Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

01 décembre 2020 à 03:05:23
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Encore plus loin dans l'écriture ! » Textes non francophones » My dark trees

Auteur Sujet: My dark trees  (Lu 1710 fois)

Hors ligne derrierelemiroir

  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 905
  • orque magnifique et ténébreuse
My dark trees
« le: 15 avril 2020 à 17:54:03 »
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.




My dark trees


    August 3, 2018

    So, my shrink advised me to start a diary. I told him, I don't like that word, it sounds like a teenage girl confessing her crushes. He said, That’s bullshit. Alright, he didn't exactly say bullshit —he's paid to be well-mannered—, but he patiently argued that it was important to confide in someone, that it allows you to lock up certain emotions and thoughts as if to a repository, where they don’t hurt as much. He even referred to Dumbledore's Pensieve as if I read children's books.
    To avoid mentioning other things, I told my mother about the diary. The second I was finished, she ran into a stationery store. She brought back a black notebook with white pages and explained, breathless, that this way I wouldn't feel obliged to write in a straight line or to write at all.  She added that maybe, I express myself better through drawings. I think I express myself best when not trying at all. But here I am, writing. I imagine all the bits of guilt and shame that fester in my mind like unchecked viruses –commandeering all my energy for their sole selfish purposes, leaving me as useless as a puppet whose wires have been cut; maybe, it's not so stupid to get rid of them. I’m just unsure as to how this repository magic is supposed to work. Do I have to consign my whole life to those pages so that an expert can later reveal to me why I did what I did and then exorcise me? Will the simple act of perusing my past and recording it heal me? I don't fucking know.



    August 10, 2018

    Well, in the end I stopped writing the other day because I felt like an impostor in some fucked up commercial where everyone’s smiling vacantly. I saw myself leaning over the damn diary, my mother and the shrink nodding approvingly, and then everyone cheering because I was cured. I threw the notebook out the window. My mother brought it back after having stumbled over it in the garden. She didn't say anything, just stared at me as if I was a riddle she had heard a thousand times but still hadn't solved.
    Sometimes I try to see myself through her eyes, and it hurts so I stop. Other times I picture her as a child, and I walk up to her and say, I'll be your son and I'll make you suffer so often that you'll want to die. She would tell me that it's not true, that she loves me, and that I am the best decision she ever made. Then I think of all the other choices she couldn't make, the men she could have loved, the other children she could have treasured. And I think of the Kilimanjaro she dreamt of climbing and of all the books she hoped to write, and I don't believe her. Fuck this again. I can clearly envision a bearded guy in a white coat busily deciphering these few lines and mumbling, Ah yes, the absence of a male figure serving as a role model, the guilt of being a burden to the remaining parent –all that shit; I feel like burning every single page.
    You have to know that I committed a despicable crime, and that, if some sort of gods existed, they wouldn’t be powerful enough to sanctify my atonement. I've committed a crime and had no good reason for it.



    August 13, 2018

    One night, I was at Alex's house, or more precisely, in the garage. The guys were smoking weed and talking about chicks as if they were made of clay: Just boobs, ass, pussy, and nothing inside that feels. At one point, Geoffrey roared that #metoo was going way too far, that he was sure some feminists were taking advantage of the movement to make money and get attention, and that if they really wanted the same wages as men, they should stop wasting their time with selfies and nail polish. I replied, You're right, if they want to be taken seriously, they’ve got to stop parading their bodies in front of us like deer on heat, waiting to be hunted. He laughed and walloped me on the back. I was so disgusted he couldn't perceive my sarcasm that it took my breath away. But deep down I knew I had chosen this ambiguity just for him to like me.
    I left. On my way home, I tried to figure out how he perceived me. My skin burned where his hand had met my back. I thought of my mother, her bitten nails. Of Vanessa who had said no, and to whom I had replied, You're frigid. Of all the times I had jerked off in front of porn made by men for men. I banged into a wing-mirror; it didn't help.



    August 14, 2018

    Sometimes, I feel like a jigsaw puzzle that is about to be completed but whose illustration has suddenly been changed. All my life, I've been brainwashed by movies about strong men and vulnerable-but-beautiful women. I've listened to both genders agreeing that they were different. I've heard pseudo-experts feasting on these differences and wrapping them in wobbly but popular theories like: men cheat to maximize their biological success, women need security for child survival, Mars and Venus, all that bullshit. And lately I've learned that it was all a lie. That this Greek picture of strength and intelligence is just a fantasy. That women have better things to do than waiting to be defined by men. That men, if they want to, can put on makeup and still have balls. That both women and men are intelligent enough to do the same jobs. I understand that. It has an obvious taste to it – as if I've always suspected it –, but my jigsaw was almost finished so what?
    My world was more stable before. When I say stable, I don't mean fair. There was less uncertainty. Now I feel like every step I take, I'm slipping on a quantum carpet that doesn't know where it's headed. I used to be able to laugh at my buddies' jokes without having to analyse whether their content was sexist. I could make love to Sophie and expect her to be perfectly shaved from pussy to ass. I could say pussy. The fact that there were only three girls in my physics and math classes in high school was normal, and they were supposed to be ugly and poorly dressed. I never questioned anything even though my mom, every day, showed me a different truth. I blamed all my problems and imperfections on my deserting father and my deserted mother. And then, overnight, everything changed. We all became criminals, only because the illustrations on our puzzles had been altered. Mom, when she saw me emerge from my hallucination, told me that I had simply been blind, that women had been fighting for equal rights for over a century, that the issue of sexual harassment was older than grandma. I asked her, But then, how come I only found out about it now?



    August 18, 2018

    It's Saturday, and tonight the guys want to go out. I haven't told them what I did. Since I'm usually pretty quiet, they don't notice my post-crime depression. If I join them, I might throw up. I'll glimpse all these potential victims who still have so much pain to endure, and I'll know that it could have been them, and I'll feel empty and cold and afraid of being a psychopath. What I did, I just did because I could. What I didn't know yet is that every time a crime is committed, Pandora opens a box. You can ignore it, move on and keep being an asshole. Instead, I looked at it, and every single thing spurting out of it was a consequence that slashed my body. For days and days, I tried to project myself back to the exact moment it happened. To remember my thoughts and feelings. But the truth is, I didn't think much of it. I just accomplished. It was so simple. But it would have been just as easy not to, and that's what devastates me. I could have turned my back on my crime if only I'd thought twice.
    I wonder at what point it was too late. The moment I entered the forest, or when I saw her? Or was it long before, when I was born, or shortly after, the day my father left?
    I committed a crime, and I didn't go to prison. The few people who know about it advised me not to worry too much, assured me that it wasn't that serious, and exclaimed, Prison, but what are you talking about? You're not going to prison for that! With each new denial, my anguish thickens.



    August 20, 2018

    I've understood the purpose of the diary. And well, it wasn't a bad idea. My shrink asked me to bring it to our next session. As I was silent as usual when the session began, he suggested I read an excerpt from it. Seeing me hesitate, he added that I didn't have to but that it might be easier for me to reuse words than to produce new ones. He was right. Since the words were extracted from my mind already, I could utter them without too much pain.
    I now understand better what this repository is. My extricated thoughts have lost their threatening reflection on the white pages of the diary. As long as I hadn't expressed them, there was always the possibility that they could be something else, or that they would continue to be fed by my resentment, my fear and my rage. That they would mutate into a disease. By consigning them outside of me, I can see them for what they are, like when as a child, I finally recognized the furniture after the shadows of the night had retreated.
    I read him the paragraph about the puzzle. When I finished, he asked me why having to reconstruct a different picture was so disturbing. I explained to him this fear of no longer being flexible enough, this feeling of already being a specialised biological cell that can no longer return to its stem state. He assured me that the brain was, fortunately, ultra-plastic. That I had already started to change, because I was there. And that gradually, I would feel the pieces of the new puzzle settle in place harmoniously. Those words soothed me.



    August 21, 2018

    Bullshit! Even if my brain is a fucking rubber band, what I've done remains in the past, irrevocably perpetrated. I can't forget. Oh! If only I could! Or go back to that moment in the forest. I still remember. The air was crisp like glass in winter. It had snowed, and the snow had muted my steps. I saw her, and this vicious idea overwhelmed me like an order. If only I could rewrite the past and force myself to turn away.
    Sometimes I wake up in the morning and the memories haven't caught up with me yet. During those few seconds, I feel cocooned in sweet bliss, like a foetus right before birth. And then bam! all the horror of the committed act slaps me in the face, and nausea pours into my throat.



