Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

01 décembre 2020 à 10:11:29
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Encore plus loin dans l'écriture ! » L'Aire de jeux » Défis Tic-Tac » Le vestiaire des disparus [défi tic-tac 13.8.17]

Auteur Sujet: Le vestiaire des disparus [défi tic-tac 13.8.17]  (Lu 1459 fois)

Hors ligne derrierelemiroir

  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 905
  • orque magnifique et ténébreuse
Le vestiaire des disparus [défi tic-tac 13.8.17]
« le: 13 août 2017 à 19:12:49 »
L’écho de mes pas. Tap tap tap. Je suis pieds nus. Le couloir se perd dans le vague, je continue d’avancer. Avant, il n’y avait rien, ou alors ma respiration. J’ai toujours eu de la peine à m’endormir. Ma jambe se tend. Des voix résonnent au loin, c’est là que je me dirige. Je crois qu’il y avait une soirée, je sais avoir beaucoup bu. Du vin, du gin. A l'évocation de ce souvenir, la tête me tourne, j’y vois encore moins.

Tu étais où ?

Ma sœur surgit du couloir indécis, robe rouge, talons qui claquent plus fort que mes nus pieds.

C’est où la fête ? Je demande.
On t’attend, tu ne les entends pas ?

Je suis au milieu d’une grande salle, lustres au plafond et tout ça. De la techno qui sort des murs, des gens partout, dissous dans la lumière jaune. Je sors une cigarette de mon sac à main. L’allume.

Tu veux boire quoi ?
C’est Antonin, il me regarde mais je n’ai pas le temps. Je cherche.

La foule est dense, je me fraie un passage parmi les bras moites, les corps transpirants, les robes multicolores et les costumes sombres. Pas le temps. Je vois Stephanie, ma cheffe et toute la bande du travail qui entre-choquent leurs verres, toutes dents dehors, ils rient et je ne sais pas de quoi. C’est comme un voile sur mon front, devant mes pensées, je cherche mais je ne sais pas quoi.

Viens danser. Encore ma sœur.
Tu ne sais pas où sont les toilettes. Je demande.
Tu sors de la salle, c’est au fond du couloir à gauche.

Le couloir de nouveau. Je ne vois pas bien. Ce qui est devant, mais ni à droite, ni à gauche. Les rires me poursuivent, se collent à la plante usée de mes pieds. J’ai si peu envie de rire que les larmes me piquent les cils. Où sont ces foutues toilettes. Je dois absolument me changer, mettre cette robe que j’ai achetée je ne sais plus quand. J’aurais du saluer ma cheffe, être brillante et dire quoi ? J’oublie, car ce que je cherche efface le reste.

C’est une autre salle, un bar, ce n’est plus des lustres mais d’étranges lampes qui pendent mollement au milieu des têtes hilares. Pourquoi tout le monde avec cette bouche ouverte ? Des morceaux de verre s'ajoutent aux rires et autres poussières de mes pieds, je n’ai pas mal, je cherche encore. Une fois on m’a dit, à force de chercher, tu ne sauras plus d’où tu es partie. J’essaie de me souvenir, mais dès que je tourne mes pensées vers l’arrière, encore ce vague, ce brouillard étanche qui me fait douter de qui j’étais. Ma sœur et sa joie sauvage de vivre comme on crie. J’aimerais tant la suivre, mais avant, il faut que je trouve. Un vestiaire. On me tend des boissons, ma tête alcoolisée n’a plus soif. Ce bar, c’est comme un autre, les gens se parlent et ne s’entendent pas, ils guettent les yeux des autres, ne les voient plus.

Un vestiaire de nudité, pas d’habits camoufleurs, ni déguisements-caméléons.

Viens danser, viens rire, au feu le reste, à quoi bon ? C’est Blaise, c’est Cora, Sophie, Alex. Ils saisissent mes mains, essaient de me pousser dans la ronde. Ronde des on-ne-pense-plus-aux-conséquences, cercle de ceux qui n’ont pas de lendemains. Je les repousse, je veux me souvenir, je veux saisir cette idée qui me tiraille les nerfs, qui me fait croire qu’il y a plus, un ailleurs de nudité où je pourrai voir et être vue, sans artifices ni guirlandes. Je retrouve mes pieds dans une galerie de mon cerveau, m’en sers et m’échappe de cette folie. Je cours, cours, je m’envole, cet ailleurs, puisque je le pense, c’est qu’il existe, dans ma tête, quelque part dans ce corps dont je ne sais plus que faire.

Vestiaire de tout ce qu’on rejette, ces difformités bafouées, moignons de nos esprits imparfaits, tabous qu’on ravale, qu’on lisse et qu’on maquille. Vestiaire enfermant nos handicaps, nos jambes boiteuses et nos dents irrégulières. Ce que je cherche, cet ailleurs où la laideur n’existe plus et la normalité n’est qu’une suite de lettres. Un fois retrouvé, je pourrai les rejoindre et rire avec eux, au-dessus d’eux parce que je n’aurai plus peur. Mais avant, ce vestiaire de nos échos disparus.

Ma respiration, et puis j'ouvre les yeux.


« Modifié: 22 août 2017 à 10:00:29 par derrierelemiroir »
"[...] alors le seul fait d'être au monde
  remplissait l'horizon jusqu'aux bords"
  Nicolas Bouvier

En ligne Ben.G

  • Admin
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 8 699
  • Voleur de nuits
    • J'irai lire chez vous
Re : Le vestiaire des disparus [défi tic-tac 13.8.17]
« Réponse #1 le: 13 août 2017 à 21:29:27 »
Citer
ou alors ma respiration.
que ma respiration ?

