Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

28 janvier 2023 à 00:29:41
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Textes courts (Modérateur: Claudius) » [Recueil II] Au Bord du Désespoir

Auteur Sujet: [Recueil II] Au Bord du Désespoir  (Lu 7641 fois)

Hors ligne Jezy

  • Prophète
  • Messages: 656
  • Cabri à présence variable
[Recueil II] Au Bord du Désespoir
« le: 21 avril 2009 à 19:19:00 »
Voilà, le début de ma réponse au défi lancé par Rainy, qui consistait donc à écrire en se basant sur la musique de FF7 : Off the Egde of Despair (lien : http://www.youtube.com/watch?v=W2F38WvhMOU) une histoire qui se passe sur une lune mauve.
Après avoir demandé la permission (  ::) ) j'ai eu le droit de déroger un peu à la contrainte de la musique. En fait, elle ne se réfère qu'à la première et la dernière partie du texte, donc...
Bon, ceci étant dit, let's go :





DEFI : Au Bord du désespoir




Partie 1 :


- Quel ennui…
- Oh, mais tais-toi un peu !

Blanc.
Les herbes hautes formaient des vagues sous les assauts du vent.

- Il a dit qu’ils revenaient dans combien de temps, déjà ?
- Pourquoi tu me regardes ? s’emporta Edina. J’en sais rien, moi !
- Bon, j’ai une idée : et si on essayait tous de se calmer, juste pour voir ?
Les paroles de Dris furent accueillies par un nouveau silence.
- N’importe quoi, bougonna Stephan en fixant l’horizon.
Edina lui lança un regard mauvais, mais s'abstint de répondre.

«  Un vrai plaisir ! » pensa Dris en se levant pour se dégourdir les jambes.
Il posa les yeux sur les herbes mauves de la prairie et fit un tour sur lui-même pour détailler de nouveau le paysage.
Sauf qu'il n’y avait rien à détailler.
Ils se trouvaient au beau milieu d’une prairie, immense comme un océan dont on ne verrait pas le rivage, plus vide qu’un désert de sable blanc. Pas un arbre, pas un rocher, pas un ruisseau. La brise agitait les herbes sauvages, et l’endroit aurait presque pu être agréable s’il n’avait pas été si dénué de vie. Un peu plus loin, les quatre « mercenaires » qui les accompagnaient passaient le temps en discutant joyeusement de leurs expériences respectives.
- Bon, ça commence à bien faire, cette histoire…
- Tais-toi Steph’ ! Moi aussi j’en ai marre, et t’entendre râler ne m’aide pas franchement !
Dris baissa les yeux sur Stephan, à même le sol, les bras croisés autour de ses jambes, puis sur Edina, assise sur son sac, ses coudes posés sur les genoux, ses mains sur le menton. Ses yeux lançaient des éclairs entre ses mèches rousses, mais Stephan était trop préoccupé pour s’en rendre compte. Dris secoua la tête en soupirant et se mit à observer le ciel. Un ciel mauve, tirant légèrement sur le bordeaux en cette fin d’après-midi. C’était absolument magnifique. Magnifique, et terrifiant.

« J’ai bâti des immeubles, des stations, des manoirs. J’ai inauguré des observatoires, j’ai servi la cause des Maîtres, et  la pierre que j’ai apportée à leur édifice était un joyau digne des rois. J’ai construit de si beaux palais que les ruines seules me combleraient de joie. »  
Les mots étaient de Rechi Forstel, l’employeur de Dris. Un milliardaire. Ex-architecte. Il avait financé des expéditions dans les zones les plus reculées de la galaxie. Contrairement à d’autres, il s’intéressait vraiment à l’avancée des recherches et à ses résultats. On lui avait transmis des rapports, traduits dans un langage clair. Et il avait remarqué la petite lune violette dans la liste.
Alors il avait voulu y envoyer une équipe, juste pour voir, pour un éventuel aménagement.

