Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

27 janvier 2023 à 09:42:24
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Encore plus loin dans l'écriture ! » L'Aire de jeux » Blind Texte » 18e édition » B4 - La Fête au Croc-du-Moulin [BT Carnaval]

Auteur Sujet: B4 - La Fête au Croc-du-Moulin [BT Carnaval]  (Lu 409 fois)

Hors ligne Alan Tréard

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 7 031
  • Optimiste, je vais chaud devant.
    • Alan Tréard, c'est moi !
B4 - La Fête au Croc-du-Moulin [BT Carnaval]
« le: 01 mars 2022 à 17:40:05 »
La Fête au Croc-du-Moulin


Agathe avait voulu que je la retrouve au bourg de mon enfance pour l'accompagner au carnaval. La procession s'y déroulait en milieu d'année, avant la mi-juillet, et se prolongeait le temps du week-end. Je l'attendais devant les bureaux postaux en m’accommodant des pétarades communales.

« Jean-Pierre, je suis là ! » m'interpela-t-elle par dessus le fracas des festivités.

Les environs ne comptaient pas tant d'habitants, mais il fallait pourtant plisser les yeux, s'aiguiser le regard pour entr'apercevoir quelqu'un parmi la foule. Après une brève analyse de la situation, je l'identifiai enfin derrière un rassemblement de jeunes – une sortie scolaire peut-être ? – qui barrait la route de sa longue queue leu leu.

« Jean-Pierre, passe donc par la gauche, nous pouvons... » s'exclama-t-elle d'une voix criarde, tentant de survoler par les aigus les aboiements d'un chien qui l'avait prise en grippe !

Je fus terriblement surpris de découvrir qu'Agathe revêtait une tunique orientale, conciliant maladroitement le cuir noir et la soie blanche de la garde arabique avec le voile beige d'une indienne coquette. Pourtant je ne dis pas qu'une telle apparence était ridicule, simplement que rien ne m'avait préparé à une telle tenue, moi qui n'abordais ce carnaval estival qu'en costume sobre et mine désintéressée depuis toujours. Il me revint donc personnellement de prendre le soin de contourner la cohorte comme pour m'excuser de n'avoir pas pris la mesure de son invitation en la saluant avec une pointe de honte feinte à l'extrême.

« Quelle dégaine ! » m'exclamai-je, approchant, faussement offusqué.

Agathe ne me répondit que par un rire amusé, s'empara de mon bras d'un geste vif et me mena jusqu'aux barrières où s'amassaient les badauds. Très vite, la locomotive du cortège entra en scène, or nous ne disposâmes que d'assez peu de temps pour dialoguer.

« Jean-Pierre, dis-moi... commença-t-elle. Qui sont ces hommes masqués ?
─ Ce sont les gardiens du temps, ils transforment les aînés en nourrissons, » lui évoquai-je en montrant du doigt trois silhouettes hirsutes passant au milieu de la rue du Fer à Cheval.

Dans le bourg du Croc-du-Moulin, une fois par an, les âges s'inversaient le temps d'une parade joyeuse.

De mémoire, je crois me souvenir qu'on m'avait expliqué que ces gardiens du temps étaient apparus sous le clocher place de Vendémiaire à minuit un jour de printemps. Ils avaient distribué quelques étrennes aux plus jeunes et métamorphosé une vieille dame en fillette. Depuis la populace (principalement constituée d'artisans, d'ouvriers et de notables locaux) célébrait ce moment de l'année par un micro-défilé à l'image de l'effervescence générationnelle.

Certains se contentaient de ce vulgaire manège pour s'émerveiller naïvement !

Les masques des gardiens du temps possédaient diverses formes mystérieuses. Ils étaient composés de papier mâché, de cordelettes de lin bariolé sur les bords, de paillettes argentées sur le front. L'un avait un nez tombant sur la bouche, l'autre de larges narines et le dernier une touffe de plumes d'oie collée à la cire entre les sourcils. La plupart des enfants les acclamait car ces trois-là distribuaient des bonbons à qui mieux mieux. Enfin ! Je dis : « la plupart », car, moi, ils m’ennuyaient fermement, d'aussi loin que je m'en souvienne...

« Oh ! Les mignons pourceaux, affirma Agathe
─ Pourceaux ?
─ Oui, je parle de la voiture, » m'expliqua-t-elle.

