Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

08 août 2020 à 17:28:00
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Textes courts (Modérateurs: Aube, Chapart, Claudius) » Le bateau (imaginaire)

Auteur Sujet: Le bateau (imaginaire)  (Lu 453 fois)

Hors ligne Cyr

  • Calliopéen
  • Messages: 543
Le bateau (imaginaire)
« le: 26 novembre 2019 à 20:14:21 »
(Ce texte est une expérimentation sur la forme. Je cherchais à écrire une sorte de texte en prose qui raconte une évasion par la pensée. C'est une forme de méditation. Je m'assois, je ferme les yeux et j'essaie de rentrer dans un paysage pour y être bien. J'aimerais arriver à communiquer ma perception le mieux possible et que se soit agréable. C'est mon but.)


Je suis doucement ballottée par un fond de pensée, comme un bon vin dans les cales d'un bateau remué par les flots.
Des senteurs boisées coulent dans mon nez, humides, gorgées d'eau.
Des roulements de rêves s'avancent et glissent sur mon dos. Je suis prise de repos. Des rayons tombent impalpables et délicieux sur mon visage radieux. Je me tourne et me retourne comme un caillou pris dans les eaux. Mon corps est gonflé de rêves et le vent souffle encore dans les voiles de mes os.
J'aime la mer nue et son ciel apostrophé par les nuages, les mouettes et leur cris perdus au dessus des poissons calmes et glissants. J'aime la vie de cet intime paysage qui quand vient la nuit s'accroche au firmament.

________
Autre version

Je suis doucement ballottée par un fond de pensée, comme un bon vin dans les cales d'un bateau remué par les flôts.
Des senteurs boisées coulent dans mon nez, humides, gorgées d'eau.
Des roulements de rêves s'avancent et glissent sur mon dos. Je suis prise de repos. Des rayons tombent impalpables et délicieux sur mon visage radieux. Je me tourne et me retourne comme un caillou pris dans les eaux. Mon corps est gonflé de rêves et le vent souffle encore dans les voiles de mes os.
J'aime la mer nue et son ciel apostrophé de nuages, les mouettes et leur cris perdus au dessus des poissons calmes et glissants. J'aime la vie de cet intime paysage qui quand vient la nuit s'accroche au firmament.

Ces tableaux de ciel et d'eau sont pour moi des reflets confus de l'intérieur. Parfois, au plus haut l'air léger et ses moutons de nuages s'agglomèrent et s'assombrissent au profit d'une mer de plus en plus lourde et obscure cachant douceurs, origines et secrets aux orages indiscrets. Les animaux traversent accomplissant leur tâche ces milieux tendres ou épais. Je n'ai jamais été aussi fascinée que le jour où j'ai vu de mes propres yeux des poissons volants.
« Modifié: 27 novembre 2019 à 22:38:04 par Cyr »
"Il y a deux sortes de poètes : les bons, qui brûlent leurs poèmes à l'âge de dix-huit ans, et les mauvais, qui continuent à écrire de la poésie jusqu'à la fin de leurs jours." Umberto Eco

Hors ligne Manu

  • Grand Encrier Cosmique
  • Messages: 1 427
Re : Le bateau (imaginaire)
« Réponse #1 le: 27 novembre 2019 à 12:01:40 »
Bonjour Cyr,

En se basant sur ton objectif, je peux dire que tu as réussi à me dévoiler de belles images. C'est donc réussi.

Par contre, pour qu'un texte me permette de m'envoler ou de voguer sur des eaux calmes, j'ai besoin d'un peu plus de mise en situation. Ici tu évoques les sens, et perso j'ai besoin d'un peu de ton âme également.

Merci pour le partage.


Hors ligne Eveil

  • Calame Supersonique
  • Messages: 2 021
Re : Le bateau (imaginaire)
« Réponse #2 le: 10 décembre 2019 à 02:19:15 »
Citer
Mon corps est gonflé de rêves et le vent souffle encore dans les voiles de mes os.
J'aime la mer nue et son ciel apostrophé de nuages,
très belle image !
"Ne m'attends pas ce soir, car la nuit sera noire et blanche"

Hors ligne Cyr

  • Calliopéen
  • Messages: 543
Re : Le bateau (imaginaire)
« Réponse #3 le: 10 décembre 2019 à 19:24:32 »
@Eveil c'est le passage que je préfère. Merci de ton passage.
@Manu j'ai essayé de faire une deuxième version pour essayer de répondre à ta demande mais je suis un peu perdue.  :D
"Il y a deux sortes de poètes : les bons, qui brûlent leurs poèmes à l'âge de dix-huit ans, et les mauvais, qui continuent à écrire de la poésie jusqu'à la fin de leurs jours." Umberto Eco

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.025 secondes avec 23 requêtes.