Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

28 janvier 2023 à 00:55:49
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Textes courts (Modérateur: Claudius) » [Défi] Les Ailes d'Antasia

Auteur Sujet: [Défi] Les Ailes d'Antasia  (Lu 2865 fois)

Hors ligne Nerwen

  • Tabellion
  • Messages: 32
[Défi] Les Ailes d'Antasia
« le: 05 juin 2009 à 11:05:34 »
Suite au défi lancé par Rain

Bon, alors, @ Nerwen... Tiens, écris moi une nouvelle à chute à partir de ces deux images, ici et ce personnage. Et bien sûr, le tout à partir de cette musique

Quand je dis "avec une musique", ça veut dire que la musique doit coller au texte soit par son ambiance, soit par son rythme, soit par ses paroles (voire les trois en même temps si vous y arrivez).

Bon courage !


J'ai donc débuter Les ailes d'Antasia (dont je suis pas sure que le titres soit définitif mais c'est le mieux que j'ai trouver jusqu'a présent.
Donc voilà je vous poste déjà le début et vous laisse libre de tous commentaires comme d'habitude !



   Le soleil rougeoyant chauffait, de ses derniers rayons, sa peau d'albâtre. Son regard perdu dans le vague contemplait l'heureuse vallée où il avait grandi pour la dernière fois. Tableau chaud et paisible d'une tempête à venir. Tournant le dos à ce qu'était sa vie, Ezéchiel allait à la rencontre de la guerre la plus sanglante de tous les temps.

   Les Pavoris avaient été libérés des entrailles d'Antasia répandant la terreur, le sang et le néant sur leur passage. Trop de familles déchirées, trop de plaines dévastées, et ce vent glacial rampant sur leur règne, les Divinités étaient contraintes de lever leur armée. Un forgeron... rien ne le prédestinait à se battre, jusqu'à ce jour où Elles lui rendirent visite pour l'arracher à sa femme et implorer son aide. De part sa naissance, Ezéchiel comptait parmi la dernière lignée d'Archanges, les guerriers ailés qui autrefois peuplait Antasia jusqu'à l'arrivée des réfugiés humains et les unions avec ceux ci qui firent disparaître les particularités des natifs.

   Les plumes blanches transperçant la nuit tombante, il mis le cap sur les étendues du Nord, là où les Pavoris semblaient avoir élu domicile. L'air frais le vivifiait tout en séchant les larmes cristallines qui humidifiait ses joues, la tristesse laissant place à l'honneur de combattre pour les siens. Sa lourde épée, en travers de son dos, semblait frémir à mesure que les ennemis s'approchaient, le métal façonné par son grand père,trop longtemps mise au rencart, avait soif de justice. Seule l'image de Kyrielle, sa femme, continuait de persister face au vide qu'il imposait à son esprit.
Au milieu de son second jour de vol, il s'accordait quelques heures de répit au pied d'un des derniers arbres en fleurs de la contrée. Il ne savait combien de temps il avait dormi, quand un cri strident déchira les environs. Il lui suffit d'une demi seconde pour découvrir le macabre spectacle. Une femme. Au sol, son nourrisson gisant mort, la peau bleutée d'effroi... Quoi de plus facile pour un Pavoris que de se nourrir de la peur d'une mère impuissante face à son enfant agonisant.

   La rage inonda Ezéchiel. Laissant la pauvresse au soin des villageois, il décida de poursuivre l'ombre noire qui s'éloignait déjà à l'horizon.
Souffrant de la faim, de la fatigue mais aussi de ses muscles contractés dans des efforts inhumains, il ne cessa de poursuivre le démon jusqu'aux frontières de leur territoire. Trouvant refuge dans une caverne sur le flanc de la Montagne de Basalte, il fit appels aux pouvoirs de ses ancêtres, enfouis en son être. Sans cesser d'épier ses ennemis jours et nuits durant, c'est à l'aube de ce qu'il estimait être le sixième jour, qu'une voix fluette lui parvint à l'esprit.
Sérafina avait toujours eu connaissance et maîtrise de ses facultés en tant qu' Archange. Elle eut vite rejoint son nouveau compagnon d'armes afin de l'aider et de lui inculquer ce qu'elle savait.
Très vite, il en vint à se passer de paroles également, les pensées étant plus discrètes. Cependant Kyrielle ne le quittait toujours pas et, un soir, venant le relevé de sa garde, Sérafina osa l'interroger sur l'identité de cette femme brune, aux yeux turquoises comme les lagons, qui lui apparaissait si clairement lors de leur conversations tacites.