Deux chevaux de trait, de race bretonne, nouvellement ferrés pour l'occasion, tractaient la charrette dont se composait l'essentiel de la parade. Y était installée une famille nouvellement établie au Croc-du-Moulin : deux gamins se trouvaient à l'avant. En fait, il y avait un garçon avec un chapeau haut-de-forme qui faisait mine de conduire la voiture tel un cocher, et une fillette à ses côtés, debout sur son siège, qui saluait la foule avec malice et éventail asiatique (en vérité, du papier crépon dessiné à l'encre de Chine). Leurs deux parents étaient à l'arrière, tels passagers habillés en pyjamas, un nœud de rubans jaunes sur la tête, un air niais à fendre les cœurs.

Vous l'aurez compris, c'était un discret machiniste qui se trouvait au-devant des bêtes, tenant les rênes qu'il tirait patiemment à travers la foule.

Nous rîmes Agathe et moi de découvrir ces rôles inversés dans une rigolade généralisée. Je me rappelle encore avoir profité de ce moment d'insouciance pour me demander pourquoi elle m'avait fait venir ici. Son maquillage était composé d'un fard blanchâtre et d'une ligne bleu ardoise au coin des yeux. Je commençai à oublier son habituel uniforme d'étudiante dans lequel elle se présentait l'an passé. Elle arborait une ardeur de vivre incroyable et gagnait en aisance à une vitesse folle.

Tout à coup, Agathe trouva de l'intérêt pour l'un des wagons du défilé qui comportait de jeunes adultes à pied, habillés des costumes d'arlequin dans lesquels on les avait flanqués.

« Ce sont les prétendants, » indiquai-je poliment, anticipant sa demande.

C'étaient ceux qui entraient dans le monde des premières responsabilités. Ils participaient au cortège en saluant les curieux. Certains s'étaient mis une perruque ou un chapeau de corsaire pour amuser la galerie. D'autres encore portaient des étoffes élégantes, trois pièces ou robes de soirée. La tradition voulait qu'on en choisît un pour remporter la médaille de la réussite, et que celui-ci allait être voué à de brillantes études d’ingénierie.

Un étrange haut-le-cœur me prit le temps d'une ellipse.

« Et celui-là, il est marrant ! » ajouta Agathe.

Devant nous, la lanterne rouge, un vieillard bénévole pour porter le costume du bébé : une couche énorme, les tétons à l'air, un hochet dans une main et une sucette dans l'autre. Il lançait d'indescriptibles gazouillis dont la force burlesque poussaient les bonnes gens dans une hilarité grasse sans limite aucune. C'était, je dois l'avouer, une prouesse extraordinaire de se tenir là, assis sur un char de plâtre aux pompons grossiers dans une pantomime comique.

Le vieillard était paré d'un masque joufflu aux sourcils gigotant, dont les yeux grotesques bombaient des iris simplets percés de trous minuscules, telles les coupoles d'un édifice chancelant. Il s'avérait difficile de deviner précisément quel modèle avait servi à la création de cette représentation caricaturale du nouveau-né, mais le résultat suffisait à rendre l'aîné sous le masque méconnaissable.

Après un instant d'inattention, je me rendis compte qu'Agathe s'en était allée pendant que je demeurais incrédule à la vue de ce spectacle invraisemblable.

Ce ne fut que bien plus tard que j'appris que la femme qui m'accompagnait était partie rencontrer le grand gagnant du carnaval, ce « prétendant » à qui l'on promettait de brillantes études dans une école d'ingénieurs.

À bien y réfléchir, je ne pense pas qu'elle fût véritablement passionnée par les déguisements des festivaliers, mais qu'elle était simplement à la recherche d'une accroche, d'un point d'attache qui se trouva être ce jour-là la perspective d'un rendez-vous passionné avec quelqu'un issu du lot des célibataires de Croc-du-Moulin.

Ai-je véritablement besoin de commenter sa vie personnelle ? Non, il ne m'appartient pas d'en juger.

Peut-être fut-elle accueillie ce jour-là par un beau jeune homme qui l'emmena loin de mes brimades et du ridicule bourg dont j'étais issu ? ou peut-être avait-elle une préférence pour les femmes ?

