Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

21 avril 2021 à 15:39:25
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Encore plus loin dans l'écriture ! » Aventures au long cours » Carnets de bord » h2o - capsule 3

Auteur Sujet: h2o - capsule 3  (Lu 51191 fois)

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 721
  • 💡
    • mordelang
poké-salabulbapuce ?
« Réponse #420 le: 21 mars 2021 à 18:19:16 »
h2o - LOVES
#h2o #loves #trinarité des origines ? #choisis ton poké



"...et dans les ténèbres, les lier !"
- JRR Tolkien
"ça va ou quoi mon suisse ?"
- Brulux

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 721
  • 💡
    • mordelang
8 mars 2
« Réponse #421 le: 23 mars 2021 à 14:51:43 »
t'sais...

8 mars 2
#lutte féministe #historique #origine #de que

bon alors voilà, suite à ce truc de machin que ouais, j'suis tombé sur un truc qui m'a fait lol un peu deux secondes pis je me suis dit que ce serait pas mal d'y faire référence, parce que ouais c'est marant : tu tapes 8 mars sur gogl, t'en as plein qui sont là, moi je lis juste qu'ils ont envie d'un jour spécial, pis que les autres tout se passe normal comme depuis des siècles... mais oui ! ils appuyent t'sais ! "plus de symbolique, il faut que ce soit non travaillé, ferié, rémunéré étou !" heu... lol ? vous tenez vraiment à ce que cette tradition outrageante perdure jusqu'à ce que les luttes s'étouffent ?

bon moi du coup je me sens coupable ; parce que je suis dans une dynamique inverse, à essayer non pas que le 8 mars reste le 8 mars journée internationale du droit des femmes, non, moi là avec ma fiction au titre encore indéfini, juste, je lance un délire donc, qui doit en outrager beaucoup des féministes qui tiennent à leur journée !

mon délire donc ? bin de passer au lvlup : allez les gens, j'suis sûr on peut viser un truc genre tous les jours de l'année ? je fais simple hein, j'vais pas demander de changer le virarcat en deux coups de paires de chair...

bref, là c'était ma petite prose inutile

mais en sérieux donc : un histo wikipédiu ; rapide, parce que moi aussi j'aime me renseigner facilement sans prise de tête grâce au zinternet, pis après ça me soule comme les trucs un peu réfléchis sont relous à trouver, à réfléchir, pis à agir on en parle même pas...

- 28 fév 1909 : journée nationale unique de la femme (j'ai ajouté unique, parce qu'elle a pas été redondée, hmm ?)
- 19 mar 1911 : journée internationale illégale de la femme (j'ai ajouté illégale passque comme pour tout, ça existe avant d'être officialisé)
- 8 mar 1921 : jour ferié mais non chômé (là c'est chaud parce que c'était un dirigeant d'Etat qui revendiquait l'international que y'a qmm fallu attendre un peu qu'on le suive...)
- 8 mar 1977 : journée internationale du droit des femmes (ouioui, les nations unies, enfin)

ça va, on désaustralopithèquise un peu moins pire que le mieux du truc que je pensais... quoique



sachant que ceci est, je le répète, à la fois totalement mon combat ici avec ce fil, mais à la fois le petit détail insignifiant qui se résoud grâce à cent millions de trucs autrement plus complexes qu'une histoire de politique humaine du landeumil... mais je m'étale pas, on changera le monde une autre fois, ou un autre monde, ou ptetr qu'on arrêtera de flemmer de procrastination, ou juste avancer un peu plus vite qu'un logo de TGV à l'envers, mais une autre fois hein, là non, ça va...
"ça va ou quoi mon suisse ?"
- Brulux

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 721
  • 💡
    • mordelang
Re : h2o - 23.fév
« Réponse #422 le: 25 mars 2021 à 13:34:51 »
heu ouais... j'ai un souvenir qu'a pop
il a fallu que j'écruve ce petit accessoire


Le tigre et l'araignée
#pis t'façons #de qui de quoi #yin et yang #violence

heu bon... je suis pas du tout confiant en la dynamique socio-lambda que l'on appelle par la locution hautement prout-prout, celle entre guillemets : "développement personnel" ; pourtant j'ai lu un Gounelle je l'ai trouvé sublime, bon, pis bin surtout j'ai pas lu, ahah ouioui, celui qui donne le titre à cette intervention, et en vrai je vais volontairement développer du propos qui n'est sûrement ptetr pas dans le bouquin : à propos d'une polarité dans ce qui semble être un des propres de l'humain sexué à rôles : la violence...

donc voilà, ça fait vââchement binaire de penser la polarité en compéhension des binarités, j'pense, d'après avis de gens auprès de qui j'ai tenté le dépassement des dichotomies et qui pigent pas que c'est renier ce concept que de nihiler passivement et négationnement, parce que là on part dans pas mal d'aveuglement dont je suis le premier à avoir subi les effets par rapport à mes béliéseries de corne de fonce, mais qmm, quoique enfin si, oui, disons par exemple que l'occident pige pas très bien ce délire, mais que l'orient le pige large mieux avec un truc tout simple, qui nous est parvenu mais qu'on a pas pigé aussi bien qu'eux du coup : le yin et le yang...

ouais donc sans partir sur le point dans la goutte, sur l'harmonie rotative, etc... bin le livre dont on m'a soufflé l'éminente métaphore du titre, je savais pas que c'en était un, et il n'a rien à voir avec l'h2o si ce n'est dans ce qu'on pourrait y interpréter, à tort ou à travers, mais qmm de ce qui moi m'a construit et donc du coup je me permet de déconstruire ici en public, comme ça si je garde pas mes mots que pour moi, c'toujours ça de dégommé chez les non-réfléchis qui pensent trop en privé, et ce titre c'est : le tigre et l'araignée...

les deux visages de la violence sont présenté ainsi sur gogl :

Citer
On parle toujours de " la " violence, comme s'il s'agissait d'un phénomène unique, mais en réalité la violence possède deux polarités, l'une yang et l'autre yin. Agresser quelqu'un verbalement, le frapper d'un coup de poing ou de couteau, ou encore l'abattre d'une balle, relève d'une dynamique yang : celle du Tigre. Harceler moralement une personne à coup d'insinuations et de sous-entendus, la soumettre au chantage, la manipuler ou encore l'empoisonner à petit feu, relève d'une dynamique opposée, yin celle de l'Araignée. Ces deux polarités sont étroitement liées : là où l'une est évidente, l'autre n'est jamais loin. Pour l'instant, toutefois, la société tend à stigmatiser les formes les plus évidentes de la violence (le Tigre), sans prendre en compte celles plus cachées (l'Araignée) dans lesquelles les premières prennent souvent racine. L'auteur met en évidence ces deux polarités de la violence et leurs spécificités et montre leurs interactions au niveau individuel et collectif. Abordant enfin les attitudes à adopter face à la violence, il évoque un changement de paradigme relationnel, dans lequel la " lutte contre la violence "--Symptomatique et inefficace à long terme - fait place à des stratégies permettant de désamorcer les deux polarités de la violence.

