Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

10 avril 2020 à 01:36:56
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Sous le soleil des topics » Discussions (Modérateurs: Milora, Aube, Ben.G) » T'es con ou juste méchant ?

Auteur Sujet: T'es con ou juste méchant ?  (Lu 4736 fois)

Hors ligne Dot Quote

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 774
  • 💡
    • mordelang
T'es con ou juste méchant ?
« le: 03 juin 2019 à 11:27:05 »
"T'es con ou tu le fais exprès ?" - Une phrase interrogative que beaucoup ont déjà posés, intérieurement ou explicitement, et d'un sérieux pas toujours aussi effectif, il est vrai, mais pas toujours assumé, également. Que remet-on en question par ces mots, le plus souvent ? Eh bien, évidemment :

Le second degré !
Quel est-il ? A quoi sert-il ? Qu'en pensent ses acteurs ? Y a-t-il moyen de creuser un peu plus ?


Si je pose ces formules, c'est que moi-même, ainsi que d'autres je le sais, ne partage pas aisément cette faculté humaine qui revêt le plus souvent l'habit d'une intelligence sociale agréable à vivre et à découvrir pour la personne en faisant la preuve, tout autant que pour la personne destinée à le recevoir. N'est-on pas fier de notre humour lorsque les circonlocutions fonctionnent ? N'est-on pas gêné lorsqu'on ne saisit pas le sous-texte d'une intervention à laquelle il nous faut alors quémander de pittoyables éclaircissements ?


D'un point de vue relativement extérieur, j'ai l'impression que tout ce qui tourne autour du 'second degré' relève, je vais être volontairement radical, relève donc : du mensonge ! Certains vous diraient par euphémisme que non, il s'agit plutôt de la formulation, tacitement inverse, d'un message (hmm) ; ou alors de l'entente autour d'une vérité admise, et donc inutile à verbaliser de manière pure et simple dans un discours qui serait lui-aussi en manque de pertinence, par effet (hmm) ; peut-être même serait-il compris que le 'second degré' est un autre niveau de perception du langage, alors destitué de son caractère avéré et explicite (hmm)...
Bref, le 'second degré', pour moi, c'est dire ce qui n'est pas ! Et pour preuve, quand quelqu'un ne capte pas l'intention mais uniquement les mots explicites, il passe pour un con à défaut de savoir ce qui est transmis par le langage.

On admettra tous, je crois, le fait pourtant indubitable qui est que la vérité blesse, et qu'un message tacite passe parfois mieux qu'un coup de marteau explicite. Dans ce cas le 'second degré' endosse toute une responsabilité, immense, autour de la valorisation des idées, par-delà certains dommages collatéraux que nous rencontrons à l'usage du langage ! L'utilisation entendue d'une forme d'humour est alors le signe d'une confiance qui vient amoindrir les blessures qu'on se ferait d'une donnée explicite et dont la remise en question serait trop douloureuse. A quoi sert le 'second degré', donc ? Se faire de potes, les entretenir, et entre nous, se sous-dire des choses qu'on ne peut se dire...

La plupart du temps, comme je le disais plus haut, le 'second degré' est une faculté sociale plutôt mise en valeur. On aime être pris avec des gants, on aime la poésie axiologique que cela nécessite, et puis bien sûr, on aime toucher la vérité avec un sourire plutôt qu'avec une moue.
Mais d'un autre côté, on fustige contre l'hypocrisie collective, contre les langues de bois, contre les beau-parleurs, contre les manipulateurs et toutes les autre formes d'entretien du mensonge mutuel.
J'en entends déjà certains scandaliser : 'second degré et hypocrisie ? aucun rapport !' Eh bien, laissez moi vous dire que pour moi qui ne suis que très peu pourvu de cette capacité, les deux m'apparaissent le plus souvent si proches dans ce rapport à la fuite de la sensibilité d'autrui, que je ne me suis jamais convaincu du bien fondé du 'second degré'. Et pour cause : un discours qui joue avec une vérité, quand on ne sait pas ce qu'on partage, c'est très anxiogène...


Ensuite, et pour entrer dans le vif du sujet :

Le dénominateur commun à tous les 'second degré' qui se distingueraient d'un simple mensonge, c'est le fait établi entre ses acteurs, qu'il s'agit bien là d'un mensonge...