PS: Les fautes c'est malheureusement ma plaie  :-¬?
« Modifié: 05 juin 2009 à 15:48:08 par Nerwen »
Le récit n'est plus l'écriture d'une aventure, mais l'aventure d'une écriture.

Hors ligne Spes

  • Calliopéen
  • Messages: 595
Re : [Défi] Les Ailes d'Antasia
« Réponse #1 le: 10 juin 2009 à 19:08:48 »
Ça faisait un petit bout de temps que je voulais lire ton texte ^^
J'aime beaucoup le titre, et la musique apporte une chouette ambiance. A mon avis, elle correspond bien au récit, un peu tragique/épique.

J'ai relevé des fautes, mais globalement, elles ne m'ont pas gêné dans ma lecture. J'ai eu davantage de difficultés sur le sens, avec la fin.

des entrailles d'Antasia répandant la terreur, > des entrailles d'Antasiavirgule répandant la terreur,
les guerriers ailés qui autrefois peuplait Antasia jusqu'à l'arrivée des réfugiés humains et les unions avec ceux ci qui firent disparaître les particularités des natifs. > les guerriers ailés qui autrefois peuplaient Antasiavirgule jusqu'à l'arrivée des réfugiés humains point ? et les unions avec ceux ci qui firent disparaître les particularités des natifs.
il mis le cap > il mit le cap
les larmes cristallines qui humidifiait > les larmes cristallines qui humidifiaient
que les ennemis s'approchaient, le métal façonné par son grand père,trop longtemps mise au rencart, avait soif de justice. > que les ennemis s'approchaient point ?, le métal façonné par son grand père,espacetrop longtemps mise au rencart, avait soif de justice.
Au milieu de son second jour de vol, il s'accordait > Au milieu de son second jour de vol, il s'accorda ?
Souffrant de la faim, de la fatigue mais aussi > Souffrant de la faim, de la fatigue virgule mais aussi
il fit appels > il fit appel
en tant qu' Archange > en tant qu' pas d'espace Archange
Cependant Kyrielle > Cependantvirgule Kyrielle
venant le relevé de sa garde > venant le relever de sa garde

Citer
Le soleil rougeoyant chauffait, de ses derniers rayons, sa peau d'albâtre.

Les deux pronoms possessifs ses/sa sont un peu ambigus. Peut-être pourrais-tu placer les derniers rayons du soleil rougeoyant en sujet de la phrase ?

Citer
Son regard perdu dans le vague contemplait l'heureuse vallée

Je ne sais pas si l'on peut dire que c'est le regard qui contemple.

Citer
où il avait grandi pour la dernière fois.

Combien de fois a-t-il grandi ?  :mrgreen:

Citer
Les plumes blanches transperçant la nuit tombante,

La construction de la phrase me semble curieuse. ^^

Citer
Sa lourde épée, en travers de son dos,

Pour quelles raisons le forgeron s'est-il entraîné à l'épée, puisque "rien ne le prédestinait à se battre" ?

Citer
à mesure que les ennemis s'approchaient

N'est-ce pas lui qui s'approche des ennemis ?

Citer
Il lui suffit d'une demi seconde pour découvrir le macabre spectacle.

Comment a-t-il pu être si rapidement sur les lieux ? Si la femme se trouvait à portée de vue, il aurait dû l'apercevoir en s'installant, je pense.

A partir du moment où il découvre la femme, j'ai trouvé le récit moins clair. Le rythme accélère beaucoup. Tu dis qu'il poursuit l'ombre (qui était déjà à l'horizon) des jours durant... Comment fait-il pour ne pas la perdre de vue ?
"c'est à l'aube de ce qu'il estimait être le sixième jour, qu'une voix fluette lui parvint à l'esprit.
Sérafina avait toujours eu connaissance et maîtrise de ses facultés en tant qu' Archange. Elle eut vite rejoint son nouveau compagnon d'armes afin de l'aider et de lui inculquer ce qu'elle savait."
accentue encore cette impression de flou et de rapidité, je trouve. A mon avis, tu devrais développer davantage, préparer le lecteur à l'arrivée de ce personnage.
Entre cette phrase et "Très vite", il y a aussi une sacrée ellipse. Que s'est-il passé exactement ? Comment Sérafina l'a-t-elle rejoint ? Comme la voix était parvenue "à l'esprit" de Ezéchiel, j'ai cru qu'il s'agissait de télépathie.
J'ai eu aussi beaucoup de mal à me rappeler qui était Kyrielle, dont tu parles subitement. Peut-être devrais-tu préciser.

