Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

02 décembre 2020 à 20:03:11
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Salon littéraire » Salle de lecture » Théâtre et poésie » [Poésie] Adoration de Nona (Marcel Moreau)

Auteur Sujet: [Poésie] Adoration de Nona (Marcel Moreau)  (Lu 1016 fois)

Hors ligne Eveil

  • Calame Supersonique
  • Messages: 2 034
[Poésie] Adoration de Nona (Marcel Moreau)
« le: 31 mars 2018 à 23:20:25 »

Marcel Moreau, poète belge, auteur d'une oeuvre considérable. Adoration de Nona est un petit livre, pas un recueil, pas un roman, pas une nouvelle, disons le récit, en prose poétique, de son adoration pour Nona. Moreau insiste beaucoup sur une écriture physique, partie intégrante du corps. Un livre qui fait l'amour et auquel on peut faire l'amour, un livre sacré en somme. Il évoque la correspondance qu'ils ont entretenue tous les deux, une relation passionnée, ardente, charnelle, intellectuelle, sexuelle. C'était plus qu'une passion, c'était une adoration. C'est-à-dire qu'il refusait de lui imposer son amour par peur de la ternir avec un sentiment aussi trivial - et sa vieillesse, car lui est vieux et moche, et elle est jeune et belle. "Chez moi, adoration est un mot de la force d'un sacre, qui aurait le torse d'un cantique. Je ne le prononce qu'à genoux". Ils se faisaient l'amour à distance, grâce au verbe. Elle caressait les mots et les prenait dans son corps, en jouissait, et lui, en lisant ce qu'elle faisait avec ses mots, se sentait pénétrant son corps. Je crois qu'il faut vraiment souligner cet aspect physique du verbe chez Moreau, et particulièrement ici. C'est très important, très prégnant dans son Écriture, tant la dimension eucharistique de leur amour en est au fondement. L'amour et le sacré se côtoient, non que cet amour soit un prétexte pour parler de Dieu, mais car l'amour qu'ils éprouvaient était devenu religion, dogme. Et c'est bien le seul dogme que Moreau ne refusa pas.

"Mon adoration n'est pas un mot, c'en est le débordement en vous, dans votre corps consentant, convocant. Mon amour a besoin de vous adorer. En vous adorant, il veille à votre éternité, à défaut de croire en la sienne. Je ferai tout pour que vous viviez encore mon adoration de vous, lorsque je ne serai plus là pour vous la dire."

"Un corps qui écrit, avec sa chair et son sang, qu'ayant pris la parole, avec les mots des profondeurs du corps et de la vie, c'est lui maintenant qui est aux commandes de la recherche de la vérité et du jouir de cette vie, et non plus la raison ou l'intellect, devenus subalternes, en la matière."

"Nos lettres ne nous mentent pas en se faisant l'amour afin qu'un jour il n'y ait plus d'amour que celui que se feront et nos corps et nos âmes et nos esprits confondus. Nos lettres sont des parties de nos corps s'agrégeant entre elles, pour le jour où l'amour nous sera donné totalement à vivre, dans notre chair et au-delà."

"Bientôt, mon amie, je vous serrerai contre mon corps, et alors tout notre amour dit dans les lettres explosera d'amour se faisant."

"j'avais un corps avant ce livre, ces lettres, et il datait. Et maintenant j'ai un corps après, et ce n'est plus le même, vous l'avez changé, il date de votre amour."

"ma haine des mots sans corps, de ces mots dont la raison d'être, dans l'esprit, n'aurait pas reçu du corps leur légitimité"

"et tu sauras combien mon coeur, n'ayant battu que pour toi, c'est en ta poitrine qu'il aura voulu battre pour la dernière fois."

"Ne m'attends pas ce soir, car la nuit sera noire et blanche"

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.021 secondes avec 23 requêtes.