Dans la navette, Dris avait fait connaissance avec l’équipe, surtout avec Stephan et Edina. Stephan : un architecte un peu rond, spécialisé dans l’analyse d’environnements hostiles. Un grand rêveur. Quand il se taisait, ses yeux bleus se posaient sur un point invisible et en quelques instants il était parti, fixant sa réflexion dans un ailleurs inconnu. Quand ils avaient commencé à parler de cette étonnante lune violette, il avait immédiatement lancé quelques idées bizarres. Des histoires de fenêtres, ou d’ouvertures. C’était peut-être bien une histoire de judas, un judas par lequel on percevrait l’aura des dieux, ou quelque chose comme ça.  Difficile de bien se rappeler.
Edina était plus froide, plus sérieuse. Elle écoutait Stephan avec un regard qui en disait long, mais pas une fois elle ne l’interrompit. Il fallait bien passer le temps. Dris n’était pas sûr d'avoir compris le rôle qu'elle avait dans ce repérage, mais elle devait surement avoir un rapport avec les conditions de construction sur cette lune. Peut-être une spéléologue, ou une botaniste. Ou une paysagiste, qui sait.
Le reste de l’équipe, c’était des gros bras, les deux pilotes, quelques techniciens et mécaniciens…
Dris, lui, était là en concepteur. A lui de voir quel genre d’installations l’endroit serait le plus à même de recevoir. S’il avait accepté, c’était en grande partie parce qu’il adorait les paysage lunaires. La lune - les lunes - avait toujours eu une certaine influence sur lui. Parfois, il avait presque l’impression de ressentir cette grande mélancolie qu’elle transmettait, à sa façon, comme des ondes qui ne parleraient qu’aux arbres perdus et aux plages reculées.

- Ca commence à faire longtemps là, non ?
Edina serra les mâchoires, à bout de nerfs. Elle se leva et s’éloigna de quelques mètres, sous le regard curieux des pseudo-soldats. Stephan se retourna vers Dris, mais celui-ci se contenta de hausser les épaules, impassible. Il aurait dû être énervé, agité, voire anxieux. La situation était loin d’être idéale. Mais là, avec la brise et le soleil qui déclinait, avec ce calme alentour et ce filtre violet dans l’air, il se sentait… apaisé.
- Bon on fait quoi ? interrogea de nouveau Stephan sans prêter attention au soupir excédé d’Edina qui revenait vers eux.
- Ba j’en sais rien, on s’fait une partie de belote ? proposa-t-elle, dans un sourire ironique. Qu’est-ce que tu veux qu’on fasse ? Personnellement j’ai pas encore réussi à me téléporter jusqu’au vaisseau, et pourtant ça fait des heures que j’essaye !
- Non mais, je pensais qu’on pourrait peut-être bouger, non ? Après tout, ils étaient juste censé faire le tour de la lune. Alors s’ils ne sont pas encore revenus, ils ont peut-être trouvé un truc intéressant…
- " Un truc " ? tiqua Dris.
- Bon alors, je vais te la faire dans l’ordre : premièrement, la lune sur laquelle on est, ici, là où tu es assis, il nous faudra facilement plusieurs semaines pour en faire le tour à pied. Donc, en imaginant que tu aies raison - ce qui demande déjà pas mal de boulot - il nous faudrait une sacrée dose de chance pour qu’on les retrouve avant d’être morts de faim, d’épuisement ou…
- Ca va Edina, on a compris.
- … et deuxièmement, continua-t-elle, ici, au milieu de cette brousse rosâtre, on est à peu près sûr d’être repérés de là-haut. Ce n’est pas comme s'il y avait quelque chose avec quoi on pourrait nous confondre ! ajouta-t-elle en ouvrant largement les bras.
- OK Edina, merci, ça ira. Je crois qu’on a un bel aperçu de la situation maintenant.
Edina lança un regard noir au concepteur. Stephan fixait le sol, penaud, sans rien oser dire. Les quatre mercenaires se levèrent pour les rejoindre, conscients de la tournure ombrageuse que prenait la situation.
- Stephan a raison, dit finalement Dris en dardant son regard vers le ciel. Je ne vois personne, et rien ne nous dit que la situation va s’améliorer.
- Répète-moi ça ?!
- On lève le camp, déclara Dris en attrapant son sac, qu’il frotta négligemment avant de le jeter sur son dos. Qu’est-ce que vous en pensez ? ajouta-t-il en se tournant vers les quatre autres.
Les deux plus jeunes - un homme aux cheveux très court et une femme très menue - échangèrent un regard, incertains, et haussèrent les épaules. L’autre femme acquiesça machinalement en s’attachant les cheveux. Le plus vieux, dont les traits fins incarnaient l'autorité, dévisagea Dris avec une pointe de méfiance.
- Ca sera toujours mieux que de rester là à rien faire, lâcha-t-il finalement.
Stephan se leva immédiatement, trop heureux de pouvoir bouger, et saisit son propre sac sous le regard dubitatif d’Edina.
- C’est irréfléchi. Et stupide. Et dangereux. Et je doute que ce soit réglementaire.
- Qu’est-ce que tu peux bien y connaitre en règlement ? répliqua sèchement Dris sans prendre la peine de se retourner.


