Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

08 août 2020 à 17:32:23
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Poésie (Modérateurs: Aube, Ben.G, Claudius) » Haïku de Paris (et de Lyon)

Auteur Sujet: Haïku de Paris (et de Lyon)  (Lu 685 fois)

Hors ligne Loup-Taciturne

  • Calliopéen
  • Messages: 574
  • serviteur de Saturne
Haïku de Paris (et de Lyon)
« le: 06 décembre 2019 à 04:18:36 »
« Pour votre sécurité,
empruntez les chemins
antidérapants. »*

* Haïku de la bnf



Bruit d'oiseaux –
Langue d'un enfant
qui s'éveille



Chassé de la cour
un pigeon vole
le goûter



« Êtes-vous perdu ? »
demande un parisien
perdu dans son vin



Pain et fromage
en correspondance –
quatre heures dans Paris



« … Il fait 40% de marketing ! … »
sur le pont Charles de Gaulle –
passant parisien



Boulevard de l’hôpital
la circulation encombre
une rouge artère



Jardin des plantes –
l'humain passe et demeurent
les corneilles



Sur un quai de Seine
épuisée par la nuit d'hier –
flasque de whisky



Fraîcheur de décembre –
ils fument sans cheminer
les trottoirs de Paris



Paris  –  les gens sales
font le plus grand bonheur
des pigeons



Pour vivre ils nettoient
Paris jour et nuit
les pigeons



L'hiver le pigeon
attend le printemps et l'homme
de partir



Fin d'automne –
Le saule pleure encore
pour quelques feuilles



Doux matin de grève –
Il s'est levé parmi nous
un épais brouillard

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


 

Sous chants et lumières
la foule en masque célèbre
sa colère noire




Comme d'habitude, n'hésitez pas à critiquer et suggérer ! Et merci avant tout aux lecteurs
« Modifié: 06 décembre 2019 à 12:54:39 par Loup-Taciturne »
« Suis-je moi ?
Suis-je là-bas, suis-je là ?
Dans tout "toi", il y a moi
Je suis toi. Point d'exil
Si je suis toi. Point d'exil
Si tu es mon moi. Et point
Si la mer et le désert sont
La chanson du voyageur au voyageur
Je ne reviendrai pas comme je suis parti
Ne reviendrai pas, même furtivement »

hajonc

  • Invité
Re : Haïku de Paris (et de Lyon)
« Réponse #1 le: 06 décembre 2019 à 14:10:58 »
Bonjour Loup-Taciturne,
ce message pour te dire que j'apprécie beaucoup ta série de haïkus, pleine de délicatesse et de justesse,
j'y perçois l'atmosphère d'une ville dans toute sa mélancolie agitée,
j'aime particulièrement "Bruits d'oiseaux...",  "Jardin des plantes...", "Sur un quai de Seine...",
et la présence sensible des pigeons, souvent si mal aimés.
Merci pour ces traversées par touches poétiques de la rudesse des villes...

Hors ligne drink_champagne

  • ex keepcalmanddrinkchampagne
  • Calligraphe
  • Messages: 104
Re : Haïku de Paris (et de Lyon)
« Réponse #2 le: 06 décembre 2019 à 14:25:48 »
Bonjour Loup! ;)

Pour ma part, je les ai tous aimés, en particulier celui avec la flasque de whisky et celui avec les bruits d'oiseaux! ^^ j'ai l'impression que tu commences à vraiment trouver ton style, et je vois que tu en viens aux césures! ;)

Bon après-midi à toi!

Drink ^^

Hors ligne Cyr

  • Calliopéen
  • Messages: 543
Re : Haïku de Paris (et de Lyon)
« Réponse #3 le: 06 décembre 2019 à 19:27:12 »
« Pour votre sécurité,
empruntez les chemins
antidérapants. »*

Paris  –  les gens sales
font le plus grand bonheur
des pigeons

Il y a de l'idée dans chaque haïku mais ces deux là m'ont fait sourire.
Je ne sais pas si les gens sales font le bonheur des pigeons ?! Mais j'ai croisé un mendiant -assis comme à son habitude- un pigeon posé sur son avant bras picorrant dans sa main. Les pigeons des villes sont pour moi de la vermine, des oiseaux que je ne me donnerais pas la peine de nourrir et pourtant les voir tous deux, cela m'a inspiré une envie furtive comme si cela relevé d'un étrange privilège...

