Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

12 juillet 2020 à 02:21:56
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Encore plus loin dans l'écriture ! » L'Aire de jeux » Blind Texte » [B2] BORG-I-MATI, jour 1

Auteur Sujet: [B2] BORG-I-MATI, jour 1  (Lu 521 fois)

Hors ligne Opercule

  • Aède
  • Messages: 238
  • Nécroposteur aux mains froides
[B2] BORG-I-MATI, jour 1
« le: 01 juin 2020 à 09:28:03 »

La barque s’approche lentement du ponton, fendant les eaux translucides. Dessus, cinq humains émerveillés contemplent les bicoques et les serviettes qui tachent la plage de couleurs bigarrées. Ils sont cinq, élus par les plus Grands, pour une mission épique : défendre les couleurs humaines sur les sables impitoyables du Jeu de Volley-Goule, en binôme, avec une balle-tête parlante.
C’est en Pays Monstrueux que se situe l’atoll “paradisiaque” de BORG-I-MATI, léger anneau de cocotiers entourant un lagon clair et calme. Leur comité d’accueil attend déjà sur la jetée, sous un soleil matinal et généreux : un vieux mage humain, une liche altière, un troll guindé, un triton à pieds, et suiveurs.

Les rameurs fournissent les derniers efforts pour arriver au ponton. BÈDE, le Prince-Barde, saute gracieusement sur les planches trempées et rongées par le sel. Il tend d’abord la main à la capitaine du groupe, TOMIKO. Celle-ci monte adroitement sur les planches glissantes après avoir seulement touché la main de son barde. SORAYA la sorceleuse, entravée de bijoux d’or, monte aidée par son amant, JORDI le Géomancien tête-en-l’air. Le médic MEHDI, un Impérial du Sud, quitte la barque en dernier.
Tomiko lance l’ordre silencieux de se tenir convenablement ; les humains se tiennent en rang derrière elle. Les deux délégations se saluent.
Une brève cérémonie s’ensuit. Il y a des échanges de cadeaux, des colliers de fleurs empoisonnées, des dons d’huile de monoï et de lait de coco. Les humains donnent de l’alcool distillé et des tissus précieux. Le reste attend dans leur vaisseau, amarré au large, dont la cotisation au Jeu (plusieurs centaines de pièces d’or, des esclaves, des fourrures…).

La cheffe serre chaleureusement la main du vieux mage qui les a accueillis, constituant l’acte d’émancipation des autres humains. Bède le Barde se saisit de Mehdi et ils quittent le ponton en se débarrassant furieusement de leurs bottes. Bède pose son genou sur le sable tiède mais pas encore brûlant : « Ah, mon ami ! La Fortune te sourit si elle t’a donné si noble Compagnie ! Trois fois de suite, nous avons été choisis pour cette épreuve. Jamais nous n’avons déçu l’ambition de nos frères. Cet endroit, c’est l’Élysée, c’est le Tartare, mais avant tout, c’est une compétition… dantesque ! »
Mehdi, jeune impressionnable, gobe les paroles de son binôme cabotin. Il n’était jamais vraiment sorti de chez lui avant d’être poussé à l’aventure. Son ami Bède, lui, semble jeune mais ne l’est pas. D’une lignée sainte et princière, svelte et athlétique, il est conçu pour l’exploit.
« Tu es telle que je t’ai quittée, île d’amour ! C’est moi, c’est ton serviteur ! Gloire suprême d’être à nouveau prétendants à ta chaleur ! Rends toi à moi comme tu le fis jadis, et nous te défendrons contre ces THÉRIANTHROPES, faux humains perfides ! »

Le Prince crache au nom des thérianthropes. La sorceleuse les approche, son sari voletant dans le vent faible, tenant une main devant ses yeux pour ne pas être aveuglée. Elle le moque : « Fais attention, tu fais comme le mien. »

Elle désigne son amant qui, dans la même position que Bède, fait face à l’océan. Il déclamait des vers anciens et chargés de noirceur : « Ô Vieil Océan, aux vagues de cristal, tu déroules un sombre mystère sur toute ta surface sublime ; et tu rappelles au souvenir de tes amants les rudes commencements de l’humain, où il fait connaissance avec la douleur, qui ne le quitte plus. Je te salue, vieil océan ! »

Bède prend la mouche. Il rétorque que son but à lui, loin de plaire à des divinités à l’amour capricieux, n’est pas moins que la défense des humains et du Bien. Abolir le Royaume des Ombres, tordre le cou de la vermine et de la pestilence. Perpétuer un combat sans âge contre tous les humanoïdes qui foulent les terres libres et maudites, jusqu’à l’extinction. Il l’appelle sa mission sacrée, en foulant aux pieds les confessions chthoniennes d’un cacochyme devant l’Océan. La sorceleuse sourit et livre à Mehdi : « Sa “Quête” se réduisant à ne pas perdre au Jeu ; à l’entendre sa Maison serait brisée, le nom de ses ancêtres donné aux chiens et aux esclaves, son pays réduit par les striges et son sang dispersé par les guerres et l’exil. »

Frappé au cœur, brisé par la vue de ses proches dans les fers, Bède pâlit, raidi par une vision des ruines de sa cité qui le torture un instant d’éternité. Épuisé par l’ordalie, il s’éloigne de quelques pas, s’agenouille dans le sable et ne bouge plus. Soraya éclate de rire, puis revient à Mehdi : « Oublie cette histoire de salut de l’Humanité ; mais il est persuadé, donc à quoi bon ? Cette astuce toujours était utile, quand nous étions ensemble. Amuse-toi ; y a du soleil et des ayas ; ne pense pas au Jeu ! »
Mehdi n’ose pas contredire la sorceleuse ; elle adore un panthéon étrange et sait invoquer des animaux terrifiants. Soraya s’excuse avec un dernier sourire pour rejoindre son chéri en pleines génuflexions. Le médic se penche vers Bède, qui n’a pipé mot. Il lui susurre quelques mots d’encouragements et complète par une tape à l’épaule. Enfin, hésitant, il se redresse pour affronter l’île fabuleuse de Borg-i-mati.
#
Sous la paillote du bar, à l’ombre des palmiers, un petit nombre de tabourets en rotin accueille les clients qui ne boivent pas au transat. Mehdi y trouve Tomiko, sa cheffe, en discussion animée avec le vieux mage, Damian le Magestique. Elle présente fièrement son nouveau membre au Maître derrière le comptoir.
« Bienvenue, jeune homme, dit-il.
— Merci, ô sage… barman, balbutie Mehdi, troublé par le poste du Mage.
— Confierais-tu cette tâche à un gobelin ? Ah ! Moins non plus. Et puis, ça donne l’occasion de discuter. »