    August 23, 2018

    Sophie, a year after she left me, asked to see me again. She wanted to talk. Full of hope, I showered –I didn't shave because she preferred a beard–, I put on an ironed shirt, black jeans, my Adidas, and I hopped to our meeting spot (and now I imagine experts reading these pages and guffawing). Anyway, she didn't want to get back together, but she offered me a chance to understand why she'd left me. I said, It's because you were into this other guy, because two months later she was with that joker from Economy. She shook her head, said no. She was beautiful, Sophie. Her long wavy hair fell casually around her shoulders while she spoke, and I wondered when it had become so silky. Her eyes were barely made up, and her complexion was tanned. She wore a long dress that triggered my imagination, and I saw her naked and slender and panting over me and… But since she looked so serious, I stopped my fantasy. Then why? I asked. It was because of the way you treated me, she answered. I didn't understand so she meticulously listed all the shortcomings of my past behaviour: I wasn't affectionate except when I wanted to fuck her; I never helped to organize anything, but when something wasn't to my liking, I complained; I was always criticizing her, trying to re-shape her: these clothes were slutty, why did she wear such flashy lipstick? Why did she eat this third piece of cake? Etc.
    I felt assaulted. Yes, I had brought to her attention that she’d gained weight. Yes! I was a bit disappointed. Did she want me to lie? True, I complained about her shyness, but only for her to rebel a little, to come out of this silent shell that frustrated me.
    I spent the evening in my room, growing sombre by the minute, sending her telepathic responses. Then I tried to push her out of my head. It wasn't until a year later, just before my crime, that I thought about it again. Was she right, had I behaved badly? When I asked my friends, they called her a frigid cow and assured me I was better off without her, distracted me with descriptions of Vanessa's tits and Megan's ass. But I couldn't let go. Was it a fault to barter affection for sex? To point out her weight gain and insist that blue nail polish was tacky? To make fun of her if I heard her fart and get impatient if she didn’t laugh at my friends’ dirty jokes? Was that sexism? Had I tried to mould her into The Perfect Woman designed by men, without thinking about her desires, her needs, and her wounds? Even the way I fucked her, was it sexist?
    I suddenly felt like a terrible male cliché. I didn't know how to get rid of all my imperfections, all my unhealthy learnings, and my friends weren't helping me. I no longer knew how to distinguish my preferences among those I had absorbed from others like some fucked up human sponge. It wasn't only afraid hurting women, but also of being no more than an outdated cultural assemblage. And I wondered, But who am I? Without my buddies, without TV, without fashions and other people's opinions, who am I? I had no clue. Then I committed this crime and I learned I was a monster.



    August 24, 2018

   Like my buddies, I had moments of rebellion. I thought, Don't exaggerate, there are differences between men and women; we don't behave in the same way, we don't necessarily enjoy the same things and that's fine. I was annoyed by all these talks about modifying the way we speak to transform how we think. Why make everything uniform? Why remove the contrasts, the colours? Why aspire to trade diversity with dullness? I could hear girls around me calling each other, Hey man! I thought they didn’t get it.
    My throat hurt as I imagined letting go of all the layers shaping my masculinity – my pretence of indifference, of superiority, and all my sneers. Were women unaware of the price we paid for virility? Could they not see the scars twinkling on our souls where our own sarcasm had hit us? I had sold my compassion, my sensitivity, I had endured the pointed spikes of thousands of sardonic words pushed into me by my friends because that was the way we taught each other. And because in return, we were given shreds of power. Now they claimed we were not supposed to accept those shreds. They said those shreds were not ours to deal in the first place.
    The guys and I were avoiding the topic. We felt trapped in the middle of white waters. Should we admit we were wrong –because we were! – and lose face? And who was to make the first step, the first confession? I thought, We can still have fun; girls also compare the size of our dicks. I had once talked about my doubts with Alex, and I was surprised to find him as bewildered as I was. I wasn't alone, but I was still confused. Angry, irritated, scared. My only friend who didn’t seem disturbed by this societal metamorphosis was Geoffrey; on the contrary, he remained true to himself and insulted, objectified, belittled. We put up very little resistance to him: Theo giggled awkwardly, I kept silent as usual, and the joints continued to rotate among us.
    When too much frustration had coagulated inside my nerves, I released it through my fists. I hit my pillows, my walls. I ripped off books and old toys.
    During this troubles period, my interactions with girls was ambivalent. Sometimes, I felt like kneeling down in front of them, flattening myself and begging them to enlighten me. Other times, I yearned to forget their humanity, to focus solely on their bewitching shapes, seize them and make them my own. I was disgusted with myself. I thought of my mother. I imagined a little sister. Oh! How I would have cherished her! How I would have smashed the skull of anyone who hoped to possess her! And then Mira would approach me at the bar, flirt with me, take me home and beg for spanks and vulgar words. I was lost.



    August 30, 2018

    University starts again soon. My shrink thinks it's a good idea for me to go back, but it's my choice, he says. I hate choices. Obviously, everything I've learned so far is wrong. On which other pretentious foundations am I supposed to base my decisions? And then, ten years from now, we'll be told this and that, and we'll have to rewind everything and start all over again.
    Alex told me that I was too preoccupied, that none of this is difficult. That I just have to listen to others –women, men, transgenders–, just listen, talk, and consider. But who's to say I'll hear them? That those electrical signals rippling from neuron to neuron will not be highjacked by my own desires, by my previous learnings, that they will not be alienated by my selfishness?
    I think my mother is starting to seriously worry. She seems to believe I’m a good person. She's suddenly tender, cooking again in the evenings, showering me with compliments. I hope she isn't blaming herself.
    I don't know how to live anymore. How can I believe the people who assure me that everything will go well, that in time, I will understand that none of this is serious, when they themselves do not acknowledge the horror of the act I perpetrated? Isn't their behaviour proof that everyone is still blind, that culture has laid its eggs in our brains and that its larvae manoeuvre us imperceptibly?



    September 5, 2018

    I'm a fucking monster.
    There is no other truth.

 

    September 10, 2018

    I can't do it anymore. I don't even know what to write, but it's the only place where I still feel real and shit.



    September 13, 2018

    I don't even recognize the crime I committed anymore. Was it that of the forest? Of being a man? Of having learned the laws of men? Or of being born?



    —A few hours later—

    I must burn this fucking forest.



    October 17, 2018

    I screwed up. I never went back to uni. The night before term started, I freaked out and poured myself a glass of whisky, squeezed some pills out of their plastic tray, and put it all in my mouth. I swallowed, hoping I had done it right. In my mind I could already hear people scoffing, He didn't even have the balls to hang himself or My neighbour, a bullet in the head, that was effective. I imagined my mother finding my stupid body. I pictured it very clearly – her crying, her soul torn – but my selfishness took over as my heart was racing, and after a while my mind gave up and I left. I faded away.
    When I regained consciousness, I was at the hospital. My first reaction was to wonder what the hell I was doing there. Then, slowly, my memory caught up with me, my neurons fired; I understood. I felt ashamed, but at the same time, I rejoiced. At having another chance. Right away, I thought of the forest, but under the load of drugs, it hurt less. I said to myself, It’s done, I'm cured. I realised the mistake of not dying only later. Because when you don't die, you have to explain yourself. The dead don't have that burden. Explain what? Nurses, doctors, and Alex to whom I had eventually told everything were still refusing to admit the seriousness of my crime. Even after I almost killed myself. They refused to admit that our whole society was a hurricane of fears, diverging beliefs, power games, misunderstandings, wounds generated by other wounds, and so on. Instead, they said that we were heading for better days. I wanted to scream. Forget about the sex wars, what about the promised climatic catastrophes that overshadowed us?
    Coming back among the living, I realized how hermetic they were to any idea of death despite it being the only certainty of our lives. It was as if they were playing a goose game and once dead, they could start again. A bit like what I'd done. I had made a mistake, and instead of accepting its consequences and trying to improve, I deliberately threw myself on the space with the skull, hoping I could start from scratch. My mother was the only one who seemed not to be impressed by my performance. She was angry, and that made me feel better. To not be treated like a delicate being who has to be handled gently but like someone who had made a mistake and had to pay for it.



    October 21, 2018

    I had some kind of relapse, so they locked me in a psych ward. I'm kidding –I'm allowed to leave. But I have no willpower. I don't know how to deal with consequences anymore. Maybe they're right. Maybe I don't deserve prison after all. Maybe I don't understand anything and they know everything. I just want to empty myself. To be a soulless capsule floating around without gravity amidst our zeitgeist. If what I did doesn't matter, nothing matters. Except I can't get mom out of my head, her dark circles, her dry hands, and last time she came to see me, her sweater was stained.



    October 30, 2018

    I had a surprise this afternoon: Sophie paid me a visit. I haven't seen her in more than a year. Her beauty was like that of flowers after a war. She was fresh, cheerful, and didn't seem sorry for me at all. She didn't ask why I was here either, she just gossiped like in the good old days, those days when I was unaware of my deformities. She is single again –my heart gave a jolt when I heard. She started her third year of university, and everything is going well; she particularly enjoys bacteriology and mycology classes. She told me about a party that the biology students were organising, and that if I hurried out of here, we could attend together and dress up like we used to. Before I broke her.
    Sophie, I'm a monster. She looked at me, amazed. Are you, now? I started vomiting all my male flaws, my abject ideas, the way I treat women, the way I treat the world. She listened to me attentively, without interrupting. When my mouth felt dry and I stopped talking, she said, I was too, you know. She didn't question my monstrosity at all. I was a sexist as well, she continued. I stared at her, dizzy. I thought you had more power, so I left you all those choices. The ones of my weakness, of my weight, of my beauty, of how to please you. Only later I realised that the reason I equated male approval with happiness was because I was taught so, not because it was true. And then she explained to me that sexism is human, not male. That it was not wrong to learn what we were taught. It was wrong not to get over it, to cling to it and refuse change. But she said it wasn't easy among this chaos of arbitrary categories that defined our beliefs. Then she laughed as she imagined public toilets being divided not by gender but by size; she was sure that soon enough tall people would be suspicious of shorter ones and vice versa, that each one would attribute faults and weaknesses to the other, etc. I almost laughed too. She did me good, Sophie.



