Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

28 janvier 2023 à 02:13:42
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Textes courts (Modérateur: Claudius) » [défi] ton cafard a cafté

Auteur Sujet: [défi] ton cafard a cafté  (Lu 3042 fois)

Hors ligne Zacharielle

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 792
    • au bord du littéral
[défi] ton cafard a cafté
« le: 29 septembre 2010 à 17:20:28 »
Zacharielle , je te défie d'écrire un texte à la troisième personne sur cette image :




Grrrt - amwaaaah - trr - zzzz rrrrooooon trzzzz. Un cancrelat, confortablement installé au creux d'un morceau de tapisserie décollée, vient de s'assoupir. Il a fait le tour des appartements du voisinage. Rien ne vaut celui-ci, d'une crasse méchamment repoussante. C'est le paradis. Une plage de poussière fine. Un petit palmier moisi, à droite à gauche, derrière l'oreille. Un cocktail d'ombre humide. Et les nanas à la carapace rebondie qui... STOP. Merci, mais ceci n'est pas l'histoire d'un cafard heureux.

Enfin, si un peu puisque le Seigneur a dit : de la blatte sommeille en chacun de nous. C'était au moment où il était employé de désinfection biblique.

Toute chose a une fin, mais des fois on l'attend longtemps. A mots dits haut on maudit la mort, puisqu'elle ne vient pas cueillir celui-là. Prenez cet individu en phase de pré-réveil. De l'extérieur, Ludwig ressemble à un humain normal, qui a juste perdu de vue deux trois choses : son lavabo, son rendez-vous chez l'ophtalmo et quoi... ah. Son intégrité.
'Lucyyyyyy' beugle-t-il faiblement.
Il s'extirpe du lit avec difficulté. Ses couvertures, d'un maronnasse-brunâtre bruineux, hébergent une flore qui, asphyxiée, illustre l'accélération des processus évolutifs traditionnels en se transformant en algues odorantes avec quelques millions d'années d'avance. Ludwig s'assoit au bord du lit et tâte le mur pour y trouver sa canne. Ses genoux grincent quand il se met debout. Toc vouin. Vvvouin. Touc. (Canne, pantoufle traînante 1, pantoufle non moins traînante 2, canne.)
'Où t'es, bon sang de bois ?' meugle-t-il.
En tous cas, pas dans ta chambre de papi décrépi, alors arrête ton char Babar. Ludwig fait le tour du lit pour atteindre la cafetière, située au bout d'un monde de cinq mètres de diamètre, dans une minuscule pièce qu'il appelle 'boucherie' (parce que : 'quand c'est bon, la bouche rit ! ah ah kof kof'). Ses gestes mécaniques ajustent la dose moulue habituelle, la quantité d'eau habituelle, et le filtre habituel (c'est bien ça le drame). Frrrrglouiglouigloui. Plic. Les gouttes tombent avec une lenteur exaspérante. Il faudra penser à détartrer. Plic. Un brouhaha venu de la rue rejoint progressivement le gargouillis de la cafetière. Ludwig fait semblant de l'ignorer jusqu'à ce que l'idée que ça pourrait être la seule attraction de la journée ne se fraye un chemin jusqu'à son cerveau décaféiné. Péniblement, il s'avance jusqu'à la fenêtre guillotine, l'ouvre, y passe la tête. Il fait un froid de chacal, bon dieu !
'On veut du travail, on veut bosser, merde' entend-il en substance.
Il y a sans doute des gens avec des écriteaux et des banderoles. Grand bien leur fasse ! Si ça les réchauffe de brûler des pneus ! Il n'aura qu'à enregistrer et se repasser la bande audio des événements. Oh la joyeuse perspective ! Oh les délicieuses après-midi !
'Rendez-nous le chien !' crie la voisine d'en face à un vilain ouvrier qui déjà lui fait un sort et le mastique avec application, du moins, c'est ce que Ludwig déduit du mwashmwash concentré qui arrive jusqu'à ses oreilles. Il aimerait bien lui cracher sur la casquette, à celui-là, si seulement il pouvait être sûr que son coup d'éclat atteindrait aussi la voisine d'en face. D'une pierre deux coups. Des fois, il aimerait avoir des yeux neufs pour contempler ce qui lui restait d'éternité. Mais bon, donné c'est donné, reprendre c'est voler ! En attendant qu'une demi-tasse passe, il se rend auprès de la machine, sa machine, pas celle bonne à faire du café, l'autre, une vénérable tortue de métal aux yeux de braises - rougeoyantes comme aux premiers feux. Il la caresse tendrement, lui susurre des mots tout doux. Il se souvient, toujours en la cajolant, que c'est à peu près au moment où la machine est entrée dans sa vie que Lucy a déserté. Pouah, tant mieux ! Pour rien au monde il ne partagerait son bonheur d'être hors de la marche du temps.

