Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

24 janvier 2020 à 15:33:04

Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Textes courts » Théâtre » [Défi + Théâtre] Entre Chats et Rats

Auteur Sujet: [Défi + Théâtre] Entre Chats et Rats  (Lu 4015 fois)

Hors ligne Rain

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 658
  • Perdu
    • Page Deviant Art
[Défi + Théâtre] Entre Chats et Rats
« le: 03 avril 2011 à 15:37:13 »
Ceci est une pièce qui traîne depuis, heu... longtemps  :-¬? Elle est la réponse à un défi de Mil, à savoir :
Citation de: Mil la fourbe visionnaire
- Rain, pour les mêmes chefs d'accusation, je te défie d'écrire un texte de théâtre.
Donc... Voilà :mrgreen: C'est absolument nawak, je viens de bâcler la fin, et j'ai même pas réussi à respecter les délais pour la pièce de théâtre. Tant pis.
Je m'étais en plus fixé le défi de caser le plus de pseudos possibles, d'une manière ou d'une autre. Il en manque quelques uns.
Amusez vous bien !




Entre Chats et Rats


Personnages :

Les rats
- Le Leader du mouvement – un gros rat noir bourrin
- Marie d’Or, la fille du Leader – une rate au poil blond à l’air frêle et sournois
- Krap – un jeune rat plein de charme
- L’armée – un tas de rats

Les chats
- Amie, capitaine de la garde – une chatte noire élancée et féroce
- Dan, capitaine de la garde – un matou petit, couturé de cicatrices, plus jeune qu’il en à l’air, au poil bleu nuit
- Le Roi – un chat tigré deux fois plus grand que les autres, à la prestance royale et au port élégant
- La Reine – une douce chatte rousse posée
- Tch’Niek, la princesse – une chaton rebelle aux yeux bleus et au poil blanc comme neige
- Le savant fou, dit SF – un vieux chat timbré au poil dru qui s’habille d’une blouse
- Divers soldats – un tas de chats

Le reste
- La grenouille – une grosse grenouille
- Les rielles – d’étranges bestioles
- Le Prologue – un mec bizarre qui raconte des trucs que tout bon chat, chien ou rat connaît déjà.



Le Prologue

   Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine, se trouvait un pays où cohabitaient les animaux. Les Rats, les Chats, les Chiens, les trois plus grandes races douées de conscience, avaient fondé, à l’issu d’une guerre particulièrement bestiale, un conseil des meutes censé maintenir la paix, que l’on appela le Conseil Sauvage. Les représentants de Mulomania, Félinaterre et Caninbourg se réunirent pour la première fois afin de délimiter des frontières équitables. Ainsi, les Chiens se virent attribuer toutes les montagnes ainsi que les collines du sud. Les Chats quant à eux purent disposer de toute la plaine centrale, couverte d’ombre et d’eau fraîche. Les Rats enfin héritèrent des forêts tout au nord, où le froid les obligeait à se terrer. Bien qu’ils n’en montrassent rien, les rongeurs en furent particulièrement insultés et vouèrent aux Chats dont ils convoitaient les terres une haine et une jalousie sans égales.
   Le temps passa pourtant, et peu d’animaux en tinrent grand cas. Du moins, pas pendant près d’un millénaire.



Scène 1

   Dan et Amie sont dans une salle de garde sur le chemin de ronde des remparts du château de Félinaterre situé à l’extrême nord de la contrée des Chats. Il est midi. Amie mange en silence pendant que Dan fait ses griffes sur la table en se balançant sur sa chaise. On entend le brouhaha de la population qui s’affère dehors. Soudain, un soldat arrive en courant et en criant.

SOLDAT – Capitaine Amiaou, capitaine Dan ! Venez voir, c’est terrible !
AMIE – Reprenez-vous, soldat, et racontez calmement ce qui se passe. Dan, ne lui fais pas les gros yeux, tu vas l’effrayer.
DAN (il grommelle dans sa barbe) – Rabat-joie. A peine rentrés depuis une journée, on vient nous embêter, et je ne peux plus me détendre. Amie ne sait vraiment plus s’amuser.
SOLDAT – Dehors ! Dans la forêt ! Ils crient, ils scandent ! Il faut faire quelque-chose !
AMIE – Moins vite, soldat. Qui crie, qui scande ?
SOLDAT – Les Rats, Monsieur !
DAN – Qu’ils crient, ce n’est pas nouveau. Ils avaient une belle voix la dernière fois que j’ai fait un tour dans les donjons.
AMIE – Plus tard, Dan. Que scandent-ils, soldat ?
SOLDAT – Des choses terribles, Monsieur !
AMIE – Vous pouvez être plus précis ? Des chants de guerre ?
SOLDAT – Nya, pas exactement…
AMIE – Des slogans rebelles, alors.
SOLDAT – Pas tout à fait…
DAN – Leur envie de mourir dans le sang et la souffrance ?
SOLDAT – Miou, si on veut…
AMIE et DAN (ils s’énervent un peu) – Mais que disent-ils bon sang !
SOLDAT – « L’an mille aux Rats, » capitaines !

   Tout le monde sort sur les remparts. Les soldats commencent à s’assembler, certains sortent des longues-vues et observe la situation en direction de la forêt. Le capitaine Dan se fraye un passage parmi eux, subtilise l’un des instruments à un garde ébahi, le lève à ses yeux. Il fait signe à Amie d’approcher, lui tend l’accessoire pour qu’elle regarde. Elle peut voir devant les arbres une armée de Rats, casques sur la tête, chacun vêtu d’une armure de plate et l’épée en patte, acclamer un gros rongeur noir monté sur une estrade et affublé d’une couronne en fromage. Il semble les haranguer, mais ses paroles sont noyées sous les cris de ses fidèles.

