Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

28 octobre 2020 à 02:06:15
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Salon littéraire » Salle de lecture » Théâtre et poésie » [Théâtre] Phèdre (Jean Racine)

Auteur Sujet: [Théâtre] Phèdre (Jean Racine)  (Lu 2913 fois)

Hors ligne Chat-noir

  • Troubadour
  • Messages: 349
  • Grand marionnettiste de vos angoisses enfantines.
[Théâtre] Phèdre (Jean Racine)
« le: 03 mai 2014 à 12:32:00 »
Un texte de théâtre que j'ai dut lire pour ma chère professeur de français... C'est une tragédie (ou un drame, je ne sais pas vraiment la différence entre les deux) s'appuyant sur le théâtre de l'Antiquité (les dieux romains, les héros triomphants de monstres, les femmes pleines d'amour agonisant...).


Résumé :

Hippolyte, le fils du grand héros Thésée, désire fuir Thrézéne afin de fuir à la fois son amour pour l'ennemie de son père, Aricie la princesse d'Athènes, et sa belle-mère tyrannique, la reine Phèdre. Celle-ci, Thésée étant partit en voyage loin de son territoire, est en train de dépérir peu à peu. Mais quand elle apparend que son mari, Thésée, a été déclaré décédé, elle ne peut cacher son secret à sa servante protectrice et manipulatrice Oenone. Elle lui apprend donc qu'elle brûle d'amour pour son beau-fils, Hippolyte, et que cette flamme incestuese la ronge de honte. Toujours de mauvais conseille, sa servante lui propose de le déclarer à Hippolyte, le roi étant maintenant mort, ce que Phèdre fait. Mais quand Thésée finalement rentre chez lui, déclarant avoir seulement été enlevé par quelques monstres, chaque personnage est emmêlé dans un piège : choisir entre la vérité ou le meneonge...


Je n'ai pas aimé :

Avec l'univers de la mythologie, on pourrait s'atteindre à des sorts, des maléfices, des malédictions... Et bien, non, pas excessivement... Il y a, certe, peut-être un problême de réalisme par rapport à l'époque mais lire les feux de l'amour version rome antique n'est pas ce que j'attendais. Car oui, les personnages se posent continuellements des questions, sont tourmentés, aiment, détestent... Ça en est lassant à la fin ! Mais de plus, ils prennent des dizaines de lignes (en vers de surcroit) pour expliquer leurs émotions (bon, ils battent par Roméo et Juliette non plus !) et, évidement, avec un vocabulaire assez difficile à saisir (heureusement qu'il y a les notes en fin de pages)... Certes c'est jolient écris, certes c'est théâtrale (voir trop) mais à force, c'est redondant... Certainement que, à l'époque de Racine, c'était le summum du théâtre mais aujourd'hui, ça coince !


J'ai aimé (parce que oui, j'ai un peu aimé quand même) :

Je pense que, comme toute pièce de théâtre, il est préférable de la jouer que de la lire... Effectivment, pour alléger ma peine, j'a lu quelques répliques à voix haute et tout de suite ça donner un peu plus de relief au récit qui est, en soit, assez plat... Et puis, autre point positif, comme dans toute bonne tragédie, il y a des morts... Il y a donc une chute ! On a pas fait tout ce chemin pénible pour rien : tout le monde créve, le lecteur est content, fin.


Donc, certe un bilan plus négatif que positif mais maintenant c'est à vous de donner votre avis ! :)
« Modifié: 27 octobre 2017 à 20:19:21 par Eveil »
" Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de mille choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu’endormis. " - Edgar Allan Poe

Hors ligne Milora

  • Trou Noir d'Encre
  • Messages: 11 125
  • Championne de fautes de frappe
Re : Phèdre (Racine)
« Réponse #1 le: 03 mai 2014 à 12:56:28 »
Sérieusement ? On n'avait pas encore de fil sur Phèdre ?  :o

Je l'ai lu plusieurs fois, j'en ai appris des bouts, je suis tombée dessus au bac de français. Au début, je me suis dit que j'étais trop jeune pour apprécier. Mais les années ont passé, et c'est toujours pareil :mrgreen:

