Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

27 janvier 2023 à 08:17:43
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Encore plus loin dans l'écriture ! » L'Aire de jeux » Blind Texte » 18e édition » B6 - Le miroir du masque [BT Carnaval]

Auteur Sujet: B6 - Le miroir du masque [BT Carnaval]  (Lu 432 fois)

Hors ligne GameMaster

  • Scribe
  • Messages: 81
B6 - Le miroir du masque [BT Carnaval]
« le: 01 mars 2022 à 17:52:56 »
La foule affluait de part et d'autre. Un amas grouillant qui évoluait entre les rues de la ville au rythme des timbales. On ne ressentait ni le froid, ni le vent tant l'espace entre les gens était réduit. Les éclats de rires, les pleurs des nourrissons et les messes-basses échangées aux voisins faisaient bourdonner nos oreilles. À l'occasion du Carnaval, de nombreux artistes de rue affluaient du monde entier pour se produire. Un attroupement a attiré notre attention. Ils encerclaient une abeille qui effectuait d'impressionnants saltos. L'acrobate récupéra son chapeau débordant de pièces, et se retira pour présenter une enfant aux airs innocents. Des azurites semblaient être incrustées à la place de ses yeux, tant leur bleu nous fascinait. Elle saisit un micro et entama d'une voix cristalline :

« Am I a good man?
Am I a fool, am I a fool?
Am I weak?
Somebody tell me
Or am I just playing it cool »

L'air des Band of Horse faisait trembler les pavés et nous secouâmes profondément. Les gens étaient masqués, groupés et se sentaient puissants. Alors qu'elle venait de terminer les dernières notes de sa fabuleuse mélodie, nous bifurquâmes vers une nouvelle partie de la fourmilière. Une odeur d'épices et de plantes flottait dans l'air et un feu d'artifice de couleur brouilla notre vue. Une énorme boule de feu jaillit du sol pour se diviser en milliers de traces colorées qui ruisselaient vers la terre comme si elle avait été passée à la passoire.

Du rouge, du violet, du jaune, du vert, du rose. Nos yeux paraissaient ne plus pouvoir supporter cet envoûtant et dangereux spectacle. Ne pas apprendre à se faire charmer revenait à se déshabiller. Nous fûmes alors nus, exposés et vulnérables. Nous semblions minuscules face à la réalité et cette prise de conscience fît hérisser nos poils.

La poussière qui s'élevait dans l'atmosphère fit tousser nos bronches, les coups de coude que balançaient hasardeusement les passants nous coupaient la respiration et la progression devenait lente et pénible. Des voix se démarquaient des autres par leur haine, un conflit venait d'éclater. Des insultes fusèrent et les gens se lancèrent des objets. La capitale ressemblait à une scène de ménage géante.

Les lumières se firent moins vivent, les couleurs moins belles, les sons moins agréables et l'odeur nauséabonde. Avions-nous changé de lieu ? Les gens étaient toujours les mêmes et les façades ne furent pas plus différentes qu'il y a quelques minutes. Étions-nous passé dans une autre dimension ?

Nos pieds baignaient dans un étrange liquide, visqueux, rouge, du sang ? Non, une mare de sang, une rivière, une mer, un océan. Le niveau montait lentement, engloutissait nos chaussures, nos chevilles, nos cuisses et puis nos âmes. Nos visages se tordaient de frayeur et n'avaient plus rien d'humain. Nos bouches se grandissaient, nos nez se tordaient et enfin les bips de la machine, nous parvînmes.

Les infirmières entrent dans la pièce puis tirent les rideaux avant de se rendre au chevet du pauvre jeune homme. Son crâne est enfoncé sur un côté, sa lèvre inférieure fendue et son œil tuméfié. La nuit dernière, il s'est enfui de la prison voisine et s'est aventuré le long des avenues pour la fête de ce soir. Alors qu'il était planté là, seul dans une ruelle complètement vide, le fou aurait poignardé une blonde aux magnifique regard azur avant d'être à son tour tabassé par un groupe d'homme qui passait par là.  Il tenait des propos très incohérents et parlait de lui à la troisième personne du pluriel. Nous avons d'abord pensé à une crise de schizophrénie, mais il semblerait qu'il n'en soit rien. Il dit être possédé par deux autres entités démoniaques.