En bref, j'ai bien aimé ton texte, et le questionnement de Sérafina éveille ma curiosité... A quand la suite ?
« Modifié: 10 juin 2009 à 19:10:49 par Spes »

Hors ligne Nerwen

  • Tabellion
  • Messages: 32
Re : [Défi] Les Ailes d'Antasia
« Réponse #2 le: 10 juin 2009 à 22:41:50 »
Merci beaucoup pour tes corrections elles m'ont apportés pas mal et je vais modifier le texte pour le rende plus clair.
Je trouvais aussi que j'avais été rapide sur la fin et je songeais deja a le developper maintenant je vois mieux dans quel sens.
Pour Kyrielle j'ai peur de trop parasiter le recit avec sa présence bien qu'elle doit etre la pour la suite !!!
J'apporte les corrections et je me remet au boulot je pense d'ici vendredi tu auras de nouveau de la lecture et j'aurais besoin de ton avis !!
Le récit n'est plus l'écriture d'une aventure, mais l'aventure d'une écriture.

Hors ligne Milora

  • Trou Noir d'Encre
  • Messages: 11 010
  • Championne de fautes de frappe
Re : [Défi] Les Ailes d'Antasia
« Réponse #3 le: 12 juin 2009 à 10:47:57 »
Citer
ce vent glacial rampant sur leur règne
Joli !

Citer
De part sa naissance
Je suis pas sûre de l'orthographe de "part". Et je sais qu'en cours, les profs nous conseillent vivement d'éviter cette expression - elle doit être moyennement correcte, je pense.

Citer
ceux ci
tiret.

Citer
grand père
idem.

Citer
d'une demi seconde
demie

Citer
il fit appels
appel

Citer
venant le relevé
relever

Citer
conversations tacites
Je vois pas trop ce que ça veut dire...

Il y a aussi un peu trop de tournures en "participe présent, puis action".

Alors, plus généralement, j'avoue que j'ai moyennement accroché parce que le contexte avait l'air un peu déjà vu (ça fait très fantasy classique), mais j'attends de voir la suite - et notamment la chute ! :) - pour me prononcer !
Ah, et le prénom de Sérafina me faisait tellement penser à A la Croisée des Mondes que ça risque d'influencer ma lecture, lol.
J'attends donc la suite ! :)
Il ne faut jamais remettre à demain ce que tu peux faire après-demain.

Hors ligne Nerwen

  • Tabellion
  • Messages: 32
Re : [Défi] Les Ailes d'Antasia
« Réponse #4 le: 12 juin 2009 à 19:12:02 »
J'avoue que Sérafina est très inspirée lol c'est mon perso préféré !
La chute est trouvée reste a construire l'avant lol.
Pour les conversations tacites je voulais parler des conversations télépathes qu'ils ont donc silencieuses , je devrais d'ailleurs peut-etre mettre silencieuses ?

J'ai remedofier la premiere partie du texte dites moi ce que vous en pensez et surtout j'aimerais savoir si le manque de description des Pavoris vous gene? parce que je pensait y venir par la suite mais a priori y'en a que ca ennuie de pas savoir vraiment ce qu'ils sont.

   

          Les derniers rayons du soleil rougeoyant chauffaient sa peau d'albâtre. Son regard perdu dans le vague contemplait l'heureuse vallée où il avait grandi. Tableau chaud et paisible d'une tempête à venir. Tournant le dos à ce qu'était sa vie, Ezéchiel allait à la rencontre de la guerre la plus sanglante de tous les temps.

   Les Pavoris avaient été libérés des entrailles d'Antasia , répandant la terreur, le sang et le néant sur leur passage. Trop de familles déchirées, trop de plaines dévastées, et ce vent glacial rampant sur leur règne, les Divinités étaient contraintes de lever leur armée. Un forgeron... rien ne le prédestinait à se battre, jusqu'à ce jour où Elles lui rendirent visite pour l'arracher à sa femme et implorer son aide. De part sa naissance, Ezéchiel comptait parmi la dernière lignée d'Archanges, les guerriers ailés qui autrefois peuplaient Antasia jusqu'à l'arrivée des réfugiés humains. Les unions avec ceux ci qui firent disparaître les particularités des natifs.

