Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

31 octobre 2020 à 18:11:58
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Sous le soleil des topics » Discussions » Le petit salon » Poésie pour les nuls

Auteur Sujet: Poésie pour les nuls  (Lu 5981 fois)

Hors ligne Cyr

  • Calliopéen
  • Messages: 550
Re : Poésie pour les nuls
« Réponse #30 le: 20 avril 2017 à 20:27:09 »
Il faut répondre à sa curiosité avant tout...
« Modifié: 20 avril 2017 à 21:41:02 par Cyr »
"Il y a deux sortes de poètes : les bons, qui brûlent leurs poèmes à l'âge de dix-huit ans, et les mauvais, qui continuent à écrire de la poésie jusqu'à la fin de leurs jours." Umberto Eco

Hors ligne lepion

  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 818
Re : Poésie pour les nuls
« Réponse #31 le: 04 mai 2017 à 15:24:22 »
alors celui-ci, pour sa fraîcheur :

Ma bohème

Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées ;
Mon paletot aussi devenait idéal ;
J'allais sous le ciel, Muse ! et j'étais ton féal ;
Oh ! là ! là ! que d'amours splendides j'ai rêvées !

Mon unique culotte avait un large trou.
- Petit-Poucet rêveur, j'égrenais dans ma course
Des rimes. Mon auberge était à la Grande-Ourse.
- Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou

Et je les écoutais, assis au bord des routes,
Ces bons soirs de septembre où je sentais des gouttes
De rosée à mon front, comme un vin de vigueur ;

Où, rimant au milieu des ombres fantastiques,
Comme des lyres, je tirais les élastiques
De mes souliers blessés, un pied près de mon coeur !
rien ne sert de partir à point, il faudra courir.

En ligne Ben.G

  • Admin
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 8 545
  • Voleur de nuits
    • J'irai lire chez vous
Re : Poésie pour les nuls
« Réponse #32 le: 20 novembre 2017 à 12:16:08 »
Je recherchais ce fil parce qu'il me semblait que c'en était un juste pour poster les poèmes qu'on a bien aimé (et dans ce cas je remets le Telegramme de Dakar d'Heni Michaux qui hante pas mal par ses répétitions et son apparent comique, mébon c'est une lecture récente), et en fait c'est les préférés '-'
Alors du coup, il y avait dans le temps des Rimbaud et Baudelaire qui m'avaient marqué, mio aussi, mais le premier qui me vient et qui m'a marqué je dirais en profondeur, un grand écho, ca date de l'année dernière.
Et puis du coup j'ai finalement ouvert un sujet ici qui en parlera mieux que là  :mrgreen:

Je dirai juste que ce début, cette première phrase "J'ai vu les plus grands esprits de ma génération.." me hante un peu, pour toutes les personnes formidables qu'on peut rencontrer et qui abandonne face à la vie...
Et puis parce que ce texte prend au tripes, comme l'auteur comme il a du l'écrire, donne envie tant il est lancinant de le lire en pleurant sur le vie et à la fois de se battre

J’ai vu les plus grands esprits de ma génération détruits par la folie, affamés hystériques nus,
se traînant à l’aube dans les rues nègres à la recherche d’une furieuse piqûre,
initiés à tête d’ange brûlant pour la liaison céleste ancienne avec la dynamo étoilée dans la mécanique nocturne,
qui pauweté et haillons et oeil creux et défoncés restèrent debout en fumant dans l’obscurité surnaturelle des chambres bon marché flottant par-dessus le sommet des villes en contemplant du jazz

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


//

 I saw the best minds of my generation destroyed by madness, starving hysterical naked,
dragging themselves through the negro streets at dawn looking for an angry fix,
angelheaded hipsters burning for the ancient heavenly connection to the starry dynamo in the machinery of night,
who poverty and tatters and hollow-eyed and high sat up smoking in the supernatural darkness of cold-water flats floating across the tops of cities contemplating jazz




(il y a quatres parties à ce très long poème, je ne peux pas tout mettre)
Beau boulot les modow ! Ca mérite une pause café, même si : les vilains mots ne font jamais de pause café.
- Kaeloo

