Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

27 novembre 2020 à 23:45:29
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Salon littéraire » Salle de lecture » Essais, documents » Van Gogh le suicidé de la société (Antonin Artaud)

Auteur Sujet: Van Gogh le suicidé de la société (Antonin Artaud)  (Lu 1280 fois)

Hors ligne Eveil

  • Calame Supersonique
  • Messages: 2 034
Van Gogh le suicidé de la société (Antonin Artaud)
« le: 21 avril 2020 à 15:52:18 »

NB : je vous conseille cette édition grand format car elle a des illustrations qui exemplifient le texte, et c'est essentiel si on veut comprendre ce que dit Artaud (à moins d'avoir toutes les oeuvres en tête ou de googler).




"Pour Antonin Artaud, Van Gogh n'est pas fou. Il est au contraire d’une lucidité hors du commun, une lucidité qui ébranle les certitudes de son époque. Entrant en conflit avec la société dans son ensemble, il vit un exil intérieur et une exclusion, ce qui le conduit au suicide, après s’être brûlé la main et coupé l’oreille. Antonin Artaud montre comment, à travers l’exemple de Gérard de Nerval, la société tente d’étouffer ceux qui révèlent les secrets et les tares. Van Gogh révèle «d'insupportables vérités», notamment la définition du fou par les psychiatres. La psychiatrie, en tant qu’institution émanant de l’ordre, est utilisée afin de museler tous ceux qui ont une parole non orthodoxe. Artaud ne peut s'empêcher d'établir un parallèle entre le parcours du peintre néerlandais, et son propre parcours, interné durant 9 années « comme le pauvre van Gogh », d'où un ton agressif contre une certaine conception de la psychiatrie.

Parallèlement, cet essai est une réflexion plus générale sur la peinture, et un hommage aux œuvres de van Gogh, de la part du poète."



*
Le texte commence par un blâme contre la psychiatrie et le psychiatre de Van Gogh.

"La polémique contre la psychiatrie se manifeste dans le ton du blâme et de la véritable invective, dès les premières pages : « En face de la lucidité de Van Gogh qui travaille, la psychiatrie n’est plus qu’un réduit de gorilles eux-mêmes obsédés et persécutés et qui n’ont, pour pallier les plus épouvantables états de l’angoisse et de la suffocation humaines, qu’une ridicule terminologie / digne produit de leurs cerveaux tarés ». Antonin Artaud met en scène d’abord les discours de son psychiatre, le « Dr. L... », puis du médecin de Van Gogh, le docteur Paul Gachet, et, dans les deux passages, il s'efforce d’entrelacer les deux expériences : dans le premier par la mention du « corps de Van Gogh », dans le deuxième par l’insertion d’une confession autobiographique : J’ai passé 9 ans dans un asile d’aliénés et je n’ai jamais eu l’obsession du suicide, mais je sais que chaque conversation avec un psychiatre, le matin, à l’heure de la visite, me donnait l’envie de me pendre, sentant que je ne pourrais pas l’égorger. Antonin Artaud écrit encore : Un fou Van Gogh ? Que celui qui a su un jour regarder une face humaine regarde le portrait de Van Gogh par lui-même […] Je ne connais pas un seul psychiatre qui saurait scruter un visage d’homme avec une force aussi écrasante."


wikipedia



Je l'ai lu il y a un certain temps à la bibliothèque, je ne l'ai plus donc je ne peux pas citer. Mais c'est un bon résumé. Il faut aimer Artaud je dirais, plus que Van Gogh, lui c'est facile de l'aimer. Artaud prend beaucoup de place, même si l'hommage est fiévreux et puissant. Moi ça ne me dérange pas. L'objet livre, dans cette édition, a aussi le bon goût d'être en grand format, et quand on n'a pas de musées à sa disposition, c'est toujours ça, surtout qu'on peut vraiment voir le détail des tableaux illustrant le texte puisqu'ils s'étendent sur les deux pages. Je vous le conseille !

L'oeuvre est catégorisée "essai" mais on pourrait tout aussi bien la mettre en "poésie", étant donné qu'Artaud fait du Artaud et qu'il dissémine quelques vers de-ci de-là.
« Modifié: 21 avril 2020 à 15:54:57 par Eveil »
"Ne m'attends pas ce soir, car la nuit sera noire et blanche"

Hors ligne Marcel Dorcel

  • Calliopéen
  • Messages: 439
Re : Van Gogh le suicidé de la société (Antonin Artaud)
« Réponse #1 le: 21 avril 2020 à 16:24:47 »
Merci. J'ai pas mal lu Artaud. Celui-ci non. En plus, je ne connais pas grand-chose de Van Gogh ;)

Je ne sais pas si c'est autorisé ou la bonne section. J'ai numérisé quelques dessins, des écritures manuscrites- par bouquin interposé- d'Artaud, pour que vous puissiez en profiter. Un des vrais descendants de Rimbaud.