pis du coup pour racrocher le propos, je sais oui, ironiquement ou pas, qu'il y a des tigres et des araignées chez les hommes et les femmes, chez les trans, chez les oenuques et les... j'vais pas lister tout le monde ou alors si, pour la représentation homogène, arf non, vous m'excuserez de pas connaitre tous les détails en fait ; mais... 'fin j'ai moins vu d'hommes faire du chantage (intelligemment, je veux dire), et moins de femmes donner des coups de couteau (dans de la vraie chair humaine, je veux dire) ; donc bien sûr on attend les stéréotypophobes et les non-statistico-philes pour me tomber dessus ici, mais voilà, encore une fois, ma petite soluce que je souffle à qui veut la lire, c'est très pratico-pratique ça a pas tant besoin de réfléxion sauf si faut être convaincu ou persuadé, à propos des rôles à échanger si on veut que ça bouge...

ouais parce que on a dans l'histoire beaucoup essayé de transformer les meufs, en mecs avec des seins, puis récemment dans les enclaves assez en avance, on fait l'inverse, on veut des mecs qui ont pas de bite, mais on est encore un peu cons à mon goût, moi j'dis faut, pour l'instant hein, y'a la suite après mais déjà, faut donc, inverser les rôles, les deux pinaise, pas que l'un ou l'autre...

en gros mon petit conseil ici : les mecs, prenez les meufs pour des connes, mais subtilement, elles savent très bien le faire mieux que vous et voilà quoi j'en rajoute pas ; pis les meufs, allez-y franchement hein, et pas que du pieds aux corrones, parce que voilà... et puis les ceux qui évitent le conflit, comme moi à part ici, bin j'vous dirais volontiers que la non-violence est une solution, mais moi j'y crois pas, je vois que j'ai beau me savoir non-tapeur, bin aussi je vois que dès qu'on parle, les conflits de la raison me sont autant insupportables qu'inévitables, et j'avoue que je me suis toujours enorgueilli de me penser, par ce cliché que je déconstruis donc, assez meuf pour être plutôt araignée que tigre, bin on m'a renvoyé à la tronche ce que j'ai toujours eu l'incoercible envie de renvoyer à la tronche de la plupart des meufs, et du coup bin sans me dire que je vais acheter un couteau, il faut qmm que y'ait quelque chose qui avance si je veux pas subir cette violence chelou qui consiste à ne pas tuer l'autre, ne pas le remettre douloureusement en place, mais au contraire le laisser vivre avec toute la fourberie dont on m'a déjà incriminé des effets d'araignée ; ui... ma psychanalyse commencerait ici que je devrais m'arrêter tout autant, mais voilà l'auteur qui me parait assez sage, parce qu'il écrit sur les accords toltèques, parce qu'il a créé, attention, des cercles de pardon non lucratifs, et donc, pour ce bouquin que j'ai pas lu, qui doit pas valoir plus que ce que certains philosophes ont ptetr ou pas écrit sur des trucs de j'sais pas quoi, mais voilà, Olivier Clerc, je me dis y'a du truc de cool, surtout pour ce titre donc...

(hmm, pis oh, je sens que y'a plein de licornes qui vont vouloir faire l'apologie de la non-violence, regardez bien la vie de Gandhi, oui, on est en plein dans celle de l'araignée, c'est bien c'est que ça avance, mais on peut aller plus loin, j'vous jure, les négateurs lexicaux sont des *censured* je le profère ici, le 'non' est une histoire légitime de liberté cartésienne, c'est vrai on peut le lire partout quand on est pas aveugle, mais après il faut surtout dire oui au bien que non au mal, sans quoi on fait des trucs un peu *censured*)

ouala pour mon tit car net de bord

:3
"ça va ou quoi mon suisse ?"
- Brulux

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 721
  • 💡
    • mordelang
Mpuissance
« Réponse #423 le: 27 mars 2021 à 23:01:56 »
huhu je viens de me faire un rarissime fast food
j'ai ce sentiment de deg
malbouffe
trop
dégueu
plus faim


Mpuissance
#sex #deg #troubles de l'érection #queque ?

dzeuh, bon...
"ouais mais les garçons avec l'alcool au bout d'un moment ça marche p'us..."
(dixit une concernée à raison)

moi une fois je regardais un porno (ouais ça m'arrive, mais attends c'pas là l'aveu), et y'avait un mec qui était là au milieu d'autres gens tous nus, pis il était visiblement pas très à l'aise, pas très content, je sais pas trop comment dire... pis autour de lui, la réaction c'était... d'en rire ! ouais ouais, les filles avaient l'air si contentes qu'il n'aie pas de quoi imposer son pouvoir, qu'elles se foutaient de sa gueule, pis lui il était là un peu la chaise entre deux culs, il savait pas si fallait être souriant de son état visiblement accointant au bonheur socio-partagé, ou au contraire s'il devait faire quelque chose de son disfonctionnement organique que moi je jugerais un peu alarmant d'un point de vue santé physiologique... mais si c'est juste drôle ça va, c'comme une frigide, c'est juste inutile on peut faire comme si y'avait aucun problème ? lul...

nan, moi là où je m'outre (ata il arrive l'aveu, mais ata) mais je perds un peu mon propos, c'est que, bin tu tapes impuissance sur gogl, il te sort des histoires d'alcoolisme, de diabète, toussa, normal quoi ; pis il te propose du viagra, des compléments, des trucs de bio et de médecin quoi, pour dire, ouais c'est ton corps qui va pas ? bin tiens bouffe ça ça va déboucher les toyos... ouais ; une meuf frigide, tu crois elle chante plus sous la douche juste parce que le robinet et coupé ? hmm, nan, autant un mec impuissant c'est risible drôle cocasse pour ces gens d'humain, autant une frigide c'est... le truc le plus indifférencié du monde ; on va pas leur dire que c'est leur faute, ni la faute à pas de chance ; on va pas leur dire bah tant mieux au moins t'es sereine avec les mecs, non ça ce serait pousser le féminisme vachement loin, ni leur suggérer de s'exciter un peu le bouton, pareil ce serait valoriser le sexe féminin donc vaut mieux pas pour la société hein...

par contre, émasculer psychologiquement les impuissants, ça a l'air cool ; j'pense ça commence comme on a fait ici avec Marcel Dorcel qui témoignait de ses pulsions mortifères... moi j'ai un peu les mêmes, et en vrai j'suis pas impuissant mais (voilà l'aveu), mais un peu qmm... j'suis tellement deg de mon vécu sexué que j'ai plus une seule envie, plus un seul désir, qui ne soit sali par mon histoire, que je ne peux oublier, par mon éducation, que je renie comme je peux, par mon vécu, qui n'est que désolation ou presque

pis en vrai j'pense à toutes les frigides, elles doivent connaitre ce sentiment : quand en face on croit que t'es dans le délire, que tu flirtes agréablement, que t'es chauffée, que t'es là bien, quoi... alors qu'en fait c'est juste dégueu dans ta tête, pis t'oses pas trop casser ceux d'en face parce que le cul normalement ça se respecte ; sont là ils te prêtent leurs intentions t'sais... t'as mis un truc pour te sentir belle normal, c'est sûrement parce que t'es en chienne ! tu souris quand je te demande si tu mouilles, bin oui c'est que tu mouilles évidemment ! oh tu clignes de l'oeil c'pour moi hein pas de poussière au sahara ! lol ; alors oui ça va sur ce fil on a vu que j'étais un peu certains trucs, j'crois on a pas vu quand même, ou alors si mais dans ce cas là... bon, que ouais (c'est l'aveu), je me suis souvent heurté au phénomène qui est encore pire quand c'est une meuf, qu'elle croit qu'elle est bien tout bien à te faire réagir comme tous les mecs qu'elle veut faire réagir par le proto-pouvoir qu'elle a sur eux...

