Le Monde de L'Écriture

Coin écriture => Poésie => Discussion démarrée par: HELLIAN le 01 septembre 2017 à 11:40:26

Titre: Frisson d'automne
Posté par: HELLIAN le 01 septembre 2017 à 11:40:26
S’effilochent les jours d’un été qui s’enroue.
Comme un oiseau le ciel dans les flaques s’ébroue
Et sous le vent sournois la surface frissonne
Du lac  énigmatique où se pose l’automne.

Ce soir,  incognito la lune esquissera
Deux ou trois pas de danse en robe d’apparat
Et châle de nuage au bal des flots dormants
Où s’enlise le rêve et meurent les amants.
                                                         
Ma belle a vu filer un vol d’oiseaux sauvages,
Cou tendu vers le sud et plus près de son âge.
Moi dont l’aile a faibli sous les frimas du nord,

Je l’ai vue s'élever et partir avec eux.
Ramige déployée, ils ont crevé les cieux,
Tout baignés de soleil comme des flèches d’or.

Titre: Re : Frisson d'automne
Posté par: elodie janssens le 01 septembre 2017 à 12:25:46
 :o  ::)  :coeur: :coeur: :coeur:

Que c'est beau
Titre: Re : Frisson d'automne
Posté par: LeMargoulin le 01 septembre 2017 à 12:40:35
Le titre est "frisson d'automne", mais cet automne, celui de ton poème, m'apaise. À te lire, je me sens bien, calme, mes nombreuses pensées ont cessé de se battre, tu m'offre une belle trêve automnale.
Se dégage de ce texte une ambiance brumeuse, onirique, délicieusement humide.
La deuxième strophe est ma préférée.
Bref, bravo !
Titre: Re : Frisson d'automne
Posté par: HELLIAN le 02 septembre 2017 à 14:36:36
Je vous remercie de vos commentaires élogieux qui me vont droit au cœur.

Le Margoulin,cet effet d'apaisement dont tu parles n'est pas sans m'étonner.  Mais il est vrai que la dynamique du texte, du manque à la plénitude, peut contribuer à ce sentiment. En tout cas, je suis spécialement sensible à ta lecture.

Élodie, je me ferai volontiers un collier de tes émoticônes. Non, non, l'alexandrin que tu cites ne me sembles pas boiteux… à moins que je n'aie pas bien compris ton interrogation
Titre: Re : Frisson d'automne
Posté par: kokox le 02 septembre 2017 à 22:25:24
J'en frissonne ! :)
Titre: Re : Re : Frisson d'automne
Posté par: elodie janssens le 03 septembre 2017 à 11:31:43
Non, non, l'alexandrin que tu cites ne me sembles pas boiteux… à moins que je n'aie pas bien compris ton interrogation

Bon je compte les vers comme ma fille compte 1,2,4 donc ce n'est sûrement rien. Mais il me semble
Du/lac/é/nig/ma/ti/ que où/s'an/non/ce/l'au/tomne
Vu que énigmatique se termine par un e, on compte la syllabe avec le où.
.../tique/où/... c'est un comptage de syllabe normal, pas de poésie
????
Titre: Re : Frisson d'automne
Posté par: HELLIAN le 03 septembre 2017 à 12:28:32
«… Du lac énigmatique où s'annonce l'automne »

Nous avons un premier hémistiche : « du lac énigmatique… » qui comporte six syllabes, sachant que la terminaison du mot « énigmatique » est muette puisque c'est une diphtongue qui lui fait suite pour commencer le second hémistiche.

« Où s'annonce automne » comporte six syllabes, comme il se doit.

La césure se situe donc entre « énigmatique » et « ».

Peut-être évoquez vous le fait que le premier hémistiche ne se clôture pas par une consonne ? Quoiqu'il en soit, en poésie classique, comme vous le savez, la syllabe en "e » ( que, le, te, ge, etc.) compte pour « du beurre » lorsqu'elle est suivie dans le second hémistiche, ou même d'ailleurs n'importe où dans levers, par une diphtongue ou une voyelle.

