Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

21 septembre 2020 à 12:16:54
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Textes courts (Modérateurs: Aube, Chapart, Claudius) » Le reflet dans l'eau [Blind texte]

Auteur Sujet: Le reflet dans l'eau [Blind texte]  (Lu 2695 fois)

Hors ligne Edel Weiss

  • ex metaphores
  • Prophète
  • Messages: 642
  • Fleur blanche des montagnes
Le reflet dans l'eau [Blind texte]
« le: 06 juin 2017 à 20:56:08 »
Texte écrit pour le Blind tinxt lancé par Tim Gab :

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


Résumé :

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


Genre : Réécriture d'un mythe


---


Le reflet dans l’eau


Quand le mythe de Narcisse rencontre celui d'Echo sous la plume moderne d'une écriture antique, nous redécouvrons le destin tragique qui voue le jeune homme au cœur insensible et la nymphe des sources dénuée de parole au malheur éternel...



Narcisse est d’une beauté saisissante. Son visage ressemble aux paysages de fin d’hiver où paraissent les roses. Son nez rappelle la vulnérabilité de la tige naissante alors que sa bouche se souvient de la douceur éphémère des fleurs. Ses traits contiennent en eux toute la perfection de la nature.
Narcisse est si charmant, si intelligent, si talentueux qu’il ne rencontre aucune rivalité. Il semble chasseur né, joue à la perfection de plusieurs instruments et récite des poèmes avec esprit.
Pourtant, Narcisse ne connaît pas le bonheur. Sur son âme, les beautés du monde ne sont que de pâles reflets qu’il voit à travers des voiles. Dans son cœur, les affres de l’amour ne sont que des mirages.
Le soir, alors qu’il erre près des bois, Liriope le rejoint. Elle aime contempler celui qu’elle a enfanté et s’enorgueillir du défi que sa beauté lance aux étoiles. Pourtant, chaque soir, Narcisse soupire, las et triste.
Alors, la nymphe s’approche comme un murmure et lui dit :
—   As-tu rencontré une chose digne de tes beaux yeux, mon fils ?
—   Hélas ! non, nymphe maternelle. Je n’ai rien vu de plus qu’hier. Rien qui ne mérite le beau nom de « merveille », se lamente Narcisse.
—   Pourtant, je n’ai jamais entendu dire que les enfants des nymphes soient incapables d’être heureux parmi les hommes. Ce monde n’est pas dépourvu de beautés.
—   Je ne parviens, cependant, pas à les voir.
—   As-tu contemplé une nouvelle fois le lever du soleil comme je te l’ai conseillé ?
—   Le ciel était nuancé de jaune pâle et d’orangé, mais rien dans ce spectacle ne m’a enchanté, répond le fils de la nymphe.
—   Pourtant, tous les poètes prétendent que les levers et les couchers de soleil émerveillent et fêlent les âmes de ceux qui les regardent.
—   Mon âme est entière, mère.
—   Et les oiseaux ?
—   J’envie leur vol léger, mais leur pureté ne m’émeut pas plus qu’un lever de soleil. Ils sont dans le ciel ce que les hommes sont sur la terre : de simples passants.
—   Et les cours d’eau ? les rivières ? leurs rires joyeux ?
—   J’entends, oui, j’entends leur timbre clair, mère. Je vois leur danse à travers l’onde fuyante, mais cela ne me donne nul frisson. Je reste devant cette vision le même que lorsque je regarde les arbres, les feuilles, le vent, la pluie ou la flèche qui vole. Rien n’allume, en moi, la fascination que je vois naître chez les autres.
—   Et n’y a-t-il pas d’hommes ou de femmes qui t’apprennent à aimer ?
—   Nul n’a éveillé en moi la flamme étoilée qu’on nomme Amour : je ne ressens aucun attrait pour les autres. Qu’ils aient des visages ou des corps parfaits de statues, je passe mon chemin comme l’aveugle ignore la beauté d’Aphrodite.
—   Tous les soirs, mon fils, tu viens ici me voir : tu te lamentes de ne pouvoir reconnaitre la beauté. Je te fais alors la longue et inépuisable liste des merveilles dont regorge le monde. Tu balayes tout d’un refus. Chaque soir, je t’encourage à garder espoir que le lendemain fasse germer dans ton cœur l’émoi. Mais tu reviens sans cesse plus sévère. Peut-être devrais-tu partir découvrir le monde et chercher la perfection qui saura fléchir ton cœur ?
—   Partir ? Quitter le village ?
—   Qu’as-tu à y laisser ? Rien ne te touche, Narcisse. Alors, va et cherche ce qui aura à tes yeux le privilège de briller.
Narcisse est troublé. Partir ? Mais si en chemin il ne trouve rien de beau ? Alors, il devra se résigner à vivre dans un monde sans éclats…