D.M. prépare un cocktail sans attendre et l’offre au médic, qui s’étonne : « Un gobelin voudrait ma mort !? Je pensais que le Mal étaient neutralisé sur l’île.
— Pas exactement, prévient Tomiko. Les appels du Seigneur Sombre sont tus, mais ses serviteurs sont présents et ses plans exécutés par ses plus loyaux larbins. Reste sur tes gardes.   
— Nous œuvrons pour l’accueil de tou·te·s sur cet atoll, redresse Damian. Par exemple, illustre-t-il, les Céphalopoïdes sont ici, en paix. »    

Tomiko accueille l’observation avec un petit rire entendu, et jette un œil pétillant au Mage. Suivant le regarde de Damian, Mehdi étudie les quatre Céphalopodes humanoïdes traverser la plage. Deux grands toisaient les autres monstres avec sévérité, deux chenapans goguenards à leurs pieds.
« Kraren, la mère-éledone. Davy Jones, le père-seiche ; et leur “engeance”. Certainement les plus chaotiques de tous, remarque le Magestique. Peut-être même plus torturés que les entités corrompues. »

Bède, le Prince-Barde, arrive sur ses entrefaites. Totalement remis, il s’assied avec panache sur le dernier tabouret et commande une boisson. Damian le sert et le Barde fait remarquer que la présence des Octopodes trouble déjà la plage, « comme la dernière fois ». Un D. M. exaspéré tente de défendre les octopodes.
Le Barde soupire et emporte Mehdi hors du troquet, sous le regard glacé du rabat-joie. Il l’emmène vers le rivage en exprimant son dégoût pour les « entités monstrueuses », s’assied sur une bande de sable proche de l’eau.
Le soleil touche au zénith ; l’air embaume la noix de coco, caressant une eau bleu-curaçao et un sable délicieusement brûlant. C’est le moment où le royaume des ombres est le plus faible, au point que même les liches agitent des doigts invitants vers eux.
« Combien de soldats du Bien ont péri sous ces doigts ?, sermonne Bède. » Il les ignore et se laisse hâler.
Mehdi a abandonné l’idée de chasser le sable de ses habits. Bède, lui, retire son top sans manches mauve pour exhiber son torse à la plage. Il retourne à son daïquiri.
« À ce premier jour, toaste-t-il. » Ils boivent et un moment de tranquillité s’installe avant que Bède ne reprenne la leçon :
« Les premiers jours de cette semaine ne seront que démonstrations de force. Tout le monde cherche à se montrer le plus performant. Le premier jour, celui qu’on retient. Et ta partenaire de ce soir sera la jauge de ta stature.
— Partenaire… ?
— Il faut taper haut, fort, loin, dévoile Bède. Le plus possible. Ton jeu de séduction sera la mesure de ton succès au Jeu. Donc, quoi que tu aies tenté à l’époque, ne fais pas comme à Archet.
— Mon sort avait échoué, marmonne Mehdi. Et puis, quel rapport entre gagner au Jeu et les gens que je fréquenterai ce soir ?
— Oh, tu y es aveugle mais la Vérité ne se remet pas en doute. Rares sont ceux qui peuvent saisir l’instant et assurer leur primauté. »

Medhi choisit de ne pas répondre ; Bède sirote son cocktail, un nuage passe sous le soleil et sa peau huilée perd de son éclat. N’étant plus aveuglé par les rayons, il chasse du regard.
« Je ne touche pas aux monstres. Furies, harpies, tout ce qui porte des écailles, des plumes, de la fourrure. Je ne prends que les formes humaines propres, elfes, nymphes et huldres, sylves, gorgones s’il y en a… Toi aussi, élis ta cible. »

Mehdi ne répond pas ; il se déshabille et va piquer une tête dans l’eau translucide. Bède se lève et décide de faire connaissance avec les autres hôtes de l’île.
Une petite course le long de la plage, les pieds éclaboussant pour attirer l’attention. Déployant son corps et ses mouvements, scrutant chaque petit reflet dans tous les regards, seuls ou accompagnés. Il ramasse les balles et les relance adroitement ; s’excuse auprès de demoiselles pour le dérangement qu’il a causé sciemment ; propose à d’autre de les oindre d’huile parfumée. Puis s’assied sur une souche à l’écart, se donne l’air le plus magnétique et désinvolte, et se donne à voir.

Une fois qu’il en a assez, il retourne à la buvette pour se désaltérer. Soraya est assise au comptoir, seule. Elle le nargue encore :
« Alors, en pleine chasse ? Ça mord ?
— Le public est assez peu propice, je dois dire. Mais quelques noms ressortent.
— Déjà des noms ? Ça ne se passe pas si mal !
— Qu’as-tu fait de ton copain, tu l’as laissé aller lécher des pierres ?, s’énerve-t-il.
— Profite du soleil, repose-toi un peu. Et va te faire foutre, conclut-elle après un silence acide. »

Elle saute sur ses pieds et lui confie son sari. Bède ne se retourne pas pour voir le corps qu’il a jadis aimé rouler dans son bikini. Il tâche de se composer une image sereine.
Il n’a pas eu le temps de finir son verre que Mehdi l’interpelle. Il se retourne : une commotion s’agite autour de l’hydre. Celle-ci conspue les deux jeunes octopodes, hurlant qu’elle avait assez de crème solaire dans le dos. Elle s’est saisie de Kraren qui défend ses rejetons bec et ventouses. Chacune des têtes exaspérées de l’hydre lutte avec les tentacules de la pieuvre. Un reptile s’interpose, mais Kraren le repousse en exigeant de parler « avec leur prédateur ». Une petite scène s’est formée et le public est trop heureux de voir la confrontation. Autour d’elles, les deux jeunes mollusques provoquent la foule.

