Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

16 avril 2024 à 21:37:28
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Textes courts (Modérateur: Claudius) » Celle qui parlait comme entre parenthèses V2

Auteur Sujet: Celle qui parlait comme entre parenthèses V2  (Lu 10679 fois)

Hors ligne Elk

  • Chaton Messager
  • Palimpseste Astral
  • Messages: 2 660
Re : Celle qui parlait comme entre parenthèses
« Réponse #15 le: 18 février 2016 à 21:09:11 »
Salut Milla !

Chouette texte ! J'aime toujours beaucoup ton style, et là il se double d'une ambiance qui me plaît bien, où on ne sait pas trop sur quel pied danser : est-ce qu'il faut rire (j'ai ri plusieurs fois ^^) ? avoir peur ? est-ce que c'est absurde ou est-ce que tout a une explication et une interprétation précise, ou est-ce que c'est quelque part entre les deux ?
Tu t'inquiétais que ce soit froid et pas très immersif, je n'ai pas trouvé. Peut-être un peu au début, ensuite je trouve que l'équilibre est juste entre le côté flou et onirique, et des personnages consistants malgré tout.

Je suis un peu frustrée par la fin quand même (fin au sens large, les derniers paragraphes) : pas forcément parce que je voudrais que tu nous expliques tout, mais parce que tu nous donnes un peu des deux. Tout en nous laissant interpréter le texte, tu donnes des pistes d'explications assez "rationnelles" (le passé de Laureline, Alice et sa grande sœur) que tu n'explores pas plus que ça. Bon, ok, quatre lignes plus haut je disais que ça me plaisait bien ^^, mais finalement j'ai l'impression qu'il y a une interprétation à tout ça qui t'es sûrement personnelle et du coup j'aimerais bien savoir :mrgreen: (pareil, j'ai saisi l'allusion au pays des merveilles mais je ne sais pas trop comment l'interpréter, mais peut-être que je me casse trop la tête).
Tout ça pour dire que je ne sais pas trop quoi penser de cette fin, je vais peut-être laisser reposer quelques jours ^^.

Les remarques au fil du texte :
Citer
Elle parlait comme entre parenthèses, d’un ton sans ton, sans accent, sans roulement, sans bruit vraiment.
On ne sait pas trop ce que ça veut dire mais ça sonne :coeur:

Citer
une oscillation légère qui entrechoquait les petites ampoules dans un claquement doux
Pour moi, "claquement" ce n'est pas très musical (mais euh j'ai l'impression que c'est très subjectif)

Citer
— C’est quoi cet endroit ? demandai-je à nouveau en me penchant pour bien écouter ce qu’elle répondrait.
Silence. Du moins rien d’autre que la toile sonore qui habillait déjà le lieu. Comme je m’étais approchée, j’observai la fillette de plus près.
Ici je trouve qu'on manque un peu de détails sur la narratrice (elle demande, elle s'approche). On ne sait pas vraiment comment elle parle, comment elle se déplace (est-ce qu'elle a un vrai corps ?), ce qu'elle pense/ressent vis-à-vis de la fille.

Citer
On aurait dit une parenthèse tombée à l’horizontale, comme sa façon de parler
C'est vrai que tu as déjà parlé de parenthèses, mais la comparaison est peut-être un peu raccourcie ? (sinon je trouve l'idée super, la fille avec une bouche en parenthèse qui parle comme entre parenthèses)

Citer
C’est une forêt d’idée
D'idée ou d'idées ?

Citer
La gamine s’était levée et approchée de moi sans que j’y prenne garde. J’allais l’interroger, mais son regard me glaça. Des yeux perçants, furieux même. Vivants, au moins. Rien à voir avec ses lèvres parenthèses par lesquelles le son sortait en sourdine.
Là par exemple je trouve qu'on est beaucoup plus dedans ! Le mystère est bien installé, on commence à se demander si cette petite ne serait pas un poil flippante...

Citer
— Ne te fie pas aux apparences, me dit-elle, tu te tromperais.
Bim, avec ça on est bien avancés ! (j'ironise mais je trouve cette réplique très bien placée ;))

Citer
Merci de me mettre à l’aise…
Ça fait une répétition de petits points(...) Je pense qu'avec un point ça passerait aussi bien, voire ce serait plus percutant.

Citer
Elles me donnent envie de mourir un peu
Je ne trouve pas cette phrase super naturelle

Citer
La fillette me transperça de son regard – en avais-je déjà vu d’aussi intenses
Regard + pluriel derrière, ça ne colle pas.

