Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

23 juin 2024 à 17:03:03
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Encore plus loin dans l'écriture ! » L'Aire de jeux (Modérateur: Claudius) » 66 histoires de fantômes

Auteur Sujet: 66 histoires de fantômes  (Lu 39323 fois)

Hors ligne Kei

  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 659
  • Où est mon arc?
66 histoires de fantômes
« le: 28 juin 2008 à 22:49:03 »
[Nuit blanche 28-29/06/08]

Cent histoires de fantômes est la traduction de Hyaku Monogatari, une activité typiquement estivale au Japon où l'on se réunit entre amis pour échanger histoires fantastiques, effrayantes ou amusantes, au cours d'un rituel qui s'achève supposément sur l'apparition d'un esprit. Le soleil s'étant levé trop tôt, nous rabaisserons le nombre à 66, et espérons que cela contentera tout le monde.
Je vous propose donc d'en faire tous ensemble une partie!

Pour cela, des consignes simples :

- vous devez écrire un récit *fantastique* de 100 à 500 mots, comprenant une chute.
- normalement nous devrions procéder par tour, mais cela serait trop compliqué. Laissez néanmoins 2 récits entre chacuns des vôtres.
- vous pouvez vous inspirer de récits que vous avez lu, sans les plagier, ou encore de légendes que l'on vous a raconté. Evitez tout de même des choses trop connues.
- enfin, je propose que chacun des posts s'achève par les mots "Bougie soufflée..."


"L'équipe est au complet. Très bien... Nous pouvons commencer!"

*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°


#1 Obsession, d'Ambrena
#2 Conte inquiétant, de Rain
#3 Le fantôme fantasque, de Krapoutchniek
#4 Promenade digestive, de Loredan
#5 Robot-tank, de Salamandre
#6 Simetierre, de Kailiana
#7 Archie et la bille du grenier, de Leia Tortoise
#8 Dans la campagne bretonne, de Kei
#9 The Ghost In Me, de Syane
#10 Petit creux, de Kailiana
#11 R.I.Pé, de Caliban
#12 La fin d'un monde, de Rain
#13 Loredan m'a tué, de Syane
#14 La veuve et la pendule, d'Ambrena
#15 L'huile de renaissance, de Loredan
#16 Papillon insomniaque, de Salamandre
#17 Hermione et le professeur Trelawney, de Kei
#18 Try again ! de Caliban
#19 La Maison, de Syane
#20 Le spectre, premier acte, de Kailiana
#21 Le Duc du château, de Kei
#22 Le miracle du bouquiniste, de Rain
#23 Dévotion aux songes, de Loredan
#24 Prémonition... ? de Kailiana
#25 La tante et le chat, d'Ernya
#26 Désincarnation, d'Ambrena
#27 Le vampire du placard, de Salamandre
#28 Halloween, de Syane
#29 Vlad le charmeur, de Caliban
#30 Le Mal, de Rain
#31 Tchocolatl, d'Ambrena
#32 Pietro Ferrero, de Syane
#33 Autopsie, Salamandre
#34 Le spectre, le retour, de Kailiana
#35 Mystère commercial, de Kei
#36 Arme de destruction massive, de Caliban
#37 Fantômes, de Plume d'argent
#38 Construction littéraire, de Loredan
#39 Un lapin rose, de Rain
#40 Le Chaton, de Syane
#41 Post-it ésotérique, de Loredan
#42 Le Trône de fer, de Salamandre
#43 Sous les fleurs de cerisiers, de Kailiana
#44 Djinns, de Plume d'argent
#45 Last flight, de Kei
#46 Disparition diurne, d'Ernya
#47 Apparition, de Caliban
#48 Fuite impossible, de Kei
#49 Mortal MSN, d'Ambrena
#50 Le spectre, le retour, bis ! de Kailiana
#51 Shinigamis, de Plume d'argent
#52 Le Horla, d'Ambrena
#53 Fresque sans chute. I, Genèse d'une abomination, de Loredan
#54 La tempête, de Kei
#55 Un sauvetage ? d'Ambrena
#56 Fresque sans chute. II, L'avènement de la démone, de Loredan
#57 Train de nuit, de Kailiana
#58 Casquette, colle et cantine, d'Ernya
#59 Fresque sans chute. III, Epanchement lyrique, de Loredan
#60 Au détour d'une allée, de Kei
#61 Mélopée, d'Ambrena
#62 Fresque sans chute. IV, Succube, de Loredan
#63 Reflets de mondes, de Kailiana
#64 Un vieux livre poussiéreux, d'Ernya
#65 Amphithéâtre, de Kei
#66 Hyaku Monogatari, d'Ambrena


*


Ambrena : #1, 14, 26, 31, 49, 52, 55, 61, 66
Rain : #2, 12, 22, 30, 39
Krap' : #3
Loredan : #4, 15, 23, 38, 41, 53, 56, 59, 62
Salamandre : #5, 16, 27, 33, 42
Kailiana : #6, 10, 20, 24, 34, 43, 50, 57, 63
Leia : #7
Kei : #8, 17, 21, 35, 45, 48, 54, 60, 65
Syane : #9, 13, 19, 28, 32, 40
Caliban : #11, 18, 29, 36, 47
Ernya : #25, 46, 58, 64
Plume d'argent : #37, 44, 51
« Modifié: 20 septembre 2008 à 18:59:09 par Loredan »
Good, better, best. Never let it rest.
'Til your good is better and your better is best.