Bède la remarque tout de suite, en retrait, à l’affût. Grande, majestueuse, son maillot une pièce bichrome dessinant des formes claires sur sa peau noir d’encre. Il reconnaît que quelque chose va se passer. Il attire l’attention de Mehdi pour lui montrer l’orque qui se prépare. Le médic va réagir quand elle fond sur Kraren et l’envoie voltiger avec une force extraordinaire, hurlant « C’est assez ! »
Une exclamation parcourt la foule tandis que les poulpes abasourdis se dispersent. La matriarche amerrit dans le lagon et prend sa forme monstrueuse. Des ondes, un grondement s’élève comme une mélopée funeste, faisant vibrer a plage d’un appel des profondeurs. Il suffit que l’autre amorce un mouvement pour que Kraren s’enfuie, suivie de son équipe.
Bède, comme toute la plage, était surexcité. Il exulte, en criant à Mehdi « C’est comme ça qu’il faut faire ! ».
Sous les cris triomphaux de « Apex ! Apex ! », l’orque est emportée par la foule vers la buvette ; d’un geste elle renvoie tous les monstres à distance. Barde jubilant rallie l’estaminet, assuré que la belle accueillerait un humain.

Sous la paillote, un D.M chagriné offrait un verre à l’héroïne. Désinvolte, Bède s’assied près d’elle et la complimente sur son exploit avec un sourire brillant. Elle lui répond, flattée. Le visage de Bède se crispe. Il saisit la boisson qu’il vient de se faire servir pour la saluer silencieusement et tourner les talons. Quand il arrive à hauteur Mehdi, il relâche enfin son souffle, glisse « Elle est toute à toi » avant de s’éloigner.
Mehdi, interdit, se sent obligé de s’avancer. Il se traîne jusqu’au tabouret à aux côtés de l’orque, penaud.
« Laissez-moi deviner, dit-elle. Votre Prince n’a jamais fréquenté de sirène ?
— Ah ça, faut supporter l’odeur du vieux poisson, plaisanta D.M en versant quelque chose au médic. Les sirènes, le néophyte succombe à leur chant, mais aussi à leur haleine. »

Conforté par l’intervention du Mage, Mehdi s’approche du comptoir, prend sa boisson, s’assied sur le tabouret.
« L’élédone l’a bien cherché, c’était bien joué, complimente-t-il.
— Merci ! Je suis satisfaite de cet envoi. Spectaculaire n’est-ce pas, maître Damian ?
— Magistral, ma chère Paula, fait un Damian irrité. Excusez-moi… »

Le mage délace son tablier et va rattraper les céphalopodes. PAULA l’épaulard penche la tête avec un attendrissement feint : « Je vous adore, les humains. Vous êtes si chous, chétifs. Vous aimez peut-être trop les animaux. »
Ils reprennent leur discussion, bien plus détendus. Après un instant, elle secoue son verre vide avec un regard interrogateur. Mehdi n’hésite pas pour prendre le rôle du barman et remplace Damian.
#
Le grand dîner est le prélude de la soirée au feu de camp. Bède a déjà remarqué des couples formés. Il a parlé à plusieurs prospectives partenaires, mais reste bredouille. Les ombres allongées semblaient danser sous le rythme de son avertissement : assurer sa domination dès le début, ou perdre au Jeu. Ce premier jour est-il l’annonciateur d’un échec cuisant ? Devant le coucher de soleil aux couleurs invraisemblables, le ciel tournait au rose, violet, diffracté par des nuages légers. Il a appris à aimer ce moment si doux et puissant, mais ce soir-ci lui évoque la couleur du sang et des blessures. Même le bleu cristallin de la mer semblait une référence à des trésors brisés.   
Paralysé par ces pensées, il sent les premières griffes de la strige, doigts immenses et crochus, déchirer comme un voile ses entrailles tendres et faibles. Il la voit même rôder, par-là, juste à la périphérie de son champ de vision. Le lagon clair s’allonge pour devenir le puits sans fond des rêves profanés. « Je ne veux pas perdre au Jeu, implore-t-il intérieurement »

Un tambour orc de la Horde l’arrache de ses réflexions pour lui faire comprendre qu’il lui confiait le service musical de toute la soirée. Bède lui sourit et le remercie, mais au fond de lui, l’abysse se tend : la nuit l’attend.
La nuit est tombée et autour du feu qui commence à poindre, un mage habile fait nager des poissons des profondeurs, lumineux et étranges, dans l’air tiède et pur de l’île. Ici des méduses paresseuses, là des poissons colorés, une faune irréelle autour d’un bûcher d’aquarium.

Bède se prépare à entretenir l’assemblée pour la nuit, vérifie que son public est disposé, et pince ses cordes.
Dès les premières notes, les couples se serrent. Les autres continuent de discuter, converser, ou juste d’écouter rêveusement les sons de l’instrument. Tomiko et son “sensei” Damian restent inséparables, discourant de questions de chefs, gestion de quêtes et d’achat de commerce quand les aventures seront finies. Parmi les thérianthropes, Paula, saisit un poisson tout frétillant, et le propose à Mehdi en riant. Jordi et Soraya s’éloignent déjà du feu, main dans la main.
La soirée avançant, les couples prennent leur congé pour poursuivre la nuit dans l’intimité. Après « Mur des Merveilles », Bède remarque que la plupart des gens encore présents sont seuls ou en groupe. Il a la pensée amère que ceux qui sont encore là sont soit in-intéressés, soit in-intéressants. Son registre sombre dans une mélancolie méditative et douce-amère.
Minuit est loin quand il donne son dernier chant « Les petites heures du matin ». Le feu s’est réduit jusqu’à s’éteindre. Les braises et la fumée donnent un goût de cendre à la nuit. Une silhouette s’est levée dans l’obscurité en même temps que lui. Après une légère hésitation, il lance “Nightcap?”, la figure s’avance. Il offre le bras à l’apparition, qui le saisit avec une main palmée.

