Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

11 juillet 2020 à 04:33:32
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Textes courts (Modérateurs: Aube, Chapart, Claudius) » Mort de rien

Auteur Sujet: Mort de rien  (Lu 201 fois)

Hors ligne Jipeka

  • Tabellion
  • Messages: 45
Mort de rien
« le: 04 juin 2020 à 23:37:39 »
Je suis un vivant déjà mort, ou un mort encore vivant, je passe mes journées dans ma chambre exigü. Ces quatres murs, blanc et neutre, sont devenus mon enfer confortable.

Quelques canette vides transformée en cendrier et des assiettes maculé s'erigent sur mon bureau devenu ma plaine de jeux. De vieux jeans jonchent le sol poussiéreux où se mélange les miettes de mes précédents repas et un peu de terre tombé lors de l'arrosage de ma plante d'intérieur, une Diffenbachia.

C'est une jolie plante, au feuillage vert foncé et maculé de tache de blancheur. Non loin d'elle s'écroule une autre plante tombante. Encore jeune, je veille à ce qu'elle se développe entièrement et eblouisse mon quotidien quotidien de son afaissement tragique.

Sur ma table de chevet se trouve un fond de vin et un paquet de cigarette. Il y a aussi un lampe à la lumière douce et un fond de Jazzy Bazz. C'est un artiste de rap.

Entre tous ces éléments confortables et témoins de ma déliquescence, je mène mon chemin de vie. Ou mon chemin de mort, tous dépend du point de vue.

Rien ne se passe, je n'ai ni problèmes sur le dos, ni ambitions dans les mains. J'ai juste envie de crever de ce mortel ennui.

Jadis, j'ai pleuré de longues heures durant des nuits noirs au nom d'un amour perdu, puis j'ai chanté les louanges d'une vie de célibataire, ensuite j'ai goûté à la joie inattendu de retomber amoureux, avant de repleurer. J'avais une raison d'être triste, morne et fade.

Aujourd'hui, c'est simplement le mortel ennui d'un jour comme un autre. Il n'y a pas de raison, pas de cause, pas de sens. Donnez-moi de l'alcool, de l'argent, des femmes, la femme, de la paix, de la guerre, de la gloire : j'en ai rien faire.

Prouvez moi que Dieu existe, faites descendre Jésus du ciel, dites aux Aliens de m'enlever et de me montrer un monde parallèle ainsi que la relativité du temps : peu m'importe

Je ne veux rien, je n'attends rien, il ne me manque rien, je n'ai aucune critique à proférer, et personne ne peut me sauver ça.

Hors ligne jonathan

  • Troubadour
  • Messages: 285
  • Auteur de polars
Re : Mort de rien
« Réponse #1 le: 05 juin 2020 à 19:39:43 »
Bonjour. Texte bien écrit mais je ne suis pas fan de l'étalage de la déliquescence humaine en littérature. Merci pour le partage.
Un intellectuel assis ira toujours moins loin que deux cons qui marchent (Un taxi pour Tobrouk)
http://keulchprod.eklablog.fr/

Hors ligne Zamy

  • Calliopéen
  • Messages: 506
  • Girafe poutreuse
Re : Mort de rien
« Réponse #2 le: 06 juin 2020 à 23:51:32 »
Hello,

Je suis tombée par hasard sur ton texte, sympa à lire, criant de vérité pour beaucoup. :mrgreen:  Je m'attendais à une chute, qui m'aurait fait revoir ma compréhension du texte, et finalement heureusement qu'elle n'a pas eu lieu.

Quelques petites remarques pour corriger ton texte:

Citer
Je suis un vivant déjà mort, ou un mort encore vivant, je passe mes journées dans ma chambre exigü.
J'aurai bien mis un point avant de dire "Je passe mes journées…". Je pense que ça donnerai plus d'impact, après c'est un avis personnel.
Exigüe

Citer
Ces quatres murs, blanc et neutre, sont devenus mon enfer confortable.
Il y a un truc qui me gêne, je ne sais pas si c'est parce que le pluriel devient un enfer… Peut-être qu'en ajoutant simplement quelque-chose, ou en modifiant la tournure, ça me gênerait moins (je sais pas si tu as compris mon idée)… "sont devenus les limites de mon enfer"? Je ne sais pas, je te laisse voir s'il est intéressant ou non de modifier cette phrase.
(pas de "s" à quatre)

Citer
Quelques canette vides transformée en cendrier et des assiettes maculé s'erigent sur mon bureau devenu ma plaine de jeux.
Transformée
Maculées
S'érigent
Une virgule entre "bureau" et "devenu" rendrai la lecture un peu plus agréable ici, je pense.
Mon "aire" de jeu plutôt que ma "plaine" ?