--------------------------

Pour le making-of je voulais vous faire partager cet élan de folie qui a saisi Zach le jour où j'ai commencé ce défi : il faut savoir que le mercredi elle surveille la salle info. de la fac, et parfois je m'incruste pour lui tenir compagnie  ::).
Or, ce jour-là, je m'étais installé à son bureau, et elle en a profité pour marquer mon texte de sa griffe. Dans mon fichier Word, ça donne ça :

Citer
Les mots étaient de Rechi Forstel, l’employeur de Dris. Un milliardaire. Ex-architecte. Il avait financé des expéditions dans les zones les plus reculées de la galaxie. Contrairement à d’autres, il s’intéressait vraiment à
- la suite de l’histoire. La série sera-t-elle doublée par Helene Chanson ? -
l’avancée des recherches et à ses résultats. On lui avait transmis des rapports, traduits dans un langage clair. Et il avait remarqué la petite lune violette dans la liste.
« Modifié: 25 octobre 2010 à 00:06:37 par Jezy »
« Vous êtes mon café émotionnel ! » Meeting 2016

« Les câlins, c'est le bien, il faut en faire sans modération » - Ernya

Hors ligne Matt

  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 532
Re : [Défi] - Au Bord du désespoir
« Réponse #1 le: 22 avril 2009 à 14:47:20 »

Citer
- Bon, j’ai une idée : et si on essayait tous de se calmer, juste pour voir ?

Avec plutôt un point d'exclamation le début : "Bon, j'ai une idée !"

Citer
J’ai construit de si  beaux palais

Espace en trop entre "si" et "beaux"



Le texte est très bien écrit, une superbe plume. On entre rapidement et facilement dans celui-ci. Après par rapport au défi je ne sais vraiment pas quoi dire déjà que moi et FF    :P  Sinon bravo, il y a pas une seule faute, enfin je crois  :huhu:

Bonne continuation !
Les Oeuvres d'Art ont quelque chose d'infiniment solitaire, et rien n'est aussi peu capable de les atteindre que la critique.

Seul l'amour peut les saisir, les tenir, et peut être équitable envers elles.

Rainer Maria Rilke

Hors ligne Jezy

  • Prophète
  • Messages: 656
  • Cabri à présence variable
Re : [Défi] - Au Bord du désespoir
« Réponse #2 le: 22 avril 2009 à 14:57:09 »
Pas une faute  :o
Woua, mais c'est un record personnel ça ! On voudra jamais me croire !

Merci pour tes compliments  ^^ je m'occupe des reprises.
T'es vraiment un oeil de lynx pour ce qui est des espaces ;)
« Vous êtes mon café émotionnel ! » Meeting 2016

« Les câlins, c'est le bien, il faut en faire sans modération » - Ernya

Hors ligne Milora

  • Trou Noir d'Encre
  • Messages: 11 010
  • Championne de fautes de frappe
Re : [Défi] - Au Bord du désespoir
« Réponse #3 le: 22 avril 2009 à 15:33:46 »
Citer
Pas une faute 
Woua, mais c'est un record personnel ça ! On voudra jamais me croire !
... Et on aura raison  :mrgreen: UNE faute :
Citer
la pierre que j’ai apporté
ée

Citer
J’ai construit de si beaux palais que les ruines seules me combleraient de joie.
joli !

Citer
Stephan : un architecte un peu rond, spécialisé dans l’analyse d’environnements hostiles. Un grand rêveur. Quand il se taisait, ses yeux bleus se posaient sur un point invisible et en quelques instants il était parti, fixant sa réflexion dans un ailleurs inconnu.
j'aime bien cette description

Citer
Il fallait bien passer le temps. Dris n’avait pas bien compris son rôle exact
petite répétition facile à arranger

Citer
quelle genre d’installation
Aha, ze te tiens ! Et de trois fautes !
Quel genre
+
installations

Citer
Elle se leva et s’éloigna de quelques mètre
mètres

Citer
Après tout, ils étaient juste sensé faire le tour de la lune. Alors s’ils ne sont pas encore revenu, ils ont peut-être trouver un truc intéressant…
censés + revenus + trouvé

Citer
- «  Un truc » ? tiqua Dris en prenant part à la conversation.
Je trouve que le "en prenant part à la conversation" est superflu. On le voit bien, qu'il prend part à la conversation. Au alors, rajouter une indication sur la façon dont il le fait (en prenant subitement part à la conversation ? Enfin tu vois ce que je veux dire...?)

