Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

22 juillet 2024 à 12:38:12
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Textes mi-longs » Douze Variations sur le thème de la Lampe magique

Auteur Sujet: Douze Variations sur le thème de la Lampe magique  (Lu 1228 fois)

Hors ligne Arsinor

  • Aède
  • Messages: 204
Douze Variations sur le thème de la Lampe magique
« le: 15 mars 2023 à 22:11:08 »
Douze Variations sur le thème de la Lampe magique


Thème
Un homme trouva sur son chemin une lampe. Il la frotta et il en sortit un génie qui lui dit : « Trois vœux tu diras, ils se réaliseront. » Alors, l'homme, sans réfléchir, prononça ces trois vœux : « Je voudrais être riche, célèbre et séduisant. » Le génie accomplit ces souhaits. L'homme était-il pour autant plus heureux qu'avant ?

Rimes
Un binôme prouva sur son parchemin une hampe. Il la flotta et il en répartit un béni qui lui fit : « Broie-le tu viras, ils te pénaliseront ». Lors le binôme, sans fléchir, renonça les broie-le : « Je coudrais être en friche, algèbre et épuisant. » Le béni remplit ces broie fouets. Le binôme était-il par gros temps plus peureux qu'au vent ?

Explicatif
Un être humain mâle adulte rencontra par hasard sur une route utilisée pour aller d'un point à un autre un ustensile en métal qui sert à l’éclairage, rempli d’un liquide combustible et muni d’une mèche. Il y passa sa main à plusieurs reprises, en appuyant, et un esprit qui selon la pensée archaïque préside à certains lieux passa de l'intérieur à l'extérieur et exprima par la parole ce qui suit : « Des expressions de ton désir au nombre de l'entier naturel suivant deux tu énonceras oralement et je les rendrai effectives. » L’individu dont l’identité n’est pas précisée indiqua par la parole sans y penser mûrement ni longuement : « Je souhaite posséder de grands biens et de la fortune, être propre à inspirer ce sentiment intense et agréable qui pousse hommes et femmes à s’unir, et ordinaire à un grand nombre de personnes que je ne connaîtrai pas. » L'entité magique bonne ou mauvaise ayant selon la croyance traditionnelle une influence sur la destinée humaine réalisa complètement ces désirs qu'une chose s'accomplisse. L'être qui, malgré sa sagesse, montre toujours quelque faiblesse se mit-il alors à jouir du bonheur lié à une telle situation ?

Haïku
Élis trois souhaits.
Riche, célèbre et séduisant :
Plaisir ou bonheur ?

Tic
Il arrive parfois de drôles de choses. En effet, un jour, un homme trouva quelque chose sur son chemin. Il crut que c’était une lampe, et, en effet, il s’agissait d’une lampe. Il la frotta. Elle était assez sale, en effet. Mais il se passa alors une chose assez extraordinaire. En effet, il en sortit un génie. L’homme se demanda si c’était un génie qui propose des vœux et en effet le génie lui dit : « Dis-moi trois vœux et ils se réaliseront en effet ». Mais l’homme ne sut que répondre. En effet, il était un peu étonné de tout ce qui était en train d’arriver. Mais il élabora quand même une réponse et la formula. En effet, il répondit : « Je voudrais être riche, séduisant et connu ». Il voulait en effet être riche, séduisant et connu. Il s’attendit alors à ce que le génie accomplît ces souhaits. Et c’est en effet ce qu'il se produisit, puisque, en effet, il devint riche, séduisant et connu. Mais il arrive parfois qu’on se pose des questions sur les choses qui sont arrivées. En effet, deux mois plus tard, l’homme se posa une question. En effet, était-il plus heureux qu’avant ? On pouvait en effet légitimement se poser la question. Enfin, moi, je vous le dis comme on me l’a raconté. Après, je ne sais pas. Tout ça est quand même assez étrange, en fait.

