Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

12 juillet 2020 à 06:16:15
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Poésie (Modérateurs: Aube, Ben.G, Claudius) » Le poète et le copiste

Auteur Sujet: Le poète et le copiste  (Lu 417 fois)

Hors ligne Georges Ioannitis

  • Troubadour
  • Messages: 299
    • Prose& Poésie - Georges Ioannitis
Le poète et le copiste
« le: 30 juin 2020 à 14:45:27 »


Le poète et le copiste

 
Orphée pour Eurydice, a bravé les enfers,
Avec seul équipage une lyre* et des mots,
Il mêlait à son chant généreux et sincère
Ses plus beaux sentiments, tels de précieux joyaux.

Le lyrisme est ce chant qui sait si bien lier
La plus belle image à la plus noble pensée,
Dans un creuset brûlant pour mieux recomposer
Le langage de l’âme, enfin réinventé.
 
Pareil à ces métaux qui ornent la beauté,
Il laisse son éclat pour mieux l’enluminer,
Vif comme le mercure mélangé à l’or,
Pour lui offrir encor de plus ardents accords.
 
De sa muse, amoureux, le poète éclairé
Sur sa page dessine en langueurs éblouies
Ses soupirs s’étirant tout droit vers les nuées,
Retombant sur les cœurs, en pluie de poésie.

Récusant les honneurs, méprisant l’ordinaire,
Il ignore ses pairs, pour mieux chérir son art.
Comme un amant fidèle, il lui offre ses vers,
Et son plus bel ouvrage atteste de sa gloire.
 
Le copiste pompeux, de sa plume stérile,
Nourrit sa vacuité sur sa belle écritoire,
Accorde un ton tragique au battement d’un cil,
Un sanglot pathétique aux amours dérisoires.

La vanité le suit, comme une fausse amie.
Posant une couronne d’un éclat trompeur
Sur son crâne infertile rongé par l’ennui.
Lorsque l’inspiration vient chasser la torpeur,

Ses phrases qui s’écrasent en vers insipides
Sont l’écho d’un ego qui flétrit son auteur.
Ses notes grinçantes résonnent dans le vide,
Éraflant les tympans, n’effleurant pas les cœurs.

Accablées d’un surplus d’émotions frelatées,
Ses stances dégorgent l’œuvre mal digérée
De pères nourriciers qui l’ont rassasié.
Authentique poète… il ne sera jamais.
 

*le terme Lyrisme est emprunté au mot lyre.


https://youtu.be/98QgFKA1qEM

Georges Ioannitis
Tous droits réservés

 


« Modifié: 02 juillet 2020 à 09:45:21 par Georges Ioannitis »

Hors ligne vigie enfance

  • Tabellion
  • Messages: 38
Re : Le poète et le copiste
« Réponse #1 le: 30 juin 2020 à 22:28:28 »
Vanité tout est vanité et  poursuite du vent...

Hors ligne Mascha

  • Tabellion
  • Messages: 57
    • La végé du quartier ouvrier
Re : Le poète et le copiste
« Réponse #2 le: 01 juillet 2020 à 00:37:47 »
Merci de dénoncer ce problème. Ce sujet n'est pas assez abordé dans le monde de la littérature. ;)

Sinon, concrètement, j'ai tout trouvé parfait dans ce poème. Il est cohérent dans sa forme et son style, la ponctuation est bien utilisée et les choix de mots sont évocateurs. :)

Hors ligne Georges Ioannitis

  • Troubadour
  • Messages: 299
    • Prose& Poésie - Georges Ioannitis
Re : Le poète et le copiste
« Réponse #3 le: 01 juillet 2020 à 04:47:47 »
Merci Vigie enfance pour cette visite. Georges.

Merci Masha, je suis ravi que ce poème t'ait plu tel quel. Je te souhaite une bonne fête nationale. porte-toi bien, amitiés, Georges.