Un imbécile ne s'ennuie jamais il se contemple
De Gourmont

Tout dire ou se taire
J Green

 Croyez-vous que je me sois donné la peine de me lever tous les jours de ma vie à quatre heures du matin pour penser comme tout le monde 
J Hardouin

Tout ce qui est atteint est détruit
Montherlant

Hors ligne Eveil

  • Calame Supersonique
  • Messages: 2 034
Re : Van Gogh le suicidé de la société (Antonin Artaud)
« Réponse #2 le: 21 avril 2020 à 19:20:33 »
je pense que ce serait mieux si tu créais un fil sur lui !
"Ne m'attends pas ce soir, car la nuit sera noire et blanche"

Hors ligne Meilhac

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 568
Re : Van Gogh le suicidé de la société (Antonin Artaud)
« Réponse #3 le: 21 avril 2020 à 20:25:02 »
ouais y a les deux religions là dessus

si ça ne tenait qu'à moi on ferait des fils par auteur au lieu d'en faire  par livre (mais bon c'est pas moi qui décide je sais) :huhu:  :mrgreen:  :)

pour en revenir au livre sur van gogh, je l'avais bien aimé (même si je ne suis pas un grand fan du style littéraire d'artaud - je trouve ça un peu sec comme langue (j'ai surtout lu sa reprise du moine de lewis))

ceux qui aiment artaud le considèrent comme un génie de génie (bon c'est pas mon cas, je ne suis pas un grand fan d'artaud - mais ça viendra peut-être :--))

Hors ligne Eveil

  • Calame Supersonique
  • Messages: 2 034
Re : Van Gogh le suicidé de la société (Antonin Artaud)
« Réponse #4 le: 21 avril 2020 à 20:31:19 »
mais on peut aussi faire des fils par auteur, l'un n'empêche pas l'autre

j'aime Artaud sans le considérer comme un génie, en fait j'aime Artaud quand il ne cherche pas à écrire de la poésie, je la trouve moyenne et forcée, sans doute parce que son style naturel est déjà poétique il me semble. Je préfère ses lettres ou ses idées sur la littérature.
"Ne m'attends pas ce soir, car la nuit sera noire et blanche"

Hors ligne Meilhac

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 568
Re : Re : Van Gogh le suicidé de la société (Antonin Artaud)
« Réponse #5 le: 22 avril 2020 à 18:23:09 »
ses idées sur la littérature.

et tu saurais nous en dire trois mots chère Eveil, ou nous dire en trois mots (ici ou sur un fil ad hoc) ce que tu connais/aimes des idées d'artaud ?  :)
je crois que "le théâtre et son double" est quasiment son livre le plus connu ?

et est-ce que tu connais le https://www.youtube.com/watch?v=VDjQOi-E8c8 très mignon troisième couplet de cette chanson, qui parle de lui ?  :D  :)

Hors ligne Eveil

  • Calame Supersonique
  • Messages: 2 034
Re : Van Gogh le suicidé de la société (Antonin Artaud)
« Réponse #6 le: 22 avril 2020 à 18:45:22 »
exact, c'est le plus connu. Par exemple que l'Occident a fait du théâtre un sous-genre de la littérature et un théâtre psychologique, ie fondé sur le dialogue et la logique, là où Artaud prône un retour au primitif, tel  le théâtre japonais ou balinais, qui ne font pas partie de la littérature car ce sont des théâtres non pas psychologiques mais "plastiques", où la mise en scène, le pantomime, les lumières, les cris, éléments sonores, sont au coeur du truc. C'est son idée centrale, qu'il appelle théâtre de la cruauté, mais ce n'est pas cruauté au sens de cruel. Artaud fit même construire son propre théâtre pour expérimenter ses idées. J'ai étudié Les Cenci, une de ses pièces qui relève de son théâtre (avec une masse colossale de didascalies, puisque le personnage principal de son théâtre, c'est toujours le metteur en scène, tu l'as compris), mais je ne sais plus si elle a été jouée, et je ne crois pas qu'il en ait écrit beaucoup d'autres (inspiration sénéquienne et shakespearienne, qui étaient deux de ses maîtres il me semble). Tu es chanceux meilhac parce que je viens d'apprendre une de ses citations pour le concours, si elle peut t'éclairer sur ce qu'il entend par "cruauté" : "le théâtre de la cruauté a été créé pour rendre au théâtre la notion de vie passionnée et convulsive, et c'est dans ce ce sens de rigueur violente, condensation extrême des éléments scéniques, qu'il faut entendre la cruauté sur laquelle il veut s'appuyer."

mais moi l'idée qui m'a frappé c'est vraiment le rapport entre littérature et théâtre, comme si progressivement le théâtre occidental s'était fait phagocyter par la littérature. Artaud voulait revenir à un théâtre qui ne soit que théâtre.


je ne connais pas cette chanson. Je pense que son séjour à Rodez et les électrochocs n'ont pas aidé.

ps : c'est "cher Eveil", cher Meilhac

ps2 : Eloi t'en parlerait sûrement mieux que moi  ;)
« Modifié: 22 avril 2020 à 19:10:27 par Eveil »
"Ne m'attends pas ce soir, car la nuit sera noire et blanche"

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.026 secondes avec 24 requêtes.