Au lever du soleil, Narcisse fixe l’astre tiré par Hélios glorieusement : il voit le char et sa course montante dans le ciel qui s’éclaircit à mesure que le cœur de feu s’approche. Les ombres de la nuit reculent, la brume n’est plus que souvenir et le ciel bleuit. Insensible, Narcisse n’éprouve ni admiration ni émerveillement devant le char solaire. Même le dieu habile ne lui inspire pas le respect qu’il devrait. Narcisse ne parvient pas à voir les vraies couleurs du monde.
Alors, le désespoir a raison de ses hésitations. Silencieusement, Narcisse fait ses adieux à sa mère et s’avance parmi les arbres. A chacun de ses pas, il pénètre plus profondément dans ce tableau automnal sans que les teintes de feu qui colorent la sylve ne laissent leur empreinte en son âme.
Ses pas deviennent des heures…
Soudain, c’est un étrange regard bleu qui le découvre au sortir des arbres. Le regard est intense, doux et immobile à la fois. Limpide et sans sourire, l’œil est comme un miroir. Intrigué, Narcisse qui n’a jamais vu son reflet ni de surface aussi miroitante, s’approche, se penche…
Il soupire faiblement et un autre râle s’entend près de lui.
C’est la nymphe Echo.
A l’arrivée de Narcisse, elle est sortie de l’eau sans un bruit, sans un pli pour le miroir lisse qui la cachait.
Belle et émouvante, Echo se tient, un peu fragile, au bord de la source. Elle ressemble au dessin que laisse la mer sur le sable après son passage, cette empreinte qui disparaît et se reforme au gré des vagues. Elle est si pâle. Elle mêle en son être, ses cheveux et ses yeux, le tendre lever et le vif coucher de soleil.
Saisie par la beauté de Narcisse, la nymphe voudrait parler mais elle ne peut rompre le silence. C’est à Narcisse d’inscrire des mots sur le monde muet. Lorsqu’il s’exclame le premier, elle lui répond aussitôt :
—   Oh ! visage inconnu !
—   Oh ! visage inconnu, répond Echo.
—   Ta voix est belle ! s’extasie Narcisse.
—   Ta voix est belle, imite Echo. 
—   Elle semble irréelle… continue Narcisse.
—   Elle semble irréelle, répète Echo.
—   Ta figure est comme un rêve ! s’émerveille Narcisse.
—   Ta figure est comme un rêve, reproduit Echo.
Narcisse est captivé par les réponses de la nymphe. Quelle voix aux accents magiques : il croit s’entendre lui-même…
Le miroir se poursuit entre eux :
—   Parle-moi de toi !
—   Parle-moi de toi, répond Echo.
—   Moi… Je suis malheureux. Je cherche la beauté cachée du monde.
—   Moi… Je suis…. malheur… Je cherche… la beauté… beauté… beau…
L’écho se déforme à mesure que la nymphe prononce les mots dérobés mais Narcisse n’entend que le reflet vague de sa propre voix qu’il ne reconnaît pas. Charmé, il s’assoit et se confie encore à la nymphe :
— Je suis aveugle aux couleurs du ciel, de la mer, des arbres, des flammes ! Je suis sourd aux murmures de la nuit, aux chants des oiseaux, aux symphonies de la tristesse  et aux cris déchirants des couchers de soleil ! Je suis insensible à la douceur des matins, aux rigueurs des épines ou des vents, à l’éclair du soleil, à la sensualité des mains ! Je suis étranger aux goûts des fruits et des lèvres ! Je suis indifférent au parfum du sable, des feuillages, des femmes et des fleurs ! Je passe sans ne jamais voir la poésie qui fascine et emporte...
— Aveugle aux couleurs… Sourd au chant… Insensible à la sensualité… aux lèvres… fleurs… qui fascinent…
— C’est pour cela que je cherche la beauté dissimulée quelque part dans ce monde !
— Quelque part dans ce monde…
— Mais, belle apparition, apprends-moi tout ce que je ne sais pas sur toi !
— Apprends-moi…. sur toi…
— Oh, visage étranger, mon cœur commence à chanter pour toi !
— Mon cœur… pour toi…
— C’est toi que je cherchais, déclare Narcisse, ému.
— C’est toi…
Les mots volés se défont et se transforment à chaque nouvel écho. Narcisse, bercé par la voix hypnotique, n’écoute pas vraiment les mots de la nymphe. Il contemple l’apparition évanescente. Dans un élan, Narcisse veut l’embrasser et se penche vers elle : mais alors qu’il s’approche, l’image tremble…
Le reflet s’efface et le fuit. Désemparé, Narcisse s’écarte. Aussitôt, le visage reparaît dans la source, comme pour se moquer.
Quand il parle à nouveau, Echo lui répond. Mais, dans l’eau, la silhouette qu’il voit ne se laisse pas approcher : elle se noie quand il va l’enlacer…
De désespoir, Narcisse pleure au-dessus du visage qu’il aime et ne peut toucher. En écho à son malheur, la nymphe derrière lui pleure sur son sort, elle que Narcisse ne reconnaît pas.
Echo disparaît lentement à force de regarder Narcisse. Narcisse se meurt à force de regarder son reflet dans l’eau.
Au bord de la source maudite, bientôt, il ne reste plus qu’une fleur magnifique et l’ombre d’un écho...