Hors ligne Murex

  • Tabellion
  • Messages: 33
Re : Le poète et le copiste
« Réponse #4 le: 01 juillet 2020 à 11:17:03 »
   Je n'ai jamais eu beaucoup de goût pour la poésie classique, mais ce poème est très réussi. le thème est fort intéressant et clairement exprimé. Il y aurait des expressions à inventer : "être orgueilleux comme un poète " !
  Je me permets de relever quelques imperfections, du moins me semble-t-il :
  Strophe 3, aux deux derniers vers : trois sonorités en "or" (or, encor,  accords)
  Strophe 5, les rimes douteuses: ordinaire-vers. art-gloire.
  Strophe 8, "sont l'écho d'un égo" n'est pas très agréable à l'oreille.
  Mais très joli travail.
  Murex

Hors ligne Mascha

  • Tabellion
  • Messages: 57
    • La végé du quartier ouvrier
Re : Re : Le poète et le copiste
« Réponse #5 le: 01 juillet 2020 à 15:24:43 »
Georges : La Fête nationale du Québec est le 24 juin, mais c'est tout de même très gentil de ta part. :)
Le 1er juillet, c'est la fête du Canada, qui n'est pas vraiment fêté au Québec (pour des raisons anticolonialistes), étant plutôt le jour du déménagement (car c'est la date de résiliation de renouvellement des baux). Voilà voilà pour nos petits différences culturelles. ;)

Porte-toi bien toi aussi (c'est vraiment bienveillant de ta part :))

Au (grand) plaisir de te relire bientôt!

Amitiés,
Mascha

Hors ligne Georges Ioannitis

  • Troubadour
  • Messages: 299
    • Prose& Poésie - Georges Ioannitis
Re : Le poète et le copiste
« Réponse #6 le: 01 juillet 2020 à 16:22:15 »
Bonjour Murex, Merci pour cette visite.

 Strophe 3, aux deux derniers vers : trois sonorités en "or" (or, encor,  accords)
  Strophe 5, les rimes douteuses: ordinaire-vers. art-gloire.
  Strophe 8, "sont l'écho d'un égo" n'est pas très agréable à l'oreille.


L'écriture de cette poésie n'a rien de classique...
Les allitérations des strophes 3 et 8 sont délibérément introduites dans ce poème. En poésie, assonances et allitérations  font partie de la mélodie du texte. Elles sont là pour rompre une éventuelle monotonie. 
Pour ma part, faire rimer ordinaire et vers ne me choque pas vraiment.
Je te remercie sincèrement pour cette lecture attentive; Amicalement, Georges

Masha J'ai passé quelque temps dans une petite ville nommée Saint Gabriel de Brandon et je savais ce détail, bien-sûr.  Le Québec est un PAYS qui me tient à cœur, j'avais peur d'aborder ce sujet très politique avec une Québécoise qui ne partage pas des idées indépendantistes (il y en a, paraît-il). Mon prochain envoi sur le site sera un hommage à ta ''Belle province'', J'espère qu'il ne te décevra pas trop. Amitiés. Georges
« Modifié: 02 juillet 2020 à 15:04:00 par Georges Ioannitis »

Hors ligne Acini Van Herst

  • Scribe
  • Messages: 85
Re : Le poète et le copiste
« Réponse #7 le: 02 juillet 2020 à 03:27:12 »
@Georges


Ah ! Que j’aurais préféré lire une plaque minéralogique Québécoise… 



@Murex et Georges


Strophe 3 RIME (le nom allez dont le chercher vous-même) et pas allitération.

Je n’avais pas déjà dit tout ça Georges? Cette rime donne une sensation auditive qui peut être éventuellement
comparé à une allitération, certes.


Strophe 8 ASSONANCE réduite au minimum : deux O, l’effet est par contre légèrement soutenu par le fait
qu’ils se situent sur deux finales de mots



@Masha


Masha bienvenue à toi, j’espère que tu m’excuseras de mettre servi de la devise du Québec pour livrer
un semblant d’humour.



@Georges


Je ne reviendrais pas sur mon avis précédent pour quelques allitérations sur un seul texte, l’allitération
peut-être fortuite dans certains cas présent dans ce texte, le copiste pompeux n’émane peut être que du
désir de faire un jeu de mot qui a donné une allitération au final.

Le langage de l’âme allitération non travaillé pour moi.

Deux phénomènes je trouve ça léger léger.



