Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

01 octobre 2020 à 21:19:52
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Poésie (Modérateurs: Aube, Ben.G, Claudius) » je te parlais d'un abri

Auteur Sujet: je te parlais d'un abri  (Lu 182 fois)

Hors ligne Eveil

  • Calame Supersonique
  • Messages: 2 034
je te parlais d'un abri
« le: 13 septembre 2020 à 17:52:39 »
pour P.L



on se demande souvent
ce qu’il reste d’un voilier
après la nuit


peut-être rien


mais les nuits et les jours t’ont déposée en moi


la mer s’est tue
j’ai retenu mes vagues


ils reviennent au port
ces bateaux qui oublient tout
la mer
le vent
les vagues
elles ne sont pas revenues


je les ai vues partir
de ta peau vers la mienne


peut-être rien


qu'un frisson

"Ne m'attends pas ce soir, car la nuit sera noire et blanche"

En ligne Vesper

  • Scribe
  • Messages: 83
Re : je te parlais d'un abri
« Réponse #1 le: 16 septembre 2020 à 14:22:19 »
Ça ne laisse pas de m'étonner, comment des mots simples peuvent dans leur sincérité discrète, résonner. "Je te parlais d'un abri", rien que le titre m'a gentiment cueilli.

("Je te parlais d'un abri côtier" par exemple, ne sonne pas pareil, un seul mot de trop et on bascule dans l'arboriculture.)

Bonjour Éveil, et merci pour ce texte.

On la voit, la vague qui vient s'éteindre au rivage.
Nous voulions nous blottir, explorer, et l'on éprouve la distance.
Impartageable.

Ici les vestiges d'un pont.
Les cendres froides d'un désir au bord de l'écume.
La promesse d'un feu avorté de n'avoir su trouver sa cible.
C'était inéluctable, peut-être.Un abri, ce n'est pas un voyage.
Y avait-il malentendu sur le cap?

Au premier amer le voilier vire de bord, il n'aura jamais connu l'envol, et c'est l'arrêt au port... :-[


Amicalement.

Hors ligne Alan Tréard

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 6 245
  • Mer, je suis comme toi, plein de voix machinées
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : je te parlais d'un abri
« Réponse #2 le: 20 septembre 2020 à 13:01:22 »
Bonjour Eveil,


Voici un poème à l'abri des tempêtes et des ouragans, comme éloigné des bouleversements lointains, des guerres, des épidémies.

J'ai trouvé que tu ne laissais transparaître que très peu de sentiments dans ce poème, comme on en trouve dans des impressions hors du temps dont l'idée disparaît aussi vite qu'elle est apparue. C'est comme un papillon éphémère.


Il y a des frissons, des vagues, des petits riens qui font la vie d'un homme.

Merci à toi pour cette lecture. ^^
Mon carnet de bord avec un projet de fantasy.

Hors ligne Eveil

  • Calame Supersonique
  • Messages: 2 034
Re : je te parlais d'un abri
« Réponse #3 le: 20 septembre 2020 à 13:05:42 »
Bonjour et merci pour vos deux avis  :)
"Ne m'attends pas ce soir, car la nuit sera noire et blanche"

Hors ligne HELLIAN

  • Prophète
  • Messages: 675
Re : je te parlais d'un abri
« Réponse #4 le: 21 septembre 2020 à 19:13:37 »
Cette simplicité de l'écriture est un grand privilège pour le lecteur. Elle génère une sensation très intime de partage.

J'aime cette analogie implicite entre les jours et les nuits et les vagues de la mer. Peut-être le temps dans ses cycles nombreux n'est-il qu'une marée descendante jonchant l'estran de notre vie de souvenirs échoués.
cent fois sur le métier...

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.027 secondes avec 23 requêtes.