La situation était peut-être un poil plus compliquée que ça. Revenons sur les faits :

1928,52 : Ludwig avait chaud et s'était arrêté de travailler le temps d'aller boire une bière bien fraîche. Il avait pour charge d'automatiser la fabrication des boîtes de conserve.

1928,81 : Ludwig avait froid et s'était arrêté de travailler le temps d'aller boire un verre de whisky bien frais. Il avait toujours pour charge d'automatiser la fabrication des boîtes de conserve avant décembre. Autant dire qu'il était mal barré.

Tout compte fait, ces précisions sont inutiles. Mais peut-être que la prochaine apportera quelque éclairage :

1928, un soir d'hiver, 11h et quelques. Ludwig n'en pouvait plus. Il s'était endormi sur ses plans. Comme Lucy sortait avec quelqu'un ce soir là, elle n'était pas venue le tirer de son lieu de travail. Du coup il avait crayonné toute la soirée, sans beaucoup de résultat. De dépit et de fatigue aussi, il avait fini par s'écrouler sur ses papiers. La chiche lumière l'enveloppa alors de pensées étranges et envoûtantes, comme la perspective alléchante du rôti en croûte que sa mère fera à Noël. C'est alors qu'une blatte lui tapota l'épaule.
'S'il te plaît tu peux me prêter/Quelques grains pour subsister/Jusqu'à la saison nouvelle ? demanda-t-elle.
'Je te paierai, avant l'août, foi de blatte / Je ne suis pas une sale rate.'
Ludwig croyait rêver. Qu'elle aille se faire foutre ! Il l'écrasa avec un marteau. C'est alors que la tache de sang noir dessina des lignes sur son papier, des lignes magiques ! Il resta là à les regarder couler, incrédule. Elles abolissaient le problème contre lequel il s'était si péniblement heurté ! Alléluia ! Il jarreta le cadavre de la bête à la poubelle et griffonna à toute vitesse des chiffres et d'autres carrés, segments, rosaces. Il lui restait trois jours pour construire la machine. Il ne dormit pas du tout et au dernier jour s'en fut avec sa précieuse construction sous le bras. Cependant, il avait un petit problème. Il ne voyait plus très clair. En arrivant près de chez lui il crut deviner Lucy qui poussait la grille-papillon. Près de l'usine, ça gueulait dur, le nouveau directeur avait pas l'air très sympa. Un corps glacé faisait l'angle, ça c'était nouveau.
'Putain, c'est quoi ton truc ?' hallucina-t-elle lorsqu'elle fut assez près pour halluciner.
'Pas touche !'
Il balança son bras vers elle dans l'espoir de la faire reculer, mais il la rata de plusieurs décimètres.
'Putain, tes yeux !'
'Aide-moi à monter chez moi.'
'Tu me payes mon mois.'
'En haut.'
Motivée par cette perspective pécuniaire bien plus que par pure générosité, elle aida Ludwig à monter jusqu'à sa chambre. Elle voulut le délester de son étrange tortue métallique, mais il ne voulut rien savoir. Il était tellement maigrichon (surtout avec ses trois jours de jeûne) qu'il menaçait de tomber en arrière en montant les marches. Au bout de très longtemps ils parvinrent au quatrième palier. Ludwig alla chercher dans sa cassette de quoi payer Lucy. Celle-ci, pendant qu'il avait le dos tourné et les mains occupées, en profita pour appuyer sur deux trois boutons au hasard, dans l'espoir que la tortue se transforme en fontaine à $. Malheureusement, il ne se passa rien. Le vieillard revint avec une enveloppe.
'Dites, ta machine elle sert à quoi ?' demanda-t-elle en comptant les billets.
'T'occupes t'occupes. Allez ouste la jeunesse.'
'Sale enflure.'
C'est ainsi qu'ils se quittèrent et que Ludwig ne retrouva pas la vue.