Bien à vous,

HELLIAN

Titre: Re : Frisson d'automne
Posté par: elodie janssens le 03 septembre 2017 à 12:37:53
Ah ben au moins j'ai appris quelque chose !
Titre: Re : Frisson d'automne
Posté par: James Px. le 03 septembre 2017 à 15:17:16
un ,, se balade sur le denier vers
je préfère de loin le vers libre pour x raisons
une histoire de sincérité
mais le sonnet (Sous toutes ses déclinaisons) est le seul classique où j'arrive parfois à prendre mon pied

a+
Titre: Re : Frisson d'automne
Posté par: HELLIAN le 03 septembre 2017 à 16:29:24
J'ai beau scruter chaque alexandrin à la loupe, je ne vois pas qu'il manque un pied ! Je me demande donc si vous avez bien pris le vôtre, James Px. …

Cordialement,

HELLIAN
Titre: Re : Re : Frisson d'automne
Posté par: James Px. le 03 septembre 2017 à 17:04:12
J'ai beau scruter chaque alexandrin à la loupe, je ne vois pas qu'il manque un pied ! Je me demande donc si vous avez bien pris le vôtre, James Px. …

Cordialement,

HELLIAN

Je n'ai jamais dit qu'il manquait un pied dans votre sonnet
Je dis juste que le sonnet est le seul poème à forme fixe que j'aime...
Donc dans lequel je prends mon pied (Plaisir)...
Titre: Re : Frisson d'automne
Posté par: HELLIAN le 03 septembre 2017 à 17:34:15
Je n'ai jamais dit que vous avez dit… etc. etc.

C'était juste une boutade. je m'essplique :

                         si
Vous prenez votre pied
En lisant un sonnet,
Qu'en comptant ceux du mien,
Il ne me manque rien;
C'est donc qu'en le lisant,
Vous n'en prîtes pas tant.


Voilà, voilà...
Titre: Re : Frisson d'automne
Posté par: gage le 03 septembre 2017 à 18:49:12
Oh...mon Dieu...

Si seulement vous pouviez vous douter des risques que vous prenez en badinant comme ceci, innocemment...

Ne savez-vous donc pas, pauvres béotiens (et je suis étonné que des foudres ne vous aient pas encore terrassés tous deux) qu'il vous est INTERDIT ici de parler de "pieds" en poésie française !!!

Misérables fous !  :ned:

Il faut parler de syllabes, et uniquement de syllabes, petits hérétiques !

Croyez-moi, il en va de votre paix ici, parmi ces lignes, strophes et paragraphes !



 ;)
Titre: Re : Frisson d'automne
Posté par: HELLIAN le 03 septembre 2017 à 20:09:00
Oui,  je sais, bien sûr que la poésie classique est devenue cul de jatte de puis quelques années. amputée de ses pied elle ne sait plus que ramper de cas arides en syllabes. Mais moi, que voulez-vous j'aime les pieds et leur odeur . j’imagine mes poèmes comme des mille-pattes, des scolopendre courant dans les oreilles pour aller piétiner sur des rythmes de jazz , de samba ou même de valse, les tympans de mes lecteurs, gravissant les escaliers de leur méandreux méningées  de leur exquis petit petons alexandrissimes. Mes vers ont des pieds, n'en déplaise aux Robes es-Pierre de la poésie et c'est pour cela qu'ils tiennent debout et qu'ils marchent  ! la syllabe est triste et n'a pas d'âme, pas de dynamisme. le pied es tonique, il trotte, il galoper et  danse. Et quand il est las de caracoler, il devient pied à terre et se fait  taquin en vous montant au tarin pour jouer les pieds de nez...
Titre: Re : Frisson d'automne
Posté par: Donald Ghautier le 03 septembre 2017 à 20:28:21
Salut Hellian,

D'abord, je suis d'accord avec toi sur la métrique de tes alexandrins, ils sont tous corrects.
Ensuite, je voulais te signaler deux virgules malencontreuses dans l"avant-dernier vers:
"Ramiges déployées, ,, ils ont crevé les cieux,"

Enfin, je tiens à te féliciter pour la fluidité de ce poème, fort bien composé, avec son champ lexical au top, ses images agréables. On sent un réel travail dans cette composition.