Citer
en imaginant que tu es raison- ce qui demande déjà pas mal de boulot -
Looool.  ;D Par contre, c'est "aies".


Citer
une sacré dose

sacrée

Citer
mort de faim
morts

Citer
on est à peu près sûr
sûrs

Citer
comme si il y avait
s'il

Citer
Les quatre mercenaires se levèrent pour les rejoindre, conscient de l’ambiance tendue que prenait la situation.
conscients


Citer
Répètes-moi ça
oui mais répète-le sans s  :mrgreen:

Citer
C’est irréfléchie.
irréfléchi

Alors alors... Très bien écrit ! Les personnages ont des gestes très naturels (comme s'attacher les cheveux), on s'y sent. Après, c'est peut-être un tantinet longuet dans la partie du dialogue qu'on ne comprend pas (je veux dire : avant qu'on nous explique ce qu'ils attendent), mais ça va quand même.
Sinon, pour le contenu... Bah rassure-moi, y a une suite, hein ? Non parce que moi je veux savoir ce qui va leur arriver !


Ah oui, et... sacrée Zachy ! XD
Il ne faut jamais remettre à demain ce que tu peux faire après-demain.

Hors ligne Jezy

  • Prophète
  • Messages: 656
  • Cabri à présence variable
Re : [Défi] - Au Bord du désespoir
« Réponse #4 le: 22 avril 2009 à 16:02:26 »
Oui oui, y a une suite ^^ y a 3 parties en fait. J'ai déjà la deuz et faut que je rédige la troiz.
Je mettrais la deuz heu... ba tout à l'heure ou demain, voilà, ça c'est de la précision !

Sinon pour les fautes, ben tant pis le record attendra  >< lol.

J'vais m'empresser de corriger tout ça !

Par contre pour le "sûr" en "sûrs" je m'interroge... puisque la phrase c'est "on est à peu près sûr" et "on" c'est "il" donc singulier, non ?

Pour le côté longuet, ben c'est rapport à la musique XD elle aussi elle est bien longue !!! lol

Et je ne ferais aucun commentaire supplémentaire concernant Zach !  :noange:

Merci pour tes corrections ;)
« Modifié: 22 avril 2009 à 16:12:25 par Jezy »
« Vous êtes mon café émotionnel ! » Meeting 2016

« Les câlins, c'est le bien, il faut en faire sans modération » - Ernya

Hors ligne Jezy

  • Prophète
  • Messages: 656
  • Cabri à présence variable
Re : [Défi] - Au Bord du désespoir
« Réponse #5 le: 22 avril 2009 à 23:31:57 »
Double post pour mettre la suite (puisqu'on est tout à l'heure et presque demain...)

Partie 2 :




Une nouvelle explosion.
Arten s’écrasa le visage contre la cloison. Les échos des cris résonnaient encore à ses oreilles, et il s’écarta du panneau métallique en titubant.
- Mais qu’est-ce que tu fiches ?! hurla-t-il dans le micro de son casque.
Il n'obtint pour toute réponse qu'un léger crépitement. Arten débrancha le dispositif d’un geste rageur, s’arrachant quelques mèches blondes au passage : il n’avait plus qu’à rejoindre le poste de pilotage. Et cela ne s’annonçait pas facile.
Il ouvrit la porte d’un violent coup de pied - puisque les détecteurs automatiques ne fonctionnaient plus - et traversa le corridor à vive allure. Les cabines autours de lui étaient vides, leurs portes stupidement ouvertes ; les rares objets qu’elles contenaient étaient répandus par terre, roulant de-ci de-là en fonction de l’inclinaison du sol.
- Wow ! s’exclama-t-il en s’écartant juste à temps pour laisser passer un chariot cylindrique, qui finit brutalement sa course contre le mur derrière lui.
Il s’en était fallu de peu… Il prit une seconde pour se remettre de l’émotion, une autre pour se le reprocher, puis reprit son ascension à travers le vaisseau.