Citer
connaitre
Accent circonflexe ou orthographe réformée ? :mrgreen:

Citer
et ses larmes coulèrent comme torrent
C'était volontaire d'enlever le "un" ? C'est un peu étonnant...

Citer
ses bras se déroulèrent alors qu’ils enserraient sa poitrine, se tendirent jusqu’à son arbrisseau d’idées
Je ne suis pas sûre de très bien visualiser ^^.

Citer
un éclat clair qui claqua dans l’air
:coeur:

Citer
— Les autres en seul lot, ça n’existe pas, n’est-ce pas ?
Je n'ai pas compris

Citer
On entendait à tort et à travers
Pas sûre que "à tort et à travers" soit approprié  :\?

Citer
Le métal de leurs branches et de leur mât
Il me semble que leurs mâts passe au pluriel aussi.


C'est toujours un plaisir de lire tes textes, merci pour le partage ! Et hâte que tu nous proposes la version audio ;)

Edit : j'ai survolé les autres commentaires
- moi j'aime bien le "comme" dans le titre
- j'aime bien aussi le "merci de me mettre mal à l'aise", ça fait partie des quelques remarques semi-cyniques qui m'ont fait rire
- je ne me permettrai pas de trancher sur l'équilibre entre la nébuleuse et l'explication - c'est clairement compliqué pour tout le monde :D
« Modifié: 18 février 2016 à 21:14:23 par Elk »

Hors ligne Milora

  • Trou Noir d'Encre
  • Messages: 11 001
  • Championne de fautes de frappe
Re : Celle qui parlait comme entre parenthèses
« Réponse #16 le: 20 février 2016 à 13:19:12 »
Citer
Sa voix se fondit dans le cliquetis des feuilles – enfin si on pouvait appeler ça des feuilles. Elle parlait comme entre parenthèses, d’un ton sans ton, sans accent, sans roulement, sans bruit vraiment. À cause de tout cela, je n’avais pas compris sa réponse et pourtant j’aurais bien voulu. L’inquiétude ne me gagnait pas, mais je ressentais tout de même le léger malaise qui s’impose dans l’air dès qu’un mystère s’y trouve aussi.
Elle est cool cette entrée en matière, elle capte, elle happe ! :)

Citer
de ces mâts métalliques où trônaient des ampoules.
jolie tournure ! ¤.¤

Citer
Le gris de ses yeux me frappa parce qu’on devinait le bleu derrière sans pourtant en voir un soupçon,
Alors là par contre, j'arrive pas du tout à visualiser :/

Citer
On aurait dit une parenthèse tombée à l’horizontale, comme sa façon de parler.
:coeur:

Citer
— C’est une forêt d’idée, dit-elle au bout d’un long moment.
:coeur:
(mais idées, non ?)

Citer
J’ai failli lui demander comment elle faisait
Bug de temps ? Sinon je comprends pas pourquoi un passé-composé ici, alors que tout le reste est au passé-simple...

Citer
Sûre que sa voix était superbe si on enlevait les parenthèses.
:coeur:
(Par contre, j'aurais mis "sûr" : il me semble que c'est sous-entendu "il est sûr que" et pas "je suis sûre que", non ?  :\? )

Citer
Laureline cligna des yeux et le soleil déclina. Nous pûmes bientôt le regarder en face, grosse boule rouge en train de se faire avaler par l’horizon.
Joli !

Citer
des ombres aux contours flous dégoulinaient des pieds des réverbères.
Joli aussi :)

Citer
Parce que le sérieux n’est qu’une illusion qu’on s’impose, songeai-je, alors que le rire s’impose par-dessus les illusions.
:coeur:


Wouaaaaah  :coeur: :coeur: :coeur: :coeur:
Méga coup de coeur pour ton texte, Milla ! J'ai beaucoup, beaucoup, beaucoup aimé ! Ça faisait longtemps que j'avais flashé sur un texte comme ça, sur le forum  :coeur:
Tu nous plonges dans cette ambiance onirique à double lecture, bizarre et personnelle, qui n'est ni tout à fait rassurante ni tout à fait inquiétante, avec de super jolies images et un personnage de fillette tout à fait intrigant. J'aime autant le fond que la forme de ton texte  :coeur:

Citation de: JigoKu
Alors déjà le titre ne colle pas trop à ce texte
Je suis pas trop d'accord : le titre m'a donné envie de lire le texte et je trouve qu'il résume bien son étrangeté et sa poésie :)

Le seul truc que j'aurais à redire, c'est :
Citation de: pehache
Déjà, c'est nickel au niveau maîtrise de la langue et, ça, c'est tjs cool.
J'ai trouvé l'ensemble intéressant mais stylistiquement trop alambiqué. Tu me semble hésiter entre plusieurs schémas d'écriture. Ps-Imp., mais figures de l'oralité; qques tournures un peu lourdes. En gros, je crois que ça gagnerait à être plus ramassé, plus concis, plus direct. Avec moins d'explications.
Par contre je rejoins partiellement l'avis de pehache. Je ne l'ai pas trouvé stylistiquement trop alambiqué (j'ai bien aimé tes envolées poétiques, au contraire), mais c'est vrai que j'ai trouvé un léger flottement au cours du texte : c'est pas toujours au même degré de poésie. Parfois on est dans un récit plus terre à terre et l'ambiance poétique/onirique s'estompe un peu, légèrement. (Je ne pourrais pas isoler un passage précis pour l'illustrer, mais c'est surtout vers le dialogue du milieu avec Laureline, ou lors de l'explosion)
En gros, en l'état, je trouve que le texte est très bien, mais peut-être qu'en lissant un tout petit peu plus certains passages, il serait encore mieux.


Mais j'ai vraiment beaucoup aimé, le fond, la forme, l'ambiance, l'idée, les tournures, les impressions qu'il laisse. La fin ne m'a pas semblé si opaque, pour ma part ! Ça va me laisser rêveuse pour la journée, je crois.

Merci pour cette très très jolie lecture, Milla !  :coeur:
« Modifié: 20 février 2016 à 13:22:18 par Milora »
Il ne faut jamais remettre à demain ce que tu peux faire après-demain.

Hors ligne Milla

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 171
  • Linotte éparpillée
    • mon site
Re : Celle qui parlait comme entre parenthèses
« Réponse #17 le: 21 février 2016 à 21:53:31 »
Ooooh ! trop merci Milo et Elk pour vos commentaires  :coeur: :-[ :coeur: :-[

ça va pas être simple de tout croiser mais j'y travaille !  :D
(je détaille pas, mais je suis d'accord avec la plupart des soucis relevés par un peu tous, et oui ya un gros bug sur les temps, je sais pas pourquoi j'ai foutu du passé composé de temps en temps :\?)

Hors ligne Loïc

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 8 795
  • Prout
Re : Celle qui parlait comme entre parenthèses
« Réponse #18 le: 22 février 2016 à 14:17:57 »
Citer
– son timbre restait cependant celui d’un fantôme.

Pas convaincu par l'incise. Elle alourdit la phrase et son apport me semble limité.

Citer
Si certains se ressemblaient, une sensation de disparité dominait.

Bof, les mots vont pas ensemble je crois.

Citer
les troncs étaient aussi plus ou moins larges et pas toujours constitués du même métal.

J'aime pas trop le étaient aussi

Citer
Merci de me mettre à l’aise…

je comprends pas ce que la remarque fait là

Citer
Tout un tas de gens bien intentionnés. Des cadeaux qu’on ne peut pas refuser et qui prennent toute la place.

:coeur:

Citer
et j’ai préféré rester sur le même sujet.

Bof

Citer
Voilà que je me mettais presque à parler entre parenthèses moi aussi. Il fallait que je la sorte de là. Que je me sorte de là.

:coeur:

Citer
De l’herbe verte et haute pour nous picoter les jambes. Et au loin dans la prairie, ma sœur qui nous hélait en nous faisant signe :
— Alice !

Elle tombe bien, cette référence à la fin.
Le texte est intense, dur à suivre parfois. Belle écriture, comme d'habitude, même si je me suis fait éjecter du texte à plusieurs reprises par des phrases qui collaient pas trop (celles que j'ai signalées en haut). Du coup je pense que certains passages mériteraient d'être retravaillés un peu, avec des formulations qui vont mieux, mais sinon c'était une belle lecture.

