Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

17 janvier 2021 à 04:23:27
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Sous le soleil des topics » Discussions » Hypertrophie des orchidées !non-censuré! - pu(rient)tains

Auteur Sujet: Hypertrophie des orchidées !non-censuré! - pu(rient)tains  (Lu 45568 fois)

Hors ligne Loup-Taciturne

  • Prophète
  • Messages: 613
  • serviteur de Saturne
Re : Hypertrophie des orchidées !non-censuré! - RITES
« Réponse #330 le: 10 novembre 2020 à 18:17:08 »
Citer
en gros : pathologique, si je te suis bien Loup-Taciturne toi qui te renseignerais facilement sur tes influences mêmes involontaires, c'est juste un autr emot pour dire minorité statistique globale, qui encadre tout ce qui ne se fait de pas stéréotype, dans le sens type le plus commun ?
Si tu veux le fond de ma pensée, la notion de pathologique est pour moi trop relativiste pour penser scientifiquement. Elle renvoie à une conception abstraite de la santé (parfaite) par opposition à la maladie (pathologique) comme dirait l'auteur que tu cites.  Alors que la maladie, la santé imparfaite, est la condition la plus banale et régulière de la "santé".

Je crois que dans cette discussion, la question du "pathologique" ou pas est une impasse. En réalité on n'a pas besoin de dire si une situation est pathologique ou non pour la connaitre, la comprendre et la définir par rapport à d'autres réalités. La question du pathologique, je la laisse à la subjectivité de la personne et à "l'objectivité" du médecin concernant ses critères de santé. 

Mais oui, en quelque sorte je l'ai utilisée au départ pour décrire une irrégularité biologique, une non fonctionnalité biologique, une anormalité, constatée par la médecine. Anormalité de nature à être distinguée du nonconformisme culturel ou de l'anormalité biologique qui demeure dans le champs des possible de la population générale selon un certain "écart type". Il y a des phénomènes qui ne rentrent pas dans un écart type. Ils sont des sauts qualitatifs et non quantitatifs.
Par exemple la différence entre la taille de 2 personnes est un saut quantitatif alors que la trisomie est un saut qualitatif. Il y a un continuum   entre les degrés de taille des personnes dans la population. il n'y en a pas entre une personne trisomique et une personne non trisomique.

Je n'ai pas à dire si la trisomie est pathologique ou pas, je constate juste qu'il y a des "minorités" qui sont produites par des phénomènes de nature différentes, des écarts à la norme quantitatifs ou des "anormalité" qualitatives, appelez ça comme vous voudrez.

Pour moi, et je pense que tout le monde sera d'accord, malgré ce qui a pu être avancé ici je crois, la différence des sexes est un saut qualitatif entre les deux populations sexuées, il n'y a pas un continuum entre les sexes en forme de courbe de Gauss.
Et ceci revêt pour moi une importance capitale quand on s'interroge sur la manière dont les humains se représentent cette réalité. La manière dont ils donnent du sens à cette altérité qu'ils constatent.
« Suis-je moi ?
Suis-je là-bas, suis-je là ?
Dans tout "toi", il y a moi
Je suis toi. Point d'exil
Si je suis toi. Point d'exil
Si tu es mon moi. Et point
Si la mer et le désert sont
La chanson du voyageur au voyageur
Je ne reviendrai pas comme je suis parti
Ne reviendrai pas, même furtivement »

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 286
  • 💡
    • mordelang
Re : Hypertrophie des orchidées !non-censuré! - norme
« Réponse #331 le: 10 novembre 2020 à 18:43:30 »
ouioui je ne suis pas sûr de raccrocher sur l'importance du terme dans le débat, c'est sûr il n'est sûrement que gravitationnel, et pourtant il fut employé suffisamment pour qu'il y a ce relief de la raison par ma perception, et en fait tu amènes bien un truc inévitable dans la préhension d'un environnement, le fait que la science notamment étudie de l'information, et ce par des outils que les données démographiques sont effectivement pour la sociologie et toute étude de masses, très souvent bien illustrées par gauss, d'où que j'avais fait ce sujet qui manque à la liste de lien donc : https://monde-ecriture.com/forum/index.php?topic=33807.0

et puis heu bin en fait tout ceci je crois juste sur une définition d'usage différent vous voit vous prendre sur des soi-disant désaccords, ou personnellement je ne vois que des irrégularités de dictionnaire entre vos deux calques lexicaux, et là où il y a insulte et blessure, c'est uniquement sur les valeurs morales de chacuns sur votre utilisation du terme ; je ne dis pas qu'il y a que ça, mais je m'attaque pas à tout et en tant qu'élément qui m'aparait pondérant, je tiens donc à signifier que, puisque de morale il s'agit à juger les termes selon échelles ou sensitbilités, je voulais juste dire que pathologique, à la base, n'est pas une insulte, là où je te sens blessée Ariane, non ? est-ce que tu as l'usage de ce terme dévalorisé comme peuvent l'être, sans jugement de ma part, les termes 'fou' 'divergent', ou autres pathologiseries qui en fait, sont comme tu le sais, à valeur descriptives, comme cette norme d'ailleurs, c'en est une, et donc toute catégorisation comme relevant d'un non droit découlant de la structure incluant le terme, par Loup-Taciturne, n'a en tout cas pas valeur autre que la description justement, d'un état particulier qui ressort depuis la norme, et qui, donc, intéresse les logies...

:)

 ?

Edit

"heu bon la question de la norme m'a un peu pas mal travaillé ces dernières heures, je savais pas trop comment rassembler les moults influences qu'il faut aller piocher pour cerner un propos que je retranscris ici, attention c'est un tableau de dimension deux virgule quelque chose : il y a bien deux entrées, mais un peu plus de détail arborescent, développé par la mise en page, comme je vais tenter de reformuler avec quelques phrases, définitions et articulations tirées encore une fois d'une expérience de recherche et d'étude, qui dépasse un peu ce qui se fait de socialement démocratique par liens libres, accessibles, gratuits du web, ou par les bibliothèques plus ou moins publiques et équilibrées... bref, je veux dire que y'a du simplement wiki, mais également du universitaire qui est pas toujours forcément linkable quand on est en philo, puisque l'enseignant-chercheur fait sa philo quoi, il réfléchit et c'est un apport dont les traces peuvent demeurer complexe à rendre, surtout lorsque le jeu est d'interptéter ses propos !"

la norme sexuale
classification approximative
des enjeux statistiques
à la sexuation


TYPE
JURIDICTION
DOMAINE
ORIGINE
SECTEUR
OBJETS
PRESCRIPTION
DESCRIPTION
concept philosophique
majeur associé

historiquemoeurssocialusagepratiqueindiviu,
famille,
société
coutumespratiquestemps
religieusefoimoralmétaphysiquecroyanceuniversel,
particulier
valeursconceptionsmorale
médicalemédecinedéontologiescientifiquesavoircorps, esprit,
hygiène, santé,
reproduction
principesconsidérationsvie
légalelégalitépolitiqueinstitutionconsensuelleidentité,
genre,
orientation
loisdécisionsjustice



donc voilà, le but du jeu là dedans est de montrer que la norme n'est pas un concept qu'on ôte par simple goût pour l'agréable de l'équation ; elle impose ses contraintes sur quatre de ses types :
- la norme historique, c'est-à-dire les moeurs avérés d'une société en matière de sexuation
- la norme religieuse, qui régule par la foi tout ce qui se fait de moral dans la gestion commune de cette pratique sociale
- la norme médicale, qui emprunte à la fois à la science ses informations et à la philosophie une déontologie pratique, et ce afin de préserver la vie dans ce qu'elle est impactée par la sexuation
- la norme légale, qui institue par convention écrite, le consensus partagé, l'accord validé sur l'usage autorisé et donc encadré, de la sexuation

par ailleurs, elle agit donc, en tant que double tranchant, sur la description des ensembles, ainsi que sur sa prescription, comme est en italique :
- historiquement, la norme décrit les pratiques et prescrit les coutumes, en ce sens elle joue un regard sur le passé autant qu'une continuité dans le temps
- sur le plan de la foi, la norme décrit les questions existentielles, et prescrit les réponses, ce sont des conceptions à valeurs morales et cela fait intervenir la croyance
- pour la médecine, la norme décrit à la fois ce qui se sait et ce qui se fait, tout comme elle le prescrit : c'est de partis pris à l'efficacité qu'elle définit ses prérogatives ; elle est régie par la science
- enfin, la norme légale décrit les décisions consensuelles, et prescrit les comportements acceptés ; c'est l'institution politique qui gère ceci