La salle principale n’était pas en meilleur état que le reste. Aux canapés et autres meubles, maintenus plaqués au sol par un effet de pesanteur propre au vaisseau, se retenaient les membres de l’équipage. Tout autour d’eux roulaient et glissaient mille et un verres, dossiers, clés à plasma, batteries solaires égarées et autres chaussures de travail laissées sans surveillance.
Arten esquiva maladroitement un coussin d’air en perdition et sauta par-dessus un fauteuil en ignorant le regard implorant et terrifié de la mécanicienne tapie derrière.
- Hé vous ! Le pilote, là !
Arten se tourna vers le technicien. Non, ce n’était pas un technicien. C'était un gros-bras, ça.
- Qu’est-ce que vous attendez pour faire quelque chose ? s’exclama le gros-bras en agitant le poing.
Il semblait être une des rares personnes qui avaient laissé la colère prendre le pas sur la peur.
- Je m’y emploie, mon gros ! répliqua le pilote en escaladant le sol incliné à plus de quarante-cinq degrés. Ses yeux sombres fixaient sans ciller son objectif. Au bout de plusieurs tentatives infructueuses, il parvint finalement à atteindre la porte de la section suivante, laissant derrière lui le gros-bras, plus furieux que jamais, et les autres passagers au bord de la crise de panique.

- Cyled ! hurla-t-il en se tenant au rebord de la porte pour ne pas glisser dans la cabine de pilotage. Mais qu’est-ce que t’attends pour nous sortir de là ?! C’est le chaos, dans cet engin ! Et pourquoi est-ce que tout le système de la navette est coupé ?
- Je n’en sais rien, répondit calmement la vieille femme d‘un air concentré, sans cesser de pianoter sur le tableau de commande. J’ai pas vraiment eu le temps de m’en occuper pour l‘instant.
Arten avança de quelques pas chancelants et se jeta sur son fauteuil de pilotage juste au moment où la navette chavirait de nouveau en arrière. Il boucla la ceinture d'harnachement d’une main fébrile et reporta son attention sur les panneaux de contrôle.
- Les générateurs internes sont morts ! cria-t-il à Cyled en détaillant le plan technique qui s’affichait sur l’écran.
- Ca explique certaines choses, répondit machinalement la pilote d’un air qui voulait dire « Je n’en ai rien à faire, mais amuse-toi ! ».
- Ouais, on a quand même de la chance que les circuits de commandes aient leur propre alimentation ! Et c’est quoi ce… ! Mais c’était pas là ça, quand on s’est posé tout à l’heure !
Cyled finit de taper un code de commande avant de tourner son visage ridé vers Arten, puis en direction de la baie de vitrage renforcée.
- Oui, en fait je crois plutôt que c’est nous qui n’étions pas là tout à l’heure, rectifia-t-elle d‘une voix posée. Je ne sais pas si tu as remarqué mais la navette bouge un peu depuis quelques temps.
Arten allait envoyer une réplique cinglante à la vieille femme, cette espèce de "J’ai-tout-vu-dans-la-vie-et-plus-rien-ne-me-surprend", mais une nouvelle secousse renversa la navette sur le flanc. A quelques secondes d’intervalles, la porte de la cabine se referma en claquant violemment, et plusieurs voyants se rallumèrent, d’abord rouges, puis bleus. Arten sortit précipitamment un nouveau transmetteur de sa poche et le fixa sur le profil de sa mâchoire.
- Salle des machines, ici le poste de pilotage ! ‘Y a quelqu’un en bas ?
Des crépitements lui répondirent, avant d’être remplacés par une voix grave, tendue et essoufflée.
- Poste de pilotage, ici la salle des machines. Générateurs internes réactivés…
- Mais vous êtes qui vous ?! s’époumona Arten tandis que sa collègue reprenait le cours de ses tentatives.
- Posmi Talnio, technicien de la navette, commandant.
Arten fronça les sourcils.
- ‘Connais pas ! Mais si vous m’appelez commandant, alors je vous crois. Bon, il va fallo…
- Arten, le coupa Cyled en se retournant, braquant ses yeux bleus glacés sur lui.
Arten releva la tête. Derrière le visage ridé et anxieux, il vit le paysage.
Les herbes hautes qui formaient une mer sous eux, le ciel mauve qui s’obscurcissait doucement, quelques nuages bleu-roses ça et là. Et puis cette impression stupéfiante que l’horizon était à porté de main : la fin de la lande houleuse, et le bord d’une falaise qui s‘approchait inexorablement.
 - Que dirais-tu de faire décoller cette navette ? demanda-t-il doucement sans détacher son regard de la vitre.
« Modifié: 25 octobre 2010 à 00:28:43 par Jezy »
« Vous êtes mon café émotionnel ! » Meeting 2016