*** Politiquement correct ***
Chère lectrice, cher lecteur,
Soyez la/le bienvenu-e dans la version politiquement correcte de la Lampe magique.
***
L'exercice d’écriture auquel cette version correspond consiste à raconter l'histoire qui sert de fil directeur au projet, en utilisant les tournures du style de ce que l'on nomme de nos jours le "politiquement correct". Si vous ne souhaitez pas lire ce texte, il vous est possible de lire le suivant, de lire un autre livre, ou de cesser votre activité de lecture pour vous en consacrer à une autre. Mon travail, dans cette introduction, est en effet de mettre à votre disposition tout élément susceptible de créer un climat de confiance tel que vous vous sentiez émotionnellement disposé-e à construire une relation auteur/lectrice/ lecteur susceptible d'apporter un bénéfice aux deux parties : tel est le pari gagnant-gagnant de la Lampe magique. Je me permets d'utiliser l’espace qui m'est attribué pour remercier chaleureusement les personnes et les machines liées à la confection des livres. Voici donc le texte que nous avons écrit à votre attention.
***
Une personne humaine se rend à son lieu de travail en utilisant le mode de transport le plus écologique (la marche à pied). Elle traverse l'axe principal d'une des zones défavorisées d'une agglomération dont il n'est pas nécessaire de préciser le nom et pénètre à l’intérieur d’un magasin dont les caractéristiques principales rappellent des éléments de la culture dont sont supposés être originaires les habitants locaux. Il est possible de croire que la personne dont nous parlons cherche à acquérir un objet susceptible d’optimiser l'équipement de son domicile ou de servir de présent à son conjoint pour fêter son anniversaire, une autre fête ou simplement pour lui dire « Je t'aime ». Toujours est-il que le regard de la personne rencontre, posé sur l’équivalent de l’étagère d’un rayonnage d’un supermarché banal, un article présentant des particularités esthétiques orientales servant à l'éclairage de l'habitat dans les sociétés traditionnelles de confession mahométane. Il est possible de croire que la personne présente un rapport privilégié à la propreté car elle se met à nettoyer l'objet dont il est question, partant à le frotter.
Apparaît à ce moment une personne de phénotype issu de l'immigration qui semble être le ou la responsable de l'administration du magasin, vêtu-e d'un costume traditionnel de la culture de référence, peut-être pour s’enquérir de la raison pour laquelle la personne était en train d’astiquer un objet dont elle ou il avait déplacé par un mouvement préhensible de ses mains de son lieu d’origine. De façon finalement peut-être inattendue sur un lieu de vente, ce ou cette responsable propose au client/à la cliente la possibilité de donner une formulation à ses projets personnels et professionnels, avec la consigne de réaliser un petit travail de synthèse oral permettant de définir trois axes. Elle précise également que ces projets seront exécutés sans investissement personnel, sans participation financière et dans une perspective à très court terme. Le client ou la cliente, qui semble présenter un profil caractérologique incluant notamment la spontanéité, qualité humaine appréciable et le plus souvent point d’amélioration dans les situations qui nécessiteraient peut-être plus de lenteur, formule trois types de motivations en rapport respectivement avec les besoins économiques, familiaux et sociaux qui définissent les préoccupations essentielles que la plupart des individus socialisés en zone civilisationnelle occidentale ont pour habitude, d’après les stéréotypes en vigueur à l’époque considérée, de développer.
Les projets de vie ainsi cités trouvent une issue dans leur réalisation immédiate, ce qui suggère sans détour le caractère surnaturel afférent à la typologie de notre récit. Il est alors possible de poser la question de savoir si l'accomplissement dans les domaines choisis par la ou le protagoniste lui ont permis d'accéder à un mieux-être psycho-social.
***
Sans déflorer l'intérêt de cette histoire dont la forme s'apparente à celle d'une parabole, il est possible de poser qu'elle doit essentiellement permettre à la lectrice et/ou au lecteur ainsi qu’aux différents transgenres une réflexion plus ou moins prolongée et approfondie sur les liens qu'entretiennent d'une part la notion même de bonheur et d'autre part le chemin par lequel la personne humaine atteint un certain degré de bonheur. La piste nous conduit notamment à nous demander si seul le travail comme processus de réalisation de nos projets éventuellement sanctionnés par une réussite nous permet d'accéder à la satisfaction personnelle, ou si l'individu moderne se trouve désormais en capacité de jouir pleinement de simples cadeaux, de "fruits tombés du ciel", à l’instar des enfants.
Nous espérons que la lecture de ce texte vous aura permis de passer un moment utile ou agréable. Nous vous souhaitons d’apprécier les différents récits et fantaisies qui composent ce recueil, de prendre un autre livre ou bien d’opter pour une activité différente, peut-être plus productive, que la simple lecture.