    November 15, 2018

    My life here is like riding a roller coaster. Some days, I can feel the gentle tremor of my wagon as it enters in its last descent, and I can foresee the exit. But at the last moment, it veers off course, goes up, flips over, and when it comes down again, the exit has vanished.
I'm still in the psychiatry ward. I don't feel strong enough to face the world. Here, I am protected, I have the right to deviate from conventions without shocking anyone. Outside, I'll have to be normal again, and I'm so afraid of what normality implies.
    Sophie's visits almost always do me good. They bring me hope, laughter, reassurance. Her outlook on life is so soothing. She simply traces networks of causes and effects from which the tide of judgment has receded. She tells me These are the consequences, without putting a hand in front of her mouth, without widening her eyes. I know I shouldn't count on her to heal, but every time I am told she's there, my heart bulges with anticipated pleasure. My mother also looks better, her shirts are ironed, and she smiles again.
    Sometimes I feel like I'm ready, but if so, what am I waiting for? Something is still holding me back. This forest maybe? I don't know. I've tried to burn it, but it keeps growing darker and darker.



    December 1, 2018

    I think that's it. I think it's done. Yesterday, Sophie came to see me in the early evening. My eyes never get tired of looking at her nor my ears of listening to her. All my senses are receptive when she's around, and my desire pulses; I live again for a few moments. Yesterday, it was even stronger than usual, this thrill to be in the moment with her. We talked without real purpose for more than an hour; she didn't seem like she wanted to leave. I was gradually approaching my sylvan torment, and I felt like shaking it off and showing it to her.
    I fell silent, because I was searching for the right words. She too got quiet and looked at me. In her eyes, I read a determination that encouraged me. I said, Sophie, I must tell you something. She replied, Of course. I started. I described the troubled state I found myself in, last year. My questioning everything. My lack of answers. This feeling of having gone too far and realizing too late that the finish line was elsewhere. My rage, my disgust. My inability to communicate, either with my mother or with my friends. My outbursts of violence to resurrect my fallen power. And then that November evening, and the call of the forest. I told her how I had put on my jacket and shoes, a scarf, how I had left the apartment and headed for the hill. I longed for fresh air, I needed to find a fucking explanation that would help me unravel the tangle my world had transformed into. On the way, I had picked up a beautiful stone, it was a habit I had since I was a child.
   The forest was silent, I was the only one perched on its threshold that night. I went inside. The snow dampened the sound of my footsteps. I was still holding the stone in my hand. I warmed it against my palm; it comforted me. All of a sudden, I heard a noise: I wasn't alone. I slowly approached its source and saw her. A beautiful female black bird hopping through the grey snow. Her plumage reflected the last rays of light. She was busy scavenging for food and hadn't noticed me. And there, like a flash, this order in my head. I raised my arm and with force I aimed the stone right at her skull. She died instantly. Drops of blood pierced her collapsed body, blackened the snow around. I stood there, as if hypnotized. I looked at the blood, the snow, the dark feathers... And again, the bloody snow, the silent body, the dead eye... The beautiful bird, dead! My frustration transmuted into violence had penetrated the rock, soared into the still air, destroyed her. My thoughtless decision, my irresponsible strength had shattered her, when certainly she was innocent. But I hadn't thought about it. In my head, it had been almost like a game. In reality: death. I began to tremble. On the way home, the image of my victim assaulted my brain and overthrew me. She turned into a thousand other innocent victims; she made me feel the weight of all the abuses committed –children being raped, women being humiliated, individualities being trampled on. I threw up. I cried.
    I told Sophie how from that day on, my world became as dark as my victim's dead eye and then I stopped talking. I didn't dare look up. That’s horrible, were her first words. Poor bird. Poor women, poor children, poor men. I asked her if she thought I deserved prison. She told me I was already in prison. And I understood. That by being refused the iron bars, I had erected them myself. You're a monster, she whispered. And her whisper acted like a key in my mind. It opened the door to my monstrosity, and I was finally able to embrace it. I started crying and laughing simultaneously. Sophie did so too. I told her, I think you cured me. I can finally see light through my dark trees. She took my hand and squeezed it. Let's fight together, she said again. Sexism? I asked. Abuse of power, she corrected me. I looked at her, first astonished and then dazzled by this new truth. And I realised that for more than a year, my attention had been fixed on sexism, to the point of being obsessed with it, vexed by it as if by some personal offence, when it was only one of the facets of the enemy Sophie had just named. Not my own enemy, but the one we shared with all living beings.
    You're right, I said. Let's do this.





FIN
« Modifié: 03 juin 2020 à 14:23:37 par derrierelemiroir »
"[...] alors le seul fait d'être au monde
  remplissait l'horizon jusqu'aux bords"
  Nicolas Bouvier

Hors ligne Ombelline

  • Calliopéen
  • Messages: 408
  • Channel your inner pterodactyl
Re : My dark trees
« Réponse #1 le: 19 avril 2020 à 14:23:19 »
Salut. Je me rends compte que c'est un assez gros pavé et peu de gens passent par ici, mais j'essaie quand même ^^.
Je suis là  :aah:
Si ça te va je vais te faire un retour sous forme de commentaires de phrases et de "corrections" directement dans le texte, ça sera plus simple pour moi et ce sera peut-être plus clair pour toi.
Par contre comme ça me prend pas mal de temps de faire des corrections minutieuses je vais faire ça petit bout par petit bout.

Retour global sur ce que j'ai relu jusqu'à présent : tu as un style très plaisant, il va très bien avec la forme de journal. On sent la voix du narrateur, et on a envie de le suivre dans ses confidences, dans sa réticence à nous raconter. On veut savoir quel crime il peut avoir commis (ou qu'il pense avoir commis), et s'il va s'en sortir. Ca me fait penser un peu à "Atonement", dans l'ambiance, et le "on veut savoir quel truc terrible a bien pu se passer".
Tu maîtrises très bien l'anglais pour écrire de façon si fluide, c'est cool.

Alright, he didn't exactly say bullshit —he's paid to be refined—,
Refined peut être appliqué à des gens, mais je trouve ça louche, je dis plutôt "a refined dish". Vu qu'on parle de sa parle de sa façon de s'exprimer je mettrai bien "articulated".

"that it allows you to relegate certain emotions and thoughts as if to a repository, where they don’t hurt as much   ."
 Je ne suis pas sûre que relegate puisse être utilisé dans cette situation, je mettrai plutôt "put away", et "as if to a repository", je ne sais pas si c'est d'un niveau de langue franchement trop élevé, ou simplement un calque du français. Tu commences le texte avec un style plutôt parlé, tu utilises "bullshit", ça fait un décalage bizarre. Je te propose une reformulation :
"that it allows you to put away certain thoughts and emotions in a place where they won't hurt as much."

    To avoid mentioning other things, I told my mother about the diary.
You mean, to avoid talking about other things with his mum?

"She brought back a black notebook with white pages and explained to me, breathless, that this way I wouldn't feel obliged to write in a straight line or to write at all.  Perhaps, she added, I expressed myself better in through drawings. I think I express myself best when not expressing myself at all. But here I am and I'm writing. I imagine all the bits of guilt and shame that fester in my mind like unthwarted viruses –commandeering all my energy for their sole selfish purposes, leaving me as useless as a puppet whose wires have been cut; maybe, it's not so stupid to get rid of them. I’m just unsure on how this repository magic is supposed to work. Do I have to narrate my whole life between theose pages so that an expert can later reveal to me why I did what I did and then exorcise me? Will the simple act of perusing my past and recording it heal me?"
"unthwarted viruses" ça ne coule pas trop, tu veux dire des virus qu'elle n'a pas encore pu liquider ou des virus qu'on ne peut pas intrinsèquement éliminer ?
"magic repository" dans le bon sens du coup, mais "repository" c'est d'un style assez élevé qui jure avec la fin de ton paragraphe, si l'écart est fait exprès ok, mais je trouve ça un peu curieux.
"narrate", trop technique ici, "write", "talk about" sont plus courants et fluides.
"between" je mettais juste "on".
"recording" me semble curieux quand on parle d'écriture, pas de synonyme en tête là tout de suite par contre.


"Well, in the end I stopped writing the other day because it all suddenly seemed premeditated."
Je ne comprends pas ce que tu veux dire par premeditated ici, le champ lexical qui me vient c'est celui des enquêtes policières et ça me confuse.

"as if I was an enigma a riddle she had heard a thousand times but still didn’t know its the solution to."
 
"Then I think of all the other choices she couldn't take make"

"the bad conscience of being a burden for the remaining parent"
Je vois ce que tu veux dire, mais ça ne fonctionne pas. Je ne crois même pas qu'on puisse le dire si synthétiquement d'ailleurs, j'aurais dit "the feeling of being a burden", mais bien sûr ça allège le sens que tu voulais donner, et si tu voulais le matérialiser il faudrait reformuler la phrase.

"You have to know that I've committed a despicable crime"
"I 've committed a crime, and I had no good reason for it."

 

"and nothing inside that feels or perceives."
"perceive" n'est pas adapté au contexte ici, c'est trop "clinique", trop en décalage avec feel plus germanique juste avant. J'aurais juste mis feel même si le rythme fonctionne moins, mais ça dépend de ce que tu voulais dire par "perceive" en fait, on pourrait le remplacer par quelque chose qui coule mieux.