Mais que faire de l'humour lorsque n'est pas établie cette convention ?


Des petits exemples personnels :

- Dans un milieu un peu chauvin qui possède assez d'autodérision personnelle pour se l'avouer, on rigole ensemble de notre amour du terroir, et cela va parfois, je m'excuse pour la radicalité, jusqu'à se traiter de nazi...
Vous imaginez le taux d'avertissement qu'il faut posséder pour faire partie de ce milieu !
- Dans un milieu un peu défficient, je veux parler de celui du handicap, psychique tout du moins, on rigole ensemble de nos difficutés, de nos malheurs, de nous souffrances, mais uniquement entre nous, qui partageons ces caractéristiques douloureuses...
Vous imaginez pourtant que l'on ne rigole pas d'une crise d'angoisse avec quelqu'un qui ne sait pas ce que c'est et qui dit avec un sourire effrayant 'Mais t'inquièèèète !'
- Dans un milieu tout aussi sujet à polémique, je vous laisserai rager si vous voulez, les individus vierges rigolent entre eux de leur pucellage...
Vous imaginez bien sûr que lorsqu'un homme marié commence à déblatérer sur les bienfaits du sexe, ce que ça peut donner pour eux !

Alors, bien sûr, ces exemples ne sauraient dépeindre une quelconque psychologie des milieux qu'ils décrivent, bien au contraire, et tout second degré illustrant mes situations résiderait dans sa formulation, sujete à un humour aux bases communes.


C'est pourquoi je reste convaincu, et c'est peut-être l'objet du débat, que le 'second degré' peut se révéler beaucoup plus préjudiciable qu'il n'y parait. Tout ceci parce que souvent, je me sens à l'écart, et qu'il m'a fallu des raisons pour me faire à moi-même dans cette incapacité que d'autres voient d'un oeil tout-à-fait naturel, inné, incontournable...


Du coup je ne sais qu'attendre de vos éventuelles réponses :
- des justifications pour l'utilité du second degré
(ne serait-ce que son caractère agréablement complice me motiverait)
- un sens parallèle au mien, quoi que soit son rapport radical à la vérité
(il est vrai qu'un Vulcain pur et dur ne saurait exister, j'en ai conscience)
- une perspective, quelle qu'elle soit, sur le sujet
(j'en serais friand)


Toujours est-il qu'il me fallait poser des mots sur mon ressenti, et que grâce à l'internet, et à vous, j'ai même de quoi partager, échanger, avec vous très chers Mondiensdel'Ecriture !

Bien à Vous !
🗝✉🎈

Hors ligne extasy

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 149
Re : T'es con ou juste méchant ?
« Réponse #1 le: 06 juin 2019 à 18:28:45 »
C'est vrai que l'intention derrière un second degré peut être la moquerie, pour prendre un mauvais exemple, mais même là je me dis que c'est juste une moquerie et que je ne me ferai pas désintégrer si je suis touché. Bon j'espère que je m'en souviendrai si ça m'arrive :p
Toujours dans les "dangers" du second degré, je peux me mettre à stresser si je crois en l'existence d'un second degré sans arriver à le voir. Mais encore une fois faut me calmer et pas trop me prendre la tête pour que ça passe.
Une utilité au second degré, mmm... là tout de suite j'ai rien d'intéressant à dire mais... si ça existe depuis toujours c'est que ça peut servir ? Au lycée on nous parlait d'auteurs et de leurs second degrés par exemple. Et t'as donné quelques exemples aussi où ce n'est pas employé pour une mauvaise raison.
Au fond je suis comme toi je sais pas que répondre, peut être juste que c'est un outil dont on se sert en bien ou en mal, mais ça reste juste un outil qu'on peut utiliser si on veut ou qu'on peut apprendre à utiliser pour la même raison, rien de bien extraordinaire ni d'indispensable. Je veux dire, j'ai du mal à croire que ce soit déterminant dans la qualité de mes relations sociales.
En fait, pardon de te demander ça, mais est-ce que tu peux reformuler la problématique ou le noeud du sujet pour m'aider ? Parce que je ne trouve rien à dire  :D

Hors ligne Dot Quote

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 774
  • 💡
    • mordelang
Re : T'es con ou juste méchant ?
« Réponse #2 le: 07 juin 2019 à 05:55:39 »
Hihi, salut exstasy !