Remerciements :

A Tim Gab, sans qui je n'aurais jamais écrit cette nouvelle (qui est une de mes préférées parmi mes écrits) ;
A tous ceux qui ont commenté mon texte et m'ont aidé à l'améliorer ;
A tous les lecteurs silencieux qui sans rien dire donnent un sens à mon texte et le fond exister à chaque nouvelle lecture.


« Modifié: 14 août 2017 à 20:39:44 par Edel Weiss »
Mon dernier texte : Le Prix d'un coeur [AT]
------
Pour en savoir plus sur la fleur blanche des montagnes

Hors ligne WEG

  • ex World End Girlfriend ou Nocte
  • Palimpseste Astral
  • Messages: 2 619
  • Innuendo Cumulonimbus
Re : [Blind texte] Narcisse et Echo
« Réponse #1 le: 06 juin 2017 à 22:08:21 »
T'es qu'une tricheuse '-'
Plus sérieusement, le texte est plutôt cool, bien mené. Mention spéciale pour l'intro d'Echo qui claque grave, c'était moe².
Après c'est nul quand ça fini pas bien, ils peuvent pas être heureux pour une fois merde ?
Chameau vagabond / Houmousexuel patatophile
[img width= height=]http://nanowrimo.org/widget/graph/weggen.png[/img]

Hors ligne Edel Weiss

  • ex metaphores
  • Prophète
  • Messages: 642
  • Fleur blanche des montagnes
Re : [Blind texte] Narcisse et Echo
« Réponse #2 le: 06 juin 2017 à 22:11:54 »
Citer
T'es qu'une tricheuse '-'
Ben pourquoi ? ^^

Merci beaucoup de ton commentaire et de ta lecture Weg ! Je suis contente que l'entrée en scène d'Echo t'ait "claquée" ! Moi aussi, elle me fait de l'effet ^^

Si la fin était heureuse, le mythe n'aurait plus lieu d'être ;)

Tout est dans la fleur finale !
Mon dernier texte : Le Prix d'un coeur [AT]
------
Pour en savoir plus sur la fleur blanche des montagnes

Hors ligne WEG

  • ex World End Girlfriend ou Nocte
  • Palimpseste Astral
  • Messages: 2 619
  • Innuendo Cumulonimbus
Re : Re : [Blind texte] Narcisse et Echo
« Réponse #3 le: 06 juin 2017 à 22:43:29 »
Citer
T'es qu'une tricheuse '-'
Ben pourquoi ? ^^
Parce que deviner ton style à partir de rien ben... voilà quoi '-'

Si la fin était heureuse, le mythe n'aurait plus lieu d'être ;)
Wesh fuck les mythes, happy end for the win  :bisou:

Je suis contente que l'entrée en scène d'Echo t'ait "claquée" ! Moi aussi, elle me fait de l'effet ^^
Juste pour le plaisir :
Soudain, c’est un étrange regard bleu qui le découvre au sortir des arbres. Le regard est intense, doux et immobile à la fois. Limpide et sans sourire, l’œil est comme un miroir.
Han  :coeur:
Belle et émouvante, Echo se tient, un peu fragile, au bord de la source. Elle ressemble au dessin que laisse la mer sur le sable après son passage, cette empreinte qui disparaît et se reforme au gré des vagues. Elle est si pâle. Elle mêle en son être, ses cheveux et ses yeux, le tendre lever et le vif coucher de soleil.
Re-han  :coeur:
Chameau vagabond / Houmousexuel patatophile
[img width= height=]http://nanowrimo.org/widget/graph/weggen.png[/img]

Hors ligne tim gab

  • Calame Supersonique
  • Messages: 2 251
  • grown's up, what's for ?
Re : [Blind texte] Narcisse et Echo
« Réponse #4 le: 07 juin 2017 à 09:05:48 »
mon commentaire ne va pas être très constructif je le crains.
mais, bravo c'était là un très beau texte, très poétique. 
"I am the bone of my sword
Steel is my body and fire is my blood
I have created over a thousand blades
Unknown to death
Nor known to life
Have withstood pain to create many weapons
Yet those hands will never hold anything
So, as I pray, Unlimited Blade Works."


archer FSN

Hors ligne Chouc

  • ex ChoucrouteEstivale
  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 690
  • Funambule atrabilaire
Re : [Blind texte] Narcisse et Echo
« Réponse #5 le: 07 juin 2017 à 11:28:52 »
Je vais pas faire mieux que mes petits camarades, y a pas grand chose à dire de constructif quand le texte est réussi. C'est admirablement écrit, c'est beau, entraînant, ou plutôt lancinant, tragique juste ce qu'il faut... Encore bravo.