J'adore le titre aussi.
"We think you're dumb and we hate you too"
Alestorm

"Les Grandes Histoires sont celles que l'on a déjà entendues et que l'on n'aspire qu'à réentendre.
Celles dans lesquelles on peut entrer à tout moment et s'installer à son aise."
Arundhati Roy

Hors ligne ZagZag

  • Ex Zagreos
  • Chaton Messager
  • Palimpseste Astral
  • Messages: 3 403
  • Octogorneau à gros cheveux
    • Ma page perso
Re : Celle qui parlait comme entre parenthèses
« Réponse #19 le: 23 février 2016 à 15:43:50 »
Yo !
 Juste deux phrases qui m'ont chiffonné :
Citer
Chaude, mais pas une couleur chaude agréable.
La formulation ne me plaît pas trop. Un peu maladroite peut-être.

Citer
Je me demandai depuis quand le vent s’était levé.
Idem.

J'ai vécu ce texte un peu comme un voyage, dans ton monde, dans ton imaginaire. Ça m'a vraiment transporté, c'était à la fois très contemplatif et plein d'action. C'était très étrange. Tu nous plonge vraiment dans l'atmosphère un peu brumeuse et automnale du texte, enfin c'est comme ça que je l'ai vécu. On la voit la forêt de lampadaires, on la sent, et on a envie d'y être, même si c'est inquiétant.
Ce que tu cherche à exprimer à travers ce texte l'est parfaitement bien, c'est très étrange, un peu candide et optimiste, mais on en a besoin parfois.
Tu écris vraiment bien, ton maniement des mots et de la langue est juste génial, tu as cette capacité à trouver le mot et l'expression juste à chaque phrase. Vraiment bravo et merci pour ce brin de rêve.
aucun : les artichauts n'ont aucun rapport avec le Père Noël. Ce ne sont pas des cadeaux et on ne peut pas faire de Père Noël en artichaut.

Hors ligne Rémi

  • ex RémiDeLille
  • Modo
  • Trou Noir d'Encre
  • Messages: 10 134
Re : Celle qui parlait comme entre parenthèses
« Réponse #20 le: 23 février 2016 à 20:56:26 »
Yo !

Citer
Ces tiges rigides se laissaient faiblement mouvoir par le vent, une oscillation légère qui entrechoquait les petites ampoules dans un claquement doux.
"une oscillation légère" reprend quoi : les tiges ? non ; le vent ? non plus...
Perso, je tique sur cet effet.

Citer
je m’aperçus qu’ils étaient éclairés,
pour moi, si le lampadaire est éclairé, c'est par quelque chose d'autre, sinon il est allumé

Citer
Les ampoules aussi étaient de toutes les tailles, certaines fois abondantes, d’autres parcimonieuses.
si les ampoules sont parcimonieuses, c'est qu'elles font preuve de parcimonie. ça marche pas pour moi

Citer
J’ai failli lui demander comment elle faisait pour entendre mes pensées, toutefois elle avait l’air vraiment mal et j’ai préféré rester sur le même sujet.
pourquoi passé composé ici ?

Citer
Merci de me mettre à l’aise…
Bizarre cette familiarité et ce petit coup d'humour

Citer
Laureline avait repris un peu consistance à mon grand soulagement.
avait un peu repris (nan ?)

Citer
comme leur couleur chaude qui n’était que froideur et glauque.
glauque est un adj, non ?

Citer
et ses larmes coulèrent comme torrent.
"comme torrent" me fait bizarre

Citer
— Les autres en seul lot, ça n’existe pas, n’est-ce pas ? me demanda Laureline. On peut en rencontrer de toutes sortes ?

"les autres en seul lot", je comprends l'idée, mais c'est vraiment pas naturel comme formulation


Bon, j'attendais que tu aies fait les modifs avant de lire... mais j'ai craqué !
J'ai bien aimé, l'idée est chouette, le déroulement et la progression sont réussis et certaines trouvailles poétiques sont chouettes. À l'inverse, certains effets de style sont un peu lourds (mais ça c'est une question de goût).

Donc, j'attends la V2 pour te faire un com' détaillé si tu veux.
Biz'
RdL
Le paysage de mes jours semble se composer, comme les régions de montagne, de matériaux divers entassés pêle-mêle. J'y rencontre ma nature, déjà composite, formée en parties égales d'instinct et de culture. Çà et là, affleurent les granits de l'inévitable ; partout les éboulements du hasard. M.Your.