La Mégère apprivoisée
— Salut ! J'ai de bonnes nouvelles !
— C'est à cette heure-ci que tu rentres ? Tu as plus d'une heure vingt de retard ! Pour qui tu me prends ? Et en plus tu me dis bonjour en frétillant ?
— Je t’aime.
Elle le gifle. Elle reprend :
— Une heure vingt que je t'attends. Avant, tu étais une loque, maintenant, tu es une épave.
— J’ai une bonne explication.
— Une bonne explication ? Ça y est, j’ai craqué pour de bon. Allez, dégage. De toute façon, cette discussion est stérile, tout ça ne mène à rien. Toi, tu vas voir ta télé, moi je finis d’éplucher les légumes et tout va bien et on recommencera demain et les jours suivants jusqu'à ce que mort s'en suive. Les légumes, dans deux jours, ya plus rien à manger alors je ne vois pas pourquoi je parle alors s’il te plaît épargne-moi tes excuses débiles parce que cette fois, je ne sais pas ce que je te fais.
— J’ai trouvé une lampe.
— Et ?
— Elle était par terre. Je l’ai frottée et un génie a exaucé trois vœux que j’ai choisis.
Silence. Elle est consternée.
— C’est l’excuse la plus bidon et la plus énorme que tu m’aies jamais faite. Tu as dépassé les bornes. Autrefois, il y avait des bornes. Autrefois, tu fournissais des excuses fausses mais crédibles. Maintenant tu me prends pour une idiote et tu te fiches ouvertement de moi. (D'une voix tragique.) Tout honneur a définitivement déserté cette maison.
— Le génie de la lampe a explosé le compte en banque ! J'ai vérifié ! Nous allons pouvoir vivre la vie dont nous rêvons et j'ai d'autres surprises dans mon sac !
Elle s’en va. Il la retient par la main.
— Lâche-moi, j’en ai assez entendu pour aujourd’hui, merci, j’ai eu ma dose, je ferme la boutique, au revoir, merci et à demain. Je démissionne. Si je suis encore de ce monde.
— Je n’ai pas tout dit.
— Tu ne vois pas la vie infernale que tu me fais vivre avec un SMIC pour deux ? Encore heureux qu'on n'ait pas d'enfants ! C'est le seul point positif ! D'ailleurs avec les gènes que tu as, ils seraient nés malformés, avec des tares incurables et ce serait encore pire !
— Mais justement, c'est ce que j'essaie de te dire ! Maintenant je suis riche et je vais devenir célèbre ! Nos problèmes sont terminés ! C’étaient les trois vœux !
— Bien sûr. Et le troisième vœu, c’était quoi ?
— Voir Naples et chanter sous la pluie !
— Tu as pris de la drogue ? Et tu crois que ça va arranger les choses de prendre de la drogue ? Tu me prends pour qui ? Pour ton infirmière en addictologie ? Et tu crois que je vais faire tout ça pour toi gratuitement ?
— Si tu es en colère, c’est ma faute. Je suis à ton service.
— Mais je ne suis pas en colère, c’est juste que tu es une épave, mon pauvre ami, regarde-toi ! Tiens, regarde ! Il y a un miroir juste là ! Mais bouge-toi ! Je vais pas te l'apporter sur un plateau, non plus ! Bon, je te laisse t'admirer, moi, je vais me coucher. Tu mettras ta pizza surgelée au four tout seul, si tu en es encore capable. Bonsoir.
— On laisse tomber la pizza. Je t’emmène au restaurant !
Il sort des billets de sa veste et les brandit.
— Quoi ? Tu es fou ?
— Oui, de toi. Et encore, je ne t'ai pas dit le nom du restaurant ! C’est la surprise ! Ensuite, demain, nous irons faire les boutiques ensemble comme deux amoureux, toute l'après-midi et le soir nous irons au cinéma, où tu veux, c'est toi qui choisis. Ensuite, nous prendrons trois semaines de vacances aux Seychelles, à Shanghai, où tu veux.
— Ah bon ? Tu veux faire les boutiques avec moi ? C’est nouveau, ça !
— Oui, c’est nouveau !
— Avec quel argent ?
— Je te dis qu’on est riches.
Elle le frappe sans pouvoir s’arrêter. Il l’empêche de continuer en lui bloquant les bras.
— Tu es folle mais ça me convient. Je te quitte pour quelques jours et tu verras ce que tu verras.
— C’est ça ! Va-t’en !

Femme actuelle
Bonjour, je m'appelle Cécile. Je suis une femme, une femme moderne, et ce qui m'a choquée en lisant cette parabole, c'est que le personnage principal est un homme, le génie est un homme, toute la fable obéit à une logique essentiellement viriliste. Donc, j'ai voulu vérifier par moi-même et je suis allé trouver cette fameuse lampe qu'il faut "frotter". Bon, effectivement, un génie en est sorti et m'a demandé de choisir les trois vœux, mais j'ai demandé un T5 de 200 m² en front de mer à Barcelone, un emploi de cadre bien payé et trois enfants. J'ai obtenu ce que je voulais et franchement je trouve que les hommes se compliquent la vie en demandant à chaque fois des choses abstraites, genre changement de personnalité. C'est typique de l'ancien monde et de la phallocratie. L'homme est le passé de la femme.