ses objets sont multiples, variés et difficilement classabes car inter-disciplinaires, inter-connectés, inter-incidents... pourtant :
- historiquement, la nécessité de distinguer l'individu, sa famille et la société, est un tryptique ontologique relatif à l'humain dont ne peut se départir la forme des normes sexuales
- religieusement, les conceptions existentielles non plus ne peuvent s'ôter de la question, notamment sur l'universel et le particulier des réflexions à propos des normes sexuales
- médicalement, ce sont les questions de corps, d'esprit, d'hygine, de santé et de reproduction qui sont principalement traitées par le biais de leurs sciences respectives
- légalement, on en vient à devoir politiser les questions d'identité, de genre, d'orientation



un reflet philosphique peu développé, enfin, où la sexuation semble alors dans ce qu'on a à la gérer sur les domaines concernés, une gestion donc, de la vie, dans le temps, pour la morale et par la justice : l'histoire a façonné dans le temps, des pratiques vitales que la morale questionne et que la justice solutionne :
- ainsi en exemple, le mariage pour tous s'inscrit comme un nouveau temps de la vie qui rend justice à la morale : c'est bien une décision de loi qui autorise en faits ce qui est estimé en droits pour la vie concernée ; les textes consensuels s'accordent donc à accepter la pratique de droits fondamentaux à son époque, à savoir se marier avec le sexe que l'on souhaite, sans restriction de choix, et ceci concerne bien sûr, l'orientation
- en autre exemple, la monogamie séquentielle s'inscrit dans nos temps, comme morale de l'égalité, en justice du couple exclusif ; l'Etat promet par le mariage unique une justice assurée pour la vie de ses concernés, et qui applique sa propre morale



c'est philomorpique hein, aucune donnée purement scientifique, pas de la croyance non plus, c'est un mashup donc, de diverses formes ici rassemblées autour des enjeux de la norme sexuale, sans grosse prétention à la pertinence, mais disons que comme je me posais une question et que j'ai eu du mal à trouver par mes recherches sur gogl, mes souvenirs de cours, mes réflexions personnelles et ma culture, bin j'ai du réfléchir pour composer un truc, imparfait certes, surement approximatif comme je le spécifie, mais qui a le mérite de m'éclairer moi en fixant les petites boitse nécessaires pour penser une situation, ce que j'ai l'humilité d'avouer ne pas trop avoir fait pour songer à la sexuation, personnellement ; vous me direz, c'est naturel, y'a pas trop besoin de théoriser... bin moi j'ai besoin de ça, là, je vais passer pour un rangeur de chambre, mais je m'en fous...

au plaisir
« Modifié: 11 novembre 2020 à 12:15:10 par Dot Quote »
"I don't care if your world is ending today
I wasn't invited to it anyway
You said I tasted famous, so I drew you a heart
But now I'm not an artist I'm a fucking work of art
"
- MM

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 286
  • 💡
    • mordelang
savez-vous violer les hommes - EXPLICIT (sexe & violence)
« Réponse #332 le: 22 novembre 2020 à 01:49:02 »
Aux balances qui s'équilibrent...

bon heu, voilà, j'avais écrit ça y'a trois ou quatre ans, à l'époque la situation des violences sexuelles sur les hommes n'était pas sur la lente libération qui suit celle des femmes, et le propos était donc un peu tendu, il serait sûrement passé à côté, aurait déjà été incompris dans ce qu'il décrit

je vous attends, venez encore dire que je soutiens la mauvaise cause

nan, ptetr avec moins de blessure et de défi dans la voix : au contraire je crois que certains commencent à comprendre quel combat je poursuis ; j'ai rien contre les femmes quoi qu'en disent les mauvaises langues, mis à part un vécu douloureux, mais j'avais pas forcément l'ambition de le renvoyer à l'envoyeur, ce vécu un peu complexe et qui ne se limite pas du tout à ce reflet par fiction textuelle, mais tout de même, sachons que ça existe et qu'à mes yeux tout se jutifie par ce, vous savez non ? ce schéma très simple en image graphique que je vais essayer de traduire en mots de comptoir, qui résume le cercle vicieux suivant qu'on entretient un peu tous sans nous rendre compte : la belle gentille rencontre le connard, qui lui brise le coeur, elle devient la salope, qui rencontre l'innocent gentil, elle lui brise le coeur, il devient le connard, et s'en va rencontrer une autre belle gentille... etc. "c'est l'histoiiiire de la vie ! le cyclé éterneeeeel"... bref

on entend pas encore trop les hommes se plaindre, et même s'ils restent minoritaires dans certains points de vue des statistiques, sachez que tout ceci existe également, et que personnellement je me sens pas assez machiste pour soutenir un féminisme qui passerait outre les abus qu'en tant qu'homme, je ne peux pas trop lui en vouloir mais qmm, j'ai mâle de plein de trucs

je préviens d'une mention : EXPLICIT (SEXE & VIOLENCE)

mais il y a assez de poésie pour qu'on puisse se sentir au calme je crois



Auscult - Savez-vous violer les hommes ?
#sos #mâle #physiologie de la torture #littérature h2o


   Les Amazones ont capturé le Roi des Hommes.
   Il est crucififié encordé, sur la place publique en plein été.
   Les femmes se sont attroupées comme pour cette exécution publique qui ne saurait être différemment envisagée dans un temps reculé où les gens vivaient de peaux et de bêtes, d'arcs et de flèches, et où les hostilités guêtaient des cardiographies impromptues.
   Tout d'abord, la lente exhibition de son impuissance. Il n'est pas mort au combat, mais les filets ont pris soin de le laisser ici-bas. Lorsqu'il s'éveille, le regard perdu, puis dur, puis résolu. Il n'est plus rien au milieu de ses fantômes. Il a perdu la guerre contre les femmes, et tous les siens ont été exterminés jusqu'au dernier. Sauf lui. Pour le souvenir d'une virulence. La fin de ses sens.
   Sa couronne de fer sera son dernier vestige funéraire. Mais les liens enserrent surtout les cuirs sommaires et virils d'un musculaire tentaculaire au ventriloquences vernaculaires, s'il en est sans offence et par obsession lunaire. Le guerrier barbu aux cheveux noirs qui commencent à neiger se morfond d'humilité. Lui qui n'a connu que l'horrible destinée des engagés va finir empalé sur la croisée des plasticités.
   Pour l'instant, c'est l'interrogatoire, le jeu du purgatoire. S'il n'est de réponse appropriée, il n'y aura pas de précipité. La bouraison aurait quelque chose de ce chaudron d'invitation qu'il convient de passer sans son. Intérieur, fort, le Roi absorbe sans broncher, il ne sait ce qui fait trébucher mais sait que c'est le revers de son épée. L'Amazone lui pose ses conditions, et de quand menace l'extinction. Il n'y a plus de raison d'alléger le poison qui nous entrave les veines, cette vie si vaine et si vilaine. Que veux-tu preux chevalier ?
   Non confiant d'un équilibrillant d'irrésistiblement outrageant, il se fait ôter ses gants, et ses sandales. C'est un scandale comme les sbires resserrent immédiatemment les liens au fur et à mesure. Tout son corps est bloqué, arqué en avant contre cette croix de bois et ses manches en branchements. Ces tibias et ses avant-bras se découvrent des tuiles sous les découtures des amazones méticuleuses. Il est à la mission de leurs lames acérées qui coupent finement son armure en frolant ses artères, pendant qu'il suffoque intérieurement.
   Les biceptaux et les quadriceptaux, à leur tour, sont dégarnus.
   Reste un tronc protégé par plastron d'épiderme renforcé.
   On lui a alors ôté sa cuirasse et sa coque.
   Et les linges en dessous.
   Les Amazones sont sans dessus dessous.
   L'Homme.
   N'a pas entendu parler des tortures Amazones.
   Elles le nettoient et le huilent au soleil.
   Elles prennent soin de son acceptation.
   Et lorsqu'il se sent prêt, elles entrent en action.
   Masser l'érection.
   Jusqu'à l'exclamation.
   Tout doucement, carresser au départ, frôler encore avant.
   L'hégémonie d'une vibration tendrait vers l'élucubration.   
   Mais son geste, son son, l'Amazone, qui peu à peu, se dévêtit aussi, et intime de son corps quelque chose de retors pour l'esprit du Roi. Qui se tord, se perd, se dandine immobile, crispant ses liens au moment où il vient. Mais non.
   Tout s'arrête.
   Elle veut le garder encore un peu, parce qu'après c'est fini et il faut juste attendre, c'est ce que prédit le manuel des gendres de ces miladies et alors qu'il ramollit elle le rebrandit. C'est de ce maudit préludit qu'elle affirme qu'un indice de calice serait le supplice de ses petits aux service de la vie, qu'on inséminerait de son choix ou pas.
   La race entre ses mains, ou entre les siennes.
   Elle attend qu'il n'en puisse plus, que ses suppliements soient découvenus et gênants, ses supplications à aller de l'avant, continuer, plus intensément, jusqu'à ce qu'il ne sait vraiment. Il en veut il en demande, ce qu'il peut ce qu'il bande, c'est pour un jet d'offrande, il le sait mais pourquoi, on ne sait ce que quoi ?
   Elle lui dit alors que le dilemme est fatal et que donner sa vie signifie la perdre quelque part, et qu'il va mourir de n'avoir su garder son élan vital qu'il expulsera par son orgasme léthal.
   Le Roi des Hommes tressaillit.
   Pourquoi jamais personne n'est revenu de chez les Amazones.
   Le pourquoi.
   Il tente instinctivement la rétractation, mais elle continue doucement, que c'est bon.
   Son corps se tend se détend ordonnant à l'organe de ne pas passer la douane.
   Mais elle le surprend de vitesse, l'Amazone vengeresse, et il se sent monter.
   Monter.
   Ses suppliques trouvent un écho sadique.
   Elle cesse à l'instant où il se sentait presque s'abandonner à la mort, affolé mais délivré par le sort. Il convulse, se tort. Plus tard il voudra la mort, mais pour l'instant il ne peut que subir l'effort du désir intox né pour fuir l'équinoxe de son plaisir interdit à jamais profané.
   Il en demande et n'en a pas, puis en a quand il n'en veut pas.
   Quelque part elle ne comprend pas, ce qui se trame pas-à-pas.
   Lorsque le soleil se couchera tu mourras.
   Et il hallète en attendant le coucher du soleil qui est si long quand on perd la raison de sa toison.
   Lorsque celui-ci arrive, les Amazones ont toutes eut le temps de se dénuder et de se câliner devant le supplicié. L'Amazone lui demande s'il est prêt à mourir. Il répond qu'il a perdu la raison.
   Et lorsque gicle son grognement acidifié par l'effort non récompensé, il fuse de douleur que son orgasme est brûlé.
   Elle le laisse respirer, et réaliser.
   Il n'est pas mort de ce délice torturé.
   Mais elle lui assure que cela va durer.
   Elle reprend alors sa verge gluante et l'agite au plus vite de la démence ainsi provoqué dans les sens du Roi des Hommes, qui se voit révulsé de sensibilité.