Merci pour le partage, à bientôt
" Conseiller à un dépressif d'arrêter de broyer du noir est aussi utile que de conseiller à un cancéreux d'arrêter d'avoir le cancer. " 

 - Rick Gervais -

Hors ligne Rémi

  • ex RémiDeLille
  • Modo
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 7 254
Re : [Blind texte] Narcisse et Echo
« Réponse #6 le: 07 juin 2017 à 13:36:27 »
Salut metaphores,

Détails et archipotage :

Citer
Son nez rappelle la vulnérabilité de la tige qui bourgeonne
perso, dès la première lecture, je me suis dis "son nez doit être bien moche : noueux comme une tige et plein de boutons"
(mébon c'est sûrement vrai que pour moi :D)

Citer
Pourtant, Narcisse ne connaît pas le bonheur. Sur son âme, les beautés du monde ne sont que de pâles reflets qu’il voit à travers des voiles. Son cœur ignore tout des affres de la passion et du malheur.
peut-être insister sur le contraste bonheur/malheur ?
D'ailleurs, est-il nécessaire de dire qu'il ignore le malheur ? (dans la suite du texte, on s'intéresse à son absence de sentiment face à la beauté)

Citer
C’est à croire que je suis aveugle au monde…, se lamente Narcisse.
j'ai cherché et n'ai pas trouvé la réponse. Es-tu sûre de cette virgule après le point de suspension ?

Citer
—   Et les cours d’eau ? les rivières ? leurs rires joyeux?
manque une espace avant le dernier "?"
Pas de majuscule à les et leurs ? (c'est une règle quand il y a énumération ?)

Citer
Mais je passe mon chemin après les avoir vues comme si je n’avais rien vu.
le reste est tellement joli que cette répétition de "vu" et ce "comme" me semblent opimisables

Citer
Tu es aveugle à la beauté de la nature comme des femmes.
idem, pas top
Et "comme à celle des femmes" serait plus correct me semble-t-il (et plus moche aussi évidemment  :/ )

Citer
—   Partir ? te quitter ? Et le village ?
du coup, majuscule ou pas majuscule ?

Citer
Alors, vas et cherche ce qui aura à tes yeux le privilège de briller.
va

Citer
Même le dieu habile ne lui inspire pas le respect qu’il aurait dû.
j'aurais mis "qu'il devrait" ; la concordance me semble chelou ici, tu es au présent avant et après

Citer
—   Toute ta figure est beauté ! le reproduit Echo.
se passer du "le" ?

Citer
Jamais encore il n’avait rencontré un être semblable dont le chant s’accorda aussi bien au sien.
s'accordât ?

Citer
—   Moi, moi… Je suis bien malheureux. Je cherche la beauté cachée du monde.
(pour revenir sur ma remarque concernant le "malheur" évoqué au début du texte.

Citer
aux cris déchirant des couchers de soleil,
déchirants

Citer
Je passe sans ne jamais voir la beauté qui fascine et emporte...
sans jamais voir (ne en trop ?)

Dernière remarque sur la forme : un peu trop de points de suspension et de points d'exclation à mon goût.

Voilà pour le détail, je suis un gros chipoteur...

Dans l'ensemble, le texte est très beau. Le rythme des phrases est très agréable, les images sont vraiment belles et j'aime la poésie de la fin. Je n'ai relevé que quelques tournures qui me plaisaient pas trop, je n'ai pas relevé toutes les trouvailles qui m'ont plu.

Merci pour la lecture.

Rémi

Hors ligne JigoKu Kokoro

  • Prophète
  • Messages: 774
  • Quiche fourréé aux flood
Re : [Blind texte] Narcisse et Echo
« Réponse #7 le: 07 juin 2017 à 16:04:33 »
Vraiment un très joli texte j'ai beaucoup aimé  :)

Quelle bonne idée de mêler de cette manière ces deux personnages. J'aurais pas grand chose à dire en réalité car je me suis laissé porté par cette histoire.

Un bout de phrase est pour moi inutile :
Citer
Narcisse prend aussitôt un sac avec quelques affaires, annonce son départ et se dirige vers la forêt

A vrai dire on est nous aussi dans la contemplation alors presque on s'en fiche que narcisse parte  les mains vides ou pas :D

Je ne me rappelle plus si je t'avais déjà lu mais en tout cas tu a un style très agréable.