Bravo

 :mafio:

Donaldo
Titre: Re : Frisson d'automne
Posté par: gage le 03 septembre 2017 à 20:33:48
Je vous aurai au moins prévenus, que vous risquez vindicte et flétrissure !!

Même si elles ne viendront pas de moi, soyez-en assurés !

Qu'importe le nom que l'on donne aux groupes de lettres, si la poésie est belle, sonore la rime, doux le propos.
Titre: Re : Frisson d'automne
Posté par: pehache le 11 septembre 2017 à 21:17:13
Très beau, avec la suavité léonine et classique de votre patte.
Titre: Re : Frisson d'automne
Posté par: Tigrani le 16 septembre 2017 à 22:12:11
Quelle douceur ! Raffinement des images, musicalité des vers ... Oui, joli poème.
Titre: Re : Frisson d'automne
Posté par: HELLIAN le 17 septembre 2017 à 10:12:21
Un grand merci à l'attention des commentateurs bienveillants de ce poème dont ils auront compris qu'il évoque métaphoriquement la fin d'un amour.
Titre: Re : Frisson d'automne
Posté par: Aude le 18 septembre 2017 à 15:52:05
Bonjour HELLIAN

J'ai particulièrement aimé le second quatrain de votre sonnet. Et dans les vers 3 et 4 l'allitération en s.
Titre: Re : Frisson d'automne
Posté par: Soulyne le 23 septembre 2017 à 12:29:53
J'ai trouvé ce poème superbe de bout en bout.

Les deux premiers vers sont particulièrement beaux
"S’effilochent les jours d’un été qui s’enroue.
Comme un oiseau le ciel dans les flaques s’ébroue"

J'aime beaucoup la tournure syntaxique du second vers.

Les vers conclusifs de chaque quatrain et verset sont particulièrement bien trouvés.

J'ai aussi beaucoup aimé l'allitération en -v du vers suivant : "Ma belle a vu filer un vol d’oiseaux sauvages,"

Les images sont magnifiques et l'ensemble doux, léger, vraiment très poétique.

Je m'interroge seulement sur deux points :

1. Vous semblez affectionner le style de versification classique. Pourquoi alors ne pas élider le -e muet dans " Moi dont l’aile est usée par les frimas du nord,"

2. De plus selon les règles de versification classique également, vous ne pouvez utiliser le féminin pluriel "déployées" en milieu de vers. Pourquoi n'avoir pas choisi de le mettre à la rime quitte à opérer quelques transformations d'usage ?
Titre: Re : Frisson d'automne
Posté par: HELLIAN le 23 septembre 2017 à 21:13:14
Vous avez,Soulyne totalement raison et je tiens à vous remercier de vos remarques qui m'ont permis de mettre ce poème en conformité avec les contraintes de la métrique classique.

Je tiens également à vous remercier de votre commentaire louangeur qui, me faut-il le reconnaître, m'a fait grand plaisir. Il est vrai que j'aime à composer sous la forme classique, mais je m'abandonne aussi au vert libre (voir à proximité « nous partirons à Saint-Malo »), tout en observant que l'exercice imposé   est particulièrement salutaire à la composition libérée.

Encore une fois, tous mes remerciements,  car je préfère désormais la dynamique du dernier tercets.

Bien cordialement vôtre
Titre: Re : Frisson d'automne
Posté par: Fried le 24 septembre 2017 à 21:01:50
J'ai aimé ce tableau que tu proposes,
Ce paysage qui nous amène au départ des oies sauvages et malheureusement de la belle.
C'est joliment dit.
Titre: Re : Frisson d'automne
Posté par: HELLIAN le 19 avril 2020 à 19:49:09
Mon cher Fried, , je  m'aperçois  tardivement il est vrai, avoir omis de te remercier pour ce commentaire  C'est donc pour ça que tu me boudes... Eh bien tu as raison, je suis ingrat. Je te remercie donc chaleureusement de me donner ainsi l'occasion de remonter ce poème au romantisme éculé et qui sent son violon.
Titre: Re : Frisson d'automne
Posté par: Cyr le 20 avril 2020 à 12:43:42
"Comme un oiseau du ciel dans les flaques de boue"
J'ai préféré "de boue" plus familier et les sonorités "de", "be".