Citer
mais lire les feux de l'amour version rome antique n'est pas ce que j'attendais. Car oui, les personnages se posent continuellements des questions, sont tourmentés, aiment, détestent... Ça en est lassant à la fin ! Mais de plus, ils prennent des dizaines de lignes
Parfaitement d'accord ! Chaque fois que je lis la pièce, j'ai l'impression que c'est une suite de longs monologues répétant en boucle "Ah, j'ai mal, je souffre, je souffre, je souffre." sans émotion, sans évolution. Je suppose que l'histoire est censée tenir par la beauté des vers, mais personnellement, ils ne me stupéfient pas. Je trouve que tous les personnages font chercher systématiquement à faire ce qui va leur porter préjudice, et ça se voit gros comme une maison. Ils sont tous excessifs, trop exagérés pour être humains, du coup leur histoire et leurs tourments ne me touchent absolument pas.

Citer
On a pas fait tout ce chemin pénible pour rien : tout le monde créve, le lecteur est content, fin.
C'est totalement ça !  :D

Par contre :
Citer
(bon, ils battent par Roméo et Juliette non plus !)
Tu l'as lu, Roméo et Juliette ? Parce que pour le coup, je trouve que c'est pas du tout pareil !


En fait, je crois que Phèdre fait partie de ces livres que j'aime bien détester  ^^
Il ne faut jamais remettre à demain ce que tu peux faire après-demain.

Hors ligne ernya

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 7 715
  • Ex-dragonne
    • Page perso
Re : Phèdre (Racine)
« Réponse #2 le: 03 mai 2014 à 12:58:11 »
Pour avoir eu à passer récemment un oral sur une tirade de Phèdre et donc pour avoir relu la pièce et vu des bouts d'adaptations, je dois dire que j'ai de plus en plus de mal à regarder du Racine joué. Je trouve que tout sonne faux et que les actrices ont tendance à bêler plus qu'autre chose... alors que le texte reste pas mal.

En fait, ce n'est pas du tout ma pièce préférée de Racine, je la trouve trop organisée cette pièce en fait (avec toute cette structure de parallèles et d'oppositions entre les aveux, les déclarations, les deux tirades d'aveux de Phèdre à Hippolyte), on perd en imprévu, en rebondissement pour le spectateur (par rapport à Andromaque par exemple où y a plus de retournements).

Sinon Chat-Noir, c'est bien une tragédie. Et vu ton impression, tu n'as pas saisi le principe de la tragédie classique, je crois. Ce qui n'est pas grave ou répréhensible, loin de là, peut-être que ça te parlera plus plus tard quand tu auras plus d'armes littéraires pour apprécier un texte qui reste difficile à lire pour un lecteur du XXIe (les époques changent ! et ça me semble normal qu'à 15 ans, Racine, ça gave), et peut-être que ça ne te parlera quand même pas plus tard. Mais oui, le principe de la tragédie repose sur le fait de dire, donc oui, les personnages parlent beaucoup et qui dit mythologie ne dit pas forcément magie.
 
Un détail quand même : Oenone n'a JAMAIS conseillé à Phèdre de déclarer son amour pour Hippolyte, bien au contraire ! C'est un amour incestueux, ça ne va pas absolument pas de soi de dire "mais si, déclare ta flamme".  :mrgreen:

Bref, moi, j'ai toujours trouvé dommage que ce soit majoritairement cette pièce-là de Racine qu'on fasse étudier aux élèves.
"Je crois qu'il est de mon devoir de laisser les gens en meilleur état que je ne les ai trouvés"
Kennit, Les Aventuriers de la Mer, Robin Hobb.

Hors ligne Milora

  • Trou Noir d'Encre
  • Messages: 11 125
  • Championne de fautes de frappe
Re : Phèdre (Racine)
« Réponse #3 le: 03 mai 2014 à 13:03:41 »
J'avais effectivement préféré Andromaque, parce qu'il y avait plus de morts, je crois  :mrgreen:

