Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

28 octobre 2020 à 03:54:54
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Poésie » Chanson & slam » Le Love Hotel

Auteur Sujet: Le Love Hotel  (Lu 1077 fois)

Hors ligne Georges Ioannitis

  • Calliopéen
  • Messages: 460
    • Prose& Poésie - Georges Ioannitis
Le Love Hotel
« le: 31 mars 2020 à 09:08:01 »


LOVE HOTEL
(Chanson)
 

Le LOVE HOTEL c’est mon turbin,
C’est là qu’je bosse jusqu’au matin,
Pour des amateurs qui préfèrent
Son charme et son confort précaire,
Au romantism’ plus ordinaire
D’une vulgaire pissotière.

J’suis gardien d’nuit au LOVE HOTEL
Et j’vois passer dans ma ruelle
Des filles qui vendent sans conviction
Un peu d’amour pour quelques ronds.

 
Un néon rose avec un cœur
Chambre à louer pour moins d’une heure
Les clients, faut les faire tourner,
Ils’ont pas l’temps d’s’amouracher.
Souvent j’vais frapper à leur porte,
Le proprio veut qu’ça rapporte.
 
J’suis gardien d’nuit au LOVE HOTEL
Et j’vois passer dans ma ruelle,
Des filles qui vendent sans conviction
Un peu d’amour pour quelques ronds.

 
J’vois défiler devant ma caisse
Des histoires d’amour pas très fraîches.
Le sentiment, ça s’négocie,
Tu paies d’avance pour être servi.
Le septième ciel tu veux y’aller,
Mais faut douiller avant d’monter.
 
J’suis gardien d’nuit au LOVE HOTEL
Et j’vois passer dans ma ruelle
Des filles qui vendent sans conviction
Un peu d’amour pour quelques ronds.

 
Les filles n’ont même pas l’temps d’chialer
La cuillère, faut la faire chauffer
Pour faire manger les p’tits julots,
Moitié dealer moitié maquereau
Qui s’donnent du mal pour mélanger
Le cul la dope dans l’même panier.

 
 Georges Ioannitis
Tous droits réservés

https://youtu.be/l9xXchxodYg
« Modifié: 10 juillet 2020 à 18:41:29 par Georges Ioannitis »

Hors ligne Lucie Granville

  • Calligraphe
  • Messages: 128
Re : Le Love Hotel
« Réponse #1 le: 01 juin 2020 à 19:20:50 »
Tu abordes ce thème de société dans un langage « argot parigot » parfaitement adapté à la violence de la situation, mais sans juger. Le premier couplet donne le ton en plantant un décor très glauque qui annonce bien la suite. L’aspect sordide de l’exploitation de ces corps de femmes transpire sans concession du premier au dernier mot. L’ensemble dégage une impression oppressante, suffocante, qui renforce le réalisme incroyable de cette chanson. Quant à la chute, elle est fracassante… Lucie  :)

Hors ligne Lavekrep codaraque

  • Calliopéen
  • Messages: 464
Re : Le Love Hotel
« Réponse #2 le: 02 juin 2020 à 14:11:37 »
bonjour Georges,
te voilà donc garçon-boucher, le réalisme à la sauvette, Monsieur Fernand, aux oubliettes. Finit les dialogues d'Audiard on tombe dans le roman noir noir, mais cela dit les maisons closes c'était quand même la même chose.
Très réussi, Bravo, Pascal.
Mourir est un manque de savoir vivre (Dac)
Si quelqu'un vous dit : " Je me tue à te le dire. "...Laissez le mourir

Hors ligne Georges Ioannitis

  • Calliopéen
  • Messages: 460
    • Prose& Poésie - Georges Ioannitis
Re : Le Love Hotel
« Réponse #3 le: 08 juin 2020 à 15:20:01 »
Merci Lucie pour ce commentaire. Tu mentionnes à juste titre l'importance du langage utilisé dans ce texte. On pouvait traiter le sujet à la manière de Flaubert mais le texte aurait sans doute perdu en réalisme. Le parigot est le seul langage possible à mon avis, dans ce contexte particulier, pour traiter de ces horreurs perpétuées de siècle en siècle. La violence des mots tente d'illustrer celle de la situation. G.I

