Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

05 décembre 2020 à 00:53:11
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Salon littéraire » L'Atelier » Le petit amphithéâtre » C'est quoi, une bonne histoire?

Auteur Sujet: C'est quoi, une bonne histoire?  (Lu 4512 fois)

Hors ligne ClaireMaen

  • Plumelette
  • Messages: 8
  • jeune auteure
    • Blog d'auteure
C'est quoi, une bonne histoire?
« le: 06 octobre 2014 à 19:30:06 »
Bonjour à tous,

Je me suis battue avec mon premier roman, que j'écrivais au fil de l'eau, sans trop savoir comment. Puis j'ai découvert, dans des cours d'écriture que je suis aux Etats-Unis, qu'il peut être utile de travailler son histoire (ou, pour parler comme Joyce Carol Oates, une "structure" qui tienne la route). Mais c'est quoi, une bonne histoire? Et pourquoi j'en ai si peu entendu parler avant? Bon sang, il existe même une théorie de l'histoire!

Je voulais partager ces questions avec vous et quelques éléments de réflexion glanés ça et là.

Par exemple, dans Story de Robert McKee (1997), on apprend (par ce vieux routier des scénarios de cinéma) qu'une histoire, c'est un personnage qui change. Ce personnage est animé d'un désir ou d'une quête (pas toujours conscients) et rencontre des obstacles, qui le poussent à réagir, agir et changer. Selon lui, au début et à la fin de chaque scène, le personnage doit changer (d'un état à un autre, intérieur ou en rapport avec le monde, le tout en conflit). Par exemple dans un film à suspense il passe de rassuré à inquiet, puis d'inquiet à rassuré, puis l'inverse... le tout dessinant un "arc du changement" qui se termine, après le climax, dans un nouvel état pour le héros (sauvé si vous êtes dans une comédie, mort dans un drame, ou ni l'un ni l'autre dans une tragi-comédie).

J'ai essayé d'appliquer ce principe au roman que je suis en train d'écrire et j'ai réalisé que je suivais ce schéma sans m'en rendre compte pour le personnage principal. Par contre, mon personnage secondaire principal ne changeait pas! Je sentais bien que quelque chose n'allait pas avec lui, mais je n'arrivais pas à savoir quoi... Je l'ai alors retravaillé, j'ai ajouté un peu de conflit à travers deux nouveaux événements, ça n'a pas changé grand chose mais je le sens mieux maintenant (enfin j'espère:-) Ma seule crainte est de faire trop "artificiel" en forçant trop le conflit (Le héros est sauvé! Oh non le méchant se relève! Ouf non, le héros a pu s'en sortir in extremis), ce qui tombe dans ce qu'on n'aime pas du cinéma Hollywoodien. Je sais que dans la vie les temporalités des conflits que nous vivons sont plus lentes, moins visibles, plus insidieuses... et les conflits souvent irrésolus.

Est-ce que vous aussi, vous travaillez consciemment les histoires de vos romans? Vous cherchez le changement, le conflit?

Vous auriez des conseils, des questions, sur l'art d'écrire une bonne histoire?

A vous lire!

Claire Maen





« Modifié: 06 octobre 2014 à 19:32:38 par ClaireMaen »

Hors ligne Krapoutchniek

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 2 637
  • Génération de l'univers en cours, patientez svp...
Re : C'est quoi, une bonne histoire?
« Réponse #1 le: 10 octobre 2014 à 17:07:15 »
Si j'ai un conseil à donner, c'est d'y aller au feeling. Je ne crois pas qu'appliquer des préceptes aussi stricts soit une bonne chose. Ca force à écrire ce qu'on n'a pas envie d'écrire. Si les enjeux et les péripéties de ton histoire sont importants alors il y a de bonnes chances pour que tes personnages évoluent naturellement. Pas la peine de forcer les choses et faire changer d'état son héros à chaque scène est loin d'être indispensable.

Enfin, une bonne histoire est une histoire que tu as envie d'écrire  ^^
It will reveal its meaning when it lives in victory...