Je rajouterais comme WEG que c'est tragiquement triste mais bon c'est ce qui fait que c'est beau  ^^

* JigoKu Kokoro Jette une poignée de mouchoirs en papier et s'en va...
Ningen soto, bakemono naka...."Irrécupérablement vôtre"
"L'amour et la haine sont les deux faces d'une même pièce qu'il est bien trop aisé de retourner..." - JK

Hors ligne kokox

  • Grand Encrier Cosmique
  • Messages: 1 430
Re : [Blind texte] Narcisse et Echo
« Réponse #8 le: 08 juin 2017 à 10:16:18 »
Salut Métaphores,

Je n'ai pas encore lu tous les BT, mais ce thème de la mythologie semble en avoir inspiré plus d'un. Je pense qu'Ovide, rédacteur émérite des "Métamorphoses" n'aurait pas renié avoir écrit "Antrophyle" de Rémi, et "Narcisse et Echo". (Sans oublier dans un registre plus comique le "Morphée manchot" de Choucroute).
Ces deux textes, poétiquement et subtilement construits, coulent pour moi de source. J'aime la recherche en littérature, j'aime le risque que prennent courageusement certains auteurs en empruntant des chemins de traverse, mais rien ne vaut à mes yeux cet auteur inconnu qui me susurre un beau jour : "Assieds-toi là, tu as cinq ans, je vais te raconter une jolie histoire". Ces deux textes m'ont écarquillé les yeux, ont entrouvert ma bouche. Comme le plus pur, le plus naïf des innocents, j'ai escaladé à travers eux les nuages, et traversé la forêt profonde pour m'en aller mourir (pour de faux :)) au bord d'une rivière. Bref, merci de m'avoir déjà fait une fleur, alors qu'on se connaît à peine ! :)

Bien à toi !
« Modifié: 08 juin 2017 à 10:27:23 par kokox »

Hors ligne Edel Weiss

  • ex metaphores
  • Prophète
  • Messages: 642
  • Fleur blanche des montagnes
Re : [Blind texte] Narcisse et Echo
« Réponse #9 le: 08 juin 2017 à 10:49:55 »
Ooooooooohhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh un grand merci à vous tous pour vos commentaires touchants !  :coeur:

Je suis vraiment émue que mon texte vous ait plu !  :-[   C'est la première nouvelle que je poste, ceci explique peut-être ma réaction de jeune pucelle x)

Alors dans l'ordre :

@ cher tim gab

Merci à toi ! pour ta lecture, ton commentaire et ta sensibilité face au côté "poétique" de mon texte (j'avoue m'être demandée si ce côté poétique n'était pas dérangeant ?). Je viendrai bientôt lire aussi ton texte :)

@ Chère ChoucrouteEstivale

Merci à toi pour tes mots et ton compliment " y a pas grand chose à dire de constructif quand le texte est réussi. C'est admirablement écrit, c'est beau, entraînant, ou plutôt lancinant, tragique juste ce qu'il faut... Encore bravo." ! Ton "éloge" me frappe au coeur  :-[  Je n'ai pas encore eu le plaisir de te lire mais je vais corriger cela d'ici peu ! Encore merci merci merci merci !

@ Cher Rémi

En remercient de ton commentaire détaillé et très constructif, je suis allée détailler ton texte à mon tour ;) Ceci était donc totalement un acte de reconnaissance et d'envie de te rendre ce que tu m'avais donné (j'avais aimé ton texte et n'avais pas eu le courage de rentrer dans le détail, vilaine que je suis !) !

Citer
Son nez rappelle la vulnérabilité de la tige qui bourgeonne
perso, dès la première lecture, je me suis dis "son nez doit être bien moche : noueux comme une tige et plein de boutons"
(mébon c'est sûrement vrai que pour moi :D)

Je suis tout à fait d'accord avec toi... Je reconnais avoir d'abord eu une métaphore bien plus jolie du nez qui "rappelle les mâts fiers des navires" mais je tenais à une description florale comme tu t'en doutes ! Je chercherai à arranger ce vilain nez !

Citer
Pourtant, Narcisse ne connaît pas le bonheur. Sur son âme, les beautés du monde ne sont que de pâles reflets qu’il voit à travers des voiles. Son cœur ignore tout des affres de la passion et du malheur.
peut-être insister sur le contraste bonheur/malheur ?
D'ailleurs, est-il nécessaire de dire qu'il ignore le malheur ? (dans la suite du texte, on s'intéresse à son absence de sentiment face à la beauté)

Ici, j'ai clairement voulu éviter la répétition "bonheur" qui apparaissait déjà à la phrase précédente ! De plus, je me suis dis que la passion signifiait bien ce dont Narcisse manquait. En effet, l'insistance sur le malheur est superflue ! Je vais trouver un meilleur balancier "passion/..." pour améliorer ce passage !