En ligne Ben.G

  • Admin
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 8 545
  • Voleur de nuits
    • J'irai lire chez vous
Re : Poésie pour les nuls
« Réponse #33 le: 21 mai 2020 à 05:32:04 »
J'aime beaucoup la poésie brésilienne  ^^ (toujours sociale en memz temps de mettre l'accent sur la beauté humain)
Et via une chanson je suis tombé sur ce poème j'ai eu envie de le partager du coup, Thiago de Mello, Les status de l'Homme (la chanson est à la fin de la page haha)


https://www.trendymood.com/les-statuts-de-lhomme-thiago-de-mello/
Beau boulot les modow ! Ca mérite une pause café, même si : les vilains mots ne font jamais de pause café.
- Kaeloo

Hors ligne Lo

  • Clochard céleste
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 9 496
    • olig marcheur
Re : Poésie pour les nuls
« Réponse #34 le: 21 mai 2020 à 11:48:52 »
Oh quel cool fil !

C'est marrant de constater que y a beaucoup de poèmes appris à l'école dans ce fil. (J'ai longtemps eu du mal à dealer avec ce que nous a proposé l'école en termes de littérature en général, et c'est cool de voir que la plupart d'entre vous n'éprouvez pas ce genre de rejet)

J'ai pas trop d'idée mais je vais commencer par citer la petite explicitation de Ben.G concernant un fragment poétique de Michaux à la fin de ce post, parce que j'aime bien ce fragment et surtout je trouve que l'explicitation de Ben.G va vraiment dans le sens de ce fil-ci

Merci dlm pour le poème de Bouvier. Je savais pas que Le dehors et le dedans c'était un recueil de poèmes o_o apparemment concomitant au voyage de L'Usage du monde ? c'est très appétissant ça...

Et merci pour le lien vers "Le Télégramme de Dakar" Ben. C'est marrant j'arrive pas à relier le titre et le contenu : c'est pas la première fois que je clique en mode "c'est quoi ce poème dont il parle ?" et dès les premiers mots je me dis "aaah mais c'est pas la première fois que je le lis, en fait..." Je pense qu'à chaque fois j'ai le même comportement haha
super poème waw.
Et puis Ginsberg waw bien sûr aussi. C'est dingue comme lire une page beatnik ça [me ?] donne toujours envie de tout plaquer. Ce feu qui monte là, waw, trop bon de le sentir.

Merci aussi Mahad, j'ai bien apprécié "Remords posthume", alors que les sonnets de Baudelaire d'habitude j'ai du mal.

J'ai pas sous la main Amers, de Saint-John Perse. J'aurais peut-être choisi un extrait un peu différent sinon. Mais en voilà un, quand même :
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.

C'est vraiment avec Saint-John Perse (et Amers) que j'ai eu mon premier coup de foudre poétique. Je ressens quelque chose de très synesthésique dans sa façon d'écrire, comme si les mots étaient choisis autant pour leur sens que pour une... mystérieuse valeur nutritionnelle, connue de Saint-John Perse seul, et qui influerait sur nos sens à un tout autre niveau. C'est-à-dire que tous ces mots dressent des paysages en moi, des sensations, alors que parfois je ne pige même pas leur sens (encore aujourd'hui : "prébendier" par exemple). Ça crée une serre tropicale du langage, et tout dans cette serre m'émerveille, et vraiment waw je trouve ça ouf quoi, et ça crée une garrigue et une pinède en moi, un fantasme méditerranéen, et j'en ressens les modulations (du vent, de la lumière) alors que les mots n'en parlent pas tant que ça. Vraiment son écriture me fascine.