La plage s’endort.
Les loup-garous se réveillent.
« Modifié: 01 juin 2020 à 09:34:25 par GameMaster »

Hors ligne Krapoutchniek

  • Calame Supersonique
  • Messages: 2 492
  • Génération de l'univers en cours, patientez svp...
Re : [B2] BORG-I-MATI, jour 1
« Réponse #1 le: 02 juin 2020 à 17:42:00 »
Citer
y a du soleil et des ayas

 :mrgreen:

Citer
hurlant « C’est assez ! »

Hahaha  :D

Ce texte m'a bien fait marrer, même si j'ai le sentiment d'avoir perdu environ 24 fois  :-¬?
J'ai remarqué l'une ou l'autre coquille, mais rien de bien grave.  Il y a juste la confrontation avec l'hydre qui me paraît un peu plus obscur.
Mais sinon j'ai vraiment eu l'impression qu'il y avait tout un monde travaillé derrière. C'est le cas ? Prière de ne pas répondre afin de ne pas donner d'indice (de toute façon l'auteur n'est pas censé répondre, peut-être que c'est moi l'auteur d'ailleurs, qui sait ? (ben l'auteur...  :mrgreen: ))
« Modifié: 02 juin 2020 à 17:52:05 par Krapoutchniek »
It will reveal its meaning when it lives in victory...

Hors ligne Persona

  • Aède
  • Messages: 186
  • Poisson du Léthé
Re : [B2] BORG-I-MATI, jour 1
« Réponse #2 le: 03 juin 2020 à 12:45:22 »
Bonjour,
Je souscris à l'observation, il y a tout un monde travaillé derrière !
Avec un vocabulaire très soigné et pas grand chose à redire, sur la forme.
De très belles trouvailles, à commencer par le Volley-Goule  :D
J'ai été un peu perdue parfois, sans doute par la volonté de ne pas faire un récit purement linéaire.

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


Merci pour ce partage !
Une erreur originale vaut peut-être mieux qu'une vérité banale

Hors ligne Zagreos

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 2 662
  • Octogorneau à poil ras
    • Ma page perso
Re : [B2] BORG-I-MATI, jour 1
« Réponse #3 le: 06 juin 2020 à 22:41:48 »
Bonjour Opercule,

Citer
défendre les couleurs humaines sur les sables impitoyables du Jeu de Volley-Goule, en binôme, avec une balle-tête parlante
OK là tu m'as hypé, ne me déçoit pas.

Citer
un vieux mage humain, une liche altière, un troll guindé, un triton à pieds, et suiveurs.
MAIS OUI MAIS C'EST ÇA DE LA PLAYA FANTASY

Citer
Les rameurs fournissent les derniers efforts pour arriver au ponton. BÈDE, le Prince-Barde, saute gracieusement sur les planches trempées et rongées par le sel. Il tend d’abord la main à la capitaine du groupe, TOMIKO. Celle-ci monte adroitement sur les planches glissantes après avoir seulement touché la main de son barde. SORAYA la sorceleuse, entravée de bijoux d’or, monte aidée par son amant, JORDI le Géomancien tête-en-l’air. Le médic MEHDI, un Impérial du Sud, quitte la barque en dernier.
La hype grimpe

Citer
Il y a des échanges de cadeaux, des colliers de fleurs empoisonnées, des dons d’huile de monoï et de lait de coco.
ouais ouais c'ets super le protocole, mais entre dans LE COEUR DU MATCH

Citer
dont la cotisation au Jeu
Tu m'as pas eu au premier, tu m'as eu au second  |-|

Citer
Trois fois de suite, nous avons été choisis pour cette épreuve. Jamais nous n’avons déçu l’ambition de nos frères. Cet endroit, c’est l’Élysée, c’est le Tartare, mais avant tout, c’est une compétition… dantesque ! »
ouais mais ouais mais tellement

Citer
Elle le moque : « Fais attention, tu fais comme le mien. »
Bon ça j'ai pas compris

Citer
Elle désigne son amant qui, dans la même position que Bède, fait face à l’océan.
En fait j'ai compris !!

Citer
à ne pas perdre au Jeu
Nan mais là tu forces  >:(

Citer
Cette astuce toujours était utile, quand nous étions ensemble.
Yöda ?

Citer
y a du soleil et des ayas
lala dirladada ?

Citer
ne pense pas au Jeu !
Bon au prochain j'arrête ma lecture.

Citer
D.M.
*D.L.M.

Citer
les quatre Céphalopodes humanoïdes
il faudrait je pense l'ajout d'une mention [animaux humanoïdes] pour nos illustres mebres qui craignent ces derniers.

Citer
Un D. M. exaspéré tente de défendre les octopodes.
*D.L.M.

Citer
un D.M chagriné offrait un verre à l’héroïne.
Mais c'est D.L.M. en fait

Citer
PAULA l’épaulard
Allons, allons.

Citer
Mehdi n’hésite pas pour prendre le rôle du barman et remplace Damian.
Les épaulards ont pas le droit de se servir ?

Citer
ou perdre au Jeu.
J'avais prévenu.

Bon bah du coup j'ai pas lu la fin. Comme tu as pu le voir, j'étais très très hypé tout au début du texte, ça envoie du rêve. Je dois avouer que j'ai été un peu moins convaincu par le jeu de séduction à la fin... était-ce vraiment nécessaire ? Moi je voulais du Volley-Goule  :relou:

Au plaisir

Hors ligne Samarcande

  • Calligraphe
  • Messages: 139
Re : [B2] BORG-I-MATI, jour 1
« Réponse #4 le: 07 juin 2020 à 11:27:33 »
Salut Gamer inconnu.e !

Citer
défendre les couleurs humaines sur les sables impitoyables du Jeu de Volley-Goule, en binôme, avec une balle-tête parlante.
"Voley-goule avec balle-tête parlante" ça démarre surper bien :coeur:
J'aime bien ce contraste du vocabulaire épique (élus, Grands) avec le vocabulaire sportif !

Citer
Les rameurs fournissent les derniers efforts pour arriver au ponton. BÈDE, le Prince-Barde, saute gracieusement sur les planches trempées et rongées par le sel. Il tend d’abord la main à la capitaine du groupe, TOMIKO. Celle-ci monte adroitement sur les planches glissantes après avoir seulement touché la main de son barde. SORAYA la sorceleuse, entravée de bijoux d’or, monte aidée par son amant, JORDI le Géomancien tête-en-l’air. Le médic MEHDI, un Impérial du Sud, quitte la barque en dernier.
J'avais pas compris au début  pourquoi tu avais mis les noms des persos en majuscules, mais vu le nombre de fois où j'ai du les consulter pour savoir qui était qui dans ma lecture...