SF
En visitant une planète inconnue, éloignée de notre galaxie, l'un de nos coéquipiers a disparu. Il s'agit d'un CEUI, Centaurien Endécatentaculaire Ultra Intelligent de la planète 137-secteur-GS du Centaure, de couleur gris et noir. D'après les données laissées à l'état de traces, le CEUI a découvert un artefact similaire à un ordinateur qui, d'après le dateur encyclopédique, a été construit à une probabilité arrondie à la troisième décimale de 0,982 par une civilisation éteinte depuis une durée comprise entre 9,3 millions et 22,7 millions d’années. Notre hypothèse est que, probablement intrigué, notre ami a mis en route la machine à l’aide d’une de ses tentacules compatibles. L’écran s’est allumé et une holographie est apparue, dont le message nous est parvenu par ondes sigma :

« Bonjour et bienvenue sur XOXOXOXOXOX. Vous avez activé le programme des mondes virtuels. Vous allez donc être projeté(s) dans un monde virtuel pour une durée indéterminée. Veuillez choisir par la pensée les trois paramètres du monde que vous désirez. »

Prudent mais fasciné, notre coéquipier n'a pu s'empêcher de penser et a défini sans le vouloir les paramètres suivants : 

•   paramètre 1 : commandement de la matière
•   paramètre 2 : altruisme réciproque hédoniste
•   paramètre 3 : focalisation des préoccupations externes sur l'ego

L'ordinateur a enregistré les paramètres, ouvert une nouvelle dimension et y a jeté le Centaurien. La trace de notre coéquipier a été perdue et nous ignorons s'il est plus heureux dans le monde où il se trouve. Nous sommes aux abois, plongés dans l’inquiétude après avoir beaucoup pleuré. Si un membre de votre civilisation a rencontré notre ami quelque part, qu’il veuille bien nous contacter s’il vous plaît.

Note : Ce texte a été traduit du XOXOXOXOX en binaire par les laboratoires du groupe local, du binaire en anglais par Macrohard et de l’anglais au français par nos soins.

Blague
Donc c'est un mec qui marche dans la rue, on sait pas trop pourquoi d'ailleurs, mais il marche. Bon. Et à force de marcher : paf ! il tombe sur une lampe. Pas une ampoule, hein, mais un truc en métal, enfin tu vois. Et en fait, c'était une lampe. Donc il est assez surpris, le bonhomme, de trouver une lampe en plein milieu de la route. Ni une ni deux, il la ramasse ! (Et puis en fait c'est marrant que je dise "ni une ni deux" parce qu'après y a l’affaire des trois trucs après, enfin, tu vas voir !...) Et alors, donc, la lampe, comme il la trouve sale (alors est-ce qu'elle a traîné quelque part, est-ce qu’il y a eu un chien, machin... bref !), il se met à la frotter. Donc, il frotte la lampe et... Mais ce qu'il y a c'est que, le mec, ce qu'il sait pas, c'est que la lampe, eh bien, c'est une lampe magique ! Enfin, tu vois, c'est l'histoire qui est comme ça, t'es pas obligé, euh... de croire ou de pas croire, hein... Donc, le génie sort de la lampe avec la lumière de partout et tout, en vidéoscope et tout, eh ben, alors, je te dis pas dans quel état il était, il était tout chamboulé, tout machin. Et en plus, le génie, se met à lui demander, comme ça, de but en blanc, de faire trois vœux, pas un, ni même deux : trois vœux ! (C'est pour ça que je parlais de trois trucs tout à l'heure.) Et ensuite, il lui promet de lui exaucer les trois vœux ! Alors le mec, il est quand même un peu étonné et tout, mais il se reprend et il se dit : « C'est le moment ! » Et alors, il se met à réfléchir. Alors, il réfléchit, il réfléchit, il réfléchit. Alors, pas trop longtemps quand même, parce que l'autre, il attend pendant ce temps quand même et puis en plus, dans l’histoire il réfléchit pas, justement ! Et finalement, à la fin, il lui demande, il est un peu méfiant mais ça va, il en a dans le ventre, quand même, il lui demande de lui donner les trois trucs, et donc, voilà, il dit : du fric, des meufs, et faire la star ! Tant qu'à faire, hein ? Hé hé hé ! Et donc, le génie, il lui donne du fric, des meufs et des Porsche... et il s'en va à Hollywood !

