Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

23 novembre 2020 à 19:54:02
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Sous le soleil des topics » Discussions » Hypertrophie des orchidées !non-censuré! - DOWN

Auteur Sujet: Hypertrophie des orchidées !non-censuré! - DOWN  (Lu 42249 fois)

Hors ligne Loup-Taciturne

  • Prophète
  • Messages: 603
  • serviteur de Saturne
Re : Hypertrophie des orchidées !non-censuré! - idées à listes... h2o
« Réponse #210 le: 09 août 2020 à 02:37:52 »
Citer
je retiens une chose de ta vidéo Loup-Taciturne

Citer
Citer
    dans cette lutte à couteau tirés, médias, experts et même chercheurs s'interjettent et se contredisent même totalement

Je ne sais pas si tu as tout écouté, mais ne retenir que ça est très léger. Surtout sorti du contexte. Car le propos de l'intervenante est de dire justement que les études en biologie n'arrivent pas à démontrer véritablement la primauté du déterminisme biologique par rapports aux déterminisme environnementaux notamment socioculturels (elle a même montré que de grossières erreurs avaient été commises en biologie sur ces questions), elle dit cela d'autant plus qu'elle défend les sciences sociales qui n'ont pas du tout pour objectif d'éluder le facteur bio, c'est juste pas leur objet d'étude. Elles se contentent de mettre en évidence les variabilités socioculturelles, ce sont des études observationnelles, des faits rapportés qui documentent qu'il y a bel et bien une dimension culturelle sur tel ou tel type de comportement. Après, aux biologistes de tomber sur un consensus concernant la prédisposition génétique ou non à adopter tel comportement. Pour le moment les sciences sociales on montré des résultats concernant leur domaine, le genre, alors que les biologistes (pas tous heureusement, ceux qui s'accrochent à leur croyance) rament encore à essayer de prouver l'idée d'un déterminisme biologique qui expliquerait tous les autres. Qu'ils essayent encore...
Tu ne peux pas toujours prendre le doute méthodique de ton interlocuteur, sa prudence critique pour un relativisme absolu, surtout quand le discours de la personne va assez clairement à l'opposé de ce que tu présupposais avec ta focalisation sur le déterminisme biologique. ce n'est pas parce que l'autre est prudent que tu peux utiliser sa prudence, qui est une preuve de probité, pour rejeter les raisons sérieuses qu'il a d'avancer ce qu'il dit.

Citer
si vous avez plus ou moins de deux géniteurs stricts, signalez le moi, je serai intrigué de cette révolution sexuelle
Non mais il y a des société dans lesquels ce n'est pas si simple. Dans certaines sociétés les géniteurs ne sont pas les parents, par exemple dans certaines sociétés le père est géniteur et la mère n'est qu'un réceptacle accueillant l'esprit d'un enfant qui sera d'accord de naitre. Il y a pas mal de croyances qui justement viennent contredire l'idée commune que nous avons que l'enfant nait d'un père et d'une mère. Dans de nombreuse société il faut bien plus que ça.
Même dans le christianisme on a l'exemple inverse d'un enfant né d'une femme et d'un esprit. En creusant du côté de l'anthropologie de la personne (notion de personne en anthropologie) tu serais étonné de voir tout ce qu'il faut dans certaines sociétés humaines pour concevoir et constituer une personne (les éléments organiques, les éléments spirituels, les théories indigènes de la procréation, de la circulation d'énergie etc). La j'ai la flemme de creuser, mais je t'assure, fais tes recherches, tu verras que l'idée qui nous semble à nous évidente que la procréation vient de l'accouplement d'un homme et d'une femme est très loin d'être universellement partagée.


« Suis-je moi ?
Suis-je là-bas, suis-je là ?
Dans tout "toi", il y a moi
Je suis toi. Point d'exil
Si je suis toi. Point d'exil
Si tu es mon moi. Et point
Si la mer et le désert sont
La chanson du voyageur au voyageur
Je ne reviendrai pas comme je suis parti
Ne reviendrai pas, même furtivement »

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 023
  • 💡
    • mordelang
Re : Hypertrophie des orchidées !non-censuré! - idées à listes... h2o
« Réponse #211 le: 09 août 2020 à 06:51:56 »
j'ai cru à une mauvaise blague, mais visiblement non 0o

Citer
ta focalisation sur le déterminisme biologique

heu...

qui c'est qui parle de mariages, de naissances et d'obstétrique ? qui parle de viol, de harcèlement et de zone grise ? qui parle de paraphilie, de désir et de morale ? qui parle de chanson d'amour, de couple, de frustration, de jalousie, de stéréotypes, d'insultes, de consentement et d'initiative ? qui se fait chier à essayer d'assembler des mots pour des définitions applicables non-négatives ?
Loup, c'est moi qui parle de tout ça, pendant que toi et les autres, vous faites votre fixation sur le genre, là où forcément (puisque je gère mieux les dichotomies que vous niez les binarités universelles et celles de ce sujet en particulier) là où forcément donc, j'équilibre avec la biologie... alors vous avez comme beaucoup une tendance à me voir bien écrasé en bas de la nullité terrestre, je vous signale que ça s'appelle le sol ; tu marches sur quoi Loup, avec ton adjectif en 'e' ? non sérieux, les petites questions libidinales c'est vous qui les entretenez, et c'est même ma preuve que vous êtes un peu en deça de la compréhension de mon sujet, j'en suis triste, mais c'est pas grave, c'était prévisible, je vais pas créer un sujet houleux à visée à l'encontre d'un patriarcat aveugle de ses obsessions, et m'offusquer d'avoir raison, non... par contre dorénavant j'aimerais que vous compreniez tous que je suis pas en train de faire de la théorie du genre, si vous voulez créer un sujet là dessus, Ben.G l'a dit, y'a de quoi recopier bêtement, dans ce monde, suffisamment sur ce sujet... des sujets actifs qui visent l'abolition du patriarcat malnommé H2O, c'est ici, et c'est autrement plus complexe que vos regards entre vos jambes, alors s'il vous plait, arrêtez de venir pédants comme des coqs à faire comme si vous maîtrisiez quoi que ce soi à la lecture de ce sujet ; ça brasse une vaste problématique réelle avec des enjeux qui se vivent, et c'est pas juste sortir des chiffres et des mots sur qui a quel avis sur quoi pour savoir s'il y a autre chose qu'une bite et une chatte dans vos cerveaux...

du coup
rappel des directives :
30 avril 2020 :
poursuivis par le topic :
_________________
- remarquer le constat parfois affligeant d'inégalités sexuales
- accepter ce constat de fait, afin d'en cerner les problèmes de droit
- formuler l'état des choses et leur évolutions sur le propos
- définir les nécessités d'action et de pensée en vue d'une solution à créer
- agir selon ces nécessités, de ce mouvement allant à l'encontre d'un naturel déséquilibré

PS : c'est horrible comme je ne peux qu'être désagréable là, j'suis tellement amer, ça m'énerve, j'essaye d'être clair et je veux pas vous faire chier, mais quand même, j'suis dans une sacrée hallu... excusez-moi si jamais, je frétille de douleur à la lecture de vos interventions, et la même en écrivant...

bref
"-  Georges Brassens, que pensez vous de La Tour des Miracles ?
- Moi, je m'en fous.
- ?
- Dont-on en conclure, Georges Brassens, que, père indigne, vous ne prisez guère cet ouvrage ?
- Je me fous de tout ce que j'ai écrit. La seule chose qui m'intéresse est ce que j'écrirai demain."

Hors ligne Erwan

  • Chaton Messager
  • Prophète
  • Messages: 980
Euh, pour moi cette difficulté à surmonter cette différenciation entre les sexes que semble avoir Dot depuis 14 pages, ça ne me paraît pas liée à une simple question de "savoirs". Je dis cela en tant que connaisseur, pas forcément sur cette question-là, mais j'ai souvent plus évolué avec un.e psychologue ou thérapeute que par des savoirs et la raison pure.

En fait, tout dépend d'où se situe la problématique, si c'est un manque de connaissances (mais bon, les quatorze pages quand même  :/), ou si ça relève d'un ressort identitaire / psychologique qui n'a rien à voir. Quand un savoir est trop menaçant psychologiquement, par exemple, il n'entrera pas. Je le sais, ça aussi, pour l'avoir vécu (et surmonté parfois). Fin bon, je sais pas si ça aidera, ce que je dis là, au pire tant pis  :-\.
ça me semble tout à fait pertinent et juste en effet (et si tu as des expériences de comment surmonter ce genre de blocage à partager... )

(mais ça veut pas dire pour autant que j'accepterai des thèses binaires affirmées avec autant de certitude :mrgreen: )

Pour ce qui est des expériences de comment surmonter ce genre de blocage, c'est assez compliqué par forum, non pas parce que c'est intime, ça ne l'est pas forcément, mais parce que c'est en fait très long, un peu comme l'histoire d'une vie quoi  :mrgreen:.