signed from the deep :


true error
edit du 30 nov 2020


(si vous n'êtes pas d'accord avec le consensus scientifique, c'est votre droit de venir argumenter pour faire valoir votre révolution pertinente... moi la mienne est ici et et , sinon bin j'ai écrit ce truc qui est pas du tout ni sérieux ni quoi, t'façon clafouti)

nan en vrai jusqu'où ça remonte ce patriarcat ? t'sais ? le fait que c'est les hommes qui font tout... une décision d'avant 1945 à prendre ? jamais tu demandes à une femme, alors bon, si, genre 1700 étout, tu leur demandes, c'est déjà bien parce qu'elles te répondent... mais en grèce antique ? il parait qu'elles ont pas le droit tout simplement de s'exprimer, alors elle vont pas faire genre elles sont formées pour ! se battre ? pareil, assurer la sécurité, on a du se dire à un moment, bon, je préfère mourir plutôt qu'elle, alors je la protège ; ou alors c'était l'inverse, elle s'est dit, je vais pas mourir pour des conneries pareil, je me protège ; bon, on s'en fout, le but du jeu là c'est de reconnaitre jusqu'où ça remonte, ce patriarcat qu'on essaye de renverser et qui fait que y'a des abus de ce truc un peu renié aujourd'hui, le pouvoir... bon, au delà ? c'est dur à témoigner, la plupart des cultures sont patriarcale, est-ce que c'est la culture qui l'est ? quelle est-elle alors ? si ça se trouve monsieur a trouvé le feu il a fait peur à madame il s'est énervé elle s'est soumise il a fait de la merde elle a fermé sa gueule, pis depuis ce temps on traine les séquelles psychosocial de la catastrophe ? le feu... c'est ptetr même pas ça t'sais... qui a planté une graine créant la civilisation par sédentarisation ? l'humain, c'est pas juste une étiquette unique, c'est des axes d'acquisitions culturelles, donc les premiers qu'on a, c'était genre le feu, l'agriculture, pis d'autres plus orbitaux mais ça devient complexe : le pouce opposable qui nous a débloqué trop de réel, c'est un problème différent, donc dur de le situer sur le débat de la sexuation, et pourtant il y joue un rôle majeur également, quoique très diffus... le pouce opposable, c'est ce qui nous a donné accès à l'outil, puis à la technologie ; matte deux seconde ta femme sans le silex et ses dérivés, tu crois elle serait comment là dans ce monde juste un peu différent ? le feu plus simple à voir non ? la sédentarisation tu vois toujours pas ? bon... donc, le patriarcat, d'un côté, c'est l'homme qui fait tout et que c'est pas légitime, on est d'accord, mais si osef de savoir qui a ramené le feu ou les murs ou le silex, ce qui semble êtr ela volonté aveugle unanime, eh bien faut qmm ressituer les choses à leur place pour agir, non ?

bon bin y'a la balance après, le fait, mais pareil dur à situer dans le temps : depuis quand elle décide pour ce qui est de antéchronologiquement : choisir son partenaire parmis la liste plutôt que faire des initiatives imprpoductives, enfanter et remplir le devoir de maison plutôt que jouer à la guerre, 'fin toutes ces conneries dont aucun homme n'a accès et que du coup en bon véreux qu'il est, il lui fait croire que c'est pas honorable, le genre de stéréotypes machistes quoi, 'fin juste haineux, si on voulait partager vraiment on ferait une institution qui se fixe pour objectif de résoudre une bonne fois pour toutes les tensions, mais non, égalité ou différence de droit, c'est pareil, tout ce qu'on veut c'est plus de ce qu'on a, 'fin c'mon avis hein, vous venez avec le contraire quand vous voulez, moi j'assume ma vision, pis j'espère vous aussi, j'vais pas me brider pour vous...
« Modifié: 30 novembre 2020 à 14:43:18 par Dot Quote »
"I don't care if your world is ending today
I wasn't invited to it anyway
You said I tasted famous, so I drew you a heart
But now I'm not an artist I'm a fucking work of art
"
- MM

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 286
  • 💡
    • mordelang
Re : Hypertrophie des orchidées !non-censuré! - QUESTION
« Réponse #333 le: 14 décembre 2020 à 12:27:48 »
moi sur le sujet de l'Hypertrophie des Orchidées, j'ai qmm une question dont la réponse pourrait sembler évidente, à tous ceux qui se croient dans je-ne-sais-quel monde, mais qui pour moi ne l'est pas tant que ça, donc je la pose :

Est-ce que c'est vraiment de mieux en mieux la sitation ?

- sur les violences sexuelles ?
oui, bon, faudrait voir le rapport démographique, mais il me semble quand même qu'on entend des histoires de plus en plus sales, même si au final la justice finit toujours pas faire en sorte qu'on reste chez soi sans tenter de vraie révolution
- d'un point de vue social, la patriarchie ?
parce que bon, voilà, moi j'entends encore dire que tous les mecs sont ainsi dominants sur tous les plans pro-financiers-moraux, pis sauf sur les qualités non-reconnues des femmes, et que le jour où ça changera ça sera que les femmes et les hommes ont bien combattu...
- sur le tabou de la compétition pour l'accès à la pratique sexuelle ?
oui, parce que là heureusement que j'ai la science pour appuyer mon intuition, parce que l'hypocrisie sociale est forte là dessus, moi ça fait longtemps que j'ai pas entendu la verité telle qu'elle fut crument dite en mes jeunes années, les femmes tiennent les hommes par les cou*lles, un point c'est tout

- en bref, sur les inégalités sexuales :
ouais, ma question, c'est : est-ce que chacun se sent moralement serein vis-à-vis de ses ancêtres infamement patriarcaux alors que l'humain est naturellement bon et sans inégalités lol, ou est-ce que ce truc qu'on aime à venir retapisser de temps en temps, ce serait pas un mur de plus en plus dégueu, quoi qu'on en dise ?

vraiment je me pose la question, êtes-vous satisfait de votre enclave égalitaire en patriarchie ?
"I don't care if your world is ending today
I wasn't invited to it anyway
You said I tasted famous, so I drew you a heart
But now I'm not an artist I'm a fucking work of art
"
- MM

Hors ligne Cendres

  • Prophète
  • Messages: 948
Re : Hypertrophie des orchidées !non-censuré! - QUESTION
« Réponse #334 le: 14 décembre 2020 à 19:23:02 »
Tes textes sont souvent trop littéraire pour moi afin que j'en comprenne tous le sens.