« Quel âge avait la victime ? » demande sa collègue. Elle lui répond que c'était une petite fille qui avait toute la vie devant elle.
« Modifié: 02 mars 2022 à 10:58:24 par GameMaster »
"Tout dépend du hasard, et la vie est un jeu."

-Jean de Rotrou-

Hors ligne GameMaster

  • Scribe
  • Messages: 81
Re : B6 - Le miroir du masque [BT Carnaval]
« Réponse #1 le: 02 mars 2022 à 11:14:34 »
Merci pour ta participation énigmatique auteur !
"Tout dépend du hasard, et la vie est un jeu."

-Jean de Rotrou-

Hors ligne Deofresh

  • Calliopéen
  • Messages: 420
Re : B6 - Le miroir du masque [BT Carnaval]
« Réponse #2 le: 02 mars 2022 à 18:38:34 »
Salut Gamey,

Merci pour ton texte ! Quelle chute, j'avoue que je ne m'y attendais pas. J'ai passé un agréable moment de lecture, même si j'ai trouvé certains passages un peu alambiqués. J'ai aussi ressenti un certain manque de polissage sur la fin, comme si tu avais manqué de temps. Je pense qu'un peu de simplification et de lissage rendrait ce texte encore meilleur.

Trêve de bavardages, voici mes commentaires de détail :

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.


À bientôt, l'inconnu.e  :mafio:
En ce moment, je travaille sur ça : Les cinq masques

Hors ligne Cendres

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 163
Re : B6 - Le miroir du masque [BT Carnaval]
« Réponse #3 le: 02 mars 2022 à 18:48:11 »
Merci pour ton texte

Je le trouve étrange. Ca commence normalement et ca fini par un drame. J'aurais préfère qu'il tue une autre personne.
C'est un carnaval sanglant.

Hors ligne derrierelemiroir

  • Calame Supersonique
  • Messages: 2 026
  • orque magnifique et ténébreuse
Re : B6 - Le miroir du masque [BT Carnaval]
« Réponse #4 le: 04 mars 2022 à 10:51:46 »
Bonjour Gamie :-)

Citer
L'air des Band of Horse faisait trembler les pavés et nous secouâmes profondément
et nous secoua?

Citer
Nos yeux paraissaient ne plus pouvoir supporter cet envoûtant et dangereux spectacle
je trouve cette déclaration étrange. Soit les yeux ne peuvent plus supporter le spectacle, soit ils le peuvent, non ? Je trouve étrange l'hésitation introduite par le verbe paraitre.

Citer
et enfin les bips de la machine, nous parvînmes
nous parvinrent?

Citer
Nous avons d'abord pensé à une crise de schizophrénie
qui est ce "nous"?

Citer
Il dit être possédé par deux autres entités démoniaques.
je ne comprends pas d'où provient cette conclusion étrange.

Merci pour ce texte intriguant. A part quelques détails, je le trouve bien écrit dans l'ensemble, plutot prenant, et la chute bien amenée, meme si je n'ai pas tout compris (genre les entités démoniaques m'ont paru étranges et je n'ai pas compris qui narrait).
"[...] alors le seul fait d'être au monde
  remplissait l'horizon jusqu'aux bords"
  Nicolas Bouvier

Hors ligne Claudius

  • Modo
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 9 756
  • Miss green Mamie grenouille
Re : B6 - Le miroir du masque [BT Carnaval]
« Réponse #5 le: 04 mars 2022 à 12:03:11 »

Hello, toi que je ne connais pas pour l'instant :)

Citer
La foule affluait de part et d'autre.
De part et d'autre de quoi ? Je verrais plutôt de toutes parts ou toute part.

Citer
Les éclats de rires, les pleurs des nourrissons et les messes-basses échangées aux voisins faisaient bourdonner nos oreilles.