« Les câlins, c'est le bien, il faut en faire sans modération » - Ernya

Hors ligne Milora

  • Trou Noir d'Encre
  • Messages: 11 010
  • Championne de fautes de frappe
Re : [Défi] - Au Bord du désespoir
« Réponse #6 le: 24 avril 2009 à 15:47:41 »
Citer
Les échos des cris raisonnaient encore à ses oreilles
Je ne voudrais pas m'attirer de problème avec la Fédaration des Echos Alliés, et je précise à tout membre de cette honorable organisation lisant ces lignes que je ne minimise en rien leur capacité de réflexion, cependant je crois que là, les échos des cris se contentent de résonner, lol...

Citer
Arten débrancha le dispositif d’un geste rageur, s’arrachant quelques mèches blondes au passage
Pour ce qu'on disait l'autre jour des descriptions des personnages, je trouve que là, par exemple, c'est très bien amené :)

Citer
Il ouvrit la porte d’un violent coup de pied - puisque les détecteurs automatiques ne fonctionnaient plus - et traversa le corridor à vive allure.
Aaaah, j'ai eu un flash et je l'ai visualisé à bord du vaisseau Voyager ! Lol. (ça veut dire que l'ambiance est bien posée, en tous cas ! ^^)

Citer
Il prit une seconde pour se remettre de l’émotion, une autre pour se le reprocher, et reprit finalement son ascension à travers le vaisseau.
J'aime bien cette phrase ! :) Le "finalement" est peut-être juste un peu en trop ? Il ralentit le rythme...

Citer
Tout autours d’eux
autour (sauf si des rapaces les encerclent ^^)

Citer
Des cris venaient ponctuer régulièrement chaque secousse du vaisseau, plus aigus chez les femmes de l‘équipage.
Là par contre, j'aime pas trop la précision... Lol. Je veux dire : tout le monde sait à quoiressemble une voix de femme, non ? Je vois pas trop l'intérêt de rappeler ce détail qui pointe du doigt une capacité vocale dont la moitié noble de l'humanité a déjà fait les preuves à chaque découverte de cadavre dans un film policier, lol

Citer
- Oui, en fait je crois plutôt que c’est nous qui n’étions pas là tout à l’heure, rectifia-t-elle d‘une voix calme.
Lol ! J'aime ce personnage. Déjà, le fait que ce soit une vieille dame qui pilote une navette spatiale, c'est pas commun. Ça me plait bien :)

Citer
Des crépitements lui répondirent, avant d’être remplacé par une voix grave
remplacés


Bon alors. J'aime beaucoup ! On est entraînés, y a du rythme, de l'ambiance... Je trouve ce passage plus prenant que le précédent, mais d'un autre côté, le contraste entre le calme désespérant de la plaine et les chamboulements de la navette, ça rend très bien.

Je veux la suite ! Zouh, file l'écrire ! Non mais.
Il ne faut jamais remettre à demain ce que tu peux faire après-demain.

Hors ligne Jezy

  • Prophète
  • Messages: 656
  • Cabri à présence variable
Re : [Défi] - Au Bord du désespoir
« Réponse #7 le: 24 avril 2009 à 21:59:11 »
Mdr quel enthousiasme !
 ^^

Alors, j'ai mis trois minutes (ce qui peut sembler ridicule, mais est en vérité très long !) pour comprendre la différence entre résonner et raisonner...  :D

Merci pour le compliment concernant la description du perso, meme si je trouve que s'arracher des mèches c'est un peu extrême. En même temps, la situation ne l'est pas moins.

Pour Star Trek, je préconise la désintoxication...  ;)

Pour les cris de femmes, c'était juste une manière de rappeler qu'il y en avait dans l'équipage... C'est vraiment a enlever ? J'attends que tu me confirmes ça avant de le virer.

Pour la pilote, c'est venu spontanément, au départ c'était un mec, pis j'me suis dit "pourquoi aps une fille", pis elle parlait super bien alors j'me suis dit "ce sera pas sa sous-pilote, ils seront a égalité de statut", et ensuite le coté vieux s'est imposé a moi, rapport a son calme a coté de l'énervement de l'autre pilote. Voilà ^^ mais moi aussi j'laime bien cette bonne femme. Dommage.