Ton écrit faisant 23 pages, je ne lai pas lu en entier et juste ton dernier paragraphe. J'ai décide de répondre selon mon point de vue.

-sur les violences sexuelles ?
oui, bon, faudrait voir le rapport démographique, mais il me semble quand même qu'on entend des histoires de plus en plus sales, même si au final la justice finit toujours pas faire en sorte qu'on reste chez soi sans tenter de vraie révolution

Je ne pense pas qu'il y en a plus. D'ailleurs, c'est quoi des histoires sales ? Les types de perversions utilisé lors des abus sexuels ? Ou juste le faite d'en avoir plus connaissance des abus?

Malheureusement, avec la dernier loi fait par le gouvernement, l'âge du consentement a été enlevé. C'est à la victime de prouve que c'est un viole. Je trouve que c'est n'importe quoi. Ca devient des atteintes sexuelles.

- sur le tabou de la compétition pour l'accès à la pratique sexuelle ?
oui, parce que là heureusement que j'ai la science pour appuyer mon intuition, parce que l'hypocrisie sociale est forte là dessus, moi ça fait longtemps que j'ai pas entendu la verité telle qu'elle fut crument dite en mes jeunes années, les femmes tiennent les hommes par les cou*lles, un point c'est tout

Je ne comprends pas trop ce qu'est la compétition a la pratique sexuelle ? C'est comme les Jeux olympiques, avec des épreuves ?^^

- en bref, sur les inégalités sexuales :
ouais, ma question, c'est : est-ce que chacun se sent moralement serein vis-à-vis de ses ancêtres infamement patriarcaux alors que l'humain est naturellement bon et sans inégalités lol, ou est-ce que ce truc qu'on aime à venir retapisser de temps en temps, ce serait pas un mur de plus en plus dégueu, quoi qu'on en dise ?

La nature crée des inégalité et la société essaye, ou prétend, de les gommer. Quelqu'un né aveugle aura moins de chance que quelqu'un ne l'étant pas.
La société est dominée par certain hommes. Mais je pense que si c'était l'inverse, que certaines femmes seraient dominantes, il y'aurait aussi de l'abus. Je ne pense pas que les femmes sont mieux que les hommes, c'est juste que beaucoup sont sous leur "domination.".

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 286
  • 💡
    • mordelang
Re : Hypertrophie des orchidées !non-censuré! - QUESTION
« Réponse #335 le: 14 décembre 2020 à 20:21:00 »
cool ton point de vue, c'est sympa d'avoir pris du temps !
je vais tenter de réagir selon ce que je me figure également...

pour le plus ou moins des abus, c'est toute ma question, tu penses donc toi que y'a pas pluss d'histoires sales, ou du moins que rien n'est prouvé, sinon qu'on en entend plus parler qu'avant ? parce que dans un sens, je vois mal une société telle que y'a cinq mille ans nos ancêtres, perpétrer des trucs bien dégueux comme aujourd'hui tant sur le plan physique, que sur le plan psychologique des violences sexuelles ; parce qu'effectivement du coup, la question se pose : si ça se trouve on avait déjà des trucs dégueux avant mais on ne le savait pas, tant du côté des hommes que des femmes ; aujourd'hui par exemple, encore on entend que très peu parler des hommes battus, simplement parce qu'ils sont encore des loups et pas des moutons, enfin je dis ça sans méchanceté hein, mais faut voir l'aspect social des liberté d'expression, se plaindre c'est pas gratuit, c'est un acquis social et jusqu'alors dans l'histoire, y'avait pas moyen, jusqu'à ce qu'on se pose des questions de douleur des femmes...

à propos de la loi vraiment je crois qu'on est dans une période transitoire où on se pose ces questions et où la législation n'est pas encore le reflet de la réalité qui est trop complexe pour être formulée avec des mots, la loi quoi... du coup j'espère qu'à force de nouvelles jurisprudences, on parviendra à ce qu'il n'y en ait plus du tout, mais matte le rêve ! car il ne faut toujours pas se leurrer : l'un des objectifs de la république, c'est noté dans les textes constitutionnels, c'est pas n'importe quoi, est l'effacement des inégalités sexuelles, c'est donc dire à quel point c'est naturel pour nous de les perpétrer, puisqu'il faut un consensus politique un peu majeur qmm, pour donner les directives du truc ! eh oui, c'pas grâce au comptoire de dédé qu'on obtient les droits des hommes et des femmes, c'est par ces lois qu'on critique tant qu'elles ne sont pas optimales... mais qmm !

sur le tabou, je vois bien que tout le monde ferme les yeux oui, la compétition t'en rigoles quand j'utilises ce mot, tu mets un sourire, mais moi j'trouve pas ça drôle, car c'est le phénomène majoritaire terrien animal, qui fait que c'est l'homme qui viole la femme, que c'est la femme qui quand l'homme est civilisé, décide de lequel viendra lui mettre son truc vulgairement après avoir payé les rosese avec sa domination... donc les épreuves du j'attends enfermée dans ma tour, oui, c'est ce qui scientifiquement fait que madame est supérieure sur ce plan, et que ptetr si elle se fait violer, c'est qu'elle se rend même pas compte de son pouvoir... donc sourire, hein !

tu dis qu la nature crée des inégalités et la société essaye ou prétend de les gommer...  pas tout à fait ; la société c'est le rassemblement de gens au delà de la famille ; l'organisation qui vise la résolution des injustices, c'est la politique ! et vu comment on dénigre ce qui se fait de politique actuellement, je comprends que y'aiit que des requins pour prétendre aller s'allier à des soit-disant démocrates pour faire avancer ces questions, donc cette fois c'est moi qui rit un peu jaune : c'est qui les dominants tu crois ? ces requins ils payent des prostites pour résoudre leurs frustrations de boutonneux intellectuels en manque de reconnaissance tu crois ? ah non ils ont du frics touvab, les boutonneux intellectuels en manque de reconnaissance ils ont la morale, ils vont pas payer ni violer, mais du coup ils ont pas le moral, alors ils restent sans pouvoir, puisque c'est les requins qui l'ont et qu'ils se payent des prostite avec...?

'fin bref, à mon avis, quand j'entends que le plaisir sexuel en psycho fonctionne comme moteur majeur des comportements par le biais des systèmes de récompenses, mais qu'il est très dangereux sur le plan des extrêmes de manque ou au contraire de l'excès, le fait que c'est considéré comme une drogue mais aussi comme un besoin normal d'une fonction d'un organe spécifique, je vois bien que y'a un truc, mais je sais pas quoi...

on avancera ou pas, on verra
"I don't care if your world is ending today
I wasn't invited to it anyway
You said I tasted famous, so I drew you a heart
But now I'm not an artist I'm a fucking work of art
"
- MM

Hors ligne Loup-Taciturne

  • Prophète
  • Messages: 613
  • serviteur de Saturne
Re : Hypertrophie des orchidées !non-censuré! - QUESTION
« Réponse #336 le: 14 décembre 2020 à 22:40:39 »
Citer
Est-ce que c'est vraiment de mieux en mieux la sitation ?

Citer
- sur les violences sexuelles ?
Ça dépend où, mais globalement, en occident, clairement oui. Même s'il est difficile d'avoir une vision quantitative précise de ces violences et même s'il reste encore du travail et que la situation n'est pas acceptable pour beaucoup de personnes qui subissent des violences sexistes. L'arsenal juridique ne cesse de progresser pour la protection des droits des femmes, et ses plus grandes avancées sont assez récentes et importantes.
Par contre cette question recoupe celle des violences sexuelles sur les femmes mineures et les enfants quelque soit leur sexe, et même si c'est surement "mieux" on peut penser que la situation est toujours très préoccupante.

Citer
- d'un point de vue social, la patriarchie ?
Le patriarcat ?  Oui et non. Non ce n'est pas mieux dans le sens où les sociétés sont toujours patriarcales. Oui ça va quand même mieux en certains endroits car les mentalités sur le statut des femmes, les droits, conditions de vie et libertés des femmes se sont en moyenne pas mal améliorées. La transformation sociale est à l’œuvre, à force de luttes féministes, même si un grand déséquilibre demeure.