ça va, les impuissants sont pas une majorité alarmante, ni une minorité qu'on ausculte minutieusement à la loupe impudique pour les aider à se plaindre, donc j'pense ça sert à rien de lire tout ceci parce que c'est pas le reflet social d'un probllème de société concernant la sexuation... non après tout l'impuissance, c'est l'évolution : on maitrise le corps masculin pour pas que ce soit les précoces qui se reproduisent le mieux, c'est âchement cool non ? m'enfin à force d'émasculer ceux qui ne rendent alors qu'un sourire sincèrement partagéé lul, je me dis mais là j'vois qu'j'suis tout seul, bin j'pense ça fait des trucs chelou

d'un point de vue mêlant les causes hein, parce que gogl qui propose des solutions bio ou à la limite psy, j'vois qu'ils ont pas pigé tout le truc, mais ici c'est mon carnet de bord, c'pas le centre des observations de copulation humaine, donc je m'arrête là et ceux qui veulent se questionner sur comment on en arrive à rire d'une biroute non fonctionnelle tout comme on rabote des pistes d'aterrissage sèches, vous avez surement des réponses dans les bouquins les plus occultes qui se vendent en patriarqui humaine...

*pof*
"ça va ou quoi mon suisse ?"
- Brulux

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 721
  • 💡
    • mordelang
Re : h2o - 23.fév
« Réponse #424 le: 30 mars 2021 à 12:39:23 »
h2o
problème ou licorne
où sont les méchantes ?

#dépasser la dichotomie bien mal #assumer ses risques #jouer le jeu de la vie et de la mort #bof
*
"
*

h2o
...


Mao n'est ni considéré comme le plus méchant ni comme le plus machiste, je crois ; il est juste le plus grand criminel que Hitler lui vole toute la vedette alors qu'il n'est que troisième ; Napoléon est critiqué partout sauf dans les cercles moutons de la France ; Khan est surement le papa de notre supropulation et par contre lui ajd on le traiterait de don juan qui a pas compris le respect envers ce à quoi sert l'autre sexe ; César a fait bouger les choses et s'est fait poignarder pour ça ; Socrate a réfléchi un peu et a affronté les ires de la bien-pensance de l'époque, au prix de sa vie qu'on jugeait alors venimeuse... on continue ?

des méchants qui ont construit le monde, y'en a plein, y'a que ça en fait
mais des méchantes ?

ptetr Jeanne d'Arc pour l'époque, mais ajd elle est ensensée comme peut l'être Napoléon ou Socrate ; Arendt parce qu'elle est sortie avec Heidegger ? bon et puis sinon voilà quoi, c'est ma sorcière bien aimée, c'est les licornes d'arc-en-ciel, qui répare les erreurs, mais franchement...

que dit-on de ceux qui font des erreurs ? que seulement eux sont ceux qui se mouillent

de fait, pour moi l'h2o sera équilibré quand les hommes arrêteront un peu de se taper tout le sale boulot, mais pour ça faut assumer d'être gentil, et permettre aux autres de risquer... ce qu'en tant que mec on pourrait se dire que c'est bizarre

mec ? ouais, t'as peur et t'assumes pas quand ta go elle conduit comme une prune ; mais elle elle flippe quand tu conduis comme un taré, et ça elle assume, toi tu sais pas faire

chacun à sa place, tout ira bien...

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


...

*

h2o
"

*
"ça va ou quoi mon suisse ?"
- Brulux

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 721
  • 💡
    • mordelang
Re : h2o - carnet
« Réponse #425 le: 02 avril 2021 à 15:37:59 »
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.

[/center]
______________________________________________________________

accès & facettes

- maintenant et là -
- ailleurs d'ici -
- à propos -
- au préalable -
- structure -
- contenu annexe -
« - sujet original -
- réponse au sujet - »[/center]
______________________________________________________________
vers le haut
[/quote]
[/center]
"h20",
MAINTENANT ET LÀ
Citation de: o
vers le bas
______________________________________________________________
! DONe !
______________________________________________________________
dernière intervention #224 - "romantique"
14 août 2020
dernier mouvement - "Lordose & Ratatine"
26 août 2020
_.._
parmi les derniers mouvements
mes petites réticences à voir ce qui se fait dans l'humanité sexuée
et ses petites réticences à voir ce que je lui raconte sur cet élément de sa construction...
"pourquoi les questions qui fâchent ?"
et la MàJ de l'index des interventions référencées
ah et pis ma petite littérature H2O perso
______________________________________________________________
vers le haut

,
AILLEURS D'ICI
Citation de: o
vers le bas
______________________________________________________________

Quelques autres sujets gravitent autour des concepts que je développe ici,
ils permettent de mieux saisir en quoi je propose l'apocalypse...

lol, non, ce n'est pas la bonne formule, mais voilà, tout est lié !

...
une ou des solutions
un ou des problèmes

...
La déliaison amoureuse (Serge Chaumier)
Nudités & Pudeurs - à expliciter ou pas
T'es con ou juste méchant ?
Comment nous manipulent les autorités et comment les manipuler en retour
C'est du sale !
PNL
le Planétholitique
Bac 2en1
Météories
Modèles, idoles & fantasmes

______________________________________________________________

ma petite littérature H2O personnelle, explications
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.

______________________________________________________________
vers le haut

,
A PROPOS
Citation de: o
vers le bas
______________________________________________________________
Nous sommes ici entre pas-encore-désespérés-totalement par ce fait inéluctable :
Si patriarcat est à dénoncer aujourd'hui comme hier
Alors effectivement aucune révolution sexuale n'a encore assis son équilibre

_.._
______________________________________________________________
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.

______________________________________________________________
vers le haut

,
AU PREALABLE
Citation de: o
vers le bas
______________________________________________________________
précision de l'axiologie du titre :

[...]

Citation de: se coucher moins bête
Le mot orchidée a une étymologie étonnante : il vient du grec orchis qui veut dire testicules. En effet, les tubercules de certaines orchidées ressemblent à cette partie du corps. D'autres mots ont la même étymologie : par exemple, les individus cryptorchides ont leurs testicules situés dans leur a

On pourrait mieux lire certains qui pro quos dont je me fais l'avocat...
_.._
______________________________________________________________
des mots par d'autres :
Citation de: Citations de crise H2O

Citer
« Il y a plus inconnu que le Soldat inconnu : sa femme ! »
Banderole déroulée par le MLF sur la dalle du Soldat inconnu, place de l’Étoile, 26 août 1970

Citer
« Les citations féministes sont trop rarement l'oeuvre d'hommes, alors qu'à l'inverse trop de citations machistes sont répétées par les femmes. »
rémyRevel - comme ça sur un bloc note - 2020

Citer
« Je n'ai pas honte de m'habiller comme une femme. Parce que je pense que ce n'est pas une honte d'être une femme »
Iggy Pop, qui l'assume - ?

Citer
« L’égalité n’est pas une option, mêlons-nous de ce qui se passe au-delà des frontières ! »
Anne Hidalgo - ?

Citer
« Je crois en l'égalité entre les hommes et les femmes et je crois que  nous avons encore énormément de travail pour en arriver là. »
Justin Trudeau - ?