Hors ligne Ambrena

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 2 657
  • Perle de bois-sorcier
    • Mon Tumblr
Re : [Spécial Nuit du MdE!] 100 histoires de fantômes
« Réponse #1 le: 28 juin 2008 à 23:05:30 »
Ce cliquetis régulier... Il l'empêchait de dormir, et toutes les nuits, c'était la même chose.

C'était le bruit d'un ordinateur. Non, d'une personne assise devant son ordinateur. Elle tapait frénétiquement des mots, écrivait sans relâche. Etait-ce un écrivain, en herbe ou confirmé ? Un adolescent un peu geek et insomniaque ? Un bourreau de travail, jamais prompt à véritablement aller se coucher ?

Il l’ignorait. Mais ce son fantomatique, dans l’appartement voisin du sien, devenait véritablement insupportable. Cela lui faisait peur, il ne pouvait jamais vraiment se reposer en paix. Sans compter la musique qui l’accompagnait souvent, trop souvent, et qui lui semblait parfois vraiment trop macabre, avec ses violons lancinants et ses cœurs de voix.

C’est pourquoi, un soir, il finit par frapper les murs, pour faire réagir l’autre, à côté, et lui cria :
« C’est pas bientôt fini, oui ? Vous voulez bien laisser les morts dormir ? »

Bougie soufflée.
« Modifié: 28 juin 2008 à 23:13:49 par Ambrena »
"J’ai soudain la sensation limpide d’avoir gaspillé ma jeunesse… L’avoir vue s’échapper de mes mains comme l’anguille effrayée et m’appeler à présent sur le lierre du tombeau, où patiente depuis toujours le chant des enfants, les raisins volés…"

Roi Loth, Kaamelott, Livre V

Hors ligne Rain

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 632
  • Perdu
    • Page Deviant Art
Re : [Spécial Nuit du MdE!] 100 histoires de fantômes
« Réponse #2 le: 28 juin 2008 à 23:13:22 »
Il était une fois, loin, très loin d'ici, un petit pays, sans prétention, sans grande armée, dirigé par trois rois et trois reines. Ils étaient sages, et chaque monarque respectait les autres. Ainsi, il n'y avait pas de tyrans, car les souverains avaient une droit de véto sur les décision de leurs collègues.
Or, ces trois rois et ces trois reines régnaient depuis la création du pays, quelques cent siècles plus tôt. Et pourtant, toujours ils paraissaient jeunes. Mais comme ils étaient aimés du peuple, personne ne s'en inquiétait.

Pourtant, de temps à autre, six enfants, trois petits garçons et trois petites filles disparaissaient. On le mettait sur le compte des monstres, qui rôdaient dans les pays voisins, et qui, parfois s'aventuraient dans ce royaume étrange.

Un jour, une petite fille se baladait dans un champs, avec ses trois frères et ses deux sœurs. Elle était la cadette de la fratries, mais de loin la plus vive d'esprit. Lorsqu'ils entendirent du bruit, dans le bois d'à côté, l'un des garçon lança "Allons voir ! A moins que vous n'ayez peur ?" Les autres ne pouvaient laisser passer la provocation. Mais la fillette, la cadette, se souvint de l'histoire des disparitions que ses parents racontaient pour leur faire peur et pour qu'ils obéissent. "On devrait faire attention", dit-elle. "Tu as peur ?" répondit un frère. "Tu n'es pas obligée de venir" dit l'aînée. Mais la fillette les accompagna dans les bois.

Le bruit les attira au cœur de la forêt. La fillette aurait juré voir des yeux de loup, et elle commençait à avoir très peur. Enfin, ils s'arrêtèrent dans une clairière. "Rentrons" dit la fillette. Personne ne répondit. "On n'est pas perdus, hein ?" Encore une fois, personne ne dit rien. La tension montait. Le bruit dans les broussailles revint, effroyablement près, et six personnes - trois hommes et trois femmes - sortir des broussailles. La fillette, suivant son instinct, détala, tandis que derrière elle s'élevaient les cris de ses frères et soeurs. Elle parvint à sortir de la forêt, mais pas ses frères. Elle rentra chez elle et raconta tout à ses parents, mais personnes ne la crut.

Elle ne revit jamais ses frères et sœurs. Plus tard dans l'année, l'un des trois rois mourut d'une maladie inconnue.