En ligne Milora

  • Trou Noir d'Encre
  • Messages: 11 090
  • Championne de fautes de frappe
Re : C'est quoi, une bonne histoire?
« Réponse #2 le: 10 octobre 2014 à 18:33:37 »
Je suis d'accord avec Krap.

Alors attention, en général quand on répond "vas-y au feeling", l'interlocuteur s'imagine qu'on est en train de lui dire qu'il doit suivre une sorte d'inspiration miraculeuse ou d'intuition liée à un talent caché qu'il faut savoir écouter, ou je ne sais pas quoi...
Mais non, c'est pas ce que je veux dire. Quand Krap dit qu'une bonne histoire est une histoire que tu as envie de raconter, je pense qu'il a tout dit. Parce que l'histoire telle que tu as envie de la raconter, telle que tu aurais eu envie qu'on te la raconte, si elle tient la route, c'est qu'elle a intégré inconsciemment tous ces éléments de structure dont tu parles.
Je suis persuadée que c'est intéressant de décomposer la structure de livres, de comprendre comment ils marchent (livres ou tout autre type d'histoire). Mais si on y cherche des ingrédients à importer dans sa propre histoire, là, je pense que le bât blesse, parce que comme tu dis, il y a un gros risque que ça finisse par sonner artificiel. Ne te concentre peut-être pas sur le "je dois introduire un conflit", mais sur le "ce personnage est ennuyeux, il faut que je lui donne davantage la possibilité de sortir de son carcan" - et le conflit viendra. Conflit, ou autre ; parce que je pense pas qu'il y ait un mode d'emploi pour rendre un personnage intéressant.
Je pense qu'il faut surtout faire attention à ne pas confondre d'une part des règles descriptives générales (par exemple le fameux schéma selon lequel une histoire se construit avec les phases situation initiale/élément perturbateur/péripéties/élément de résolution/situation finale ; ou ici ton idée de changement dans le personnage) - règles qui s'appliquent souvent mais ne sont pas sans exceptions - ; et d'autre part une sorte de règle-mode d'emploi qu'on devrait importer, sous forme d'ingrédients, dans une histoire. Non, une histoire qui tient la route a un certain nombre de caractéristiques (qu'on ne peut pas lister, ça dépend de l'histoire), mais ce n'est pas parce qu'on additionne un certain nombre de ces caractéristiques qu'on obtient une bonne histoire.
Au final, à mon avis, comme dit Krap, écris l'histoire telle qu'elle t'aurait semblé prenante si tu étais en train de la lire. Par nécessité, elle comportera certains des éléments que les théoriciens que tu évoques relèvent, mais je pense pas qu'essayer de les ajouter expressément soit la meilleure façon de faire...
« Modifié: 10 octobre 2014 à 18:55:21 par Milora »
Il ne faut jamais remettre à demain ce que tu peux faire après-demain.

Hors ligne ClaireMaen

  • Plumelette
  • Messages: 8
  • jeune auteure
    • Blog d'auteure
Re : C'est quoi, une bonne histoire?
« Réponse #3 le: 10 octobre 2014 à 18:52:38 »
Merci à tous les deux pour vos réactions!

Effectivement et c'est bien dit, une bonne histoire est une histoire qu'on a envie d'écrire, et donc de lire. Et "faire sortir le personnage de son carcan" est une idée intéressante!

Je reste quand même en questionnement sur cette idée de structuration des histoires, qui me taraude...

Mon côté scientifique sûrement :/

A suivre...