Citer
« Le féminisme est l'affaire de tous, y compris des hommes. »
Chimamanda Ngozi Adichie - ?

ET EN PROPOS QUI SE VEUT MA FINALITÉ
MAIS QU'HÉLAS JE NE RETROUVE PAS
LA FORMULE RÉFÉRENCÉE
DONT JE RETRANCRIS ICI
EN TANT QU'IDÉE
UNE PARAPHRASE
APPROXIMATIVE


Citer
« A à la fin du féminisme : l'égalité. Allons »
______________________________________________________________
vers le haut

,
STRUCTURE
Citation de: o
vers le bas
______________________________________________________________
le débat ?

en gros, dire qu'une femme à moustache est autant une femme qu'une femme sans moustache, sauf si c'est un homme, auquel cas la moustache est autre chose qu'un caractère du fait qu'il est un homme, alors que pourtant...

en gros ^^

_.._
______________________________________________________________

,
sommaire :
(selon interprétation approximative)


ère 1 : DIALOGUE
intervention #0 : lancement d'un débat
intervention #39 : calibrage du sujet et de ses représentants
intervention #52 : recentrage du sujet par explication du titre
intervention #60 : questionnaire
intervention #95 : moment de la nécessité du dico-perso v1
intervention #150 : relance agressive du sujet
intervention #154 : "métiers à coucher"
intervention #155 : inégalités sexuales
intervention #164 : incontournable individu sexual
intervention #166 : solipsismes - vague 1
intervention #167 : nerf sensible
intervention #193 : par delà le méta

(les interrogations du fil)

ère 2 : SOLIPSISMES
liste des edits

ère 3 : UN "SI SE TAIRE"
idées à liste
1Y
faut pédaler

ère 4 : ANTÉ-CÉDANT
le nœud
conclusion (début)

?
______________________________________________________________
,
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.
______________________________________________________________
vers le haut

,
CONTENU ANNEXE
Citation de: o
vers le bas
______________________________________________________________
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.
______________________________________________________________
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.
______________________________________________________________
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.
______________________________________________________________
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.
______________________________________________________________
vers le haut
"h20"
"h20"
"h20"
,

11 août 2019
SUJET ORIGINAL
«
_.._
Alors, pour simplifier un peu le flou de ma pensée :

- hypertrophie : caractère accentué à l'excès des proportions d'un organe
- orchidée : fleur du mal

Non, en vrai la conversation se veut purement sexo-sociétale. On entend partout : "au viol", "harcellement", "phallocratie", "patriarcat", "victimes", "sexisme"... Moi dans tout ça je ne veux pas regarder les causes psychobiologiques, bien qu'elles soient incidentes, mais je vois quand même un problème incontournablement malassumé par le discours que je perçois de mon environnement :
LES HOMMES

Bin quoi. Que ce soit d'une habitude de langage, d'un cliché véhiculé, d'une réalité approximative ou d'un état de fait ontologique, c'est quand même majoritairement la testostérone qui fait le mâle. Pardon : c'est majoritairement les hommes qui font le mal.

Bien sûr qu'il y a des contre-exemples, bien sûr que cela ne réduit pas l'homme à foncièrement plus mauvais que la femme, bien sûr que tous ne sont pas méchants comme l'imagerie populaire les distinguerait parfois.

Mais hélas, c'est indéniable : mon indélicatesse masculine a toujours rencontré la douceur des femmes comme un élément de comparaison à dénigrer puisque j'y étais souvent trop perdant.

Je ne dis pas là renier ma part brute d'homme en subvenir, attention, et bien au contraire, car c'est de là que naissent mes auscultations :

Pour les non-créationnistes, nous, humains, sommes passés d'un état où les besoins biologiques sexuels ne sont plus uniquement reproducteurs. Depuis des centaines d'années déjà, voire beaucoup plus, le caractère organisé de la société a distingué le patrimoine génétique par conscientisation du phénomène génital. Le rapport somatique apporte quant à lui, une notion du plaisir corporel.

Ceci contribue donc à la liaison palpable en chaque individu, entre les incidences de ce qui était à l'origine notre organe reproducteur. Le sexe serait donc facteur de détermination sociale, relative au plaisir entre distingués, et c'est là que réside le problème :

LA SOCIETE FABRIQUE DES HOMMES ET DES FEMMES QUI, A TERME, NE SE CORRESPONDENT PAS

Les mariages chutent, les divorcent augmentent. Même l'activité sexuelle en France, parait-il, n'est pas au top de sa forme pimentée.

C'est, je pense, et comme d'autres, que les représentations sociales influent à mal sur l'augmentation non-équitable des besoins sexuels.

Je m'explique : dans l'histoire de l'humain biologique, l'état dont je parle quant à notre utilisation du sexe se voit modifié à la hausse. C'est facilement vérifiable grâce à l'arbre étymologique de la vie : l'humain pratique de plus en plus le sexe, et dans cette distinction on hurle à l'excès de ceux qui ont l'habitude d'en être déjà à l'excès...

Oh. Les hommes sont un problème ?
Mais où ? Et comment solutionner ?

Je vois à peu près peut-être dans mon titre, mais je solliciterais bien des avis, ne serait-ce que sur les présupposés inévitables de mon approche, qui pourraient être remis en question par beaucoup, je le conçois...

Si vous le voulez assez

DQ
,

28 août 2020
RÉPONSE au SUJET 
»
bon la réponse au sujet ne se fera pas longue j'espère, je vais juste reprendre les points que je voulais éclairer, pis bin ça fera le taf ou pas, jmef...

L'Hypertrophie des Orchidées, en fait, c'est l'idée que y'a un écart qui se creuse entre ce qu'on appelle les hommes et les femmes humains, et que je sens qu'on est pas loin que ça craque son slip bientôt... pourquoi ? parce que y'en a un qui en a une plus grosse que l'autre, ou que l'autre en a plein le cul, et que ça fait que y'a un truc qui dégénère pas mal dans le comportement du touti...

Alors oui, certains se croient avancés, progressés, remieuxés... ça j'en sais rien, ça dépendra de chacun, parce que voilà : on y peut rien à la biologie, et si ça se trouve qu'on y pourrait quelque chose, c'est sûrement ça en fait le problème... qu'on y fait pas grand chose, oui, puisqu'on se ratatine la colonne, le bassin feignantise des trucs, et au final on perd pas mal de sens commun à ce qui habituellement faisait notre corps, géré par lui-même dans ce qu'il avait de métaphysique cérébrosexuellement, et qu'on est visiblement en train de perdre, au profit de... de ?

Bin de ce que je vois comme une potentielle apocalypse inévitable, si on met pas de côté ce qui est difficile à altérer quoi qu'en dise les psychophobes enfermés dans la croyance non-actée en l'autonomie non-consciente de leur corps : la ratatine hominidée à diffraction néoténique différée, qui va tirer un élastique psychosocial jusqu'à ce que claque...

Bon... J'aurais voulu ptetr avoir un propos genre pas schizoïde, pour la circonstance... mais je suis ainsi ; tant pis...

DQ


Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.



