Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

28 octobre 2020 à 07:22:05
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Salon littéraire » L'Atelier » Le petit amphithéâtre » Chambre des Investigations Littéraires

Auteur Sujet: Chambre des Investigations Littéraires  (Lu 6531 fois)

Hors ligne gage

  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 920
  • Homme incertain.
Re : Chambre des Investigations Littéraires
« Réponse #15 le: 20 janvier 2017 à 18:44:08 »
J'ai trouvé aussi, Rémi... Très réaliste et évocateur.

Dans un tout autre registre, et puisque c'est une autre direction qu'on peut donner à ce fil, voici une phrase que j'avais envie de glisser quelque part dans le forum sans en avoir jamais eu l'occasion.
Elle est tirée de "La petite marchande de prose" de Daniel Pennac. Je ne saurais trop vous conseiller l’œuvre de ce virtuose, et notamment la "trilogie Malaussène" dont chaque page recèle sa pépite, sa trouvaille. Un bonheur à lire, jouissif et subtil.

"Julius le chien pionce au milieu de ce beau monde, flapissant des babines comme un dico qu'on feuillette."

J'adore.
La nuit brûle au-dehors comme un  désert de gypse.

Maylis de Kérengal    (Réparer les vivants).

Hors ligne gage

  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 920
  • Homme incertain.
Re : Chambre des Investigations Littéraires
« Réponse #16 le: 28 août 2017 à 16:05:38 »
Ce fil vire au monologue. Pas grave.
Aujourd'hui un extrait de Madame Dalloway de Virginia Woolf, écrivain moderniste qui s'inscrit pour moi en précurseur de ce que fut le nouveau roman en France par la suite. On peut aussi y déceler des influences proustiennes, ou en tout cas une manière identique de chercher à exprimer le sentiment et la sensation.

L’amour… mais ici l’autre cloche, la cloche qui, toujours, frappe deux minutes après Big Ben, arriva tout affairée, les mains pleines de bagatelles qu’elle lança par terre comme si c’était très bien que Big Ben, avec sa majesté, fît la loi, si solennelle, si juste, mais qu’il y eût encore toutes sortes de petites choses qu’il ne fallait pas oublier – Mrs Marsham, Ellie Henderson, les coupes pour les glaces – toutes sortes de petites choses arrivèrent comme de petites vagues, clapotant et dansant dans le sillage de ce coup solennel qui tombait à plat comme une barre d’or sur la mer. Mrs Marsham, Ellie Henderson, les coupes pour les glaces.

J'adore ce parallèle, la personnification des cloches pour mieux expliquer ce que ressentent les personnages et la manière dont ils traversent leur journée.
L'écriture de Woolf ne se résume pas à ces figures de style. Elle est multiple et riche et se consacre presque intégralement à l'introspection de tous ces personnages qui parsèment le roman, sur lesquels elle pose sa loupe, alternativement. Ils doutent, se questionnent sur le sens de la vie et les grandes interrogations existentielles, sans trouver de réponse.
Mais ils avancent toujours.
La nuit brûle au-dehors comme un  désert de gypse.

Maylis de Kérengal    (Réparer les vivants).

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.025 secondes avec 23 requêtes.