Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

24 janvier 2021 à 01:19:38
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Encore plus loin dans l'écriture ! » L'Aire de jeux (Modérateur: Claudius) » (fil collectif) Le plus grand poème contemporain en alexandrins du monde et des

Auteur Sujet: (fil collectif) Le plus grand poème contemporain en alexandrins du monde et des  (Lu 16991 fois)

Hors ligne Nexwall

  • Prophète
  • Messages: 892
  • Hëlskaner le Lâche
Le destin lui, jamais, ne s'arrête d'avancer,
Mes pas, mes choix, tout cela, c'est un nouveau chemin. (Le 'cela', j'en fais une syllabe, mais je n'aime pas ça... Et c'la, je n'aime pas l'écrire.)


Je ne suis pas un adepte particulier de la poésie, mais je me suis dit que c'était l'occasion d'essayer, vous pouvez foutre ça dehors si ça ne convient pas x).
"Le futur aussi. Le futur arrive sans cesse. Il est là sinueux, plein de possibilités et pourtant si limité ! Le présent le déstructure, le détruit petit à petit, puis il l’avale et le recrache en passé. "

N'hésitez pas !
http://monde-ecriture.com/forum/index.php/topic,23178.msg372834.html#msg37283

Hors ligne Rémi

  • ex RémiDeLille
  • Modo
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 7 544
Le/des/tin/lui/ ja/mais/ ne / s'a /rrê /te / d'a/ van / cer,  => 13
Mes pas, mes choix, tout cela, c'est un nouveau chemin. => 12 avec c'la (du coup, pourquoi pas "ça" ?)

Et miro :
Citer
Alors dans mon for intérieur se ravivait
La césure est à l'intérieur d'intérieur...

Et pour finir, dans la version "regroupée", on a :
Citer
Qui s'étiraient tendus générant la tension
(tendu / tension c'est pas génial)
Alors que dans le post de Ben.G on a :
Citer
Qui s'étirent à mesure que la tension
(avec hémistiche au milieu de mesure)

J'espère que vous ne me trouvez pas lourdingue, je fais pas ça pour gonfler...  :/
Bisous poutous !
« Modifié: 12 janvier 2017 à 15:34:24 par RémiDeLille »
Oh oui youpi !

Hors ligne Nexwall

  • Prophète
  • Messages: 892
  • Hëlskaner le Lâche
Non du tout. Je mangeais le 'te' de arrête c'est pour ça que ça passait effectivement.
J'aime pas abréger en 'ça' dans un texte, tout simplement. Mais bon, c'est pas très important.
"Le futur aussi. Le futur arrive sans cesse. Il est là sinueux, plein de possibilités et pourtant si limité ! Le présent le déstructure, le détruit petit à petit, puis il l’avale et le recrache en passé. "

N'hésitez pas !
http://monde-ecriture.com/forum/index.php/topic,23178.msg372834.html#msg37283

Hors ligne Miromensil

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 552
  • Mon nu mental
    • Mimerions
La version regroupée est l'oeuvre de pehache

Citer
    Alors dans mon for intérieur se ravivait
La césure est à l'intérieur d'intérieur...

Arf.. Je vous avoue qu'on m'a jamais appris à compter des vers, j'apprends sur le tas en lisant des fils comme celui-ci. Je crois que je suis pas faite pour en écrire.. J'ai voulu tenter mais ça ne me réussit pas :D
(tu n'es pas lourdingue du tout, c'est comme ça qu'on apprend)
Elle faisait allusion à une pluie dense et tiède qui a crépité toute la nuit sur les feuillages fauves et les fruits blets de l'automne (Tournier)

Hors ligne Rémi

  • ex RémiDeLille
  • Modo
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 7 544
Mais bon, c'est pas très important.
Non, pas important, mais si on veut faire un texte en alexandrins, c'est mieux si c'est homogène ;)

"ne cesse d'avancer" ferait 6... ça te va ?
Oh oui youpi !

Hors ligne Nexwall

  • Prophète
  • Messages: 892
  • Hëlskaner le Lâche
Non non, je veux dire, ce n'est pas très important ma volonté de ne pas abréger les 'cela', je pense qu'on peut le faire !