→ SUJET ORIGINAL : ←

Alors, pour simplifier un peu le flou de ma pensée :

- hypertrophie : caractère accentué à l'excès des proportions d'un organe
- orchidée : fleur du mal

Non, en vrai la conversation se veut purement sexo-sociétale. On entend partout : "au viol", "harcellement", "phallocratie", "patriarcat", "victimes", "sexisme"... Moi dans tout ça je ne veux pas regarder les causes psychobiologiques, bien qu'elles soient incidentes, mais je vois quand même un problème incontournablement malassumé par le discours que je perçois de mon environnement :
LES HOMMES

Bin quoi. Que ce soit d'une habitude de langage, d'un cliché véhiculé, d'une réalité approximative ou d'un état de fait ontologique, c'est quand même majoritairement la testostérone qui fait le mâle. Pardon : c'est majoritairement les hommes qui font le mal.

Bien sûr qu'il y a des contre-exemples, bien sûr que cela ne réduit pas l'homme à foncièrement plus mauvais que la femme, bien sûr que tous ne sont pas méchants comme l'imagerie populaire les distinguerait parfois.

Mais hélas, c'est indéniable : mon indélicatesse masculine a toujours rencontré la douceur des femmes comme un élément de comparaison à dénigrer puisque j'y étais souvent trop perdant.

Je ne dis pas là renier ma part brute d'homme en subvenir, attention, et bien au contraire, car c'est de là que naissent mes auscultations :

Pour les non-créationnistes, nous, humains, sommes passés d'un état où les besoins biologiques sexuels ne sont plus uniquement reproducteurs. Depuis des centaines d'années déjà, voire beaucoup plus, le caractère organisé de la société a distingué le patrimoine génétique par conscientisation du phénomène génital. Le rapport somatique apporte quant à lui, une notion du plaisir corporel.

Ceci contribue donc à la liaison palpable en chaque individu, entre les incidences de ce qui était à l'origine notre organe reproducteur. Le sexe serait donc facteur de détermination sociale, relative au plaisir entre distingués, et c'est là que réside le problème :

LA SOCIETE FABRIQUE DES HOMMES ET DES FEMMES QUI, A TERME, NE SE CORRESPONDENT PAS

Les mariages chutent, les divorcent augmentent. Même l'activité sexuelle en France, parait-il, n'est pas au top de sa forme pimentée.

C'est, je pense, et comme d'autres, que les représentations sociales influent à mal sur l'augmentation non-équitable des besoins sexuels.

Je m'explique : dans l'histoire de l'humain biologique, l'état dont je parle quant à notre utilisation du sexe se voit modifié à la hausse. C'est facilement vérifiable grâce à l'arbre étymologique de la vie : l'humain pratique de plus en plus le sexe, et dans cette distinction on hurle à l'excès de ceux qui ont l'habitude d'en être déjà à l'excès...

Oh. Les hommes sont un problème ?
Mais où ? Et comment solutionner ?

Je vois à peu près peut-être dans mon titre, mais je solliciterais bien des avis, ne serait-ce que sur les présupposés inévitables de mon approche, qui pourraient être remis en question par beaucoup, je le conçois...

Si vous le voulez assez




DQ


"ça va ou quoi mon suisse ?"
- Brulux

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 721
  • 💡
    • mordelang
Re : h2o - carnet
« Réponse #426 le: 08 avril 2021 à 02:17:29 »
/!\ attention : cette pseudo-étude sur l'intentionnalité verbale au sein même du sujet, n'est que relative et ne présente aucune rigidité scientifique ; néanmoins elle sert comme cadre d'une expérimentation de pensée, in vivo... en aucun cas il s'agit de diffuser de la haine, des reproches ou quelconque notion blessante : non, au contraire, c'est personnellement pour tenter de démêler notre milieu partagé, par immersion, que m'est venue l'envie de partager cette idée

donc, c'est que des théories qui se véhiculent en fumeuserrie ici mais
la violence sexuée en tant que domination des individus entre eux
le glitch selon moi, c'est quand les stéréotypes menacent
genre entre violence physique et psychique
les acteurs de ces représentations
et qui comment quoi vraiment
en général ? en statistiques ? en minorités et majorités ?


activisme témoigné
#verbal #psy #araignée #violence

bon alors moi j'suis là je me réveille d'une insomnie et je viens relire le sujet et y'a un truc qui me saute à l'associeur de pensée... un truc tout con... une question bête, pour prouver quoi ? je sais pas... pour défendre quoi ? je sais pas... pour solutionner quoi ?  je sais pas...

mais je m'en vais faire ma science intuitivo-risible de carnet de bord, et l'aspect phénoménologique de mon expérimentation toute personnelle basée sur échange libre en milieu non imposé sera le cadre de mes incertitudes relatives au sujet... de la violence, ici même oui, entre l'araignée et le tigre ; qui, ici, se prétend le plus humainement machiste par virulence de ses propos ? je veux pas faire de compèt', d'autant que je vais pas faire ma synthèse personnelle, je vais juste y aller mollo et juste : une petite note d'intentions perçues...

par ordre d'arrivée, une fréquence peu scientifique quantifiant approximativement les interventions de chacun et mon jugement relatif et personnel de mon avis, sur le caractère insultant de leurs manifestations ici, mais tout ceci sans incriminer de la subjectivité de chacun qui devrait en droit faire en sorte qu'on ne dérape pas, mais qui est imparablement déviée dans nos propos non philosophiques, mais que chacun agit plus ou moins donc à sa mesure lorsqu'il répond directement à quelqu'un et non à son propos, mais je rajoute pas le critère d'étude porté sur la subjectivité de chacun et comment il s'adresse vraiment aux autres, ce serait nul...

(je tiens à dire que les résultats que j'interprète ne me servent que d'un point de vue intellectuel sur la question, je ne veux incriminer aucune victime)

- Dot Quote : *plusieurs interventions : très insultantes*
- Erwan : *plusieurs interventions ; insultantes*
- Ombelline : *une intervention ; non insultante*
- derrierelemiroir : *plusieurs interventions ; non insultantes*
- Loup-Taciturne : *plusieurs interventions ; majoritairement non insultantes*
- Alan Tréard : *peu d'interventions : non insultantes*
- Feather : *nombreuses interventions ; non insultantes*
- extasy : *quelques interventions ; non insultantes*
- Milora : *certaines interventions ; majoritairement non insultantes*
- Lo : *rare intervention ; non insultante*
- Keanu : *quelques interventions rigides ;  majoritairement non insultantes*
- Meilhac : *quelques interventions ironiques ; non insultante*
- Marcel Dorcel : *quelques interventions ; non insultantes*
- Ben.G : *plusieurs interventions ; explicitement insultantes*
- Miromensil : *rare intervention amère ; peu insultante*
- Loïc : *peu d'interventions ; insultantes*
- Cendres : *peu d'interventions ; non insultantes*
- LeChatMagique : *peu d'interventions ; non insultantes*
- Aube : *peu d'interventions ; majoritairement non insultantes*
- Erwan C Mystérion : *peu d'interventions ; majoritairement non insultantes*
- Ariane : *peu d'intervention ; non insultantes*
- BartK : *peu d'intervention ; insultantes à l'ironie*
- Chapart : *modération*

heu alors voilà, nan parce que je vais essayer de traduire ce qui effectivement pourrait passer pour de l'insulte, mais ne compliquons pas trop :

cela fait des siècle que nous incriminons de plus en plus un système, le notre, et du coup je me dis que tout ce qu'on incrimine aux autres gens de ce système, le gros problème, c'est que ça marche ausssi pour nous incriminer nous, et que c'est ça qui est chiant dans l'aveugle du truc ; si je vous 'insulte' de machistes viriarcaux faux féministes ici, c'est pas par dénigrement ou par bêtise ou haine, non, croyez-moi, c'est que je veux aller chercher ce qui fait que nous sommes tous dans ce bain ! la suite éclairera peut-être ?