En fait, c'est un cheminement, un parcours souvent assez long et tortueux, qui fait qu'on comprend des choses sur soi, et qu'en se connaissant mieux, en assumant certaines choses de soi, on arrive à mieux comprendre l'autre et à entendre certains propos qui ne pouvaient pas entrer jusque-là. Pour comprendre le genre, il faut une certaine forme de maturité (je ne sais pas comment appeler ça autrement  :/, désolé si ça peut sembler condescendant), qui permette de saisir qu'un sexe biologique puisse coexister avec un sexe "culturel", et que l'on puisse remettre en cause des aspects de l'un sans remettre en cause certains aspects de l'autre. On peut vouloir changer les hommes dans leur sexe "culturel", sans vouloir leur couper la quéquette, pour le dire très simplement. Tout cela demande une maturité, parce que par exemple les enfants, quand ils découvrent qu'il y a des filles et des garçons, ils ont du mal à concevoir qu'on puisse avoir à la fois une différence indéniable, et des milliards de points en commun. La différence fille / garçon leur semble insurmontable parce qu'ils ont du mal à appréhender la complexité de l'être humain, l'articulation entre biologique et culturel, ce montage extrêmement complexe qui fait qu'un humain est à la fois un corps et un héritage de savoirs et de cultures. C'est un apprentissage de l'altérité, que j'ai fait péniblement pour ma part je l'avoue  :-[, qui permet de comprendre que l'autre peut porter des différences et des similitudes en même temps, que l'autre est toujours semblable dans sa différence. Je pense que dans le cas présent, la notion d'altérité est importante, accepter l'autre comme fondamentalement différent, sans pour autant s'en éloigner totalement, sans couper tous les ponts, sans en faire un étranger (ou une étrangère  :mrgreen:) menaçant.e.

Hors ligne Loup-Taciturne

  • Prophète
  • Messages: 603
  • serviteur de Saturne
Re : Hypertrophie des orchidées !non-censuré! - idées à listes... h2o
« Réponse #213 le: 09 août 2020 à 14:18:57 »
Citer
Loup, c'est moi qui parle de tout ça, pendant que toi et les autres, vous faites votre fixation sur le genre
Certes, alors le genre est une notion clef qui te permet d'appréhender beaucoup de variabilités et de complexités que la biologie ne parvient pas à expliquer (encore, mais peut-être un jour...)

Citer
tu marches sur quoi Loup, avec ton adjectif en 'e' ?
terrestre ? la terre ?  :???:

Citer
faire de la théorie du genre,
ça n'existe pas "la théorie du genre". Il n'y a que les gens qui ne comprennent pas la notion qui regroupent idéologiquement toutes les études sur le genre (gender studies) sous cette appellation pour tout discréditer d'un seul bloque. En fait il y a juste un tas d'études observationnelles mais aussi expérimentales comme en psychologie sociale qui mettent en évidence l'existence de représentations et de comportements assignés à un sexe ou un autre qui ne sont pas d'origine biologique, puisque contextuels, culturels. C'est tout. Il y a des approches, des théories autour de la notion de genre qui est une notion heuristique pour comprendre les liens entre sexe et société.

Citer
alors s'il vous plait, arrêtez de venir pédants comme des coqs à faire comme si vous maîtrisiez quoi que ce soi à la lecture de ce sujet ; ça brasse une vaste problématique réelle avec des enjeux qui se vivent, et c'est pas juste sortir des chiffres et des mots sur qui a quel avis sur quoi pour savoir s'il y a autre chose qu'une bite et une chatte dans vos cerveaux...
Mais Dot, tu ne peux pas dire aux gens que tu es dans l'incapacité de prendre connaissance des référence qu'ils te proposent pour étayer ta réflexion sur la question (et ça personne ne peut te juger là dessus, chacun a ses affinités, facilités et ses limites, difficultés), travaux de personnes qui ont des choses à dire sur la question pour l'avoir étudiée longuement et empiriquement. Et de l'autre accuser tes interlocuteurs d'être pédants quand ils te livrent les résultats, les "états de l'art" sur ce type de questions puisque tu ne peux pas avoir accès aux sources. Là tu te fabriques une coquille dans laquelle la réalité ne peut plus t'atteindre de l'extérieur. Ce n'est pas un problème en soi, mais d'ici nous ne pouvons plus faire avancer la réflexion, condamnés à s'écraser comme le ressac sur tes falaises, charriant toujours les mêmes bois flottés et bouteilles qui se cassent et noient ou ressasses leurs messages.

Citer
PS : c'est horrible comme je ne peux qu'être désagréable là, j'suis tellement amer, ça m'énerve, j'essaye d'être clair et je veux pas vous faire chier, mais quand même, j'suis dans une sacrée hallu... excusez-moi si jamais, je frétille de douleur à la lecture de vos interventions, et la même en écrivant...
Sincèrement désolé Dot, nous aussi on fait ce qu'on peut...


Citer
En fait, c'est un cheminement, un parcours souvent assez long et tortueux, qui fait qu'on comprend des choses sur soi, et qu'en se connaissant mieux, en assumant certaines choses de soi, on arrive à mieux comprendre l'autre et à entendre certains propos qui ne pouvaient pas entrer jusque-là.
Il y a aussi le fait à mon avis que si une personne a l'impression que son expérience personnelle dément l'étude, la tendance générale, il aura des raisons subjectives valables de ne pas accepter que son cas puisse être une exception qui confirme la règle, qui plus est si cette réalité lui a causé des souffrances.

Par exemple un homme battu pourra possiblement ne pas comprendre, se faire à l'idée que la société est patriarcale. De même s'il fait partie des hommes les moins privilégiés, étant donné qu'il faut prendre en compte d'autres facteurs pour appréhender une situation sociale, comme la "classe", il verra des femmes "au dessus" de lui et aura sans doute plus de mal à comprendre cette idée de domination masculine, de privilèges masculins.


« Suis-je moi ?
Suis-je là-bas, suis-je là ?
Dans tout "toi", il y a moi
Je suis toi. Point d'exil
Si je suis toi. Point d'exil
Si tu es mon moi. Et point
Si la mer et le désert sont
La chanson du voyageur au voyageur
Je ne reviendrai pas comme je suis parti
Ne reviendrai pas, même furtivement »

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 023
  • 💡
    • mordelang
Re : Hypertrophie des orchidées !non-censuré! - idées à listes... h2o
« Réponse #214 le: 09 août 2020 à 15:00:40 »
pacification entendue
repartons sur de bonnes bases approximatives :



- la question du genre ici majoritaire dans la discussion H2O, vous l'avez travaillée mieux que moi, et en vrai bin je peux que féliciter votre travail de recherche, d'analyse, de synthèse, en somme d'étude sur ce versant du vaste sujet qu'est la sexuation...

- les sujets orbitaux que j'ai amenés succinctement ne sont absolument pas exhaustifs, et je crois même qu'ils représentent une minorité minime et minimum de ce qui peut se formuler d'anecdostatistique sur les orchidées ou leur hypertrophie

- je crois que la volonté de ce sujet est de favoriser un accès unique à une base informationnelle maximale sur tout ce qui se rapproche de la sexuation, c'est à dire beaucoup, beaucoup, beaucoup de choses que nous vivons tous... cette base serait participative et libre, et chacun pourrait venir dire ce qu'il veut, avec pour seul mot d'ordre : 'voici ce que je suis et ce qui me fait penser ce que je pense'... ainsi j'envisage qu'à partir d'un concentré global de la situation sexuale, un jour, la seule entité rassemblant le minimum de gens concernés, tous les humains en l'occurrence, cette entité sera en mesure de conscientiser enfin une action à l'encontre des injustices sexuales, non de correction et de prévention ou de sensibilisation comme nous le voyons aujuord'hui, preuve de l'à-faire, mais bien d'action, de mise en place, de construction de cette égalité sexuale que nous sommes proches d'atteindre, depuis que les millénaires nous opposent de plus en plus avec le langage, qui lui, est le moyen de nous comprendre...