Hors ligne Milla

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 171
  • Linotte éparpillée
    • mon site
Re : Celle qui parlait comme entre parenthèses
« Réponse #21 le: 24 février 2016 à 19:19:19 »
:aah:
en fait j'essaye de finir un autre texte à temps pour le mout et du coup je trouve pas le temps de me coller sur la correc de celui-ci !

et entre temps vous êtes trop adorables de me le commenter !!!  :coeur:

merci beaucoup donc, Loïc, Rémi et Zagréos !

même si certains trucs divergent, il ya quand même des trucs communs qui ressortent de tous les comm, et je vais me pencher tout bientôt sur mes formulation alambiquées bancales à la noix.

J'hésite un peu pour les remarques un peu humoristiques détachées qui partagent les avis... je vais voir !

merciiiiiiiiiii !  :coeur:

Milla

Hors ligne Miromensil

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 584
  • Mon nu mental
    • Mimerions
Re : Celle qui parlait comme entre parenthèses
« Réponse #22 le: 13 mars 2016 à 10:24:06 »
Gibet et défi lecture (combo). Je ne sais pas si les autres ont relevé, mais j'ai noté ceci :

Citer
C’est une forêt d’idée, dit-elle au bout d’un long moment.
une foret... idées, donc

Citer
Silence. Du moins rien d’autre que la toile sonore qui habillait déjà le lieu.
:coeur:

Citer
Laureline, elle est belle cette forêt. (...)
— Je la trouve laide cette forêt (...)
La répétition de la structure de phrase m'a un peu gênée

Citer
Elle cligna des paupières et les réverbères flashèrent deux fois, comme des phares qu’elle aurait allumés.
:coeur:

Citer
Je serai entre l’horizon et toi, et tu feras l’inverse pour moi, pour qu’on ne le voie pas tout entier.
:coeur:

Citer
Et puis la parenthèse de ses lèvres s’était inversée.
vraiment bien trouvé/très belle idée !

Ce dimanche est l'occasion pour moi de découvrir ce texte qui me fait de l'oeil depuis un moment. Mon avis ne sera pas constructif  :huhu: Millaa j'adore ton univers, sincèrement ! Il n'est pas seulement beau visuellement, il est intense quant au fond, dans ce que tu proposes. C'est fantastique/onirique/(très légèrement steampunk) mais il fait réfléchir, questionne. Je le verrais tellement bien illustré, avec des illu un peu atypiques, à la Benjamin Lacombe.

Merci, ça fait plaisir  :mafio:

Hors ligne Milla

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 171
  • Linotte éparpillée
    • mon site
Re : Celle qui parlait comme entre parenthèses
« Réponse #23 le: 13 mars 2016 à 11:07:22 »
Oh Miro !  :coeur: :coeur:

Benjamin Lacombe !  :coeur: :coeur: :coeur: J'adooore la mélodie des tuyaux et généalogie d'une sorcière (et mes enfants aussi  :D)

ton commentaire est vraiment super gentil, merci  :-[

là j'ai des trucs à finir en urgence, mais c'est le premier truc que je ferai après, reprendre ce texte et faire la lecture audio !

merci beaucoup de ton passage !

Hors ligne Miromensil

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 584
  • Mon nu mental
    • Mimerions
Re : Celle qui parlait comme entre parenthèses
« Réponse #24 le: 13 mars 2016 à 14:49:45 »
Citer
Benjamin Lacombe !  :coeur: :coeur: :coeur: J'adooore la mélodie des tuyaux et généalogie d'une sorcière (et mes enfants aussi  :D)
Voui, moi j'ai lu "Les contes macabres" qu'il a illustrés !

Et pas de souci prends ton temps  :huhu:

Hors ligne Milla

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 171
  • Linotte éparpillée
    • mon site
Re : Celle qui parlait comme entre parenthèses V2
« Réponse #25 le: 21 mars 2016 à 15:56:55 »
Yop !

J'ai changé le premier post pour y mettre une V2 \o/
Le fond et l'histoire n'ont pas changé, par contre j'espère avoir pas mal allégé la forme. J'ai suivi la plupart de vos conseils et je crois que c'est tout de même un peu mieux !  :)

Merci encore de votre aide !

Du coup je suis bien sûr preneuse d'avis sur cette V2 et je vais commencer à voir si une version audio sur la musique dont je parle dans le premier post est jouable...

Milla


Hors ligne Spes

  • Calliopéen
  • Messages: 595
Re : Celle qui parlait comme entre parenthèses V2
« Réponse #26 le: 21 mars 2016 à 21:17:04 »
Coucou Milla,

J'ai trouvé que c'était un texte bien écrit, avec un style propre et efficace, et qui porte beaucoup de poésie. Il y a beaucoup de jolis passages.
De façon générale, je garde une impression agréable de la lecture. ^^

Je te livre mes commentaires au fil de ma lecture :

Citer
je n’avais pas compris sa réponse et pourtant j’aurais bien voulu.
Virgule ?