AMIE (à un soldat proche) – Quand doit arriver le nouvel an ?
SOLDAT – Demain, Monsieur ! Enfin, ce soir.
AMIE – Déjà ?
DAN – Le temps passe plus vite sur les routes.
AMIE – Surtout quand on est poursuivi par une armée de chiens en rogne à cause d’un chat qui a saboté le mariage du prince, flirté avec la princesse et monté une révolution dans les rues de Caninbourg.
DAN – Ça va, ça va. Elle était mignonne, cette petite labrador, même si elle était un peu grande.
AMIE – Dan ! Ce n’est pas le moment ! Et puis, tu sais très bien ce que pense le Conseil Sauvage des aventures inter-espèces.
UN SOLDAT – Capitaines, regardez, ils s’en vont ! Ils retournent dans la forêt ! Vous croyez qu’ils ont eu peur de nous ?
DAN – Tu veux dire, après nous avoir fait savoir qu’ils comptaient déclencher une guerre et en laissant là tout le matériel nécessaire pour faire un camp militaire ? Ils ont même dressé une tente à rates de joie, là-bas. Donc soit ils veulent faire la fête avec nous jusqu’à plus soif, en nous tricotant des chaussettes avec leurs aiguilles à rallonge, et dans ce cas ils sont partis chercher la bibine, soit ils vont maintenir un siège avec les jouets qu’ils sont probablement en train de construire et s’installer durablement, en nous regardant mourir de faim pendant qu’ils se reproduiront aussi vite que… que… ben, que des rats.
AMIE – Je parie sur la deuxième solution. Allons prévenir le Roi, je ne pense pas qu’ils lancent d’assaut avant cette nuit.

   Ils sortent de la scène.



Scène 2

   Dan et Amie sont dans la salle du trône. Ils patientent depuis déjà quelques temps et l’après-midi est bien entamée lorsque le Roi et la Reine se montrent enfin.

ROI – Pourquoi m’a-t-on interrompu au milieu de mon repas ?
AMIE – C’est une affaire des plus urgentes, Votre Félinité.
ROI – Très bien, je vous écoute, capitaine. Parlez !
AMIE – Selon toute vraisemblance, il semblerait que les Rats aient prévu d’attaquer Félinaterre cette nuit, Votre Félinité.
ROI – Quoi ! quelle est cette diffamation ! J’accueille depuis plus d’une semaine la descendance du sang noble des rats, en la personne de Marie D’Or, la fille de la plus prestigieuse et influente des familles du pays de Mulomania, ainsi que son page Krap. Autour de notre table, elle nous a annoncé son désir de voir se poursuivre nos relations amicales, et nous à même invité à une fête pour le nouvel an, dans le petit campement que ses semblables ont sans doute déjà monté près de la forêt. A l’heure actuelle, ils doivent être en train de choisir les meilleurs crus pour contenter notre royale personne. Miou, le meilleur cru. Et vous, capitaine, plus malin que tout le monde, prenez la liberté d’interpréter cela comme un acte de guerre ?
AMIE – Mais, Votre Félinité, ils scandaient des paroles anti-chat, et…
ROI – ASSEZ ! J’en ai assez de vos excuses, capitaine Amiaou ! Continuez ainsi et je vous rétrograde. (Il retourne dans la salle à manger. Amie retient la reine par la patte.)
AMIE – Ma reine, vous au moins, persuadez-le ! Notre royaume est en danger !
REINE – Miaou ?
DAN – Laisse tomber, Amie. Tu dois être la seule féline du continent à ne pas respecter cette saleté de tradition. Tu n’es même pas considérée comme une chatte par tes propres subordonnés, tout ça parce que tu miaules au lieu de dire « miaou » à tout va ! Elle et toutes les autres femelles ont la bouche close, de toute façon. Evite de compter sur elles.
AMIE – Oui, tu as sans doute raison. (Elle soupire.) Que fait-on ? Nous voilà tous les deux seuls.
DAN – Comme d’habitude, non ? (Il sourit de tous ses crocs.)
AMIE – Pas maintenant, Dan. On aura tout le temps pour ça après. Je te promets une nuit inoubliable. Mais pour l’instant, on doit sauver le monde. Enfin, le château, en tout cas.
DAN – Toutes nos nuits sont inoubliables, mais je suppose que tu changeras pas d’avis. Bon, enfin, on trouvera bien des idées en descendant dans le donjon.
AMIE – Tu viens de laver ton plastron, et tu voudrais déjà le couvrir du sang des prisonniers ?
DAN – Ça serait un bon passe-temps, oui. Mais c’est pas à ça que je pense. On pourrait aller voir le vieux SF, il aura peut-être une idée.
AMIE – Ah oui, le savant fou. Je l’avais oublié. Allons-y.



Scène 3

   Une salle humide et sombre, sans fenêtre, uniquement éclairé par un candélabre qui trône sur une table au milieu de la pièce. Près d’un bureau, dans un coin, un vieux chat voûté au poil gris et désordonné fait des expériences sur un oisillon en versant sur son plumage divers liquides à l’aspect douteux. Des piaillements de douleur emplissent la salle.
   Entrent Amie et Dan.


AMIE – Excusez-nous de vous déranger, savant…
SF – Arrh ! Capitaine Amiaou ! Et le capitaine Dan auzzi ! Ne fous embêtez pas afec ze fieux titrre, appelez-moi EzF, comme tout le monde. Que me faut l’honneurr ? Foulez-fous du thé ?


   Amie considère avec dégoût la fiole de liquide couleur d'ambre que le savant fou lui agite sous le museau. Dan ricane.


