Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

26 octobre 2020 à 11:11:39
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Salon littéraire » Salle de lecture » Romans, nouvelles » [Auteur] Romain Gary

Auteur Sujet: [Auteur] Romain Gary  (Lu 5130 fois)

Hors ligne Baptiste

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 639
  • Pingouin de Patagonie
    • Rêves de comptoir
Re : Romain Gary
« Réponse #15 le: 09 mars 2015 à 00:29:11 »
J'en ai lu deux autres, toujours aussi formidable :

Tulipe

Tulipe c'est un peu complétement déjanté, mais genre vraiment. On comprends pas toujours où il veut en venir, ce qu'il défends, ce qu'ils condamne. ça cause de mysticisme, de religion, de negritude qu'on soit blanc noir ou jaune, de journaliste déjanté.

 C'est l'histoire d'un gars, rescapé des camps de la mort allemand qui echoue à New york et décide pour se faire du fric de devenir une espèce de nouveau Gourou d'une religion/secte appelé "Prière pour les vainqueurs". Puis il se laisse prendre à son propre jeu.
Comme toujours, une galerie de personnage incroyable, drôle, émouvant.
C'est cynique et idéaliste en même temps, ça se passe dans le futur, et d'après le quatrième de couverture, la morale pourrait être l'impossibilité de désespérer même si j'avoue que j'ai pas lu ça comme ça.

Donc, je suis mitigé, le style me plait toujours autant, mais j'ai trouver celui ci assez mmmmh, flou en fait. (parait que c'est son deuxieme roman,).

Quelques extraits :
« Voulez-vous changer, par la force, la structure politique et les institutions de ce pays?
-Non, je suis jeune, je suis prêt à attendre que ça croule tout seul. »

"- Du nouveau ? demanda Flaps [un journaliste]
- Charlie Chaplin dans une affaire de paternité, dit Grinberg.
- Encore ?
- Il a été acquitté... L'ennui avec ce type là, c'est qu'il n'a pas de sang noir. On ne peut pas le lyncher sans preuve."

"Ce n'est pas Buchenwald qui est horrible, ce n'est pas Belsen, que je n'arrive pas à oublier." Il continua à mâcher, distraitement. "Ce que je ne pardonne pas, ce n'est pas Dachau, cette ville de trente mille habitants voués à la torture, mais le petit village à côté, où les gens vivent heureux..." "

"- On commence toujours par crever de faim, à New York, jusqu’au jour où l’on fait crever de faim les autres, dit Grinberg. C’est ce qu’on appelle « réussir ». "


Les oiseux vont mourir au Perou


à suivre

Hors ligne Champdefaye

  • Calame Supersonique
  • Messages: 2 084
  • L'éléphant est irréfutable
    • Le Journal des Coutheillas
Re : Romain Gary
« Réponse #16 le: 09 mars 2015 à 19:24:41 »
@Monsieur Z
Bonjour Monsieur !
Je ne connaissais pas ce texte de réflexion sur l'écriture que tu donnes en première citation. J'en retiendrai deux choses qui me paraissent essentielles quand on veut écrire.
La première: celle que pratiquent les écrivains professionnels, eux qui savent se maintenir légèrement en deçà de leurs moyens. Tellement d'autres ne savent pas.
La deuxième, que devraient mettre en œuvre tous les écrivains professionels, amateurs, permanents, occasionnels, enfin tous ceux qui sollicite des lecteurs : leur donner la clé, et les accompagner à l'étage...enfin tout le contraire que de leur ouvrir une porte sur un grenier sans lumière et plein de désordre en leur disant : débrouillez-vous.
Merci, Romain, pour cette leçon. Merci M'sieur Z pour me l'avoir rappelée.

« Modifié: 09 mars 2015 à 19:26:53 par Champdefaye »

Monsieur Z

  • Invité
Re : Romain Gary
« Réponse #17 le: 01 juin 2015 à 14:41:28 »
De rien !

Pour la petite histoire, j'avoue que je suis assez en désaccord avec Romain sur ce coup-là, aimant bien laisser le lecteur se débrouiller pour qu'il trouve la clef. Enfin, quand je dis le lecteur, cela se résume pour l'instant à ma femme et un ou deux amis hein  :mrgreen:

En ligne Ben.G

  • Admin
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 8 532
  • Voleur de nuits
    • J'irai lire chez vous
Re : [Auteur] Romain Gary
« Réponse #18 le: 10 octobre 2020 à 16:50:25 »
Je viens de lire Lady L. et hm, oui ?


C'est excellent, que je vous trompe pas. L'histoire d'une lady anglaise de la haute société, qui fête ses 80 ans, qui a toujours eu une réputation d'excentrique un peu provocatrice auprès de la cour, mais que tout le monde adore, et qui va à l'occasion de son anniversaire raconter sa vie, sa véritable vie, à son majordome. Une vie cachée de sa jeune qui mène par le mensonge et l'anarchisme
La grande force, c'est à quel point il arrive à faire sentir des personnages crées de toutes pièces réels, c'est très puissant, c'est très bien écrit, le rythme est parfaitement géré et y'a de l'humour aussi (peut-être que ça traine un peu dans le milieu, vu comme ça commence fort on peut s'attendre à plus mais bon, ça se lit très facilement donc bon, ça se sent pas du tout). Y'a peut-être un peu trop une fascination pour la noblesse et la bourgeoisie qui me parle pas trop (même si elle en prend pour son grade, tout autant que l'anarchisme, mais bon). La chute est très bonne aussi. Mais je sais pas, ça m'a pas forcément parlé profondément plus que ça. Même si tout le propos est sur la passion, l'amour passion ou l'idéologie passion, j'ai pas vibré plus que ça, malgré les emphases et qualités de narration d'histoire, les sujets profonds qui étaient traités.  Mais j'ai passé un très bon moment. Les personages sont excellent faut dire...
« Modifié: 10 octobre 2020 à 16:53:29 par Ben.G »
Beau boulot les modow ! Ca mérite une pause café, même si : les vilains mots ne font jamais de pause café.
- Kaeloo

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.025 secondes avec 23 requêtes.