Alors, je suis désolé, il est vrai qu'on peut s'habituer à préciser des sujets afin de cibler des réponses potentielles... Ce n'est pas mon cas, et je crois que l'effet de ma volonté appliquée à cette ambition se précise au fur et à mesure des interventions sur mes sujets. D'où un chaleureux remerciement que je me permets de t'adresser, et malgré ma tristesse découlant de cet effet. Il est indéniable que l'ouverture déontologique que je me suis appliqué à développer n'entend pas dans les bonnes oreilles ce que j'aurais voulu insuffler sans vraiment le faire. Que je m'explique : je ne crois pas raisonner en terme de 'problématique' formulable en tant que telle, c'est-à-dire à l'égard des outils philosophiques actuellement pensés tels que le sont les différentes modalités de transmission écrite du savoir réfléchi ; ni en terme de 'sujet' applicable dans toutes les déclinaisons synonymiques du mot. En fait, c'est probablement de mot que j'aime à renvoyer à un dépouillement par synthèse... Je m'explique à nouveau : ici, il est clair que je pourrais affirmer que le qualificatif 'sujet' siérait à cette locution mise en taille de police maximée, 'Second Degré', un terme en deux mots qui conviendrait donc en tant que sujet à débat, c'est-à-dire en tant qu'objet philosophique d'une conversation plus ou moins réflexive, plus ou moins méthodique, plus ou moins consciente, plus ou moins lucide, plus ou moins rationnelle, plus ou moins conceptuelle autour du terme dont on peut alors détourner des question, en bref, plus ou moins philosophique oui, dans le sens où on mènerait nos mots afin de cerner la synthèse d'une solution à un problème... Et c'est là où je m'arrête :

Non, pas de problème, pas de solution. Juste des reliefs. Ici, pour moi, souvent, peut-être trop...

Ce qui me frappe le plus, c'est que ta question, tu l'as posée après l'avoir obsolétisée... Je m'explique : tu as orbité allègrement autour de ce que tu pensais du terme second degré, sans te soucier de ce qu'en dise en qu'en pense, et pourtant en t'y appuyant avec un bon pesé, tout autant qu'à toi-même tu le fis également, ce qui rendit à l'incarnation de ta fragrance quelque chose à la fois de personnel, mais d'une ambivalence entre l'accompli et l'infini, avec quelque chose de spontané tout autant que pondéré, et alors que tu termines la promenade émancipée autour de tout ce qu'il était possible et permis de faire, et même au delà... Alors tu reviens au doute et te demandes, peut-être avec une pertinence qui ne serait pas à étonner, à quoi tu viens de consacrer un témoignage qui s'entendait d'après mon incitation au moins aussi envolé de structuraison qu'il me fut permis de te lire !

En gros, j'ai lol de voir ta réponse puis ton interrogation à propos de la question huhu !

Sinon, pour réagir d'une manière qui se veut tout aussi aphilosophique que philosophiste ou autre réflechisterie :
Je ne peux me défausser d'une ontologie pure et simple du bien et du mal, que je relie personnellement à d'autres associations personnelles qui n'ont pas lieu ici, quoique, mais toujours est-il que oui, subsiste cette bonne utilisation d'une mauvaise, celle d'un second degré qu'en fait, je ne suis pas sûr de savoir envisager pleinement avec des mots... Mais je te rejoins sur le fait qu'il y a de l'outillage dans tout ceci... ce qui pourtant mais en l'occurrence, me fait diverger dans ma conclusion : cet outil est déterminant, je trouve !
Alors en quoi et comment, c'est complexe !
Peut-être après de manière plus éclairée...