DAN (tout bas) – On a tous besoin d'un verre à soi qu'on trimballe partout.
AMIE – Heu… Nous n’avons pas vraiment le temps.
DAN – En fait, on est là pour voir si vous auriez de quoi trucider une bonne centaine de rats rapidement et sans trop de bruit.
AMIE – C’est une manière un peu brutale de présenter les choses… On voudrait juste de quoi gagner une guerre à nous deux.
SF – Je fois que fous êtes touchourrs auzzi turrbulents ! Che me zouviens de fous avoirr fu, petits déchà, tenter de prrendrre d’azzaut la chambrre rroyale. Les garrdes n’ont même pas rréuzzi à fous rrattrraper alorrs que fous pazziez entrre leurrs pattes. C’était comique, ha ha !
AMIE – Heu, oui, mais vraiment…
SF – Et cette autrre fois où fous afez failli mettrre le feu à la cuizine en tentant de fairre cuirre une colonie de fourrmis. L’odeurr afait rrempli tout le château et donnait faim à tout le monde !
DAN – Ah ! Celle-là je m’en souviens. Les fourmis cramées, ça reste un plat plein de vitamines et c’est bon pour le corps. On devrait recommencer.
AMIE (qui commence à s’impatienter) – Oui mais on n’a vraiment pas le temps. Savant, vous pouvez nous inventer quelque chose pour ce soir ? Dans, disons, quatre ou cinq heures ? Pour qu’on soit prêts avant minuit ?
SF (un peu gêné) – Errh… Nya, che crrains que ze zoit impozzible, malheurreuzement. Ch’ai déchà trrop d’expérrienzes en courrt qui zont plus imporrtantes qu’une petite guerrre. Il faut que che découfrre le zecret de la fabrrication d’un Igorr.
DAN – Un… Igor ? Ça se mange ?
SF – Arrh non ! A moins de fouloirr mourrirr dans d’atrrozes indigeztions dues à un empoizonnement des chairrs morrtes. L’Igorr est le zerrfiteurr parrfait, capable de ze rrecoudrre lui-même afec n’imporrte quel bout de cadafre. Il ne meurrt chamais, zupporrte les chocs électrriques et comprrend mieux que perrzonne les attentes d’un fieil exzentrrique tel que moi. Fous êtes zûrrs que fous ne foulez pas de thé ? (Il remue un peu sa flasque.)
AMIE – Certains. Nous allons vous laisser à vos travaux, et réfléchir à d’autres solutions. Au revoir. (Elle essaye de s’éclipser le plus rapidement possible, mais le savant la retient d’une patte.)
SF – Arrh ! Pas zi fite ! Che n’ai pas dit que che n’ai rrien pour fous. Che conzens à fous prrêter l’une de mes derrnières rrecherrches en matièrre d’arrme de guerrre. Che ne l’ai pas encorre teztée, à frrai dire, et fous ferriez de parrfaits cobayes.
DAN – Sans moi. La dernière fois que j’ai servi de cobaye, j’ai failli y laisser mes griffes et mon pelage.
SF – Encorre de la rrancune aprrès tout ze temps ? Ze n’était qu’une petite bague lanze-flammes de rrien du tout, pourrtant. Auchourrd’hui, ze n’est rrien de pluz… qu’un zac.
AMIE – Un sac ? Et que voulez-vous qu’on en fasse ?
SF – Mais ze n’est pas n’imporrte quel zac. Z’est un zac à rrielles. Un conzept rrévoluzionnairre que ch’ai mis au point il y a quelques chours.
DAN – Et qu’est-ce que c’est censé faire ? Exploser quand on dit le mot « coucou » ?
SF – Chut ! Ne dites pas de telles chozes imprrudemment ! Zerrtains objets izi pourrraient effectivement provoquer un désaztre avec de tels mots-clés ! Non, le prrinzipe du zac est infiniment plus zubtil. A frrai dire, il l’est tellement que che ne le comprrends pas moi-même.
AMIE – Vous voulez dire que… vous ne savez pas à quoi il sert ?
SF – Miou, z’est zela.
DAN – Mais, heu… C’est quoi une rielle ?
SF – Z’est bien le prroblème. Che ne zais pas encorre. Z’est pour za que che compte zur vous pour le découfrrir.
DAN – En gros, si c’est un truc dangereux, vaut mieux que ce soit pour notre pomme, quoi.
SF – Miou, en effet.

   Silence. Amie et Dan jaugent le savant fou, puis se regardent l’un l’autre, soupirent dans un bel ensemble, et se retournent vers le vieillard.

AMIE – Très bien. Puisque nous n’avons rien d’autre pour l’instant, nous allons accepter de prendre les risques pour vous…
SF – Merrzi les enfants ! Fous me rrendez un fier zervice !
AMIE – … à une condition.
SF – Oh, che fois. Trrès bien, che fous écoute.
DAN – On veut un vrai cobaye qui crèvera à notre place au cas où ça tournerait mal.
SF – Laizzez-moi rréfléchirr… Arrh, miou, za doit êtrre pozzible. Le temps que che la rretrrouve… (Il farfouille dans ses affaires.) Arrh ! La foilà. Une magnifique rraine.
AMIE – Une… quoi ?
SF – Z’est comme une rrainette, mais en plus gros.


Scène 4

   Un long couloir du château de Félinaterre avec beaucoup de portes sur l’un et l’autre mur. Dan et Amie avancent rapidement, Amie le sac dans les mains, Dan la grenouille géante sur le dos.

DAN – Et donc, on est censé faire quoi avec ce… truc plus encombrant qu’autre chose ?
AMIE – Je n’en ai aucune idée. On avisera en ouvrant le sac. Tu ne trouves pas qu’elle me… regarde bizarrement ?
DAN – Tu lui plais, peut-être.
GRENOUILLE – Queï.

   Silence.

DAN – Elle vient bien de dire… « queï » ?
AMIE – Je crois, miou.
GRENOUILLE – Queï.
DAN – Mais une grenouille, c’est pas censé demander quelque chose comme « quoi » ?
AMIE – « Coa ». Si, la plupart du temps.
GRENOUILLE – Queï.

   Nouveau silence.

DAN – Elle est peut-être étrangère. Après tout elle vient du labo de SF. (Silence pensif.) Enfin bref. Si tu ouvrais le sac, qu’on voit ce qu’il y a dedans ?

   Le sac remua légèrement.

AMIE (avec un regard suspicieux) – Je crois que je préfère éviter. On l’ouvrira en temps et en heure. (Elle s’arrête soudain devant une porte et jette un regard noir à Dan.) Je vais me changer. Si tu ouvres la porte… (Elle réfléchit un instant.) Je suppose que tu ne verras rien de toute façon.
DAN – Tu as installé un paravent ? Et puis ce ne serait pas la première fois que je te vois sans ton armure.
AMIE – C’est différent. Et je n’ai pas installé de paravent. Simplement, s’il te prend l’envie d’entrer, il se pourrait que tes yeux veuillent ressortir. Seuls.

