Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

16 avril 2024 à 22:52:17
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Textes courts (Modérateur: Claudius) » Le balayeur philosophe

Auteur Sujet: Le balayeur philosophe  (Lu 904 fois)

Hors ligne dc85

  • Scribe
  • Messages: 89
Le balayeur philosophe
« le: 17 novembre 2020 à 09:22:45 »
Le balayeur philosophe
En contemplant le sol de mon salon, je m’interrogeais : d’une part, il était évident qu’un coup de balai ne serait pas superflu, d’autre part j’étais en proie à une crise de paresse dont je voulais pleinement profiter. Je me décidais cependant et tout en m’appliquant à ma tâche, je pensais au nombre de fois que j’avais dû me livrer à cette corvée, et combien de fois je devrai encore m’y livrer. Au moment de ramasser mon petit tas de détritus, avec une certaine fierté je l’avoue, je pensais que la vie n’est qu’une lutte incessante contre le chaos, une lutte dont l’issue ne fait de doute que pour quelques imbéciles, mais qu’il est indispensable de mener jusqu’au bout pour l’honneur de l’humanité. Fort de cette certitude et avec le sentiment du devoir accompli, je retournais terminer ma sieste.

Hors ligne Murex

  • Calliopéen
  • Messages: 584
Re : Le balayeur philosophe
« Réponse #1 le: 17 novembre 2020 à 10:36:30 »
Bonjour dc85, j'aime bien ton petit texte comme bien d'autres de ta plume. J'aime ta façon légère de traiter les petites choses de la vie, d'attacher de l'importance à celles auxquelles d'ordinaire on ne prête attention, J'apprécie ta poésie discrète et pleine d'un humour tendre. 
   Au plaisir de te lire.
      Murex 

Hors ligne Feather

  • Prophète
  • Messages: 925
Re : Le balayeur philosophe
« Réponse #2 le: 17 novembre 2020 à 11:07:48 »
Merci pour cette petite réflexion matinale sur un petit geste ordinaire qui par son insignifiante apparence amène une intention philosophique.
Ceci dit, je n'aurais peut-être pas utilisé "d'une part" et "d'autre part" je trouve cela trop automatique et peu poétique, trop didactique.
J'aurais pris du recul sur l'évènement avant de m'aventurer dans la rédaction du texte, car j'ai également le sentiment que tu as porté davantage ton intention sur la conclusion et perdu de vue par moment la qualité du cheminement de ta pensée.
Mais cette impression reste très personnelle.
Merci pour le partage.
Les larmes sans pleur sont une lanterne.

Hors ligne dc85

  • Scribe
  • Messages: 89
Re : Le balayeur philosophe
« Réponse #3 le: 17 novembre 2020 à 16:11:12 »
Merci à tous les deux pour ces encouragements

@ feather : Ceci dit, je n'aurais peut-être pas utilisé "d'une part" et "d'autre part" je trouve cela trop automatique et peu poétique, trop didactique.
Tu dois avoir raison, c'est surement mon coté scientifique qui réapparait ici, on ne se refait pas. Je vais peut être modifier.
Pour ton autre remarque, je ne sais pas trop, j'ai voulu faire très court

Hors ligne Cendres

  • Comète Versifiante
  • Messages: 4 081
Re : Le balayeur philosophe
« Réponse #4 le: 17 novembre 2020 à 19:06:43 »
Un petit texte sur la question de ramasser ou pas un tas de poussière.
Je ne sais pas si beaucoup de personne réfléchisse autant, car si cette personne l'avait fait directement, elle aurait mis moins de temps ^^

Hors ligne jonathan

  • Calame Supersonique
  • Messages: 1 599
  • Rasta désabusé Calamité Supercaustique
Re : Le balayeur philosophe
« Réponse #5 le: 18 novembre 2020 à 10:57:25 »
Bonjour. Après avoir lu ton texte, j'avoue que je ne considérerai plus le balayage des poils de mon chat avec la même attention. J'ai bien aimé. Merci pour ce partage.
Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur... [Pierre Augustin Caron de Beaumarchais]
Le silence est l'expression la plus parfaite du mépris... [G.B. Shaw]
-----------------------------------------------------------
Blog : http://keulchprod.eklablog.fr/