~ Bougie soufflée ~
Perdu

Hors ligne Krapoutchniek

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 2 919
  • Génération de l'univers en cours, patientez svp...
Re : [Spécial Nuit du MdE!] 100 histoires de fantômes
« Réponse #3 le: 28 juin 2008 à 23:14:21 »
Hum, ce texte n'a aucun sens, mais je ne l'ai pas modifié  :-°




La porte s'ouvrit lentement... Des toiles de maître pendaient un peu partout. John s'avança, une bougie dans la main tandis que l'autre s'activait inlassablement à manipuler un vague crucifix en bois. Au fur et à mesure de ses pas sur le plancher, ce dernier émit des sons pareil à porc que l'on écartèle. Soudain, une porte claqua violemment, faisant trembler tout le manoir. D'un bond, John se retourna et passa à travers le plancher qu'il venait de marteler sauvagement. Il se releva rapidement et découvrit... un cercueil. Curieux, il l'ouvrit et une ombre blanche envahit la pièce. Un murmure lancinant et imperceptible surgit de nulle part. Puis, une voix de vieille casserole vint déchirer les tympans de John.

- Que fais-tu là, pauvre mortel? Fuis, si tu ne veux subir mon courroux.

John se frotta les yeux, sûr d'avoir trop forcé sur la bouteille qu'il n'avait pourtant pas bue. Devant lui se  dressait, ou plutôt voltigeait un fantôme. Une authentique antiquité morte depuis longtemps, aussi pâle que la Mort elle-même.

De sa voix caverneuse à faire pleurer un ermite, le fantôme poursuivit:

- Tu m'as libéré mais tu vas en subir les conséquences. Tu as foulé ce sol sacré, chacun de tes pas est une offense à ce havre de paix. J'ai de grands pouvoirs. Vois.

Soudain, une boule de feu sortit de l'un des rares doigts du fantôme et détruisit ce qui restait du plancher.

- Par contre, je suis un peu rouillé, je vais encore me faire taper sur les doigts.

En vitesse, le fantôme, transparent de honte, regagna son tombeau, lançant un vague:

- Surtout, tu n'as rien vu, tu n'es jamais venu ici, sinon ça va chauffer pour toi.

Dépité, John regagna la sortie, boitant et se demandant s'il n'avait pas rêvé cette scène. N'ayant plus besoin de lumière, il aspira de l'air qu'il refoula violemment, comme après avoir couru un marathon.




Bougie soufflée.
It will reveal its meaning when it lives in victory...

Hors ligne Gros Lo

  • ex Lo
  • Clochard céleste
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 9 911
    • olig marcheur
Re : [Spécial Nuit du MdE!] 100 histoires de fantômes
« Réponse #4 le: 28 juin 2008 à 23:35:03 »


Je marchais depuis longtemps. J’eus un point de côté.

Cela faisait bien trois jours que je marchais, vacillant désormais, au milieu des déchiquetures de glace. De temps en temps, un geyser fusait dans l’air. Je voyais son oriflamme de vapeur flotter dans le vent, un instant, avant de retomber sur quelque hampe éolienne.

J’en avais mis, du temps. J’avais traversé les étendues gelées, sans m’arrêter, conservant dans la tête trois mots au fer rouge : « Tu vas mourir. »

Quelle galère. Combattre si longtemps, ça m’avait épuisé. Ce n’était plus de mon âge. Et maintenant qu’ils étaient morts, aurais-je dû mourir ?

La bonne blague. Ils m’avaient tendu une embuscade, histoire de prendre leur revanche. Manque de pot, j’avais encore du muscle sous cette peau ridée. Que croyaient-ils ? Que j’allais les implorer de me relâcher ? Que j’allais leur donner mon talisman ?

Grâce à mon talisman, je resterai en vie, je le savais.

J’avais des maux de ventre. Ce n’était pas un point de côté, finalement. L’angoisse habile me caressa de ses doigts patients. Ils t’ont fait avaler du poison, mon mignon.

Non. Il aurait déjà fait effet. Il devait y avoir autre chose. Je m’arrêtais un moment dans la neige. Il faudrait que je reparte, où je risquais de crever de froid. Non. Je ne sentais plus le froid. J’allais dormir et réfléchir… non. Je n’avais pas sommeil.

Il y avait forcément autre chose. Ça me triturait le foie, ça me charcutait les boyaux.

Mais qu’est-ce que je pouvais bien avoir ? C’était bizarre. Je n’avais plus envie de dormir ni de manger, et je ne sentais plus rien. C’était surprenant, mais il fallait bien que le sabre qu’on m’avait passé en travers du corps y fût pour quelque chose.



Bouge, hisse ou flé[tris]
dont be fooled by the gros that I got ~ Im still Im still lolo from the block (j Lo)

Hors ligne Salamandre

  • Calliopéen
  • Messages: 428
  • Simon le démon
Re : [Spécial Nuit du MdE!] 100 histoires de fantômes
« Réponse #5 le: 28 juin 2008 à 23:35:44 »
Bon, je me lance, sans brouillon, pour le fun, je ne sais pas où je vais...