   Dan frissonne et acquiesce, et Amie rentre. Alors que le capitaine commence à s’impatienter, une frêle silhouette vient à sa rencontre. Plus petite et menue que lui, elle est enroulée dans une cape noire, et Dan ne parvient pas à distinguer son visage.

DAN (pour lui-même) – Qu’est ce qu’un gosse fiche ici ?
GRENOUILLE – Queï !
INCONNU (sursaute, regarde la grenouille) – Qu’est ce que… Non, non, ça n’a pas d’importance. Êtes-vous le capitaine Dan ?
DAN – Peut-être bien, et peut-être pas. Qu’est qu’un gamin peut bien vouloir au merveilleux capitaine de la garde des chats ?
INCONNU (légèrement agacé) – Je prendrai cela pour un miou. Peut-on entrer un instant pour discuter ?
DAN – Eh bien, je te déconseille vivement d’ouvrir cette porte. En tout cas, moi je n’entrerai pas. Maintenant, si tu as envie de manger tes propres yeux en confiture, ne te gêne surtout pas. Notre très chère Amie se fera un plaisir de t’exaucer.
INCONNU – S’il vous plaît, c’est important !
DAN – Si tu parviens à le faire comprendre à Amie en moins de cinq secondes, tu trouveras une oreille plus réceptive que la mienne.
INCONNU (commence à trembler, sa voix est moins assurée) – Le… Le capitaine Amiaou ? Le vrai ?
DAN – La terreur des loups elle-même.
INCONNU (prend une grande inspiration) – Je prends le risque.

   L’inconnu prend son souffle et entre à son tour. Contrairement à ce qu’attend Dan, aucun bruit de mobilier brisé ne se fait entendre. Il dépose la raine, approche son oreille de la porte mais ne parvient à saisir la discussion. Il entrouvre légèrement la porte et coule par l’entrebâillement un œil discret. Une griffe dangereusement aiguisée vient à sa rencontre pour l’accueillir. Dan retient son souffle.

AMIE – Je t’avais prévenu. Si tu as du temps à perdre en espionnage, prends ta grenouille et file à la forêt. Je vais avoir pas mal de choses à faire. D’ici là, surveille les rats et repère les lieux. Rejoins-moi au coucher du soleil. (Dan s’éloigne, Amie réfléchis, le rappelle.). A l’orée, Dan ! Attends-moi à l’orée ! C’est moi qui te rejoindrai ! Et tu as intérêt à être là !
DAN (à la grenouille) – Comment font les femelles pour changer d’idée aussi souvent qu’elles font leur toilette ? Un coup elle veut m’arracher l’œil, un coup elle veut plus me lâcher… Tu peux m’expliquer ?
GRENOUILLE – Queï.



Scène 5

   La chambre d’Amie, une petite chambre agréable avec un lit double au dessus duquel une tête lupine monstrueuse montre les crocs. La menue silhouette de l’inconnu tremble, une patte devant les yeux.

INCONNU – Je… Je… Je m’excuse de faire ainsi irruption dans vos quartiers, maîtresse Amiaou, mais…
AMIE (surprise, sur ses gardes) – Commençons par le commencement. Dis-moi qui tu es, montre-moi ton museau, et nous miauleront ensuite.
   
   L’inconnu, toujours apeuré, relève le capuchon de son manteau et dévoile une chaton blanche.

AMIE (surprise) – Princesse Tch’Niek ? Qu’est-ce que vous faites ici, dans ces vêtements ? Et pourquoi miaulez-vous ?
TCH’NIEK (outrée, prenant son courage à deux pattes) – Vous pensez-vous la seule chatte des plaines à miauler, capitaine ? Vous ne fréquentez pas assez vos semblables pour savoir que nous ne faisons aucun cas des traditions en privé. (Elle se radoucit.) Ma mère m’a raconté un peu plus tôt que vous aviez réclamé son aide. C’est dans ce but que je suis devant vous. Je suis consciente de ce qui est en jeu, et je parlerai à mon père. Cependant, j’aurais également une requête à vous soumettre.
AMIE – Mettons que j’accepte. De quoi s’agit-il ?
TCH’NIEK – Eh bien, c’est délicat et… J’aimerais avoir votre soutien inconditionnel avant de tout vous raconter. Vous n’allez pas apprécier.
AMIE (méfiante) – Vous l’avez.
TCH’NIEK (à nouveau tremblante) – Le jeune page des rats… Krap. Lui et moi, nous… Nous sommes tombés amoureux l’un de l’autre.

   Silence.



Scène 6

   A quelque distance du château et du campement des rats, à l’orée de la forêt, Dan attend Amie en faisant les cent pas. Le soleil est presque couché et la grenouille sur son dos commence elle aussi à s’agiter.

DAN – Et voilà. Comme d’habitude, elle est en retard.
GRENOUILLE – Queï !
DAN – Miou, c’est vrai. Au moins j’attends pas tout seul. (Il s’arrête.) T’as besoin d’un nom, d’ailleurs. (Il réfléchit quelques minutes.)
GRENOUILLE – Queï ?
DAN – Ah ben oui. Queï, c’est pas mal. Tu t’appelleras Queï.
QUEÏ – Queï.
DAN (commence à faire jouer ses griffes) – Elle pourrait se dépêcher un peu, quand même. Si au moins y’avait eu quelque chose d’intéressant dans la forêt… Mais non. Rien qu’un rat bûcheron qui s’est évanoui quand il m’a vu. Même pas possible de l’interroger. Et ses potes qui se sont tous carapatés. Ça court vite, ces bestioles, nya ?
QUEÏ – Queï ?
DAN – Evidemment, tu n’en sais rien. C’est la première fois que tu les vois. Des rats bûcherons, ça n’a rien d’étonnant, en plus. J’veux dire : ils vivent dans la forêt. C’est comme parler de chiens chasseurs, ou de chats flemmards.
QUEÏ – Queï.
DAN – Enfin, je suis à peu près sûr que le tas de caillasses grosses comme des loutres était pas normal, lui. Y’a pas de caillasses dans la forêt.
AMIE – Bouh.