C'est nickel !
"Le futur aussi. Le futur arrive sans cesse. Il est là sinueux, plein de possibilités et pourtant si limité ! Le présent le déstructure, le détruit petit à petit, puis il l’avale et le recrache en passé. "

N'hésitez pas !
http://monde-ecriture.com/forum/index.php/topic,23178.msg372834.html#msg37283

Hors ligne Rémi

  • ex RémiDeLille
  • Modo
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 7 544
Du coup je propose les modifs en gras et les vers qui suivent :

La lune était morose et sombre mon humeur
J'arpentais à grand pas l'indécise arantèle
Trop dure était ma nuit et trop dur mon labeur
J'ignorais quoi écrire et que dire à ma belle. (?)
Me fallait-il courir, à ma douleur mentir,
M’écrier tout le jour meurtrir le vent fragile ?
Ou simplement tenter tout seul d’anéantir
Ma sinistre tumeur en dansant le jumpstyle ?
Que s’atténue la nuit qu’importe si mon corps
Éreinté n'oublie que la veille sans caresses. (?)
À quoi cela me sert que l'on me croie si fort
Quand s'invitent en moi la peur et la détresse ?
Rien qu'à rager après de vieux souvenirs mais
J'errais vide entouré de points de suspension
Qui s'étiraient tendus menus générant la tension.
Alors dans mon for intérieur se ravivait
le cri de ma douleur en sa braise avivée.

Le destin lui, jamais, ne cesse d'avancer,
Mes pas, mes choix, tout ça... c'est un nouveau chemin.
A nouveau mes pensées se teintent de carmin,
Oh oui youpi !

Hors ligne pehache

  • Grand Encrier Cosmique
  • Messages: 1 208
La lune était morose et sombre mon humeur,
j'arpentais à grand pas l'indécise arantèle :
trop dure était ma nuit , pénible mon labeur,
j'ignorais quoi écrire et que dire à ma belle.
Me fallait-il courir, à ma douleur mentir,
m’écrier tout le jour, meurtrir le vent fragile ?
Ou simplement tenter tout seul d’anéantir
ma sinistre tumeur en dansant le jumpstyle ?

Que s’atténue la nuit, qu’importe si mon corps,
éreinté, ne saurait oublier tes caresses.

À quoi cela me sert que l'on me croie si fort
Quand s'invitent en moi la peur et la détresse ?
- Rien qu'à rager après de vieux souvenirs ! mais
j’errais vide, entouré de points de suspension
qui s'étiraient  menus, générant la tension...
Alors, dans mon for intérieur, se ravivait
le cri de ma douleur en sa braise avivée.

Le destin lui, jamais, ne cesse d'avancer,
Mes pas, mes choix, tout ça... c'est un nouveau chemin.
A nouveau mes pensées se teintent de carmin,
A nouveau mon cerveau s’invente des promesses.


Rime en ^ou en esse/ si suivante en * celle d’après en esse
[si pas dakodak avec mes aménagements, le faire savoir.)
Le poème semble en panne, dommage, un joli défi.
« Modifié: 25 août 2017 à 22:09:04 par pehache »

Hors ligne Rémi

  • ex RémiDeLille
  • Modo
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 7 544
La lune était morose et sombre mon humeur,
j'arpentais à grand pas l'indécise arantèle :
trop dure était ma nuit, pénible mon labeur,
j'ignorais quoi écrire et que dire à ma belle.
Me fallait-il courir, à ma douleur mentir,
m’écrier tout le jour, meurtrir le vent fragile ?
Ou simplement tenter tout seul d’anéantir
ma sinistre tumeur en dansant le jumpstyle ?

Que s’atténue la nuit, qu’importe si mon corps,
éreinté, ne saurait oublier tes caresses.

À quoi cela me sert que l'on me croie si fort
Quand s'invitent en moi la peur et la détresse ?
- Rien qu'à rager après de vieux souvenirs ! mais
j’errais vide, entouré de points de suspension
qui s'étiraient  menus, générant la tension...
Alors, dans mon for intérieur, se ravivait
le cri de ma douleur en sa braise avivée.

Le destin lui, jamais, ne cesse d'avancer,
Mes pas, mes choix, tout ça... c'est un nouveau chemin.
A nouveau mes pensées se teintent de carmin,
A nouveau mon cerveau s’invente des promesses.
S'ébrouer dans la vague, avec le coeur en liesse

(d'accord avec tes motifs Pehache.
Et oui, il faut faire vivre ce projet, le début est prometteur... rejoignez-nous !)
« Modifié: 25 août 2017 à 23:38:05 par Rémi »
Oh oui youpi !

Hors ligne pehache

  • Grand Encrier Cosmique
  • Messages: 1 208
(...)
Le destin lui, jamais, ne cesse d'avancer,
Mes pas, mes choix, tout ça... c'est un nouveau chemin.
A nouveau mes pensées se teintent de carmin,
A nouveau mon cerveau s’invente des promesses:
S'ébrouer dans la vague, avec le cœur en liesse.(avec ou avoir )   ??

Prendre un nouveau départ, bondir des starting-blocks,
avoir la rage au ventre et le sang à la bouche,






Hors ligne Rémi

  • ex RémiDeLille
  • Modo
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 7 544
(Avec ou avoir, j'ai hésité... comme tu veux)

(...)