C'est sur que dès qu'il y a de l'action, on rentre plus vite dans l'histoire ;)
Par contre j'vais pas pouvoir écrire la suite maintentant, j'ai fait journée virée a vélo, une bonne quinze-vingtaine de km (je sais, c'est rien, mais pour moi c'est énorme !), pis j'ai des bébé coup de soleil, pis j'ai une dread et j'en suis toute fière  :D
Et là j'suis morte, donc on verra demain pour écrire la suite.

Merci Mil'  ^^
« Vous êtes mon café émotionnel ! » Meeting 2016

« Les câlins, c'est le bien, il faut en faire sans modération » - Ernya

Zougloutoune

  • Invité
Re : [Défi] - Au Bord du désespoir
« Réponse #8 le: 25 avril 2009 à 09:57:13 »
Citer
Dris secoua la tête en soupirant et, levant la tête
Cette répétition rend la phrase un peu lourde.


Citer
La brise agitait les herbes sauvages....dénué de vie
Mais, une brise qui joue dans les herbes, n'est ce pas là quelque chose d'important de la vie ? Tout dépend du point de vue qu'on a, à mes yeux, c'est un contre-sens.

Citer
Le reste de l’équipe, c’était des gros bras
Un peu maladroit...

Citer
Il prit une seconde pour se remettre de l’émotion, une autre pour se le reprocher
Jolie formulation  :)

Citer
l'autorité incarné
C'est pas incarnéE ?

J'aime beaucoup ces deux parties très contrastées dans leur ambiance générale  :mrgreen: On arrive bien à discerner les personnages dans leurs paroles, je trouve ça vraiment bien qu'ils aient des caractères très dissociables les uns des autres. Pis une lune violette, c'est original  :)
Hâte de lire la suite !

Hors ligne Milora

  • Trou Noir d'Encre
  • Messages: 11 010
  • Championne de fautes de frappe
Re : Re : [Défi] - Au Bord du désespoir
« Réponse #9 le: 25 avril 2009 à 11:13:10 »
Pour les cris de femmes, c'était juste une manière de rappeler qu'il y en avait dans l'équipage... C'est vraiment a enlever ? J'attends que tu me confirmes ça avant de le virer.
Justement, ça fait un peu cet effet : vous voyez, je case une indication, y a aussi des femmes ! Ça fait un peu maladroit. Tu pourrais peut-être recaser l'allusion autrement, de façon plus subtile ?

Quant à l'action qui entraîne plus... Disons que c'est plus facile d'attirer l'attention avec de l'action. Mais pas que.
(moi parler bien la France)


La chance, une rando à vélo ... ! (A bas les grandes villes polluées et bouchonnées de voitures...  >:( )
Il ne faut jamais remettre à demain ce que tu peux faire après-demain.

Hors ligne Jezy

  • Prophète
  • Messages: 656
  • Cabri à présence variable
Re : [Défi] - Au Bord du désespoir
« Réponse #10 le: 25 avril 2009 à 13:27:03 »
Hé oué  :D

Bon, effectivement j'suis pas desplus subtiles  >< donc passage dégagé !

La suite... Rapidement (c'est vague, mais j'ai pas mieux !)
« Vous êtes mon café émotionnel ! » Meeting 2016

« Les câlins, c'est le bien, il faut en faire sans modération » - Ernya

Hors ligne Plume d'argent

  • Grand Encrier Cosmique
  • Messages: 1 150
Re : [Défi] - Au Bord du désespoir
« Réponse #11 le: 26 avril 2009 à 22:35:51 »
Je voulais le commenter hier mais suite à une succession d'événements qui m'ont dérangé dans mon commentaire-notamment l'installation d'un certain machin qui n'en faisait qu'à sa tête, ma mère qui me pressait pour qu'il fonctionne convenablement, en ayant besoin- bref, je n'ai pu me concentrer pour le faire.  ><

Donc voilà, je le fais maintenant. (en espérant que la connexion tienne jusqu'à la fin)

Première partie:

- Je sais que ça se dit mais ça me dérange ce destinataire. Le mentionne dans un échange de regards, même s'il fait l'analogie avec l'échange de lettres, n'est pas très top. Du moins, à mon avis.

- "Et il avait remarqué la petite lune violette dans la liste.
Et il avait voulu y envoyer une équipe, juste pour voir, pour un éventuel aménagement. " Répétition de Et.