   Dan sursaute, se retourne, mais ne voit rien. Amie, le sac toujours dans une patte, émerge des fourrées dans son dos, lui met une tape sur la tête et ricane de son air surpris.

AMIE – Quel grand capitaine de la garde royale de Félinaterre ! Tu te laisses avoir par n’importe quel crétin sorti des bois. Tu sais combien de rats j’ai croisé qui essayaient de t’espionner ? (Dan fait non de la tête ; Amie lève l’autre patte et lui tend un bouquet d’une dizaine de rongeurs qui se débattent et se plaignent.) La prochaine fois, sécurise les lieux avant de t’installer. (Elle jette les rats qui détalent. Aussitôt, Queï bondit sur eux et les engloutit – « Queï ! » – l’un après l’autre. Amie et Dan la regardent manger, intrigués.) Au moins, elle sera utile à quelque chose. Bon, est-ce que ta patrouille t’a appris quelque chose ?
DAN (après s’être ressaisi) – Que les rats aiment couper les arbres et empiler des gros cailloux. Soit ils ont beaucoup de morts, et doivent faire beaucoup de bûchers et de cairns, soit ils construisent des catapultes et des trébuchets. Nya, attends, me dis rien : la version officielle est qu’ils ont eu une épidémie de peste, une colonie de serpents et une pluie de météorites ?
AMIE – En gros, miou. Mais ça ne colle pas vraiment avec l’ambiance de fête qui règne dans la forêt. J’ai fait mon petit tour moi aussi, en venant ici – pour me rendre compte.
DAN – Dis plutôt que t’avais pas confiance.
AMIE – Miou, c’est vrai. Tu es tellement efficace ! (Elle indique la raine qui pourchasse un rat, trop rapide pour elle. La grenouille s’arrête soudain, gonfle son col et recrache sa dernière victime qui fonce à toute vitesse vers son congénère dans un couinement surpris. Les deux créatures, assommées l’une contre l’autre, se font bientôt happées par Queï.) Décidément, elle est pleine de surprises.
DAN (vexé) – Je suis tout ce qu’il y a de plus efficace, j’ai juste un peu perdu la main pendant notre séjour à Caninbourg. On fait quoi pour les armes de siège ? Le Roi et l’armée vont finir la soirée complètement beurrés, ils pourront rien faire quand les rats démoliront Félinaterre.
AMIE – Commençons par retourner à l’abri des fourrés et des regards.



Scène 7

   Une clairière non loin de l’orée de la forêt. Entre Amie et Dan, suivis de Queï. Ils examinent un moment les environs puis, satisfaits de ne trouver personne, s’installent au centre. Amie dépose le sac entre eux.

AMIE – Bon, la première chose avant de mettre en place une stratégie, maintenant qu’on est loin du château, est de savoir ce que contient le sac.
DAN (en s’écartant vivement) – Je t’en prie, à toi l’honneur. (Il réfléchit, lui tend la grenouille.) Tiens, ça peut toujours servir comme bouclier.

   La grenouille se débat. Amie la prend dans ses bras, la dépose devant le sac. Puis elle-même se place derrière et ouvre le sac. Elle tombe à la renverse tandis que des créatures étranges, petites boules sur six petites pattes, dont le blanc mat de leur pelage se dresse comme les pics d’autant d’oursins, sortent encore et encore.

DAN (parti se caché sous un buisson) – Qu’est ce que c’est que ces trucs ?
AMIE (se relève, s’époussette) – Des rielles.
DAN – Quoi ?
AMIE – Des rielles. Ce que nous a donné le Savant Fou est un sac à rielles. Ils étaient dans le sac. Ce sont donc des rielles.

   Les créatures continuent d’affluer, se mettent en rang devant la première personne qu’ils voient : la grenouille.

DAN – Amie, explique-moi… (Le rang s’étale de plus en plus) …s’il te plaît… (Il y en a près d’une centaine) …à quoi toutes ces bestioles… (Les rielles affluent toujours) …peuvent bien nous servir ? Va bientôt y en avoir assez pour envahir toute la forêt !
AMIE (un sourire s’étire sur son museau) – Miou, précisément. Une véritable petite armée. (Elle réfléchit un instant.) Au pire, ta grenouille s’en servira comme elle s’est servie de son rat-boulet-de-canon.

   La raine regarde ses boules de poils, véritable petite troupe, se gonfle d’orgueil.

QUEÏ – Queeeeeeï QUEÏ !

   Les rielles se séparent en plus petits groupes puis se mettent au garde à vous. La grenouille parcourt les rangs à la manière d’un général. Dan se rapproche d’Amie et les deux chats assistent, amusés, au spectacle.

DAN – Ou pas. Au moins, on sait qui va les mener à l’assaut. Bon, voyons, il y a un, deux, trois… vingt-six bataillons. (Il en désigne deux.) Unités P, H ! Avec Amie et moi ! Le reste, vous suivez Queï.

   Les rielles le regardent sans bouger. La grenouille queïasse quelques ordres et deux groupes se détachent pour venir se placer près d’Amie et Dan.

AMIE – Quelle autorité, capitaine Dan, je suis impressionnée, vraiment.
DAN – Quand t'en auras fini avec les sarcasmes, on pourra peut-être commencer à penser à un plan d'attaque, non ? A moins que tu veuilles foncer dans le tas ?
AMIE – Certes. (Pensive.) Déjà, il va falloir éliminer discrètement les quelques sentinelles qui doivent surveiller la fête.
DAN – Ca, je peux le faire.
AMIE – Discrètement, j'ai dit. (Dan grommelle.) Ensuite, on va se servir de ta grenouille et de ses nouveaux amis...

   Ils s'éloignent et sortent de la scène tout en parlant. La grenouille les suit avec sa cohorte de rielles.