Hors ligne tenilam

  • Tabellion
  • Messages: 38
    • tenilam.fr
Re : Le balayeur philosophe
« Réponse #6 le: 18 novembre 2020 à 11:06:56 »
Balayer le sol, le mythe de Sisyphe moderne, auquel personne n'échappe  :D
Merci pour ce petit texte
Mon site, avec tous mes récits : tenilam.fr

Hors ligne dc85

  • Scribe
  • Messages: 89
Re : Le balayeur philosophe
« Réponse #7 le: 18 novembre 2020 à 15:09:25 »
Tenilam, tu me rappelles qu'Albert Camus a écrit un essai sur le mythe de Sisyphe dont la conclusion était, autant qu'il m'en souvienne : il faut considérer Sysiphe comme heureux. Ne boudons donc pas notre bonheur et balayons.

Hors ligne Dot Quote

  • Équipe Mammouth - Maquette
  • Comète Versifiante
  • Messages: 5 906
  • 💡
    • frreee
Re : Le balayeur philosophe
« Réponse #8 le: 02 avril 2024 à 21:31:55 »
"Balayer le sol, le mythe de Sisyphe moderne"
tellement...

- j'ai cliqué parce que 1) y'a un délire pertinent entre l'humilité philosophique (qui reste somme toute assez invisible chez ceux qui les écoutent tenter de discerner leur doute éternel de ce qui se vend socialement en termes de certitudes...) et l'humilité du balayeur, 2) parce que Bruce Tout Puissant le film illustre parfaitement ce côté 'personnel d'entretien' que Dieu n'endosse pas aussi aisément que sa grandeur dans sa réputation générale... et que tout ceci me semble un sujet globalement intéressant

- j'ai été touché par le propos sur la flemme, je me suis excusé tant et tant de fois dans ma jeunesse sous cette argument, ajd je le prends un peu moins pédeusement car en psychiatrie ils appellent ça chez moi comme chez d'autres, l'avolition, l'aboulie, l'apragmatisme et autres termes pour qualifier que j'suis une vraie larve incapable de tout effort, de toute mise en action, de toute réalisation d'un quelconque objectif... ce que ton protagoniste a su dépasser, j'ai pas vraiment de jalousie pertinente, mais un peu qmm...

- j'ai pas pu m'empêcher de songer à mes problèmes idéologiques avec la 'civilisation' (que je me définis comme le mouvement qu'implique la sédentarisation : issu de la capacité à se créer un logement, et tout ce que ça implique d'artificiel à partir de ce moment-là), avec mon espèce de slogan personnel sans grosse forme fixe mais tjrs sous la même idée : pas besoin de passer le balai dans une forêt, tu trouveras jamais de la poussière sur une feuille d'arbre ou un rocher libre et fier de l'être ; évidemment j'ai envie de citer dans RRRrrrr le Chabat, lorsque la femme du chef se réveille tout net et se motive : 'j'vais nettoyer la forêt !'... magnifique point d'humour anthropopopopo je trouve !

- je me force un peu pour rebondir sur tes mots après avoir bien senti le sarcasme de l'italique : 'une lutte incessante contre le chaos'... entropie ou néguentropie ? philosophiquement à clarifier je crois, ça doit s'organiser vraiment bizarre cette binarité qui je crois mérite étalement de nuance... mais j'suis pas expert du tout là, j'crois que même en physique quantique ils rament autant qu'en philosophie, mais du coup, gros mystère autour du truc ! chacun son opinion en attendant vérification et surtout, validation, d'une quelconque théorie qui je pense n'existe pas encore... mais ptetr je l'ai pas vu passer, dans le torrent d'infodésinfo de notre monde actuel !

- court format que j'aime particulièrement (honte à moi ils ont aussi des termes pour 'excuser' ce manque de concentration sur du trop gros...), un petit côté aigre doux que faudrait pas y plus faire trop aigre après ça donne des humeurs qui dégénèrent j'crois (combien sont-ils à copier ces notes mais sans forcément y mettre le contenu en cause ? la mode du râlage j'y trouve dangereux, jsp, ce côté autosuffisant qui change le désagrément communiqué en 'tavu jsuis resté poli'... je jette la pierre car ça a longtemps été dans ma croyance d'être habile avec ces tournures, mais j'ai un peu déchanté sur ce qui peut suivre et tolérer ce genre de comportements...)...