 

Hors ligne labombinettecherra

  • Plumelette
  • Messages: 15
Re : C'est quoi, une bonne histoire?
« Réponse #4 le: 06 mai 2020 à 12:12:25 »
Le message date d'octobre 2014. je souhaite vivement pour Plumelette Claire qu'elle ait trouvé une réponse à son questionnement et qu'elle a pu achever son roman à moins qu'il ne soit au fond d'un tiroir. Reste la question qui est quand même essentielle. Faut-il utiliser des connaissances techniques, comme un genre de recette de cuisine pour bâtir une histoire qui tienne la route ou se laisser porter par sa plume, au feeling. C'est sans doute un peu selon le tempérament de chacun mais selon moi, il faut bien connaître les bases techniques pour pouvoir s'en écarter délibérément, par choix, jouer à ne pas les respecter mais retomber sur ses pieds, sinon, il y a risque d'égarements, de fourvoiements. C'est vrai dans tous les Arts. C'est vrai en peinture, c'est vrai en cuisine. Picasso a d'abord peint sa période bleue, très classique avant d'arriver à Guernica. Le tableau est extrêmement structuré. Quant aux grands chefs étoilés, c'est parce qu'ils connaissent leurs classiques qu'ils s'amusent à mêler des saveurs inattendues pour mieux surprendre.
Quant à moi, ça me ramène à une question essentielle: pourquoi écrit-on? Est-ce que sous la pression d'une histoire peut être un peu la nôtre, les mots, les phrases, la structure même du récit, s'imposent à nous, inspiration? Est-ce grâce à  un travail acharné de réflexion, petites fiches pour les personnages, les lieux, la durée, grands tableaux récapitulatifs etc qu'on  écrit un "beau" roman? Sans doute les deux.... Si on consulte les brouillons des" grands auteurs", on constate qu'il y a plusieurs façons de" travailler " son texte. Michel Tournier commençait paraît-il ses romans par la fin. Belle idée!
Nouvelle  dans ce monde de l'écriture, j'espère que je ne commets pas d'impair en écrivant ceci ici.

En ligne MoonAngel

  • Prophète
  • Messages: 639
  • En plein chill sur Terra Promessa 🕊️
Re : C'est quoi, une bonne histoire?
« Réponse #5 le: 06 mai 2020 à 13:57:24 »
Je pensais que les réponses de Krap et de Milora suffiraient.
Déjà, je pense que tu devrais te demander quelle est la définition d'une "bonne histoire" qui soit unanimement acceptée. Et là, je pense que tu comprends déjà que c'est un but peut-être utopique.
C'est une histoire qui va traverser les âges et qui sera apprise aux cours de français ? Donc ton rêve est de faire somnoler les élèves dans une salle de classe ?
C'est une histoire originale ? L'ennui c'est que tout a déjà été écrit.
C'est une histoire qui va devenir un best-seller ? Le problème, c'est que ça va être totalement aléatoire.
Et puis, tu veux que ce soit une bonne histoire pour qui ? Pour ceux qui préfèrent les histoires sympas et sans prises de tête ? Pour ceux qui aiment les histoires tarabiscotées ? Pour ceux qui aiment les cliffhangers ? Pour ceux qui aiment les histoires qui sortent des sentiers battus ?

Mais est-ce qu'en t'arrachant les cheveux avec toutes ces questions, tu prendras encore plaisir à l'écriture ? Seras-tu plus fier d'une histoire qui a totalement été étudiée pour séduire, ou par une histoire qui vient de ce que tu avais envie de transmettre ?

Après, si tu as vraiment envie de te comparer aux techniques des autres auteurs, en as-tu seulement le temps ? Il existe des millions de livres, avec des milliers de styles différents. Comment peux-tu être sûre, même en y passant plusieurs années, que ce que tu feras n'a pas été fait par un artiste de x endroit à x époque ?
D'ailleurs, combien d'écrivains qui ont "tenté de nouvelles choses" restent quand même dans l'anonymat ?

Bref, tu comprendras que, sachant tout ça, ce n'est pas vraiment une question que je me pose quand j'écris. Ce que je fais, je le fais avant tout pour me satisfaire, pour faire vivre tous ces personnages qui me tiennent à cœur.
Après, il est toujours bon de connaître les stéréotypes poncés et re-poncés des romans, et surtout du genre dans lequel tu écris. Pour ça, tu peux simplement chercher "clichés fantasy", "clichés policier", etc. sur Google :D

💎 🌸 🐚
🕊️
May your heart be your giding pen~♫

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.023 secondes avec 24 requêtes.