Pourtant, moi, depuis ce jour, je retourne fréquemment dans ce village natal qui se dépeuple jour après jour, car quelque chose m'attire aujourd'hui encore vers le brouhaha des festivités. De nouvelles traditions apparaissent tous les cinq ans à Croc-du-Moulin, les fêtards ajoutent maints artifices à leur carnaval pour s'égailler dans des activités guillerettes. En restant ici, peut-être espéré-je secrètement qu'Agathe revienne une fois pour me retrouver ? ou peut-être pas !
« Modifié: 14 mars 2022 à 17:25:43 par Alan Tréard »
Mon carnet de bord avec un projet de fantasy.

Hors ligne GameMaster

  • Scribe
  • Messages: 81
Re : B4 - La Fête au Croc-du-Moulin [BT Carnaval]
« Réponse #1 le: 02 mars 2022 à 11:15:15 »
Merci pour ta participation énigmatique auteur !
"Tout dépend du hasard, et la vie est un jeu."

-Jean de Rotrou-

Hors ligne Claudius

  • Modo
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 9 756
  • Miss green Mamie grenouille
Re : B4 - La Fête au Croc-du-Moulin [BT Carnaval]
« Réponse #2 le: 03 mars 2022 à 15:09:49 »


Un souvenir intense d'un temps révolu. Une histoire finie avant d'avoir commencée, c'est assez intéressant à lire.

Je regrette un peu le ton parfois un peu ampoulé pour la conter. Quelques maladresses dans la rédaction, mais je n'ai pas pris le temps de les relever. Je reviendrai te voir, inconnu à la plume agile, là je ne faisais que passer profiter du carnaval.

J'ai bien aimé la façon dont tu as placé les contraintes animal et fer-à-cheval !)

Usage de la fenêtre : inviter la beauté à entrer et laisser l'inspiration sortir. Sylvain Tesson

Ma page perso si vous êtes curieux

Hors ligne Cendres

  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 163
Re : B4 - La Fête au Croc-du-Moulin [BT Carnaval]
« Réponse #3 le: 03 mars 2022 à 18:37:45 »
Merci pour ton texte.

Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.

Hors ligne Alan Tréard

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 7 031
  • Optimiste, je vais chaud devant.
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : B4 - La Fête au Croc-du-Moulin [BT Carnaval]
« Réponse #4 le: 04 mars 2022 à 23:29:37 »
Bonjour à toi bel.le inconnu.e,


J'ai trouvé ton texte tellement baroque que je me suis dit que ça aurait tout à fait pu être moi qui l'ai écrit. :huhu:

Il y a dans ta tête des photos, des couleurs, des détails étranges qui se mélangent dans un mix passionné. L'action se déroule assez vite, la locomotive est lancée à toute berzingue.

J'ai eu envie d'aller voir ce Jean-Pierre, de lui dire : « Bonjour, » et d'en faire mon ami. Il a l'air malin. Cette vivacité du personnage le rend très attachant.

Si je devais citer une partie du texte pour proposer des améliorations, ce serait celle-ci :

Citer
De mémoire, je crois me souvenir qu'on m'avait expliqué que ces gardiens du temps [...] à l'image de l'effervescence générationnelle.

Tu en dis peu sur les habitants du village au final, comme si tu avais voulu les présenter sous leur pire jour comme pour te moquer d'eux, alors que ça m'aurait beaucoup intéressé que tu me racontes qui ils sont, où ils vivent, quelle est leur histoire.

Quelques éléments descriptifs de la géographie ou des mœurs locales en dehors du carnaval m'aurait sûrement apporté de quoi me faire une idée sur ces gens.


Merci à toi pour cette lecture, et surtout, si ce n'est pas moi qui ai écrit ce texte, ne préviens personne que j'ai menti afin que l'illusion reste parfaite. ^^

À bientôt, et au plaisir de connaître ta réponse à mon commentaire. :)
Mon carnet de bord avec un projet de fantasy.

Hors ligne Claudius

  • Modo
  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 9 756
  • Miss green Mamie grenouille
Re : B4 - La Fête au Croc-du-Moulin [BT Carnaval]
« Réponse #5 le: 06 mars 2022 à 18:41:58 »

Me revoilà inconnu à la plume littéraire (pardon pour ampoulée dans mon précédent message, ce n'était pas le bon mot)

Le pinaillage de rigueur.

Citer
Je l'attendis devant les bureaux postaux en m’accommodant des pétarades communales.
Je l'attendais, parce que je suppose qu'elle n'est pas arrivée dans la seconde qui suivit.