@Erwan : super pédagogique, ton intervention, et pourtant ceux qui se sentiraient infantilisés sont à rassurer ! non tes mots m'apparaissent justes et mesurés, repectueux et ouverts, pour autant qu'ils sont presque aussi vérifiables qu'ils sont affirmatifs

@Loup-Taciturne : j'ai du mal à accéder à la complexité de vos travaux, je vois ça comme un compliment à vous adresser, et présente donc mes excuses pour mon côté également snobinard envers vous ; je suis vraiment enchanté d'avoir à faire avec votre implication



pour une suite, je ne sais vraiment qu'envisager
il est vrai que les échanges sur le genre sont ici en bon aperçu bien qu'incomplet car voilà, normal
il est vrai que mes solipsismes ne changeront pas le monde seuls, ils étaient là comme bases de data
il est vrai qu'avec seulement des mots, nous ne pouvons pas grand chose, quoique...

moi en tout cas, je stipule que j'ai des projets 'de vie', genre un truc que si ma mort est avant, il faut que ça continue, et si elle est après c'est que ça continue avant... genre autre chose qu'un épargne logement, un métier post retraite ou un club annuel... et participer à l'équilibration des fleurs, j'y agis depuis bien avant d'être con ; tout ça pour expliquer que, bien sûr je veillerai si ça continue entre nuos, à êtr ede moins en moins hermétique, mais surtout que je vais pas abandonner, t'façon tant que je verrai des tags féministes dans la rue, je trainerais sur ce fil au moins une fois avant la dernière !



chapeau bas
(bon sang je suis si dénigrant que ça... excusez-moi '-')
"-  Georges Brassens, que pensez vous de La Tour des Miracles ?
- Moi, je m'en fous.
- ?
- Dont-on en conclure, Georges Brassens, que, père indigne, vous ne prisez guère cet ouvrage ?
- Je me fous de tout ce que j'ai écrit. La seule chose qui m'intéresse est ce que j'écrirai demain."

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 023
  • 💡
    • mordelang
1Y
« Réponse #215 le: 11 août 2020 à 01:51:09 »
Bon alors voilà :
Ce fil va avoir un an.
J'suis pas du genre anniversaires et tout.
Mais j'en profiterais bien pour qu'un propos pope ici.

En vrai je crois que beaucoup d'inter-incompréhension est à l'oeuvre dans l'humanité d'aujourd'hui, et autour de ce sujet tout particulièrement. On croit se comprendre entre nous, on s'illusionne sur des entendus, des pensés, des interprétés... Mais au final tout n'est qu'illusion, tout n'est que diffraction de cette lumière céleste qu'est notre raison. Et franchement, le caractère malfonctionnel de la langue et surtout de son usage, c'est un peu rude... J'ai donc fortuitement rassemblé quelques trucs qui font que y'a du qui proquo partout, partout partout... Normal : distinguer le vrai de l'original du pertinent du plausible du normal, c'est pas évident pour partager des versions similaires du sens des mots ! Donc, des mots qu'on use dans un contexte, mais qui veulent pas trop dire ce qu'ils veulent dire, c'est la courte thématique !


LIBIDO
Recherche instinctive du plaisir et, spécialement, du plaisir sexuel.

dans son sens 'commun', 'convenu', 'majoritaire', 'cliché', 'statistique', 'conversationnel', 'populaire', ou quel que soit le qualificatif que vous octroyez à cette utilisation incidente du terme... l'appétit sexuel est déterminé par le sexe, je suppose, et on en viendrait presque naturellement à se poser des questions en plus et moins... l'idée populaire voudrait, attention à la menace du stéréotype entretenue depuis qu'on peut l'entretenir, voudrait donc, que l'homme veuille plus faire l'amour que la femme...


FANTASME
Idée, représentation imaginaire suggérée par l'inconscient.

dans son sens non-professionnel, non-officiel, non-académique, ou quel que soit le qualificatif que vous octroyez à cette utilisation incidente du terme... le film sexuel qu'on se figure pour désirer, ou le sujet ou l'objet ou quelconque élément de ce film, est déterminé par le sexe, je suppose, et on en viendrait presque naturellement à se poser des questions sur qui ou quoi... l'idée populaire voudrait, attention, que l'homme ait des fantasmes sexuels plus souvent invoqués que la femme...


RÔLES
En biologie, les rôles sexuels définissent, chez une espèce sexuée donnée, le sexe pour lequel la compétition pour l'accès à la reproduction est la plus forte, c'est-à-dire le sexe sur lequel la pression de sélection sexuelle exercée est la plus forte. Si les mâles combattent le plus activement pour l'accès à la reproduction, les rôles sexuels sont qualifiés de conventionnels. Si ce sont les femelles, l'espèce est alors dite à rôles sexuels inversés

heu bon, c'est de la biologie hein, donc je vais pas troller et dire que le terme ne concerne pas l'humain... mais pour ceux qui ont le discours politique sur le contre ce principe phénoménal : on y peut rien, mais contre le phénomène, oui on peut le changer, mais c'est pas juste en y pensant, révolté, et en se taisant...



voilà, pis en guise de bonus tiré des éditions communication du centre edgar morin, une vision particulière accessible en PDF, de la sexualité humaine : https://www.persee.fr/doc/comm_0588-8018_2007_num_81_1_2464 On y découvre sous le titre 'fonction sexuelle masculine & sexualité féminine' un propos que j'irais presque donner en réponse à l'éternelle question : besoin ou plaisir ? Ca dépend pour qui...

urf
"-  Georges Brassens, que pensez vous de La Tour des Miracles ?
- Moi, je m'en fous.
- ?
- Dont-on en conclure, Georges Brassens, que, père indigne, vous ne prisez guère cet ouvrage ?
- Je me fous de tout ce que j'ai écrit. La seule chose qui m'intéresse est ce que j'écrirai demain."

Hors ligne Feather

  • Prophète
  • Messages: 683
Re : Hypertrophie des orchidées !non-censuré! - 1Y
« Réponse #216 le: 13 août 2020 à 14:50:10 »
Que la nudité soit un obstacle à la manière de communiquer peut provenir d'un désaccord avec soi-même, qu'elle soit puribonde pour certains et libératoire pour d'autres, cela semble compréhensible,  cependant à savoir si l'humain est un être de chair ou d'esprit reste à démontrer.
C'est en explicitant l'improbable qu'on se libère des paradoxes. J'ajouterai que l'esprit tient sa force de compréhension de son harmonisation avec son corps. Il est donc envisageable que l'abstraction de ceux deux entités , corps et esprit,  soient la solution pour objecter le consensus idéologique et intégrer la valeur que l'on porte à soi.
Les larmes sans pleurs sont une lanterne.

Hors ligne Miromensil

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 553
  • Mon nu mental
    • Mimerions
Re : Hypertrophie des orchidées !non-censuré! - 1Y
« Réponse #217 le: 13 août 2020 à 15:10:15 »
je pense pas qu'on puisse abstractiver les corps in fine
Elle faisait allusion à une pluie dense et tiède qui a crépité toute la nuit sur les feuillages fauves et les fruits blets de l'automne (Tournier)

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 023
  • 💡
    • mordelang
Re : Hypertrophie des orchidées !non-censuré! - 1Y
« Réponse #218 le: 13 août 2020 à 16:54:58 »
@feather

très bon incontournable que le sujet de la nudité, mais je ne suis pas sûr qu'il soit déjà pertinent d'en parler ici si tôt, car j'ai voulu que cette nudité ne soit pas obsédée, d'où que je l'ai scindée dans le sujet Nudités & Pudeurs où effectivement on remarque qu'elle est associée presque trop forcément dans nos sociétés, à une hypersexualisation qu'il est dangereux de constater pour moi

après tu es restée volontairement flou j'ai l'impression, tu n'utilises aucun terme du sujet, ta métaphore ne serait-elle pas un peu trop désengagée cette fois ?

pour ce qui est des dichotomies fondamentales comme peut l'être la binarité corps-esprit et son articulation, j'avoue que je n'ai de réponse qu'en la pratique de la mise en place de cette articulation, chacun sa vision de la chose, mais j 'ai l'impression que tu restes sur le fait que ces concepts antagonistes sont contradictoires, alors qu'ils sont complémentaires...

ceci dit j'apprécie beaucoup la douceur que tu parviens à garder dans les douleurs de ce sujet, je crois qu'ici tu es qui garde le mieux son sang-froid...

@Miromensil

ne comprenant ton néologisme que dans le petit contexte qui le situe, c'est à dire pas énormément, je serais curieux de savoir plutôt ce que tu penses que ce que tu ne penses pas



merci à vous deux, je vous avoue ne pas trop savoir qu'ajouter autre que ma réaction, ce fil me préoccupe assez sérieusement et j'essaye de planifier une suite qui vaille le coup de poursuivre le combat, même si j'ai aucune idée de comment réellement, on renverse un patriarcat quelconque dans ce monde...

n'hésitez pas, et merci encore !
"-  Georges Brassens, que pensez vous de La Tour des Miracles ?
- Moi, je m'en fous.
- ?
- Dont-on en conclure, Georges Brassens, que, père indigne, vous ne prisez guère cet ouvrage ?
- Je me fous de tout ce que j'ai écrit. La seule chose qui m'intéresse est ce que j'écrirai demain."

Hors ligne Erwan

  • Chaton Messager
  • Prophète
  • Messages: 980
Re : Re : Hypertrophie des orchidées !non-censuré! - 1Y
« Réponse #219 le: 13 août 2020 à 19:40:52 »
[...] ce fil me préoccupe assez sérieusement et j'essaye de planifier une suite qui vaille le coup de poursuivre le combat, même si j'ai aucune idée de comment réellement, on renverse un patriarcat quelconque dans ce monde...
[...]