Alpha
Voyant que son frère cadet était passé à l’ennemi, le calife de Bagdad se mit en colère contre son conseiller. « Saisissez-le ! » ordonna-t-il à ses soldats qui s’emparèrent de lui. « À compter de ce jour, cria-il à son ancien conseiller, tu seras pauvre, seul et oublié ! Confisquez-lui ses colliers, enfoncez-le dans une lampe merveilleuse et jetez-la dans la forêt ! Nous serons plus heureux sans lui ! »

Oméga
13.5 Alors la cinquième trompette sonna et les hommes devinrent sourds et n’entendirent plus la Parole.
13.6 Alors la sixième trompette sonna et les hommes devinrent cupides, avides et envieux.
13.7 Alors la septième trompette sonna et le ciel s’ouvrit en deux parties.
13.8 Les cieux s’ouvrirent et je vis qui descendait des cieux ouverts la main du diable qui tenait la Lampe de la vie et de la mort qui éclaire le monde.
13.9 Et je vis qui sortit de la Lampe un faux dieu qui tenait dans sa main gauche une autre Lampe et qui ricanait, et il promit d’exaucer les vœux qu’il recevrait grâce à la Lampe qu’il tenait.
13.10 Alors les hommes se mirent à vénérer le faux dieu qui était sorti de la première Lampe, celle de la vie et de la mort, et lui demandèrent toutes sortes de choses.
13.11 Et ils furent exaucés.
13.12 Les hommes devinrent riches, puissants et célèbres et voyant que les hommes étaient riches, puissants et célèbres, ils se firent la guerre car ils étaient semblables les uns des autres et la guerre dura six cent soixante-six jours, car c’est le nombre de la Lampe.
13.13 Alors la guerre détruisit les hommes et le monde fut englouti dans un dernier éclat de rire, ôtant au diable ses marionnettes à tourmenter.
13.14 Quiconque ajoute ou retranche un mot de cette prophétie, les choses qui y sont écrites se réaliseront !

Phi
Clochard, il retrouva la lampe à huile sous le pont d’un canal. Le génie de conte arabe qui en avait émergé douze ans plus tôt lui avait imposé le choix de trois vœux. Il était aujourd’hui ce paria honteux, perclus de souffrance, chercheur éperdu d’une gloire évanouie.
— Toute ma vie, j’ai cherché cette lampe maudite. Frotter ou ne pas frotter, je serai courageux. Si je dois souffrir davantage, que je souffre. Et si je dois mourir, je serai délivré.
Le misérable frémit de terreur. Il y avait beaucoup à réparer. Il fallait une parole au laser. Il frotta.
— Trois vœux tu formuleras, ils se réaliseront.
— Vas-tu me faire du mal ?
— Le mal je ne fais.
— Me reconnais-tu ?
— Le faible je ne vois.
— Es-tu Abdu Llâh Ibn Abî Quhâfah l’Astrologue, le djinn maritin né dans la Perse des Grands Rois, tombé en disgrâce au VIIe siècle auprès de Badroulboudour le Cinq ?
— Tu sais.
— C’est bien toi ! Tu es le seul à pouvoir entendre mon histoire. Personne ne m’a jamais cru.
— Je sais.
— Quand j’étais jeune, je n’avais trois fois rien. Je n’étais pas heureux, plein de désirs. Quand j’ai frotté la lampe, j’ai dilapidé mes dons. Je suis devenu riche et j’ai remplacé la dépense par la débauche. L’étalement de luxe m’a ôté toute considération. Je suis devenu séduisant et j’ai bafoué l’orgueil de femmes. La célébrité m’a apporté la honte et la calomnie, ayant traité des amis par le mépris. Ils se sont vengés car je n’existais pas et j’ai beaucoup souffert. Puis j’ai cherché de par le monde et par les livres. J’ai compris ce que j’avais nié. J’avais confondu la richesse avec l’argent, la séduction avec l’emprise et la notoriété avec l’honneur. Et j’étais pauvre, seul et oublié : le contraire de mes désirs. Puis j’ai trouvé ton nom et par indices et jeux de pistes, ayant entendu les destins de mes semblables plus ignorants encore que moi, j’ai retrouvé ta lampe.
— Es-tu Jonas ?
— Oui…
— Trois vœux tu formuleras, ils se réaliseront.
— Je vais formuler les trois vœux mais cette fois en connaissance de cause. Mon premier vœu sera de savoir que faire sur cette Terre pour être heureux, aimer et travailler.
— Mets au point un projet.
— Mon deuxième vœu est le suivant. Donne-moi le pouvoir de savoir ce que je veux.
— Parcours le monde et écoute les hommes sans juger, ni critiquer, ni ordonner, ni conseiller, ni manipuler, ni moraliser, ni surenchérir, ni consoler, ni compatir, ni ignorer.
— Alors donne-moi l’humilité nécessaire pour accomplir un tel miracle.
— C’est fait.
L’homme fit silence.
— Trois vœux tu formuleras, ils se réaliseront.
— Me reste-t-il encore trois vœux ?
— Si fait.
— Cela fait donc six ?
— Tu as posé des questions, non pas formulé des vœux.
Jamais dans sa vie il n’avait fallu faire preuve de plus de stratégie. Il devait trouver une parole au laser tandis que le cœur battait l’espoir de l’exploit. Le moment était venu de ne pas se tromper. Jonas réfléchit longtemps et répondit :
— Je veux être riche, célèbre et séduisant.
— Merci ! dit le génie avant de s’échapper enfin de la Lampe.

