Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

28 octobre 2020 à 00:10:56
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Salon littéraire » Salle de lecture » Théâtre et poésie » [Poésie] Sérénade (André Doms)

Auteur Sujet: [Poésie] Sérénade (André Doms)  (Lu 2276 fois)

Hors ligne Alan Tréard

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 6 271
  • Mer, je suis comme toi, plein de voix machinées
    • Alan Tréard, c'est moi !
[Poésie] Sérénade (André Doms)
« le: 27 mars 2019 à 22:39:15 »



J'ai découvert André Doms au hasard de mes explorations dans une librairie parisienne il y a quelques années. Après la lecture de quelques lignes, je tombe sous le charme de ce poète d'une simplicité touchante et d'une spontanéité parfois surprenante.

Sérénade est un recueil publié en 2013 aux éditions L'herbe qui tremble, illustré par Irène Philips.

J'y trouve un quelque chose de très sensible et parfois d'une brutalité au plus proche du sentiment sauvage. Je dirais que c'est pour moi un héritier de Lautréamont ou de Ponge dans le sens d'une poésie en prose qui élève à la conscience des sujets à la réalité primaire et à la beauté frappante.

Le dix-septième poème du premier mouvement « Ur » de son recueil Sérénade :

  • « Vain. Le déluge. Ne dire qu'au bas mot, au ras des sables, en tout seuil où s'aiguise la vie. J'esquive temples, maîtres et mages empilés en ruine impérissable. J'enseigne aussi aux aveugles la fragilité des images. Pas d'éclats. Tête de sape, je dérègle, fourvoie, pousse l'ordre à bout de soi. Suffit que je presse l'argile. »

Certains poèmes ont un air de tourmente ou de recherche inquiète, c'est un cheminement rythmé et haletant, qui invite pourtant au regard sur soi et stimule l'imagination.

André Doms est né à Bruxelles, où il poursuit des études jusqu'à la licence en philologie romane et enseigne de 1954 à 1982.

Assez simple, finalement, mais une découverte dont je garde un très heureux sentiment.

Le deuxième poème du troisième mouvement « Fétiches » de son recueil Sérénade :

  • « L'aveugle tâte sa cécité. C'est l'être qui fuit, en soi, sa vraie question. Ne rien escompter de l'ineffable, processions d'absents ni répons de hauts silencieux. L'aveugle marche, l'espace tourne en rond. D'autant qu'il avance, il n'arpente que des pierres, pas l'infini du désert, il palpe une instance, jamais l'éternel. Parmi son jeu des machines, bégayant, le verbe signifie son exil du jardin d'ici. »
« Modifié: 27 mars 2019 à 22:48:12 par Alan Tréard »
Mon carnet de bord avec un projet de fantasy.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.025 secondes avec 23 requêtes.