- en termes de conjugaison : 'décidai' je crois serait plus adéquat au passé simple qu'à l'imparfait, c't'une action ponctuelle que de décider non ? plus discutable : 'devrai' fonctionne au futur, et en même temps le contexte plutôt réflexif je l'aurais vu mieux signifié par un conditionnel ; 'retournais' je le verrais mieux également au passé simple, idem ça a l'air plutôt d'une action ponctuelle que l'imparfait n'est pas sensé rendre...

- l'ironie philosophique à propos du doute des imbéciles ? je ne sais pas... d'un point de vue pratique pour le sujet, ça fonctionne bien pour responsabiliser les flemmeux de la tache ménagère, mais je crois l'écueil suggéré est dissimulé, celui de la surconfiance que seuls les nombreux non-philosophes se permettent de ne pas remettre en question...

voilou, bon c'est du up atemporel (ou plutôt surfant sur le fait que le temps est sur ce fo un marqueur qui peut se défaire du présent), enfin non, justement, qui s'acte dans le temps (paradoxes de ce genre de termes selon les contextes...), mais pour une fois que j'avais à peu près une réaction à peu près claire dans ma tête, j'ose...

merci
"i don't care if your world is ending today
because i wasn't invited to it anyway
you said i tasted famous, so i drew you a heart
but now i'm not an artist i'm a fucking work of art"

(s)AINT - marilyn manson

En ligne SablOrOr

  • Calligraphe
  • Messages: 127
Re : Le balayeur philosophe
« Réponse #9 le: 03 avril 2024 à 00:01:58 »
Bonsoir, merci d'avoir remonté ce texte Dot Quote, et merci à l'auteur s'il vient encore lire un peu, entre deux coups de balai  :-X
Bon, je suis très frustrée pour ma part, de colibri...car je fais ce que je peux mais je n'ai décidément pas assez de temps... mes belles motivations de nano printanier sont hélas passées sous le tapis, avec quelques grains de misère du type indécisions totales en matière de choix d'autoapprentissages (de saison egalement) :-[
Si l'humeur se tasse, certainement...
Si l'humilité demeure ? Je crois oui...
Si l'humanité perd son honneur, pas mieux, elle se propage encore de toutes façons...
Alors je balaie devant ma porte, et aussi derrière...mais il faut bien avouer qu'à choisir entre cette technique de surface et les charmes profonds d'une sieste ou d'un piti dvd... je ne sais parfois pas mesurer la priorité...ou plutôt,  je ne sais pas si une utilité 'd'amour de la sagesse' monte sur la balance qui pèsera mon âme le jour venu...mais je digresse direz-vous...et c'est peut-être que ma maison n'est pas si sale !
Pourtant je n'habite pas une forêt !
En tous cas, sous les arbres, il y a quand même des mousses, des champignons, des bestioles, des toiles d'araignées...pour gérer la poussière, ils ont leur petit personnel on dirait bien ! Une organisation bien huilée.
Grand bien leur fasse, moi ici, à penser aux nettoyages et aux ravitaillements, je ne sais déjà plus où j'habite...
C'est vrai, il faut faire attention à tout, tout le temps, et ce qui est marqué sur l'étiquette, et où ça a été fait, et où la matière première est vendue, et si ça pique pas les paupières, et si ça nous changerait pas en courge avec des proportions sensiblement mais réellement augmentées...
En plus s'il faut courir après le temps pour ne pas qu'il s'envole avec la balayette, le ménage cela devient d'une absurdité sans nom,  un manège usé au fil de générations entièrement reconditionnées à tous les coins de rue...tout comme ces outillages bruyants dégainés à l'automne par les employés municipaux...
Si si, vous savez ces souffleries ambulantes et outrageuses qui poussent les feuilles d'un tas vers un autre, méprisant l'enfant qui fait ses premiers pas, réveillant le siestant sans scrupule et narguant le moineau qui décare pour ne pas déranger....
Bref, les poussières et le vent c'est frustrant,
Autant dormir un peu.
Bonne nuit et bonnes écritures au plus laborieux...
SOo

"Aimer quelqu'un c'est le lire". Christian Bobin.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.19 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.019 secondes avec 18 requêtes.