Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

23 octobre 2020 à 05:20:47
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Salon littéraire » Salle de lecture » Romans, nouvelles » La capitana (Elsa Osorio)

Auteur Sujet: La capitana (Elsa Osorio)  (Lu 307 fois)

Hors ligne anlor

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 6 292
  • Floodbitch
    • Un blog en carton
La capitana (Elsa Osorio)
« le: 15 août 2020 à 12:00:49 »
Il y a quelques années je m'étais acheté ce bouquin en me disant que j'allais pouvoir réviser mon espagnol.



Il a trainé dans ma pile à lire jusqu'à ce que je me décide enfin et que je prenne une claque. Une belle claque.

La capitana, c'est Mika Feldman Etchébéhère, une révolutionnaire argentine venue combattre dans les lignes du POUM en 1936. Dans son roman, Elsa Osorio retrace le parcours de cette femme, de son premier contact avec des groupes de réflexions socialistes à son entrée à la fac, jusqu'au moment où elle a été "virée de la guerre" par le parti communiste. La question qui revient inlassablement dans ce bouquin étant : à quelle moment est-elle devenue "la capitaine" ; cette femme du front transformée en mythe révolutionnaire.

Ce que j'ai trouvé hyper intéressant dans ce bouquin, c'est la façon dont Elsa Osorio mélange les points de vue, les époques, les notes historiques et le roman. Parfois, c'est l'autrice qui s'adresse à Mika, qui explique ses recherches. Parfois c'est Mika directement, ou alors on passe à une focalisation interne chez un autre personnage. On est en 36, puis on débarque dans une scène de mai 68 qui lui fait échos, avant de replonger dans les tranchées. Je trouve les transitions très fines et porteuses de sens. Il y a vraiment une construction narrative très chouette, et ça se lit tout seul. L'autrice dit qu'elle a passé 25 ans de sa vie à faire des recherches sur Mika, et ça se sent aussi. Bref, une très belle découverte pour moi.

Je vous mets le lien vers le site de Métaillé et son résumé.

(j'ai mis la couverture du bouquin en espagnol, chez Siruela, parce qu'elle me semble mille fois plus représentative du personnage que ce qu'en a fait Métaillé).
« Ni vous ni moi ne valons d'être pris si à cœur, ni tellement à la lettre. »
Le bavard, Louis-René des Forêts

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.059 secondes avec 23 requêtes.