"At one point, Geoffrey roared that #metoo was going way too far, that he was sure some feminists were taking advantage of the favourable flow to make money and get attention, and that if they really wanted the same wages as men, they had to stop wasting their time with selfies and nail polish. I replied, You're right, if they want to be taken seriously they shouldn't waddle in front of us in miniskirts, eyes fried like chicken. He laughed and walloped me on the back. I was so disgusted he couldn't perceive my sarcasm that it took my breath away. But deep down I knew I had chosen this ambiguity to allow myself a chance of being loved."
"roared", un peu trop précis, un peu trop... narratif en fait. "shouted" serait mieux, mais en sachant quelle nuance tu voulais apporter je pourrais te donner un meilleur synonyme.
"favourable flow" je ne sais pas ce que tu veux dire par là.
"waddle" c'est plutôt utilisé pour décrire des canards ou des femmes enceintes, ou des personnes en surpoids. Si tu voulais faire un décalage particulier avec le sens premier pour montrer l'ironie, pourquoi pas même si je trouve ça un peu maladroit. J'arrive pas à penser au mot parfait là, même si je sais qu'il existe, donc je mettrais le très neutre "walk" en attendant.
"eyes fried like chicken" tu veux dire très maquillé ? Je ne connais pas cette expression.
"walloped" idem que "roared" ça fait trop précis, trop... ce qu'un narrateur utiliserait dans une narration conventionnelle. J'aurais mis "slapped".
"loved" -> "accepted". Love ça renverrai trop à un truc romantique ici et je ne pense pas que c'est ce que tu veuilles.

"You're frigid."
Un peu bizarre qu'un jeune homme utilise  "frigid", ça fait presque médical. Naturellement j'aurais mis "You're a cold bitch", l'insulte de base à cet âge. Ca contredirait le fait qu'elle ne veuille pas être intime avec lui, mais je pense que ça marche.
« Tolkien's job was adventure »

L'autre royaume [en cours de publication]

Hors ligne derrierelemiroir

  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 905
  • orque magnifique et ténébreuse
Re : My dark trees
« Réponse #2 le: 21 avril 2020 à 11:22:39 »
Coucou Ombelline !

Merci beaucoup beaucoup de passer sur mon texte !

Citer
Si ça te va je vais te faire un retour sous forme de commentaires de phrases et de "corrections" directement dans le texte, ça sera plus simple pour moi et ce sera peut-être plus clair pour toi.
Par contre comme ça me prend pas mal de temps de faire des corrections minutieuses je vais faire ça petit bout par petit bout.
Ça me convient très bien :)

Citer
Retour global sur ce que j'ai relu jusqu'à présent : tu as un style très plaisant, il va très bien avec la forme de journal. On sent la voix du narrateur, et on a envie de le suivre dans ses confidences, dans sa réticence à nous raconter. On veut savoir quel crime il peut avoir commis (ou qu'il pense avoir commis), et s'il va s'en sortir. Ca me fait penser un peu à "Atonement", dans l'ambiance, et le "on veut savoir quel truc terrible a bien pu se passer".
Tu maîtrises très bien l'anglais pour écrire de façon si fluide, c'est cool.
oh cool, merci :) (j'avoue qu'"Atonement" m'aurait aussi bien convenu comme titre ^^)

Citer
Alright, he didn't exactly say bullshit —he's paid to be refined—,
Refined peut être appliqué à des gens, mais je trouve ça louche, je dis plutôt "a refined dish". Vu qu'on parle de sa parle de sa façon de s'exprimer je mettrai bien "articulated"
merci, je doutais aussi sur l'usage de ce mot. Finalement, je remplace par "well-mannered".

Citer
"that it allows you to relegate certain emotions and thoughts as if to a repository, where they don’t hurt as much   ."
 Je ne suis pas sûre que relegate puisse être utilisé dans cette situation, je mettrai plutôt "put away", et "as if to a repository", je ne sais pas si c'est d'un niveau de langue franchement trop élevé, ou simplement un calque du français.
Du coup dans le  Merriam-Webster dictionary j'ai trouvé :

Relegate:
2: ASSIGN: such as
a: to assign to a place of insignificance or of oblivion : put out of sight or mind

Ce qui marche bien dans mon cas. Pour ce qui est de :

Citer
Tu commences le texte avec un style plutôt parlé, tu utilises "bullshit", ça fait un décalage bizarre.
Puisqu'il rapporte les mots de son psy, ça ne me dérange pas qu'il utilise ce mot. Et puis, tout au long du texte, son écriture varie entre un style très parlé et un style plus littéraire, c'est intentionnel. Je me rends compte, par contre, que c'est un équilibre fragile et que, si ça marchait bien dans la version française, ça ne veut pas dire que ça rende aussi bien en anglais.

Citer
To avoid mentioning other things, I told my mother about the diary.
You mean, to avoid talking about other things with his mum?
Dans ce cas, tu penses que l'utilisation de "mention" est fausse, ou de nouveau, qu'elle ne correspond pas à son langage ?

Citer
I think I express myself best when not expressing myself at al
En fait je n'aime pas du tout cette phrase... Je ne sais pas trop quoi en faire pour le moment, elle marchait beaucoup mieux en français. Je l'ai un peu modifiée du coup.

Citer
But here I am and I'm writing.

Du coup j'ai changé en : "But here I am, writing". Merci pour ta correction (et pour toutes les autres que j'intègre sans commenter).

Citer
I’m just unsure on how this repository magic is supposed to work
"On" ça me parait étrange aussi. Peut-être plutôt "of" ou "as to". Mais merci d'avoir relevé !

Citer
"unthwarted viruses" ça ne coule pas trop, tu veux dire des virus qu'elle n'a pas encore pu liquider ou des virus qu'on ne peut pas intrinsèquement éliminer ?
je veux un mot comme "unchallenged". C'est bizarre, j'étais sûre d'avoir vérifier l'existence de ce mot  ><. Ah, ben dans Wiktionary il est possible. En gros, il parle de virus dont il n'entrave pas le chemin.

Citer
"magic repository" dans le bon sens du coup, mais "repository" c'est d'un style assez élevé qui jure avec la fin de ton paragraphe, si l'écart est fait exprès ok, mais je trouve ça un peu curieux.
De nouveau, ici ça ne me gêne pas, parce que c'est un mot qu'il reprend de son psy.

Citer
"narrate", trop technique ici, "write", "talk about" sont plus courants et fluides.
j'ai changé pour "consign" qui est en fait vraiment le mot que je cherchais.

Citer
"recording" me semble curieux quand on parle d'écriture, pas de synonyme en tête là tout de suite par contre.
d'accord avec toi, mais c'est vraiment la première définition que j'ai trouvée dans Merriam Webster:

Definition of record (Entry 1 of 4)
transitive verb

1a(1): to set down in writing : furnish written evidence of

Citer
"Well, in the end I stopped writing the other day because it all suddenly seemed premeditated."
Je ne comprends pas ce que tu veux dire par premeditated ici, le champ lexical qui me vient c'est celui des enquêtes policières et ça me confuse.
ouais t'as raison, c'est pas un bon mot pour ce que je veux dire  ><. En français j'avais utilisé "prémâché" et je ne sais toujours pas si ça marche mieux. En gros, ce qu'il essaie de dire, c'est qu'il a l'impression que tout est faux, il a l'impression de se voir lui-même comme dans une pub, mais qu'en fait c'est que du bullshit, que rien ne sert à rien. Haha zyva pour trouver un mot pour exprimer tout ça  :mrgreen: mais merci d'avoir relevé ! EDIT du coup j'ai changé la phrase ^^

Citer
"the bad conscience of being a burden for the remaining parent"
Je vois ce que tu veux dire, mais ça ne fonctionne pas. Je ne crois même pas qu'on puisse le dire si synthétiquement d'ailleurs, j'aurais dit "the feeling of being a burden", mais bien sûr ça allège le sens que tu voulais donner, et si tu voulais le matérialiser il faudrait reformuler la phrase.
j'ai pour le moment just remplacé par "guilt"

(je sauvegarde déjà ma réponse mais la suite arrive)

Citer
"and nothing inside that feels or perceives."
"perceive" n'est pas adapté au contexte ici, c'est trop "clinique", trop en décalage avec feel plus germanique juste avant. J'aurais juste mis feel même si le rythme fonctionne moins, mais ça dépend de ce que tu voulais dire par "perceive" en fait, on pourrait le remplacer par quelque chose qui coule mieux.
mmh en fait je voulais utiliser "feel" pour les sentiments et "perceive" pour les sensations. Du coup j'ai remplacé par "sense", tu penses que c'est mieux ? Ou tout aussi "clinique" ?

Citer
"roared", un peu trop précis, un peu trop... narratif en fait. "shouted" serait mieux, mais en sachant quelle nuance tu voulais apporter je pourrais te donner un meilleur synonyme.
je crois que celui-ci je le garde. Ça ne me dérange pas que ce soit narratif, puisque c'est ce qu'il fait : il narre son histoire.

Citer
"favourable flow" je ne sais pas ce que tu veux dire par là.
"movement". J'avais mis movement et puis j'avais remplacé par flow, je ne sais plus pourquoi. Mais j'ai re-changé.

Citer
"waddle" c'est plutôt utilisé pour décrire des canards ou des femmes enceintes, ou des personnes en surpoids. Si tu voulais faire un décalage particulier avec le sens premier pour montrer l'ironie, pourquoi pas même si je trouve ça un peu maladroit. J'arrive pas à penser au mot parfait là, même si je sais qu'il existe, donc je mettrais le très neutre "walk" en attendant.
j'ai remplacé par "wiggle". Je voulais dire "dandiner" ou "déhancher".