"Du lac sympathique où se pose l’automne."
J'ai trouvé le mot énigmatique un peu dur à prononcer alors j'ai essayé dans mettre un autre.

"Ce soir en grand roulement, la Lune montera"
J'ai eu du mal avec cette strophe, l'image d'une Lune qui danse. Je vois la Lune comme un astre dont la lumière peut se déformer dans l'eau.

« Ma belle a vu filer un vol d’oiseaux sauvages, »
Je ne sais pas si c’est possible de faire quelque chose avec les « oies » pour éviter la répétition et que se soit plus facile à prononcer.

Enfin je ne sais pas si tu trouveras une utilité à mes propos.  :-[

J’ai aimé l’ambiance de ton poème et trouvé ces deux vers particulièrement beaux :
« Cou tendu vers le sud et plus près de son âge.
Tout baignés de soleil comme des flèches d’or. » (J'adore)
Ainsi que cette image qui glisse aussi à l'oreille : « Et châle de nuage au bal des flots »

Au plaisir de te lire encore,
Titre: Re : Frisson d'automne
Posté par: Eveil le 21 avril 2020 à 19:46:08
j'imagine un vieux monsieur dont la jeune amante s'en va avec un amant plus jeune, à cause de ces vers :
"Cou tendu vers le sud et plus près de son âge.    :ned:
Moi dont l’aile a faibli sous les frimas du nord,"     :ned:

je ne suis pas sonnet dans l'âme mais celui-ci est charmant.
Titre: Re : Frisson d'automne
Posté par: Botrac de Saint-Estimini le 23 avril 2020 à 22:04:10
Bonjour Hellian, poème magnifique.


Deux ou trois petites choses cependant :

. Strophe 2, premier vers : " ... La lune esquissera ..." : un peu lourd, manque de « musicalité » : répétition de la sonorité  ssssk.. sss   pas très beau.  ::)

. Toujours dans cette 2ème strophe : Les vers 3 et 4 ne sont pas très clairs. Manque un point virgule ou une césure dans la phrase ? C’est une seule phrase pour toute la strophe ? On ne comprend pas bien cette strophe, elle ne coule pas limpide comme le reste.

. Dernière strophe, dernière expression : "... flèche d’or... " : Hum... n’y a-t-il pas mieux... ?


Cyr, je n'y comprends rien à vos commentaires. Eveil non plus. Vous avez attrapé froid ???


Merci Hellian pour ce très beau poème qui a une "imagerie" forte et pleine de lyrisme.


Titre: Re : Frisson d'automne
Posté par: HELLIAN le 30 septembre 2020 à 20:56:16
Cher  Eveil,

Je m'aperçois n'avoir  pas répondu à ton post. C'est donc bien un privilège que d'avoir pu susciter ton intérêt sur un texte classique. En outre, cela me donne l'occasion de ressusciter en ce début d'automne ce poème de septembre qui fut d'ailleurs ma première publication sur ce site.

Bien amicalement

Titre: Re : Frisson d'automne
Posté par: Obofix le 01 octobre 2020 à 16:22:28
Salut Hellian
L'automne est un des plus robustes marronniers de la poésie
Il importe donc de soigner particulièrement la forme pour sortir du lot
le contrat est honoré haut la main.

Les vers 7, 8 et 11 sont de toute beauté
Mais pas qu'eux  ;)

Seul le second hémistiche du 10 rompt un instant le charme (on ne voit pas trop le rapport entre l'âge de la dame et celui des oies)
Titre: Re : Frisson d'automne
Posté par: HELLIAN le 02 octobre 2020 à 13:02:25
Ah oui, les oies ?

Métaphore, mon cher métaphore ! Les oies qui passent là-haut dans le ciel, ce sont les jouvenceaux au zénith de leur vie, car elle-même est une jouvencelle

Ma belle a vu filer un vol d’oiseaux sauvages,
Cou tendu vers le sud et plus près de son âge.