Le café est maintenant prêt. Le vieillard se sert une tasse en écoutant la foule luttant contre la direction. Cela fait maintenant près de deux semaines qu'il a disparu de la vie courante. Et à sa grande surprise, personne n'est venu le chercher chez lui, pour lui demander des comptes. Est-ce que la machine le rend invisible ? D'une main distraite, il suit les courbes de la tortue.
'Eh, salut, Monsieur Dublineau/Que vous êtes laid ! Que vous me semblez sot !'
La petite voix vient du mur. Une bête parlant en fontaine de vers. Encore ? Ca ne peut pas être une coïncidence ! Que se passera-t-il s'il écrase celle-là aussi (et ça lui apprendra, à lui parler sur ce ton !) ? En plus de vivre éternellement il sera plus intelligent ? Ludwig se met à imaginer toutes sortes de destins, tous plus glorieux les uns que les autres.
'Sérieux mec, si ton langage fait le poids avec tes bagages, t'es le gorgonzola des locataires d'ici-bas.'
Attiré par le son de la voix, Ludwig se lève, une pantoufle à la main. Sale zigoto, où est-ce que tu te caches ? Mais le cancrelat a déjà cliqué sur certains boutons de la tortue magique et Ludwig s'écroule, ses vieux os ne le supportant plus.
'M'sieur Ludwig/Faut qu'tu saches que tu peux pas vendre la peau de l'ours/Avant de l'avoir buté, et même après on sait jamais'
Et Alfred retourne sous ses couvertures, ravi de n'être plus dérangé.

Bon, admettons.

C'était peut-être bien l'histoire d'un cafard heureux.
« Modifié: 06 octobre 2010 à 19:50:19 par Zacharielle »

Hors ligne Ambriel

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 444
Re : [défi] ton cafard a cafté
« Réponse #1 le: 01 octobre 2010 à 18:51:50 »
Ah  :). Je trouve enfin l'occasion de le lire en entier !
Ce qui est marrant, c'est que ce défi n'avait rien avoir avec les blattes, alors que j'ai lancé un défi plein de blattes à Saya il y a peu... Etrange coïncidence... Ha ! C'est bon, tu es démasquée ! Vous ne faites qu'une seule et même personne ! Ah, la fourbe  :mrgreen:
Bref   :huhu:
Déjà, Défi relevé !
Tu as repris les personnages, la foule et la machine. C'est à la troisième personne. Non, rien à dire  :D.
Le texte en lui même !
C'est très sympa, j'ai souvent souri, un peu ri et oh, même franchement ri, notamment :
Citer
Ses gestes mécaniques ajustent la dose moulue habituelle, la quantité d'eau habituelle, et le filtre habituel (c'est bien ça le drame).
  J'ai mis un certain temps à comprendre mais j'ai trouvé ça trop fort  :mrgreen:
J'ai bien aimé l'idée des cafards qui parlent en vers à la mode La Fontaine  :D.

Citer
installé au creux d'un morceau de tapisserie décollée, vient de assoupir.
s'assoupir
Citer
Depuis, il se
il se ? il se... ? il se quoi ??
Citer
Péniblement, il s'avance jusqu'à la fenêtre guillotine, l'ouvre y passe la tête.
Vu les phrases précédentes, j'étais presque sûre qu'il allait se faire couper la tête par la fenêtre  :-¬?
Citer
Celle-ci, pendant qu'il avait le dos tourné et les mains occupées, en profita pour appuyer sur deux trois boutons au hasard, dans l'espoir que la tortue se transforme en fontaine à $. Malheureusement, il ne se passa rien. Le vieillard revint avec une enveloppe.