Citer
Ma sœur surgit du couloir indécis,
genre un couloir flou ? Indéfini plutôt qu'indécis non ?


Citer
Je crois qu’il y avait une soirée, j
(je le dis peut être un peu tôt, mais il y avait au passé ou au présent il y a une soirée ?)

Citer
Je ne vois pas bien. Ce qui est devant, mais ni à droite, ni à gauche.
bizarre le point entre les deux

Citer
J’oublie, car ce que je cherche efface le reste.
joli

Citer
C’est une autre salle, un bar, ce n’est plus des lustres mais d’étranges lampes qui pendent mollement au milieu des têtes hilares.
Je crois que ce genre de phrase "c'est ..." te vas bien (enfin que c'est bien toi, caractéristique)

Citer
s'ajouttent
t en trop

Citer
Viens danser, viens rire, au feu le reste, à quoi bon ? C’est Blaise, c’est Cora, Sophie, Alex. Ils saisissent mes mains, essaient de me pousser dans la ronde. Ronde des on-ne-pense-plus-aux-conséquences, cercle de ceux qui n’ont pas de lendemains. Je les repousse, je veux me souvenir,
C'est fort !

Le dernier paragraphe est grave cool aussi, et la phrase de fin revient en boucle sur le début, bref c'est cool ^^
J'aime bien cette reflexion éperdue au milieu d'une soirée qui devient très vite métaphorique/musée/rêve, pas grand chose à dire d'autre en fait, c'est chouette ^^
Beau boulot les modow ! Ca mérite une pause café, même si : les vilains mots ne font jamais de pause café.
- Kaeloo


Hors ligne derrierelemiroir

  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 905
  • orque magnifique et ténébreuse
Re : Le vestiaire des disparus [défi tic-tac 13.8.17]
« Réponse #2 le: 13 août 2017 à 23:20:32 »
Merci Ben!  :coeur:

Citer
genre un couloir flou ? Indéfini plutôt qu'indécis non ?
en fait je pensais à indécis, parce que c'est un rêve, tout change, c'est le rêve qui ne sait pas où aller encore puisqu'il commence..mais bon, c'est que trèèèèès légèrement suggéré j'avoue

Citer
(je le dis peut être un peu tôt, mais il y avait au passé ou au présent il y a une soirée ?)
en fait la soirée était avant, puis elle s'endort et rêve d'une soirée...de nouveau, fallait deviner  ><

Citer
Je crois que ce genre de phrase "c'est ..." te vas bien (enfin que c'est bien toi, caractéristique)
:)

Merci pour ta lectuure!


"[...] alors le seul fait d'être au monde
  remplissait l'horizon jusqu'aux bords"
  Nicolas Bouvier

En ligne Rémi

  • ex RémiDeLille
  • Modo
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 7 487
Re : Le vestiaire des disparus [défi tic-tac 13.8.17]
« Réponse #3 le: 20 août 2017 à 20:39:30 »
Salut DLM :)

Citer
A ce souvenir, la tête me tourne
j'aime pas trop le raccourci "à ce souvenir" (à l'évocation de ce souvenir ? c'est lourdingue... bref...)

Pour les dialogues, tu as choisis de ne pas mettre de tiret... pourquoi donc ?

Citer
Je suis au milieu d’une grande salle, lustres au plafond et tout ça.
j'aurais viré le "Je suis"

Citer
De la techno qui sort des murs, des gens partout, dissous dans la lumière jaune.
très chouette :)

Citer
Des morceaux de verre s'ajoutent aux rires et autres poussières de mes pieds, je n’ai pas mal, je cherche encore.
j'aime bien, ça montre bien son état

La fin part bien en vrille et l'idée du vestiaire poubelle, défouloir, endroit où l'on se débarrasse d'un trop plein de soi, c'est bien trouvé, original et très plausible en même temps.

merci pour la lecture :)

Rémi

Hors ligne derrierelemiroir

  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 905
  • orque magnifique et ténébreuse
Re : Re : Le vestiaire des disparus [défi tic-tac 13.8.17]
« Réponse #4 le: 22 août 2017 à 10:06:07 »
Salut Rémiiii, merci pour ta lecture :)

Citer
A ce souvenir, la tête me tourne
j'aime pas trop le raccourci "à ce souvenir" (à l'évocation de ce souvenir ? c'est lourdingue... bref...)
j'ai changé

Pour les dialogues, tu as choisis de ne pas mettre de tiret... pourquoi donc ?
C'est un peu venu tout seul. Tout se passe dans sa tête, c'est pas des vrais dialogues, c'est un rêve, toujours sa voix qui parle, je suppose

Citer
Je suis au milieu d’une grande salle, lustres au plafond et tout ça.
j'aurais viré le "Je suis"
mmh, je préfère garder. Pour moi, ça montre qu'elle change de location assez rapidement, sans logique, que ce n'est qu'elle, la salle n'existerait pas autrement.

Merci pour tes commentaires :)
"[...] alors le seul fait d'être au monde
  remplissait l'horizon jusqu'aux bords"
  Nicolas Bouvier

En ligne Rémi

  • ex RémiDeLille
  • Modo
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 7 487
Re : Le vestiaire des disparus [défi tic-tac 13.8.17]
« Réponse #5 le: 22 août 2017 à 23:01:08 »
Citer
Citer
Pour les dialogues, tu as choisis de ne pas mettre de tiret... pourquoi donc ?
C'est un peu venu tout seul. Tout se passe dans sa tête, c'est pas des vrais dialogues, c'est un rêve, toujours sa voix qui parle, je suppose
Oui, c'est cohérent, tu as raison :)

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.023 secondes avec 23 requêtes.