   Les plumes blanches transperçant la nuit tombante, il mit le cap sur les étendues du Nord, là où les Pavoris semblaient avoir élu domicile. L'air frais le vivifiait tout en séchant les larmes cristallines qui humidifiaient ses joues, la tristesse laissant place à l'honneur de combattre pour les siens. Une lourde épée, en travers de son dos, semblait frémir à mesure qu'il approchait de ses ennemis. Le métal façonné par son grand père,trop longtemps mis au rencart, avait soif de justice. Seule l'image de Kyrielle, sa femme, continuait de persister face au vide qu'il imposait à son esprit.
Au milieu de son second jour de vol, il s'accorda quelques heures de répit au pied d'un des derniers arbres en fleurs de la contrée. Il ne savait combien de temps il avait dormi, quand un cri strident déchira les environs. Il lui suffit d'une minute pour découvrir le macabre spectacle. Une femme. Au sol, son nourrisson gisant mort, la peau bleutée d'effroi... Quoi de plus facile pour un Pavoris que de se nourrir de la peur d'une mère impuissante face à son enfant agonisant.
La rage inonda Ezéchiel, imaginant Kyrielle et leur tout jeune fils aux mains de ces créatures infernales. Laissant la pauvresse au soin des villageois, il décida de poursuivre l'ombre noire qui s'éloignait déjà.
Souffrant de la faim, de la fatigue, mais aussi de ses muscles contractés dans des efforts inhumains, il ne cessa de poursuivre le démon jusqu'aux frontières de leur territoire.

   Trouvant refuge dans une caverne sur le flanc de la Montagne de Basalte, il fit appels aux pouvoirs de ses ancêtres, enfouis en son être. Sans cesser d'épier ses ennemis jours et nuits durant, il continuait de puiser dans ses racines, la source de ses pouvoirs. C'est à l'aube de ce qu'il estimait être le sixième jour, que sa télépathie s'éveilla enfin et qu'une voix fluette lui parvint à l'esprit. Dès lors, il sut qu'il ne serait plus seul et qu'il trouverait l'aide précieuse dont il avait besoin pour apprivoiser ses dons. Ainsi, il aurait une chance de vaincre.

Sérafina avait toujours eu connaissance et maîtrise de ses facultés en tant qu'Archange. C'était une toute jeune femme, gracile et pourtant douée d'une force impressionnante. Elle eut vite rejoint son nouveau compagnon d'armes dans sa grotte afin de l'aider et de lui inculquer ce qu'elle savait. Nombreux étaient les dons de leur lignée, bien plus utiles en temps de guerre, ainsi il développa son bouclier mental pour se défendre des attaques pernicieuse des Pavoris.
De même, sa guide lui fit perfectionner son art de l'escrime puisque n'ayant jamais fait usage des armes qu'il façonnait, il s'avérait un peu gauche.
Très vite, il en vint à se passer de paroles également, les pensées étant plus discrètes. Malheureusement, il y avait quelque inconvénients comme le fait de n'avoir plus aucune intimité, chaque souvenirs étant accessibles à l'autre. Cependant, Kyrielle ne le quittait toujours pas et, un soir, venant le relever de sa garde, Sérafina osa l'interroger sur l'identité de cette femme brune, aux yeux turquoises comme les lagons, qui lui apparaissait si clairement lors de leur conversations tacites.
Le récit n'est plus l'écriture d'une aventure, mais l'aventure d'une écriture.

Hors ligne Nerwen

  • Tabellion
  • Messages: 32
Re : [Défi] Les Ailes d'Antasia
« Réponse #5 le: 23 juin 2009 à 10:36:12 »
J'ose un petit up pour avoir votre avis avant de continuer la suite please ! ^^
Le récit n'est plus l'écriture d'une aventure, mais l'aventure d'une écriture.

Hors ligne Spes

  • Calliopéen
  • Messages: 595
Re : Re : [Défi] Les Ailes d'Antasia
« Réponse #6 le: 25 juin 2009 à 21:49:02 »
Eh bien, c'est presque désert, par ici. J'arrive à grandes enjambées, le stylo bleu brandi tel une hache, et mon ombre se projette sur le mur qui... *Ahum*

Je trouve que tu as beaucoup amélioré ce texte ! La fin est déjà beaucoup plus claire, et permet de comprendre que des relations plus complexes s'instaurent entre les personnages.
Je t'ai fait part de toutes mes remarques personnelles, et te laisse faire le tri. ^^

A propos du physique de Pavoris, je pense que tu gagnerais à glisser de temps en temps un élément descriptif le concernant, afin qu'on puisse se faire une idée.

