Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

31 octobre 2020 à 14:11:32
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Salon littéraire » Salle de lecture » Romans, nouvelles » Le Golem (Gustav Meyrink)

Auteur Sujet: Le Golem (Gustav Meyrink)  (Lu 345 fois)

Hors ligne Ben.G

  • Admin
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 8 543
  • Voleur de nuits
    • J'irai lire chez vous
Le Golem (Gustav Meyrink)
« le: 28 juin 2020 à 08:06:13 »
Écrit en 1915 par un auteur Tchèque,  c'est un roman fantastique assez particulier et je vais avoir un peu de mal à le décrire.

L'histoire se passe dans le ghetto juif se Prague, où tout le monde se connait et des rancœurs familiales bouffent le cœur des habitants. Le quartier en lui-même est un personnage, avec ses mythes et ses étrangetés. L"histoire se concentre sur un personnage au passé flou, vivant en face d'un vieux brocanteur qui ne vend jamais rien, profondément haineux envers tous ceux qui l'entourent. Parmi les nombreuses légendes surnaturelles qui peuplent ce quartier et se colportent de bouches en bouches, de générations en générations à travers les tavernes, il y a celle du golem, etre d'argile animé par l'action d'un ancestral rabbin cabalistique, qui réapparaitrait mystérieusement tous les 33 ans dans le quartier en meme temps qu'une vague de meurtres et faits inexpliqués, grandement amplifiés par la peur ambiante. Et tout commence par un chapeau, par un livre reçu par un être étrange dont aucun souvenir physique ne reste en mémoire...


Je résume assez grossièrement parce que c'est bien plus que ça, en réalité, bien plus nébuleux  et mystérieux que ce que je décris, l'impression d'être sans arrêt à la frontière du rêve, des parties inconscientes de l'esprit via le narrateur dont on viendrait parfois à douter. Le temps lui-même semble être distendu dans cette univers bancal du ghetto oppressant, et tant de nombreux éléments viennent flirter avec le récit pour le rendre brumeux et apporter des réponses toujours plus étranges.

L'auteur alimente le récit avec des mythes juifs, égyptiens, il va puiser dans le mysticisme essentiel à l'origine de toutes les religions, les superstitions de ce qui reste inexpliqué, du fantastique au sens pur mais aussi les questionnements philosophiques et mystiques à la base des questions de choix, d'identité, de destin, de karma presque et du sens de la vie. Et l'écriture est à la fois simple tout en sachant habilement glisser vers le poétique nébuleux des mythes qui semblent à la fois si étranges et pourtant si soudainement tangibles sous son écriture.

Bref, c'est le premier roman de l'auteur, il avait connu un grand succès à l'époque et est considéré par certains comme un classique fondateur du fantastique, ayant influencé notamment lovecraft. Je le trouve pas si classique dans sa forme, dans le sens où le propos mystique et les ressorts narratifs proches du rêves ajoutent un quelque chose pas forcément facile à aborder,  même si l'écriture se lit bien, y'a un propos, qui aurait peut-être pu être plus prononcé, manque de détail et de vie par moments à mon goût (le roman narratif plus que le roman monde)

Tout cas moi j'ai beaucoup aimé, ça plaira ptet pas à tout le monde mais je le conseille beaucoup !!!
Beau boulot les modow ! Ca mérite une pause café, même si : les vilains mots ne font jamais de pause café.
- Kaeloo

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.055 secondes avec 23 requêtes.