Cela faisait près d'un siècle que les hommes avaient perdu le contrôle. Les robots, anciennement d'humbles serviteurs, s'étaient transformés en tyran. Les rôles semblaient inversés, les robots abusant des hommes, et ceux ci soumis à leurs vieux esclaves. Il ne demeurait que quelques colonies libres, essentiellement dans les montagnes, sous terre ou au coeur des forêts, dans des zones cachées et difficiles d'accès. On y vivait comme au moyen âge.
C'est ici que mon histoire commence. Un jeune garçon, du nom de Heph, travaillait nuit et jour à la forge. Il y attisait le feu, apportait le métal et sculptait armes et outils pour son peuple.
En effet, n'oublions pas qu'ils ne possédaient, pour se défendre des robots, que de modestes armes blanches ; des dagues, des épées, sans oublier les arcs.
Heph travaillait donc sur hache, lorsqu'un bruit affolant fit trembler la montagne.
"Des Robots-tank !" hurla le guetteur. "Il en arrive des dizaines, ils détruisent tout sur leur passage !"
Au village, ce fut le branle bas de combat. Tous les individus capable de se défendre reçurent une arme, les autres se réfugièrent au fond d'une grotte.  Heph continua à activer la forge.
Arriva le premier Robot-tank. De nombreux villageois prirent la fuite, beaucoup d'autres périrent écrasés.
Heph comprit qu'ils ne gagneraient jamais de la sorte. Il appela alors les archers, leur intimant l'ordre de jetter des flèches enflammées. Ainsi fût fait, et le village se défendit trois jours et quatre nuits durant.
Les Robots-tank comprirent alors que les hommes avaient trouvés une parade : En les brûlant, il les détruisaient, et récupéraient encore plus de métal pour se défendre.
Néanmoins, comme vous vous en doutez peut-être, les robots trouvèrent une parade :
Une armistice entre les peuples libres et les robots fût signée, laissant les hommes en paix, à la condition qu'ils entretiennent les robots et renoncent au feu. les hommes, las de la guerre et enfins assagis, acceptèrent le compromis et soufflèrent la bougie.
Le langage n'est pas la vérité. Il est notre manière d'exister au monde.

Hors ligne Kailiana

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 799
  • Lial' | Calamar placide
Re : [Spécial Nuit du MdE!] 100 histoires de fantômes
« Réponse #6 le: 28 juin 2008 à 23:38:41 »
(beaucoup d'allusions à Simetierre de Stephen King, mais ça va si on a pas lu ^^)

Claire s'avance doucement ; sa robe de chambre traîne par terre, froufroute sur le sol de bois. Elle n'a pas osé allumer, elle tâtonne pour ne pas se cogner un nouvel orteil contre un mur, elle n'a pas eu le temps de s'habituer aux ténèbres. Elle lisait dans son lit Simetierre, mais un drôle de bruit s'était fait entendre, en bas, et elle avait voulu vérifier ce dont il s'agissait. Elle regrette maintenant son lit douillé. Simetierre lui a mis de drôles d'idées dans la tête, les recoins d'ombre laissent libre court à son imagination. Elle entend à nouveau le bruissement, en bas. Qu'est-ce que ça pouvait être ? Ils avaient exterminé toutes les souris de la maison, il ne pouvait pas en rester ! Et Frimousse, leur chat, était disparu depuis cinq jours ; il n'avait pas pu rentrer seul dans la maison – dans l'hypothèse où il était revenu.
La jeune fille sent le vide sous ses pieds. L'escalier. Combien de marches, déjà ? Il faut qu'elle fasse attention. Et si c'était un voleur ? Il ne faut pas qu'elle fasse du bruit, il risquerait de lui faire du mal !
Elle arrive au bas de l'escalier. Hésite à allumer. Mais de la cuisine émane une vague lueur ; elle n'aura peut-être pas besoin de davantage d'éclairage. Claire hésite, puis avance finalement. Le bruit cesse. Puis reprend. On dirait le bruit des croquettes lorsque Frimousse mange.
Claire pousse la porte de la cuisine.
Son père se retourne vers elle, sa lampe torche l'éblouit. Elle cligne des yeux, met un moment à s'habituer à la clarté soudaine. Mais ... oui, ce sont bien des bruits de mastications ! Frimousse est revenue, elle dévore ses croquettes, toute joyeuse ! Pourquoi son père n'a-t-il pas l'air plus heureux ? Une pioche est posée contre le mur. Frimousse est couverte de terre, famélique, et de son pelage émane une odeur fétide.
Elle n'aurait vraiment pas dû lire Simetierre. Ca commençait par la résurrection d'un chat, c'est ça ? Et la fin ... il fallait qu'elle termine le livre, finalement ! Y avait-il une petite fille dans la famille ? Ou un petit garçon ?