Scène 8

   Sous la tente royale, au beau milieu de la fête. Il fait nuit à présent. Sont présents le Roi des chats, la Reine, la princesse Tch'Niek, le Leader des rats, sa fille Marie d'Or et le page Krap. Le Roi et le Leader boivent gaiement autour d'une table – du moins le Leader fait semblant de boire : pendant que le Roi écluse, lui jette le contenu de son verre par dessus son épaule. Une flaque de vin plutôt importante commence à se former derrière lui. Ils parlent du bon temps. Les autres se tiennent cois.
   Soudain, des clameurs retentissent à l'extérieur. Tout le monde se tait, écoute. Entre un rat en courant, couvert de rielles. Il s'en débarrasse, puis s'aperçoit de l'endroit où il se trouve et se met au garde à vous.


RAT (au Leader) – Votre Illuminée Présence ! (au Roi) Monsieur ! (au Leader à nouveau) Nous sommes attaqués Votre Grandeur Moustachue ! C'est une trahison !
LEADER – Reprends ton calme, parle plus lentement, soldat. Que se passe-t-il ?
RAT – Les chats, Votre Majesté Majestueuse ! Ils ont envoyé ces, ces... ces trucs ! Et la grenouille, elle attrape nos guerriers, et...
ROI (retrouvant vaguement ses esprits) – Je proteste, jamais je n'ai...

   Un essaim de rielles pénètre dans la tente, et c'est la panique. Le rat s'enfuit ; Tch'Niek se jette dans les pattes de Krap ; Marie d'Or se contente de monter sur une chaise et de hurler ; la Reine, calme et posée, ne bouge pas ; le Roi, trop soûl pour résister, est submergé ; et le Leader l'observe avec satisfaction – les rielles l'ont épargné.

ROI (se tourne vers le Leader) – Mon vieil ami... aide-moi !
LEADER – Amis ? Toi et moi ? Tu foules le territoire qui nous appartient de droit. Tu le souilles de la présence de tes sujets. Les prés, mon « ami », les prés et les vallées que vous occupez, ce sont nos maisons. Avant la  Grande Guerre du millénaire passé, c'était là que nous vivions. C'est là que nos ancêtres sont morts. C'est notre demeure. Notre terre. La NÔTRE ! De quel droit tes semblables nous l'ont-ils arrachée ? Pour nous envoyer dans la forêt – la forêt où vous auriez dû vivre – la FORÊT ! Où nous mourrons chaque jours par dizaines, par centaines ! Où les prédateurs sont plus courants que l'eau dans les rivières ! VOUS auriez pu vous en sortir, mais vous avez toujours préféré vous prélasser sans rien faire toute la journée. Vous me débectez.
ROI – Mais... En tout ce temps, vous avez bien dû apprendre à survivre ! Regarde comme les tiens sont nombreux !
LEADER – FOUTAISES ! J'ai réuni pratiquement tous les miens pour ce jour ! Pour te tuer, oui, toi et ta funeste descendance, pour chasser les tiens et retrouver nos champs. A-t-on jamais entendu parler de rats des bois ? NON ! NOUS SOMMES DES RATS DES CHAMPS ! L'AN MILLE AUX RATS !

   Son cri est repris à l'extérieur et des bruits de batailles acharnées commencent à se faire entendre. Les miaulements rauques indiquent que la guerre tourne à l'avantage des rats.
   Entrent deux rats à reculons, croisant le fer avec Amie et Dan. Ils sont suivis de la grenouille géante qui, agacée, tire un boulet de rielle sur Marie d'Or. Celle-ci s'effondre et cesse de crier. Les deux chats transpercent leurs adversaires puis se tournent vers le désastre sous la tente.


DAN (d'une voix autoritaire) – Retournez dans les lambes, rielles !

   Rien ne se passe. La grenouille queïasse un ordre, les rielles s'en vont. Le Roi se relève, il est en colère.
 
ROI – Je n'ai pas cru les capitaines Amiaou et Dan lorsqu'ils m'en ont parlé. Je n'ai même pas prêté attention aux messages de ma fille – ma propre fille – qui me mettait en garde. Je croyais en notre amitié, Leader, que tu avais laissé derrière toi cette haine infondée que tu nous portes. Visiblement, je me trompais. Capitaine Dan, votre épée, je vous prie. (Dan la lui tend.) En garde, Leader.

   Le Leader se saisit d'une arme, et le combat s'engage, violent et interminable. Finalement, le Leader s'agenouille, vaincu.

ROI – Retournez dans la Forêt, rats. Vous avez perdu aujourd'hui.
TCH'NIEK – Père, non !
ROI (incrédule) – Quoi ? Qu'as-tu dit ?
TCH'NIEK – Vous m'avez bien entendu, Père.
ROI – Tu... tu as miaulé ?
TCH'NIEK – En effet, Père.
ROI – Tu as osé ! Mais pourquoi ? Ma propre fille... Non ! Tu n'es déjà plus ma fille. Va-t-en.
TCH'NIEK – Mais... Père ! Atten...
ROI – Va-t-en !

   Le Leader profite de cet instant pour se relever et transpercer le Roi qui s'effondre dans un gargouillis. Aussitôt, Amie et Dan se jettent sur le Leader. Tch'Niek s'avance vers lui.

TCH'NIEK – Je crois avoir la solution à nos problèmes communs, Leader. Krap ici présent, votre page, et moi-même nous sommes unis dans le plus grand secret. Je suis enceinte.
LEADER – QUOI ! Ne cesserez-vous donc, vous et votre famille, d'avoir des pratiques contre-natures ?
TCH'NIEK – Contre-nature, Leader ? En quoi l'alliance de deux peuples serait contre-nature ? Nos enfants seront les maîtres des champs et de la forêt. Les chats et les rats pourront vivre ensemble et se côtoyer dans nos deux royaumes.
LEADER (ricane) – Et vous pensez vraiment, princesse, que le Conseil Sauvage vous laissera faire ? Vous délirez. Quant à moi, je préfère encore mourir que de voir le résultat de votre union. Qui aurait cru que mes premiers arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-petits enfants ne seraient pas des rats mais des... monstres ! (Il s'empale sur l'épée qu'il tient encore.)
DAN – Ca, c'est fait. Plus rien s'oppose au mariage, je crois. Félicitations, princesse.
TCH'NIEK – Hélas, capitaine Dan, je crois bien que vous avez raison.
MARIE D'OR – Pas tout à fait. (Elle surgit derrière Krap et Tch'Niek, leur place chacun un poignard sous la gorge.) Je crains de ne pouvoir accepter qu'une telle aberration se produise. Je ne laisserai pas le sang de mon père – mon propre sang ! - se distiller dans celui des (elle crache) chats ! Alors, capitaine Dan et capitaine Amiaou, n'est ce pas ? Vous êtes célèbres pour votre absence de pitié, je crois. Je vous laisse choisir lequel des deux j'élimine en premier. Krap, ou Tch'Niek ?
DAN (un sourire narquois sur le museau) – Aucun des deux, je crois.