Citer
Il y a des échanges de cadeaux, des colliers de fleurs empoisonnées, des dons d’huile de monoï et de lait de coco
:coeur:


Citer
La cheffe serre chaleureusement la main du vieux mage qui les a accueillis, constituant l’acte d’émancipation des autres humains. Bède le Barde se saisit de Mehdi et ils quittent le ponton en se débarrassant furieusement de leurs bottes. Bède pose son genou sur le sable tiède mais pas encore brûlant : « Ah, mon ami ! La Fortune te sourit si elle t’a donné si noble Compagnie ! Trois fois de suite, nous avons été choisis pour cette épreuve. Jamais nous n’avons déçu l’ambition de nos frères. Cet endroit, c’est l’Élysée, c’est le Tartare, mais avant tout, c’est une compétition… dantesque ! »
Mehdi, jeune impressionnable, gobe les paroles de son binôme cabotin. Il n’était jamais vraiment sorti de chez lui avant d’être poussé à l’aventure. Son ami Bède, lui, semble jeune mais ne l’est pas. D’une lignée sainte et princière, svelte et athlétique, il est conçu pour l’exploit.
« Tu es telle que je t’ai quittée, île d’amour ! C’est moi, c’est ton serviteur ! Gloire suprême d’être à nouveau prétendants à ta chaleur ! Rends toi à moi comme tu le fis jadis, et nous te défendrons contre ces THÉRIANTHROPES, faux humains perfides ! »

Le Prince crache au nom des thérianthropes. La sorceleuse les approche, son sari voletant dans le vent faible, tenant une main devant ses yeux pour ne pas être aveuglée. Elle le moque : « Fais attention, tu fais comme le mien. »

Elle désigne son amant qui, dans la même position que Bède, fait face à l’océan. Il déclamait des vers anciens et chargés de noirceur : « Ô Vieil Océan, aux vagues de cristal, tu déroules un sombre mystère sur toute ta surface sublime ; et tu rappelles au souvenir de tes amants les rudes commencements de l’humain, où il fait connaissance avec la douleur, qui ne le quitte plus. Je te salue, vieil océan ! »

Bède prend la mouche. Il rétorque que son but à lui, loin de plaire à des divinités à l’amour capricieux, n’est pas moins que la défense des humains et du Bien. Abolir le Royaume des Ombres, tordre le cou de la vermine et de la pestilence. Perpétuer un combat sans âge contre tous les humanoïdes qui foulent les terres libres et maudites, jusqu’à l’extinction. Il l’appelle sa mission sacrée, en foulant aux pieds les confessions chthoniennes d’un cacochyme devant l’Océan. La sorceleuse sourit et livre à Mehdi : « Sa “Quête” se réduisant à ne pas perdre au Jeu ; à l’entendre sa Maison serait brisée, le nom de ses ancêtres donné aux chiens et aux esclaves, son pays réduit par les striges et son sang dispersé par les guerres et l’exil. »

Frappé au cœur, brisé par la vue de ses proches dans les fers, Bède pâlit, raidi par une vision des ruines de sa cité qui le torture un instant d’éternité. Épuisé par l’ordalie, il s’éloigne de quelques pas, s’agenouille dans le sable et ne bouge plus. Soraya éclate de rire, puis revient à Mehdi : « Oublie cette histoire de salut de l’Humanité ; mais il est persuadé, donc à quoi bon ? Cette astuce toujours était utile, quand nous étions ensemble. Amuse-toi ; y a du soleil et des ayas ; ne pense pas au Jeu ! »
Mehdi n’ose pas contredire la sorceleuse ; elle adore un panthéon étrange et sait invoquer des animaux terrifiants. Soraya s’excuse avec un dernier sourire pour rejoindre son chéri en pleines génuflexions. Le médic se penche vers Bède, qui n’a pipé mot. Il lui susurre quelques mots d’encouragements et complète par une tape à l’épaule. Enfin, hésitant, il se redresse pour affronter l’île fabuleuse de Borg-i-mati.
Je suis pas hyper fan de ce passage. Je le trouve un peu long pour un si bref récit et il ne donne pas énormément d'infos sur les personnages.


Citer
— Merci, ô sage… barman, balbutie Mehdi, troublé par le poste du Mage.
— Confierais-tu cette tâche à un gobelin ? Ah ! Moins non plus. Et puis, ça donne l’occasion de discuter. »

Moi non plus. J'aime beaucoup le mage barman !

Citer
ehdi étudie les quatre Céphalopodes humanoïdes traverser la plage. Deux grands toisaient les autres monstres avec sévérité, deux chenapans goguenards à leurs pieds.
« Kraren, la mère-éledone. Davy Jones, le père-seiche ; et leur “engeance”
wow, quelle faune: les liches, les céphalopodes humanoïdes , élodone, seiche, tritons ! :coeur:

Citer
D.M.
Chais-pas j'aurais ajouté une petite phrase dans le dialogue du style, "Appelle-moi D.M." avant de balancer le surnom.

Citer
Le soleil touche au zénith ; l’air embaume la noix de coco, caressant une eau bleu-curaçao et un sable délicieusement brûlant. C’est le moment où le royaume des ombres est le plus faible
Bien vu !

Citer
Les premiers jours de cette semaine ne seront que démonstrations de force. Tout le monde cherche à se montrer le plus performant. Le premier jour, celui qu’on retient. Et ta partenaire de ce soir sera la jauge de ta stature.
— Partenaire… ?
— Il faut taper haut, fort, loin, dévoile Bède. Le plus possible. Ton jeu de séduction sera la mesure de ton succès au Jeu. Donc, quoi que tu aies tenté à l’époque, ne fais pas comme à Archet.
Ah Ah Ah !