Citer
"eyes fried like chicken" tu veux dire très maquillé ? Je ne connais pas cette expression.
j'ai changé !

Citer
"walloped" idem que "roared" ça fait trop précis, trop... ce qu'un narrateur utiliserait dans une narration conventionnelle. J'aurais mis "slapped".
idem qu'en haut, ça ne me dérange pas :)

Citer
"loved" -> "accepted". Love ça renverrai trop à un truc romantique ici et je ne pense pas que c'est ce que tu veuilles.
ouais t'as raison, d'ailleurs je m'étais déjà fait la remarque ^^ ah mais du coup la phrase ne me plaît plus  >< du coup je l'ai changée

Citer
"You're frigid."
Un peu bizarre qu'un jeune homme utilise  "frigid", ça fait presque médical. Naturellement j'aurais mis "You're a cold bitch", l'insulte de base à cet âge. Ca contredirait le fait qu'elle ne veuille pas être intime avec lui, mais je pense que ça marche.
Ah tu penses ? Pourtant en français ça s'utilise et j'ai trouvé ça aussi sur Urban Dictionary.

Voilà. Je te remercie beaucoup beaucoup pour ton aide Ombelline !!! Elle m'est vraiment utile  :coeur:
« Modifié: 21 avril 2020 à 11:51:22 par derrierelemiroir »
"[...] alors le seul fait d'être au monde
  remplissait l'horizon jusqu'aux bords"
  Nicolas Bouvier

Hors ligne Ombelline

  • Calliopéen
  • Messages: 408
  • Channel your inner pterodactyl
Re : Re : My dark trees
« Réponse #3 le: 21 avril 2020 à 13:38:50 »
Je vais répondre à ton commentaire avant de me mettre à lire la suite, on a pas mal de choses à discuter  :)

oh cool, merci :) (j'avoue qu'"Atonement" m'aurait aussi bien convenu comme titre ^^)
Dommage que ça ait déjà été pris un best-seller mondial  ;)

merci, je doutais aussi sur l'usage de ce mot. Finalement, je remplace par "well-mannered".
Ca va mieux, mais du coup ça ne se rapporte plus au language, comme le ferait "articulated".

Du coup dans le  Merriam-Webster dictionary j'ai trouvé :Ce qui marche bien dans mon cas.
En théorie oui, la définition semble adaptée, mais ça me fait quand même un effet bizarre. C'est comme en français, des fois on utilise des mots qui devraient fonctionner, mais qu'on sait qu'on utiliserait pas dans ces cas-là.

Puisqu'il rapporte les mots de son psy, ça ne me dérange pas qu'il utilise ce mot. Et puis, tout au long du texte, son écriture varie entre un style très parlé et un style plus littéraire, c'est intentionnel. Je me rends compte, par contre, que c'est un équilibre fragile et que, si ça marchait bien dans la version française, ça ne veut pas dire que ça rende aussi bien en anglais.
D'accord, je vois, mais en effet comme ça peut vite devenir étrange en anglais, puisque dès que tu utilises des mots d'origine latine ça peut avoir un sens différent, trop littéraire, trop spécifique. Comme avec "sentiment" et "feeling" par exemple. Tu t'en sors bien de ce que j'ai lu pour l'instant par contre, faut juste être vigilant.

Dans ce cas, tu penses que l'utilisation de "mention" est fausse, ou de nouveau, qu'elle ne correspond pas à son langage ?
Bah "mention" ça un sens très intentionnel je dirais, donc ça contredirait qu'il ne veut pas parler à sa mère. Après ça peut donner un effet intéressant, comme s'il se battait avec lui-même entre l'envie de parler et celle de se taire.

En fait je n'aime pas du tout cette phrase... Je ne sais pas trop quoi en faire pour le moment, elle marchait beaucoup mieux en français. Je l'ai un peu modifiée du coup.
Je comprends, mais sans myself à cet endroit là ce n'était pas grammaticalement correct il me semble. C'est toujours le problème quand tu veux traduire un texte, au lieu de l'écrire directement dans la langue cible, il y a des choses que tu veux dire, mais qui ne fonctionnent pas telles quelles en anglais. Après c'est un challenge que j'apprécie beaucoup donc allons y.

Du coup j'ai changé en : "But here I am, writing". Merci pour ta correction (et pour toutes les autres que j'intègre sans commenter).
Ah c'est beaucoup mieux !

"On" ça me parait étrange aussi. Peut-être plutôt "of" ou "as to". Mais merci d'avoir relevé !
"Of" ne marche pas ça c'est sûr, "as to" irait, mais c'est un peu plus... encombrant que "on".

je veux un mot comme "unchallenged". C'est bizarre, j'étais sûre d'avoir vérifier l'existence de ce mot  ><. Ah, ben dans Wiktionary il est possible. En gros, il parle de virus dont il n'entrave pas le chemin.
Bon Wiktionary hein ;) Je ne dis pas le mot n'existe pas, mais j'imagine bien ça dans le contexte d'un papier scientifique, et encore la combinaison est curieuse pour moi, alors dans une histoire. Je réfléchis à une alternative.

De nouveau, ici ça ne me gêne pas, parce que c'est un mot qu'il reprend de son psy.
Je comprends ton but, qu'il reprenne les mots de son psy, mais un pedo-psy qui s'adresse à un ado en anglais, jamais de ma vie je m'imaginerai l'entendre dire "repository", surtout s'il a recours à une métaphore sur Harry Potter. Il écrit pas une thèse.

j'ai changé pour "consign" qui est en fait vraiment le mot que je cherchais.
Oui, c'est mieux.

d'accord avec toi, mais c'est vraiment la première définition que j'ai trouvée dans Merriam Webster:
Bien d'accord avec la def, je trouvais juste que l'emploi ice ne coulait pas, mais c'est peut-être plus une question de goût pour le coup.

En français j'avais utilisé "prémâché" et je ne sais toujours pas si ça marche mieux. En gros, ce qu'il essaie de dire, c'est qu'il a l'impression que tout est faux, il a l'impression de se voir lui-même comme dans une pub, mais qu'en fait c'est que du bullshit, que rien ne sert à rien. Haha zyva pour trouver un mot pour exprimer tout ça  :mrgreen: mais merci d'avoir relevé ! EDIT du coup j'ai changé la phrase ^^
Ah je vois maintenant ! En effet je n'aurais pas du tout imaginé ça en lisant "premeditated".
Donc ta nouvelle phrase
"  Well, in the end I stopped writing the other day because I felt like the impostor of some fucked up commercial where everyone’s smiling vacantly. "
Ah j'aime l'image. Par contre je changerai le déterminant devant "impostor", sinon ça voudrait dire que tu parles d'un genre d'archétype d'imposteur dont tout le monde aurait une image collective et précise. Ce que tu veux peut-être dire d'ailleurs mais le "some" après, qui diminue la précision de ta phrase, le contredit. Je dirais :
"like an impostor in some fucked up commercial"

mmh en fait je voulais utiliser "feel" pour les sentiments et "perceive" pour les sensations. Du coup j'ai remplacé par "sense", tu penses que c'est mieux ? Ou tout aussi "clinique" ?
C'est vrai qu'on aime bien les doublets d'expression en anglais avec deux mots qui se suivent et qui veulent dire peu ou prou la même chose, sauf que "sense" avec "feel" semble trop... en opposition ou trop similaire (va chercher à comprendre c'est comme ça que je le ressens  :mrgreen: ). Feel peut renvoyer à la fois aux sentiments et aux sensations. Mais bon je dirai que sense c'est mieux que perceive en effet.

je crois que celui-ci je le garde. Ça ne me dérange pas que ce soit narratif, puisque c'est ce qu'il fait : il narre son histoire.
Je vois, je ne le sens quand même pas là, mais je vois.

"movement". J'avais mis movement et puis j'avais remplacé par flow, je ne sais plus pourquoi. Mais j'ai re-changé.
"Movement" va mieux, mais pourquoi "favourable" avant ? Je comprends l'idée, mais je mettrai juste "movement" en fait. "The favourable movement" dans cette construction, avec ce déterminant, fait penser à un truc établi et... ça ne colle pas à la phrase.

j'ai remplacé par "wiggle". Je voulais dire "dandiner" ou "déhancher".
"Waddle" veut bien dire se dandiner (mais pour les canards, etc.). "Wiggle" par contre ça renvoi plutôt à des vers de terre, ou genre tu te fais choper dans une attaque de guili et tu veux te défaire de l'étreinte de quelqu'un, ce genre de mouvement. C'est super spécifique et pour décrire des petites nénettes qui paradent ça ne marche pas.
Je t'aurais presque proposé "parade", ce qui serait plus neutre et donc marcherait mieux, mais ce n'est quand même pas heureux. Je vais lancer un appel à un ami pour le celui-là.

j'ai changé !
Du coup ta nouvelle phrase : "they’ve got to stop wiggling up and down in front of us like herds of deer waiting to be hunted"
"wiggling up and down" ne fonctionne pas du tout, c'est sûr, encore plus associé à up and down, ce qu'il ne serait jamais dirais-je, enfin je ne l'ai jamais vu ou entendu ainsi.
Et puis a "herd" c'est beaucoup d'individus en même temps, ça donne l'image d'un énorme troupeau qui passe devant eux au même moment, mais la comparaison des filles avec deer marche bien et l'idée de "hunt" aussi.