franchement : c'est que mon ressenti, mais à partir du moment où une société est de principe, organisée en fonctions individualisées, on va pas aller lire durkheim now, bin les formes d'autorités se dessinent, et je pense déjà que les hommes et les femmes prennent souvent les chemins qui leurs sont dévolus même s'il y a liberté relative, et qu'en plus ils sont toxiques... en vrai ça me fait chier de constater que je me suis senti le plus blessé auprès de l'homme administrateur qui est intervenu ici, franchement Ben.G t'y es pas allé facile avec moi, t'as usé et abusé même de qualificatifs insultants, des mots volontairement disqualifiants, et je me demande jusqu'où c'est toi qui t'es senti le mieux à le faire... ceci dit, ce qui contrebalance et crée la vrai intrigue, c'est que je constate d'un autre côté que t'es l'un des seuls à avoir fait des concessions avouées non pas sur le propos intellectuel dépersonnifié mais justement sur les comportements qui nous animaient ; en ce je ne démêle pas trop, mais voilà, moi ça me saute aux yeux, c'est que ma version de littérature comparée de nos échanges par interprétation empathique, mais pour moi y'a quand même alors ouais, encore une ambiguité, parce que autant Ariane est extrêmement démagogue, et je ne spéculerais pas sur son genre par cette affirmation qui ne conclue rien, autant j'ai remarqué que les propos les plus virulents, et c'est là ma question qmm que je vais essayer de développer :

ce n'est pas une règle individuelle, mais je crois la plupart des propos qui s'énervaient en violence verbale ici, s'effectuaient ainsi car ils avaient de la revendication : Ben.G, tu m'as expliqué des trucs tu m'as linké, tu as référencé ; Loup-Taciturne, qui ne s'est vraiment énervé qu'à sa fin, était lui aussi très documenté ; pareil avec Keanu qui apporte ses docs et puis on lui reproche d'être rigide ; Loïc est insultant en soutenant les propos par quelques reformulations et références... c'est le schéma majoritaire, à contrairio des propos non insultants qui par contre se nuancent de manière, je trouve, trop diluée et sans apport concret : Ombeline, extasy, Ariane, sont très pacificateurs mais avouent ne pas vouloir s'avancer plus dans le débat ; on a entre les deux mouvances, ce que je vois de Feather qui est dans l'affirmation pacifique, et Marcel Dorcel qui est dans la revendication désintéressée, preuve que tout ceci n'est pas binaire simplement et peut se complexifier par paradoxes...

et moi ?
initiateur du sujet, je crois que je suis le plus incriminé pour propos insultant, alors que c'est moi qui vient soulever ce problème de la violence masculine instituée et aveugle, par domination de volonté et donc, d'omniprésence masculine à l'initiative directrice...

ça pue hein ?
:/

(ce doing gender leviathan faut qu'on le réveille pour le dompter, mwa j'suis sûr, sinon on est foutus ; ça relève plus de l'individu, c'tout)



et en petit justificatif du questionnement :

bin heu ouais, la violence en tant que problème de domination, ici lexicale, m'apparait justifié à témoigner ; pourquoi ? et pourquoi par la notion d'insulte ? car je le répète c'est méta, on a pas l'intentionnalité méta, c'est incertain la réelle intention d'autrui, surtout sur un tel sujet ; d'ailleurs je suppose plein de gens qui lisent ceci ont déjà pleins d'idées sur comment ils me répondraient sur ce en quoi je ne peux rien faire de sérieux de mon ressenti ici avec ce propos, puisque oui j'interprète, oui je spécule, oui je ne peux affirmer qui pense quoi vraiment sur tout partout et ce qu'il veut ici ou à travers ses formules... oui ! et si c'était ça le problème ?!



tout ceci en cadre incertain et motivé à la larve...
"ça va ou quoi mon suisse ?"
- Brulux

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 721
  • 💡
    • mordelang
Re : h2o - carnet
« Réponse #427 le: 15 avril 2021 à 05:40:34 »
j"te singe
#nan mais lol #poésie #métaphore #illustration
ah mais comme c'est mon carnet de bord
je peux direct illustrer par métaphore de scénarisation ou poétisation
intéressant...
y'avait notamment ce truc :
https://monde-ecriture.com/forum/index.php?topic=36596.0

"tant que tu viens me chercher c'est moi qui ait le pouvoir, si tu viens pas je murmure mes pleurs, tu t'attendris, tu t'en veux, c'est ainsi, et tu traînes, tu te tends, tu viens me faire chier pis moi j't'attends, je te juge, je te compare, je te oui non pas toi, toi ou toi, c'est là où j'ai tout ce qui se part depuis toi, quand tu repars, la queue du supermarché, c'est pour moi, c'est moi, et toi quand tu t'en vas, c'est pour aller faire ton bail, pendant que j'continue l'tri, alors quoi ? tu veux que j't'écrase encore plus ? bim, t'as plus le droit qu'on soit toi et moi, t'es rien, j'suis moi, et puis après on a plus le droit, du tout, de se dire ce qu'on f'ra plus, ce qui est dévolu, aux animals, qui sont trop tendus, des gonades oui, bon, moi j'les use pour surpeupler ma consolation de voir des comme seule moi n'en fais pas que je sais que j'en ferai pas un comme ça... tu te plains de quoi ?"
"ça va ou quoi mon suisse ?"
- Brulux

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 721
  • 💡
    • mordelang
annexe : languettes de chaussure
« Réponse #428 le: 16 avril 2021 à 02:33:18 »
bon alors en tant que mon propos est ici en général à forte teneur psychanalytique, les éléments scientifiques que j'apporte n'ont pas valeur morale, ni en tant que preuve irréfutable d'un état de fait indubitable à juger, ni en tant que prescription absolue et impérative à agir, non, je ne fais que soulever ma curiosité sur des propos assumés ouvertement et largement divergents, mais pris, en tout cas par mes soins internes et à ceux qui sauraient les lire ou plutôt les comprendre, à la simple valeur de témoignage plus ou moins représentatif d'une singularité ou au contraire d'une pluralité commune... bref, je sais que alors, mon principal ennemi est le phénomène d'évitement, le fait que les discours sur lesquels je me base, scientifiques ou littéraires ou engagés ou cathartiques ou autres, peuvent relever en plus de divergences des directions conceptuelles, peuvent relever donc, d'une contre-productivité au compte rendu réaliste humain ; combien de féministes et de masculinistes affirment que l'autre camp n'a que simplement tort sans tenter l'empathie, c'est-à-dire la compréhension de l'état de légitimité interne d'autrui ? mais bref, tout ce pavé juste pour dire que je ne m'étonne plus d'être contre les négateurs binaires de l'info (ceux qui affirment la non-binarité là où conceptuellement elle est utile même si effectivement soritique car métaphysique, bref par exemple, masculin/féminin, nature/culture, société/individu, humain/artificiel, humain/animal, physique/psychique, etc...) : t'as les scientifiques qui vont me dire que j'ai aucune référence, aucune théorie, aucune solution, aucune méthode, pis t'as les ésotériques qui vont me dire que la solution est plus complexe, qu'elle ne s'explique pas, qu'il faut absolument qu'elle arrive depuis la bonne foi de chacun... pis des fois les deux, c'est les mêmes et ils font ça s'en se rendre compte que y'a moyen de dépasser un peu tout ça !