Citer
— Qu’as-tu fait de ton copain, tu l’as laissé aller lécher des pierres ?, s’énerve-t-il.
— Profite du soleil, repose-toi un peu. Et va te faire foutre, conclut-elle après un silence acide. »
;D

Citer
Il se retourne : une commotion s’agite autour de l’hydre. Celle-ci conspue les deux jeunes octopodes, hurlant qu’elle avait assez de crème solaire dans le dos.
Yeah ! Super bien placée !

Citer
Elle s’est saisie de Kraren qui défend ses rejetons bec et ventouses. Chacune des têtes exaspérées de l’hydre lutte avec les tentacules de la pieuvre. Un reptile s’interpose, mais Kraren le repousse en exigeant de parler « avec leur prédateur ». Une petite scène s’est formée et le public est trop heureux de voir la confrontation. Autour d’elles, les deux jeunes mollusques provoquent la foule.
J'adore ce passage ! :coeur:

Citer
Bède la remarque tout de suite, en retrait, à l’affût. Grande, majestueuse, son maillot une pièce bichrome dessinant des formes claires sur sa peau noir d’encre.
:coeur: et point orque.

Citer
Le visage de Bède se crispe. Il saisit la boisson qu’il vient de se faire servir pour la saluer silencieusement et tourner les talons. Quand il arrive à hauteur Mehdi, il relâche enfin son souffle, glisse « Elle est toute à toi » avant de s’éloigner.
Mehdi, interdit, se sent obligé de s’avancer. Il se traîne jusqu’au tabouret à aux côtés de l’orque, penaud.
« Laissez-moi deviner, dit-elle. Votre Prince n’a jamais fréquenté de sirène ?
— Ah ça, faut supporter l’odeur du vieux poisson, plaisanta D.M en versant quelque chose au médic. Les sirènes, le néophyte succombe à leur chant, mais aussi à leur haleine. »
;D :D ;D

Citer
Dès les premières notes, les couples se serrent. Les autres continuent de discuter, converser, ou juste d’écouter rêveusement les sons de l’instrument. Tomiko et son “sensei” Damian restent inséparables, discourant de questions de chefs, gestion de quêtes et d’achat de commerce quand les aventures seront finies. Parmi les thérianthropes, Paula, saisit un poisson tout frétillant, et le propose à Mehdi en riant. Jordi et Soraya s’éloignent déjà du feu, main dans la main.
J'aime bien l'ambiance de feu de camp sur la plage.


Au final:
J'ai nettement préféré la deuxième partie que j'ai trouvé plus légère et drôle que la première partie.
Un petit peu déçue de n'avoir pas vu de match de volley goule annoncé au début :  j'espère qu'à la fin du BT tu t'y remettras et que tu nous le posteras !

Des personnages en pagailles (peut-être un poil trop pour un récit si court). Le géomancien est présenté mais finalement n'a guère d'autre fonction que de permettre à Béde de lancer des piques à son ex. J'ai comme l'impression que tu avais en tête pas mal de trucs pour lui aussi, mais que les limites de longueur du texte t'ont entravé.e.
On sent qu'il y a tout un univers qui mériterait d’être exploité et qui implore de raconter d'autres aventures (que je lirais volontiers).
J'ai bien ri et il y a de très bonnes trouvailles, surtout en ce qui concerne les créatures ! :coeur:

Merci pour la lecture.
Sait-on jamais, nos chemins pourraient se croiser ! (Amin Maalouf )

Hors ligne Alan Tréard

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 6 028
  • Mer, je suis comme toi, plein de voix machinées
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : [B2] BORG-I-MATI, jour 1
« Réponse #5 le: 10 juin 2020 à 18:05:44 »
Bonjour à toi, Bel.le Inconnu.e,


C'est à toi que revient ma dixième lecture depuis le début de ce BT. :)

On peut trouver pendant la lecture une mythologie riche et complexe dans laquelle les humains seraient un peu le centre des attentions. Une magie discrète, des frontières poreuses entre étrangers et habitués de Borg-i-mati, une découverte progressive ponctuée par des bizarreries et une ou deux pointes d'humour.


La volonté de conquête de ces cinq élus m'a fait penser à la tentative de maîtriser un obscur territoire maritime où l'influence humaine serait limitée face à l'emprise de morts-vivants et de créatures tourmentées ; pourtant tu laisses beaucoup de zones d'ombre sur le mage-barman de l'atoll (seul chef de ce lieu ensorcelé ?) si bien qu'il pourrait en fait lui-même servir les humain·e·s dans le plus grand secret, probablement un malin moyen d'entretenir le mystère...


Mention spéciale pour les Céphalopodes humanoïdes : composées d'une mère-éledone, d'un père-seiche et de deux progénitures monstrueuses, ces créations du chaos tourmentent les environs de leur tentaculaire corruption ; en vérité, les céphalopodes belliqueux sont autant haïs par les élus fraîchement arrivés que par les cétacés habitués du coin.


 :\?
« Modifié: 10 juin 2020 à 18:36:42 par Alan Tréard »

Hors ligne Ariane

  • Calame Supersonique
  • Messages: 2 174
Re : [B2] BORG-I-MATI, jour 1
« Réponse #6 le: 11 juin 2020 à 22:10:06 »
Bonjour,

(Finalement je laisse tomber les commentaires de détails, ça me prend trop de temps et je suis tellement peu sûre que ce soit bien pris que ça n'en vaut pas la peine il me semble...  :-[ ).

Sur la forme : Il y a pas mal de tournures syntaxiques trop alambiquées qui ont ralenti ma lecture, ou bien parfois des répétitions ou des mots employés d'une manière surprenante... Tu passes parfois du présent au passé sans raison apparente... En dehors de ça, j'ai trouvé au texte quelque chose d'entraînant, j'ai l'impression que tu as pris du plaisir à l'écrire, et ça ressemble assez à l'idée que je me faisais de ce défi. :)

Sur le fond : Je m'y suis un peu perdue parfois dans les différents noms qui sont cités... mais je crois que c'est à mettre sur le compte de ma fatigue  :-[ . J'aurais bien aimé des descriptions physiques plus précises pour les différents personnages ! ça m'aurait permis de mieux me les approprier et de mieux me représenter ces scènes surréalistes ^^ . Là, je n'ai pas réussi à bien accrocher aux personnages principaux (excepté la sirène-orque bien sûr ^^ ). J'ai bien aimé les descriptions du paysage en revanche :) et de la soirée à la fin. J'aime bien la "faune" aussi. Je sais pas quoi penser de la toute fin '-' douce-amère en + d'être ironique ? Dans l'ensemble, j'ai retrouvé ce que j'imaginais du Playa Fantasy :) .