Ah tu penses ? Pourtant en français ça s'utilise et j'ai trouvé ça aussi sur Urban Dictionary.
Carrément. A moins qu'il ait eu un cours de sex ed, et qu'il l'ait entendu là, et encore, ça me semble vraiment curieux ici.

Voilà. Je te remercie beaucoup beaucoup pour ton aide Ombelline !!! Elle m'est vraiment utile  :coeur:
Eh bien de rien, ça me fait penser à mes anciens cours de traduction à la fac, et les débats qu'on avait en faisant un texte (c'est une ambiance particulière où l'on peut se crêper le chignon sur un mot pendant une demi-heure, et c'est peut-être ce que j'ai reproduit ici, mais c'est vraiment en toute amitié. Ce n'est pas mon intention de vouloir te donner l'impression que je sais mieux que tout le monde), donc tout le plaisir est pour moi.
Je repasse vite pour lire la suite.
« Modifié: 21 avril 2020 à 13:41:40 par Ombelline »
« Tolkien's job was adventure »

L'autre royaume [en cours de publication]

Hors ligne derrierelemiroir

  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 905
  • orque magnifique et ténébreuse
Re : My dark trees
« Réponse #4 le: 23 avril 2020 à 10:54:54 »
Coucou Ombelline :)

Citer
Ca va mieux, mais du coup ça ne se rapporte plus au language, comme le ferait "articulated".
du coup ce serait plutôt "well articulated" non ? Mais je trouve que cette expression se rapporte justement trop à la diction mais pas assez aux bonnes manières. Du coup je garde "well-mannered" :)

Citer
par contre, faut juste être vigilant.
oui !

Citer
Bah "mention" ça un sens très intentionnel je dirais, donc ça contredirait qu'il ne veut pas parler à sa mère. Après ça peut donner un effet intéressant, comme s'il se battait avec lui-même entre l'envie de parler et celle de se taire.
ok, faut que je réfléchisse à ce que je veux vraiment dire  :mrgreen:

Citer
Après c'est un challenge que j'apprécie beaucoup donc allons y.
pareil héhé  :mrgreen:

Citer
"Of" ne marche pas ça c'est sûr, "as to" irait, mais c'est un peu plus... encombrant que "on".
pourtant "of" c'est ce que le dictionnaire m'a suggéré '-' et je suis d'accord pour l'embombrance de "as to" '-' peut-être qu'il faut simplement me débarrasser de "unsure"  :mrgreen:

Citer
Bon Wiktionary hein ;) Je ne dis pas le mot n'existe pas, mais j'imagine bien ça dans le contexte d'un papier scientifique, et encore la combinaison est curieuse pour moi, alors dans une histoire. Je réfléchis à une alternative.
comme alternative, sinon, je mettrais "unchallenged" ou "unhindered"?

Citer
Je comprends ton but, qu'il reprenne les mots de son psy, mais un pedo-psy qui s'adresse à un ado en anglais, jamais de ma vie je m'imaginerai l'entendre dire "repository", surtout s'il a recours à une métaphore sur Harry Potter. Il écrit pas une thèse.
euh, mais c'est pas un pedo-psy. Le mec est adulte (dans ma tête il a genre 19-20ans, je sais pas trop), il va à l'uni ^^, mais je vais y réfléchir.

Citer
Ah j'aime l'image. Par contre je changerai le déterminant devant "impostor", sinon ça voudrait dire que tu parles d'un genre d'archétype d'imposteur dont tout le monde aurait une image collective et précise. Ce que tu veux peut-être dire d'ailleurs mais le "some" après, qui diminue la précision de ta phrase, le contredit. Je dirais :
"like an impostor in some fucked up commercial"
super, merci !

Citer
C'est vrai qu'on aime bien les doublets d'expression en anglais avec deux mots qui se suivent et qui veulent dire peu ou prou la même chose, sauf que "sense" avec "feel" semble trop... en opposition ou trop similaire (va chercher à comprendre c'est comme ça que je le ressens  :mrgreen: ). Feel peut renvoyer à la fois aux sentiments et aux sensations. Mais bon je dirai que sense c'est mieux que perceive en effet.
ouais, c'est ça le problème, c'est feel haha. Bon, ben il va se retrouver tout seul, tant pis pour lui.

Citer
"Movement" va mieux, mais pourquoi "favourable" avant ? Je comprends l'idée, mais je mettrai juste "movement" en fait. "The favourable movement" dans cette construction, avec ce déterminant, fait penser à un truc établi et... ça ne colle pas à la phrase.
ah, parce que #metoo c'est quand même un mouvement qui est favorable au féminisme, non ?

Citer
"Waddle" veut bien dire se dandiner (mais pour les canards, etc.). "Wiggle" par contre ça renvoi plutôt à des vers de terre, ou genre tu te fais choper dans une attaque de guili et tu veux te défaire de l'étreinte de quelqu'un, ce genre de mouvement. C'est super spécifique et pour décrire des petites nénettes qui paradent ça ne marche pas.
Je t'aurais presque proposé "parade", ce qui serait plus neutre et donc marcherait mieux, mais ce n'est quand même pas heureux. Je vais lancer un appel à un ami pour le celui-là.
ah, si, parade j'aime bien ! Pourquoi pas heureux ?

Citer
Du coup ta nouvelle phrase : "they’ve got to stop wiggling up and down in front of us like herds of deer waiting to be hunted"
"wiggling up and down" ne fonctionne pas du tout, c'est sûr, encore plus associé à up and down, ce qu'il ne serait jamais dirais-je, enfin je ne l'ai jamais vu ou entendu ainsi.
Et puis a "herd" c'est beaucoup d'individus en même temps, ça donne l'image d'un énorme troupeau qui passe devant eux au même moment, mais la comparaison des filles avec deer marche bien et l'idée de "hunt" aussi.
j'ai rechangé :)

Citer
Carrément. A moins qu'il ait eu un cours de sex ed, et qu'il l'ait entendu là, et encore, ça me semble vraiment curieux ici.
mais tu dis que pour l'utilisation en anglais, ou aussi en français ?
J'ai trouvé ça

Citer
(c'est une ambiance particulière où l'on peut se crêper le chignon sur un mot pendant une demi-heure, et c'est peut-être ce que j'ai reproduit ici, mais c'est vraiment en toute amitié. Ce n'est pas mon intention de vouloir te donner l'impression que je sais mieux que tout le monde),
t'inquiète, j'aime aussi beaucoup faire ça  :D

Merci encore !



« Modifié: 23 avril 2020 à 10:57:28 par derrierelemiroir »
"[...] alors le seul fait d'être au monde
  remplissait l'horizon jusqu'aux bords"
  Nicolas Bouvier

Hors ligne Ombelline

  • Calliopéen
  • Messages: 408
  • Channel your inner pterodactyl
Re : Re : My dark trees
« Réponse #5 le: 29 avril 2020 à 22:14:44 »
J'avais disparu un instant, mais me revoilà pour répondre à ces remarques et lire un peu plus du texte (enfin) !

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.
« Tolkien's job was adventure »

L'autre royaume [en cours de publication]

Hors ligne derrierelemiroir

  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 905
  • orque magnifique et ténébreuse
Re : My dark trees
« Réponse #6 le: 08 mai 2020 à 10:21:13 »
Coucou Ombelline :)

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.



Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.
"[...] alors le seul fait d'être au monde
  remplissait l'horizon jusqu'aux bords"
  Nicolas Bouvier

Hors ligne Ombelline

  • Calliopéen
  • Messages: 408
  • Channel your inner pterodactyl
Re : Re : My dark trees
« Réponse #7 le: 16 mai 2020 à 22:44:09 »
Hop me revoilà

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.

« Tolkien's job was adventure »

L'autre royaume [en cours de publication]

Hors ligne Xeraphia

  • Grand Encrier Cosmique
  • Messages: 1 224
  • Rudetripping
Re : My dark trees
« Réponse #8 le: 17 mai 2020 à 01:25:16 »
Citer
J'ai discuté avec mon Joker (je vais voir si elle arrive avec son radar habituel, je ne dirai qu'une chose "caramel")
Il faut dire que le Gabadar est moins efficace que le Rudar, puis ses batteries étaient à plat :facepalm: (comprendre : je n'avais plus de caramels pour l'opérer) M'enfin, voilà, il est de nouveau fonctionnel et tout va bien.

/flood
Show. Don't tell.


Hors ligne Deofresh

  • Aède
  • Messages: 153
Re : My dark trees
« Réponse #9 le: 21 mai 2020 à 16:43:42 »
Salut derrierelemiroir,

Je me sens d'humeur à corriger de l'anglais, donc me voilà. Bon par contre, je n'ai pas lu les commentaires précédents, il y en a beaucoup. Et puisque je vois que tu aimerais peut-être publier ton texte, ça te donnera l'occasion de voir si les modifications que tu as apportées ont fonctionné.

En préambule, j'aimerais juste dire que je n'ai pas de qualification particulière en anglais, je bosse au feeling. Et puis aussi, j'ai une fâcheuse tendance à pinailler.

Allez hop, il ne me reste que 11% de batterie donc voilà le bousin :

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


Pfiou, désolé pour l'avalanche. J'espère que ça pourra aider un peu.

J'attaquerai la suite tantôt ;).


