Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

28 octobre 2020 à 16:19:03
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Encore plus loin dans l'écriture ! » L'Aire de jeux » Défis Tic-Tac » [Tic-Tac Octobre 2019] La violence d'une brune

Auteur Sujet: [Tic-Tac Octobre 2019] La violence d'une brune  (Lu 1480 fois)

Hors ligne PetiteMine

  • Plumelette
  • Messages: 8
[Tic-Tac Octobre 2019] La violence d'une brune
« le: 06 octobre 2019 à 08:22:22 »
Bonjour à tous !

Voici un petit texte pour ce Tic-Tac d'octobre. C'est mon premier et je vous avouerai non sans un peu de gêne que non seulement j'y ai passé plus d'une heure mais qu'en plus il est terriblement mal ficelé. Mes plus plates excuses, je reprends difficilement l'écriture après un long moment. Je vous souhaite tout de même une bonne lecture !


*


Je lui avais toujours trouvé un physique désagréable. Épais, lourd, gros, boursouflé. Et pourtant doté d’un élan intérieur absolument surréaliste. Un truc qui le rendait hors du commun, qui le faisait roi dans cette mer de requins. Parallèle surprenant que ce visage et ce corps tout flasques, dégoulinants de sueur, de graisse, de rides et cette agitation interne qui lui faisait renverser le monde. Il devait le lire d’une autre manière que moi car je n’avais jamais compris la clairvoyance parfois divine qu’il avait et qu’il nommait « intuition absolue ».

Alors il était là ce gros bonhomme, derrière son bureau sur lequel s’empilaient d’innombrables manuscrits. Et ça dégoulinait de liasses, de feuilles volantes ; les mots glissaient dans tous les sens, les phrases s’éparpillaient. Multitude éparse d’âmes d’artistes. Enfin, « artiste ». Mon encre traînait par là aussi et si artiste j’avais été, l’ogre civilisé qui s’était mis à agiter ses boudins de bras bien trop prêt de mon visage n’aurait probablement pas été à me refaire sa tirade n°21bis, aussi nommée « Ma chère amie, vous êtes bien bonne mais vos délires philosophiques et cette idée de transcendance par l’histoire et l’écrit, vous remballez, cela ne fait pas vendre. »

« La Violence d’une Brune ! », il s’exclama soudain avec un enthousiasme stupéfiant, « La Violence d’une Brune ! Ça c’était un bon recueil. Il y avait quelque chose de spécial dans chacune des nouvelles, quelque chose qui te prenait aux tripes, qui te retournait ! » Il s’empara de nouveau de mon manuscrit, lu quelques phrases sur un ton moqueur puis me lança le feuillet à la figure. « Je suis ton éditeur, pas ton putain de psy ! ». Il se leva soudainement, fit le tour du bureau et se planta devant moi, imposant comme son propre ventre qui pendait devant sa ceinture. Il reprit, tirade n°23 cette fois-ci, ou « Pseudo pep-talk : vous avez beau être une belle merde, vous valez mieux que cela. »

Tirade n°21bis ? Tirade n°23 ? La prise de conscience de mon cynisme me rendit instantanément malheureuse. Depuis quand en étais-je venue à réduire la complexité abrutissante du comportement humain à de simples chiffres ? Cela me faisait plus de peine encore que ses mots. La goutte d’eau dans le verre de l’hypersensible se faisait vagues.
Je m’étais toujours considérée comme une ermite amoureuse du monde, amoureuse de l’Homme avec son grand H, l’Homme dans tout ses états, dans sa méchanceté, sa douleur, sa passion, sa bêtise. Comme je l’aimais cet être de mots et de cœurs, comme je l’adorais ! De loin seulement, de loin toujours, certes, mais tout de même. L’humain me passionnait, me m’accrochait de l’intérieur. J’observais dans la rue comme une chercheuse dévouée mon échantillon de souris qui ne se savait même pas en laboratoire. J’étudiais, je classais, je détaillais, oui. J’avais même pris cette habitude ironique de cataloguer certaines discussions ; mais aujourd’hui, aujourd’hui c’était différent. Je ne voyais rien de beau, de surprenant, d’intéressant dans les élancements de mon éditeur et agent. C’était une simple coquille vide qui s’agitait dans un tout autre vide. Une logorrhée de mots qui sortaient de lui sans vraiment lui appartenir.

Oui je l’aimais cet Homme – ou l’aimais-je vraiment ?

Moi j’étais là, je le regardai de derrière le bureau. J’aurais pu être derrière une vitre ou à l’autre bout de la terre. Soudain, j’entendais mais je ne comprenais rien. J’avais le cerveau troué. Ou peut-être était-ce mon ventre. Je baissais la tête vers mains posées sur mes genoux. Étaient-ce mes entrailles tordues que je voyais là et qui pendaient pathétiquement autour de mes doigts ?