Au plaisir :)
🗝✉🎈

Hors ligne Feather

  • Calliopéen
  • *
  • Messages: 472
Re : T'es con ou juste méchant ?
« Réponse #3 le: 23 septembre 2019 à 20:31:44 »
C'est une affaire d'affinité, et de tournures d'esprit entre les personnes. Avec certaines personnes on s'autorise des libertés langagières et avec d'autres la retenue est de mise. On peut se permettre des familiarités lorsque un confort intellectuel et rassurant vous donne cette impression " d'être comme à la maison ". C'est jouissif d'user de jeux d'esprit avec des personnes qui en comprennent les retombées. La rencontre mentale a les effets d'une rencontre physique.
Les larmes sans pleurs sont une lanterne.

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 640
  • Mer, je suis comme toi, plein de voix machinées
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : T'es con ou juste méchant ?
« Réponse #4 le: 18 février 2020 à 22:45:51 »
Bonjour Dot Quote,


Je me permets de revenir sur un message que j'ai posté dans le fil des pseudos intellectuels pour te répondre.

J'avais bien lu le présent message où tu évoquais le fait de ne pas toujours comprendre le second degré, et il est vrai qu'il m'arrive de poster des messages au second degré pour ironiser quelque chose (généralement il s'agit d'auto-dérision, une façon pour moi de ne pas trop me prendre au sérieux).


Je ne fais surtout pas ce genre d'ironie dans la section des débats car je sais que le ton peut parfois monter, notamment lorsqu'il y a des mauvaises interprétations ou des quiproquos.

Il peut arriver qu'un interlocuteur fasse volontairement le pitre pour décrédibiliser la parole de son interlocuteur : en gros, c'est une façon ironique de dire qu'on ne prend pas au sérieux un interlocuteur (alors que celui-ci se voulait sérieux). Ce n'est pas le genre d'attitude que je me donne pendant un débat, mais il est vrai que d'autres peuvent se permettre de se moquer pour décrédibiliser une idée, une intervention ou une opinion.

Je profite donc du présent sujet (qui me paraît tout à fait salutaire) pour souligner que je ne m'autorise pas à faire du second degré pendant un débat sérieux, et que s'il m'arrive parfois d'en faire, alors c'est moi qui suis en tort car c'est contraire à mon éthique (j'estime que je dois faire un travail sur moi pour ne pas décrédibiliser quelqu'un qui se prend au sérieux pendant un débat où la dialectique me semble plus adaptée que ne le serait la moquerie).


Il m'arrive pourtant de faire du second degré dans le Fort Flood, ou dans l'aire de jeux, c'est quand je ne me prends pas au sérieux, et j'essaie généralement de ponctuer ce genre d'intervention d'un smiley rieur pour montrer explicitement que je rigole et que ce n'est pas sérieux.


En espérant sincèrement que mes explications te semblent compréhensible, j'espère que tu ne me tiens pas rigueur quant à mon éthique qui se veut d'être le plus sincère possible pendant un débat un peu vif et agité, et te prie de m'excuser si certaines de mes interventions ne sont pas suffisamment lisibles pendant les discussions.
« Modifié: 18 février 2020 à 22:55:24 par Alan Tréard »

Hors ligne Dot Quote

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 774
  • 💡
    • mordelang
Re : T'es con ou juste méchant ?
« Réponse #5 le: 19 février 2020 à 08:58:40 »
heu le genre de malaise qui effectivement constitue mon quotidien à propos du 2nd degré...
me souviens juste de y'a quelque jour où je me suis posé la question du titre de ce présent fil à ton propos...
me rappelle plus ni comment ni quoi mais c'était blessant pour moi, dans mon ressenti, et dans le doute j'ai rage-quit...

le croyance en la bonté de l'autrui n'est qu'une spéculation, chez moi un travail de vérité active et actée, en aucun cas une certitude ou un contrat officiel auquel associer droits, devoirs, en sommes codes admis ; donc tout ce qui relève de l'anti-vérité formulée explicitement, m'apparait d'une part dénué de compréhensibilité, de sens, et en même temps extrêmement harassant à démêler pour parfois, un peu trop peu de bénéfices

du coup excuses moi si je ne vois plus trop à quoi tu fais référence, ce qui m'éloigne relativement beaucoup des intentions de nos échanges du moment, qui t'incombent alors en sens unique, j'en reste sans-coeur...

bien à toi, par-delà le ressentiment et grâce à ce lien malgré tout unique que tu permets, ici à moi, dans la mesure d'une honnêteté perceptible relative à, justement, cette bonté que je pense à 99% pouvoir compter chez toi en circonstances viables, cette amitié dans l'humanité de nos rapport, qui j'espère constitue un socle aussi fort chez moi que chez toi et ce afin de préserver ces circonstances viables de la bonne entente humaine
🗝✉🎈

Hors ligne txuku

  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 466
    • BEOCIEN
Re : T'es con ou juste méchant ?
« Réponse #6 le: 19 février 2020 à 12:08:44 »
Bonjour

Je me suis abonne a ce fil - au vu du titre .............
Puis j ai vu que la question posee portait sur le second degre ??? :-¬?