Citer
- sur le tabou de la compétition pour l'accès à la pratique sexuelle ?
Je ne suis pas sûr qu'il s'agisse là d'un tabou. Tout le monde a conscience, à mon avis, d'être en compétition sur le "marché matrimonial/sexuel". Et ce n'est pas nouveau.
Donc je ne vois pas ce qu'il pourrait y avoir de "mieux" ni comment ça pourrait être autrement que c'est vu qu'on va pas forcer les gens à avoir des relations sexuelles avec des personnes dont ils ne veulent pas.

Par contre, là où je vois du "mieux" et vis à vis d'un "tabou", c'est dans la mise en évidence de certains critères de discrimination sur ce marché matrimonial, qui recoupe souvent des formes de discrimination à l’œuvre dans d'autres champs sociaux.
Mais dans le cadre de la sexualité (et pas seulement, mais p-e particulièrement), je crois qu'il y a un gros travail sur les imaginaires du désir, pour décloisonner certains stéréotypes physiques et culturels, rompre avec certaines formes d'érotisation, de sexualisation, d'exotisation de certains corps et au contraire favoriser des formes émancipatrices de désirabilités sur des corps trop souvent invisibilisés, ignorés, infériorisés, discriminés ou fétichisés.

Il est aujourd'hui mal vu de dire que telle population est inférieure sur le critère de sa couleur de peau par exemple (racisme évident), mais les gens ne se privent pas d'échanger sur leurs "goûts" sexuels, leurs (phéno)types privilégiés. Ils peuvent bannir certains pans entiers de l'humanité, qui recouvrent pourtant une diversité corporelle et culturelle innombrable en leur sein, de leurs projets matrimoniaux ou sexuels par simple préjugé raciste. Il y a un tabou à pointer ça comme du racisme, sous prétexte que "les goûts et les couleurs"...

A mon avis il y a du mieux dans le fait de conscientiser ce genre de question (les études sur le colorisme, le white privilege, le beauty privilege, la fétichisation, notamment sur les questions de sexualité etc), il y a du mieux à montrer que le désir est provoqué (presque ?) toujours par la confrontation/familiarisation à la variété/diversité de formes répondant à des critères subjectifs de beauté et que le préjugé vient souvent d'une réduction de la variété à un stéréotype jugé négatif/étranger/étrange. Il y a du mieux à travailler sur les imaginaires pour l'élargissement des "répertoires fantasmatiques" et pour briser la catégorisation univoque et réductrice du stéréotype associé à des populations entières et variées, pour l'inclusion d'une plus grande variété de formes, pour un rapport plus fidèle des imaginaires à la réalité et à la diversité des corps. Il y aurait surtout du mieux à sortir ce tabou de l'impensé qu'il constitue pour la plupart des membres de la société qui n'interrogent pas leurs "goûts", les croyant "naturels", "immuables", alors qu'ils sont le produits de stéréotypes biaisés à propos de populations méconnues ou fétichisées et en même temps de puissants conditionnements culturels, notamment esthétiques (canons de beauté, normes) et d'habitude (habitude d'être en présence ou non de certaines formes de corporalités).

Exemple choquant mais typique et révélateur de l'inadéquation entre préjugé raciste et réalité, la réflexion machiste et raciste :
"Tes belle pour une noire."

Aveu de faiblesse de la pensée raciste qui cherche à s'expliquer la rupture avec son paradigme discriminatoire de base, en même temps que démonstration machiste qui croit (naïvement ?) faire du compliment avec une sorte de valorisation indexée sur une dépréciation générale, et centrée uniquement sur l'apparence.

Citer
- en bref, sur les inégalités sexuales :
J'ai envie de dire ici que je partage assez bien ce qui a été dit par Cendres sur l'ensemble des questions.
La question n'est pas psychologique, comme sur les question coloniales, ce n'est pas de se flageller sur l'histoire de ses ancêtres infamants, comme essayent de faire croire l’extrême droite et les défenseurs d'un l'ordre dominant colonial et patriarcal, c'est de regarder la réalité actuelle injuste en face et de poursuivre le travail de nos ancêtres qui cherchaient à lutter pour l'égalité et la justice contre ceux et celles qui voulaient maintenir un ordre social inégalitaire et injuste.


« Modifié: 14 décembre 2020 à 23:18:33 par Loup-Taciturne »
« Suis-je moi ?
Suis-je là-bas, suis-je là ?
Dans tout "toi", il y a moi
Je suis toi. Point d'exil
Si je suis toi. Point d'exil
Si tu es mon moi. Et point
Si la mer et le désert sont
La chanson du voyageur au voyageur
Je ne reviendrai pas comme je suis parti
Ne reviendrai pas, même furtivement »

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 286
  • 💡
    • mordelang
Re : Hypertrophie des orchidées !non-censuré! - QUESTION
« Réponse #337 le: 14 décembre 2020 à 23:21:21 »
heu non, clairement non, moi je pense...

les violences sexuelles occidentales sont à mon sens pires que pour toute époque et tous lieux confondus, sauf peut-être en planète terre humaine de notre époque justement...

j'ai aucun argument

pour le patriarcat, je considère pas que agenrer ou décorporer une société soit une avancée pertinente quoi que tu dénies de ce tenant qmm un peu légèrement psychologique, et galérer à faire valoir les tampons naturellement gratuit car nécéssaires pour madame, n'est que ce même reflet de galère de non reconnaissance des faits, que les hommes ne comprennent même pas avec leurs fluides à eux... puisque y'a pas ni d'identité ni de comparaison à faire ? eh bien c'est qu'on n'a pas de corps et tout ce qui tient de tout ceci va crever avec nous ?

mais pareil, aucun argument

le tabou de la compétition, laisse moi te dire qu'il est effectif, moi jusqu'à ce que je me pose les bonnes questions sur l'intelligence humaine, j'étais moi-même bien loin de m'imaginer que cette 'compétition' met en jeu des besoins et des moyens, et au vu de ce qui a été dit un peu précédemment, même ici, je m'avance pas trop incertain si je dis que je suis pas le seul à se dire qu'on s'en fout du sexe et de à quoi ça sert... jusqu'à un moment donné

bon le débat sur le racisme, j'avoue que je m'y risque pas, même si j'avoue que j'ai été choqué plusieurs fois par des étrangères qui me sortaient l'argument tout-à-fait assumé mais pas raciste soi disant, comme quoi elles ne voulaient qu'un de leur nation ou de leur religion, mais ça c'est mes rencontres personnelles qui n'ont rien à faire là, quoiqu'on viendrait presque à ce genre d'intimité avec de l'intime, non ? bref la méta, on y est pas hein...

pour conscientiser la question ? erf, c'est bien de mettre des mots et de se rendre compte du mal, mais si c'est juste pour créer du débat blessé je vois pas en quoi c'est bien ; franchement, j'ai entendu de tous sexes confondus des discours outrés sur la morale alors qu'ils n'avaient que leur si admirable compassion très mal gérée pour comprendre les opprimés de tous sexes je reprécise, donc des connes qui vont titiller des obsédés qui vont titiller des coincées qui vont titiller des frustrés, bon, ok c'est bien quand y'a des cordes vocales, mais ça prouve pas encore l'existence du cerveau...

tu termines en fermant la porte psychologique, ça ne m'étonne pas de la part d'un représentant de la population lambda, mais pour le propos d'un scientifique humain, je croyais que tu avais compris que les SHs sont sous cette banniière commune parce qu'elles s'articulent, on n'esquive pas un problème en simplifiant d'un trait rouge barré un domaine de l'entendement, c'est ni facile ni simple ni mieux ni rien du tout... y'a pas de psychologie dans le problème sexual ? tu t'es lu sérieux ? non franchement heu... je sais pas quoi dire !

en tout cas je maintiens :

à mon avis, la pente on la remonte toujours pas là...
mais les vidéos alarmistes, y'en a suffisamment sur ce fil, et même pas que de ma part, donc confrontez-vous un peu à vos discours sur le général, ptetr ?
"I don't care if your world is ending today
I wasn't invited to it anyway
You said I tasted famous, so I drew you a heart
But now I'm not an artist I'm a fucking work of art
"
- MM

Hors ligne Loup-Taciturne

  • Prophète
  • Messages: 613
  • serviteur de Saturne
Re : Hypertrophie des orchidées !non-censuré! - QUESTION
« Réponse #338 le: 15 décembre 2020 à 01:41:00 »
Pourquoi tu poses des questions si tu n'entends pas les réponses, si tu as déjà les tiennes qui en plus se dispensent d'argument ?