L'herbe pour oreiller dans la boue de Woodstock
S'élancer à nouveau rejaillir de la souche.
Oh oui youpi !

Hors ligne Claudius

  • Modo
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 6 603
  • Miss Green Mamie grenouille
J'ose entrer, sans savoir si mes mots resteront dans le ton ... si oui, tant mieux, si non tant pis !

----

La lune était morose et sombre mon humeur,
j'arpentais à grand pas l'indécise arantèle :
trop dure était ma nuit, pénible mon labeur,
j'ignorais quoi écrire et que dire à ma belle.
Me fallait-il courir, à ma douleur mentir,
m’écrier tout le jour, meurtrir le vent fragile ?
Ou simplement tenter tout seul d’anéantir
ma sinistre tumeur en dansant le jumpstyle ?

Que s’atténue la nuit, qu’importe si mon corps,
éreinté, ne saurait oublier tes caresses.
À quoi cela me sert que l'on me croie si fort
Quand s'invitent en moi la peur et la détresse ?
- Rien qu'à rager après de vieux souvenirs ! mais
j’errais vide, entouré de points de suspension
qui s'étiraient  menus, générant la tension...
Alors, dans mon for intérieur, se ravivait
le cri de ma douleur en sa braise avivée.

Le destin lui, jamais, ne cesse d'avancer,
Mes pas, mes choix, tout ça... c'est un nouveau chemin.
A nouveau mes pensées se teintent de carmin,
A nouveau mon cerveau s’invente des promesses.
S'ébrouer dans la vague, avec le coeur en liesse

Prendre un nouveau départ, bondir des starting-blocks,
avoir la rage au ventre et le sang à la bouche,
L'herbe pour oreiller dans la boue de Woodstock
S'élancer à nouveau rejaillir de la souche.
Aller de ci de là, chercher quelque contrée
où poser mes souliers, mes hardes ma besace.
Usage de la fenêtre : inviter la beauté à entrer et laisser l'inspiration sortir. Sylvain Tesson

Claudius ses textes et poésies

Hors ligne Alfred

  • Calligraphe
  • Messages: 100
Ça passe ou ça casse

----------------------------------------------------

La lune était morose et sombre mon humeur,
j'arpentais à grand pas l'indécise arantèle :
trop dure était ma nuit, pénible mon labeur,
j'ignorais quoi écrire et que dire à ma belle.
Me fallait-il courir, à ma douleur mentir,
m’écrier tout le jour, meurtrir le vent fragile ?
Ou simplement tenter tout seul d’anéantir
ma sinistre tumeur en dansant le jumpstyle ?

Que s’atténue la nuit, qu’importe si mon corps,
éreinté, ne saurait oublier tes caresses.
À quoi cela me sert que l'on me croie si fort
Quand s'invitent en moi la peur et la détresse ?
- Rien qu'à rager après de vieux souvenirs ! mais
j’errais vide, entouré de points de suspension
qui s'étiraient  menus, générant la tension...
Alors, dans mon for intérieur, se ravivait
le cri de ma douleur en sa braise avivée.

Le destin lui, jamais, ne cesse d'avancer,
Mes pas, mes choix, tout ça... c'est un nouveau chemin.
A nouveau mes pensées se teintent de carmin,
A nouveau mon cerveau s’invente des promesses.
S'ébrouer dans la vague, avec le coeur en liesse

Prendre un nouveau départ, bondir des starting-blocks,
avoir la rage au ventre et le sang à la bouche,
L'herbe pour oreiller dans la boue de Woodstock
S'élancer à nouveau rejaillir de la souche.
Aller de ci de là, chercher quelque contrée
où poser mes souliers, mes hardes ma besace.

Bondissant alors à la gare, quelques pièces
Fond de mes poches, presque prêt, l'encre à la peau

Hors ligne Vilmon

  • Aède
  • Messages: 169
Je me faufile et me cache sous mon chapeau.
La peur de vivre l'inconnu, c'est l'aventure

Hors ligne Le-Philosophe-de-Campagne

  • Tabellion
  • Messages: 38
Je tente ma chance en espérant que ça vous plaise!

Bondissant alors à la gare, quelques pièces
Fond de mes poches, presque prêt, l'encre à la peau
Je me faufile et me cache sous mon chapeau.
La peur de vivre l'inconnu, c'est l'aventure

Pour arme un baluchon, maniant sentier battue
Ou aiguillant tout ces rails à la fière allure

arme pour une syllabe de même pour fière, a voir si ça vous convient sinon enlever le la
FR

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.027 secondes avec 23 requêtes.