Edit : Pour le *jeu*, je n'ai tilté qu'à la dernière mention je crois... ^^ 
« Modifié: 11 juin 2020 à 22:13:10 par Ariane »

Hors ligne Opercule

  • Aède
  • Messages: 238
  • Nécroposteur aux mains froides
Re : [B2] BORG-I-MATI, jour 1
« Réponse #7 le: 13 juin 2020 à 12:25:29 »
Hey ! merci pour cette (longue) introduction à une certaine compétition de Volley-Goule dont on ne voit pas de match ’-’ (désolé pour le spoil éventuel Zag). C’est, je pense, le seul texte à MacGuffin de cette livée (et peut-être l’un des plus longs aussi).

C’est un mix intéressant du registre de la mission épique et de l’environnement de la plage, un peu comme B10 mais… en différent.
On sent tout de suite que c’est un genre de sommet de l’iceberg, juste avec l’incongruité du troll guindé, la cotisation en esclaves, la religion des personnages… mais j’ai pas l’impression qu’on tire totalement parti de cette richesse, elle est juste là, hors de portée.

Okay donc les thériantropes "faux humains" sont les ennemis jurés de nos héros visiblement… mais ils sont où ’-’ (est-ce que l’orque est une thériantrope ?)

Bède prend la mouche. Il rétorque que son but à lui, loin de plaire à des divinités à l’amour capricieux, n’est pas moins que la défense des humains et du Bien. Abolir le Royaume des Ombres, tordre le cou de la vermine et de la pestilence. Perpétuer un combat sans âge contre tous les humanoïdes qui foulent les terres libres et maudites, jusqu’à l’extinction. Il l’appelle sa mission sacrée, en foulant aux pieds les confessions chthoniennes d’un cacochyme devant l’Océan. La sorceleuse sourit et livre à Mehdi : « Sa “Quête” se réduisant à ne pas perdre au Jeu ; à l’entendre sa Maison serait brisée, le nom de ses ancêtres donné aux chiens et aux esclaves, son pays réduit par les striges et son sang dispersé par les guerres et l’exil. »
Un peu lourd, surtout à cette étape du texte. On s’attendait à être libérés de l’intro et de plonger toute de suite dans la playa – et puis bam, gros pavé sur les pourquois des comments.

Damian le Magestique.
Tu veux dire "Magestueux" ?  ;D

— Nous œuvrons pour l’accueil de tou·te·s sur cet atoll, redresse Damian. Par exemple, illustre-t-il, les Céphalopoïdes sont ici, en paix. »
déjà, la suite lui donnera tort, ensuite pourquoi ? pourquoi le jeu, pourquoi cet endroit ?

Ton jeu de séduction sera la mesure de ton succès au Jeu. Donc, quoi que tu aies tenté à l’époque, ne fais pas comme à Archet.
— Mon sort avait échoué, marmonne Mehdi.
C’est aussi très Role-Play comme manière de faire – et un autre texte de BT choisit cette route. Aussi, j’aime bien (voir l’histoire avec Henri et Dren) la référence à leur histoire commune.

« Je ne touche pas aux monstres. Furies, harpies, tout ce qui porte des écailles, des plumes, de la fourrure. Je ne prends que les formes humaines propres, elfes, nymphes et huldres, sylves, gorgones s’il y en a… Toi aussi, élis ta cible. »
Les formes humaines "propres" ?  :-¬?

Puis s’assied sur une souche à l’écart, se donne l’air le plus magnétique et désinvolte, et se donne à voir.
Cette phrase m’embête, c’est pas un zeugma (que j’adore) mais la répétition de "se donne" a un genre d’effet – que je n’aime pas trop. Peut-être la phrase est-elle juste mal construite.

L’arc narratif de Bède et son ex qui a un nouveau copain… oui, pourquoi pas ? c’est playa, j’imagine, surtout que de l’autre côté il n’a personne. Peut-être que ça devrait être plus important.

Bède la remarque tout de suite, en retrait, à l’affût. Grande, majestueuse, son maillot une pièce bichrome dessinant des formes claires sur sa peau noir d’encre. Il reconnaît que quelque chose va se passer. Il attire l’attention de Mehdi pour lui montrer l’orque qui se prépare. Le médic va réagir quand elle fond sur Kraren et l’envoie voltiger avec une force extraordinaire, hurlant « C’est assez ! »
Pourquoi ne pas tout de suite dire que c’est l’orque ? ça semble être un genre de ressort de suspens mais ça ne marche pas trop parceque… on sait pas de quoi ça parle en fait :-/
Mais bon, il y a "cétacé".

Sous les cris triomphaux de « Apex ! Apex ! », l’orque est emportée par la foule vers la buvette ; d’un geste elle renvoie tous les monstres à distance. Barde jubilant rallie l’estaminet, assuré que la belle accueillerait un humain.
C’est quoi l’argument ici ?

Ah ça, faut supporter l’odeur du vieux poisson, plaisanta D.M en versant quelque chose au médic. Les sirènes, le néophyte succombe à leur chant, mais aussi à leur haleine. »
Il y a quand même pas mal d’odeurs dans ce BT quand on y pense – et souvent pas très agréables !

PAULA l’épaulard penche la tête avec un attendrissement feint
On est vers la fin là, cette ’présentation’ de personnage devrait être bien plus haut.

La nuit est tombée et autour du feu qui commence à poindre, un mage habile fait nager des poissons des profondeurs, lumineux et étranges, dans l’air tiède et pur de l’île. Ici des méduses paresseuses, là des poissons colorés, une faune irréelle autour d’un bûcher d’aquarium.
:coeur:

La plage s’endort.
Les loup-garous se réveillent.
Un autre "jeu" débute  ;) ?

