Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

29 novembre 2020 à 23:29:41
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Salon littéraire » Salle de lecture » Romans, nouvelles » L'ombre des voyageuses (Pierre Pelot)

Auteur Sujet: L'ombre des voyageuses (Pierre Pelot)  (Lu 1768 fois)

Hors ligne Leia Tortoise

  • Calame Supersonique
  • Messages: 2 456
    • Mon blog
L'ombre des voyageuses (Pierre Pelot)
« le: 23 mai 2007 à 10:05:11 »
Voici ma dernière lecture:

Citer
"Ils m'ont appelée la Rouge Bête. Ce n'était pas méchantement."
C'est Esdeline Favier, née en 1733 aux Ordons du Haut, qui parle.
Elle va nous entraîner de ses Vosges natales aux Amériques, non sans revenir sur les rives de la Moselle. Tour à tour bergère, pirate, cavalier, planteur, la Rouge voguera sur un roulier de nègres, prendra les armes, hissera le pavillon noir, libérera des esclaves de Sénégambie, toujours habitée par une même rage, une même passion sauvage.

L'Ombre des voyageuses flamboie d'un soleil qui illumine l'intérieur des êtres et des choses pour en faire un roman d'aventures au féminin illustrant le bonheur et la tragédie. Une histoire comme seuls Alexandre Dumas ou Jules Verne ont pu en concevoir (Heum, c'est un peu exagérer, ça, quand même  :-°), portée par un souffle épique et une écriture remontée du coeur de la mer.

Une chevauchée fantastique sous le signe de l'amour et de la vengeance.

Je connaissais pas Pierre Pelot (il a aussi écrit Le Pacte des Loups mais j'ai seulement vu le film), mais ce livre m'attirait bien, de prime abord.

Avec un début très long et un style volontairement vieilli, ce qui paraît appréciable mais se révèle parfois assez lourd, surtout au début quand il ne se passe rien, et aussi à la longue,  si bien que j'ai failli l'abandonner dans les premières dizaines de pages.
Puis, quand même étonnée d'une telle déception par rapport à ce que promettait la 4ème de couverture, je l'ai repris et je suis enfin arrivée au moment où l'histoire démarre vraiment, et à partir de là ma lecture a été beaucoup plus facile, il y avait bien encore quelques longueurs, mais le fil de l'intrigue était assez passionant pour passer outre...
J'ai adoré la fin, et du coup j'ai re-feuilleté le début qui en devient plus intéressant, puisque l'histoire d'Esdeline est racontée des années plus tard à sa petite-fille et que ça constitue "l'ouverture" du livre...

Pour résumer: ça met vraiment longtemps à démarrer, il y a des longueurs tout au long du livre (trop de descriptions, et pourtant c'est pas du genre à me déranger), mais si on arrive à s'accrocher malgré tout, c'est vraiment une belle histoire, avec une intrigue véritablement passionnante.

Pour vous faire une idée du style:

Citer
J'étais bonne escholière. Passé les appréhensions du début, je ne tardai guère à prendre, eût-on pu dire, en amitié ces signes d'alphabet qui s'assemblaient admirablement et de fort judicieuse manière pour la magie des mots composés et des sons qui s'en élevaient. Cauvin en fut surpris. Maintes fois il m'en fit compliment, et ce n'était pas pour mon plaisir seul mais semblait sans équivoque tout autant pour le sien, dans la joie qu'il était de trouver âme soeur avec qui partager ses chemins d'imaginaire parcourus dans les livres.
- Carnedieu! s'exclamait-il, tu es faite pour ça, que j'en sois grillé par le prochain orage si je ne le crois pas comme je le dis!
Il le croyait.
Les orages jusques à ce jour, d'après ce que j'en sais, l'ont laissé en paix.
Les orages m'ont donc attendu.
« Modifié: 07 juin 2008 à 16:34:28 par Loredan »
Of course it is happening inside your head, but why on earth should that mean that it is not real ?
- Dumbledore -
*
Books ! Best weapons in the world.
- Doctor Who -

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.025 secondes avec 23 requêtes.