 :D Loup et BenG te répètent * que * depuis quinze pages d'aller te renseigner. Parce que comment renverser le patriarcat, il y a des femmes qui savent comment faire, autant que possible en tout cas. C'est pas comme si toutes les avancées concernant l'émancipation des femmes étaient tombées du ciel...  :-¬? Là, tu parles dans le vide, tu fais de l'abstraction pure, mais il y a des femmes (avec peut-être quelques hommes dans le tas) qui elles ont FAIT des choses, et qui savent de quoi elles parlent. Franchement, des lectures sur le féminisme, sur internet, tu en as tout le tour du bide. Et si tu transformais cette "discussion" en boucle fermée par un fil de centralisation de références sur les questions de genre, avec un index ? Là, ça pourrait servir à quelque chose au moins...

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 023
  • 💡
    • mordelang
Re : Hypertrophie des orchidées !non-censuré! - 1Y
« Réponse #220 le: 13 août 2020 à 19:49:33 »
oui je parle dans le vide je vois bien que vous panez rien tqt, tu diras à Loup que sa boucle fermée sur les questions de genre ne m'intéresse pas, tu diras à Ben.G que j'ai pas besoin de lire pour agir mes mots, moi, ni mes actions d'ailleurs, celle-ci étant pour vous ptetr la principale mais pour moi étant le petit détail de mon quotidien depuis l'enfance...

je trouve dommage qu'un tel sujet soit maltraité sous argument qu'il n'est ni d'actualité ni pertinent, surtout par vous... quant à ma liberté de le faire comme j'ai envie, je crois que tu ne me l'ôteras pas, que ce soit en sabotant mon fil avec des interventions que tu m'incrimines de laisser inutiles alors que c'est toi qui rajoute rien, ou alors en niant comme d'hab les discours que j'entends partout : Ben.G a surement eu raison de me dire que ici vous êtes plus avancés dans le féminisme que d'autres, mais moi je pense aussi aux autres, d'où que j'use de la licence libre et gratuite pour diffuser ce que vos petites ethnocentricités ne visualisent tujours pas...

bref, merci de ta 'sympathique' contribution ?

nan sérieux, redites-moi que y'a pas besoin de ce combat, je vais rire si vous essayez avec des arguments
"-  Georges Brassens, que pensez vous de La Tour des Miracles ?
- Moi, je m'en fous.
- ?
- Dont-on en conclure, Georges Brassens, que, père indigne, vous ne prisez guère cet ouvrage ?
- Je me fous de tout ce que j'ai écrit. La seule chose qui m'intéresse est ce que j'écrirai demain."

Hors ligne Loïc

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 8 616
  • Boule de mauvaise humeur
Re : Hypertrophie des orchidées !non-censuré! - 1Y
« Réponse #221 le: 13 août 2020 à 20:32:09 »
Un des meilleurs moyens, en tant qu'homme, pour renverser le patriarcat, et je suis déjà un peu à l'encontre là, en te le disant, et dans mes actes de tous les jours aussi, parce que c'est dur (heureusement, j'ai des potesses qui me le rappellent), c'est de fermer sa gueule et d'écouter les copines (et même les pas copines, d'ailleurs).
D'écouter quand elles disent que tu (c'est un tu général) fais de la merde, que t'as des propos ou des actes sexistes.
Dire aux copains quand ils font de la merde.
Ne pas profiter de ses privilèges. Essayer de les identifier et de s'en défaire.
Ne pas parler partout, crier plus fort que les autres. Se taire et écouter (ou lire).
Et, évidemment, ne pas agresser.

Sinon, à l'échelle plus globale, y a plein de mouvements qui cherchent des relais. Relayer les paroles des femmes, c'est plutôt utile, comme dit Erwan, elles ont dit et écrit, elles font, tous les jours, plein de choses. Ne me libérez pas, je m'en charge, disait le MLF, il y a une bonne cinquantaine d'années déjà.
"Quand on veut être sur de son coup, on plante des navets"
Kaamelott

"Les Grandes Histoires sont celles que l'on a déjà entendues et que l'on n'aspire qu'à réentendre.
Celles dans lesquelles on peut entrer à tout moment et s'installer à son aise."
Arundhati Roy

Hors ligne Loup-Taciturne

  • Prophète
  • Messages: 603
  • serviteur de Saturne
Re : Hypertrophie des orchidées !non-censuré! - 1Y
« Réponse #222 le: 13 août 2020 à 20:38:17 »
Sinon Dot, pour apporter du nouveau y a une notion assez intéressante par rapport aux questions que tu poses, j'sais pas si t'en as déjà entendu parler, c'est la notion de genre, ça devrait t'intéresser, j'en dis pas plus tu creuseras si tu veux

cela dit, si tu veux vérifier en quoi les pistes biologiques sont faibles pour le moment concernant le lien entre comportements et sexes je te laisse poursuivre avec les deux épisodes qui entrent dans le dur :
Les hommes, les femmes, Mars et Vénus, avec Odile Fillod - SHOCKING ! 12 Part.3/4
Les hommes, les femmes, Mars et Vénus, avec Odile Fillod - SHOCKING ! 12 Part.4/4
« Suis-je moi ?
Suis-je là-bas, suis-je là ?
Dans tout "toi", il y a moi
Je suis toi. Point d'exil
Si je suis toi. Point d'exil
Si tu es mon moi. Et point
Si la mer et le désert sont
La chanson du voyageur au voyageur
Je ne reviendrai pas comme je suis parti
Ne reviendrai pas, même furtivement »

En ligne Ben.G

  • Admin
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 8 666
  • Voleur de nuits
    • J'irai lire chez vous
Re : Hypertrophie des orchidées !non-censuré! - 1Y
« Réponse #223 le: 13 août 2020 à 21:36:03 »
Mais euh, tu dis que t'as pas besoin de lire, je le repeterai encore que certains des réponses que tu cherches existent déjà et se trouvent dans ce que je t'encourage à aller lire, du coup je comprends pas cette obstination à pas vouloir aller te renseigner et dire que tu peux faire tout seul comme un grand alors que le point où tu en es, beaucoup y ont déjà réfléchi et peuvent t'apporter des armes pour continuer plus fort, et dans l'action et dans ta reflexion, amener des arguments plus pertinents
mais bon soit
Beau boulot les modow ! Ca mérite une pause café, même si : les vilains mots ne font jamais de pause café.
- Kaeloo


Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 023
  • 💡
    • mordelang
romantique
« Réponse #224 le: 14 août 2020 à 05:54:13 »
.
Citation de: sommaire des edits



très bons conseils, je rebondis pas parce que j'avais pas prévu vos aides qui sont vachement personnelles... ça tombe bien, j'ai un propos très personnel aussi :



monsieur grand-père est dans la force de l'âge quand il est embauché comme commis à la ferme des parents d'Angèle... il n'a pas fait d'études et n'a probablement pas lu Viriginie ou les autres parce que lire est une affaire pas tout-à-fait démocratisée chez le fort pourcentage d'agriculteurs français, et que l'élite féministe n'en a rien à faire d'attendre un peu ses acteurs majoritaires ; mais ça ne l'empêche pas de tomber amoureux, de courtiser, de séduire, de marier...

sous ce mariage au relents de presque-siècle, Angèle va passer le permis de conduire, que monsieur grand-père préfère lui payer plutôt qu'à lui ; il travaille à l'usine en plus de la ferme pour subvenir à leur besoins...

lorsqu'ils prennent une ferme à leur compte, monsieur grand-père, encore une fois, met sa femme en avant, et pour qu'ils continuent leur modeste vie d'agriculteurs et d'ouvrier, la met à la direction des responsabilités...

cette histoire ne concerne que la beauté des sentiments



Citer
En fonction de la période, des cultures ou du pays, les féministes, à travers le monde, ont défendu des causes et affiché des objectifs différents.