Tu te contentes de dire l'inverse de ce que je dis sans même chercher la cohérence interne à ton propos.

Tu peux sans sourciller dire que tout est pire concernant les violences sexuelles et en même temps laisser penser que le patriarcat serait une invention des féministes pour titiller la société sur des détails. Et j'ai tellement l’impression que tu comprends de travers, voire totalement à rebrousse poil ce que je propose que j'ai carrément pas le courage de revenir sur mes propos pour essayer de les faire comprendre. Je suis totalement découragé et sans envie de faire le moindre effort supplémentaire.

Par ailleurs, conscientiser les mentalités sur des questions sociétales, c'est surement le moyen le plus efficace de faire changer la société sans avoir besoin de prendre le pouvoir politique, par contagion et guerre culturelle. Donc ton mépris de certaines tactiques/stratégies militantes laisse largement à désirer.

Comme toujours ici tu tournes en rond dans ton bocal. Par ignorance entretenue, obsession ou manque de volonté de te confronter aux "littératures" scientifiques et militantes, orales ou écrites sur ces sujets.

C'est dommage car tes interlocuteurs se lassent immanquablement de te tendre la main, de proposer des pistes que tu prends soin d'effacer devant leurs yeux circonspects et dépités.
« Suis-je moi ?
Suis-je là-bas, suis-je là ?
Dans tout "toi", il y a moi
Je suis toi. Point d'exil
Si je suis toi. Point d'exil
Si tu es mon moi. Et point
Si la mer et le désert sont
La chanson du voyageur au voyageur
Je ne reviendrai pas comme je suis parti
Ne reviendrai pas, même furtivement »

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 286
  • 💡
    • mordelang
Re : Hypertrophie des orchidées !non-censuré! - QUESTION
« Réponse #339 le: 15 décembre 2020 à 03:39:39 »
c'est expliqué, je fonctionne ainsi par rhétorique parce que je vois bien que je suis le seul à penser explicitement que ces inégalités se perpétuent, bien que tout le monde le sous-entendent implicitement, je ne fais que dire que je crois et que vous vous n'assumez pas, attention : si la situation était réellement sur une pente méliorative, je crois qu'on entendrait un peu moins parler de ces histoires qui sont, admettons-le ou pas moi je le fais, plus abominables je trouve, maitnenant qu'on sait comment droguer une femme pour avoir son pseud-consentement, ou qu'on a des mots plus doux et de meilleurs érotismes pour piéger les hommes pour des violences psychologiques ; qui va me dire que se faire filmer pendant son viol est une nouveauté plus calme et féministe que notre passé ? et pourtant pouor les deux camps, c'est pas ce qui se fait de pire depuis qu'on viole de plus en  plus, qu'on rie des frustrés, qu'on dénigre les célibataires endurcis en les rendant fiers de ce pan de leur incapacité sociale plutôt que les laisser crever sans descendance ce qui n'est pas mieux j'avoue, qu'on pleure les violées pour les hisser sur le piédestal de la gloire que vont penser les hommes sur leur masculinité, bref, faudrait pas croire tout le monde aussi sensé que soi-même, c'est ptetr un tort d'ailleurs qui nous causerait du mourron...

oui, je dis l'inverse de ton absence d'argument également, tu ne me prouves nullement que ton intuition doxatique est vérifiée, je ne crois toujours pas donc que les violences sexuelles soient moins pire qu'avant, et toi même tu le dis, tu penses qu'il en va ainsi, après à vérifier, c'plus dur, donc on reste tous les deux dans la croyances, ne viens pas me le repprocher c'est pas ce qui se fait de plus pacificateur...

une invention de sféministe pour titiller la société sur des détails ? le patriarcat selon ton interprétation de mes mots ? ah oui je laisse penser ça, je devrais sérieusement laisser moins de liberté à l'interprétation de mes syntaxes, car tu dois pas être le seul à te fourrer le doigt dans l'oeil jusqu'à l'omoplate ? enfin merde, j'essaye d'être clair désolé si je le suis pas, moi je passe, maintenant, vos misinterprétation, ça me soule je peux plus les gérer, du coup je te rejoins sur nos incompréhensions mutuelles, mais je moi je les affronte, j'suis pas soutenu par quiconque autour de moi donc bin si t'as plus envie de parler même en zone de trouble, tqt, moi je fais mon taf

mon mépris des tactictes militantes est effectivement déplacée, j'ai trop longtemps espéré naïvement que l'humain n'avait pas tant besoin de la justice pour contrer ses défauts moraux, et en vrai si je peux me permettre d'insister sur un autre point à l'encontre de l'avis populaire, ce n'est pas la culture des procès qui génère la justice, au contraire c'est selon moi au contraire, ou du moins comme on le fait en société d'aujourd'hui, l'entretien des injustices, donc j'ai envie de dire merde à tous les procès inégaux, que ce soit en matière de viol ou de divorce ou de quelconque autre connerie de gens qui vont voter pour ensuite se plaindre que les lois sont pourries, qui vont militer pour l'entretien des pavés dans ta gueule tant que tu respectes pas ma croyance, etc... donc encore une fois, moi j'ai grandi avec des 'les hommes sont tous les mêmes', 'ils dominent injustement avec leur ego', etc, bin ok ça m'a sensibilisé, mais visiblement ça n'a résolu ni mes problèmes ni ceux des autres autour de moi, et en vrai à force de voir que tout le monde croit que ces inégalités sont à sens unique, oui j'en ai marre de la victimisation des concernés dans cet unique sens qui m'apparait tellement irrationnel à constater dans les discours majoritaires... mais moi j'm'en fous, je suis un peu plus une victime que d'autres, et j'assume le fait que pas tout le monde assume ce fait

je tourne en rond oui, dans le bocal patriarcal humain, dont nous sommes tous en train d'entretenir les méfaits, bon, c'est pas inconcevable, comme je l'ai dit c'est l'un des objectifs républicains que de constater que y'a ces injustices et de vouloir les réparer, donc la valeur de l'humain bon et juste et intuitif sur ces intelligences, je lol que y'ait encore besoin de monsieur le juge alors qu'on est sensés de moins en moins avoir recours à lui, juste bin oui, je tourne en rond à dire que la législation restera douloureuse tant qu'elle sera punitive à coup de j'ai la garde des enfants ou je touche des tunes pour le fait que les hommes font plus de mal au femmes que l'inverse, d'après ce qui se dit, mais franchement si y'avait autant besoin de concaténer des procès patriarcaux, au bout d'un moment le féminisme voudrait arrêter les inégalités, non ? et on finira pas ne plus avoir ces modes légiférées de rendre la justice...

tendre la main ?
si c'est parler de sexisme dans les jeux vidéo, demander pourquoi une femme a plus ou moins le droit d'être poilue qu'un homme, plutôt que questionner la valeur métaphysique de ce problème politique un peu plus complexe que votre chère liberté vous fait croire qu'on trouverait des solutions popées de nulle part et franchement inutiles, comprends ma méfiance... parce que bon, les solutions que vous proposez, moi je les vois pas, je vois des pseudo-explications un peu comme dans la vidéo que txuku a linké sur un autre sujet : quand tu vas voir le médecin, que tu lui dis 'jai la langue qui brule', et qu'il te soulage de ton malêtre en te disant que oui, tu as bien une glossodynie, te voilà bien avancé merci docteur de mettre un mot ; franchement, tout le long de ce topic, dès que j'arrive pour mélanger les sciences vous les mettez de côté c'est pas des mains tendus au contraire c'est des baffes dans ma gueule : ton dernier exemple, explicite je vois pas ce que je comprends pas, tu dis que le problème n'est pas psychologique, bon bin là si c'est juste moi c'est que effectivement je me fais une drôle d'idée de la langue française écrite... j'efface pas vos pistes, c'est juste que vous répétez coup-ci que c'est pas bio quand je parle d'organe, coup-là que c'est pas socio quand je parle d'éducation, coup-re que c'est pas psy quand je parle de communication, pis vous revenez ensuite en disant que c'esst uniquement ce problème unique de la comm, uniquement de l'éducation, uniquement de la considération hommes femmes à ajuster... c'est qui qui tourne en rond, sérieux ? enfin non, vous c'est juste oui non, ultra binaire, pas de rond j'avoue, y'a encore moins de dimension axiologique que moi...

bref

ma petite vision toute récente d'une approximation de ce je dois être le seul à considérer réellement, peut-être de manière aveugle et naïve, une version pacifiée des réglements d'injustices :

https://monde-ecriture.com/forum/index.php?topic=29012.msg577493#msg577493
"I don't care if your world is ending today
I wasn't invited to it anyway
You said I tasted famous, so I drew you a heart
But now I'm not an artist I'm a fucking work of art
"
- MM

Hors ligne Cendres

  • Prophète
  • Messages: 948
Re : Hypertrophie des orchidées !non-censuré! - QUESTION
« Réponse #340 le: 15 décembre 2020 à 17:27:37 »
cool ton point de vue, c'est sympa d'avoir pris du temps !
je vais tenter de réagir selon ce que je me figure également...
(...)
on avancera ou pas, on verra
Comme je n'ai pas vécu d'autres époques, je ne connais que la mienne.
Je pense quel que soit le sujet, il y a du travail à faire. On voit les problèmes selon nos normes et nos valeurs.