Citer
C’est à croire que je suis aveugle au monde…, se lamente Narcisse.
j'ai cherché et n'ai pas trouvé la réponse. Es-tu sûre de cette virgule après le point de suspension ?

Tu as tout à fait raison, j'ai un foutu tic de la virgule pour séparer le discours du verbe de parole (comme on le fait lorsqu'il n'y a pas de points de suspension !) mais il n'y en a pas après les "..." il me semble (en tout cas, comme toi, j'ai déjà cherché partout longuement et rien trouvé à ce sujet me confirmant !)

Citer
—   Et les cours d’eau ? les rivières ? leurs rires joyeux?
manque une espace avant le dernier "?"
Pas de majuscule à les et leurs ? (c'est une règle quand il y a énumération ?)

Alors, aujourd'hui, on a tendance à mettre une majuscule systématiquement après "?" et "!" car c'est ce qu'on apprend à l'école aux petits nenfants ! Mais normalement, la majuscule ouvre une nouvelle phrase, elle n'a donc pas lieu d'être si ce qui suit n'est pas une nouvelle phrase, en l’occurrence, je dirais que l'énumération justifie, en effet, l'absence de majuscules. Si quelqu'un pense que je me trompe, qu'il me le dise ! (Je n'ai pas sous la main mon énorme bouquin de grammaire !)

Citer
Mais je passe mon chemin après les avoir vues comme si je n’avais rien vu.
le reste est tellement joli que cette répétition de "vu" et ce "comme" me semblent opimisables

La répétition était voulue mais je reconnais que cela manque de subtilité et de poésie comparé au reste ; je verrai à arranger !

Citer
—   Partir ? te quitter ? Et le village ?
du coup, majuscule ou pas majuscule ?

Du coup, ici, j'ai interprété partir et te quitter comme des énumérations et "Et le village" comme une nouvelle phrase, mais je pense qu'ici il faut mettre trois majuscules. Sinon, que quelqu'un me dise comment écrire cette fichue énumération de questions !


Citer
Même le dieu habile ne lui inspire pas le respect qu’il aurait dû.
j'aurais mis "qu'il devrait" ; la concordance me semble chelou ici, tu es au présent avant et après

J'avoue que ton argument semble valable ! J'y réfléchis à tête reposée, mais il se pourrait bien que tu aies raison !

Citer
—   Toute ta figure est beauté ! le reproduit Echo.
se passer du "le" ?

Parfaitement !

Citer
Jamais encore il n’avait rencontré un être semblable dont le chant s’accorda aussi bien au sien.
s'accordât ?

Ici, il ne me semble pas que l'on soit au subjonctif. "Jamais encore ils n'avaient rencontré un être semblable dont les voix s'accordèrent aussi bien" me semble correcte non? Absence de "que" béquille du subjonctif et cadre de la principale à l'indicatif, donc la relative "dont..." n'a pas de raison d'être au subjonctif, je pense. Corrigez-moi dans le cas contraire !

Citer
Je passe sans ne jamais voir la beauté qui fascine et emporte...
sans jamais voir (ne en trop ?)

Ici, le "ne" est explétif, il me semble (sans valeur négative donc et pouvant être supprimé) : maintenant reste à savoir s'il est juste et beau (rythmiquement) de l'employer ici. Il est présent dans des phrases comme "Je l'ai prévenu avant qu'il ne soit trop tard ou avant qu'il soit trop tard.".

Citer
Dernière remarque sur la forme : un peu trop de points de suspension et de points d'exclamation à mon goût.

Peut-être, je relirai en les traquant !

Citer
Dans l'ensemble, le texte est très beau. Le rythme des phrases est très agréable, les images sont vraiment belles et j'aime la poésie de la fin. Je n'ai relevé que quelques tournures qui me plaisaient pas trop, je n'ai pas relevé toutes les trouvailles qui m'ont plu.

Merci pour la lecture.

Mille mercis pour ta correction et tes questions sur mon texte ainsi que pour ce magnifique compliment qui à nouveau me saisit le cœur et me réjouit l'âme ! Je reprends le texte au regard de tes remarques dès que j'ai le temps !

@ Cher JigoKu Kokoro

Je ne t'ai pas oublié ! J'ai tout lu et je réponds à tous !
Citer
Quelle bonne idée de mêler de cette manière ces deux personnages. J'aurais pas grand chose à dire en réalité car je me suis laissé porté par cette histoire.

Roh, merci beaucoup !  :-[ Oui, ce mélange des deux personnages me tenait vraiment à cœur !