Bougie soufflée
« Modifié: 29 juin 2008 à 17:38:22 par Kailiana »
Si la réalité dépasse la fiction, c'est parce que la réalité n'est en rien tenue à la vraisemblance.
Mark Twain

La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.
Einstein

Hors ligne Leia Tortoise

  • Calame Supersonique
  • Messages: 2 453
    • Mon blog
Re : [Spécial Nuit du MdE!] 100 histoires de fantômes
« Réponse #7 le: 29 juin 2008 à 00:15:31 »
Archie se faufilait silencieusement, ombre parmi les ombres. Ce qui était plutôt approprié, dans le quartier des Ombres. Quand le reste de la ville dormait, les Ombres se réveillaient, et leurs habitants allaient vaquer à leurs occupations comme les gens "normaux" iraient à leur travail...
Pour l'heure, Archie progressait lentement mais sûrement vers le grenier du grand immeuble désaffecté. Il était déjà venu ici, à de très nombreuses reprises, jamais consécutivement, bien sûr, mais c'était un peu devenu son port d'attache dans le panel des lieux qu'il "visitait" régulièrement...
A chaque fois, il finissait par entendre un roulement sur le parquet du grenier. Comme un gamin qui échapperait une bille. A chaque fois, il avait l'impression que ça l'attendait, que ça avait conscience de chacun de ses mouvements, que ça se tenait coi pour toujours mieux surprendre...

Le plus inquiétant dans cette affaire, c'était que le grenier était condamné depuis au moins trois générations. Hermétiquement barricadé, même un serpent ou un moustique n'auraient pu s'y introduire. Et pareil pour le toit. Etonnant, d'ailleurs, depuis le temps que la charpente n'était plus entretenue...

Mais cette fois-ci, Archie irait jusqu'au bout. Il connaîtrait le fin mot de l'histoire.

Doucement, précautionneusement, il força la trappe d'accès. Ce soir-là, le roulement ne s'était pas encore fait entendre.

Il posa son échelle, et s'introduisit lentement dans la pénombre du grenier... Il venait juste de quitter le dernier barreau quand le roulement de bille se manifesta sur sa gauche. Il se retourna et tomba nez à nez avec un petit garçon aux yeux crevés. Ses vêtements n'étaient plus que lambeaux, et sa chair présentait un état de putréfaction avancée... Il émit comme un cri de crécelle, de toute évidence ce qui lui tenait lieu de rire. Et il pointa du doigt Archie, qui eut soudain la sensation qu'on lui écrasait un oeuf glacé sur le crâne quand  la main du petit garçon entra en contact avec sa joue. Il s'éleva de son corps et vit son propre cadavre s'affaisser avant de dégringoler l'échelle.

Stupéfié, il entendit à peine une voix lourde comme une dalle de caveau proférer ceci:
"HUM... LA CURIOSITE EST UN CURIEUX DEFAUT - JE CROIS QUE C'EST CA, L'EXPRESSION".

Bougie soufflée

----------------------------------
(mdr!! c'est fou le nombre de fautes d'inattention que j'avais laissé... "la curiosité est un curieux défaut", comment ai-je pu taper ça?  :D
EDIT 2: finalement je le remet, ça fait un petit décalage qui colle mieux au "je crois que c'est ça" et à la connaissance un peu imparfaite des choses des vivants de LA MORT ^^

Et, bien sûr, ce texte transpire l'inspiration Pratchettesque, pour ceux qui ne l'auraient pas remarqué)
« Modifié: 29 juin 2008 à 12:06:50 par Leia Tortoise »
Of course it is happening inside your head, but why on earth should that mean that it is not real ?
- Dumbledore -
*
Books ! Best weapons in the world.
- Doctor Who -

Hors ligne Kei

  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 659
  • Où est mon arc?
Re : [Spécial Nuit du MdE!] 100 histoires de fantômes
« Réponse #8 le: 29 juin 2008 à 00:20:19 »
     Cela faisait trois heures qu’il attendait, sur le bas côté de la route, et nulle voiture n’était passée. Impossible d’appeler un dépanneur, le portable ne captait pas. On le lui avait bien dit. La nuit tombait vite à la campagne, et elle était d’un noir d’encre. On voyait bien mieux les étoiles qu’en ville, et chaque son devenait mystérieux. Les cris aigus des oiseaux, les bruissements sourds des insectes, le roulement grinçant d’essieux sur une route caillouteuse…
     Sur la route derrière lui s’avançait lentement une vieille carriole, tirée par un cheval encore plus noir que le ciel et conduite par un vieux paysan au large chapeau traditionnel.
     « Excusez-moi ! héla l’automobiliste. Je suis en panne et…
- Ecartez-vous, grogna le conducteur, je suis pressé.
- J-Je suis désolé mais, ne pourriez-vous pas me déposer au prochain village ? demanda l’homme en tentant de rester à la hauteur du véhicule. Je suis en panne, voyez-vous, et…
- Je ne m’arrêterai pas. Libre à vous de monter en marche. »
     L’homme fronça les sourcils. Le vieux paysan était décidément peu aimable, mais il n’avait pas le choix.  Il se hissa par-dessus le rebord de bois, et s’assit sur un sac de bure. Aucune idée de ce qu’il contenait, mais à l’odeur, ça ne devait pas être bien frais. Une demi-heure passa, et toujours aucune habitation en vue. Le citadin voulait bien croire que les bourgs étaient dispersés, mais à ce point…
     « Quand arrivons-nous ? s’enquit-il.
- A temps. Toujours à temps. »
     Il n’osa pas demander à temps pour quoi. Il s’absorba dans la contemplation du paysage, et perdit la notion du temps. Et puis soudain, au loin, il distingua des habitations.
     « Vous habitez ce village ?
- Non.
- Vous y avez de la famille alors ?
- Non.  
- Je vois... Mais c’est votre destination ?
- Oui.»
     Les silhouettes des maisons se firent peu à peu plus précise, et bientôt il pouvait distinguer la girouette en forme de cheval qui surmontait la flèche de l’église. L’automobiliste tenta de repérer une station service, ou un garage… Cela devait être fermé, à cette heure-ci, même s’il y en avait un, il devrait attendre le lendemain matin.
     « Vous pouvez me déposer là ?
- Je ne m’arrêterai pas. Libre à vous de descendre en marche. »
     L’homme s’exécuta, et atterrit maladroitement sur les pavés. Il s’épousseta et, regardant la carriole s’éloigner, lança :
     « Au revoir ! »
     A sa grande surprise, le conducteur se retourna et leva son chapeau. Dessous, brillant d’un blanc de neige sous l’éclat de la lune, un crâne riait de toutes ses dents.