'Dites, ta machine elle sert à quoi ?' demanda-t-elle en comptant les billets.

'T'occupes t'occupes. Allez ouste la jeunesse.'

'Sale enflure.'
Quelle sale peste !  :D

Oh, et je crois qu'il y a des soucis de temps, notamment à la fin :
Citer
Le café était maintenant prêt. Le vieillard se servit une tasse en écoutant la foule luttant contre la direction. Cela faisait maintenant près de deux semaines qu'il avait disparu de la vie courante. Et à sa grande surprise, personne n'était venu le chercher chez lui, pour lui demander des comptes. Est-ce que la machine le rendait invisible ? D'une main distraite, il suit les courbes de la tortue.

'Eh, salut, Monsieur Dublineau/Que vous êtes laid ! Que vous me semblez sot !'

La petite voix vient du mur. Une bête parlant en fontaine de vers. Encore ? Ca ne peut pas être une coïncidence ! Que se passera-t-il s'il écrase celle-là aussi (et ça lui apprendra, à lui parler sur ce ton !) ? En plus de vivre éternellement il sera plus intelligent ? Ludwig se met à imaginer toutes sortes de destins, tous plus glorieux les uns que les autres.

'Sérieux mec, si ton langage fait le poids avec tes bagages, t'es le gorgonzola des locataires d'ici-bas.'

Attiré par le son de la voix, Ludwig se lève, une pantoufle à la main. Sale zigoto, où est-ce que tu te caches ? Mais le cancrelat a déjà cliqué sur certains boutons de la tortue magique et Ludwig s'écroule, ses vieux os ne le supportant plus.

'M'sieur Ludwig/Faut qu'tu saches que tu peux pas vendre la peau de l'ours/Avant de l'avoir buté, et même après on sait jamais'

Et Alfred retourna sous ses couvertures, ravi de n'être plus dérangé.
passé... un bout au présent et paf retour au passé à la toute fin.

Voilà, ce fut sympathique  :D
Mais les copains suivaient le sapin le coeur serré
En rigolant, pour faire semblant de ne pas pleurer
Et dans nos cœurs pauvre joueur d'accordéon
Il fait ma foi beaucoup moins froid qu'au Panthéon

- Georges Brassens -

Hors ligne Rain

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 632
  • Perdu
    • Page Deviant Art
Re : [défi] ton cafard a cafté
« Réponse #2 le: 03 octobre 2010 à 01:44:06 »
Plop, lu aussi, bien aimé aussi ! J'ai bien souri aussi, et j'ai ri aussi.

Juste :
Citation de: Zach
Péniblement, il s'avance jusqu'à la fenêtre guillotine, l'ouvre y passe la tête.
Une virgule après "l'ouvre" ?

J'aime bien le cafard heureux  :D Et la référence à champomy. Le type a quand même l'air plutôt pas sympa.

Désolé, il est bientôt deux heures, mes capacités de commentaire sont limitées XD J'ai bien aimé, j'ai bien souri, ça se laisse lire et c'est marrant, voilà.
Perdu

Hors ligne Zacharielle

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 792
    • au bord du littéral
Re : Re : [défi] ton cafard a cafté
« Réponse #3 le: 03 octobre 2010 à 13:17:04 »
J'ai pas voulu polluer mon magnifique texte d'une introduction, donc je vous le fais maintenant :
1) je suis en train de lire H2G2
2) OUI, la fin est NULLE

Bien.

@bibi
Citer
Ce qui est marrant, c'est que ce défi n'avait rien avoir avec les blattes, alors que j'ai lancé un défi plein de blattes à Saya il y a peu... Etrange coïncidence... Ha ! C'est bon, tu es démasquée ! Vous ne faites qu'une seule et même personne ! Ah, la fourbe  :mrgreen:
Merde, alors !