Hors ligne derrierelemiroir

  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 905
  • orque magnifique et ténébreuse
Re : My dark trees
« Réponse #10 le: 22 mai 2020 à 14:18:36 »
@Ombelline

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


Citer
De nada  :D. Je me replonge dans la suite plus tard, j'avoue qu'avec la reprise du travail en présentiel et la préparation de cours, j'ai plus de mal à encore corriger de l'anglais dans mon temps libre  :viviane:
tu m'étonnes ! Ça mérite encore un plus grand merci !  :calin:

@Xera

Citer
Il faut dire que le Gabadar est moins efficace que le Rudar, puis ses batteries étaient à plat :facepalm: (comprendre : je n'avais plus de caramels pour l'opérer) M'enfin, voilà, il est de nouveau fonctionnel et tout va bien.

/flood
j'ai pas compris '-' (tu cites qui ?)

@Deofresh

Citer
Je me sens d'humeur à corriger de l'anglais, donc me voilà
:banane:

Citer
Bon par contre, je n'ai pas lu les commentaires précédents, il y en a beaucoup. Et puisque je vois que tu aimerais peut-être publier ton texte, ça te donnera l'occasion de voir si les modifications que tu as apportées ont fonctionné.
Oui, cool ! Pour ce qui est de publier, bah, je crois que suis redescendue de mon petit nuage. Mais je veux toujours encore m'améliorer, donc merci d'avance !

Citer
En préambule, j'aimerais juste dire que je n'ai pas de qualification particulière en anglais, je bosse au feeling. Et puis aussi, j'ai une fâcheuse tendance à pinailler.
:coeur: j'aime le pinaillage

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


Citer
Pfiou, désolé pour l'avalanche. J'espère que ça pourra aider un peu.

J'attaquerai la suite tantôt ;).
J'ai sais qu'on se connait pas donc tu pouvais pas savoir, mais je considère comme une immense aide de ta part ton "pinaillage", tous tes commentaires en général. Donc faut vraiment vraiment pas être désolé que ce soit long, plus c'est long, et plus ça me montre que tu as mis de ton temps pour m'aider. C'est à moi de te dire, encore une fois, merci !
"[...] alors le seul fait d'être au monde
  remplissait l'horizon jusqu'aux bords"
  Nicolas Bouvier

Hors ligne Deofresh

  • Aède
  • Messages: 153
Re : My dark trees
« Réponse #11 le: 23 mai 2020 à 01:12:47 »
Re derrierelemiroir !

Je suis ravi de voir que j’ai pu aider. Je vais commencer par adresser ta question :

Citer
Ma question est : est-ce que c'est vraiment si peu plausible qu'une personne mélange langage soutenu et familier dans un journal intime ? En fait, ce que j'ai de la peine à savoir, c'est est-ce que c'est ma traduction qui dérange, ou le mélange ?

Je n’ai jamais tenu de journal intime donc je ne pourrais pas vraiment te répondre, et en soi, c'est toi qui décides, c'est ton récit. En revanche je vais te raconter ma petite expérience d’expat’. En allant vivre à Londres, je me suis rendu compte que l’anglais parlé et l’anglais académique enseigné en France sont vraiment différents. Tant dans la tournure des phrases que dans l’usage de certains mots. Quand j’ai commencé à écrire en anglais pour mon travail, je suis tombé dans les trois travers tellement typiques de nous autres français, à savoir : les phrases à rallonge, l’utilisation abusive des euphémismes et l’emploi des mots anglais d’origine latine. Mon petit exemple : un beau jour, j’ai utilisé le mot « palliate » dans le sens pallier à un problème. La moitié des gens à ma table se sont étranglés avec leur cuiller. En fait, il s’avère que la plupart des mots anglais d’origine latine sont très soutenus, particulièrement aux US. Mais je digresse. Je ne veux pas faire la leçon, j'en ai pas la légitimité, en fait ce que je veux dire c’est :

Ta traduction est très bien, l’anglais y est bon, le vocabulaire varié et c’est très fluide, mais c’est un anglais non-natif. Du coup, est ce que je verrai un jeune Anglais parler comme ça ? Nan. Est-ce que c’est important, est-ce que le texte est moins bon à cause de ça ? Non plus. On parle ici vraiment de détails. La grande majorité des phrases sont crédibles dans la bouche de ton perso. En fait, je pense que tu t’es ajouté un challenge en adoptant une narration en focalisation interne parce que tu dois parler comme ton personnage. Un narrateur externe aurait très bien pu dire « unthwarted », quelqu’un qui griffonne dans un journal, un peu moins. Mais là encore ce n’est que mon point de vue de pinailleur et c'est à prendre avec des pincettes. Et j’insiste, c’est un très bon texte, je me permets cette critique car elle risque d'arriver si tu présentais ce texte à un public anglophone.

Citer
En américain on utilise pluss burned pour le verbe au passé, me semble.

Beurk ! (je rigole, je fais juste le péteux). Par contre, fais bien gaffe à rester sur l’anglais américain du coup. Par exemple ici : listed all the shortcomings of my past behaviour; on est revenu sur le bon vieil anglais de la reine. Les ricains oublient systématiquement tous les u après les o (behavior).

Citer
Tu veux dire que si je dis :"Le monde était plus stable avant", personne n'essayerait de me dire :"Ouais mais il était moins juste !" ?

Je pense que si tu disais « le monde était plus stable avant », tu déclencherais un débat interminable. C’était vraiment un détail que je soulevais haha. My bad !  :D

Citer
J'ai sais qu'on se connait pas donc tu pouvais pas savoir, mais je considère comme une immense aide de ta part ton "pinaillage"

Ben enchanté, vraiment. C’est juste que, comme c’est dur de passer un ton dans un message, j’ai toujours peur de paraître suffisant. Mais puisque ça t’est utile, je continue :

Je reprends au 18 août :

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.



Voili voilà. Je commence à vraiment vouloir savoir ce qu'est le crime en question. Le suspens est bien construit. Je pense avoir une petite idée  :mrgreen:. Je terminerai ce weekend.


Ciao !

EDIT :

Re ! Je suis chaud, je me lance dans la dernière ligne droite. Je reprends à September 5 :

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.



Voilà pour le pinaillage en détail. Maintenant que j'ai une vue d'ensemble de ton texte, je vais me permettre de te donner mon avis sur le fond. Je trouve que tu as très bien su retranscrire le tourment d'une personne. Ces idées noires qui tournoient sans cesse dans la tête. Par contre j'ai trouvé qu'il y avait un déséquilibre. À mon sens, ton personnage devrait être tourmenté par sa rupture avec Sophie plus qu'il ne l'est par sa condition de sexiste, puisque c'est celle-ci qui a commencé à le faire douter. Ici, j'ai trouvé que ton personnage était peut-être trop tourmenté par le sexisme en général et pas assez par Sophie ce qui est, pour moi, un peu moins crédible. Peut-être que tu pourrais plus développer plus leur relation passée, plus décrire ce que ton personnage à fait de mal quand il essayait de changer Sophie ? Peut-être même faire un lien plus direct entre le jet de pierre sur l'oiseau et quelque chose qu'il aurait jeté à Sophie pour renforcer encore l'allégorie ? Enfin bref, j'ai passé un agréable moment à te lire. D'ailleurs, je n'avais pas du tout deviné le crime :D.

Au plaisir de te relire tantôt !
La bise !
« Modifié: 24 mai 2020 à 15:32:04 par Deofresh »

Hors ligne derrierelemiroir

  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 905
  • orque magnifique et ténébreuse
Re : My dark trees
« Réponse #12 le: 27 mai 2020 à 11:43:52 »
Bonjour Deofresh :)

Citer
Je n’ai jamais tenu de journal intime donc je ne pourrais pas vraiment te répondre, et en soi, c'est toi qui décides, c'est ton récit. En revanche je vais te raconter ma petite expérience d’expat’. En allant vivre à Londres, je me suis rendu compte que l’anglais parlé et l’anglais académique enseigné en France sont vraiment différents. Tant dans la tournure des phrases que dans l’usage de certains mots. Quand j’ai commencé à écrire en anglais pour mon travail, je suis tombé dans les trois travers tellement typiques de nous autres français, à savoir : les phrases à rallonge, l’utilisation abusive des euphémismes et l’emploi des mots anglais d’origine latine. Mon petit exemple : un beau jour, j’ai utilisé le mot « palliate » dans le sens pallier à un problème. La moitié des gens à ma table se sont étranglés avec leur cuiller. En fait, il s’avère que la plupart des mots anglais d’origine latine sont très soutenus, particulièrement aux US. Mais je digresse. Je ne veux pas faire la leçon, j'en ai pas la légitimité, en fait ce que je veux dire c’est :

Ta traduction est très bien, l’anglais y est bon, le vocabulaire varié et c’est très fluide, mais c’est un anglais non-natif. Du coup, est ce que je verrai un jeune Anglais parler comme ça ? Nan. Est-ce que c’est important, est-ce que le texte est moins bon à cause de ça ? Non plus. On parle ici vraiment de détails. La grande majorité des phrases sont crédibles dans la bouche de ton perso. En fait, je pense que tu t’es ajouté un challenge en adoptant une narration en focalisation interne parce que tu dois parler comme ton personnage. Un narrateur externe aurait très bien pu dire « unthwarted », quelqu’un qui griffonne dans un journal, un peu moins. Mais là encore ce n’est que mon point de vue de pinailleur et c'est à prendre avec des pincettes. Et j’insiste, c’est un très bon texte, je me permets cette critique car elle risque d'arriver si tu présentais ce texte à un public anglophone.
Haha, merci. J'imagine que de graviter dans un cercle de personnes non-natives parlant toutes anglais ensemble, ça n'a pas aidé :D Je crois qu'un des problèmes majeurs que Ombelline a aussi soulevé, c'est que je traduits ce texte directement du français, et sûrement que ça augmente le nombre de tournures francophones. Et après le fait que ma connaissance de l'anglais soit un gros mélange d'anglais académique, littéraire, d'expat, de voyage, ça ajoute à ma difficulté de "parler comme une native". Mais vive les challenges  :D

