Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

29 novembre 2020 à 12:02:26
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Encore plus loin dans l'écriture ! » Textes non francophones » Crossing the night

Auteur Sujet: Crossing the night  (Lu 2365 fois)

Hors ligne martlet

  • Aède
  • Messages: 223
    • Onirismes
Crossing the night
« le: 18 juin 2007 à 15:05:52 »
Crossing the night


The pain is unbearable. Steel against skin against sins. You contemplate once again the perfection of the circular building, the vertical tunnel, a hundred hundred lives tall. How do you find your way through this maze of shards, of sparkling rust ? How do you light the way through this blending of loss, greed and weakness ?

There are others like you, not very far at all. Some are casting themselves in the emptiness, thinking they can end their suffering that way. But you have tried before and you know it won't work. Useless. But they will learn.

There is no bottom to be reached. You may diminish yourself, degrade your body, torture your soul, you will never reach the bottom of this black pool of nothingness, this realm of despair. There is no end to what does not exist, and there is always another story after the tale is told.

You look up at the sky and you see steel, rust and concrete. Holding tight to the railing, you look at the infinite pool of steaming dark fluid, far under your feet, the dark place that seems to hold all the answers. The place that draws all of you, the object of your fear, the abject grave of your yearnings.

You know it is but a veil, a black veil between this life and the next, a new beginning, always leading to the same old ending. You have past the threshold many times, wishing you could put an end to this. Your memory of the ordeal comes back, and your breath fills with tears, fills with fears.

Make it stop, you think, please but make it stop. You have no voice, but the others hear and turn to look at you. You can see a flash of sad understanding etching on their faces. They are like you, they know, they have been there before. This communion doesn't last, though, and they soon turn back to their own familiar pains, their old demons. You don't blame them. How could they save you, when they can't save themselves ?

You hit at the bars of your suspended cage, the prison you have built by yourself, for yourself. You were so afraid.

You are too close, you used to say. Don't come near me ! Leave me alone ! I don't need anyone of you, I am better off on my own.

So many regrets. And you hit, you hit at the cage, until rust is blood and blood is rust. There is no sound. You can come, you say. Really, it is perfectly safe. Please, say a word, just a small word. I am not so bad, how could I have known ?

There are so many barriers between you and them, yet the more barriers you set up, the weaker your feel. So many things depend on you, and you are so fragile. So many years lost, trying to figure out what it is to live. You are a man and you are a child. You don't understand the difference. The thoughts, the illusions, the soul. Everything is just terribly dark, inscrutable.

There seem to be fog around each of your steps. You used to see through it, you used to find the light when the moon itself was hiding. There seem to be thorns growing on your skin. You want to scratch them but you only hurt yourself.

They have all long stopped looking at you. They are searching for a way out. What makes it so hard is that hope never really dies. But how can you find your way, with just two globes of flesh and cartilage ? It is light that you need. It is fire that you crave.
« Modifié: 06 juillet 2007 à 15:59:52 par martlet »

Hors ligne Kailiana

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 769
  • Lial' | Calamar placide
Re : Crossing the night
« Réponse #1 le: 01 juillet 2007 à 18:02:31 »
(je rattrape tous les textes que je n'ai pas eu le temps de lire ^^)

Eh bien  :o
Ce texte me laisse une impression vraiment étrange, très forte, les répétitions avec quelques changements sont je trouve magnifiques ("your breath fills with tears, fills with fears", mais ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autre) et les sonorités sont ...  :o magnifiques, je n'arrive pas à trouver d'autres mots. L'ambiance de l'ensemble est très réussie, je me suis vraiment laissée porter par les mots. L'utilisation de la deuxième personne y est sans doute pour quelque chose.

Niveau compréhension, j'ai un peu plus de mal  :-° Même à la relecture, je n'ai pas réussi à comprendre qui était le "you" (ou ce qu'il représentait). Je ne sais pas si c'est fait exprès, ou si tu as laissé des indices que je n'ai pas réussi à voir (ce qui est très possible, car il me manque quand même du vocabulaire anglais ...). Mais, assez bizarrement, ça ne m'a pas empêchée d'apprécier le texte. L'ambiance est vraiment magnifiquement réussie  :)

au passage : tu n'as pas écris la suite de "On a summer night  " ?  :-°
Si la réalité dépasse la fiction, c'est parce que la réalité n'est en rien tenue à la vraisemblance.
Mark Twain

La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.
Einstein

Hors ligne martlet

  • Aède
  • Messages: 223
    • Onirismes
Re : Crossing the night
« Réponse #2 le: 02 juillet 2007 à 14:19:35 »
Quand j'ai écris ce texte, le "you" me représentait moi, mais quand tu lis ce texte il doit plutôt te représenter toi, Kailiana. Le lecteur est le sujet de ce texte, en fait.

Non, je ne me drogue pas  :-°

--

Pour On a Summer Night, j'ai écrit les deux chapitres suivants mais je ne suis pas du tout satisfait du résultat pour le moment, ils sont dans un coin en attendant que je les récrivent. Comme je ne savais pas trop si quelqu'un lisait, je ne me suis pas trop pressé.


Hors ligne Marygold

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 251
  • marmotte aphilosophique
Re : Crossing the night
« Réponse #3 le: 06 juillet 2007 à 11:55:00 »
Magnifique ! Je l'ai à peine lu que j'avais déjà envie de me remettre à la traduction ! ;) C'est un vrai défi, tu sais, de traduire tes textes... On a l'impression que tout est si calculé, étudié qu'on aura du mal à tout transmettre parfaitement !
Le you/tu est très réussi ; comme l'a fait remarqué Kailiana et comme tu le dis, on se laisse porter par lui et on devient le narrateur, on a l'impression d'être part de ce décor.
Ma phrase préférée est peut-être "You may diminish yourself, degrade your body, torture your soul, you will never reach the bottom of this black pool of nothingness, this realm of despair." mais en réalité, il y a plein de passages très poétique et magnifiques.
Bref, continue comme ça, martlet ! Je reste une lectrice fidèle ! ;)
(La traduction en MP, j'ai deux-trois choses dont je ne suis pas satisfaite)
Oh yeah ! 8)

Hors ligne martlet

  • Aède
  • Messages: 223
    • Onirismes
Re : Crossing the night
« Réponse #4 le: 27 juillet 2007 à 17:13:45 »
J'ai oublié de mettre le lien vers la traduction de Mary, que je remercie au passage :

http://littera.wirebird.info/index.php?topic=667.0


 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.04 secondes avec 22 requêtes.