Citer
Et puis, dans cette sorte de clairière dont le diamètre faisait à peine trois fois ma taille, il y avait un banc avec la gamine assise dessus.
Je visualise vraiment une clairière toute petite (parce que a priori j'imagine que c'est un humain qui parle), du coup j'imagine le banc vraiment tout collé contre la narratrice

Citer
Du moins rien d’autre que la toile sonore qui habillait déjà le lieu.
Virgule ?

Citer
Le gris de ses yeux me frappa parce qu’on devinait le bleu derrière sans pourtant en voir un soupçon, la même certitude qu’on a lorsqu’on songe à la vraie couleur du ciel caché derrière les nuages de septembre.
Joli ^^ (manque une virgule, amha)

Citer
Un frisson me parcourut. Je m’éloignai pour me balader entre les réverbères.
Je ne comprends pas ce que fait la narratrice ^^ Pourquoi est-elle là ? Que fait-elle ?

Citer
Qu’est-ce que je faisais là ?
:mrgreen:

Citer
Puis je remarquai une plaque vissée en haut du mat principal,
Virgule ?

Citer
— Ce sont donc tes idées ?
Comment fait-elle directement le lien lampadaire = idée ?

Citer
Son corps était tout pâle et menu. Maintenant qu’on était
Répétition ^^ (et verbes faibles)

Citer
Sa tristesse me touchait et puis j’avais tout un tas de certitudes qui se bousculaient dans mon esprit de façon étrange.
Virgule ?

Citer
Autour, les lampes diffusaient leur halo presque totalement effacé par la lumière du jour.
Je ne visualise pas bien le ciel ; de quel couleur est-il ? Y a-t-il un soleil, une lune, des nuages ? Je m'étais déjà fait la réflexion plus haut

Citer
Cela ne me parut pas étrange, pas plus que le monde ou que la vie en général en tout cas.
Je me sens toujours un peu perdue  :mrgreen:

Citer
Laureline cligna des yeux et le soleil déclina.
C'est la première fois qu'on parle de soleil, je pense que ça arrive un peu tard dans le texte, ça modifie ma perception du lieu ^^ (je visualisais un ciel nocturne gris très sombre)

Citer
Des branches nous tapotaient plus qu’elles ne nous griffaient sur notre passage,
A quoi ressemblent ces branches ?

Citer
Un fantôme transparent ?
Je la visualise déjà un peu comme ça

Citer
Le début de mon après-midi me revint. Ma sœur ainée et moi, assises dans l’herbe, mon ennui tandis qu’elle se passionnait pour un gros roman assommant. J’avais aperçu un sentier qui s’enfonçait dans la forêt et j’avais décidé de me promener un moment. Impossible toutefois de me rappeler quand les arbres s’étaient changés en lampadaires.
Peut-être sauter une ligne avant et après ce paragraphe, ou bien marquer le changement d'une autre façon ?

Citer
de-ci delà
de-là

Citer
— De toutes sortes, oui. Il y en a qui savent partager sans rien imposer. Il y en a qui t’aident et d’autres qui te perdent. Mais… Tu peux te défendre, tu sais.
J'aime bien ^^

Citer
La fillette m’enveloppa de ses bras, un peu s’accrochant, un peu me portant.
Elle la porte ?  :o J'ai visualisé la narratrice comme une femme adulte tout du long.

Bon courage pour la suite !
« Modifié: 21 mars 2016 à 21:19:08 par Spes »

Hors ligne Milla

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 171
  • Linotte éparpillée
    • mon site
Re : Celle qui parlait comme entre parenthèses V2
« Réponse #27 le: 21 mars 2016 à 21:54:28 »
Merci de ton passage Spes !

J'ai changé "portait" pour "soutenait", le mot était mal choisi !
Pour le reste, tu notes des détails qui manquent effectivement (le fait qu'il fasse jour, mieux donner à cerner la narratrice (une ado plutôt) etc), je me penche dessus demain pour clarifier (et ajouter les virgules manquantes !) :)

Contente que tu aies globalement apprécié et merci beaucoup de tes remarques !