Citation de: Alexandre Dumas
« Les féministes, passez-moi ce néologisme, disent : Tout le mal vient de ce qu'on ne veut pas reconnaître que la femme est l'égale de l'homme, qu'il faut lui donner la même éducation et les mêmes droits qu'à l'homme »



oui, je voulais faire un peu d'histoire, un peu de brassage sensible et humain de mon vécu qui m'inspire chaque jour ; monsieur grand-père a fini sa vie avec une famille qui se rassemblait autour de lui et son épouse ; il était fatigué, épuisé, et il ne s'est pas eclipsé trop tardivement, quoique ; Angèle l'a pleuré quelque années, elle aussi fatiguée, puis est allée faire ce qu'elle répétait qu'elle ferait avec joie : le rejoindre

on ne dira jamais de monsieur grand-père qu'il était féministe ; car il n'a pas lu Virginie et les autres, qu'il ne revendiquait pas l'utilité de son combat, préférant l'agir chaque jour pour ne pas être ce contre-exemple à nos idéaux que nous ne pouvons parfois pas nous empêcher d'être ; il n'a pas écrit de bouquin non plus, et sa marque ne touchera personne d'autre que sa petite famille...

mais voilà, c'était mon grand-père et Angèle, un homme et une femme qui se sont battu autrement qu'avec des banderoles et des pancartes... non eux ils ont construit leur enclave égalitaire, ils en avaient rien à faire des blablateurs du dimanche, car eux le dimanche c'était pas grasse-mat et croissants, c'était comme tous les jours : la vache a des pis gonflés, le taureau c'pas le même problème, et si c'est un problème pour les sexistes, alors ils vont bien se démerder pour nous sortir des trucs sf où on a obsolétisé le sexe, mais y'a pas que ça a faire que d'aller revendiquer des droits qu'on peut s'octroyer entre nous si on est suffisemment intelligent et pratique...



pis pendant ce temps t'as qmm tout un pan du forum qui s'offusque de constater que le féminisme, c'est pas que le courant égalitaire, c'est aussi le courant dualiste, et que les deux ne sont pas à opposer même si la plupart de leurs représentants le pensent...

ahlala les dichotomies universelles, on s'en sort pas



^


ceci dit, je réponds un peu qmm :

@Loïc, ne confonds tu pas féminisme et parole de femme ?
pour moi y'a autant de femmes patriarcales que d'hommes machistes, donc ton conseil est pesé avec prudence par mes auscultateurs internes
quand tu dis 'en tant qu'homme pour renverser le patriarcat', j'avoue que je te trouve outrageusement machiste, même si j'avoue que moi aussi j'ai perdu patience, et en tant qu'homme j'essaye de porter ma pierre... comme si le méchant de la société était aussi simplement visible à travers la binarité homme/femme...
souvent quand on me dit que je suis sexiste, c'est après un non-argument à qui j'ai envie de renvoyer la même insulte, donc je veux bien essayer, ça fait d'ailleurs un an que je le fais encore pluss que d'habitude

@Loup
...

@Ben.G,
je comprends que tu veuilles m'aider à guérir mes blessures qui me font entretenir ma lutte, mais tu sais je fais pas ça que pour moi je l'ai dit, moi je pourrais trouver de quoi potasser et paraitre moins patriarcal qu'un monde patriarcal, mais surtout je veux donner ce que je considère comme mes petits outils qui ont le droit de me précéder, et à ceux qui, comme beaucoup, n'ont pas que ça a faire que potasser la pensée d'autrui pour se l'accaparer...



visiblement on a juste pas les mêmes valeurs, et j'avoue que je me suis fait moquer par des filles et des mecs, quand je disais que dans mon couple les valeurs étaient inversées et que c'est Elle qui portait la culotte... maintenant on va dire que j'suis vieille fille, mais j'assume vraiment...



^


une petite pensée comme ça :

quand monsieur travaille et que madame a son congé maternité, n'est-ce pas là la justification d'un patriarcat pour se débarrasser de la responsabilité masculine dans l'éducation ? c'est vrai que lorsque monsieur est professionnellement feignant, il peut être beaucoup plus responsable à la maison lol, pis pour les autres, on les excusera : c'est un homme, il a soif de pouvoir le pauvre, il fuit la famille parce que c'est un homme ne cherchons pas pourquoi, c'est ainsi les hormones ; aux gamins qui ne se prennent que des gifles et non des mandales, au moins ça laisse pas de trace physique hein ? non sérieusement, les pères absents, ça n'existe plus, aujourd'hui tout est surement équilibré dans notre monde... lol ; moi je vais au parc, des fois, et là je vois que on grandit tous auprès de nos mères, à ces âges-là, et je crois que comme les âges plus avancées se teintent de masculinisme inconscient, la jeunesse est ce point de départ où la femme a un pouvoir qu'elle ne revendique pas toujours à sa juste mesure dans la formation de nos modes de pensées... et si le patriarcat poursuivait simplement le fait que la femme s'occupe de tout pendant qu'il profite de... de ?



^


alors encore une tite contribution, dsl de edit...
en considération du propos qui incrimine les visions de chacun, je crois que cet élément dialogué de la fiction télévisée Frasier, pourrait, sous couvert de cliché, être remis en question... et pourtant réfléchissez bien à qui incrimine quoi et à qui, encore aujourd'hui des années après cet épisode de série...






^


pis je repasse avec un nom secret, tacite, un nom de philosophe quoi, quelqu'un qui par ces mots ne décrit qu'une réalité qu'on lit dans la salle d'attente de Psychologies, et qui par d'autres récemment est assez amère pour critiquer non sans gêne, ce qui fait sa lassitude de la situation...

Citation de: si vous savez quelle non-féministe... sinon allez chercher
« société hyper procédurière où les mecs ne draguent plus, de peur d’avoir un procès au cul »




^


"regarde moi cette mante...
"

nan c'est pas sérieux... je voulais faire une tite fiction pour le misanthrope et je me lance dans mon bestiaire avec des relents de ce matin... pis pour être pertinent je vais checker deux trois infos utiles à ma prose déliropathe, et je tombe sur quoi ?

la mante orchidée

zapping - sauvage : la pire des impostures (youtube)

du l'info (pas youtube)

donc bin j'en profite pour répéter que la question du genre se limitant à la psychologie, je préfère pour l'H2O, brasser ce que je nomme plutôt les scissions ontologiques binaires, qu'elles se retrouvent en société, en l'individu, en son corps ou son esprit, mais également au delà, ce qui se fait donc, par ce que j'appelle donc, la sexuation... le phénomène sexual... bref

je sais que je surfe sur le cliché écologiste ou vegan, mais gogl me dit bien que beaucoup de résultats consultés et triés pour pertinence, suivent l'idéologie despotique de la liberté de pensée, selon laquelle ledit animal serait un brin moins patriarcal que l'humain, et que c'est 'amusant' ou 'mignon'

mais j'ai déjà parlé des mantes, vous allez me dire que je me répète, bin heu... oui, visiblement je reviens là dessus x')




^
.
16-08

alors bon... moi quand je parle d'amour, c'est pour signifier le sentiment valorisateur d'un invdidu à l'autre, ou alors l'implication à la construction de ce sentiment... l'un non sans l'autre ! je veux dire, l'amour, c'est à la fois cette fin et ce moyen, de faire advenir une cohésion métaphysique... mais quand je veux parler de sexe, on me dit de parler d'amour, donc je comprends pas !



j'ai adjoint quelques adjectifs faciles à mes recherches d'amour sur gogl, et j'ai juste pris les résultats sur lesquels 99% s'arrêtent pour concevoir leur petit monde psychique, à savoir la première page de résultats :

AMOUR UNIQUE
'existe-t-il un amour unique ?'
'amour unique, ces couples qui durent'
'définition amour unique'
'citations amour unique'
'quand le conte de fées devient réalité'
'grand amour : peut on le connaitre plusieurs fois ?'

AMOUR A VIE
'citations'
'mon poème'
'amour vrai : 5 signes qui ne trompent pas'
'grand amour : peut on le connaitre plusieurs fois ?'
'l'amour pour toujours ça existe ?'
'trouver l'amour de sa vie : 23 hommes racontent'
'15 signes pour découvrir si c'est l'amour de votre vie'

AMOUR PLATONIQUE
'conception de la Renaissance'
'9 choses à savoir sur l'amour platonique'
'définition'
'l'amour platonique, qu'est-ce que c'est ?'
'l'amour platonique, c'est quoi ?'
'l'amour platonique peut-il rendre heureux ?'
'comment gérer une relation platonique ?'
'l'amour platonique, ça rend forcément malheureux ?'
'continene et pudeur'

AMOUR ROMANTIQUE
'la démystification de l'amour romantique'
'3 myths de l'amour romantique'
'autosuffisance de deux sans besoin des autres'
'amour wikipédia'
'l'amour romantique, le cerveau à tous les niveaux'
'films'
'citations'
'images'
'phrases'
'22 idéeés géniales pour le faire fondre'



voilà, pis comme j'arrive pas avec mes mots ou avec des références académiques comme Serge Chaumier, je vous retrancrit un article web tout banal qui diffuse du contenu un peu étudié dans le fond par des raisons qui n'ont visiblement pas encore fait valoir leur pertinence... :


3 mythes de l'amour romantique

L’amour romantique est l’un des grands mensonges de l’humanité. Il est né suite à l’exagération du modèle de couple et à la dissimulation des défauts par idéalisation. Il est partout. Depuis notre plus tendre enfance, les dessins animés nous poussent à surmonter n’importe quelle adversité: l’une des récompenses habituelles pour les personnages qui y parviennent est un amour sans tache.

Le principal problème de l’amour romantique est la division des rôles sexuels. L’homme est transformé en acteur et la femme, en récompense. Même si nous n’en avons pas l’impression, ce modèle se répète dans une multitude de films, de séries et d’autres produits audiovisuels que nous connaissons et avons l’habitude de consommer.

- Mythes de l’amour romantique
Les mythes de l’amour romantique qui vont suivre sont présents dans notre quotidien et entravent nos relations en créant des attentes irréelles et nocives.