« cou tendu vers le sud»

Le sud ? Saint-Tropez,, Ibiza et tutti quanti, enfin, la fête quoi, La jeunesse, la peau nue…

Or, La petite était manifestement mal assortie avec un vieux de notre  âge… tu vois le bazar. Alors, évidemment, elle par avec Les oies.

Est-ce plus clair ?
Titre: Re : Frisson d'automne
Posté par: Eivor le 02 octobre 2020 à 13:18:12
Bonjour Hellian,

Ça coule tout seul, et c'est fondant et sucré comme le miel. J'ai la saveur en bouche.
Merci.
Titre: Re : Frisson d'automne
Posté par: Obofix le 02 octobre 2020 à 13:46:30
C'est ce que je craignais
Du coup ton image d'homme vertueux en prend un sacré coup  :)
Titre: Re : Frisson d'automne
Posté par: DeB 54 le 02 octobre 2020 à 19:55:38
suffisamment détaillé pour voir ce que tu veux nous faire voir, mais suffisamment vague pour nous garder une part d'imagination
romantique et délicat
j'aime beaucoup
Titre: Re : Frisson d'automne
Posté par: HELLIAN le 03 octobre 2020 à 10:51:31
Eivor

je rougis de confusion sous tes louanges, déchiré entre fausse modestie et suffisance du genre. « Mais non, ce texte est le fruit du hasard » ou bien « ouais, je crois que j'ai pondu un truc pas mal »

O'Bofix

Tu le sais mieux que quiconque, qui met le pied dans les ruelles de la poésie renonce à toute vertu.


DeB 54

Le poète est comme une jeune fille qui montre ce qu'elle veut mais cache l'essentiel.
Titre: Re : Frisson d'automne
Posté par: Cyr le 03 octobre 2020 à 11:22:17
J'ai eu beaucoup de plaisir à la lecture.
Les vers ont été fluides, les images sont agréablement évocatrices de l'automne et le sujet est sensible et tout imprégné de poésie.

Pour tout dire, c'est un poème que j'aurais aimé garder dans un recueil.

Au plaisir de te lire encore,
Titre: Re : Frisson d'automne
Posté par: HELLIAN le 11 octobre 2020 à 18:45:08
Cyr,

J'ai omis de te remercier pour ton passage et les compliments dont il me gratifiait.
Jean mesure le prix connaissant ton exigence littéraire.

Bien cordialement à toi.
Titre: Re : Frisson d'automne
Posté par: Alice.M le 12 octobre 2020 à 09:05:50
Qu'ajouter de nouveau à tout ce qui a été écrit dans les commentaires précédents ?
Rien de plus, si ce n'est que j'ai trouvé le poème très beau.
Titre: Re : Frisson d'automne
Posté par: Claudius le 13 octobre 2020 à 21:16:04


Merci pour celui qui a remonté ce message, et merci à toi Hellian pour ce sonnet fort bien réussi. Je l'avais raté en son temps !

Les images qu'il dévoile sont musicales et poétiques à souhait ! Et cet envol en fin d'écrit bien joliment trouvé.

Je n'aurais qu'une seule remarque, cous au pluriel ? Certes ces oies n'ont qu'un cou chacune, mais elles sont plusieurs... à voir, je ne sais trop en fait.

Sinon, je me suis régalée, une poésie comme je les aime, douce, fluide, goûteuse et qui raconte une vraie histoire avec des mots simples.

Amitié
Titre: Re : Frisson d'automne
Posté par: HELLIAN le 15 octobre 2020 à 13:56:55
J'ai quelques scrupules à remonter ce fil une nouvelle fois, mais j'en aurais plus encore à ne pas remercier mes adorables lectrices

« Cou tendu »… oui, cela peut se discuter. Au cas présent, le singulier me paraît plus adapté. On aurait pu dire « le cou tendu » plus facilement que « les cou tendus ». D'ailleurs la même interrogation peut valoir pour «ramige déployée » au dernier tercet