Citer
Ce qui n'est pas grave ou répréhensible, loin de là, peut-être que ça te parlera plus plus tard quand tu auras plus d'armes littéraires pour apprécier un texte qui reste difficile à lire pour un lecteur du XXIe (les époques changent ! et ça me semble normal qu'à 15 ans, Racine, ça gave), et peut-être que ça ne te parlera quand même pas plus tard. Mais oui, le principe de la tragédie repose sur le fait de dire, donc oui, les personnages parlent beaucoup et qui dit mythologie ne dit pas forcément magie.
Ouais, mais non...  ::) J'aime pas du tout l'argument "tu ne peux pas encore comprendre". Alors, je ne parle pas pour Chat-Noir, mais je parle en mon nom : je me disais ça pour beaucoup des classiques, j'avais l'impression que si j'aimais pas, c'était à cause de moi. Mais non, on peut ne pas aimer sans que ce soit un manque de bagage littéraire.
Pour les tragédies, à cause de Racine j'ai longtemps cru que le genre était pas pour moi, que c'était normal qu'ils parlent-parlent-parlent et se plaignent et que l'ensemble me paraisse ennuyeux. Après j'ai lu Corneille et Shakespeare, et j'ai compris que non, c'est les tragédies de Racine qui sont comme ça. Y a plus de rebondissements dans Corneille, et dans Shakespeare n'en parlons pas, c'est même très vivant et agréable à lire. (Je sais pas si compter Antigone d’Anouilh dans cette liste d'exemples, mais c'est pareil)

Et même en ayant fait des études littéraires un temps, je continue de me retrouver dans l'avis de Chat-Noir ! :P

Citer
Un détail quand même : Oenone n'a JAMAIS conseillé à Phèdre de déclarer son amour pour Hippolyte, bien au contraire !
Elle ne le lui conseille pas ouvertement, mais tout de même, elle la pousse dans ce sens, avec son discours atténuant la faute et lui disant qu'elle doit se pardonner...
Sans Oenone, Phèdre aurait bien fini :huhu:
Il ne faut jamais remettre à demain ce que tu peux faire après-demain.

Hors ligne Ambrena

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 2 673
  • Perle de bois-sorcier
    • Mon Tumblr
Re : Phèdre (Racine)
« Réponse #4 le: 03 mai 2014 à 14:23:04 »
Bah moi j'aime bien Phèdre, et j'aime Racine en général  :-¬?

@ Chat-Noir : C'est une tragédie ; "drame", c'est juste un terme générique, alors que pour la tragédie, on a un ensemble de codes bien précis.

Petite précision : cela ne se passe pas à Rome mais en Grèce, à Trézène pour être exact.

Le manque de "peps" qui fait que ce n'est pas une grande aventure mythologique façon Choc des Titans est avant tout liée à l'époque. C'est l'ère de la bienséance, des trois unités et de la vraisemblance, et même si Racine se torche un peu avec la première puisque le personnage éponyme meurt sur scène, il n'ose pas trop en rajouter sur le reste. C'est par exemple pour cela que le fait que Phèdre soit petite-fille du Soleil, demi-sœur du Minotaure et Thésée, fils de Poséidon, ne sont évoqués qu'en passant.

@ Ernya : Comme Mil', je ne suis pas d'accord avec le principe "à quinze ans, ça ennuie". Certaines pièces peuvent plus toucher que d'autres, et je ne crois pas que cela soit entièrement dû à l'âge du lecteur. Ensuite, comme je le disais plus haut, il y a de la magie sous-entendue dans Phèdre, mais pas trop, histoire de ne pas avoir l'air trop merveilleux - sachant que ce genre est à l'époque réprouvé.

@ Mil' : Non, Phèdre aurait mal fini quand même, même sans Œnone - qui, je te l'accorde, n'arrange pas spécialement les choses, m'enfin. La lignée toute entière de Phèdre est maudite, d'Hélios à Pasiphaé en passant par sa sœur Ariane. La pauvre princesse n'avait littéralement aucune chance de s'en sortir, Aphrodite aurait fini par lui faire la peau à un moment donné.  :mrgreen:

Après, ma pièce préférée de Racine, c'est Athalie, et celle-ci est peu connue et étudiée.
"J’ai soudain la sensation limpide d’avoir gaspillé ma jeunesse… L’avoir vue s’échapper de mes mains comme l’anguille effrayée et m’appeler à présent sur le lierre du tombeau, où patiente depuis toujours le chant des enfants, les raisins volés…"