Milla

Hors ligne Tomoyo

  • Calliopéen
  • Messages: 581
Re : Celle qui parlait comme entre parenthèses V2
« Réponse #28 le: 23 mars 2016 à 13:42:58 »
saaalut,

Citer
enfin si on pouvait appeler ça des feuilles.
Virgule après enfin
Je  n’aime pas trop le « si on »  :relou:

Citer
À cause de tout cela, je n’avais pas compris sa réponse et pourtant j’aurais bien voulu.
Pas fan non plus  :huhu:

Citer
qui s’impose dans l’air dès qu’
pareil, je trouve ça lourd  ><

Citer
l’étrangeté du lieu désarmait mes perceptions
ça j’aime bien  :mrgreen:

Citer
sans pourtant en voir un soupçon
je crois que c’est soupçon qui fait que le trouve la formulation étrange  :\?

Citer
du ciel caché derrière les nuages de septembre
mouais, je trouve septembre plutôt ensoleillé  :noange:


Citer
  — Laureline. Ma mère dit que je suis un prolongement d’elle-même, puisqu’elle s’appelle Laure.
Je pense que c’est la phrase à partir de laquelle je suis rentrée dans ton texte  :)

Citer
Leurs couleurs tiraient sur les kakis, gris et marrons,
La couleur marron est invariable

Citer
toutefois une couleur chaude inamicale.
Hm non ça me plait pas, la repet de chaude déjà, et le toutefois je crois aussi  :\?

Citer
Cela m’évoquait des racines, et je leur imaginais des griffes.
Aime bien  ^^

Citer
     Enfin, Laureline s’arrêta. Entre ses pieds, une jeune pousse de réverbère émergeait du sol. Non pas une branche droite attirée par le ciel, mais plutôt une torsade d’une dizaine de lianes, courbes folles portant des diodes luminescentes multicolores.
     — Celle-ci, murmura la fillette, elle est à moi. C’est la seule. Mais elle n’arrive pas à grandir.
J’adore ce passage  ::)

Citer
Mon paysage est plein.
J’aime  :huhu:

Citer
un éclat clair qui claqua dans l’air
:D


En fait le début m’a embêtée  :-\, je le trouve pas aussi fluide que le reste et je sais pas, ça a eu un effet de défiance de lecture, l’immersion a du coup était plus lente. C’est surtout les 3 premières lignes qui clochent pour moi, mais l’impression a duré plus longtemps du coup  |-|.
Ah oui, comme Spes je croyais que tout le début était de nuit donc quand j’ai su qu’il faisait jour ça m’a perturbé  :P
A part ça j’ai vraiment beaucoup aimé ce texte  :), j’aime l’ambiance, j’adore Laureline un peu translucide, des fois je la voyais en méduse un peu, bref je trouve ce personnage vraiment intéressant. La narratrice m’indiffère plus, mais de toute façon il me semble que c’est le fantastique le héro donc ça me gêne pas du tout  :D. L'histoire flirte avec quelque chose de totalement déconstruit mais en même temps c'est plein de sens, du coup le Alice, c'est pour rappeler alice aux pays des merveilles ? enfin je l'ai vu comme ça du coup.
C’était très agréable à lire et ça m’a laissé dans une sorte d’humeur rêveuse donc c’est cool  ::)

Merci pour ce texte :D
Mes goûts sont simples : je me contente de ce qu'il y a de meilleur [Oscar Wilde]

Hors ligne Milla

  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 171
  • Linotte éparpillée
    • mon site
Re : Celle qui parlait comme entre parenthèses V2
« Réponse #29 le: 23 mars 2016 à 15:37:11 »
(tomo) Yo !
 :mrgreen:

merciiii de ton passage, j'ai refait quelques correc du coup.

Pour le "marrons" tu es al deuxième à me le dire mais en fait ici ce n'est pas un adjectif (qui est invariable effectivement) mais un nom commun "les marrons" qui lui se met au pluriel d'après les dicos.

Sinon pour le fait qu'il fasse jour, j'ai rajouté le soleil resplendissant à la fin du premier gros paragraphe, assez près du début, suite à la remarque de Spes. J'arrive pas à le caser plus tôt naturellement  :-\ ça t'a paru si long avant de tomber dessus ?

Citer
C’était très agréable à lire et ça m’a laissé dans une sorte d’humeur rêveuse donc c’est cool  ::)
tu me vois ravie  ^^

bises !

Milla

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.19 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.025 secondes avec 22 requêtes.