Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

28 octobre 2020 à 15:41:35
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Encore plus loin dans l'écriture ! » L'Aire de jeux » Défis Tic-Tac » [Tic Tac 11 septembre 2019] Le corps des infidèles [légèrement explicite]

Auteur Sujet: [Tic Tac 11 septembre 2019] Le corps des infidèles [légèrement explicite]  (Lu 2637 fois)

Hors ligne derrierelemiroir

  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 869
  • orque magnifique et ténébreuse
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


Le corps des infidèles


  Elle ne savait même plus comment ça avait commencé. Elle n’avait jamais particulièrement fantasmé sur Sam, malgré ses bras sexy et son rire contagieux. En général, elle se masturbait plutôt en pensant à Brice qui était grand et méchant et qui ne se situait pas, contrairement à Sam, de l’autre côté de la barrière du possible. Ou de l’acceptable. Et puis un jour, elle et Sam s’étaient retrouvés par hasard dans le même bus, dépourvus du reste de la bande, et avaient dû se parler. Elle l’avait trouvé sensible, pas con, et vraiment drôle. Et puis d’autres hasards s’étaient accumulés, des vrais et des faux, et il en avait appris plus sur elle et elle sur lui. Elle avait découvert qu’il aimait lire, que son auteur préféré s’appelait Nicolas Bouvier, qu’il rêvait de voyager seul pour se laver de toutes les couches de croyances qui n’étaient pas les siennes. Il avait appris qu’en vrai, elle ne s’en foutait pas de tout, qu’elle aimait ses parents et réussir à l’école et que plus tard elle voulait être chercheuse et sauver la planète. Des choses folles qu’elle ne racontait pas. Sauf à Hannah. Peut-être qu’elle voyait Hannah à travers lui, peut-être qu’elle avait espéré se raccrocher à sa meilleure amie qui l’avait dernièrement délaissée ? Bullshit. Il s’agissait d’autre chose. De ce gène amoral qui la caractérisait. Qui lui faisait comprendre les normes, sans pour autant les lui faire ressentir. Elle savait par exemple que coucher avec le copain de sa meilleure amie était considéré comme une des plus hautes traîtrises sociétales, seulement l’idée ne la terrifiait pas. Au contraire. C’était comme si à travers le filtre de cette possible mauvaise décision, le corps de Sam se densifiait, et sa personnalité, et que comme une planète qui grossissait, il plissait la matière de son univers et la faisait glisser tout contre lui.

  Ce jour-là, le jour du premier glissement, il faisait gris. C’était novembre, c’était une de ces journées où toutes les émotions intangibles des semaines précédentes se présentaient enfin à son cerveau claires et nettes, et tout faisait mal, ses mensonges à ses parents, les forêts qui brûlaient et l’avenir indéfini mais certainement sombre. Elle rentrait de sa leçon de piano, il s’était mis à pleuvoir, et elle se retenait de pleurer. Elle se maudissait d’être comme un putain de baromètre, et puis elle pensait à toutes les personnes qui étaient en train de voir mourir quelqu’un, et à tous les animaux qui avaient avalé du plastique, et à comment de toute façon l’univers n’était qu’une suite statistique de causes et d’effets et elle eut mal partout mais surtout à son futur. Elle entra dans le bus, évitant les regards, se faisant toute petite pour cacher sa vulnérabilité. Elle se rendit tout au fond et puis :

– Ailie ? 

  C’était Sam. Comme une évidence, à trois mètres d’elle. Elle le rejoignit comme dans un mauvais rêve ; un moment elle était assise au fond du bus, le moment d’après elle était à ses côtés. Elle lâcha une larme et lui raconta ses forêts et ses animaux et cette planète qu’il était trop tard de sauver. Il ne la consola pas, mais sans rien dire, il la suivit chez elle. Ses parents étaient au travail, la maison était froide. Elle monta à l’étage, il était toujours là. Elle entra dans la salle de bain, se défit de ses vêtements, ouvrit la porte de la douche et le sentit encore derrière elle. Elle savait déjà qu’il était une erreur, mais putain comme ça la faisait vivre. Ce moment où elle se retourna, et le vit, nu, en face d’elle, le sexe tout droit et dur, les yeux profonds et chauds et noirs, vifs, sans mensonges. Ils restèrent là, sous l’eau chaude, à se regarder et se désirer. À savourer ce mauvais choix, à le contempler sous tous ces angles, et puis là ! à s’en saisir pleinement, intensément, parce qu’autant le vivre entièrement puisque les conséquences ne les rateraient pas. Son corps à lui, infidèle, dans son corps à elle, infidèle. Infidèlement, à faire l’amour, à s’en remplir, sans prétention et fard. Et ainsi pour la première fois elle aima, et puis il partit. Il ferma la porte et elle sut que désormais, ne resteraient que les conséquences qu’elle pouvait placer sur l’étalage alourdi où déjà flambaient les forêts et mourraient les poissons.
« Modifié: 11 septembre 2019 à 14:48:05 par derrierelemiroir »
"[...] alors le seul fait d'être au monde
  remplissait l'horizon jusqu'aux bords"
  Nicolas Bouvier

Hors ligne Lo

  • Clochard céleste
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 9 496
    • olig marcheur
Et ainsi pour la première fois elle aima, et puis il partit.
ça claque (:

J'ai bien aimé, c'est encore une fois tout cohérent comme texte, ça se clôt bien sur lui-même. Bon j'ai trouvé que le lexique de l'infidélité était vraiment placé pour coller avec la contrainte, mais en tant que texte autonome on s'en fout et je lis d'abord un texte, pas un tictac ! donc j'ai bien aimé ouais, ça donnerait envie d'en lire une version un peu plus approfondie, où tu creuses un peu plus la rage et la frustration (sociale, écologique aussi), où tu t'attardes un petit peu sur l'esthétique du texte.

Merci pour ce nouveau tictac (:
"Me lyrics provide electricity" (Sean Paul)

Hors ligne derrierelemiroir

  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 869
  • orque magnifique et ténébreuse
Salut :)

Citer
ça donnerait envie d'en lire une version un peu plus approfondie, où tu creuses un peu plus la rage et la frustration (sociale, écologique aussi), où tu t'attardes un petit peu sur l'esthétique du texte.
Oui j'ai très envie d'approfondir. Je ne sais pas si j'approfondirai directement ce texte, où si je m'en sers pour un texte plus long que j'essaie d'écrire. Mais tu as raison, ce serait plus intéressant de détailler tous ces points!

Merci pour ton passage :) c'était cool de tictaqueter avec toi de nouveau!
"[...] alors le seul fait d'être au monde
  remplissait l'horizon jusqu'aux bords"
  Nicolas Bouvier

Hors ligne PetiteMine

  • Plumelette
  • Messages: 8
Je suis en train de lire des Tic-Tac à la suite et je me rends compte que j'ai l'impression de systématiquement redire la même chose haha
C'est ficelé, synthétique et tout tombe sous le sens ! On en sait juste suffisamment pour s'impliquer émotionnellement et c'est vraiment très agréable à lire !

Hors ligne derrierelemiroir

  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 869
  • orque magnifique et ténébreuse
Ici aussi je ne t'avais jamais répondu, décidément :(

Merci beaucoup pour ton commentaire!!
"[...] alors le seul fait d'être au monde
  remplissait l'horizon jusqu'aux bords"
  Nicolas Bouvier

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.027 secondes avec 23 requêtes.