*°* Bougie soufflée *°*

(Bon, c’est une énième version de l’Ankou, mais j’adore ce personnage ^^)
Good, better, best. Never let it rest.
'Til your good is better and your better is best.

Hors ligne Syane

  • Calligraphe
  • Messages: 143
  • Got an eye on you...
    • Syane's 
blog
Re : [Spécial Nuit du MdE!] 100 histoires de fantômes
« Réponse #9 le: 29 juin 2008 à 00:43:22 »
me revoilà, je promets pas d'être là super régulièrement mais je vais tenter le come back.

Depuis quelques jours tout est étrange chez moi. Lorsque je m'éveille le matin, certains objets ont changé de place. Mes chats me regardent bizarrement et j'entends en permanence un murmure bizarre. Comme si quelqu'un voulait me parler, mais depuis très loin. J'ai mal à la tête, ô dieux comme j'ai mal à la tête. Cela fait des mois que j'ai la migraine presque en permanence. Et mon médecin avait enfin trouvé un remède. J'ai eu un peu de répit. Deux jours. Puis le mal de tête est revenu. Le murmure et tout le reste ont commencé.  Tout est lié mais je ne comprends pas comment.

Cela commence à me faire peur. Je ne suis pas impressionnable, mais j'ai l'impression de vivre à Amityville, dans la maison du diable. Cette voix, ce chuchotement, je commence à comprendre quelques mots, on dirait des bribes de conversation. "mort, ta faute, paie". Avouez que ce n'est pas banal. Et j'ai tellement mal... avant j'arrivais à contrôler cette douleur mais aujourd'hui même mes médicaments ne m'aident plus. En dehors de cette douleur il y a la peur. Comment mes livres se retrouvent-ils dans la cheminée ? Pourquoi mon ordinateur est-il allumé ? Mes vêtements, roulés en boule sur le balcon... Et le murmure qui devient plus fort, se transforme en cris, je n'en peux plus. Il faut que cela cesse, il faut que je dorme... La boîte de somnifère, vite. Au diable la posologie si je ne me réveille pas je n'aurai plus mal.

"oui, dors, et ne te réveille jamais, tu m'as volé ma vie dans le sein de notre mère, tu m'as absorbée, engloutie, mais j'ai tenu bon, logée dans ton cerveau. oui dors, jumelle qui m'a doublement trahie, laisse la place à ta jumelle assassinée. ton mal de tête c'était moi qui me réveillais... tes médicaments m'ont tuée... dors à jamais et laisse-moi les commandes de ta vie"

bougie soufflée (et essoufflée par la même occasion)
"D'après une théorie, le jour où quelqu'un découvrira exactement à quoi sert l'Univers et pourquoi
il est là, il disparaîtra sur-le-champ pour se voir remplacé par quelque chose de considérablement plus inexplicable et bizarre. D'après une autre théorie, la chose est déjà arrivée."  Douglas Adams