Grandiose
Après des siècles et des siècles de recherches passionnantes à travers les sept continents du globe, des dizaines et des dizaines de jeunes aventuriers beaux comme des dieux, musclés comme des titans, forts comme des véhicules à quatre roues et dotés de quotients intellectuels supérieurs à 210 avec un écart-type de 10 sur l’échelle de Binet se rendirent à Bagdad en concorde spatial pour visiter le plus sublime palais du monde depuis la prise de Byzance en 1453. Au centre d’une magnifique structure en platine issue de la plus ancienne dynastie de l'empire arabo-persan se trouvaient douze gigantesques Lampes en or, incrustées d'innombrables joyaux, qui projetaient leurs feux multicolores et splendides dans l’immense salle principale de la Demeure Vespérale des Shahs. Les Aventuriers s'approchèrent des Douze Lampes et les frottèrent pendant trois jours.
Le troisième jour, qui correspondait au premier jour de l’été de ces contrées exotiques, les Lampes crépitèrent dans un nuage de fumée enchantée, laissant la place à neuf cent quatre-vingt-dix-neuf djinns maritins, efrits et sylphes, bleus, rouges et orange, montés sur de magnifiques pur-sangs arabes harnachés de costumes brodés de zirconium. Les génies se mirent à chanter en chœur dans le style fugato, et les habitants de la Terre entendirent la musique la plus coruscante et la plus riche qu'il se fût jamais entendu dans toute l’histoire de l’humanité. Le concert dura vingt jours.
Au bout de vingt jours, les génies s’arrêtèrent de chanter et s’adressèrent aux magnifiques et brillants Flibustiers. « Vous êtes arrivés au terme de votre quête spirituelle. Formulez autant de vœux qu'il vous plaira, une infinité si vous voulez, et nous les réaliseront. »
Alors les jeunes hommes, en chœur, sans réfléchir plus d’une picoseconde, car leurs cœurs d’or et leur spontanéité génétique s’accordaient à merveille avec un sens aigu et fortement documenté des enjeux géopolitiques essentiels, de la responsabilité d’entreprise et du développement durable de la planète, s’exclamèrent : « Ô génies, nous aspirons à devenir les hommes les plus riches, les plus sages et les plus puissants du monde ; et fonder chacun une famille avec des femmes qui nous aimeront d'un amour pur et sincère et que nous aimerons en retour ! Donnez-nous le pouvoir de sauver des vies, de rendre les hommes meilleurs, plus justes, respectueux et humbles et nous le ferons ! »
Alors les génies, pleinement satisfaits de l’éblouissante pertinence des souhaits des Aventuriers superbes et avisés, les réalisèrent. Mais à ce moment très précis, il y eut un séisme affreux, le plus terrible depuis l’Âge de bronze : le Palais s'effondra dans un fracas apocalyptique et tous les héros de l’histoire furent ensevelis sous une pyramide de sable et de pierres. Les cavaleries arrivèrent trop tard et l'on jeta les cadavres dans une fosse commune, sans rien connaître de ce qui s'était joué dans ce Palais grandiose : pas moins que le Destin de l'Humanité tout entière !

Et c’est ainsi que s’acheva la terrible et merveilleuse épopée de la Lampe Magique !!!

« Modifié: 29 juillet 2023 à 20:15:16 par Arsinor »

Hors ligne Mélina Le Page

  • Calliopéen
  • Messages: 419
  • Carpe diem
Re : Douze Variations sur le thème de la Lampe magique
« Réponse #1 le: 18 avril 2023 à 13:23:28 »
Salut Arsinor !  :mrgreen:

Chouette exercice de style de trouver 12 variations de l'histoire de la lampe magique !

Cela m'a bien divertie !

Quels genres de commentaires attends-tu sur tes textes ?

L'important dans la vie n'est pas le triomphe mais le combat (Coubertin).