Citer
De vieux jeans jonchent le sol poussiéreux où se mélange les miettes de mes précédents repas et un peu de terre tombé lors de l'arrosage de ma plante d'intérieur, une Diffenbachia.
Se mélangent
Tombée

Citer
C'est une jolie plante, au feuillage vert foncé et maculé de tache de blancheur.
Tu n'es pas obligé de sauter une ligne, comme tu parles de la plante, pour la compréhension je pense qu'il est plus facile de simplement revenir à la ligne éventuellement.
Tâches

Citer
Non loin d'elle s'écroule une autre plante tombante.
La première plante était une plante tombante? Si oui, je ne l'imaginais pas comme ça. Si non, il faut peut-être modifier cette phrase pour faire comprendre que le "tombante" ne concerne que la seconde plante. Une virgule peut suffire, ou l'ajout de quelques mots.

Citer
Encore jeune, je veille à ce qu'elle se développe entièrement et eblouisse mon quotidien quotidien de son afaissement tragique.
éblouisse
La répétition de quotidien est volontaire? On peut dire "banal" sinon non?
Affaissement
La phrase est joliment tournée, je reste bloquée sur "se développe entièrement" que je trouve lourd par rapport au reste.

Citer
Sur ma table de chevet se trouve un fond de vin et un paquet de cigarette. Il y a aussi un lampe à la lumière douce et un fond de Jazzy Bazz. C'est un artiste de rap.
Se trouvent
Cigarettes
Une lampe
J'aime bien cette partie, les phrases courtes, nues d'artifices, montrent l'état du personnage.

Citer
tous dépend du point de vue
Tout
Sinon j'aurai mis simplement "selon le point de vue", je trouve que c'est plus raccord avec la simplicité qu'on a lue juste avant, et ça fait plus blasé.

Citer
Rien ne se passe, je n'ai ni problèmes sur le dos, ni ambitions dans les mains. J'ai juste envie de crever de ce mortel ennui.
Pareil, c'est purement personnel, mais je trouve que "Rien ne se passe. Je n'ai pas de problème […]" marque plus l'effet, plus raccord avec son état d'esprit.
D'ailleurs, comme il n'a pas de problème ni d'ambition, on de met pas de "s".
Problème de dos non?

Citer
Jadis, j'ai pleuré de longues heures durant des nuits noirs au nom d'un amour perdu, puis j'ai chanté les louanges d'une vie de célibataire, ensuite j'ai goûté à la joie inattendu de retomber amoureux, avant de repleurer. J'avais une raison d'être triste, morne et fade.
Noires
Je trouve la phrase un peu longue, et surtout je pense qu'elle gagnerait en puissance à être coupée.
"J'avais alors une raison"? Ce qui permet d'enchaîner avec la partie suivante.

Citer
Donnez-moi de l'alcool, de l'argent, des femmes, la femme, de la paix, de la guerre, de la gloire : j'en ai rien faire
J'aime bien cette phrase aussi, mais tu peux encore plus accentuer en disant "Donnez-moi tout. De l'alcool […] de la gloire. J'en ai rien à faire"
D'ailleurs tu peux peut-être même mettre en avant la femme, avec un italique ou en répétant "donnez-moi".

Citer
Prouvez moi que Dieu existe, faites descendre Jésus du ciel, dites aux Aliens de m'enlever et de me montrer un monde parallèle ainsi que la relativité du temps : peu m'importe
Encore une fois, pas la peine de sauter une ligne.
Sinon, même avis que juste au-dessus pour le traitement, tu peux lui donner plus d'impact.

Citer
Je ne veux rien, je n'attends rien, il ne me manque rien, je n'ai aucune critique à proférer, et personne ne peut me sauver ça.
En vrai, tu ne le vois peut-être pas là, mais habituellement je suis plutôt adepte des phrases longues  :mrgreen:
Dans le cas de ton texte, je trouve que des phrases courtes sont bien plus parlantes et plus adaptées. Du coup, je garderais tous tes mots, mais je mettrais des points à la place de toutes tes virgules ici  :-¬? (bon, éventuellement, j'en laisserais une. La première ou la deuxième.)

Voilà, je me suis permis de faire ressortir toutes les petites fautes que j'ai vues   :)
Du reste, c'est à toi de voir, c'est un avis personnel, libre à toi de le suivre, entièrement, partiellement, pas du tout.  ^^
CoCoWriMo: Perte du décompte de mots
Relecture ardue, mais une avancée sûre (?)

Hors ligne Feather

  • Calliopéen
  • Messages: 529
Re : Mort de rien
« Réponse #3 le: 07 juin 2020 à 09:04:29 »
Dans ce texte le sentiment de résignation est très bien exprimé. Le sujet semble familier à l'auteur, ce qui amène une cohérence dans le ton et la justesse du propos.
On y perçoit bien le caractère nonchalant,
Et paisible.. .
Lecture agréable.
Les larmes sans pleurs sont une lanterne.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.027 secondes avec 23 requêtes.