Sinon, si je romps la com, c’est pour m’attarder sur un autre, plutôt que m’acharner sur le même,
faudrait pas virer au sado-maso… Par politesse je veux bien revenir mais ayant déjà passé plus de
trois heures sur ton autre texte, comprend bien que je peux finir par m’offusquer de ces rappels
incessants. Surtout vu ce que tu as eu l’air de retenir la fois d’avant… :'(

Par contre je pense que mon avis t’a apparemment perturbé, j’en suis désolé, je te parlais d’une
sensation que j’avais en regard de certains de tes textes, qui venait se confirmer dans un.
Si ça peut te rassurer, si c’est plus clair…


Sur ce texte:

Je ne perçois aucune de tes intentions vis-à-vis des propos contenus dans ce poème, satire, ironie,
phylo, vérité vrai ???

Du coup l’aurais tu écris sans vouloir révéler tes intentions ?

Étaient-elles si malsaines que tu as préféré nous les cacher ?


Dis-toi que mon retour est dû au fait que tu m’as fait sourire à deux reprise, ta blagounette composé de deux parties de commentaires n’ayant aucun rapport entre elles, et fortuitement (peut-être même à nouveau d’ailleurs) par une contrepèterie qui s’est glissé dans ton texte :


« méprisant l’ordinaire : Le copiste pompeux ! ».



Vu que tu as grugé et m’as fait mentir, j’avais dit éventuellement à dans 3 ou 6 mois, ce sera à dans 9 ou 12. Sauf si j’aime en fait gruger et mentir…



                           Bon vent à tous (ça fait pas de mal, par ces chaleurs)


NB/@Les biens heureux qui sont long à venir…

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.



Acini Van Herst
Barde bardé de bourdes dont l’esprit tortueux diverge

Hors ligne Dot Quote

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 311
  • 💡
    • mordelang
Re : Le poète et le copiste
« Réponse #8 le: 02 juillet 2020 à 11:12:39 »
yoyo

se figurer la dichotomie entre création de valeur artistique et nouveauté conceptuelle est nécessaire...
mais pour le coup je trouve tes vers un peu forcés
perso, je peux pas m'empêcher de voir sur un plan d'inégalité le déséquilibre factuel de la globalité du concept de réalisation artistique entre la copie et l'innovation, qui relève plus souvent, non pas d'un état manichéen choisi ou non par l'auteur conscient ou non...

je prends donc référence en l'ami ingénieur qui m'exemplifiait le truc assez bien :
"une moto, quand tu la crées, c'est une nouveauté à 1% du détail que tu lui apportes... les 99% restants, c'est ce qui fait d'une moto, une moto..."
de fait, copier et innover, j'trouve ça un peu grotesque de vouloir à tout prix choisir...

sur le fond...
après sur la forme :

comme dit, tu as de meilleures réalisations à ton actif
mais c'est du ressenti de lecteur dont je parle, un ressenti profane qui ne voudrait pas trop s'imposer

au plaisir
"Une cave et tu sais que
Y'a pire que mourir"
- SCH -

Hors ligne Georges Ioannitis

  • Troubadour
  • Messages: 299
    • Prose& Poésie - Georges Ioannitis
Re : Le poète et le copiste
« Réponse #9 le: 02 juillet 2020 à 12:12:18 »
Bonjour Acini

Merci pour ta visite qui marque donc un retour anticipé.

comprend bien que je peux finir par m’offusquer de ces rappels
????...

Par contre je pense que mon avis t’a apparemment perturbé, j’en suis désolé
Ce texte est antérieur à ton commentaire précédent...

satire, ironie, phylo, vérité vrai ???
Rien de tout ça, plus  simplement quelques impressions à propos de certains auteurs qui tentent de remplacer le vide par la pesanteur.
Merci pour ta visite, à bientôt peut-être (avant 9 ou 12 mois ?). Amicalement, Georges.