A l'époque de l'esclavage, je pense qu'il y a du avoir des histoires horribles car l'individu n'était qu'un objet et donc on en faisait ce qu'on en voulait.


Pour les trucs sales, il suffit de combiner ensemble deux paraphilies. Tu auras pire qu'une se faisant seule. Donc, dans le pire, on peut toujours trouver.

Les hommes battus ca existe, mais je ne me connais pas dans ce sujet. Je pense que le tabou doit être encore plus fort que les femmes. Dans la sociéte, c'est mal vu par les autres hommes d'être  "faible".


Je ne pense pas que le sexe est aussi simple que ce que tu décris, mais je ne suis pas experte. De plus parler de viol n'a pas de sens. Il n'existe pas un viole, mais des violes. Aussi différents que les différents profils existant des violeurs.
De toute façon, si tu veux parler de viol, déjà, lorsque tu en subi plusieurs, l'aspect sexuel n'est même pas la chose principale. Il y'a une différence de vision entre l'auteur et la victime pour ce genre de chose. La victime est vue comme un moyen pouvant donner du plaisir a l'agresseur, elle devient un objet avec lequel il s'amuse.

 Malheureusement pour moi, tu écris d'une façon trop littéraire et certaine de tes phrases m'échappent.

Je ne crois pas que la sexualité soit nécessaire pour l'épanouissement d'un individu. Tu as des personnes frigides et/ou asexuelles et ne sont malades pour autant.

 Voila ce que je voulais te répondre ;)

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 286
  • 💡
    • mordelang
Re : Hypertrophie des orchidées !non-censuré! - QUESTION
« Réponse #341 le: 15 décembre 2020 à 20:17:19 »
ow Cendres, si seulement il était possible et bénéfique de ne parler que de ce qu'on a vécu, ce serait surement simple...

bon heu je ne fais pas plus de remarques sur tes visions que je trouve un peu stéréotypes, sur l'esclavage, la norme, les valeurs...

par contre je tiens à réagir sur ta vision du violeur somme toute assez hétérocentrée qui, m'est avis, est typiquement dans l'entretien inconscient de cette culture du viol par les hommes et femmes patriarcaux ; quand tu écris "la victime est vue comme un moyen pouvant donner du plaisir à l'agresseur, elle devient un objet avec lequel il s'amuse", moi je vois bien la statistique et l'image du cliché du méchant homme malintentionné on sait pas pourquoi, et qui veut faire du mal en se faisant du bien, mais quand même, déjà c'est pas du tout un propos que je généraliserais pour le viol, et ensuite, les Bertrand Cantat, perso je les reconnais bien avant qu'ils retournent les journaux, et souvent, mais là je diffuse mon avis amer, attention, souvent donc, ces vendeurs d'illusion d'amour sous les ponts, je les vois avec une bague au doigt ou, la même chose, au bout de la laisse d'une haute dame, et s'affichent sur leurs sourires tout ce qui se vérifie souvent dans les mêmes statistiques clichées pour leur avenir radieux, et en vrai donc, ces exemples là je les considère comme les exemples qu'un seul peu de jugeote de la part de la société permettrait lucidement d'éviter de retrouver au tribunal, mais c'est que mon avis hein, j'imagine que ces gars là, vu comment ils sont nombreux, trouvent des facilités à l'existence que par contre, je ne leur offre pas moi personnellement, donc à qui...?

bref, toujours est-il que réduire le viol a un acte volontaire, c'est une grosse erreur à mon avis, et avant de parler de moi je vais prendre le même exemple mais du côté féminin, parce que les choses sont ce qu'elles sont, tu l'as dit toi-même, les hommes violés c'pas encore la même stigmatisation... je tiens à préciser que les personnes sur qui je me base pour parler gardent mon respect le plus entier, ma compassion lorsqu'il faut, et d'autres valeurs que je ne voudrais pas ôter à leur dignité que j'affirme haut et fort !

donc : une femme m'a confiée son expérience du viol, et comme cela n'étonnera personne, cela s'est passé entre elle et un proche, pour ne pas dire son copain ; bon, sans m'étaler, le copain était pas très réveillé ou quoi, toujours est-il qu'elle s'est sentie agressée, reniée, en danger peut-être ou en tout cas blessée dans sa dignité, dans sa volonté, dans sa liberté ou je ne sais, en gros elle s'est sentie violée, alors que le mec était pas en train de lui en vouloir méchamment, pas même consciemment et c'est ptetr ça le pire : dans sa tête à lui, il ne l'a pas violée, ils ont fait l'amour, alors que dans sa tête à elle, c'était la catastrophe ; donc voilà, moi j'imagine qu'elle s'est confiée à moi parce que... quoi : qui va réparer quelle erreur ? punir un criminel c'est facile, c'est pour ça qu'on les valorise eux, au moins on est à peu près d'accord qu'ils sont à laisser vivre avec une punition ; par contre dans ce cas, c'est quoi ? ma pauvre amie n'allait ptetr pas aller jusqu'à poursuivre son copain en justice, elle l'aimait, et puis bon bin voilà quoi... alors là y'a ceux qui maintiendront que le viol est l'histoire de la volonté malsaine du violeur, moi perso je m'arrête plutôt au sentiment de destruction personnelle quel qu'il soit...

et j'en viens à moi, parce qu'autant mon amie quand je raconte son histoire, on a du mal à comprendre, moi le premier on pourrait se dire "elle avait qu'à dire non" ou "bin qmm, entre couple"... oui... mais pour avoir été sensible à son histoire, j'ai compris dans quelle merde elle était, et pour être moi-même dans la merde similaire, j'ai fondu en larme, elle ne se doutait pas je suppose, bref, pour les hommes ça peut être pareil et j'ai une amie proche auprès de qui j'ai le même vécu que cette histoire, et j'ai encore plus de mal à trouver les mots sur le fait que ça m'a traumatisé ; la première fois que je me suis délié auprès de quelqu'un sur cette histoire, la personne que je pensais compréhensive puisqu'elle partage un vécu agressé également, a été totalement indifférente et ne m'a même pas répondu, je suppose qu'elle considérait que seules les femmes ont la légitimité à se faire violer et à s'en servir comme excuse douloureuse ? bref, c'est pas une personne que je vais souvent chercher, mais voilà... je me suis senti, de vécu, violé alors que je ne considère pas la personne comme une violeuse volontaire ; et pourtant laisse moi te dire que c'est horrible comme sentiment, même lorsque la personne est bien intentionnée

tout ça pour dire quoi ?
bin en vrai pas grand chose, si ce n'est pour te répondre :
la culture du cliché hétérocentré du viol en patriarchie, si tu veux continuer à l'entretenir, Cendres, je pense tu as pile poil la bonne méthode ; si c'est changer le monde et les valeurs, à mon avis va falloir sortir un peu des sentiers battus...

voilà
"I don't care if your world is ending today
I wasn't invited to it anyway
You said I tasted famous, so I drew you a heart
But now I'm not an artist I'm a fucking work of art
"
- MM

Hors ligne Cendres

  • Prophète
  • Messages: 948
Re : Re : Hypertrophie des orchidées !non-censuré! - QUESTION
« Réponse #342 le: 16 décembre 2020 à 08:34:55 »
ow Cendres, si seulement il était possible et bénéfique de ne parler que de ce qu'on a vécu, ce serait surement simple...

bon heu je ne fais pas plus de remarques sur tes visions que je trouve un peu stéréotypes, sur l'esclavage, la norme, les valeurs...
(...)
voilà
Ca sera ma dernière réponse, car je ne pense pas qu'un forum d'écriture est le bon endroit pour parler de cela.
D'après ce que j'ai compris dans tes sous-entendus, tu aurais été violé. Cela m'attriste :( Je ne le savais pas. :soutien:

Pour ne pas relancer le débat, je ne vais pas répondre même si j'ai des choses à dire.
Sinon je n'entretiens aucun cliché ou aucune démarche voulant faire passer une idée quelconque.

