j'étais en mode "non, sérieux, il a osé faire ce jeu de mots, j'ai pas rêvé ?").
Ce que j'ai bien aimé dans la pièce, aussi, par rapport aux autres que j'ai lues de Shakespeare, c'est les innombrables pirouettes de langage (surtout avant le meurtre de Tybalt). Le traducteur a dû carrément galérer, mais c'est très réjouissant à lire !

Cela dit j'ai un peu tiqué à un élément du scénario : le plan du frère Laurent pour faire évader Juliette me semble vraiment chercher midi à quatorze heures. Je veux dire : Roméo entre et sort de la chambre de Juliette comme d'un moulin. Pourquoi elle pourrait pas juste partir avec lui, ou alors aller se réfugier chez le frère Laurent en l'attendant ? La seule réponse que je vois c'est "ben y aurait pas eu d'histoire !".
De même, j'ai trouvé les morts de lady Montaigu et de Paris un peu gratuites (celle de Paris un peu moins, étant donné qu'elle donne lieu à la tirade en mode "morale finale" du prince). Mais bon, c'est pas si grave.


Avis perso : pour moi ça n'est toutefois pas la meilleure pièce de Shakespeare...Hamlet et Macbeth sont tellement plus vertigineuses.  :huhu:

Ah ben je suis pas d'accord !
J'ai lu Macbeth l'autre jour, et je le trouve bien plus fade que Roméo et Juliette, et l'intrigue de Macbeth est un peu moyen, niveau cohérence (d'ailleurs, ça ne fait que 2 semaines et je l'ai un peu oubliée). Alors que dans Roméo et Juliette, les personnages sont mieux travaillés, plus "pleins", et puis on est pris dans le vertige de la situation qui tout d'un coup dégringole, mais nous montre plein d'échappatoires possibles, et non, bam, ça se passe mal, alors que jusqu'à la toute fin, ça aurait pu se passer bien.
Même les tirades désespérées de Juliette ne m'ont pas lassée (alors que trois lignes de Phèdre et je hausse un sourcil blasé), au contraire, j'ai trouvé son désespoir vraiment bien rendu et communicatif.

Bon, par contre, Hamlet reste ma préférée, à cause probablement du personnage principal, du fait que ça m'a fait découvrir Shakespeare et que, je sais pas, j'ai préféré.

Il ne faut jamais remettre à demain ce que tu peux faire après-demain.

Hors ligne Miroir

  • Tabellion
  • Messages: 28
  • L'écriture est une passions
Re : Roméo et Juliette (W. Shakespeare)
« Réponse #6 le: 04 septembre 2012 à 17:35:21 »
Je l'est vu en film ... perso, j'ai que 13 ans, et je trouve ça normal que j'ai pas tout compris, non ?  ???
" Ne laisse rien ni personne te déstabilisé"

Hors ligne ernya

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 7 708
  • Ex-dragonne
    • Page perso
Re : Roméo et Juliette (W. Shakespeare)
« Réponse #7 le: 04 septembre 2012 à 17:54:44 »
t'as vu quel film ? celui avec DiCaprio ? Si oui, c'est normal, si mes souvenirs sont bons, ils reprennent exactement le texte, le tout avec une mise en scène moderne. Ca peut laisser perplexe, en effet.


Moi, j'avoue que pour le coup, j'ai BEAUCOUP de mal pour m'affranchir de la comédie musicale.  :mrgreen:
De toute façon, je préfère de loin le Shakespeare gore au Shakespeare sentimental.
"Je crois qu'il est de mon devoir de laisser les gens en meilleur état que je ne les ai trouvés"
Kennit, Les Aventuriers de la Mer, Robin Hobb.

Hors ligne Miroir

  • Tabellion
  • Messages: 28
  • L'écriture est une passions
Re : Roméo et Juliette (W. Shakespeare)
« Réponse #8 le: 04 septembre 2012 à 18:12:53 »
Je ne me souviens plus tout à fait, j'était tellement ennuyé, que j'ai ... arrêter avant la fin. Mais, je connait très bien l'histoire  ::)
" Ne laisse rien ni personne te déstabilisé"

Hors ligne Baptiste

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 638
  • Pingouin de Patagonie
    • Rêves de comptoir
Re : Roméo et Juliette (W. Shakespeare)
« Réponse #9 le: 23 mai 2013 à 05:36:27 »
Moi j'entends le rossignol (ou l'alouette allez savoir) du coup j'ai envie de partager ce petit bout de texte

Scène XVI.


    La chambre à coucher de Juliette. Entrent Roméo et Juliette.


JULIETTE

Veux-tu donc partir ? le jour n’est pas proche encore : c’était le rossignol et non l’alouette dont la voix perçait ton oreille craintive. Toutes les nuits il chante sur le grenadier là-bas. Crois-moi, amour c’était le rossignol.

ROMÉO

C’était l’alouette, la messagère du matin, et non le rossignol. Regarde, amour, ces lueurs jalouses qui dentellent le bord des nuages à l’orient ! Les flambeaux de la nuit sont éteints, et le jour joyeux se dresse sur la pointe du pied au sommet brumeux de la montagne. Je dois partir et vivre, ou rester et mourir.

JULIETTE

Cette clarté là-bas n’est pas la clarté du jour, je le sais bien, moi ; c’est quelque météore que le soleil exhale pour te servir de torche cette nuit et éclairer ta marche vers Mantoue. Reste donc, tu n’as pas besoin de partir encore.

ROMÉO

Soit ! qu’on me prenne, qu’on me mette à mort ; je suis content, si tu le veux ainsi. Non, cette lueur grise n’est pas le regard du matin, elle n’est que le pâle reflet du front de Cynthia ; et ce n’est pas l’alouette qui frappe de notes si hautes la voûte du ciel au-dessus de nos têtes. J’ai plus le désir de rester que la volonté de partir. Vienne la mort, et elle sera bien venue !… Ainsi le veut Juliette… Comment êtes-vous, mon âme ? Causons, il n’est pas jour.

JULIETTE

C’est le jour, c’est le jour ! Fuis vite, va-t’en, pars : c’est l’alouette qui détonne ainsi, et qui lance ces notes rauques, ces strettes déplaisantes. On dit que l’alouette prolonge si doucement les accords ; cela n’est pas, car elle rompt le nôtre. On dit que l’alouette et le hideux crapaud ont changé d’yeux : oh ! que n’ont-ils aussi changé de voix, puisque cette voix nous arrache effarés l’un à l’autre et te chasse d’ici par son hourvari matinal ! Oh ! maintenant, pars. Le jour est de plus en plus clair.

ROMÉO

De plus en plus clair ?… De plus en plus sombre est notre malheur.

pehache

  • Invité
Re : Roméo et Juliette (W. Shakespeare)
« Réponse #10 le: 30 mai 2013 à 20:05:13 »
Et dire qu'il était homo...



Le dernier Irving est plein de références, citations, réflexions sur l’œuvre de William.
« Modifié: 30 mai 2013 à 20:36:59 par Milora »

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.027 secondes avec 23 requêtes.