du coup ptetr juste il faut que je reprenne sous l'angle de vue dichotomique, les tenants et aboutissants des antagonismes en jeu ? boah ils sauront se renseigner

parce que quand même, ce qui est relou avec les négateurs binaires de l'info, je vais les appeler les girouettes ou non, plutôt les languettes de chaussures : parce que c'est comme des lacets, avec eux tu peux pas sortir d'autre chose que le contre d'un côté de la binarité, opposé à l'autre souvent sans réelle conscience, et lacé comme ça à l'infini autour des causes ontologiques ; et y'en a, des gens comme ça, beaucoup ; une conversation avec eux ressemble à cette fuite des problématiques caractéristique de ce types de personnes : tu leur pointes du doigt un problème social, ils viennent te dire simplement non, et vont lacer l'autre bord, tu as tort c'est du côté de l'individu le problème ! tu leur pointes du doigt un problème de sexe, non non c'est pas ça c'est l'inverse en plus compliqué et différent, c'est un problème de genre ! tu leur pointes un problème de nature, non non c'est pas ça c'est la culture ! tu pointes un problème ontologique ? non c'est un problème déontologique... 'fin bref, l'évitement inconscient qui fait qu'on avance pas, alors que comprendre ce qui est soritique car métaphysique, c'est affirmer là où les distinctions opèrent, quelque chose de oui distinctif, et non toujours repousser le problème...

bon du coup comme partout où je vais j'ai l'impression de trouver ces languettes de chaussure, je me dis donc, c'est que y'a qu'une élite qui dépasse cette position de la pensée aveugle aux dichomtomies par rapport à une masse soumise à l'ignorance, et qu'elle est très peu démocratisée et que c'est pour ça qu'on brasse de la semoule en clafouti !

bin ouais, et donc je me renseigne un peu ici : https://www.cairn.info/revue-clio-femmes-genre-histoire-2010-2-page-53.htm, pis je lis ce qui est plus travaillé que mon solipsisme amateur :

Citer
L’article traduit pour Clio HFS est le premier chapitre de Writing Women’s History : International Perspectives (1991), premier ouvrage édité par La Fédération internationale pour la recherche en histoire des femmes née en 1987. Il dissèque six dichotomies qui ont permis ou permettent encore de penser les relations entre hommes et femmes et l’écriture de leur passé. Si les trois premières (nature/culture, travail/famille, public/privé), profondément inscrites dans la culture occidentale moderne et source de hiérarchies et d’exclusions, ont été à la fois utilisées et contestées par les historiennes des années 1970 et 1980, trois nouvelles ont surgi des débats intellectuels et politiques (sexe/genre, égalité/différence, intégration/autonomie). Ces nouvelles dichotomies doivent être aussi déconstruites et dépassées, pour aller de l’avant sur le plan politique et historiographique.

donc voilà, je me sers du carnet h2o pour promouvoir autre chose : la constructions des chaussures ! ouauisouais, marre des lacets, c'est bien de déconstruire en fuyant, mais au bout d'un moment si on veut marcher, faut pas que passer des boucles, des trous, des croix, faut aussi prendre les deux bouts et faire un noeud certes libre et unique, mais qmm méthodique et un peu délibérément construit

et mon idée appliquée personnellement mais qui n'implique personne ?
tenter de toujours équilibrer le discours réaliste ou réalisable, dans une même capsule axiologique !

j'essaye d'expliquer ? dépasser les binarités, c'est les affirmer par nuance ; faut bien deux bouts de lacets pour nouer une chaussure, et même si y'a qu'un fil, qu'une chaussure sur deux, plusieurs strates de trous, que la chaussure ne se limite ni au lacet ni à la languette, bin voilà, au bout d'un moment justement, faut arrêter d'être aveugle et faire une double boucle, et perso, je préfère penser donc, à chaque fois, le problème d'un point de vue moniste qui m'apporte l'équilibre : tout ce que je pense est l'articulation des antagonismes d'un problème, car je crois qu'une fixation bien improductive est de lorgner uniquement la facilité d'une cause unique, d'un problème unitaire, bref, d'un trou de lacet pris tout seul pour enfiler une chaussure

en gros ?
ma décision perso : il faut affirmer tout et son contraire dans la même incarnation d'intentions... pour ne pas déséquilibrer ; pour ne pas tenter l'autre versant du concept ; pour ne pas amplifier les injustices... cela se fait par la nuance, le 'mais', le 'pourtant', le 'par ailleurs', le 'd'un autre point de vue', etc... oui les lacets, les languettes de chaussure sont pour moi ceux qui n'ont qu'un unique avis coincé dans son illusion de ne pas faire partie d'un tout ; tant qu'on ne nuance pas une position, on ne peut pas avancer, et avancer c'est se remettre en question, et donc, ausculter un autre point de vue que sa propre intuition d'opinion

c'est pourquoi j'affirmais assez tôt dans le sujet, être autant masculiniste que féministe, car c'est ainsi que l'égalité nait à mon sens, et tant que les féministes et les masculinistes sont l'un contre l'autre, bin c'est que y'a pas de paix et donc, cette égalité qu'on vise, il faut la dire et l'anticiper avant de la voir, et les lacets ne se rendent pas compte qu'ils entretiennent les injustices, croyant pourtant être productifs dans leurs discours certes émotivement légitimes, mais souvent axés sur les mêmes déterminismes qu'on incrimine tout en les perpétuant, par simple incrimination et perpétuation...

en gros j'ai l'impression les languettes de chaussures sont restés dans la plainte et la vengeance auprès de l'altérité, alors que pour rendre tout ceci plus supportable pour tout le monde, il faudrait aussi pardonner et reconstruire, et donc comprendre et accepter

par-delà
« Modifié: 16 avril 2021 à 02:38:08 par Dot Quote »
"ça va ou quoi mon suisse ?"
- Brulux

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 721
  • 💡
    • mordelang
annexe 2 : languettes de serpent
« Réponse #429 le: 16 avril 2021 à 08:59:56 »
juste au dessus, je faisais une annexe

pourquoi faire ? bin parce que je pense que y'a plein de trucs qu'on pourrait les envisager sans problème si on dépassait un peu les dichotomies de l'entendement ; bref, mais je sais que j'ai du pain sur la planche sur ce niveau philosophique

ici deuxième annexe qui résoudrait bien autre chose que le h2o, pourquoi faire ? pour parler de ce que j'ai envie d'incriminer directement depuis que je suis assez pathologique pour ne pas savoir mentir : l'hypocrisie sociale et ses déformation, les langues inévitable du serpent qui se mord la queue

ce sera plus court parce que j'ai pas envie de déplier cent mille effets qu'on aime à entretenir quand on est du genre à soutenir le mensonge avec des phrases du genre "des fois on est obligés", ou "là c'était pour me protéger", etc... non, à mon avis le mensonge collectif, c'est ce truc on voit pas que ça nous fait tourner en ronds si larges qu'on ne voit pas qu'on tourne en rond... chacun son dèl, mais qmm :

je retrouve pas l'affiche de pub que je cherche d'un vieux moment, mais à ce moment je m'étais dit que ouais, y'a qmm des engagés ils feraient mieux de réfléchir un peu ; le sloggan qui se croyait surement féministe, c'était "1/3 des sdf sont des femmes" avec une tite formule suggestive pour faire bouger les choses, genre 'réagissez' ou 'vous trouvez ça correct ?'... heu... zétaient sérieux les afficheurs, j'suis même pas sûr ils sachent dire des mots exacts sur ce qu'on appelle égalité, pis pour comprendre les maths, z'en avaient apparemment juste assez pour savoir compter sur leurs doigts ou jsp...

moi je vois que ces aspects du monde, perso, y'en a pas un plus logique que l'autre et ils ressemblent tous à cet exemple, si je peux vous confier ce à quoi j'essaye de raccrocher mon amour universel

franchement... c'est fait exprès ces trucs ou juste pour énerver les cérébrés ? parce que moi des gens qui se fourrent le doigt dans l'oeil ainsi jusqu'à l'omoplate, je vois même pas comment les sauver, quoi...