   Queï surgit derrière Marie d'Or et la gobe. Puis elle la propulse vers l'extérieur de la tente. A l'extérieur, le silence se fait soudain. Les chats se mettent à feuler soudain et les rats à couiner : la bataille semble se renverser. On voit un rat rentrer, poursuivi par un chat qui se jette sur lui et le dévore.

AMIE – Vous devriez vous dépêcher d'aller faire un discours, princesse Tch'Niek. Vos deux peuples s'entretuent.
TCH'NIEK – Vous avez raison. Allons-y, vous allez m'aider.

   
Ils sortent tous, laissant le chat terminer son festin. Il ronronne.
Perdu

Hors ligne Ambriel

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 142
Re : [Défi + Théâtre] Entre Chats et Rats
« Réponse #1 le: 03 avril 2011 à 17:02:33 »
Lu !

Je crois que j'ai repéré tous les pseudos... bien joué !
Je pense que c'est absolument injouable  :mrgreen: mais sinon c'est cool !
L'histoire n'est pas en soi très originale mais c'est pas vraiment un problème. C'est bien raconté, il y a de l'humour... Ahem, que dire que dire...
Ah oui, j'ai repéré ça :

Citer
Le sac remua légèrement.
remue

Bon, j'ai la flemme de faire un relevé détaillé, désolée. Voilà !
C'est eux qui me l'ont dit, de remplir nos galoches
De charger nos fusils, de pierres et de brioches
Vite dépêche-toi, j'entends la ferraille des soldats

- Têtes raides -

Hors ligne ernya

  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 7 708
  • Ex-dragonne
    • Page perso
Re : [Défi + Théâtre] Entre Chats et Rats
« Réponse #2 le: 03 avril 2011 à 21:42:04 »
Citer
Ainsi, les Chiens se virent attribuer toutes les montagnes ainsi que les collines du sud.
Répet de « ainsi »

Citer
DAN (il grommelle dans sa barbe) – Rabat-joie. A peine rentrés depuis une journée, on vient nous embêter, et je ne peux plus me détendre. Amie ne sait vraiment plus s’amuser
Ça fait pas méga naturel…

Citer
DAN – Ça va, ça va. Elle était mignonne, cette petite labrador, même si elle était un peu grande.
AMIE – Dan ! Ce n’est pas le moment ! Et puis, tu sais très bien ce que pense le Conseil Sauvage des aventures inter-espèces.
Idem, ce n’est pas très naturel comme réplique, surtout que si j’ai bien suivi, c’est Amie qui a lancé le sujet…

Citer
et nous à même invité à une fête pour le nouvel an,
a

Citer
DAN (tout bas) – On a tous besoin d'un verre à soi qu'on trimballe partout.
(Dan s’éloigne, Amie réfléchis, le rappelle.)
Réfléchit

Citer
Dis-moi qui tu es, montre-moi ton museau, et nous miauleront ensuite.
Mdr, le verbe miauler quand même…  :-¬?
Sinon c’est « miaulerons »

Je plussoie ambriel, c’est injouable, mdr. Un abus de Roméo et Juliette ? XD Bon, c’est complètement délirant, XD, y’a des références sympas, certaines affinités sont un peu téléphonées, c’est dommage mais ça reste sympatoche à lire et je pense que la défi est on ne peut plus relevé^^.
"Je crois qu'il est de mon devoir de laisser les gens en meilleur état que je ne les ai trouvés"
Kennit, Les Aventuriers de la Mer, Robin Hobb.

Hors ligne Kailiana

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 729
  • Lial' | Calamar placide
Re : [Défi + Théâtre] Entre Chats et Rats
« Réponse #3 le: 03 avril 2011 à 23:56:37 »
Marrant ! L'idée est sympa.

Bon par contre, je trouve que ça ne fait pas trop pièce de théâtre, ça n'en a que la forme ^^ c'est pas très grave, mais je le dis :p Quelques idées bien amusantes, c'est délirant, toussa. Par contre ça en reste là, ça ne va pas plus loin pour moi, c'est un moment marrant et rapide, c'est tout.
Si la réalité dépasse la fiction, c'est parce que la réalité n'est en rien tenue à la vraisemblance.
Mark Twain

La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.
Einstein

Hors ligne Krapoutchniek

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 2 191
  • Génération de l'univers en cours, patientez svp...
Re : [Défi + Théâtre] Entre Chats et Rats
« Réponse #4 le: 06 avril 2011 à 12:55:05 »
Complètement givré  :D


Je ne sais pas si j'ai repéré tous les pseudos par contre. En tout cas, c'est vraiment délirant comme truc  ^^
Un Nano pour les gouverner tous...

Hors ligne tag

  • Tabellion
  • Messages: 27
    • les petits boulevards
Re : [Défi + Théâtre] Entre Chats et Rats
« Réponse #5 le: 06 avril 2011 à 20:32:00 »
J'ai adoré ta pièce. Le ton est léger, l'écriture bonne et le tout avec beaucoup d'humour  ;D Un trés bon moment  ;D

Hors ligne Rain

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 658
  • Perdu
    • Page Deviant Art
Re : [Défi + Théâtre] Entre Chats et Rats
« Réponse #6 le: 08 avril 2011 à 13:17:49 »
La pièce est pas faite pour être jouée, c'est juste un délire que j'ai hésité à le mettre en revers de la plume  :mrgreen:

Oui donc merci à vous, si vous avez passé un bon moment c'est le but ! Ernya, je corrige dès que je suis rentré à Périgueux.
Perdu

Hors ligne Zacharielle

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 849
    • au bord du littéral
Re : [Défi + Théâtre] Entre Chats et Rats
« Réponse #7 le: 13 avril 2011 à 18:53:35 »
LOL
Un bon gros délire, j'apprécie :mrgreen:
J'aime bien le carnage, les milliards de décors nécessaires, les références aux pseudos  :P
Ce serait un vrai, vrai défi. De jouer ça.