"Pour vivre ils nettoient
Paris jour et nuit
les pigeons"
Je ne m'attendais pas aux pigeons. J'ai pensé.
Pour que les habitants puissent vivre.
On nettoie Paris jour et nuit.  :D
« Modifié: 06 décembre 2019 à 19:58:46 par Cyr »
"Il y a deux sortes de poètes : les bons, qui brûlent leurs poèmes à l'âge de dix-huit ans, et les mauvais, qui continuent à écrire de la poésie jusqu'à la fin de leurs jours." Umberto Eco

Hors ligne Dot Quote

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 369
  • 💡
    • mordelang
Re : Haïku de Paris (et de Lyon)
« Réponse #4 le: 07 décembre 2019 à 10:40:42 »
Tu m'excuseras, je vais en prendre qu'un seul pour pas mélanger les saveurs... au random, so :
Citer
Fin d'automne –
Le saule pleure encore
pour quelques feuilles
Le tiret 0O
Saule pleure
lsLpL RcR ; O eu en O
POUR ? (pour quelques ? des feuilles ou des billets... d'écrivain de songeur ? de pleureur ?)
pour O0 (je cherche je cherche une interprétation qui révélerait la profondeur de ce contre-pieds)
encore 0O (le temps qui passe la redondance du cycle héliocentrique uiui normal)
fin encore (réchauffement climatique)
seul sol saule (petite synesthésie axiologique perso accentuée par le encore)
fin d'automne (annonce l'hiver comme un début... mais... ?)
le tiret O0
...

J'ai digéré cet aphorisme occidental à l'orientale...
Y'a j'aime bien
Pis bah buh j'en prends pluss que j'en restitue...

*Réflexionnage*
- rR -
"misanthrope"
"h2o"

Hors ligne Loup-Taciturne

  • Calliopéen
  • Messages: 574
  • serviteur de Saturne
Re : Haïku de Paris (et de Lyon)
« Réponse #5 le: 16 décembre 2019 à 14:06:12 »
Merci de ton passage et de tes encouragements Drink ! (Tu as quoi avec la césure exactement ?  :D)


Bonjour Hajonc,

Merci pour ce beau et sympathique commentaire en forme de synthèse des impressions que t'a procurées cette série.


Salut Cyr !
Citer
Je ne sais pas si les gens sales font le bonheur des pigeons ?! Mais j'ai croisé un mendiant -assis comme à son habitude- un pigeon posé sur son avant bras picorrant dans sa main. Les pigeons des villes sont pour moi de la vermine, des oiseaux que je ne me donnerais pas la peine de nourrir et pourtant les voir tous deux, cela m'a inspiré une envie furtive comme si cela relevé d'un étrange privilège...
J'aime beaucoup l'anecdote que le poème te fait sortir, dans une lecture au pied de la lettre  :D Une poésie sur la poésie.
Tout un symbole : la vermine animale trouve de la fraternité chez la vermine humaine, et réciproquement. Mais où est la vermine alors ?

Citer
Je ne m'attendais pas aux pigeons
Héhé, mais qui nettoie Paris ? Ses habitants ? ou ces mêmes pigeons dont on parle au dessus, qu'ils soient animales ou humains, non ?

Pour celui de la bnf, je ne sais pas si c'est explicite, mais c'était réellement écrit comme ça, je n'ai même pas changé la mise en forme !


Merci d'avoir choisi celui-là Dot !

Citer
lsLpL RcR ; O eu en O
Tu as une vision rythmique intuitivement analytique ?

Citer
pour quelques ? des feuilles ou des billets
Oui il y avait cette idée, après chacun le prend comme il veut !

Citer
pour O0 (je cherche je cherche une interprétation qui révélerait la profondeur de ce contre-pieds)
encore 0O (le temps qui passe la redondance du cycle héliocentrique uiui normal)
Oui là il y avait cette idée que le saule pleureur (qui pleure toujours pour on ne sait quoi) pleure là pour des feuilles qu'il retrouvera bientôt.
C'était l'image principale : Un saule en fin d'automne (presque) complètement dépouillé (/de sa richesse).

Citer
Pis bah buh j'en prends pluss que j'en restitue...
Parfait ! t'en réinstitue déjà une partie de plus que ce que j'y ai mis consciemment !

Merci à toi !


Au plaisir tous,


« Suis-je moi ?
Suis-je là-bas, suis-je là ?
Dans tout "toi", il y a moi
Je suis toi. Point d'exil
Si je suis toi. Point d'exil
Si tu es mon moi. Et point
Si la mer et le désert sont
La chanson du voyageur au voyageur
Je ne reviendrai pas comme je suis parti
Ne reviendrai pas, même furtivement »

Hors ligne HELLIAN

  • Prophète
  • Messages: 622
Re : Haïku de Paris (et de Lyon)
« Réponse #6 le: 16 décembre 2019 à 19:51:51 »
Le propre du haïku est d'allier grâce et discrétion. Ici l'alliance est réussie. Pas de tape-à-l'œil, mais de la justesse, Un Trait ni trop fin, ni trop épais, habiter de couleurs sépia ou bleu gris, Le tout nimbé de sonorités apaisantes.

Mais, à mon avis, la plus évidente particularité de cet ensemble est précisément d'exprimer une cohérence globale.  Il me faut avouer avoir commencé à lire comme s'il s'agissait d'un seul poème.. Ce n'est qu'au bout de quelques strophes que je me suis dit « …, ce sont des haïkus! » incontestablement une réussite
cent fois sur le métier...

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.024 secondes avec 22 requêtes.