(à ce cher humain)
"ça va ou quoi mon suisse ?"
- Brulux

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 721
  • 💡
    • mordelang
capsules anecdotiques
« Réponse #430 le: 17 avril 2021 à 04:40:31 »
yéyé je tente un nouveau format de conte rendu...
un truc plus personnel, soit pour montrer que les stéréotypes bougent
soit pour régler mes propres problèmes ptetr...?
mais plus courts et ainsi donc à la suite
la mode des edits reprend j'pense


capsule anecdotique - n° 01
maman piaget
- il rentre quand papa ?
bon moi j'suis sidéré par un non-sens que j'arrive pas à traduire, c'est comment on peut ne pas reconnaitre la domination féminine là où elle est ; et comme vous avez l'air pas d'accord, je doute, je me remets en question, je vérifie auprès de là où je le sens, pis bin... c'pas si évident à démordre en fait, sur le point suivant : la construction psychique d'un individu dans une société de travail rémunérateur masculin, mais surtout, à foyers à femme dévouée à l'effet de sexuation, je comprends pas qu'on ne considère pas la base psychique des enfants comme relevant d'un penchant directement féminin ; parce que quand la première décennie de sa vie, maman est là et papa fait du chocolat, j'pense c'est le moment où elle est un peu pas mal de trucs qui vont servir la manière de penser la vie du jeune individu... donc voilà, vous étiez pas d'accord quand j'ai soumis l'idée, donc ptetr que pour vous l'espoir est vain ? que passer dix décennies à forger un humain qui a pour lien fondamental à son être nouvellement créé, par cette femme mère que vous êtes, c'est comme pisser dans un violon ? je sais pas, y'a ptetr que des mères déçues de leur expérience quand elles ont un fils ou une fille viriarcale ? 'fin en tout cas on peut pas être fière de son enfant et ne pas venir revendiquer cette part incontournable de l'éducation, qu'est la responsabilité de leur image de mère, de femme, d'individu humain ; le glitch, selon moi ? les mères n'ont pas le pouvoir de faire valoir la femme en eux auprès d'enfant qui de toutes façons ne sont opérationnels sexuellement qu'après cette période institutionnellement fusionnelle, et donc elles n'ont pas le pouvoir sur leur pouvoir qui n'est que d'effet : moi bébé qui ne voit que ma mère au foyer sans mon père au boulot, c'pas forcément sa volonté à elle et pourtant je n'ai présentielement qu'elle pour me penser humain, et pendant dix ans approximatifs, c'est le schéma de la plupart de mes journées où je suis donc, homme ou femme, à la tyrannie présentielle de la mère par absence de l'acteur des revenus vitaux... bon, pis après seulement j'ai mes gonades qui deviennent opé, mais c't'un autre détail que l'environnement sexué de l'entourage d'une mère, par exemple, oui un autre sujet... ; en tout cas, j'crois on y croit pas parce que ça fait direct psychanalyse et que notre phénomène d'évitement à tous nous donnerait envie que ce soit pas vrai ; mais voilà, perso j'pense le viriarcat est une hypertrophie découlant d'un autre déséquilibre qu'est celui-ci, la "gyn-éducation"...? mais y'en a encore qui vont me soutenir que le lien maternel se perd, au contraire ? bin ouais ça s'équilibre ptetr alors, comme la domination masculine, j'espère...


capsule anecdotique - n° 02
pouvoir sauver
- je ferai tout pour toi
cette injonction romantique pseudo-partagée, on voit que ça traine pas le même léviathan des deux côtés ;; ok le chevalier servant avait du boulot pour faire la cour, chasser le dragon, grimper la tour du chateau de bowser, bon, pis à côté t'avais l'institution qui collait bien avec certains penchants de princesse, faire des gosses bien pénard dans une maison, pis faire les trucs qu'aujourd'hui ça les soule un peu d'y faire toutes seules, les princesses, pendant que le chevalier lui il a plus trop de dragon à combattre (si ce n'est les scores extrêmes de QI, ces hommes représentatifs du risque intellectuel si l'on puit dire, constaté d'après système vitrarque : les plus bas ont plus que la lourdeur pour dominer, les plus hauts le seul trucs qui fait qu'on les reconnait : l'argent qu'ils ont réussi à tirer de leurs capacités ; alors oui, bien sûr, les cons ne sont pas forcément moins gentils et les intelligents pas forcément plus riches, c'était pour jouer la carte du stéréotype et glisser l'info sociologique des normes intellectuelles qui s'aplanissent d'ailleurs) non, mais tout là où je voulais en venir, c'est que c'toujours les mêmes héros, les chevaliers veulent pas rester trop longtemps enfermés dans la tour, et les princesses osent pas trop en sortir, et on a beau dire, j'pense y'a peu de princesses qui rêvent avec leur chevalier que ce soient elles qui les sortent eux d'un incendie où leurs larmes impuissantes ne les sauvent pas
porter la culotte ? fondamentalement une histoire de cul
mais qui est réellement prêt à changer, des princesses et des chevaliers ?


capsule anecdotique - n° 03
le fils d'oedipe - poème

"je suis tombée amoureuse
de mon psy
il m'a dit de me libérer et m'a internée

je suis tombée amoureuse
de mon gynéco
mais c'était une déformation professionnelle coûteuse

je suis tombée amoureuse
du boulanger
ses mains pourtant ne faisaient pas mon pain

je suis tombée amoureuse
de ce premier venu
on s'est plus et on a vécu, avec beaucoup d'enfant

je suis tombée amoureuse
de l'avocat du juge
qui avait fraudulé mon premier divorce

je suis tombée amoureuse
d'un escaladeur de falaises
parce qu'il avait les doigts muslés de force

je suis tombée amoureuse
d'un extremiste un peu riche
mais c'était juste pour me sentir vibrer

je suis tombée amoureuse
d'un aladin arriééré
mais c'était juste pour le détail bleu

je suis tombée amoureuse
encore et encore
jusqu'à ce que ténébreuse
je me rende alors
à l'évidence pas si pieuse

que le seul vrai homme de ma vie c'est mon père qui sait pas gérer son oedipe..."
- rR
« Modifié: 18 avril 2021 à 12:02:06 par Dot Quote »
"ça va ou quoi mon suisse ?"
- Brulux

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.082 secondes avec 24 requêtes.