Roi Loth, Kaamelott, Livre V

Hors ligne Chat-noir

  • Troubadour
  • Messages: 349
  • Grand marionnettiste de vos angoisses enfantines.
Re : Phèdre (Racine)
« Réponse #5 le: 03 mai 2014 à 14:25:51 »
J'ai effectivement lu Roméo et Juliette et disons que je ne suis pas touché par le romantisme... ^^ Plus sérieusement, même si c'est très beau, les déclarations d'amour tout le long du textes me gonfle un peu... De plus, je ne dirais pas que c'est plein de rebondissement puisque tout le monde connait la fin sans même l'avoir lu ! J'aurait sûrement plus apprécié Macbeth... ^^

Et je connaissait déjà la tragédie du coup et je connaissais le principe... Mais tout de même, en tragédie, on ne s'attend pas à un texte aussi plat, surtout avec des monologues qui devraient "enflammer" la pièce ! Parler, c'est bien... Mais au théâtre, ça ne fait pas tout ! Il faut des émotions, de la justesse...  mais j'ai strictement rien contre la tragédie ! Mais je pense que ce n'est pas une question d'âge mais plus de gout... :)

Puis, il me semble que à défaut de ne pas la conseiller, Oenone fout bien le bazard quand même ! ^^

Et Ambrena, c'est étrange alors : si la pièce se passe en Gréce, pourquoi est-ce que les noms des dieus sont dans leurs versions romaines ? À moins que je me trompe ! J'vais faire un tour sur wikipédia ! ^^
" Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de mille choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu’endormis. " - Edgar Allan Poe

Hors ligne ernya

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 7 715
  • Ex-dragonne
    • Page perso
Re : Phèdre (Racine)
« Réponse #6 le: 03 mai 2014 à 14:33:01 »
Sauf que juste avant que Phèdre fasse sa bourde et révèle son amour à Hippolyte, Oenone rappelle bien à Phèdre "au fait si t'es là, Phèdre, c'est pour parler de ton fils, pas de toi et de tes sentiments". Là où oenone merde, c'est quand elle va mentir à Thésée (dans le but de protéger Phèdre d'ailleurs et pas son inclination pour Hippolyte).

Pour l'histoire de comprendre la tragédie, je parlais bien de la tragédie classique, ce que n'est pas la tragédie de Shakespeare et ce que n'est pas non plus Corneille d'ailleurs (qui n'a jamais trop kiffé la règle des 3 unités et qui a majoritairement écrit avant que les règles classiques ne se mettent vraiment en place). Là encore reprocher à racine de ne pas faire comme Shakespeare, ça n'a pas de sens puisque ce sont non seulement deux pays différents mais aussi deux esthétiques complètement différentes !

Je rebondissais sur les remarques de Chat-Noir parce que justement ses reproches concernent tout ce qui fait la tragédie classique telle que la représente bien Racine. Je sais pas, c'est un peu comme reprocher aux fanfictions de reprendre des histoires existantes ou au sonnet de finir sur une pointe. Après, je précise bien que peut-être il n'accrochera jamais aux principes de la tragédie racinienne, ce qui n'a rien de problématique. Et encore une fois, pour moi, Phèdre manque de rebondissement.

Mais, je reste convaincue qu'une oeuvre peut plus facilement être appréciée si on la comprend. Je ne dis pas qu'on ne peut accrocher pas à Racine si on n'a jamais fait d'études de lettres, pas du tout ! On peut aimer  sans rien savoir des règles de la tragédie. Mais je pense que c'est aussi à ça que sert le français, les études de lettres, à donner des outils pour comprendre mieux et, peut-être, pour apprécier les oeuvres de notre patrimoine ou des autres pays et qu'à 15 ans, on n'a pas forcément encore tous ces outils (principes du classicisme = programme de seconde). Après, le goût, c'est quelque chose qui n'est pas non plus figé.  Y a des trucs qui nous plaisaient pas qui vont ensuite nous plaire et inversement.  ^^
« Modifié: 03 mai 2014 à 14:34:38 par ernya »
"Je crois qu'il est de mon devoir de laisser les gens en meilleur état que je ne les ai trouvés"
Kennit, Les Aventuriers de la Mer, Robin Hobb.