Alors j ai questionne le ouebe : sous entendu
j ai hesite a intervenir dans votre debat - il me manque un petit cafe et les idees se bousculent un peu dans mon crane :

Je pratique beaucoup ce second D° ( 12.5 ) - grivois - avec mon beau frere et cela fonctionne mal avec ma soeur qui nous connait bien et nous denonce. :/

Le meme sport ( 2nd ° ) pratique par des coteries me semble sans interet ! :-X


La moquerie et la mechancete sont absentes et le plaisir provient alors (?) du savoir partage.

Par contre des souvenirs de piques feminines me reviennent ( ma ex etait tres forte dans cette specialite ! :'( )

" Tu as vraiment une tres jolie robe ! J avais trouve la meme il y a trois ans .............. " - ce style mais je ne suis pas doue.

Enfin de vraies mechancete - style je peux regler mes comptes parce que j ai trop bu :  oui ! :'(
« Modifié: 19 février 2020 à 12:10:38 par txuku »
Je ne crains pas d etre paranoiaque

"Le traducteur kleptomane : bijoux, candelabres et objets de valeur disparaissaient du texte qu il traduisait. " Jean Baudrillard

Hors ligne marion sarkissian

  • Tabellion
  • Messages: 35
Re : Re : T'es con ou juste méchant ?
« Réponse #7 le: 02 mars 2020 à 13:20:09 »
Bonjour

Je me suis abonne a ce fil - au vu du titre .............
Puis j ai vu que la question posee portait sur le second degre ??? :-¬?


je viens de venir au monde et je suis née de la dernière pluie (aujourd'hui même)
C'est comment qu'on s'abonne à un fil de discussion ?
J'suis con ou je l'fais exprès :noange: ?



"T'es con ou tu le fais exprès ?" - Une phrase interrogative que beaucoup ont déjà posés, intérieurement ou explicitement, et d'un sérieux pas toujours aussi effectif, il est vrai, mais pas toujours assumé, également. Que remet-on en question par ces mots, le plus souvent ? Eh bien, évidemment :

Le second degré !
Quel est-il ? A quoi sert-il ? Qu'en pensent ses acteurs ? Y a-t-il moyen de creuser un peu plus ?


Je pratique moi même souvent le second degré, et souvent je passe pour une con ( j'aime pas le feminin de ce mot, faites avec please)
Genre, il faut que je précise alors," je plaisante".
Je tache en ce moment de clarifier ma com avec autrui (surtout avec les nouvelles connaissances, après on s'habitue à mon esprit vif bavard et tordu, j'éspère)
en évitant les jeux de mots à 2 balles et autre élan de digression qu'on comprend rien que moi-même, et qui brouille peut être une première impression que je voudrais plus simple.

mais j'me comprends



Messages regroupés. Merci d'éviter les double posts
« Modifié: 02 mars 2020 à 21:38:07 par Chapart »

Hors ligne txuku

  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 466
    • BEOCIEN
Re : T'es con ou juste méchant ?
« Réponse #8 le: 02 mars 2020 à 13:39:38 »
Bonjour

Tu cliques sur l onglet Notifier !

 :)
Je ne crains pas d etre paranoiaque

"Le traducteur kleptomane : bijoux, candelabres et objets de valeur disparaissaient du texte qu il traduisait. " Jean Baudrillard

Hors ligne marion sarkissian

  • Tabellion
  • Messages: 35
Re : T'es con ou juste méchant ?
« Réponse #9 le: 02 mars 2020 à 21:33:21 »
merci tsuxu

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.028 secondes avec 22 requêtes.