1. Notre moitié
Dès que nous voyons notre premier film de princesse, nous croyons qu’il n’existe qu’une seule personne pour nous dans ce monde. On nous projette l’idée selon laquelle nous sommes destinés à cette personne et en tomberons amoureux-ses sur-le-champ. Après cela, nos personnalités et nos désirs s’imbriqueront parfaitement. On nous apprend donc que l’amour doit être exclusif et fidèle et qu’il n’est pas nécessaire d’avoir déjà vécu des expériences.
L’expérience n’est-elle donc pas nécessaire en amour ? Les études nous disent tout le contraire. Avoir vécu différentes relations nous aide très souvent à déterminer ce que nous voulons ou non. Cela nous donne aussi des pistes pour savoir ce que nous pouvons négocier et ce qu’il est difficile d’exiger. Avoir eu beaucoup de relations n’est pas nécessaire, bien sûr. Mais il n’est pas indispensable d’en avoir une seule et unique.

2. L’omnipotence de l’amour
La majorité des récits, films et autres produits audiovisuels font référence à l’omnipotence de l’amour. L’amour peut triompher de n’importe quel obstacle, décuple nos forces et notre capacité de supporter certaines choses. Le problème est que beaucoup de personnes voient leur dignité meurtrie et « endurent » leur relation en s’accrochant à cette idée.
L’amour n’est pas surpuissant. Ce n’est qu’une construction sociale que nous pouvons rejeter si elle ne convient pas à notre vie professionnelle, familiale ou individuelle. Toutes les personnes ne sont pas prêtes à avoir une relation durable. Toutes ne veulent pas ou ne sont pas préparées pour ne connaître qu’un type de relation.
Certains couples vivent ensemble. D’autres sont heureux en maintenant un certain espace; c’est pour cela que chaque membre vit dans sa propre maison. Des couples décident d’essayer de surmonter un obstacle et d’autres choisissent de se séparer. Ils sont tous aussi respectables. Et, plus important encore, toutes les personnes qui les formaient ou les forment peuvent continuer à être heureuses.

3. Les pôles opposés s’attirent
C’est l’un des mythes les plus dangereux. Il a deux faces distinctes: l’une est directement liée à l’omnipotence de l’amour et à l’âme sœur, l’autre concerne le changement fait par amour. On accepte tout d’abord les différences en pensant que l’amour entre les deux personnes triomphera de tout.
En réalité, un couple avec des opinions très différentes fera constamment face aux désaccords, aux disputes et aux conflits. Même si la critique et le débat sont très sains dans un couple, l’affrontement continu mine le sentiment d’unité et de compatibilité.
La seconde facette est l’une des plus répandues dans la littérature, au cinéma et à la télévision. Nous connaissons tous des histoires dans lesquelles une personne (généralement la femme) rencontre un homme qui, a priori, ne lui convient pas. À partir de là, au lieu de chercher quelqu’un de plus compatible, elle s’efforce à faire changer l’autre personne pour pouvoir former un couple.
En vérité, les personnes ne changent pas aussi facilement. L’erreur, dans ce cas, consiste à aimer la personne que nous projetons sur notre futur et non pas la personne actuelle. C’est avec elle que nous entamons ou non une relation.
La compatibilité, la tolérance et le respect, avec une attirance saine, donne vie à un amour fort et durable (si c’est ce qui nous intéresse). Nous avons vu que le fait d’essayer de nous refléter sur des modèles externes, des personnes que nous ne connaissons pas, crée en nous des attentes irréelles qui, à la longue, nous frustreront.

^
,
edit du 21 Août 2020
slatka smrt

deux faits irrationnels en un propos :

- la mort sans mort des irlandais, la bonne corrida des espagnols, bref, ce que la physiologie nomme la 'période réfractaire', est sûrement l'effet romantique masculin le plus mignon et douloureux qui soit, lorsqu'après l'amour le reste de pizza pas finite a l'air tout cramé, on sait qu'on n'en mangera surement qu'une...
- au contraire, le multi-orgasme féminin, plus accessible, n'est romantique que parce qu'il pourrait conforter l'homme dans le véritable ego de pouvoir satisfaire chez madame ce qui pulsionnellement chez lui l'est moins, par différence de fréquence et donc de réalisation du désir dual (de couple)...

alors pour parler non cru, mais qmm un peu cuit ou pourri, y'a un système qui dit qu'une clé qui ouvre plusieurs serrures, c'est cool, alors qu'une serrure qui ouvre plusieurs clés, c'est nul... à voir qui a assis cette idée et comment elle se met en place dans la tête des gens, mais qmm, je me dis, faudrait de la place pour tous types de serrureries et pas que cette idée populaire que je transcris avec ma métaphore, si on s'en réfère aux différents discours libérateurs de notre époque, qui stipule que chacun sa vision, chacun ses goûts, et le tout dans un bon droit tant que y'a pas trop de dommages...

^
,
edit du 24 Août 2020
keanu

bon je voulais faire un tour exhaustif, mais flemme pis j'serais pas assez pertinent, mais quand même, moi si y'a une personnalité qui m'a souvent inspiré un combat complexe contre l'H2O, c'est bien Keanu Reeves... Il rencontre pas beaucoup de princesses, dans leur tour, libres de manter religieusement comme les hommes les enfermeraient pour pas trop qu'on les touche...

non lui il croise des Trinity qui renverse la figure du héros et de la victime à sauver ; il a souvent des personnages si stoïques qu'on penserait quand même que vu que c'est un homme, normal que c'est un obsédé, mais lui il le cache bien donc tout va bien en société y'a rien à redire ; il se fait kidnapper et violer par des hommes ultra-violents déguisés avec des seins gentils... 'fin bref

pour moi la figure à renverser un peu les valeurs plutôt que dire qu'il faudrait mais qu'en fait non c'est plutôt bien comme ça...

je suis sûr vous allez pas cautionner, c'ptetr pour ça j'ose

(rien à voir avec le fait que le bonhomme est déjà évoqué dans cette discussion x') pure coïncidence... ou pas ? !)



nan, y'a rien de facile là dedans
c'pas du tout le genre de scène à reproduire chez soi dans notre monde pas jaloux de rien de tout...
lol
https://www.youtube.com/watch?v=zcd2uZ4nQcI
le film : L'associé du Diable

alors là j'avoue par contre c'est complexe, parce qu'affirmer que ce personnage va à l'encontre des codes du patriarcat, c'est pas visuellement évident...
lol
https://www.youtube.com/watch?v=9foSd9eD2gg
le film : Matrix

en vrai moi j'aime presque les figures inconscientes de ce morceau émotivo-stoïque...
https://www.youtube.com/watch?v=654976_4vFc
le film : Le jour où la Terre s'arrêta

"tu fais ça très bien", lui-dit l'ange pour le grand coeur qu'il dissimule derrière une gifle à excuser...
https://www.youtube.com/watch?v=hGz8KB_b4Zk
le film : Constantine


très vaporeux ce propos sur les H20, on croirait presque que c'est facile...

^
,
edit du 25 Août 2020
balance

Un gros truc bien chiant dans notre patriarchie décadente, à mon avis, c'est son fer de lance : le mensonge.

Ce qu'une psy pas très officielle m'avait fait cogiter un peu avec un terme étrangement souriant couleur soleil, ce phénomène ainsi approximé, se nomme la 'comédie sociale' ; en adjoignant l'idée d'une représentation plus que d'une ontologie, à une forme d'impossibilité au travail de la transparence, le monde théâtralisé dans ses us et codes, serait selon cette locution que je m'approprie ainsi, une vaste hypocrisie que tout le monde aime à entretenir autant qu'à incriminer. Pour les H2O ? L'entretien du mythe masculiniste dans lequel l'homme possède tous les pouvoirs de réalisation du couple et surtout, se délècte des facilités qui lui sont alors permises dans l'existence. Monsieur traque, afin de trouver à qui proposer un verre, afficher un sourire, complimenter, et madame est coincée à devoir accepter ou refuser, ce qu'au bout d'un moment je suppose, elle ne considère plus comme un choix, limitant donc la réponse à des histoires où l'homme apprécie qu'elle lance alors le débat de 'quand sera-ce enfin un oui ?' Jamais la socété n'ira afficher une femme qui traque, propose un verre souriant et complimenté, que l'homme n'a qu'à accepter ou refuser pour se faire capturer ou non... sauf :

Dans ce qui peut se faire appeler la Screewball comédie : "la spécificité de ces comédies consiste à renverser le thème classique de la rencontre du garçon et de la fille pour proposer le plus souvent une confrontation entre la femme, toujours volontaire et excentrique, et l'homme présenté sous les traits de l'anti-héros, subissant le rythme et les décisions imposés par sa partenaire autoritaire. "

Donc voilà, je tape sur google 'comédie sociale', et je tombe très rapidement sur ce cours à propos du cinéma comique américain du siècle dernier duquel je tire le présent propos : http://fgimello.free.fr/documents/cours2.pdf

D'ailleurs toute ma théorie se retrouve en fond d'introduction de ce travail... Distinguant trois types de comédies, dont le ressort principal est le recours au schématisme des modes sociaux trop complexes pour être apréhendés, le document définit :
  • 1. Comédie Sociale Mise en scène de la tragi-comédie de l'existence.
    Elle met en évidence la distance entre l'imaginaire individuel des
    personnages et la représentation sociale plus cohérente et
    complète dessinée par le metteur en scène
    .
  • 2. Comédie Sentimentale Concentration narrative sur l'histoire d'un
    couple au détriment de la représentation sociale, le plus souvent
    reléguée à l'arrière plan. Les premières comédies sentimentales
    appartiennent aux genres de la « comédie sophistiquée » et de la
    « screwball comedie ».
  • 3. Comédie Burlesque Caractérisée par l'intrusion permanente du
    gag dans la narration. Avec le parlant les gags deviennent moins
    nombreux mais exploitent les incongruités du langage, le non-sens,
    la parodie de genre, la manipulation de l'image
    . La comédie
    burlesque se transforme alors en comédie loufoque.