Hors ligne Ambrena

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 2 673
  • Perle de bois-sorcier
    • Mon Tumblr
Re : Phèdre (Racine)
« Réponse #7 le: 03 mai 2014 à 14:33:05 »
Attention, hein, ce n'est pas du romantisme (en littérature, ce terme a un sens bien précis, qui est lié au 19ème siècle). Après, je suis d'accord pour dire que l'on connaît la fin, mais ce n'est pas pour cela qu'il n'existe pas de rebondissements. Je ne parlerai pas de Phèdre parce qu'effectivement, c'est très linéaire, mais dans Roméo et Juliette ou Andromaque, on a quand même de belles séquences d'action.

Je suis d'accord, c'est une question de  goût, pas d'âge. ensuite, il faut savoir qu'à l'époque - un tout petit peu plus tardive que celle de Corneille - qu'est celle de Racine, l'action est déjà galvaudée, et on part sur l'idée que le théâtre doit tenir tout seul par la seule force du discours. Du coup, la parole prend une place prépondérance. L'exemple le plus flagrant reste Bérénice, où absolument tout le monde se fend deux fois d'un monologue. XD

C'est vrai qu'Œnone met le souk, mais je la replace dans le contexte de la tragédie, qui rend le dénouement inéluctable.

La pièce se passe en Grèce, ça c'est sûr et certain ; ensuite, pour les versions de noms qui sont romaines, je crois que c'est dû à une convention.  Je vais voir sur "Études Littéraires". ^^

[edit] @ Ernya : Ouip, on est d'accord pour dire qu'Œnone n'aurait pas dû mentir à Thésée, mais comme je le disais, je le répète, c'est un peu fatal. Si cela n'était pas arrivé, le dénouement se serait goupillé autrement, et pas de manière positive.

La tragédie de Shakespeare n'a en effet rien de commun avec celle de Racine, ni même de Corneille ; personnellement j'ai un peu de mal avec Corneille et son côté fouillis, alors que j'aime bien Shakespeare qui l'est encore plus, et c'est très bizarre. Tout cela pour dire que l'appréciation que l'on a d'un texte peut être détachée de l'aspect littéraire du truc. ^^ Pour le reste, je suis d'accord avec toi.
« Modifié: 03 mai 2014 à 14:37:22 par Ambrena »
"J’ai soudain la sensation limpide d’avoir gaspillé ma jeunesse… L’avoir vue s’échapper de mes mains comme l’anguille effrayée et m’appeler à présent sur le lierre du tombeau, où patiente depuis toujours le chant des enfants, les raisins volés…"

Roi Loth, Kaamelott, Livre V

Hors ligne Chat-noir

  • Troubadour
  • Messages: 349
  • Grand marionnettiste de vos angoisses enfantines.
Re : Phèdre (Racine)
« Réponse #8 le: 03 mai 2014 à 14:46:36 »
Je ne reproche rien du tout à la tragédie classique hein ! Je ne revendique rien puisque comme dit plus haut, c'est une question de gout ! Mais c'est sûr que je ne suis pas expert de la tragédie et que je ne peux donc pas pleinement apprécier ce genre. Mais je pense que même en ayant les outils, l'histoires et la mise en forme ne m'intéressant pas, je ne suis pas sûr de devenir fan...
Et je n'ai rien, strictement rien, contre les monologues et grandes tirades... Au contraire, je trouve ça extrêmement intéressant... Mais tout dépend du contenu et de comment c'eet écrit ! Les paroles ne m'ennuient pas, leurs contenus si...

Et pour Roméo et Juliette, je ne parlais évidement pas du mouvement littéraire en disant romantisme mais du côté "amour"... Et ce que tu dis Ambrena est vrai, et c'est d'ailleurs pour ça que je préfére Roméo et Juliette... :)
" Ceux qui rêvent éveillés ont conscience de mille choses qui échappent à ceux qui ne rêvent qu’endormis. " - Edgar Allan Poe