Hors ligne Kailiana

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 799
  • Lial' | Calamar placide
Re : [Spécial Nuit du MdE!] 100 histoires de fantômes
« Réponse #10 le: 29 juin 2008 à 00:49:47 »
J'entends des bruits de pas qui approchent. Bizarre, je croyais pourtant qu'il faisait déjà nuit ! Je me disais : un jour de gagné ! C'est vers seize heure que j'ai le plus peur, et que j'essaie de me cacher derrière les autres. Un peu difficile, on est vraiment à l'étroit ici. Mais lorsque la nuit est tombée, on n'a normalement plus à s'inquiéter. On peut s'amuser tranquille, pendant que les grands dorment. Lorsqu'il y a de la brioche aussi, nos craintes s'apaisent, les risques sont plus faibles. Mais là ... j'ai un mauvais pressentiment !
Zut, les pas viennent vraiment vers la cuisine. Puis dans l'arrière-cuisine ... ils s'approchent de l'armoire ... argh ! Et cette nuit-là, je suis au-dessus de la pile !
Je sens le paquet qui se soulève ; s'ouvre ; puis une main tâtonnante tente de m'agripper. Non, mais ! Je ne vais pas me laisser faire ! Je m'accroche, m'agrippe de toutes mes forces ... mais non, rien à faire. Je n'ai pas fait assez de muscu, mon coeur est tendre entre ses deux boucliers. Argh, ces falaises blanches redoutées, ce gouffre rouge dont on ne ressort pas ...
*couic*
BONJOUR, dit le Prince-Lu squelette, sa faux en travers de ses boucliers. DESOLE, MAIS JE CROIS QUE C'EST TON DERNIER REPAS.



bougie soufflée
(quand j'ai faim ... ça donne ça !  :mrgreen:)
« Modifié: 29 juin 2008 à 18:54:05 par Kailiana »
Si la réalité dépasse la fiction, c'est parce que la réalité n'est en rien tenue à la vraisemblance.
Mark Twain

La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.
Einstein

Hors ligne Caliban

  • Troubadour
  • Messages: 304
Re : [Spécial Nuit du MdE!] 100 histoires de fantômes
« Réponse #11 le: 29 juin 2008 à 00:52:50 »
sur le conseil d'Ambre' je met ici mon sonnet (inspiré du topic) si ça peut aider...
 :-°
   R.I.Pé

Et s’il me faut rougir alors je rougirais
Mais si vous espérer ici peut être voir
Un cœur mis à nu, une âme et son miroir
Alors ne restez pas, j’irais sans nul regret.

Car je ne dirais rien ou en tout cas pas tout
De cette chose qui manque, que je veux retrouver
Si ce n’est qu’elle est belle, que je la voie partout
Que son ombre s’est comme, dans mes mains, diluée.

Alors vous voyez bien, je ne livrerais rien
Ni de trop personnel, ni trop sentimental
La couleur de ses yeux ne me revient pas bien,
Rien de très personnel, rien de sentimental
Si ce n’est que le monde est une jungle effrayée
Et qu’hier matin un chasseur a tiré.

bougie soufflée


« Modifié: 29 juin 2008 à 01:19:33 par Caliban »
"You said I killed you - haunt me, then! The murdered do haunt their murderers, I believe. I know that ghosts have wandered on earth. Be with me always - take any form - drive me mad! only do not leave me in this abyss, wh
ere I cannot find you!"

Hors ligne Rain

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 632
  • Perdu
    • Page Deviant Art
Re : [Spécial Nuit du MdE!] 100 histoires de fantômes
« Réponse #12 le: 29 juin 2008 à 01:14:52 »
La journée était froide. Le temps était couvert. Il était encore tôt, mais le jour décline plus vit lorsqu'il y a des nuages. Jon était soucieux et pressait le pas. Depuis qu'il avait commencé ces rêves, ses amis disparaissaient. A chaque fois, il rêvait d'un ami différent, et à chaque fois, le concerné disparaissait.

Il parvint chez lui rapidement, et alla se préparer une pleine cafetière de café. Il n'allait plus dormir. Aujourd'hui encore, Néalia était introuvable. C'était la dernière disparu, depuis une semaine. Sa petite amie. Une larme roula sur sa jour tandis qu'il avalait cul sec sa tasse.

Il entendit soudain des chuchotements. De nombreuse voix, qui tentaient d'attirer son attention. Il regarda partout autour de lui, à l'extérieur, dans toute la maison... Mais ne trouva personne. Il était seul. Et les voix devenaient de plus en plus forte. Jon se boucha les oreilles, mais cela ne changeait rien. Tout était dans sa tête. Il essaya de ne plus y prêter attention, mais cela était dur.

"Fuis..."

Le premier mot qu'il comprenait. Et la voix semblait familière.

"... un autre monde..."
"... danger..."

Il n'y comprenait rien. Cette histoire le dépassait. Fuir ? Où, dans un autre monde monde ? Comment devait il faire ? Et quel était ce danger ? Et ces voix... Elles ressemblaient à celles de ses amis disparus.
Puis les voix décrurent, et disparurent.
Malgré le café, Jon parti se coucher. Il ne parvint pas à s'endormir, car il repensait à ces voix.

Un coup de tonnerre le réveilla pourtant. Il était violent. Il ne devait pas être tombé très loin. Il vit de nombreux éclairs par la fenêtre, tandis que la ville semblait ravagée par une tornade. Le ciel était noir comme une nuit sans lune. Et au dessus de sa maison se trouvait... Un trou noir. Il ne trouvait pas d'autre mot. Une sphère gigantesque d'anti-matière, qui attirait jusqu'à la lumière. Le toit de la maison s'envola, et les voix s'éveillèrent à nouveau.