Merci Pascal, pour ton commentaire. Tu as raison il y a comme un parfum de ''chanson réaliste'' dans ce texte.  Ce genre de bouge existe encore aujourd'hui sous nos latitudes . Amicalement, Georges
« Modifié: 08 juin 2020 à 22:34:00 par Georges Ioannitis »

Hors ligne OPPROBRE

  • Tabellion
  • Messages: 56
Re : Le Love Hotel
« Réponse #4 le: 10 juillet 2020 à 00:19:46 »
Ambiance bien restituée avec en effet une recherche lexicale tendant vers l'argot parisien que je trouve très approprié (d'autant plus que je ne le maîtrise pas du tout)

Comme vous le diriez Amicalement, Opprobre .
OPPROBRE
Tous textes déposés à la SNAC

Hors ligne Dot Quote

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 861
  • 💡
    • mordelang
Re : Le Love Hotel
« Réponse #5 le: 10 juillet 2020 à 10:36:48 »
hmmm n'y aurait-il pas un peu trop de culture 'route 66' dans ce particulier de toi, mais en général sur tes influences globales ? enfin un 'trop' jugeur m'est personnellement ressenti, il n'implique que moi, mais personnellement en tant que Françier, j'aimerais bien des fois qu'on arrête de suivre un peu partout et comme tout le monde cette culture, bien qu'on y peut rien ou pas grand chose... bref, je sens du 'eddie mitchel', je sens de la série hollywood à propos du territoire et des us, une touche d'un folklore un peu nouveau pour la tradition, mais déjà un peu passé pour l'actualité...

ça donne un cocktail étrange

à +

Hors ligne Georges Ioannitis

  • Calliopéen
  • Messages: 460
    • Prose& Poésie - Georges Ioannitis
Re : Le Love Hotel
« Réponse #6 le: 10 juillet 2020 à 18:14:49 »
Bonjour, Opprobre.
Merci d’avoir pris le temps de lire ce texte et laisser ce commentaire agréable. Amicalement, Georges.

============================================================

Salut Monsieur Quot, toujours ravi de te voir. J’étais loin de penser qu’on pouvait trouver une influence ricaine dans ce texte 100% made in Paname.  Lorsque j’ai écrit cette chanson, je pensais plutôt à deux ou trois quartiers du Paris des années fin 20ème siècle;  Mais la scène après tout est universelle, ça pourrait se passer dans un bouge du vieux Bronx, ou un boxon de Bombay. Merci pour ta visite, j’avoue que je les apprécie toujours. Georges
« Modifié: 10 juillet 2020 à 18:39:08 par Georges Ioannitis »

Hors ligne Dot Quote

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 861
  • 💡
    • mordelang
Re : Le Love Hotel
« Réponse #7 le: 10 juillet 2020 à 19:49:05 »
'made in' ?
'love hotel' ?

un petit peu ricain juste un tit peu ^^
mais justement, ton mixage des cultures et influences retenaient mon attention et du coup je ne félicitait pas leur 'poids', je sais pas comment dire : le contraste de leurs articulations : c'est vrai que ton love hotel a un côté français dans l'âme, mais pas de tout...

voilou :)
merci à toi de prendre le temps d'expliquer un peu ton texte en fonction des perspectives des commentateurs !

Hors ligne Georges Ioannitis

  • Calliopéen
  • Messages: 460
    • Prose& Poésie - Georges Ioannitis
Re : Le Love Hotel
« Réponse #8 le: 11 juillet 2020 à 11:49:46 »
L'enseigne Love Hotel s'accorde bien à ce genre de lieux .  Le terme anglais adapté en français à un coté ''kitsch'' qui convient bien au texte. Cette chanson pour moi est  proche des chansons réalistes des années 30/40 dans lesquelles les personnages baignaient dans la misère et mourraient de tuberculose à la fin du dernier morceau. S'il fallait définir un style je dirais ''Néo réaliste'' Georges.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.026 secondes avec 23 requêtes.