Hors ligne Milora

  • Trou Noir d'Encre
  • Messages: 11 125
  • Championne de fautes de frappe
Re : Re : Phèdre (Racine)
« Réponse #9 le: 03 mai 2014 à 14:58:22 »
Là encore reprocher à racine de ne pas faire comme Shakespeare, ça n'a pas de sens puisque ce sont non seulement deux pays différents mais aussi deux esthétiques complètement différentes !
Ernya, tu as une approche très "critique littéraire", c'est pas un souci mais moi si je lis, c'est pas pour analyser un courant littéraire, c'est parce que j'aime, ou que je suis curieuse.
Du coup, je n'ai jamais dit "j'aime pas Racine parce que c'est pas comme Shakespeare". J'ai dit : j'aime pas Racine (point inamovible, du moins avant longtemps), et j'ai longtemps cru que je n'aimais pas du tout les tragédies, à cause de ça. Sauf que j'en ai lu d'autres types, et je me suis aperçue que c'était faux : c'est bien Racine, que je n'aime pas ! ;)

Citation de: Ambrena
Tout cela pour dire que l'appréciation que l'on a d'un texte peut être détachée de l'aspect littéraire du truc.
Oui voilà, exactement. Et même dans un même genre, il peut y avoir des choses qu'on aime et des choses qu'on n'aime pas du tout. (Bon, dans Racine pour l'instant j'ai rien aimé, mais j'ai plein d'autres exemples où j'ai aimé certaines choses et pas d'autres.)
Un classique, ou un texte ancien, ce n'est pas qu'un classique ou un texte ancien. Il ne se résume pas à son côté représentatif d'un mouvement littéraire : c'est aussi une oeuvre à part entière, qu'on aime ou aime pas, et on a le droit d'aimer ou de pas aimer, on a le droit de groupiser dessus comme on le ferait avec Harry Potter ou de critiquer avec verve si, vraiment, on aime pas du tout ! :P

Citation de: Ambrena
@ Mil' : Non, Phèdre aurait mal fini quand même, même sans Œnone - qui, je te l'accorde, n'arrange pas spécialement les choses, m'enfin. La lignée toute entière de Phèdre est maudite, d'Hélios à Pasiphaé en passant par sa sœur Ariane. La pauvre princesse n'avait littéralement aucune chance de s'en sortir, Aphrodite aurait fini par lui faire la peau à un moment donné.  :mrgreen:
Ouais, ouais, c'est vrai :mrgreen:  Mais j'aime pas Oenone alors je suis de mauvaise foi, j'avoue  :huhu: J'aime pas le personnage de Phèdre non plus, ceci dit. En fait, je crois que j'aime personne, dans cette pièce  :-X

Tu me donnes envie de lire Athalie par pure curiosité, Ambrena ! (je pense pas aimer, mais sait-on jamais !)

Citation de: Chat-Noir
t pour Roméo et Juliette, je ne parlais évidement pas du mouvement littéraire en disant romantisme mais du côté "amour"...
On devrait plutôt en parler sur le fil sur Roméo et Juliette, mais c'est marrant parce que moi non plus j'aime pas les grandes tirades de déclarations, mais c'est pas ce que je retiens de cette pièce, parce que même ces passages sont pleins de jeux de mots et d'allusions, si je me rappelle bien ^^

Citation de: Chat-Noir
Et je n'ai rien, strictement rien, contre les monologues et grandes tirades... Au contraire, je trouve ça extrêmement intéressant... Mais tout dépend du contenu et de comment c'eet écrit ! Les paroles ne m'ennuient pas, leurs contenus si...
C'est mon avis aussi !

Il ne faut jamais remettre à demain ce que tu peux faire après-demain.

Hors ligne Champdefaye

  • Calame Supersonique
  • Messages: 2 084
  • L'éléphant est irréfutable
    • Le Journal des Coutheillas
(Théâtre) Phèdre (Racine)
« Réponse #10 le: 11 janvier 2020 à 09:09:03 »
Critique aisée n°193

Phèdre
Jean Racine
Mise en scène : Brigitte Jaques-Wajeman
Rôle titre : Raphaële Bouchard
Par le Théâtre de la Ville au Théâtre des Abbesses.


Cette fois-ci, nous n’avons marché qu’une heure et demi dans un Paris privé de Métro pour parvenir jusqu’au Théâtre des Abbesses, qui abrite le Théâtre de la Ville pour le temps de son interminable rénovation.

