Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

23 octobre 2020 à 08:16:46
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Poésie (Modérateurs: Ben.G, Claudius) » Le Syndrome de Vénus

Auteur Sujet: Le Syndrome de Vénus  (Lu 1241 fois)

Hors ligne Empyrée

  • Plumelette
  • Messages: 14
Le Syndrome de Vénus
« le: 14 janvier 2012 à 14:54:15 »
J'ai commencé un poème en plusieurs parties (trois ou quatre je pense), un peu comme des chapitres. Je vous soumet la première.

En gros c'est une sorte "d'explication médicale" de l'amour en me "basant" sur l'antiquité romaine ( mythologie romaine, théorie des humeurs de Galien, médecine et psychiatrie antique, le Mythe de la Louve,etc.) L'amour est comparé à une maladie parasitaire qui s'attrape comme un virus empoisonné. Au début elle est virale et isole le corps du raisonnement. Et devient parasitaire pour sucer le coeur à la manière d'une tique. Ca se lit lentement. Il est encore en travaux.

S'il y a des mots que vous ne comprenez pas dans le poème, n'hésitez pas. Surtout s'il faut que je justifie leur emploi. Et puis n'hésitez pas non plus à signaler les fautes. Je sens qu'il y en a...

(Modifié le 15 janvier, à 13h45)

                        Le syndrome de Vénus

                                          I
                                      Sang

C’est un souffle moite venu de Cythère,
Une mauvaise brise, encombrée de sucre et de miasmes,
Comme la gorge rouge d’un enfant phtisique.

Il entre par les narines, les pores et les lèvres,
A travers les commissures humides, les failles reptiliennes,
Et se frotte, tel un chat, aux muqueuses roses empourprées,
Pour les caresser de son fulminant morphique.


L’onctueux sirop, doux et chaud comme la plage,
Filtre dans les racines de l’humeur, et les caves de l’esprit,
Son venin aux fragrances d’angine, et de mononucléose.
Du bout des cils, il anesthésie la raison et drogue l’âme.

Et le corps, cloîtré en lui-même,
Enchaîné au poison des fièvres,
Coule comme un poisson mort,
Dans son propre abysse de peau,
Dans ses propres gerçures sacrées,
A la naissance du nerf honteux,
Là où suinte le goût du plaisir,
Et exsude la soif de l’ivresse :
Dans les tréfonds d’une neurasthénie bienheureuse.


Une fois dans l’écho atone des rouages,
Dans les coulisses de la chair,
Parmi les marbres et les statues pensives
Des leucocytes ensommeillés, 
Dans la paume langoureuse d’ecchymoses,
Au creux la veine cave,
Le divin toxique coagule en une bête cordiale.


C’est à contre-courant, qu’elle achève son voyage,
En embrassant la pomme, ce fébrile bubon de sang,
Auquel elle s’agrippe, comme aux mamelles d’une Louve,
Pour téter, jusqu’au noyau, le chancre palpitant.

Jusqu’à la lie du calice, couronné d’écorce pourpre,
Il se gorge de sucs bouillants, aux embrasements de falerne,
Ne jetant sous la table,
Que l’inanité de ses os en haillons,
Et la largesse de ses vergetures, pour lit de ses larmes.

« Modifié: 26 février 2012 à 14:56:45 par Empyrée »

Hors ligne Lo

  • Clochard céleste
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 9 496
    • olig marcheur
Re : Le Syndrome de Vénus
« Réponse #1 le: 14 janvier 2012 à 15:00:54 »

Je trouve l'idée bonne (baudelairienne) et bien traitée !

Tu pourrais, maintenant que tu as le fond et les formulations, essayer une 2ème version pour mettre en forme le poème, lui donner une métrique, ça le ferait gagner en puissance.

Mais beau matériau !
"Me lyrics provide electricity" (Sean Paul)

Hors ligne Empyrée

  • Plumelette
  • Messages: 14
Re : Le Syndrome de Vénus
« Réponse #2 le: 14 janvier 2012 à 15:02:54 »
Merci beaucoup. Effectivement il faudrait qu'à certain moment le rythme s'accèlere un peu, mais pas trop! Comme un courant galvanique.