____________________________________________________________

Bonjour Dot Quot, ravi de ta visite (elles ne sont jamais ennuyeuses)

je peux pas m'empêcher de voir sur un plan d'inégalité le déséquilibre factuel de la globalité du concept de réalisation artistique entre la copie et l'innovation, qui relève plus souvent, non pas d'un état manichéen choisi ou non par l'auteur conscient ou non...
Ce n’est pas tout à fait le propos du texte. Le mot copiste est à prendre, ici, dans son sens ancien. Il s’agit de ces moines d’avant Gutenberg qui se contentaient d’ établir des copies de textes (pour la plupart scripturaires) dont ils n’étaient pas auteurs.
Ton ami ingénieur a raison. On est jamais vraiment libre, et le produit d’une création appartient toujours un peu à d’autres créateurs. 
L’écriture d’un texte montre notre dépendance à des éléments extérieurs. À commencer par la transposition graphique elle-même et la langue choisie. On n’exprime pas les mêmes nuances dans une langue archaïque (ce n’est pas une insulte) que dans une langue flexionnelle comme la nôtre. Ces liens tiennent aussi à la culture, l’influence inévitable d’autres auteurs, les humeurs de l’écrivain, son talent, le degré d’acceptation de règles d’écriture, sa volonté ou non de se démarquer des autres auteurs, et bien d’autres choses encore. Il reste cependant assez de marge pour définir les particularités stylistiques d’un auteur et l’intérêt qu’on peut y accorder. Je parle des grands, bien sûr, comme je l’ai dit déjà, quand je lis Baudelaire ou Céline j’ai envie de brûler mes textes.
Pour passer à tout autre chose, je suis étonné que personne n'ait encore évoquer le charme particulier de Raymond le caniche.

Merci Dot Quot, comme je le dis plus haut, on ne s’ennuie jamais avec toi. Amicalement, Georges
« Modifié: 02 juillet 2020 à 15:15:31 par Georges Ioannitis »

Hors ligne Lucie Granville

  • Scribe
  • Messages: 67
Re : Le poète et le copiste
« Réponse #10 le: 02 juillet 2020 à 12:56:31 »
La construction de ta poésie en deux parties met habilement en opposition les deux genres abordés. J’aime cet effet crescendo dans la puissance des images et des émotions, pour chaque partie de ton poème, et ta chute est magistrale. Le quatrain 3 fait écho de manière très subtile aux  « joyaux » du quatrain 1. Coup de cœur pour les quatrains 2 et 4, sublimes, et le quatrain 6, à l'humour fin… L’image est à la fois surprenante …et géniale ! Elle illustre très bien le propos de ta poésie, et ce choix m’a fait sourire… Lucie  :)

Hors ligne Mascha

  • Tabellion
  • Messages: 57
    • La végé du quartier ouvrier
Re : Le poète et le copiste
« Réponse #11 le: 04 juillet 2020 à 16:20:01 »
Masha J'ai passé quelque temps dans une petite ville nommée Saint Gabriel de Brandon et je savais ce détail, bien-sûr.  Le Québec est un PAYS qui me tient à cœur, j'avais peur d'aborder ce sujet très politique avec une Québécoise qui ne partage pas des idées indépendantistes (il y en a, paraît-il). Mon prochain envoi sur le site sera un hommage à ta ''Belle province'', J'espère qu'il ne te décevra pas trop.
Haha, je comprends. C'est un sujet qui divise la société, et donc qui est généralement abordé avec émotions par beaucoup de gens. :P
La prudence est donc de mise, tu as raison. :)

@Masha
Masha bienvenue à toi, j’espère que tu m’excuseras de mettre servi de la devise du Québec pour livrer
un semblant d’humour.

Merci. Je me plais bien sur ce forum. :)

La devise du Québec est "Je me souviens", officielle depuis 1939 (non officielle depuis 1883). "La Belle Province" est un slogan touristique guère usité au Québec (genre, si quelqu'un l'utilise, on sait d'emblée qu'il n'est pas d'ici :-¬?). D'ailleurs, cette périphrase n'a été utilisée sur les plaques m'immatriculation des véhicules que de 1963 à 1977.
Voilà voilà pour l'info historique du jour! J'arrête ici de parasiter le post de Georges, préférant laisser toute la place à sa chère poésie. :)

Hors ligne Georges Ioannitis

  • Troubadour
  • Messages: 299
    • Prose& Poésie - Georges Ioannitis
Re : Le poète et le copiste
« Réponse #12 le: Hier à 03:11:48 »
Merci Lucie pour cette lecture attentive. Je suis content que tu mentionnes la division du texte en deux parties. Elle oppose les deux genres, un comme comme on sépare les torchons des serviettes. G.I.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.031 secondes avec 23 requêtes.