Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

23 octobre 2020 à 04:12:46
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Salon littéraire » Salle de lecture » Romans, nouvelles » Carmilla (Sheridan Le Fanu)

Auteur Sujet: Carmilla (Sheridan Le Fanu)  (Lu 405 fois)

Hors ligne Ben.G

  • Admin
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 8 516
  • Voleur de nuits
    • J'irai lire chez vous
Carmilla (Sheridan Le Fanu)
« le: 28 juin 2020 à 08:26:25 »
Dans le cadre du défi lecture en cours, je crée une nouvelle fiche https://monde-ecriture.com/forum/index.php?topic=3740.msg553344#new
Le mois dernier j'ai attrapé quelques classiques de fantastique que je ne connaissais pas du tout


Carmilla est un roman de vampire, écrit avant le fameux Dracula
D'ailleurs pour l'anecdote Stocker l'a lu à sa sortie et ca l'a bcp inspiré, au point où dans sa première version du Dracula le livre démarrait sur une référence directe à Carmilla, qui a demandé à être enlevée par l'éditeur à cause de la réputation sulfureuse de ce dernier (z'allez voir pourquoi). Il a aussi écrit une nouvelle pour lui faire hommage mais j"ai plus le nom sous la main


Carmilla donc, c'est une histoire de vampire lesbien paru en 1872 (et voilà, toute la polémique est là '-')


Il raconte l'histoire d'une jeune femme qui vit avec son père dans un vieux château esseulé en Autriche, dans la Styrie région de Graz, lorsqu'un jour une calèche de passage se renverse et une femme, en voyage urgent avec sa fille, leur demande de prendre soin de la jeune fille inconsciente, ne pouvant pas retarder plus son voyage ayant une importance de vie ou de mort. La famille accepte donc la jeune fille, Carmilla, en leur sein pendant plusieurs mois. Les deux jeunes filles se reconnaissent alors, ayant étrangement fait le même rêve où elles dormaient ensemble enfant, ce qui avait alors terrorisé la personnage principale pendant des années. Durant ce temps, une maladie étrange tue lentement des jeunes filles aux alentours dans la région...

Bon j'en dis pas beaucoup plus même si les tenants et aboutissants se devinent sans grande surprise, sans doute aussi parce qu'on est déjà habitué à ce mythe mais en le replaçant dans l'époque, faut avouer c'est assez fort. En fait même rétrospectivement, le mythe du vampire ici présente est assez different sur plein de points (ils ne meurent pas instantanément au soleil et d'autres, il y a même des données intéressantes sur les contraintes qui permettent aux vampires de vivre parmi les humains et si vous être intéressés par le mythe, je vous le conseille vraiment !!!)

Après,  j'ai pas été archi conquis du tout. C'est un petit livre écrit facilement, qui fait quelques mystères de quelques ressorts narratifs mais ai final c'est assez "nu" sur la structure, je trouve que ça se traine un poil par moment (même si ça distille plutôt bien les infos à d'autres), je trouve les personnages bien trop naïfs... la scène finale arrive un peu vite, mais traduit archi bien la tension et l'ambiance, en fait c'est dommage je la trouve un peu rapide et manquante de détails pour être vraiment bonne, mais y'a un changement de ton vraiment appréciable

Bref, je le considère pas comme exceptionnel, mais voulais en parler parce que si ça intéresse quelqu'un je pense que c'est à lire tout de même parce que c'est intéressant
Et s'il n'y a aucune scène explicite d'homosexualité, les sous-entendus, les baisers et le désir est clairement là et c'est assez fou et beau de lire ça écrit à cette époque,  clairement avant gardiste sur ce point (et du coup ouaip, ça lui a valu une super mauvaise réputation u_u)
Beau boulot les modow ! Ca mérite une pause café, même si : les vilains mots ne font jamais de pause café.
- Kaeloo

Hors ligne Mascha

  • Scribe
  • Messages: 86
    • La végé du quartier ouvrier
Re : Carmilla (Sheridan Le Fanu)
« Réponse #1 le: 29 juin 2020 à 01:03:09 »
Contrairement à Ben G., moi, j'ai adoré ce livre!

Voici ma critique Goodreads :

Carmilla est souvent présenté avec la phrase : "Avant Dracula, il y avait Carmilla". Moi, je dirais :

Avec Dracula, nous avons eu droit au livre qui a fondé le mythe du vampire partout dans le monde, un roman d'une qualité exceptionnelle, mais aussi tournée autour des relations hétérosexuelles, de la religion, d'une morale dichotomique et de la perception masculine du monde.
Avec Carmilla, nous avons un roman antérieur, plus mineur dans l'Histoire littéraire, mais qui a le mérite d'aborder de plein fouet une relation lesbienne dans une histoire antireligieuse, moralement ambiguë et centrée sur de jeunes femmes (et ce, en 1872!). Juste pour cela, Carmilla se démarque de toute la littérature vampirique écrite dans le premier siècle de son existence.

On peut aussi préciser que le mythe du vampire se manifeste de manière différente dans ce novella. Par exemple, les vampires peuvent aller au soleil, et semblent toujours malades et sans énergie.
Et si on ajoute à cela un décor contenant un château gothique, une ambiance oppressante, des cimetières, et des robes d'antan, cela donne une histoire de vampire à la fois typique et différente des autres.
On en oublie même que l'auteur est un homme tant le récit est réalistement écrit d'une main naïve dans le journal d'une jeune femme.

Carmilla est un novella qui se lit très rapidement. Écrit de manière volontairement simple et naïve (trop pour certains), il contient peu de scènes d'action (ce qui peu déplaire à d'autres). Pour les autres, vous trouverez votre compte dans ce récit d'époque alliant vampirisme et lesbianisme, mais aussi amitié et aura de mystère.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.025 secondes avec 23 requêtes.