L'Elfe Noir

Hors ligne Arsinor

  • Aède
  • Messages: 204
Re : Douze Variations sur le thème de la Lampe magique
« Réponse #2 le: 18 avril 2023 à 16:06:48 »
Bonjour Mélina Le Page,

ton commentaire me convient très bien, tu t'es divertie.  ;)

Hors ligne Arsinor

  • Aède
  • Messages: 204
Re : Douze Variations sur le thème de la Lampe magique
« Réponse #3 le: 18 avril 2023 à 16:08:16 »
Oh, tu peux me dire quelle est ta variation préférée...

Hors ligne Dot Quote

  • Équipe Mammouth - Maquette
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 6 058
  • ?
Re : Douze Variations sur le thème de la Lampe magique
« Réponse #4 le: 01 juillet 2023 à 10:45:56 »
salut Arsinor,
ton titre ne m'a pas déçu sur le contenu de ce sur quoi voici un retour, composé en live-lecture de ton texte
 (et dsl, j'suis peu clair parfois pour interpréter, commenter, questionner ; j'espère ne pas être trop inutile)



1 - pichenette efficace, idée synthétisée au minime ; interrogation sur le pointage du compte des voeux selon le nombre de verbes, en phrase ça compte que comme un seul voeu ; petite question de fin qui agréablement vient déconstruire la vision instinctive qui lie bonheur et la joie ; certain dit, je crois, un truc que genre le désir nait de l'absence, que comblé il s'efface, se redirige, l'éternelle insatisfaction d'un esprit en vie ?

2 - première couture sur cette deuxième pièce d'un patchwork, tu couds bien le son et le fond, même si j'y trouve un peu forcé ; fluidité travaillée a sûrement déjà ensemencé ton expérience ici inscrite, je t'espère plus d'aisance et de confort

3 - couture sous l'angle de... ouvrir les termes du premier morceau de toile ? remplacer les éléments les plus importants, de noms, verbes et autres traducteurs de la scène, se déplient en leurs définitions ou approximations, ce qui rend compréhensible le titre de cette variation ; on découvre la grille qui lie chaque, je l'envisage un peu mieux tout en me préparant à éventuelle ouverture autre ; j'ai l'impression de lire un truc un poil trop carré, mais alors que je me demande si ce n'est pas de relire la même histoire, ton objectif je crois bien, qui me donne une sorte de nausée, de raideur à la lecture, je m'explique aussi que ressentir ça now au 3, est porteur de sens à la profondeur de ce que ce 3 est volontairement carré de logique, le côté sérieux donc, d'une explication, que la suite semble me promettre émancipation, ui, après la théorie et le poids de sa structure, un envol avec le haïku dont je vois le titre ?

4 - la tâche était ardue je trouve, en si peu de termes, cette forme, chapeau pour avoir osé ; je crois que même mon sentiment un peu déçu par le résultat aux attentes cotonneuses du haiku, c'est carrément honorable ; je suis pas convaincu mais vu le niveau du défi, j'le trouve déjà vraiment réussi

5 - j'ai l'impression de lire le déroulement d'un tapis, celui de tes process de création ; on avait le 1 purement factuel, l'idée, suivie du 2 que je vois comme l'échauffement du pianiste avant la représentation, des gammes sur la grille, le 3 ensuite qui creuse la logique et la cohérence pour savoir quoi dire, et le 4 pour s'envoler en émotivlang, là le 5 je lis après les gammes, une tite impro, comme un décollage de voile, c'est pas encore le vol plein stratosphérique, mais el vent se lève au soleil

6 - implication du public, habile profondeur de l'axe choisi, "politiquement correct", je lis une amertume que je projette ptetr un peu trop depuis mes propres problèmes sur la question, les mots aseptisés qui pourtant empêchent la gangrène, je ne lis pourtant pas, ce que moi même n'ai pas non plus, à savoir une solution à cette tension entre les maux nés des mots

7 - très expressif, l'incarnation d'un personnage nouveau qui ancre ton histoire depuis le protagoniste jusqu'alors seul face au génie ; une femme, un couple, ça parait safe comme voie pour équilibrer les singularités dans leur représentation ; j'y rtouve un poil trop caricaturé, un peu grossièrement, surfait ptetr, dans l'ambiance conflit qui proquo j'me sens malaisé... ptetr pas lui mon préféré des 12

8 - owyeah good surprise, le propos sur l'homme seul du début intègre de front l'altérité sexuée, et on a le droit à une version crédible de la suite ; c'était frais à la lecture, quoiqu'aigre-doux en fond

9 - huhu je commence à danser autour du totem, lecture sf pour ce 9, humour, tragique, intellectuel, ça fait peur cette méta mais... oh et un fil de sens que je parallélise, mon rire huhu, juste avant la blague de suite...