"Non mais, je pensais qu’on pourrait peut-être bouger, non?" La virgule après le mais devrait être enlevée, non? Là elle donne le sens du "Non mais!"  que peut lancer une personne irritée. A moins que Stephan ne le soit dans cette réplique. Elle serait mieux après le Non. Ou alors enlever celui-ci, de toute manière il fait répétition avec le second non.

-"la lune sur laquelle on est, ici, là où tu es assis," Il y a trop de précisions. "La lune sur laquelle on est" aurait suffi, non? Pourquoi rajouter les deux autres détails?

Je n'ai pas d'autres remarques, à part que c'est bien écrit, que les sentiments-irritation d'Edina et tout le reste- passait bien. Tu a fait moins de gaffes que d'habitude-sur ton roman- Les descriptions sont bien faites, réelles, on effleure leurs sensations. Que du bien donc! Attention aux fautes d'orthographe. Sinon c'est intéressant et bien mené jusque là.

Savais-tu que Dris est un prénom arabe? lol

Je m'attaquerai à la seconde partie plus tard.

Hors ligne Jezy

  • Prophète
  • Messages: 656
  • Cabri à présence variable
Re : [Défi] - Au Bord du désespoir
« Réponse #12 le: 26 avril 2009 à 22:46:16 »
Je ne comprend pas ta première remarque  ??? tu peux m'expliquer ?

La répétition du "et" est voulu, c'était pour faire un p'tit effet. Faudra voir si ça dérange vraiment ou pas...

Pour les deux remarques suivantes, c'est fait exprès aussi, c'est pour retranscrire le côté oral.
Edina insiste sur l'endroit ou ils sont pour se moquer de Stephan.
Pour la virgule, moi aussi elle me gène  >< j'sais pas trop bien ou la mettre mais je vais y regarder.

Merci pour les encouragements ^^

Dris, je n'y avais pas réfléchi mais maintenant que tu le dis, c'est vrai que Jamel le sort dans son spectacle (je sais, piètre référence, mais on fait avec ce qu'on a lol).
« Vous êtes mon café émotionnel ! » Meeting 2016

« Les câlins, c'est le bien, il faut en faire sans modération » - Ernya

Hors ligne Plume d'argent

  • Grand Encrier Cosmique
  • Messages: 1 150
Re : [Défi] - Au Bord du désespoir
« Réponse #13 le: 26 avril 2009 à 23:00:32 »
Tu dis: "Ses yeux noirs lançaient des éclairs entre ses mèches rousses, mais leur destinataire était trop préoccupé pour s’en rendre compte." c'est de ce destinataire là qui me gêne.

Pour ma part, le répétition du Et me dérange quelque peu.

De rien^^

Héhé, tu regardes les présentations de Jamel?

Hors ligne Jezy

  • Prophète
  • Messages: 656
  • Cabri à présence variable
Re : [Défi] - Au Bord du désespoir
« Réponse #14 le: 26 avril 2009 à 23:06:29 »
Haaaa d'accord !
Oui effectivement, il m'avait géné aussi a l'écriture.
Je regarderai ça aussi alors  :P

Pour Jamel... j'me souviens juste qu'il avait raconté une blague avec un chien nommé Dris. A part ça, j'suis pas fan fan..  lol


Edit : Ha, Zoug', j'suis désolée j'avais ps vu ton post  :-\

J'moccupe toufuite de la répétition !!

Pour la brise, ce que je veux dire c'est que bizarrement, il n'y a pas un seul animal, ni aucune autre plante que ces herbes hautes, et tout ça parait vide.
Après comme tu dis, c'est une question de point de vue, mais pour moi le vent qui serpente entre les dunes du Sahara n'apporte pas beaucoup plus de vie... (encore que dans le Sahara y a des scorpions, des fennecs, des serpents, et des oasis.)

Le "c'était" fait vraiment tâche ?
C'était pour retranscrire le côté "les autres on s'en fiche, des musclors, ils font de la figuration" etc. Mais si ça gène vraiment, je le changerai.

incarnéE rectifiéE ;)

Merci pour tes encouragements ^^

Faut vraiment que j'écrive la fin ... XD ca commence a trainer en longueur cette histoire.
« Modifié: 29 avril 2009 à 10:48:46 par Jezy »
« Vous êtes mon café émotionnel ! » Meeting 2016

« Les câlins, c'est le bien, il faut en faire sans modération » - Ernya

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.19 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.021 secondes avec 22 requêtes.