Hors ligne Marygold

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 254
  • marmotte aphilosophique
Re : Le Syndrome de Vénus
« Réponse #3 le: 14 janvier 2012 à 15:51:52 »
Alors, tout d'abord, pour évacuer la question des fautes : je n'en ai trouvée aucune, sauf dans ce vers :
Citer
Le divin toxique coagule et en une bête cordiale.
il manque un mot, ou le "et" est en trop ? Ou je n'ai pas compris l'enchaînement ?

Sinon, j'allais faire le commentaire de Loredan presque à l'identique ^^ Donc, pour rajouter quelques remarques, j'aime beaucoup le début, la première strophe est parfaite et elle fait totalement rentré dans l'atmosphère. Sans avoir lu ton introduction, je savais déjà qu'il fallait y aller lentement, le déguster.
Après, à la première lecture, j'ai préféré la première moitié, et moins aimé la dernière. Mais à la deuxième lecture, je n'en suis plus tout à fait sûre ! Disons que ça se complique un peu avec cette interminable phrase au milieu, qui se déroule, et dont on peut facilement perdre le fil.

Enfin, et là je rejoins vraiment Lo, le poème mériterait d'avoir un rythme plus travaillé (le début est en cela très bien qu'il a un rythme parfait), et peut-être quelques jeux supplémentaires sur les sonorités, quelque chose qui lui donnerait un écho et qui pèserait un peu plus.
Je ne suis pas bien sûre qu'il doive s'accélérer d'ailleurs ; enfin, on verra ça si tu veux le retravailler dans ce sens (en tout cas, si tu le fais, je le relirai avec plaisir).
Oh yeah ! 8)

Hors ligne Empyrée

  • Plumelette
  • Messages: 14
Re : Le Syndrome de Vénus
« Réponse #4 le: 14 janvier 2012 à 15:59:22 »
Merci pour le "et", je sentais qu'il y avait une sournoiserie qui se planquait.

Je suis constament en train de le retravailler et je le réactualise à chaque changement.
Je vais peut-être modifier la strophe centrale avec "l'écoulement du corps." C'est une question de ponctuation je pense.

Hors ligne Empyrée

  • Plumelette
  • Messages: 14
Re : Le Syndrome de Vénus
« Réponse #5 le: 15 janvier 2012 à 13:48:44 »
Voilà, je l'ai modifié un peu. J'ai travaillé le rythme. Ca fait plus de vers.

Hors ligne Mello

  • Scribe
  • Messages: 94
  • Philo-sucks, poetry rules !
Re : Le Syndrome de Vénus
« Réponse #6 le: 07 février 2012 à 22:20:11 »
J'ai beaucoup aimé ton poème, et j'ai hâte de voir les suivants.

Les mots que tu as choisis sont efficaces, à première vue je m'étais dit "oh non, encore quelqu'un qui utilise du voc' pompeux" et en fait non. Peut-être parce qu'il n'y a pas de rimes, du coup ça fait plus "naturel" ton choix des mots.

Par contre, il y a deux vers qui ne vont pas, niveau musicalité :

Citer
Son venin aux fragrances d’angine, et de mononucléose.
Mo/no/nu/clé/ose. Ça fait un peu comme la mo/no/to/nie, c'est un mot paresseux, pas très poétique. De toutes les maladies du sang qui existent, choisis-en une autre :D

Citer
Le divin toxique coagule et en une bête cordiale
Pourquoi ce "et" ? Il casse le rythme. Enlève-le ^^


Sinon après, j'ai trouvé ça répugnant (mais ce n'est pas une critique hein ! xD)
Citer
C’est à contre-courant, qu’elle achève son voyage,
En embrassant la pomme, ce fébrile bubon de sang,
Auquel elle s’agrippe, comme aux mamelles d’une Louve,
Pour téter, jusqu’au noyau, le chancre palpitant.
Moi qui ait mal à la gorge, je m'imaginais une espèce de sangsue en train de me titiller la gorge et de me la brûler... Brrrr ça m'a fait des frissons de dégoût dans tout le corps ^^



pehache

  • Invité
Re : Le Syndrome de Vénus
« Réponse #7 le: 09 février 2012 à 17:48:01 »
Un côté épate-bourgeois (et pourquoi pas ? Baudelaire, cité, le faisait bien), mais, justement, il le faisait "bien", ici, trop de failles, trop de faiblesses rythmiques, trop de ratés sonores.
Bref, à mon humble avis, un bon matériau. A poncer, biffer, retravailler.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.023 secondes avec 23 requêtes.