Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

01 octobre 2020 à 20:24:28
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Salon littéraire » Salle de lecture » Romans, nouvelles » L'obscène oiseau de la nuit (José Donoso)

Auteur Sujet: L'obscène oiseau de la nuit (José Donoso)  (Lu 93 fois)

En ligne Ben.G

  • Admin
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 8 341
  • Voleur de nuits
    • J'irai lire chez vous
L'obscène oiseau de la nuit (José Donoso)
« le: 14 septembre 2020 à 16:38:00 »
Difficile de parler de ce roman fou, génial et dérangeant !

Il paraît en 1970 au Chili, c'est un petit pavé de 600 pages aujourd'hui chez Belfond chez nous. "Considéré comme l'un des chefs-d'œuvre de la littérature hispano-américaine, L'Obscène Oiseau de la nuit est cité parmi « Les cent meilleurs romans en espagnol du XXe siècle » choisis par les lecteurs et les critiques d'El Mundo (janvier 2001)"


De quoi ça parle ?
C'est là que c'est compliqué  :mrgreen:

Le roman se passe principalement dans "La Maison", bâtiment labyrinthique qui a subit des construction ajoutées les unes sur les autres depuis deux centaines d'années, à l'intérieur duquel on pourrait se perdre dans le dédale de pièces condamnées, qui est un dispensaire avant dédié aux religieuse et désormais rempli de petites vieilles veuves et sans argent, ainsi que 5 orphelines. Le roman suit le concierge de cette maison, sourd muet, le Mudito. En fait non, le Mudito n'est pas le Mudito, il est bien plus... Il est sorcière, homme de main, bébé, écrivain, mendiant, proxenète, monstre, il est délire de sa pensée et pourtant, toutes ces facettes ont à un moment ou un autre de sa vie été vraies.

C'est le roman d'une légende de campagne chilienne de sorcière protégeant une enfant, se faisant chassée transformée en chien jaune, celui d'un homme politique local à qui appartient la maison, de sa femme qui veut faire canoniser l'adolescente qui a été enfermée dans cette maison, pour qui cette maison a été construite, c'est une histoire de monstres, loin de la maison, qui créent leur propre village, c'est une histoire à se perdre et ne plus savoir qui raconte, à perdre la vérité...

Ce qui est vraiment impressionnant dans ce roman, c'est la narration, où l'on sait qui raconte l'histoire et pourtant il change de visage sans arrêt, et c'est fait de façon tellement habile, passant du je, au tu et le tu se retransofrmant en je rien qu'en se mettant à la place des autres personnages, de la projection mentale du narrateur et juste, mais waouh quel tour de force (j'ai pensé à Faulkner un peu dans ce côté insaississable du narrateur, mais là c'est encore plus fort pour moi)

Et il y a des idées tellement brillantes, des scènes improbables (visuelles, éstéhtiques, effrayantes, c'est des histoires de vieilles; il dit les vieilles sont les plus dangereuses car elles ne répondent plus de rien à personne, n'ont plus de compte à rendre, ce sont des anarchistes hors la loi et sorcières)

"En ouvrant les yeux, elle se rend compte qu'elle s'est endormie" = pour résumer en une phrase pas mal de chose haha

En défaut, je dirais que ça manque parfois de précision, c'est volontaire, mais je veux dire dans le décor, quelque chose qui fasse "roman-vie-tout", parfois c'est un peu brouillon de répétition pour être assez percutant je trouve

Ah et j'ai bien aimé que, plusieurs fois, il y avait des notes du traducteur pour dire ce que donne la phrase en espagnol, et chaque fois c'était phrases poétiques, avec que des assonances et allitérations. Beaucoup de poésie aussi ouaip dans ce livre, beaucoup de glauque et sale aussi, ouaip.



Bref pour ceux qui veulent lire quelque chose d'un peu atypique et qui ont pas peur de la longueur et des limbes, je le conseille beaucoup c'était excellent !!
Beau boulot les modow ! Ca mérite une pause café, même si : les vilains mots ne font jamais de pause café.
- Kaeloo

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.025 secondes avec 23 requêtes.