Le mensonge masculiniste dans tout ça ?
Le déni des formes de pouvoir incidentes... C'est-à-dire l'illusion de croire que le pouvoir des hommes s'équilibrerait vers le pouvoir des femmes, à condition qu'il n'y ait plus de pouvoir : effectivement un non-sens auquel je préfère les mouvements non-passifs d'un féminisme qui n'irait pas tuer l'idée que les choses se passent sans qu'on ait à agir dessus... Oui non, s'il y a domination, elle ne se règle pas par la démission unilatérale de l'oppresseur, mais bien également grâce à son articulation avec l'insurrection de l'opprimé.

Et lorsque le moyen de domination réside dans l'affirmation que la domination n'existe pas ou est amputable, alors le déséquilibre ne peut que s'accroitre, dangereusement...

C'est la naissance d'un conflit d'intérêt, que l'humanité a jusqu'alors bien esquivé, l'accès à la reproduction déterminé par la notion de rôle...

Ne voyez-vous pas l'Hypertrophie des Orchidées et ses manifestations miroirs, lorsque j'affirme d'après discours majoritaire, que d'un côté la patriarcat s'ancre dans la domination sociale masculine, et que de l'autre la domination sexuelle féminine vient contrebalancer cette distinction des pouvoirs ?

Mais jusqu'à où ces opposition règulent un équilibre ? Il semblerait que la balance bascule de nos jours, et j'espère franchement que le miroir reste assez propre pour que la lumière perdure, et qu'une image harmonieuse puisse se réfracter en une humanité qui aujourd'hui semble relatvement orageuse sur la question, où chacun se sent en bon droit à se revendiquer victime de l'autre côté... Oui.

Honnêtement.

^
,
edit du 25 Août 2020
ma littérature H2O

je crois qu'il est plus ou moins incontournable dans tout effort littéraire prolongé, de traiter un temps soit peu des rapports entre femmes et hommes... surtout lorsqu'on commence à vouloir rédiger de la fiction incarnée par des personnages humains, souvent sexués pour la plupart dans leur constitution ; je ne fais pas exception, et de ma plume en partie volontaire et consciente, s'érigent mes conceptions, mes visions, mes décisions...

ici donc, presque toutes mes productions d'ici qui traîtent de près ou de loin à ce que je me figure en images de valeurs, au propos des phénomènes de sexuation... c'est de la littérature, c'est donc tiré d'un imaginaire et non d'un convenu rationnel, quoique je pioche volontairement dans le cliché pour lier un peu une ambition de cohésion avec une singularité à affirmer...

:

- Alors tu viens ? - 16 août 2020
en fait y'a du perso là dedans, dans une mesure à moitié avouée, à moitiée revendiquée, à moitié imagée, à moitiée dissimulée... la pudeur du genre zéro et la douleur d'un sexe masculin affublé de conceptions psychiques très ambivalentes renversant quelques valeurs naturellement ou pas, notamment par ce qui lui arrive...

Taureau des reins - 7 août 2020
réponse à l'AT du meud d'écrire exclusivement du sesque... j'essaye donc un propos oscillant entre l'érotisme et le pornographique, qui se veut valorisateur, en l'occurrence peut-être par meilleure accointance personne, d'un rapport hétérosexuel normal quoique théâtralisé dans un idéal que je ne saurais définir mieux que par sa presque trop fade banalité de schématisme...

Elle ne croyait pas en l'homme - 29 juin 2020
je le rajoute juste après, je l'avais oublié comme quelques autres : une fiction un peu dérangeante qui met en scène des inégalités purement sexuelles, fruit d'une spéculation hasardeuse ou pas, reflet ou pas d'une majorité ou pas, d'une histoire ou pas, sans évoquer grand chose qu'un rien du tout un peu étrange autour du paroxysme du plaisir sexuel, l'orgasme...

[B12]Threshold my skin - 1 juin 2020
réponse au BT 'playa fantasy', l'évocation un peu sexy qui devait tranparaître dans la thématique me siet en hors sujet puisque il s'agit là d'évoquer ma perception d'un vécu majoritairement pensée comme agenré et non concerné par les questions d'une éventuelle pratique sexuelle...

A l'occasion d'une boîte - 19 mars 2020
peut-être l'un des propos les plus absolus dans ma perception de l'H2O, où l'on rencontre dans un tableau archétypal, ce qui fait la domination aveugle de l'homme sur la femme...

Elle avait les yeux confiture - 3 janvier 2020
une petite scène pseudo-romantique, ou plutôt qui en emprunte les valeurs pour construire ce que moi je me figure de l'amour de couple... on y croise des clichés qui peuvent ou non se renverser selon choix ou pas, ici des personnages qui n'ont aucune prétention à l'absolu, seulement à une quiétude personnelle du nous rassembler autour d'un petit déjeuner dominical au lit...

Incertidoute - 14 décembre 2019
ma petite perception personnelle, paranoïaque, amoureuse et démesurément hallucinée, d'un monde que je ne connais pas vraiment, et que mon intuition a du mal à me faire ressenti par un vécu trop peu présent pour me permettre d'apprendre ce versant des choses de la vie...

Spaghetti en guise de rayons de vélo - 01 octobre 2019
évocation platonique d'une relation entre orchidées, dans quelle fiction incarne deux personnages en marge d'une société non décrite, mais qui les voit agir différemment leur relation que par ce qu'on se figurerait de romantique à une amitié entre un homme et une femme...

Bises hard - 02 mai 2019
une vision sensuelle d'un rapport ambigu, entre amitié et presque platonisme, entre sentiment fort et distance, entre désaccord et sentence, une muse ô, poétique, effrayante, démesurée mais juste peut-être pas là où j'aurais du rendre hermétique toute perception non-personnelle... étrange !

DSO - 01 janvier 2019
une toile fine un peu poétique, inspirée par la muse qu'elle décrit, je ne veux pas profaner quiconque au contraire, c'est d'une ouverture sur l'esprit et le corps, par un respect mutuel recherché à l'approxime, que cet écrit vaporeux fut composer sans ambtion de gêner les singularités en jeu sous-jacent...

Ode à une femme - 28 janvier 2018
un bout un peu brouillon car déconcentré par la muse qui l'inspire... je ne veux pas profaner ni le bon ni le mauvais de la personne respectable qui me permis beaucoup plus que ce morceau de littérature...

obtigz - 11 octobre 2017
un peu glauque de vampire, ce poème tente de rendre compte de la sussion des entités trop romantiques... j'y écris ce que je trouve beau dans la douleur des passions, ce que pourtant ma raison voudra atténuer pour ne pas partir en déperdition extrême, mais le tout sans en renier les principes de cohésion duale...

[T14] Elephant - 29 février 2016
la fiction d'un presque rite d'initiation... encore très hétérosexuelle, la scène est là pour mettre en place dans le cadre de l'appel à texte du Mammouth Eclairé, des figures philosophiques et psychosomatiques ; il y a une recherche floue des valeurs sexuées, dans leur découverte pluss que dans leur transvaluation, quoique...

Chairs en composition - 22 janvier 2016
le troisième volet de mes petites expérimentations un peu enfantines, érocraties se pose en schéma simplifié de la sexualité vu sous l'angle d'une potentielle institution gérant ses caractères contradictoires que sont la nécessité, le contingent et la liberté, au gré donc, de la trinité interne récurrente au tryptique dont voici la fiction la plus personnifiée...

Katana - 11 décembre 2015
ici encore bien jeune dans mes considération à peine sorties de derrière les fagots poussiéreux de mes constructions psychiques à propos d'une société dans laquelle je n'ai pas trop été mêlé, et desquels je tente de synthétiser le propos que je perçois d'autour de moi autour des clichés peut-être un peu trop entretenus, mais qui preuve en est, le sont malgré moi, qui ne fait qu'en illustrer une tâche...