"Fuis... Fuis... Fuis..."

Ses pieds se décolèrent du sol, et il s'envola vers le trou. Il hurla. Il crut un instant voir Néalia. Mais il passa au travers. Alors il ferma les yeux, en attendant la fin.

Et plongea dans les ténèbres.


~ Bougie soufflée ~
« Modifié: 29 juin 2008 à 10:09:40 par Rain »
Perdu

Hors ligne Syane

  • Calligraphe
  • Messages: 143
  • Got an eye on you...
    • Syane's 
blog
Re : [Spécial Nuit du MdE!] 100 histoires de fantômes
« Réponse #13 le: 29 juin 2008 à 01:15:21 »
Je suis le fantôme d'une idée. J'étais dans sa tête, la tête de ce fou des mots, je tournais en boucle dans son esprit, j'étais là, prête à sortir, je le titillais, lui envoyait des images, des mots, des sons même des odeurs... Je lui proposais un monde nouveau, quelque chose de fou, d'encore jamais réalisé, écrit, pensé... J'étais une bonne idée, révolutionnaire et incroyable.

Ce n'est pas pour me vanter mais j'étais une idée lumineuse, unique, de celles que l'on ne rencontre qu'une fois dans sa vie. Je suis née au détour d'une phrase lors d'une conversation. Avant je n'étais pas et ensuite je me construisais, lentement mais sûrement. Je regardais mes soeurs autour de moi, m'inspirait de certaines d'entre elle, mais en faisant mieux. J'étais une surdouée. J'ai pris mon temps, mûri. Je voulais être parfaite avant qu'Il ne me prenne et m'utilise. Je me savais éblouissante, éclatante. J'étais une idée coquette.

Et quand il a commencé à se servir de moi, j'étais tellement fière ! Il était le maître des mots, il avait le talent nécessaire à ma réalisation. Je savais que lui et moi, nous serions exceptionnels. A travers lui j'atteindrais l'immortalité. Lentement les mots commençaient à noircir le papier et je prenais forme. Comme un orfèvre il me ciselait, me donnait des reflets insoupçonnés.

Et quelque chose a dérapé. Une autre idée s'est infiltrée, profitant de Sa distraction passagère. Et plutôt que de la supprimer, Il l'a encouragée et m'a  laissé de côté. Je peux le dire aujourd'hui, Loredan m'a tuée. Je suis le fantôme d'une bonne idée, errant à travers le monde dans l'espoir de me réincarner


bougie soufflée
« Modifié: 30 juin 2008 à 13:31:34 par Syane »
"D'après une théorie, le jour où quelqu'un découvrira exactement à quoi sert l'Univers et pourquoi
il est là, il disparaîtra sur-le-champ pour se voir remplacé par quelque chose de considérablement plus inexplicable et bizarre. D'après une autre théorie, la chose est déjà arrivée."  Douglas Adams

Hors ligne Ambrena

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 2 657
  • Perle de bois-sorcier
    • Mon Tumblr
Re : [Spécial Nuit du MdE!] 100 histoires de fantômes
« Réponse #14 le: 29 juin 2008 à 01:19:33 »
Elle tournait en rond, en donnant des coups de pied rageurs aux objets qui l'entouraient - la pendule y compris.
« Ah, le fumier ! »
Elle était tellement en colère qu'elle ne se rendait même pas compte du fait qu'elle énonçait ses pensées à voix haute.
« Oui, je l’ai tué, et alors ? Ce n’est pas une raison pour me hanter. Il pense que je vais me mettre à paniquer ? A attendre minuit, les yeux rivés à mon horloge et en priant pour le salut de mon âme, menacée par un vilain fantôme ? Eh bien, il rêve ! »
Elle s’assit en tailleur sur le sofa et essaya d’un peu se calmer. Oui, le crime avait été parfait. Elle avait hérité du château, de l’assurance de son défunt époux et de la solitude dont elle avait besoin. Personne ne l’avait soupçonnée. Il y a avait juste un détail auquel elle n’avait pas pensé.
Ledit défunt époux.
Depuis son enterrement, il ne cessait de la persécuter, une fois que les douze coups de minuit avaient retenti. A la culpabiliser, à tenter de lui faire peur… Mais cette fois, cela ne se passerait pas comme les autres nuits ! Elle était prévenue, et l’attendait de pied ferme.
L’heure sonna. D’un coup, la femme se leva. L’esprit se réveilla…
Et la vieille horloge, déjà vacillante, perdit son équilibre et écrasa la veuve.

Bougie soufflée.
"J’ai soudain la sensation limpide d’avoir gaspillé ma jeunesse… L’avoir vue s’échapper de mes mains comme l’anguille effrayée et m’appeler à présent sur le lierre du tombeau, où patiente depuis toujours le chant des enfants, les raisins volés…"

Roi Loth, Kaamelott, Livre V

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.19 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.025 secondes avec 23 requêtes.