Tous les poèmes de Nerval me fascinent aussi un peu, et "Artémis" tient dans ma tête une place un peu particulière. Je le trouve très riche en termes de ton. La plupart des sonnets des Chimères me semblent très fonceurs, ils foncent vers le mythe, vers l'ésotérisme, c'est du dark-Mucha avant l'heure, et lisant "Artémis" je ressens beaucoup d'autres choses aussi, une veine un peu plus lyrique en fait, mais de la distance aussi, le romantisme vu de loin... Je trouve qu'il aborde les choses sous un angle différent, un romantisme de fin des temps qui s'est défait de tout bling-bling ésotérique, et ses figures légendaires petit à petit semblent s'y décanter, redevenir ce qu'elles sont (n'importe qui, l'auteur, le lecteur). Je ne sais pas. Il y a quelque chose qui me touche beaucoup.
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.

(Et quand l'environnement est assez désert, je chante les premières strophes, sur l'air de "Il n'y a pas d'amour heureux" et je trouve que ça marche plutôt bien, ça renforce la tonalité "post-apo intimiste" u_o)

Et y aussi un texte que je voudrais vraiment citer, c'est une strophe d'un poème de Hafez, qui s'appelle "Yusef e gogmashteh" en persan ("Joseph égaré"). Je l'ai découvert grâce à Nicolas Bouvier qui le cite dans L'Usage du monde, et le poème entier est copié par Thierry Vernet dans Peindre, écrire, chemin faisant.
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.

Ce morceau de poème je l'ai lu la première fois quand j'étais déjà sur la route depuis assez longtemps, et ça a vraiment trouvé une résonance très forte avec ce que je vivais, ça donnait aussi une perspective un peu mélancolique à ce que je faisais, je crois. Bref, c'est vraiment le morceau de poésie dont je me sens le plus proche, pfiou. Genre, dans l'optique d'un nouveau fil "si vous deviez vous faire tatouer de la poésie...".
« Modifié: 21 mai 2020 à 11:53:14 par Lo »
"Me lyrics provide electricity" (Sean Paul)

En ligne derrierelemiroir

  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 884
  • orque magnifique et ténébreuse
Re : Poésie pour les nuls
« Réponse #35 le: 26 mai 2020 à 08:39:40 »
Citer
Merci dlm pour le poème de Bouvier. Je savais pas que Le dehors et le dedans c'était un recueil de poèmes o_o apparemment concomitant au voyage de L'Usage du monde ? c'est très appétissant ça...
En fait, c'est concomitant au voyage de l'Usage du monde et à ses autres voyages (genre celui du Poisson-Scorpion et celui des Chroniques Japonaises aussi). Je ne sais pas comment ça se lit sans avoir lu ses voyages, mais en ayant lus ses livres, et ensuite les poèmes, pfui, c'est trop beau.

Citer
C'est-à-dire que tous ces mots dressent des paysages en moi, des sensations, alors que parfois je ne pige même pas leur sens
je comprends très bien ce que tu veux dire ici !

Et Hafez  :coeur:
"[...] alors le seul fait d'être au monde
  remplissait l'horizon jusqu'aux bords"
  Nicolas Bouvier

En ligne Miromensil

  • Modo
  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 561
  • Mon nu mental
    • Mimerions
Re : Poésie pour les nuls
« Réponse #36 le: 20 octobre 2020 à 14:37:36 »
Quitte à ne mettre qu'un poème qui m'a beaucoup marqué, celui-là vient d'un petit recueil que j'avais trouvé à 18 ans chez Pêle-mêle à Bruxelles, Presque, de Francine Delfosse :

Tu es venu vers moi
au delà de mes images
au delà de mes rêves
au delà de mes attentes
Et dans le respect profond
de ma solitude
tu as ouvert la vanne
aux forces vives de ma créativité
Tu es venu en grand inconnu
Ton geste et ton regard
m'ont éveillée au delà des noeuds
et des constructions
Là où l'innocence
permet vraiment la vie
Et ma blessure s'éloigne lentement
dans ton amour

(J'aime bien ce fil mais pas son titre, qui me rappelle les livres jaunes et noirs qui perso ne donnent pas du tout envie de les ouvrir :mrgreen:)
Elle faisait allusion à une pluie dense et tiède qui a crépité toute la nuit sur les feuillages fauves et les fruits blets de l'automne (Tournier)

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.064 secondes avec 23 requêtes.