Hors ligne Opercule

  • Aède
  • Messages: 238
  • Nécroposteur aux mains froides
Re : [B2] BORG-I-MATI, jour 1
« Réponse #8 le: 08 juillet 2020 à 22:54:35 »
Merci à toustes d'avoir lu et/ou répondu à ma tit' playa ! maintenant que je suis formellement démasqué je vais répondre aux commentaires et de faire quelques remarques sur les inspirations et les gags lancés dedans. Je pense que je vais retravailler ce texte et éventuellement chercher un genre de suite à donner à ça (et en profiter pour introduire beaucoup trop d'autres personnages hilarants).

Mais sinon j'ai vraiment eu l'impression qu'il y avait tout un monde travaillé derrière. C'est le cas ?
Non ! J'avais l'ambition de faire tout une semaine ; mais pour l'instant je suis toujours au premier jour. C'est peut-être une marque de mes textes - mon texte soumis au Mammouth Eclairé a reçu ce même commentaire.

J'ai été un peu perdue parfois, sans doute par la volonté de ne pas faire un récit purement linéaire.
À part l'occasionnel background sur les personnages, il n'y a pas vraiment de non-linéarité - ça suit littéralement une journée jusqu'au soir. Tu veux bien développer cette idée ?

Citer
(plusieurs centaines de pièces d’or, des esclaves, des fourrures…)
Dommage pour la parenthèse, l'apport de la contribution aurait pu être encore plus développé pour que ce soit  plus immersif
Oui, j'étais bien trop serré niveau mots 😅

Citer
La sorceleuse sourit et livre à Mehdi : « Sa “Quête” se réduisant à ne pas perdre au Jeu ; à l’entendre sa Maison serait brisée, le nom de ses ancêtres donné aux chiens et aux esclaves, son pays réduit par les striges et son sang dispersé par les guerres et l’exil. »
A partir de là, j'ai du relire plusieurs fois. Je ne sais pas si j'ai un souci d'attention (possible !) ou si le passage est un peu trop dense.
Ouais, je vois, je pourrais tenter de remanier ça.

Citer
il se déshabille et va piquer une tête dans l’eau translucide.
Je chipote mais… l'eau peut-elle être bleu curaçao et translucide ?
Citer
Même le bleu cristallin de la mer semblait une référence à des trésors brisés.
Mais donc, le curaçao ? ;p
Hm... comme c'est un atoll, je pensais au lagon translucide d'un côté et l'océan curaçao de l'autre, les couleurs sont très différentes - mais c'est vrai que c'est pas très clair.

Bonjour Opercule,
Salut ;)

Citer
Il y a des échanges de cadeaux, des colliers de fleurs empoisonnées, des dons d’huile de monoï et de lait de coco.
ouais ouais c'ets super le protocole, mais entre dans LE COEUR DU MATCH
le Jeu n'est pas important, tu ne dois pas y penser.

J'aime bien ce contraste du vocabulaire épique (élus, Grands) avec le vocabulaire sportif !
:)

Je suis pas hyper fan de ce passage. Je le trouve un peu long pour un si bref récit et il ne donne pas énormément d'infos sur les personnages.
Je voulais donner un certain vernis aux personnages sans aller directement dans une fiche complète

J'ai nettement préféré la deuxième partie que j'ai trouvé plus légère et drôle que la première partie.
Un petit peu déçue de n'avoir pas vu de match de volley goule annoncé au début :  j'espère qu'à la fin du BT tu t'y remettras et que tu nous le posteras !
Merci d'avoir lu, j'espère pouvoir te gâter avec le reste (dont le match), un jour.

La volonté de conquête de ces cinq élus m'a fait penser à la tentative de maîtriser un obscur territoire maritime où l'influence humaine serait limitée face à l'emprise de morts-vivants et de créatures tourmentées ; pourtant tu laisses beaucoup de zones d'ombre sur le mage-barman de l'atoll (seul chef de ce lieu ensorcelé ?) si bien qu'il pourrait en fait lui-même servir les humain·e·s dans le plus grand secret, probablement un malin moyen d'entretenir le mystère...
Étant moi-m^me humain j'ai effectivement un petit faible pour les humains, mais pour moi D. M. n'est pas vraiment le chef, plutôt un membre d'un conseil (constitué des entités vues plus haut). Je pense plutôt à l'intégration des entités et pas vraiment un genre de détacher les humains pour les jeter dans l'arène.

Sur la forme : Il y a pas mal de tournures syntaxiques trop alambiquées qui ont ralenti ma lecture, ou bien parfois des répétitions ou des mots employés d'une manière surprenante... Tu passes parfois du présent au passé sans raison apparente...
J'ai bien tendance à écrire au passé, alors j'ai vraiment essayé de me forcer au présent. Est-ce que tu as senti des tournures propres au passé, si ça existe ? Si c'est à propos de comment Mehdi vivait avant d'entrer dans le groupe, c'est un passé "légal". Mais je comprends que ça puisse être un peu gymnastique.

J'aurais bien aimé des descriptions physiques plus précises pour les différents personnages ! ça m'aurait permis de mieux me les approprier et de mieux me représenter ces scènes surréalistes ^^ . Là, je n'ai pas réussi à bien accrocher aux personnages principaux (excepté la sirène-orque bien sûr ^^ ).
J'ai essayé de mettre quelques éléments physiques mais en gardant un genre de licence au lecteur, c'est peut-être un peu frustrant. Bon, aussi je voulais tenter d'éviter le côté fiche-de-personnage qui était déjà assez poussée.

Bon, vais-je vraiment me répondre à moi-même ?


Hors ligne Persona

  • Aède
  • Messages: 186
  • Poisson du Léthé
Re : Re : [B2] BORG-I-MATI, jour 1
« Réponse #9 le: 09 juillet 2020 à 10:47:07 »
Salut Opercule
À part l'occasionnel background sur les personnages, il n'y a pas vraiment de non-linéarité - ça suit littéralement une journée jusqu'au soir. Tu veux bien développer cette idée ?
J'ai relu et c'est vrai qu'il n'y a pas de non linéarité. Pour autant il n'y a pas beaucoup d'indices temporels, les passages d'un moment à un autre sont marqués par # et puis il y a le background. J'avais eu un sentiment de flottement dans le temps, surtout à 1ère lecture ;).
Une erreur originale vaut peut-être mieux qu'une vérité banale

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.029 secondes avec 24 requêtes.