Citer
Narcisse prend aussitôt un sac avec quelques affaires, annonce son départ et se dirige vers la forêt

A vrai dire on est nous aussi dans la contemplation alors presque on s'en fiche que narcisse parte  les mains vides ou pas :D

Comme tu as raison ! Je te suis et irai corriger ce passage bien trop réaliste pour un mythe !

Citer
Je ne me rappelle plus si je t'avais déjà lu mais en tout cas tu a un style très agréable.

Non, c'était mon premier texte en prose sur le forum (j'ai posté seulement trois poèmes). Merci à toi de ce joli compliment sur mon style  :coeur: Le style, c'est ce qui compte le plus à mes yeux, je suis fanatique ! J'aime les mots et leur place et le déroulement des phrases...

Voilà, il ne me reste plus qu'à aller lire ton texte et découvrir également ton "style" à présent, car je n'avais pas encore eu l'occasion non plus de te lire depuis mon arrivée sur le forum.

Réécriture de JigoKu Kokoro :

* métaphores jette une poignée de larmes en mots et s'en va... bien heureuse d'avoir enfin pu répondre à tous ses commentaires et se dirigeant déjà vers d'autres lectures !

Et zut ! Au grand moment de ma révérence quelqu'un passe rajouter un commentaire ! me retenant...

@ Cher Kokox

Citer
Ces deux textes m'ont écarquillé les yeux, ont entrouvert ma bouche.

Quel éloge !

Citer
Bref, merci de m'avoir déjà fait une fleur, alors qu'on se connaît à peine !

J'adore offrir des fleurs ;)
Nan, plus sérieusement, je te remercie de ta douce lecture et de tes mots admiratifs ! Merci pour ta contemplation en me lisant, je suis très touchée et heureuse si mes mots ont pu te faire escalader les nuages et mourir (pour de faux) au bord de la rivière !

Je te laisse sur un énième merci, le devoir m'appelle ailleurs et je file !
Mon dernier texte : Le Prix d'un coeur [AT]
------
Pour en savoir plus sur la fleur blanche des montagnes

Anna Rusalka

  • Invité
Re : [Blind texte] Narcisse et Echo
« Réponse #10 le: 08 juin 2017 à 13:39:38 »
Cela m'embête de te dire cela car on a discuté pas mal et je ne voudrai pas que tu prennes cela pour de la flagornerie.

Sincèrement...je suis scotchée.....
Ce texte est admirable. L'idée, Les mots, les images, la chute. Tout coule en une paisible rivière
On le lit de façon gourmande tellement les termes choisis sont justes et émouvant.

Si tu en as d'autres comme celle-là, je suis impatiente de les lire (si tu le veux bien).

J'ai vécu un délice poétique en lisant cette nouvelle.
Sincèrement, Bravo et Merci.

Hors ligne Rémi

  • ex RémiDeLille
  • Modo
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 7 254
Re : [Blind texte] Narcisse et Echo
« Réponse #11 le: 08 juin 2017 à 22:03:22 »
Citer
Citer
Citer
Je passe sans ne jamais voir la beauté qui fascine et emporte...
sans jamais voir (ne en trop ?)

Ici, le "ne" est explétif, il me semble (sans valeur négative donc et pouvant être supprimé) : maintenant reste à savoir s'il est juste et beau (rythmiquement) de l'employer ici. Il est présent dans des phrases comme "Je l'ai prévenu avant qu'il ne soit trop tard ou avant qu'il soit trop tard.".
Merci beaucoup pour cette explication, c'est un truc qui m'a souvent chiffonné, du coup j'y vois plus clair.

Vraiment chouette ce texte :)

En ligne gage

  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 875
  • Homme incertain.
Re : [Blind texte] Narcisse et Echo
« Réponse #12 le: 10 juin 2017 à 15:43:23 »
Bonjour Métaphores !  ;)

je chipote d'abord, comme Rémi nous a si bien appris à le faire !


Citer
la nymphe qui fut sa mère, le rejoint
dans la pratique courante, elle l'est encore, non ?  :)
Citer
s’approche comme un zéphire
Là il va falloir que tu me dises si c'est fait exprès. Ici et plus loin avec l'écho, ( En écho à son malheur) tu utilises le nom commun issu justement de la mythologie. Moi ça me perturbe. Zéphyr est tout à fait susceptible de débouler en chair et en os puisqu'il est "du même monde" que Narcisse et Écho... Du coup je trouve, euh, désagréable que tu emploies ce mot plusieurs fois, ça manque pour moi de cohérence. Mais c'est très personnel, je le conçois.
Citer
Rien qui ne mérite le beau nom de « merveille »
"Rien qui mérite", sinon ça signifie qu'il n'a vu que des merveilles.
Citer
je vois leur danse à travers leur bleu perçant,
Bah là je suis pas d'accord...  :) il n'y a que dans les dessins d'enfants que les rivières sont bleues. J'aimerais que tu parles plutôt de limpidité. "bleu perçant" c'est pas réaliste, non non non...  :D
Citer
vas et cherche
va et cherche

Voilà pour les vétilles.
Il me reste à te féliciter pour ta prose, tout à fait adaptée à cette page de mythologie. Calme et bucolique, tragique tout en étant détachée, c'est le ton qu'il fallait ici, bravo.