T23 Jouska - 02 septembre 2015
j'allais l'oublier, alors que cette réponse au Mammouth était très incidente dans ma perception des H2O, par un jeu étrange de stéréotypes, d'incarnations un peu sf, par ma perception schizoïde, etc...

Erocraties scenes - 15 août 2015
deuxième volet du tryptique, idéalement schématique, qui vaut en tant que récit d'une expérence de pensée, toujours la même à propos de la nécessité, du contingent et de la liberté, qui se manifeste autour de la pratique sexuelle qui se voit ici selon institution, obligatoire, proscrite, ou libre... les schémas faciles pour se figurer des trucs

Ombres siamoises - 17 mai 2015
quelques vers inspirés d'après muse, magnifiée, rendue à l'heure heureuse et malheureuse, je ne sais ce que je recherche, je ne sais ce que je trouve, mais c'est intense, et c'est aussi douloureux que agréable... des mots seuls ne sauraient en rendre un compte...

Connexion - 15 janvier 2015
onirisme tabou des questions tabou de la société humaine... le rêve d'une scène un peu plus sensuelle que sexuelle, à propos du propos du sexe : ce qui fait de nous une grande famille possède ce paradoxe de guerroyer la raison en sa propre juridiction ; ça parle de sexe entre jumeaux...

Erocraties - 11 janvier 2015
premier volet du tryptique sur la trinité conceptuelle de la volonté applicable à la pratique du sexe ; bien évidemment, l'obligation et l'interdiction viennent en balance d'une liberté, et cette triangulation d'un phénomène m'apporte des notions que je n'ai pas l'habitude, en bon schizoïde, de ne pas trop cotoyer... la volonté, l'inter-compréhension, etc

Sex-Tappe - 15 octobre 2012
fiction hargneuse, stéréotypée, aujourd'hui honteuse d'avoir parcouru tant de hargne par ce que je me figurais des choses de la vie, ainsi illustrées depuis souvenirs, depuis construction éduquée, depuis...?

Des vacances ? -  01 septembre 2012
un point de départ pour moi, je crois l'H2O était dans les rails, et l'histoire de ce couple qui subit un accident de voiture me parle particulièrement à moi-même, ce que je ne souhaite pas forcément à autrui au final...

edit d'edit : et puis deux pas anodins que j'avais zoubliés : les Copies du procès durable, et l'anémonique Larvex, ce sera sans petit commentaire...



^
,
edit du 25 Août 2020
waterblublu

ahah paraîtrait que j'aimerais bien avoir une mascotte pour symboliser mon combat, et en fait pas du tout mais je sais pourquoi j'ai envie de faire ces deux trois mots que je vais donc tenter par la même, d'expliquer... s'il fallait une mascotte je m'en inventerais une, et si je ne le fais pas c'est parce que j'en suis bien incapable, d'où que vaut mieux qu'il ne faille pas ; et pourtant j'ai tombé sur un truc drôle, drôle pour l'H2O, ce fluide vital presque primordial, mais surtout capital, que j'associe à l'humain d'un assemblage qui se veut incarnant une métaphysique vers notre monde physique bien réel ; et comme y'a quelques petits secrets que l'humain visiblement, entend un peu garder pour lui tousseul, bin je m'en va rendre un conte impudique mais pas tout-à-fait immoral, en tous cas pas illégal je crois bien et j'espère, même si bon, au final, y'a de l'eau même en prison, brééééf, Water Boy c'est ultra sexistement patriarcal, même s'il a sa Water Girl juste juste là aussi... 19 avril 2003 : Rémi Babinet est à la direction de création monde de BETC, l'agence de pub qui lui permet commercialement de lancer un truc de ouf... nan ptetr pas ze révolution de l'humanité, mais pas loin, oui, avec un produit audiovisuel télévisé de réclame, d'annonce, QUAD et WIZZ productions engage trois réalisateurs dont on oubliera le nom parce qu'on a tous les mêmes et qu'on est beaucoup : DEISS Sophie, SAUREL Jean-Christophe, SOANDSAU... et afin de vendre de l'eau minérale plate, ils vont venir générer un buzz sensationnel autour de leur concept mêlant publicité et clip musical, dans le mini-film qui reprend une version énergique et actuelle pour l'époque, du mythissime "We will rock you", reprise depuis l'inlassable "QUEEN", oui je cite, je cite tout le monde parce que... bin parce que je voulais juste faire un GIF avec le love de WaterBoy et WaterGirl, et que, la malgré tout très bien ficelée institution légale des droits, m'a bien fait galérer puisque visiblement, toutes ces images et ces sons ne sont pas de l'ordre de la licence publique comme nous avons ici l'habitude cher meud, de vouloir entretenir par convention plus ou moins consciemment volontaire, oui, cette vidéo est strictement inaccessible en termes de réutilisation... d'où que j'en parle, voilà, si ça se trouve j'ai même pas le droit de dire tout ça en vertu des trucs qui protègent ce machin, mais quand même... il faut ! pourquoi ? bin parce que c'est de la bête de bombe d'H2O, voilà pourquoi ! je ne link pas de youtube illégitime, mais on peut visionner des versions plus ou moins acceptées si on cherche à peine, ne serait-ce que, apparemment, sur des dvd de l'époque... eh merde, j'ai un énoorme pavé là, je voulais faire juste une mascotte en début de sujet, ou une phrase qui évoque tout, pis non je gropaté ce truc... où vas-le mettre ? vavoir...



^
,
edit du 26 Août 2020
lordose et ratatine

wow, t'avais raison Ben.G... me suffit de me renseigner un peu pour trouver des arguments à mon propos 0O... j'ai tapé trois mots clés sur gogl, j'ai cliqué sur tous les liens sauf le premier, pis comme je l'avais zappé bizarrement pas fait exprès, j'y suis retourné et bin... ouais, méga intéressant, j'ai survolé une densité à 60%, faut dire que c'est facile à vite prendre du contenu parce que, excuse moi meud, mais la compréhensibilité de la science se rit ou se pleure des ourlets de langue... bréf, y'a des schémas, des dessins, des tableaux, ça étudie le mammifère du rongeur à l'hominidé en passant par le primate, et pis bin... je me lis dans les mots d'un autre :

Citer
Conclusion

Le comportement de reproduction des mammifères non-primates est un comportement instinctuel contrôlé par les hormones et les phéromones et correspond essentiellement au niveau moteur à l’exécution des réflexes copulatoires. L’affaiblissement du contrôle hormonal, l’altération de l’olfaction et la disparition fonctionnelle du réflexe de lordose rendent peu fonctionnels la majorité des processus innés de ce comportement de reproduction. Comme le système de récompense et les zones érogènes sont les seuls facteurs innés à ne pas être altérés au cours de l’évolution, ils deviennent chez les hominidés le principal facteur neurobiologique du comportement sexuel.
En raison de ces évolutions particulières, le comportement sexuel n’est plus centré sur l’exécution innée des réflexes copulatoires, mais sur la stimulation apprise des zones érogènes génitales dans le but d’obtenir des récompenses sexuelles. Le comportement de reproduction a évolué vers un comportement érotique.
ref : http://www.cndp.fr/entrepot/themadoc/vivre-sa-sexualite-les-bases-neurobiologiques-du-comportement-sexuel/reperes/evolution-du-comportement-de-reproduction.html

j'ai même plus envie de voir les autres liens tellement j'me suis fait du bien à tomber là...

bon du coup comme j'ai appris un mot qui a l'air incident (ou du moins le désigné de son désignant), je check :
lordose : courbure de la colonne vertébrale
ahui c'est important en obstétrique déjà, et moi qui cherche une preuve de la ratatine, bin je crois elle est là, total, oui, moi c'est les lombaires étout, j'y sens depuis des années et j'essaye de me torturer afin de rester et 'me tenir droit', chose que je dois faire mieux quand je suis debout comme un humain, mais qui est plus difficile qu'à quatre pattes parce que je suis debout comme un humain... bref... moi tout là, je lis juste : on s'éteint par l'affaissement de nos corps ratatinés par humanité civilisée...

bref, les H2O, c'est énormément de crises qui mouillent nos esprits et nos corps d'une pluie grise qu'on pourrait se dire que c'est bien le soleil...

et puis après curiosité : salut ViVi, tu connaissais ce mot rooooh ! lordose cébô
(lourde rectif edit : Eveil, c'est un honneur)



^
>> filer directement à la conclusions <<
« Modifié: 28 août 2020 à 07:15:31 par Dot Quote »
"-  Georges Brassens, que pensez vous de La Tour des Miracles ?
- Moi, je m'en fous.
- ?
- Dont-on en conclure, Georges Brassens, que, père indigne, vous ne prisez guère cet ouvrage ?
- Je me fous de tout ce que j'ai écrit. La seule chose qui m'intéresse est ce que j'écrirai demain."

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.043 secondes avec 23 requêtes.