échangées avec les voisins (avec est aller-retour -  au n'appelle pas de retour : donc si on échange c'est qu'il y a va- et-vient)

Citer
À l'occasion du Carnaval, de nombreux artistes de rue affluaient du monde entier pour se produire. Un attroupement a attiré notre attention.

avait attiré pour rester dans la concordance de temps

Citer
L'air des Band of Horse faisait trembler les pavés et nous secouâmes profondément.
secoua (l'air).

Citer
Nos bouches se grandissaient, nos nez se tordaient et enfin les bips de la machine, nous parvînmes.
parvinrent.



Citer
Alors qu'il était planté là, seul dans une ruelle complètement vide, le fou aurait poignardé une blonde aux magnifique regard azur avant d'être à son tour tabassé par un groupe d'homme qui passait par là.
hommes


C'est assez prenant comme texte, une fête qui se transforme en bagarre et une fin inattendue. Entre le passage au passé et celui au présent, tu pourrais mettre une séparation pour que ce soit plus clair.

Je trouve la fin un peu trop rapide, quand on lit l'extrait où le sang envahit la rue, on se demande où cela mène. La suite n'est pas pour moi une explication suffisante.

Nota : j'ai corrigé sans lire les commentaires précédents donc il y aura sûrement des redites.

Sinon, la lecture est fluide et on suit bien l'action, tout au moins au début.
« Modifié: 04 mars 2022 à 12:25:16 par Claudius »
Usage de la fenêtre : inviter la beauté à entrer et laisser l'inspiration sortir. Sylvain Tesson

Ma page perso si vous êtes curieux

Hors ligne Alan Tréard

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 7 031
  • Optimiste, je vais chaud devant.
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : B6 - Le miroir du masque [BT Carnaval]
« Réponse #6 le: 06 mars 2022 à 18:44:22 »
Bonjour à toi bel.le inconnu.e,


Je profite de mon dimanche pour découvrir ce texte vivace comme une plante bien enracinée,  je l'ai trouvé suffisamment dynamique pour me dire que ça aurait tout à fait pu être moi qui l'ai écrit. :huhu:

L'action s'y déroule comme dans un rêve : chaque image renvoie vers un imprévisible après telle une poupée russe qu'on décortiquerait comme une orange ; les descriptions des événements peuvent faire peur, troubler ou amuser ; les sens se mélangent aux émotions dans un narratif énergique.

J'ai bien aimé le fait que tu nous entraînes dans ce cauchemar à toute vitesse, cela stimule l'imagination et accompagne la lecture avec des idées nouvelles. Ce n'est pas qu'un simple carnaval, c'est un monde à part entière, un univers hors du temps.

Si je devais citer un passage pour proposer des améliorations, ce serait celui-ci :

Citer
Du rouge, du violet, du jaune, du vert, du rose. Nos yeux paraissaient ne plus pouvoir [...] hérisser nos poils.

Je trouve qu'il y a une confusion entre la dimension onirique du fantasme et le mélange de mots métaphoriques implicites. C'est un peu justifié vers la fin (le rêveur serait aussi un criminel et un dangereux fou furieux qui plus est, donc on comprend qu'il mélange un peu les choses...), pourtant il me semble que ç'aurait été plus simple que ce passage nous plonge progressivement dans le rêve, peu à peu, lentement, plutôt que de flirter immédiatement avec la déraison et l'irrationnel total.

Pour cela, je trouve que tu pourrais renforcer le vocabulaire de la perception, du sentiment, de l'impression. Mettre plus d'émotion dans ce passage-ci aurait sûrement permis de concentrer la lecture sur quelque chose de bien singulier.


Eh ! bien voilà pour mon commentaire. Je ne me souviens plus de si c'est moi qui ai écrit ce texte ou non, à la base, donc je vais faire semblant que c'est un secret. ^^

Au plaisir de connaître ta réponse, à tout bientôt. :)
Mon carnet de bord avec un projet de fantasy.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.19 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.019 secondes avec 20 requêtes.