Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

25 novembre 2020 à 11:59:21
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Salon littéraire » Salle de lecture » Théâtre et poésie » [Théâtre] Cyrano de Bergerac (Edmond Rostand)

Auteur Sujet: [Théâtre] Cyrano de Bergerac (Edmond Rostand)  (Lu 19339 fois)

Hors ligne René

  • Calligraphe
  • Messages: 117
Re : Re : Re : Cyrano de Bergerac (Edmond Rostand)
« Réponse #15 le: 01 août 2013 à 08:13:15 »
Ya Chantecler, c'est valab' aussi !

La pièce la plus chelou du monde  :mrgreen:

Une représentation intégrale ici. ^^

Virtuose surtout...
"Dame, ça va pas bien quand ça va mal" (Maurice Soing)

En ligne Loïc

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 8 621
  • Boule de mauvaise humeur
Re : Cyrano de Bergerac (Edmond Rostand)
« Réponse #16 le: 08 mars 2015 à 14:09:59 »
Lu !

Il monte directement dans mes pièces de théâtre préférées, aux côtés de Roméo & Juliette, d'Antigone, de Médée...

C'est beau, sacrément efficace.
Bref, un coup de coeur :)
"Quand on veut être sur de son coup, on plante des navets"
Kaamelott

"Les Grandes Histoires sont celles que l'on a déjà entendues et que l'on n'aspire qu'à réentendre.
Celles dans lesquelles on peut entrer à tout moment et s'installer à son aise."
Arundhati Roy

Monsieur Z

  • Invité
Re : Cyrano de Bergerac (Edmond Rostand)
« Réponse #17 le: 02 juin 2015 à 09:30:28 »
Beaucoup de belles choses ont été dites sur cette pièce magnifique et inoubliable.

Ce que je trouve formidable avec Edmond Rostand, c'est cette capacité à se permettre des traits d'humour à de nombreux endroits, ainsi :

CYRANO (lui frappant sur l’épaule) :
Toi, tu me plais !. . .
(Ragueneau va rejoindre ses amis. Cyrano le
suit des yeux, puis, un peu brusquement)
:
Hé là, Lise ?
(Lise, en conversation tendre avec le
mousquetaire, tressaille et descend vers Cyrano)
:
Ce capitaine. . .
Vous assiège ?

LISE (offensée) :
Oh ! mes yeux, d’une oeillade hautaine,
Savent vaincre quiconque attaque mes vertus.

CYRANO:Euh ! pour des yeux vainqueurs, je les trouve
battus.

LISE (suffoquée) :
Mais. . .

CYRANO (nettement) :
Ragueneau me plaît. C’est pourquoi, dame Lise,
Je défends que quelqu’un le ridicoculise.

LISE :
Mais. . .

CYRANO (qui a élevé la voix assez pour être entendu du
galant)
:
A bon entendeur. . .
(Il salue le mousquetaire, et va se mettre en
observation, à la porte du fond, après avoir regardé
l’horloge.)



Et pour nous autres modestes littérateurs, cette réplique à méditer :


DE GUICHE :
Votre verve amusa mon oncle Richelieu,
Hier. Je veux vous servir auprès de lui.

LE BRET (ébloui) :
Grand Dieu !

DE GUICHE :
Vous avez bien rimé cinq actes, j’imagine ?

LE BRET (à l’oreille de Cyrano) :
Tu vas faire jouer, mon cher, ton Agrippine !

DE GUICHE :
Portez-les-lui.

CYRANO (tenté et un peu charmé) :
Vraiment. . .

DE GUICHE :
Il est des plus experts.
Il vous corrigera seulement quelques vers. . .

CYRANO (dont le visage s’est immédiatement rembruni) :
Impossible, Monsieur ; mon sang se coagule
En pensant qu’on y peut changer une virgule.

DE GUICHE :
Mais quand un vers lui plaît, en revanche, mon cher,
Il le paye très cher.

CYRANO :
Il le paye moins cher
Que moi, lorsque j’ai fait un vers, et que je l’aime,
Je me le paye, en me le chantant à moi-même !

DE GUICHE :
Vous êtes fier.