10 - ... yea, façon stand up, scénique, oral de circonstance, ici t'as pas la gestuel corporelle tu t'en sors bien avec la gestuelle lexicale, attraper l'oreille par le spectacle, et... je voulais voir le long de tes variations, la question du début que tu ne ramènes pas à chaque fois, c'est pas plus mal comme ça amoindrit le poids moral ; j'y garde qmm sous l'esprit avant la fin, car pour moi l'important est bien là à cette question du désir, et de comment il se consume par ce qu'il atteint, gros paradoxe socio-dangereux d'un point de vue existentiel je trouve

11 - retournement de chaussette, cette fois c'est l'histoire du génie ! trop cool surprise de lire cette variation ! que sera la 12 ?

12 - !! wow !! version versets, et moi qui tombe : y'en a encore deux après, ça fait 14 !! les deux premiers je m'étais dit que ça faisait un bon descriptif des structures, mais pas au point d'être elles mêmes des variations,  mais c'est ptetr ça ? en tous cas pour lui oméga, vaste sentiment que ce n'est tjrs pas la répétition à l'identique de l'idée, et que ça rentre vraiment bien dans la contrainte, le mot bien choisi 'variation' ! *soif*

13 - ma concentration faiblit, pardon pour le côté moins réceptif de now ; nouvelle couture entre deux toiles, waw là dans le temps, c'est astucieusement surprenant, c'est une variation-suite ? j'ai trouvé ça fatigant à lire mais en diagonale ça restait accessible un peu, et l'idée n'est pas juste survolée j'ai l'impression, avec un bon taux de sérieux à l'écriture ; petite question : ton post est-il écrit d'une traite, ou les variations tu les as écrites en plusieurs fois ?

14 - un plus gros titre : est-ce que pourquoi ?? je me lance à lire cette fin qui promet ! globalisation du thème ? sortir du piège de l'élu par l'auteur, le héros à la quête sans égale ? ici tout le monde tâte de la lampe, c'est une belle image du partage, de l'ode à l'altérité, de la cohésion, et je trouve ça bellement apocalyptique



pas trop de préféré, c'était un arc-en-ciel cool par composition de couleurs, et la linéarité de la langue textuelle ne m'a pas empêché de lier l'un avec celui d'avant, celui d'après, et tous ensembles, ça ressemblait à une agitation étrange de l'esprit avec chacun à sa couleur

coopérativement,
dq
"Je suis Miroir de Fumée, parce que je me vois en chacun de vous, mais nous ne nous reconnaissons pas les uns les autres à cause de la fumée qu'il y a entre nous."
- Don Miguel Ruiz

Hors ligne Arsinor

  • Aède
  • Messages: 204
Re : Douze Variations sur le thème de la Lampe magique
« Réponse #5 le: 04 juillet 2023 à 22:05:50 »
Merci beaucoup Dot Quote pour ce très long commentaire. Cela me fait plaisir.

Hors ligne Vilmon

  • Équipe Mammouth - Maquette
  • Troubadour
  • Messages: 304
Re : Douze Variations sur le thème de la Lampe magique
« Réponse #6 le: 15 juillet 2023 à 18:43:19 »
Bonjour,
J'ai bien apprécié ma lecture et toutes ces différentes façons de raconter l'histoire.  Plutôt que de répéter systématiquement le thème, j'ai bien aimé les ajouts et les différentes perspectives, comme pour celui du Phi (philosophique, j'imagine ?).  Mes préférés sont : explicatif et femme actuelle.  Bravo pour le tour de main, ça m'a fait sourire.

Vilmon

Hors ligne Arsinor

  • Aède
  • Messages: 204
Re : Douze Variations sur le thème de la Lampe magique
« Réponse #7 le: 23 juillet 2023 à 18:23:37 »
Merci pour ta lecture et ton commentaire, Vilmon.

Hors ligne HELLIAN

  • Prophète
  • Messages: 943
Re : Douze Variations sur le thème de la Lampe magique
« Réponse #8 le: 23 juillet 2023 à 19:16:16 »
En ce dimanche pluvieux de ma Normandie natale, je me suis réveillé en formant trois vœux :
– lire un texte intelligent
– lire une nouvelle drolatique
– lire une prose au style riche et varié.

Un génie répondant au sobriquet d'Arsinor, tout soudain jaillit de mon écran sur le clavier duquel je passais lascivement ma main droite est apparu et les a réalisés.
cent fois sur le métier...

Hors ligne Arsinor

  • Aède
  • Messages: 204
Re : Douze Variations sur le thème de la Lampe magique
« Réponse #9 le: 28 juillet 2023 à 17:31:16 »
Les critères étaient exigeants. Merci beaucoup HELLIAN  :D :D

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.19 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.022 secondes avec 22 requêtes.