Citer
Pour les conversations tacites je voulais parler des conversations télépathes qu'ils ont donc silencieuses , je devrais d'ailleurs peut-etre mettre silencieuses ?

A mon avis, tu ne perds rien à utiliser les deux termes. Quand quelque chose est un peu compliqué, il vaut mieux ne pas prendre le risque de perdre le lecteur en cours de route.

         Les derniers rayons du soleil rougeoyant chauffaient sa peau d'albâtre. Son regard perdu dans le vague contemplait l'heureuse vallée où il avait grandi un regard ne peut contempler, il faut choisir. Tableau chaud et paisible d'une tempête à venir. Tournant le dos à ce qu'était sa vie, Ezéchiel allait à la rencontre de la guerre la plus sanglante de tous les temps.  aller à la rencontre d'une guerre est maladroit.. peut-être "aller aux devants" ?

   Les Pavoris avaient été libérés des entrailles d'Antasia , répandant le participe présent n'est pas judicieux ici, je te conseille "et répandaient" la terreur, le sang et le néant répandre le néant ? sur leur passage. Trop de familles déchirées, trop de plaines dévastées, et ce vent glacial rampant sur leur règne, les Divinités étaient contraintes de lever leur armée cette phrase est maladroite. Un forgeron... rien ne le prédestinait à se battre, jusqu'à ce jour où Elles lui rendirent visite pour l'arracher à sa femme et implorer son aide. De part De par sa naissance, Ezéchiel comptait la tournure est maladroite ; de par la naissance, on est quelque chose, mais je pense pas qu'on puisse dire qu'on compte parmi quelque chose parmi la dernière lignée d'Archanges, les guerriers ailés qui autrefois peuplaient Antasia jusqu'à l'arrivée des réfugiés humains il faut choisir entre l'un des deux compléments. Les unions avec ceuxtiretci qui le "qui" est de trop firent disparaître les particularités des natifs. quelles particularités ?

   Les plumes blanches transperçant la nuit tombante maladroit ; je te conseille "Lorsque les plumes blanches transperçaient.../Quand les plumes blanches transpercèrent...", il je te conseille de réécrire le nom mit le cap sur les étendues du Nord, là où les Pavoris semblaient avoir élu domicile Comment est-il au courant ?. L'air frais le vivifiait tout en séchant les larmes cristallines qui humidifiaient ses joues, la tristesse laissant place à l'honneur de combattre pour les siens maladroit à mon avis. Une lourde épée, en travers de son dos, semblait frémir "semblait" alourdit la phrase ; pourquoi le mentionner si ce n'est pas vraiment le cas ? Autant dire qu'elle frémit, je pense à mesure qu'il approchait de ses ennemis. Le métal façonné par son grand père,espacetrop longtemps mis au rencart comment ça ?, avait soif de justice. Seule l'image de Kyrielle, sa femme la femme du métal ? On comprend, mais c'est grammaticalement incorrect, continuait de persister "continuait" alourdit ; je pense que tu pourrais mettre directement le verbe face au vide qu'il imposait à son esprit. qu'il "tentait d'imposer" ? Il n'y parvient pas, puisque l'image demeure
Au milieu "au milieu d'un jour" est une expression maladroite de son second jour de vol, il s'accorda quelques heures de répit au pied d'un des derniers arbres en fleurs de la contrée tu alourdis la phrase en insérant une description, ce qui est dommage pour le rythme ; je pense que tu pourrais la scinder en deux. Il ne savait combien de temps il avait dormi, quand "savoir combien de temps" n'est pas une action qui dure, c'est un état, tu ne peux pas l'interrompre avec "quand" un cri strident déchira les environs c'est confus, à mon avis. Il lui suffit d'une minute je pense que tu gagnerais à utiliser une forme négative, pour insister sur l'idée d'un temps court "Il ne lui fallut pas une minute..." pour découvrir le macabre spectacle. Une femme. Au sol, son nourrisson gisant gisait ? Conjuguer le verbe donne du dynamise et du rythme, et évite les phrases nominales qui paraissent pauvres mort, la peau bleutée d'effroi... Quoi de plus facile pour un Pavoris que de se nourrir de la peur d'une mère impuissante face à son enfant agonisant. point d'interrogation ?
La rage inonda Ezéchiel, imaginant "qui imagina"/"lorsqu'il imagina" ? Je pense que tu utilises trop les participes présent Kyrielle et leur tout jeune fils aux mains de ces créatures infernales. Laissant la pauvresse au soin des villageois, il décida de poursuivre l'ombre noire point ? C'est une phrase à rallonge qui s'éloignait déjà.
Souffrant ici aussi, le participe présent est maladroit de la faim, de la fatigue, mais aussi de ses muscles contractés dans des efforts inhumains la formulation est maladroite ; d'autre part, ne s'agit-il pas de fatigue musculaire ? Tu as parlé de fatigue juste avant ; tu pourrais peut-être évoquer la douleur, il ne cessa de poursuivre le démon jusqu'aux frontières de leur territoire. c'est très vague. Dans une nouvelle, je te déconseille de laisser de grands blancs, et de te détourner ne serait-ce qu'un instant du fil principal qui mène à la chute