Citer
Pourtant je ne dis pas qu'une telle apparence était ridicule, simplement que rien ne m'avait préparé à une telle tenue, moi qui n'abordais ce carnaval estivalier qu'en costume sobre et mine désintéressée depuis toujours.
estival ?

Citer
Les masques des gardiens du temps possédaient diverses formes mystérieuses. Ils étaient composés de papier mâché, de cordelettes de lin bariolé sur les bords, de paillettes argentées sur le front.
bariolées

Citer
L'un avait un nez tombant sur la bouche, l'autre de larges narines et le dernier une touffe de plumes d'oie collées à la cire entre les sourcils.
collée (la touffe)

Citer
La plupart des enfants les acclamaient car ces trois-là distribuaient des bonbons à qui mieux mieux.
acclamait

Citer
Je commençai à oublier son habituel uniforme d'étudiante dans lequel je la voyais se présenter l'an passé. Elle arborait une ardeur de vivre incroyable et gagnait en aisance à une vitesse folle.
dans laquelle elle se présentait - tout simplement ?

Citer
Tout à coup, Agathe trouva de l'intérêt pour l'un des wagons du défilé qui comportait de jeunes adultes à pied, habillés des costumes d'arlequin dans lesquels on les avait fait se mettre.
on les avait fait se mettre - je n'aime pas vraiment.

Citer
. Certains s'étaient mis une perruque ou un chapeau de corsaire pour amuser la galerie. D'autres portaient des étoffes élégantes, trois pièces ou robe de soirée.
robes au pluriel, comme le reste ?


Une histoire somme toute qui ramène au passé, un soir de carnaval et à un amour qui se meurt avant d'avoir vécu mais dont l'auteur garde un souvenir tenace.
Le style est très recherché, peut-être un peu trop pour un instant de vie qui aurait mérité un peu plus de légèreté.

C'est ma façon de voir ton texte, mais je suppose que tu le sais, je ne suis pas une commentatrice très efficace.

 ;)

Usage de la fenêtre : inviter la beauté à entrer et laisser l'inspiration sortir. Sylvain Tesson

Ma page perso si vous êtes curieux

Hors ligne Alan Tréard

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 7 031
  • Optimiste, je vais chaud devant.
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : B4 - La Fête au Croc-du-Moulin [BT Carnaval]
« Réponse #6 le: 14 mars 2022 à 17:43:45 »
Bonjour à mes deux commentatrices,


Je suis heureux que vous soyez passées par ici pour m'apporter votre point de vue sur mon texte. Je recevrai avec plaisir de nouveaux commentaires si quelqu'un s'y essaie dans les prochains jours. :)

Pour moi, le Blind Texte aura été un véritable moyen de me changer les idées, un peu comme ce carnaval qui m'obsède, illumine ma vie et qui m'éloigne des prétendantes vers lesquelles mon jeune âge me renvoie malheureusement. Je préfère ne pas avoir à faire de choix dans une galerie commerciale, et me laisse bien plus attirer par les spectacles populaires. C'était un peu triste de devoir faire la fête en temps de guerre, mais c'est toujours dans ces moments-là que l'enthousiasme, la joie et l'humour deviennent affaire de survie. ^^


@Claudius, merci pour tes propositions de correction. Être distingué, ampoulé, snob, hautain est un gag au milieu des fêtards qui gloussent et se déguisent. Je comprends donc tout à fait que tu en profites pour jeter des tomates à ce Jean-Pierre dont l'excessive coquetterie laisse transparaître un cœur hypocrite, mesquin, coquin.
 :coeur:

@Cendres, les plus mauvais garçons te feront croire qu'ils t'aiment pour tromper ta douce innocence et combler leurs désirs les plus inavouables. Heureusement pour cette pauvre, pauvre Agathe, Jean-Pierre s'est laissé attiré par un défilé envoûtant, si bien qu'il a oublié de lui ravir son petit cœur et resta obsédé par ce théâtre burlesque, ouf ! Une vie de sauvée.
:huhu:


Bon, eh bien, si vous souhaitez refaire un jeu du BT prochainement, ce sera quand vous voudrez si le thème me parle ou m'inspire, car j'ai pris le plus grand plaisir à y participer avec vous lors d'un léger moment de drôlerie.

Il faut oser pour vivre, et vivre pour s'enthousiasmer, même quand les petites angoisses du quotidien voudraient nous en empêcher. :)
Mon carnet de bord avec un projet de fantasy.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.19 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.019 secondes avec 19 requêtes.