Hors ligne Dot Quote

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 286
  • 💡
    • mordelang
Re : Hypertrophie des orchidées !non-censuré! - QUESTION
« Réponse #343 le: 16 décembre 2020 à 10:43:56 »
j'suis pas là pour t'attrister j'en ai rien à faire de la compassion, je l'ai cherchée pas trouvée, je fais sans, tqt je sais ce que je vis, j'affronte ma situation comme un grand, j'ai pas besoin des bras soi-disant compréhensifs, si c'était le cas tu te serais ptetr intéressée à ce qui se dit plutôt qu'intervenir comme ça pour le délire, ou pire, pour venir contrer un pseudo-machiste par des arguments de violée...

non mais, vous êtes drôle, tous, dans votre petite société hypocritement aveugle

Citation de: Cendres
je ne pense pas qu'un forum d'écriture est le bon endroit pour parler de cela
- de violences sexuelles ? laisse-moi rire deux secondes avec Zoe, elle a bon coeur et bon vent, elle, non ?
- des hommes violés ? oui j'avoue, j'ai aussi remarqué comment leur liberté d'expression passait ici, mais ailleurs c'est pire
- du patriarcat ? on en parle partout mais jamais pour le résoudre, es-tu sure que ce n'est pas ce point-ci qui dérange ici ceux qui ne visent pas le changement ?

Citation de: Cendres
tu aurais été violé
lol les pincettes du conditionnel, tellement insultant on dirait la police auprès des violées, tu trouves pas ? je l'ai dit, redit, bon, si tu as besoin de certitude je te le redis : oui ! il te faut quoi comme preuve, miss ?

Citation de: Cendres
pour ne pas relancer le débat, je ne vais pas répondre même si j'ai des choses à dire
oui c'est souvent le cas parmis ceux qui se figurent des trucs sur ce forum, ils ont à dire mais non, vaut mieux pas, après tout c'est l'Ecriture, c'pas comme si c'était de la réflexion ou de la communication, non non nous on aime juste dessiner des lettres avec un clavier et faire genre c'est beau et engagé qu'auprès de ceux qui sont d'accord...



bref, plutôt que de lire du flood inutile j'aurais préféré qu'on parle tabou, mais non, si ici non plus c'est pas le lieu pour parler tabou... lol ! je te souhaite de bien chercher des lieux pour parler de cela, Cendres, tu dois ausssi avoir des définitiions particulières du mot 'tabou' pour parler ainsi !



bref, moi le flood du j'ai-pas-de-reflexion-mais-comme-jsuis-en-manque-de-reconnaissance-sociale-je-vous-livre-gracieusement-mon-opinion-pour-la-science, je veux bien cinq minutes, mais j'essaye qmm d'avoir de la matière, et pas que sur un vécu qui me tirerait mon avis humble et inaliénable depuis ma toute puissance d'individu libre, donc voilà j'ai écrit ce qui suit dans la nuit parce que je tournais en rond sans savoir si j'espérais ou si je redoutais une réponse sur ce fil, c'est pas philomorphique ni référencé, c'est juste des mots sans construction, comme ça écrits sans préparation, pour le délire quoi hein, vous me comprenez pis on aime le clafouti ici, je crois

j'interviens sans la verve que j'avais au début, en vrai j'continue parce que le propos est jamais fini, mais il m'a bien soulé, comme pour vous je suppose, mébon, non là jsuis tombé sur un truc qui m'a fait penser aux questionnements d'Erwan (Mysterion C.), si tu repasses par là je pense pas t'apporter grand chose avec ce qui suit, tu dois surement connaitre le nom de la personne que je cite vu comment ça semble t'intéresser, mais au moins ça sera ici aussi...

alors y'a une figure philosophique transgenre, Paul B. Precadio, qui comme beaucoup de tus avant son travail, a déconstruis l'amour ; c'est pas bien compliqué en même temps, il suffit juste d'oublier un peu les mots doux des beaux-parleurs, et de regarder les chiffres durs tout aussi falsifiables que vérifiables... enfin, dis-je que ce n'est pas compliqué, en principe hein, parce qu'en pratique, ça a l'air de l'être pour pas mal de gens, de concevoir le concept de chiffres... bref, moi je viens plus trop ici pour dire que l'amour tel qu'institué et donc pensé dans nos sociétés, c'est des vases à briser lors de disputes conjugales, non, je vois bien le déni social sur le sujet et en vrai l'amour qui rend aveugle est bien trop lumineux pour mon obscurité nyctalope ; pis bon, croire au père noël sauve bien des enfances, et j'avoue que sans la morale du sexe avec sentiments, on aurait pas beaucoup de descendance à surpeupler d'alénation patriarcale agravée, bref, je vais pas tout mélanger... ou plutôt si, tiens, pis voilà en vrac et ptetr un peu plus court pour mes neurones fatigués ! par ailleurs donc, du fait que y'a des statistiques sur le concept de couple, mais ne s'adressant majoritairement voire uniquement qu'à ceux qui savent compter au moins sur leurs doigts, et donc par ailleurs de ce fait qui démontre en pratique l'existence des normes, des hors-normes, et tout ce qui fait l'inéluctable des chiffres, oui donc par ailleurs, ces chiffres peuvent se lire comme on en a envie ou pas, et donc moi y'a un truc sur lequel je pensais pas que la situation était telle, c'est sur l'orientation sexuelle ! ouais, vu l'omniprésence des débats de genre étou, je croyais l'hétérosexualité était une espèce en voie de disparition, ahah alors que c'est, me direz-vous, un bon moyen de reproduction jusqu'à aujourd'hui ; mais bref, non, en france, les couples de même sexe représentent moins de 1% des couples officiels ! tout ce tintouin légitime, qmm... je ne sais pas comment interpréter : tentent-ils en vain de hisser une nouvelle norme au nom de l'absence de normes, ou est-ce une petite mode de la contre culture qu'on oubliera comme on a oublié l'homosexualité des grecs avant d'y revenir à nos époques ? leurs caquettements sont-ils à la mesure quantitative de leur existence, ou s'imposent-ils comme nouvelle sexocratie moralement consentie par scandale et non démocratie du prorata ? les 99% restant sont-ils à qualifier de binaires normaux et majoritaires ou simplement de pas-encore-libérés de l'orientation libre d'être pas dans le stéréotype ? j'avais eu vent de thérapies psy pour convertir l'orientation, j'ose à peine imaginer la mise à jour logicielle de tous les psychophobes déjà traumatisés de l'esprit humain lol ; sinon, toujours en vrac et pour déconstruire un peu les illusions : 24% des partenaires sont rencontrés dans le milieu socio professionnel (10% scolarité, 14% travail), contre seulement 5% dans les lieux publics... bon, entre le harcellement de rue ou au travail, moi je vois juste que l'idéal de rencontre idylique genre libre étou, c'est pas ce qu'on va finalement choisir par... par facilité ? faut demander à Durkheim j'pense ! en tous cas le reste est tout aussi romantique : 10% pour les applis de rencontre, 9% dans un lieu social de consommation de gastronomie ou d'alcool, pis on est loin d'un total de 100%, le reste étant bien sûr les fêtes, les discothèques, mais aussi les réponses très assumées : "d'une autre manière" (12%) ; encore en vrac, sans forcément réaffirmer mes doutes sur une néoténie éventuelle, je remarque qmm qu'un document de l'insee stipule que les étapes 'de la vie d'adulte' décrites apparaissent de plus en plus tard au fil des générations... adulte étant probablement le terme choisi pour parler de ce qu'on nomme par la surement très claire locution des choses d'adultes ? bref...
"I don't care if your world is ending today
I wasn't invited to it anyway
You said I tasted famous, so I drew you a heart
But now I'm not an artist I'm a fucking work of art
"
- MM

Hors ligne Erwan (Mysterion C.)

  • ex Mys
  • Aède
  • Messages: 160
  • Erwan la pivoine (rouge évidemment)
Re : Hypertrophie des orchidées !non-censuré! - QUESTION
« Réponse #344 le: 16 décembre 2020 à 18:18:39 »
Je viens de te lire et c'est intéressant. Et pour en revenir à Dot Quote, même les enfants et les adolescents peuvent violer (je ne le sais que trop bien).
On me chasse par la porte, je reviens par la fenêtre.

Mes pages perso

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.031 secondes avec 22 requêtes.