   Trouvant maladroit, et participe présent redondant refuge dans une caverne sur le flanc de la Montagne de Basalte, il fit appels appel aux pouvoirs de ses ancêtres, enfouis en son être je te conseille quelque chose de moins flou, peut-être "en lui". Sans cesser d'épier ses ennemis jours et nuits durant sans cesser est égal à jours et nuit durant ; la phrase se répète, il continuait de puiser dans ses racines, la source de ses pouvoirs quels sont exactement ses pouvoirs ? ce n'est pas clair. C'est à l'aube de ce qu'il estimait être la tournure alourdit la phrase le sixième jour, pas de virgule que sa télépathie s'éveilla enfin virgule et qu'une voix fluette lui parvint à l'esprit. Dès lors, il sut qu'il ne serait plus seul et qu'il trouverait l'aide précieuse dont il avait besoin pour apprivoiser ses dons. Ainsi, il aurait une chance de vaincre. je te conseille vraiment d'en dire davantage au sujet de cette voix, et d'insister sur un importance (avec un retour à la ligne par exemple)

Sérafina avait toujours eu connaissance et maîtrise de ses facultés en tant qu'Archange. C'était une toute jeune femme, gracile et pourtant douée d'une force impressionnante. Elle eut vite rejoint son nouveau compagnon d'armes dans sa grotte comment sait-elle qu'il est là ? afin de l'aider et de lui inculquer ce qu'elle savait. Nombreux étaient les dons de leur lignée quels sont-ils ? le lecteur reste dans le vague, bien plus utiles en temps de guerre le raccourci de formulation que tu utilises n'est pas clair, ainsi il développa "ainsi développa-t-il" à mon avis. Je te conseille de couper la phrase en deux son bouclier mental pour se défendre des attaques pernicieuse des Pavoris.
De même, sa guide "son", sauf si tu es québécoise (il me semble que cette langue est plus souple de ce côté-là) lui fit perfectionner évite le verbe "faire" tant que possible ; ici, tu pourrais utiliser "permettre" son art de l'escrime puisque n'ayant jamais fait usage des armes qu'il façonnait, il s'avérait un peu gauche.
Très vite, il en vint à se passer de paroles également, les pensées étant plus discrètes. Malheureusement, il y avait quelque inconvénients virgule comme le fait de n'avoir plus aucune intimité, chaque souvenirs souvenirétant accessibles accessible à l'autre. Cependant, Kyrielle ne le quittait toujours pas et, un soir, venant le relever de sa garde, Sérafina osa l'interroger sur l'identité de cette femme brune, aux yeux turquoises comme les lagons, qui lui apparaissait si clairement lors de leur conversations tacites.


Ps : N'oublie pas de préciser, en haut, qu'il y a plus bas une nouvelle version. ^^

Hors ligne Nerwen

  • Tabellion
  • Messages: 32
Re : [Défi] Les Ailes d'Antasia
« Réponse #7 le: 25 juin 2009 à 23:08:28 »
Merci beaucoup tu m'apportes beaucoup d'aide avec cette correction !!!je vais réetudier tout cela et préciser dans le premier post encore merci ^^
Le récit n'est plus l'écriture d'une aventure, mais l'aventure d'une écriture.

Hors ligne ernya

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 7 667
  • Ex-dragonne
    • Page perso
Re : [Défi] Les Ailes d'Antasia
« Réponse #8 le: 26 juin 2009 à 01:03:25 »
j'attends que tu fasses les petites corrections pour lire ta version
mais pense à éditer ton premier message pour dire qu'il y a une nouvelle version en bas ;)
"Je crois qu'il est de mon devoir de laisser les gens en meilleur état que je ne les ai trouvés"
Kennit, Les Aventuriers de la Mer, Robin Hobb.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.19 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.02 secondes avec 22 requêtes.