Merci pour ton commentaire xD Contente que tu aies souri ^^

Citer
Citer
Depuis, il se
il se ? il se... ? il se quoi ??
il se, je ne sais plus, j'ai pas enregistré la version où j'avais mis quelque chose mdr

Citer
Citer
Péniblement, il s'avance jusqu'à la fenêtre guillotine, l'ouvre y passe la tête.
Vu les phrases précédentes, j'étais presque sûre qu'il allait se faire couper la tête par la fenêtre  :-¬?
C'est pour la version courte.

Citer
Quelle sale peste !  :D
lui c'est pas mieux xD

Citer
Oh, et je crois qu'il y a des soucis de temps, notamment à la fin
t'as raison faut que je repasse tout au présent, le passé c'est pour le passé, et le présent c'est pas dépassé, nonmé.


@FlicFlac, les montres qui font tic tac même quand il pleut
Plop, lu aussi, bien aimé aussi ! J'ai bien souri aussi, et j'ai ri aussi.
C'est parce qu'il était tard.

Citer
Citation de: Zach
Péniblement, il s'avance jusqu'à la fenêtre guillotine, l'ouvre y passe la tête.
Une virgule après "l'ouvre" ?
Oui.

Citer
Le type a quand même l'air plutôt pas sympa.
carrément !

Citer
ça se laisse lire et c'est marrant, voilà.
j'en demande pas plus xD

Merci d'avoir lu :]

Hors ligne Kailiana

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 782
  • Lial' | Calamar placide
Re : [défi] ton cafard a cafté
« Réponse #4 le: 06 octobre 2010 à 19:33:30 »
Citer
Ludiwg ressemble à un humain normal,
Ludwig ?
Citer
et le filtre habituel (c'est bien ça le drame).
XD
Citer
Dé dépit et de fatigue aussi,
de dépit


Un pauvre petit texte abandonné qui souffre sous les couches de BT ! Allez hop, je prends ma pelle (surtout que c'est pas très profond ça va)
Marrant, j'ai ris à plusieurs reprises, beaucoup souris. J'ai toujours un peu de problème avec les textes "juste comme ça", c'est marrant mais c'est tout, le texte du chat que je viens de commenter je l'ai vraiment aimé et je le relirai avec plaisir, celui-là il reste juste comme ça. C'est le genre de texte à lire si on déprime/qu'on est fatigué/que la vie est grise, il met bizarrement de bonne humeur (même avec les cafards ; ou alors c'est moi qui suis bizarre ?)

Il pourrait sans doute être amélioré, mais bon (au passage, je suis impressionnée par ta capacité à écrire une tonne de textes sur des sujets pas possibles - et à ce que les textes soient assez bien pour faire sourire)
Si la réalité dépasse la fiction, c'est parce que la réalité n'est en rien tenue à la vraisemblance.
Mark Twain

La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.
Einstein

Hors ligne Zacharielle

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 792
    • au bord du littéral
Re : Re : [défi] ton cafard a cafté
« Réponse #5 le: 06 octobre 2010 à 19:49:02 »
merci pour tes remarques :)

Citer
Un pauvre petit texte abandonné qui souffre sous les couches de BT !
arf, je croyais passer inaperçue  :mrgreen:

Citer
celui-là il reste juste comme ça.
tout à fait !

Citer
C'est le genre de texte à lire si on déprime/qu'on est fatigué/que la vie est grise, il met bizarrement de bonne humeur (même avec les cafards ; ou alors c'est moi qui suis bizarre ?)
mdr c'est peut-être grâce à ce subtil retournement de valeurs xD

Citer
Il pourrait sans doute être amélioré, mais bon
Ouais, mais j'ai pas envie de m'investir dedans, comme tu dis "mais bon" ^ ^

Merci pour ta lecture :D

Hors ligne Kathya

  • Grand Encrier Cosmique
  • Messages: 1 271
    • Page perso
Re : [défi] ton cafard a cafté
« Réponse #6 le: 07 octobre 2010 à 12:36:56 »
J'ai vraiment aimé.  :D

C'est rafraîchissant y a beaucoup de bons mots, et la scène imposée par le défi ne fait pas pièce rapportée.
La cafards sont tarés, mais en même temps, je leur parle pas tous les jours.  :D
"Je suis la serveuse du bar Chez Régis ! Ou un leprechaun maléfique barrant l'entrée d'un escalier imaginaire..."