Quand même pas à la taille du Théâtre de la Ville (1000 places), celui des Abbesses (400 places) est cependant un vrai théâtre, d’architecture greco-moderne, moins confortable qu’il n’y parait au premier abord, mais avec une salle plutôt pentue qui permet de bien voir de partout. (Bien entendre de partout, c’est une autre histoire et on y reviendra.)

Avant ce soir là, je n’avais vu Phèdre qu’une seule fois. Maria Casarès tenait le rôle titre, Alain Cuny était Thésée et Jean Vilar était à la fois Théramène et metteur en scène. C’était au TNP. Nous y avions été traîné par notre école. Je n’avais pas seize ans. Je me souviens du décor minimaliste, juste un petit banc sur un grand fond noir. Je me souviens des comédiens qui portaient des cothurnes et qui parlaient très fort. Je me souviens que je n’avais rien compris au jeu extrêmement sensuel de Maria Casares et, par conséquent, rien compris à la pièce. Adolescent crétin, j’avais même dû ricaner.

Mais  soixante ans plus tard, l’autre soir aux Abbesses, ce fut différent. J’ai enfin compris le sens de cette pièce magnifique.
           — Eh bien, connais donc Phèdre et toute sa fureur !
Par le jeu très sensuel et très physique de Mademoiselle Bouchard dans ce rôle écrasant, j’ai pu ressentir toute la violence du désir, les affres de la passion, la torture de la jalousie, en un mot, la fureur de cette reine tragique.

Une formidable Phèdre, manipulée par une excellente Œnone, un Hippolyte trop fragile, un Thésée emporté à souhait et un bon Théramène bien pathétique.

Le décor des Abbesses pour Phèdre est à peu près aussi minimaliste que l’était celui du TNP et les costumes sont sans apprêt. La mise en scène ne se montre pas. Elle a visiblement demandé aux comédiens de scander les alexandrins, ce qui ne m’a personnellement jamais gêné - j’aime beaucoup les alexandrins - sauf quand on insiste un peu trop sur les terminaisons en "ion", comme malédiction, humiliation, etc..., en les hachant les syllabes de manière peu naturelle (ma-lé-dic-si-on).

Mais je ne peux terminer cette critique aisée sans adresser à nouveau ma vieille supplique à la corporation des metteurs en scène. Mais avant la supplique, une question : ces messieurs-dames, à qui j’accorde mon estime et reconnais beaucoup de droits en matière de création,  montent-ils de temps en temps dans les étages du théâtre, vers les corbeilles, les balcons, les loges du fond, les places d’orchestre enfouies sous les corbeilles ? Grimpent-ils parfois jusqu’au poulailler, jusqu’au Paradis ? S’assurent-ils que de la dernière de ces places, on entendra la tirade murmurée d’Hippolyte ou la fin chuchotée du récit de Théramène ?

Je conçois très bien que l’on souhaite se distinguer des déclamations emphatiques à la Mounet-Sully, mais qu’on veuille bien se rappeler que les Enfants du Paradis (et les Vieillards de l’Orchestre) ont droit eux aussi à la totalité du texte. Faut-il rappeler à ces professionnels du spectacle que le naturel n’a pas vraiment sa place au théâtre, ce monde entièrement fait d’artifices et dans lequel il faut qu’une confidence faite à l’oreille d’un personnage sur scène soit entendue de la place la plus modeste de la salle ?

Alors, ma supplique : montez le son, sacré bonsoir !

Heureusement et Phèdre, et Oenone, et Thésée étaient parfaitement audibles. C’est l’essentiel non ?
« Modifié: 11 janvier 2020 à 09:15:59 par Champdefaye »

Hors ligne Miromensil

  • Modo
  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 558
  • Mon nu mental
    • Mimerions
Re : [Théâtre] Phèdre (Jean Racine)
« Réponse #11 le: 11 janvier 2020 à 10:21:42 »
Bonjour Champ,
Ce fil existant déjà, j'ai fusionné.  N'hésite pas à regarder l'Index de la section Théâtre et poésie (http://monde-ecriture.com/index/liste2.php?index=27) pour éviter de créer des doublons.
Elle faisait allusion à une pluie dense et tiède qui a crépité toute la nuit sur les feuillages fauves et les fruits blets de l'automne (Tournier)

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.17 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.064 secondes avec 23 requêtes.