CYRANO:Vraiment, vous l’avez remarqué ?

LE BRET:Si tu laissais un peu ton âme mousquetaire,
La fortune et la gloire. . .

CYRANO:Et que faudrait-il faire ?
Chercher un protecteur puissant, prendre un patron,
Et comme un lierre obscur qui circonvient un tronc
Et s’en fait un tuteur en lui léchant l’écorce,
Grimper par ruse au lieu de s’élever par force ?
Non, merci. Dédier, comme tous il le font,
Des vers aux financiers ? se changer en bouffon
Dans l’espoir vil de voir, aux lèvres d’un ministre,
Naître un sourire, enfin, qui ne soit pas sinistre ?
Non, merci. Déjeuner, chaque jour, d’un crapaud ?
Avoir un ventre usé par la marche ? une peau
Qui plus vite, à l’endroit des genoux, devient sale ?
Exécuter des tours de souplesse dorsale ?. . .
Non, merci. D’une main flatter la chèvre au cou
Cependant que, de l’autre, on arrose le chou,
Et, donneur de séné par désir de rhubarbe,
Avoir son encensoir, toujours, dans quelque barbe ?
Non, merci ! Se pousser de giron en giron,
Devenir un petit grand homme dans un rond,
Et naviguer, avec des madrigaux pour rames,
Et dans ses voiles des soupirs de vieilles dames ?
Non, merci ! Chez le bon éditeur de Sercy
Faire éditer ses vers en payant ? Non, merci !
S’aller faire nommer pape par les conciles
Que dans des cabarets tiennent des imbéciles ?
Non, merci ! Travailler à se construire un nom
Sur un sonnet, au lieu d’en faire d’autres ? Non,
Merci ! Ne découvrir du talent qu’aux mazettes ?
Être terrorisé par de vagues gazettes,
Et se dire sans cesse : "Oh, pourvu que je sois
Dans les petits papiers du Mercure François ?"...
Non, merci ! Calculer, avoir peur, être blême,
Aimer mieux faire une visite qu’un poème,
Rédiger des placets, se faire présenter ?
Non, merci ! non, merci ! non, merci ! Mais...chanter,
Rêver, rire, passer, être seul, être libre,
Avoir l’oeil qui regarde bien, la voix qui vibre,
Mettre, quand il vous plaît, son feutre de travers,
Pour un oui, pour un non, se battre,—ou faire un vers !
Travailler sans souci de gloire ou de fortune,
A tel voyage, auquel on pense, dans la lune !
N’écrire jamais rien qui de soi ne sortît,
Et modeste d’ailleurs, se dire : mon petit,
Soit satisfait des fleurs, des fruits, même des feuilles,
Si c’est dans ton jardin à toi que tu les cueilles !
Puis, s’il advient d’un peu triompher, par hasard,
Ne pas être obligé d’en rien rendre à César,
Vis-à-vis de soi-même en garder le mérite,
Bref, dédaignant d’être le lierre parasite,
Lors même qu’on n’est pas le chêne ou le tilleul,
Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul !

Hors ligne Marygold

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 251
  • marmotte aphilosophique
Re : Cyrano de Bergerac (Edmond Rostand)
« Réponse #18 le: 02 juin 2015 à 10:37:00 »
Ah oui ! Merci Monsieur Z pour cette tirade que j'adore ! :coeur:
Je crois que je la préfère même à celle du nez. Fut une époque où je la connaissais par coeur ^^
Oh yeah ! 8)

Hors ligne Servanne

  • Prophète
  • Messages: 606
  • Plante en peau
Re : [Théâtre] Cyrano de Bergerac (Edmond Rostand)
« Réponse #19 le: 19 mai 2016 à 19:13:26 »
C'est le livre préféré de mon papa, il nous en lisait des passages le soirs quand nous étions petites, ma soeur et moi, j'en suis devenue amoureuse, je le relis tous les ans  :)
Docteur es Géophysique. En route pour le CNRS


Y'a trop un truc qui cloche grave sa mère ! (P)

milena-owein

  • Invité
Re : [Théâtre] Cyrano de Bergerac (Edmond Rostand)
« Réponse #20 le: 20 mai 2016 à 11:05:47 »
Cyrano  :coeur:

J'avais adoré lire la pièce au collège mais la voir mise en scène, wahou  :coeur: :coeur: :coeur:

Moi aussi je préfère cette tirade à celle du nez ^^

J'aime bien aussi celle où il dit : "la haine est un carcan, mais c'est une oréol"

Un véritable ligne de conduite pour tous les artistes

Hors ligne Cyr

  • Calliopéen
  • Messages: 547
Re : [Théâtre] Cyrano de Bergerac (Edmond Rostand)
« Réponse #21 le: 16 juin 2017 à 19:22:51 »
Edmond Rostand pour moi, c'était d'abord l'auteur de quelques poèmes de chevet, travaillés, tendres parfois patriotiques. J'ai découvert par la suite la pièce Cyrano de Bergerac à travers un viel exemplaire, et n'ai jamais osé assister à la moindre représentation. Enfin voilà, beaucoup aimé...

Je trouve qu'il est plus intéressant de découvrir l'auteur à travers sa poésie qu'à travers sa biographie. J'aurais voulu vous trouver "La fenêtre ou le bal des atomes".
« Modifié: 16 juin 2017 à 19:32:27 par Cyr »
"Il y a deux sortes de poètes : les bons, qui brûlent leurs poèmes à l'âge de dix-huit ans, et les mauvais, qui continuent à écrire de la poésie jusqu'à la fin de leurs jours." Umberto Eco

Hors ligne Champdefaye

  • Calame Supersonique
  • Messages: 2 087
  • L'éléphant est irréfutable
    • Le Journal des Coutheillas
Re : [Théâtre] Cyrano de Bergerac (Edmond Rostand)
« Réponse #22 le: 21 février 2019 à 19:22:34 »
Critique aisée n°152

Cyrano de Bergerac
Edmond Rostand
Comédie Française
Mise en scène de Denis Podalydès


Cyrano, c'est

La pièce la plus populaire du théâtre français
La pièce au rôle-titre le plus long du répertoire
La pièce la plus jouée
La pièce la plus longue
La pièce aux cinquante personnages
La pièce aux cinq décors grandioses
La pièce aux citations innombrables
La pièce au nez le plus long

Mais aussi, c'est

La pièce que l'on voit à onze ans
La pièce que l'on n'oublie jamais
La pièce que l'on revoit trois fois
La pièce qui soulève l'enthousiasme
La pièce qui fait aimer les vers
La pièce qui fait rire
La pièce qui émeut
La pièce qui rend jeune

Vous ne pouvez absolument pas rater ça !

Comme c'est dommage ! Vous l'avez raté. Vous avez raté le Cyrano de Denis Podalydès avec Michel Vuillermoz dans le rôle-titre. Vous l'avez raté à la Comédie Française, et je crains que vous ne l'ayez raté aussi au cinéma. C'est vraiment dommage, parce que, d'abord, voir la Comédie Française dans les cinémas Pathé, c'est presque mieux qu'au Palais Royal. Le confort, la vue, l'audition, le prix, tout ça...
Mais c'est surtout dommage, parce que le Cyrano de Podalydès était vraiment exceptionnel, par la mise en scène, les décors, les costumes et par Vuillermoz. Mais puisque vous l'avez raté, n'en parlons plus.

Si, encore un peu, juste pour ça :

Ah ! non ! c'est un peu court, jeune homme !
On pouvait dire... Oh! Dieu!... bien des choses en somme.

Tu marcheras, j’irai dans l’ombre à ton côté :
Je serai ton esprit, tu seras ma beauté.

Un baiser, mais à tout prendre, qu'est-ce?
Un serment fait d'un peu plus près, une promesse
Plus précise, un aveu qui se veut confirmer,
Un point rose qu'on met sur l'i du verbe aimer;

Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul…

Non, non c'est bien plus beau lorsque c'est inutile !

C'est la nuit qu'il est beau de croire à la lumière !

Grâce à vous une robe a passé dans ma vie.

Etc., etc...


 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.026 secondes avec 23 requêtes.