Citer
Par contre, fais bien gaffe à rester sur l’anglais américain du coup. Par exemple ici : listed all the shortcomings of my past behaviour; on est revenu sur le bon vieil anglais de la reine. Les ricains oublient systématiquement tous les u après les o (behavior)
ouiiii haha, en plus quand je t'ai écrit ça, je me suis dit "je suis sûre que j'ai écrit tous les u américains en ou british  :mrgreen:"

Citer
Je pense que si tu disais « le monde était plus stable avant », tu déclencherais un débat interminable. C’était vraiment un détail que je soulevais haha. My bad !  :D
aaah haha je comprends ce que tu veux dire maintenant. Et oui, je concorde. Peut-être qu'il devrait plutôt dire : mon monde était plus stable avant.

Citer
Ben enchanté, vraiment. C’est juste que, comme c’est dur de passer un ton dans un message, j’ai toujours peur de paraître suffisant. Mais puisque ça t’est utile, je continue :
Oui je comprends. Mais comme le ton est interprétable, ben j'essaie de pas trop l'interpréter et de surtout me focaliser sur comment tu m'aides. Et tu m'aides beaucoup !

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


Citer
Voilà pour le pinaillage en détail. Maintenant que j'ai une vue d'ensemble de ton texte, je vais me permettre de te donner mon avis sur le fond. Je trouve que tu as très bien su retranscrire le tourment d'une personne. Ces idées noires qui tournoient sans cesse dans la tête. Par contre j'ai trouvé qu'il y avait un déséquilibre. À mon sens, ton personnage devrait être tourmenté par sa rupture avec Sophie plus qu'il ne l'est par sa condition de sexiste, puisque c'est celle-ci qui a commencé à le faire douter. Ici, j'ai trouvé que ton personnage était peut-être trop tourmenté par le sexisme en général et pas assez par Sophie ce qui est, pour moi, un peu moins crédible. Peut-être que tu pourrais plus développer plus leur relation passée, plus décrire ce que ton personnage à fait de mal quand il essayait de changer Sophie ? Peut-être même faire un lien plus direct entre le jet de pierre sur l'oiseau et quelque chose qu'il aurait jeté à Sophie pour renforcer encore l'allégorie ? Enfin bref, j'ai passé un agréable moment à te lire. D'ailleurs, je n'avais pas du tout deviné le crime :D.

Au plaisir de te relire tantôt !
La bise !
Je comprends ce que tu suggères mais je ne suis pas sûre que ça corresponde à la psychologie du personnage. Certes, la rupture avec Sophie a été le catalyseur de son obsession, mais elle n'en était pas la seule cause. Il parle beaucoup de ses amis et de leur rapport aux femmes, de tous les films qu'il y vus, de théories bidons qui essaient de justifier des injustices. Sophie, a ce moment de sa vie, passe vraiment au second plan, surtout que ça fait déjà une année qu'ils ne sont plus ensemble quand ça commence. Je pense, en plus, que si je redirigeais ses tourments vers Sophie, le texte perdrait beaucoup de messages que je veux faire passer, je ne sais pas trop comment dire ça. Mon personnage n'est pas juste blessé par sa rupture. Il est vraiment heurté d'être devenu quelqu'un qu'il ne veut pas être. Ça le chamboule, ça le rend fou, au point qu'il rejette toute sa frustration sur ce pauvre merle. Enfin, c'est comme ça que je le vois.

Sinon, je tiens vraiment de nouveau à te remercier pour ton superbe travail. Tu m'as énormément aidée, et ça me touche que tu aies pris le temps pour ça  :coeur:

A bientôt !! Des bises !
« Modifié: 27 mai 2020 à 12:09:40 par derrierelemiroir »
"[...] alors le seul fait d'être au monde
  remplissait l'horizon jusqu'aux bords"
  Nicolas Bouvier

Hors ligne Ombelline

  • Calliopéen
  • Messages: 408
  • Channel your inner pterodactyl
Re : My dark trees
« Réponse #13 le: 29 mai 2020 à 18:43:00 »
Ploup.

(La Xeraphia qui croit que tout le monde va comprendre ses private jokes en rapport avec son texte et qui se cite elle-même, ben bravo, what hubris)

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


J'ai préféré tout finir d'un coup, histoire d'avoir l'expérience en continu au lieu de petit à petit au fil de semaines (parce que mine de rien ça fait un moment que j'ai commencé à commenter ici ^^). Après avoir lu la fin je dois dire que je suis agréablement surprise que son crime soit cela, enfin qu'il considère cela comme son grand crime, parce son caractère anecdotal met de façon intéressante en relief le reste de ce dont il parle.
La toute fin, sa "guérison", semble un trop... "yes we can", un peu trop jolie, et très optimiste d'un coup, un peu comme la fin d'un flyer, mais elle laisse un effet apaisant après avoir lu ses lamentations pendant tout ce temps.
Et il faut que je corrige un truc que j'ai dit plus haut (et que j'ai préféré laissé pour te montrer mon thought process au fur et à mesure de la lecture), ses lamentations prennent une autre tournure quand arrive la spirale qui le conduit à l’hôpital. On voit bien qu'il avait un motif dans ses pensées qui l'empêchaient de penser à autre chose, qu'il souffrait d'une pathologie, d'un mental breakdown et qu'il faisait des cercles dans sa tête sans pouvoir se sortir de ses idées. Donc je retire le coup de Werther, même si avant la spirale, il me courait un peu sur le haricot pépère.

Pour ce qui est de l'anglais, je dirai que ce qui t'as mis une balle dans le pied dans le pied c'est pas l'histoire en elle-même, ou l'envie d'avoir un mélange de soutenu et parlé, c'est la traduction directe. Ca t'as créé des problèmes inutiles, et ça a rendu difficile de démêler l'écheveau de ce que tu voulais dire versus la façon dont ça coulait en français, et qui du coup s'impose à nos esprits et empêche de voir clairement ce qu'on dirait naturellement en anglais.
La prochaine fois que tu veux traduire un truc, je te dirai plutôt de garder en tête les plot points et de réécrire directement en anglais, en gardant l'esprit du texte, mais pas en voulant coller à sa forme si strictement. C'est intéressant comme exo, on voit le boulot monstre qu'un traducteur doit faire pour introduire le rythme particulier d'un texte dans une autre langue, pour qu'il y semble à sa place, et pas légèrement en décalage avec la tessiture de la langue.

Bon en tout cas je suis contente d'avoir lu ton texte et d'en avoir discuté :)
« Tolkien's job was adventure »

L'autre royaume [en cours de publication]

Hors ligne derrierelemiroir

  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 905
  • orque magnifique et ténébreuse
Re : My dark trees
« Réponse #14 le: 03 juin 2020 à 14:21:57 »
Salut Ombelline !!

Citer
(La Xeraphia qui croit que tout le monde va comprendre ses private jokes en rapport avec son texte et qui se cite elle-même, ben bravo, what hubris)
:mrgreen:

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


Citer
La toute fin, sa "guérison", semble un trop... "yes we can", un peu trop jolie, et très optimiste d'un coup, un peu comme la fin d'un flyer, mais elle laisse un effet apaisant après avoir lu ses lamentations pendant tout ce temps.
je suis d'accord avec ça, et j'hésite encore !

Citer
Et il faut que je corrige un truc que j'ai dit plus haut (et que j'ai préféré laissé pour te montrer mon thought process au fur et à mesure de la lecture), ses lamentations prennent une autre tournure quand arrive la spirale qui le conduit à l’hôpital. On voit bien qu'il avait un motif dans ses pensées qui l'empêchaient de penser à autre chose, qu'il souffrait d'une pathologie, d'un mental breakdown et qu'il faisait des cercles dans sa tête sans pouvoir se sortir de ses idées. Donc je retire le coup de Werther, même si avant la spirale, il me courait un peu sur le haricot pépère.
:)

Citer
La prochaine fois que tu veux traduire un truc, je te dirai plutôt de garder en tête les plot points et de réécrire directement en anglais, en gardant l'esprit du texte, mais pas en voulant coller à sa forme si strictement. C'est intéressant comme exo, on voit le boulot monstre qu'un traducteur doit faire pour introduire le rythme particulier d'un texte dans une autre langue, pour qu'il y semble à sa place, et pas légèrement en décalage avec la tessiture de la langue.
Oui, c'est une très bonne idée, merci !!

Citer
Bon en tout cas je suis contente d'avoir lu ton texte et d'en avoir discuté :)
Je suis contente aussi, et te remercie encore pour le temps que tu as pris et l'effort que tu y as mis !!!
"[...] alors le seul fait d'être au monde
  remplissait l'horizon jusqu'aux bords"
  Nicolas Bouvier

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.03 secondes avec 23 requêtes.