Merci pour ce texte !
Il a fallu tant de terre
Pour y creuser tant de lits
Que des montagnes entières
Ne nous ont pas suffi...


William Sheller

Hors ligne Edel Weiss

  • ex metaphores
  • Prophète
  • Messages: 642
  • Fleur blanche des montagnes
Re : [Blind texte] Narcisse et Echo
« Réponse #13 le: 12 juin 2017 à 22:51:15 »
@Rémi

Citer
Vraiment chouette ce texte :)

Merci cher Rémi !

@ Gage

Citer
Citer
la nymphe qui fut sa mère, le rejoint
dans la pratique courante, elle l'est encore, non ?

Oui, mais ici je voulais signifier que la nymphe a plutôt un statut de nymphe que de mère, que cette filiation avec Narcisse n'est pas la même que celle des Hommes.

Citer
Citer
s’approche comme un zéphire
Là il va falloir que tu me dises si c'est fait exprès. Ici et plus loin avec l'écho, ( En écho à son malheur) tu utilises le nom commun issu justement de la mythologie. Moi ça me perturbe. Zéphyr est tout à fait susceptible de débouler en chair et en os puisqu'il est "du même monde" que Narcisse et Écho... Du coup je trouve, euh, désagréable que tu emploies ce mot plusieurs fois, ça manque pour moi de cohérence. Mais c'est très personnel, je le conçois.

Ici, je pense que tu as entièrement raison ! J'ai écrit mon texte en 3jours et ne me suis relue qu'une fois ou deux ! Je n'avais donc pas réellement fait attention sur le coup à ce problème de cohérence, mais cela ne va pas, la nymphe ne doit pas empiéter sur cet autre dieu  ! Je changerai donc cette image ! Un grand merci à toi, c'est le genre d'incohérence que je déteste !

Citer
Citer
Rien qui ne mérite le beau nom de « merveille »
"Rien qui mérite", sinon ça signifie qu'il n'a vu que des merveilles.

A moins de me tromper, il s'agit à nouveau d'un "ne" explétif. Rien qui mérite que l'on s'y intéressa / rien qui ne mérite que l'on s'y intéressa = la même chose. (je l'utilise ici pour adoucir la lecture du "qui" /"mérite" en quelque chose plus coulant "qui ne".

Citer
Citer
je vois leur danse à travers leur bleu perçant,
Bah là je suis pas d'accord...  :) il n'y a que dans les dessins d'enfants que les rivières sont bleues. J'aimerais que tu parles plutôt de limpidité. "bleu perçant" c'est pas réaliste, non non non...  :D
C'est moi qui là ne suis pas d'accord ! Je passe tous les jours en allant travailler près d'un canal où l'eau, au soleil, brille d'un bleu perçant je t'assure ! Mais, peut-être n'est-ce que ma perception de cette couleur? ^^ Ou bien le soleil me joue des tours !

La dernière coquille me fait honte !


Citer
Il me reste à te féliciter pour ta prose, tout à fait adaptée à cette page de mythologie. Calme et bucolique, tragique tout en étant détachée, c'est le ton qu'il fallait ici, bravo.

Merci pour ce texte !

Merci de ce compliment, cher Gage, qui me va droit au cœur (je suis toute fière et transportée que mon premier texte posté ici plaise!) et merci à toi également de nous voir fait partager ton texte !

A bientôt !
Mon dernier texte : Le Prix d'un coeur [AT]
------
Pour en savoir plus sur la fleur blanche des montagnes

Hors ligne Edel Weiss

  • ex metaphores
  • Prophète
  • Messages: 642
  • Fleur blanche des montagnes
Texte amélioré en date du 20/07/2017

Je me permets ce commentaire pour avertir les gentils lecteurs qui m'avaient commentée que j'ai amélioré mon texte suite à leurs remarques ! Donc non ! Vos critiques ne sont pas tombées dans l'oubli et l'indifférence : elles ont bel et bien aidé à la reprise de mon texte !

Métaphores
Mon dernier texte : Le Prix d'un coeur [AT]
------
Pour en savoir plus sur la fleur blanche des montagnes

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.769 secondes avec 22 requêtes.