Hors ligne Kathya

  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 275
    • Page perso
Re : [Défi + Théâtre] Entre Chats et Rats
« Réponse #8 le: 13 juin 2011 à 16:35:19 »
Citer
à l’issu d’une guerre
issue

C'est sympathique et très dépaysant.  :mrgreen:
J'ai pas pu m'empêcher de me demander ce que ça donnerait sur scène, mais l'évidente injouabilité de la chose.  ::)
"Je suis la serveuse du bar Chez Régis ! Ou un leprechaun maléfique barrant l'entrée d'un escalier imaginaire..."

Et puis la Nuit seule.
Et rien d'autre, et plus rien de plus.

Avant l'hiver, Léa Silhol

Hors ligne Milora

  • Modo
  • Trou Noir d'Encre
  • *****
  • Messages: 11 069
  • Championne de fautes de frappe
Re : [Défi + Théâtre] Entre Chats et Rats
« Réponse #9 le: 25 juin 2011 à 12:29:06 »
Citer
à l’issu d’une guerre
issue

Citer
d’une guerre particulièrement bestiale
Ah ah

Citer
SOLDAT – « L’an mille aux Rats, » capitaines !
Pardon mais j'ai éclaté de rire  :D :D

Citer
certains sortent des longues-vues et observe la situation
observent

Citer
Des chants de guerre ?
SOLDAT – Nya
Aaaaah, ce n'est que bien plus tard que j'ai compris le jeu de mots, mdr.

Citer
Elle peut voir devant les arbres une armée de Rats, casques sur la tête, chacun vêtu d’une armure de plate et l’épée en patte, acclamer un gros rongeur noir monté sur une estrade et affublé d’une couronne en fromage.
Lol. Mais je vois vraiment pas comment le spectateur pourrait savoir qu'elle voit ça ^^

Citer
tout ça parce que tu miaules au lieu de dire « miaou » à tout va !
J'ai pas compris...

Citer
en descendant dans le donjon.
Le donjon étant une tour, c'est difficile d'y descendre... Même si je me doute que tu as mis ça pour le clin d'oeil.

Citer
Une salle humide et sombre, sans fenêtre, uniquement éclairé par un candélabre
éclairée

Citer
On a tous besoin d'un verre à soi qu'on trimballe partout.
  :D

Citer
On voudrait juste de quoi gagner une guerre à nous deux.
:D

Citer
Che me zouviens de fous avoirr fu
Même avec l'accent bosch, je pense qu'il faut accorder et mettre fus

Citer
SF (un peu gêné) – Errh… Nya
Ce coup-ci, j'ai tilté tout de suite *fière*

Citer
Z’est un zac à rrielles
:D

Citer
DAN – Et qu’est-ce que c’est censé faire ? Exploser quand on dit le mot « coucou » ?
SF – Chut ! Ne dites pas de telles chozes imprrudemment ! Zerrtains objets izi pourrraient effectivement provoquer un désaztre avec de tels mots-clés !
:D

Citer
Non, le prrinzipe du zac est infiniment plus zubtil. A frrai dire, il l’est tellement que che ne le comprrends pas moi-même.
:D

Citer
Dan s’éloigne, Amie réfléchis, le rappelle.)
Si elle est dans une autre pièce, elle n'est pas sur scène, donc on ne peut pas la voir, donc la didascalie est un peu difficile à rendre...

Citer
et nous miauleront ensuite
miaulerons

Citer
Entre Amie et Dan
entrent

Citer
parti se caché sous un buisson
cacher

Citer
(Il s'empale sur l'épée qu'il tient encore.)
DAN – Ca, c'est fait.
  :D

Citer
On voit un rat rentrer, poursuivi par un chat qui se jette sur lui et le dévore.
La phrase est bancale : j'ai cru que le rat dévorait le chat. Ce qui m'a semblé étrange, mais vu le contexte... Par contre, qu'est-ce que les chats fichent là ? Je croyais que la bataille c'était les rats contre les rielles...

Autre petit couic : c'est quoi le rôle des chiens, dans tout ça ? MDR.



Sinon... LOL. J'ai souri de bout en bout et ri parfois. Certains jeux de mots ont dû m'échapper, mais j'ai beaucoup aimé tous ces que j'ai vus. L'histoire est sympa, dans le genre surréaliste ! Dommage que ce ne soit qu'un immense clin d'oeil... Mais même, en l'état, j'ai beaucoup apprécié !
Dommage que ce soit injouable à partir de la scène 6 !

Bien joué, Raine, en tous cas !
Il ne faut jamais remettre à demain ce que tu peux faire après-demain.

En ligne Loïc

  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 7 977
  • Grand méchant loup
Re : [Défi + Théâtre] Entre Chats et Rats
« Réponse #10 le: 31 octobre 2015 à 10:22:23 »
Rien qu'aux persos je rigole déjà xD

Citer
certains sortent des longues-vues et observe la situation

Quatre ans et cette faute n'est toujours pas corrigée ?
La phrase est pas très belle d'ailleurs.

(Je comprends peu à peu les jeux de mots sur les pseudos et je rigole comme un con.)

Citer
Entre Amie et Dan, suivis de Queï.

Faut choisir entre singulier et pluriel :P

C'est n'importe quoi.
Mais c'était fun, du coup xD
Je crois pas avoir tous les pseudos par contre.
"It doesn't matter how your story begins. It's about who's with you at the end."
Killjoys

"Les Grandes Histoires sont celles que l'on a déjà entendues et que l'on n'aspire qu'à réentendre.
Celles dans lesquelles on peut entrer à tout moment et s'installer à son aise."
Arundhati Roy

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.029 secondes avec 23 requêtes.