Et puis la Nuit seule.
Et rien d'autre, et plus rien de plus.

Avant l'hiver, Léa Silhol

Hors ligne Gros Lo

  • ex Lo
  • Clochard céleste
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 9 910
    • olig marcheur
Re : [défi] ton cafard a cafté
« Réponse #7 le: 14 mai 2011 à 17:48:01 »
J’ai commencé à me détendre de ma journée à partir de « arrête ton char Babar ». Puis de « ah ah kof kof ». J’avais oublié le plaisir de cette narration à la Manny Nyama (orthographe ?). C’était une lecture fort agréable.

dont be fooled by the gros that I got ~ Im still Im still lolo from the block (j Lo)

Hors ligne Zacharielle

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 792
    • au bord du littéral
Re : [défi] ton cafard a cafté
« Réponse #8 le: 14 mai 2011 à 18:04:03 »
mdr
j'avais oublié
qu'est-ce que c'est con quand même !
merci pour vos commentaires x)

Hors ligne ernya

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 7 667
  • Ex-dragonne
    • Page perso
Re : [défi] ton cafard a cafté
« Réponse #9 le: 01 octobre 2011 à 17:16:31 »


Citer
Enfin, si un peu puisque le Seigneur a dit : de la blatte sommeille en chacun de nous.
En tous cas, pas dans ta chambre de papi décrépi, alors arrête ton char Babar
'Sérieux mec, si ton langage fait le poids avec tes bagages, t'es le gorgonzola des locataires d'ici-bas.'
:D

Citer

Toute chose a une fin, mais des fois on l'attend longtemps. A mots dits haut on maudit la mort, puisqu'elle ne vient pas cueillir celui-là.

yé né pas compris

Citer
'T'occupes t'occupes. Allez ouste la jeunesse.'
occupe, non  ?

Citer
Une bête parlant en fontaine de vers
sympa !

Vu l'image, c'était pas évident, mais ça rend un texte ma foi fort sympathique avec beaucoup d'indices de ta patte (ma phrase ne veut rien dire) ! Quand est-ce que tu nous fais, juste pour déconner, un texte fait à partir de bruitages ?


"Je crois qu'il est de mon devoir de laisser les gens en meilleur état que je ne les ai trouvés"
Kennit, Les Aventuriers de la Mer, Robin Hobb.

Hors ligne Zacharielle

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 792
    • au bord du littéral
Re : [défi] ton cafard a cafté
« Réponse #10 le: 01 octobre 2011 à 21:20:21 »
merci d'avoir choisi ce texte pour le gibet  :noange:

Citer
Citer
Toute chose a une fin, mais des fois on l'attend longtemps. A mots dits haut on maudit la mort, puisqu'elle ne vient pas cueillir celui-là.

yé né pas compris
à mots dits haut = tout haut
on maudit la mort = bah... on lui jette un mauvais sort
puisqu'elle ne vient pas cueillir celui-là = parce que le vieux monsieur (je me souviens pas de son nom) ne meurt pas alors qu'il est nul

Citer
Citer
'T'occupes t'occupes. Allez ouste la jeunesse.'
occupe, non  ?
yes


Citer
Vu l'image, c'était pas évident, mais ça rend un texte ma foi fort sympathique avec beaucoup d'indices de ta patte (ma phrase ne veut rien dire) ! Quand est-ce que tu nous fais, juste pour déconner, un texte fait à partir de bruitages ?
ok, merci de ta lecture, contente de tes éclats de rire lol des fois, c'est n'importe quoi ce texte mais c'était rigolo à écrire. OK pour les bruitages, je vais voir ce que je peux faire.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.19 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.022 secondes avec 22 requêtes.