« Et arrête de me regarder avec ta gueule d’artiste pleureuse. Tu devrais me remercier. Parce que moi je les lis tes putains de merdes et je te dis ce qui ne va pas dedans. N’importe quel autre éditeur te renverrait juste pleurer dans les putains de jupes de ta mère. »

Je détournai le regard. J’avais mal aux pieds tant il m’avait marché dessus. J’avais peut-être même quelques orteils fracturés. Ou alors c’était mon amour-propre et mon estime de moi-même. C’était lancinant et pourtant je réalisais que cela faisait des mois que je niais cette douleur. Ce fut presque un soulagement de m’en rendre compte. Qu’est-ce qui en moi appelait tant la cassure qu’il me fallait systématiquement arriver au presque éclatement pour m’arracher à une situation toxique ?

 Quelle ironie : à regarder sans cesse les autres, j’avais fini par ne plus me voir moi-même. Peut-être bien que c’était bien à un psy que j’aurais du raconter tous mes romans inexistants.

*


« Modifié: 06 octobre 2019 à 08:43:27 par PetiteMine »

Hors ligne Rémi

  • ex RémiDeLille
  • Modo
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 7 361
Re : [Tic-Tac Octobre 2019] La violence d'une brune
« Réponse #1 le: 06 octobre 2019 à 20:58:34 »
Salut :)

Citer
Et pourtant doté d’un élan intérieur absolument surréaliste.
je mettrais "il était doté" sinon ça renvoie à "physique désagréable" et je trouve pas ça top

Citer
Il s’empara de nouveau de mon manuscrit, lu quelques phrases
lut

Citer
L’humain me passionnait, me m’accrochait de l’intérieur.
petit bug ici

Citer
Moi j’étais là, je le regardai de derrière le bureau. J’aurais pu être derrière une vitre ou à l’autre bout de la terre.
Terre, non ?

Citer
Je baissais la tête vers mains posées
vers mes mains

Citer
Peut-être bien que c’était bien à un psy
pas top

Citer
que j’aurais du raconter


Citer
Moi j’étais là, je le regardai de derrière le bureau.
j'aurais laissé l'imparfait à "regarder"



C'est plutôt cool comme texte, ça se lit bien.
La narration au passé (principalement de l'imparfait), l'absence de dialogue (uniquement les paroles de l'éditeur) et les introspections font que j'ai eu un peu de mal à "vivre" la scène. Mais les deux persos sont intéressants et la chute est pas mal.
Peut-être que là aussi, au niveau de la chute, on est trop dans le "dit" et pas assez dans le "montré", le "vécu". Je veux dire que si le même fond était présenté en tant que dialogue entre l'éditeur et l'écrivaine, ça serait plus vivant et direct.
Mais je ne dirais pas que le texte est "terriblement mal ficelé", et y a pas de quoi s'excuser ^^
Le texte me plairait plus si tu nous montrais l'auteure qui entre dans le bureau, si les relations étaient plus visibles aussi.

Merci pour la lecture,
À+
Rémi

En ligne derrierelemiroir

  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 869
  • orque magnifique et ténébreuse
Re : [Tic-Tac Octobre 2019] La violence d'une brune
« Réponse #2 le: 16 octobre 2019 à 13:41:49 »
Coucou PetiteMine

Je réalise que je ne suis jamais venue commenter ton texte, alors que j'avais dit que je le ferais. Désolée !

Mais me voici et je m'y attèle:

Très bon premier paragraphe. J'ai juste croché sur
Citer
Il devait le lire
Je ne comprends pas ce qu'il lit. Le monde?

Citer
Et ça dégoulinait
ça dégouline beaucoup par ici ^^

Citer
La goutte d’eau dans le verre de l’hypersensible se faisait vagues.
cool ça!

Citer
De loin seulement, de loin toujours, certes, mais tout de même.
:coeur:

Citer
me m’accrochait de l’intérieur
petit problème ici

Citer
Soudain, j’entendais mais je ne comprenais rien
Soudain devrait être suivit d'un passé simple puisqu'il annonce une action non?

Citer
Je baissais la tête vers mains posées sur mes genoux
manque un mot

Citer
Peut-être bien que c’était bien
répétition de bien

En général, j'ai bien aimé le style, la dynamique. Par moments, j'ai eu de la peine à vraiment comprendre comment se déroulait l'action, et je crois qu'en ce sens, mon commentaire rejoint celui de Rémi. Mais j'ai bien aimé le côté introspectif et l'écriture :)

J'espère que tu repasseras bientôt par ici!
"[...] alors le seul fait d'être au monde
  remplissait l'horizon jusqu'aux bords"
  Nicolas Bouvier

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.026 secondes avec 23 requêtes.