Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

16 avril 2024 à 23:12:06
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Messages récents

Messages récents

Pages: [1] 2 3 ... 10
1
Textes courts / vautre de hamster
« Dernier message par Dot Quote le Aujourd'hui à 20:39:57 »
revue de presse 8 - le progrès
#à partir de #pseudosophie #doutes et autres fumeuseries #brasseur de pistes

...entre hors-sujet et pas-sans-lien

vous le connaissez ce hamster motivé dans sa roue, qui se fait emporter...



"tout va de plus en plus vite..."

et on risque de franchir le mur du son ! la métaphore va bien avec cet article sur lequel je me base, pour parler de ce que je soupçonne à un truc difficilement formulable, pour mon esprit ni référencé ni vraiment capable de cerner ce qui me semble être une première dans l'Histoire humaine et que l'exemple pris démontre mieux que d'autres qui le cernent : apparemment le F-35, avion de combat dont l'armée suisse vient tout juste de faire l'acquisition, est déjà obsolète et à mettre à jour ! bèh ouais, ce genre de projets, c'comme les sous-marins pour l'australie et pas mal de projets de création, notamment technologique : ils nécessitent un minimum de temps ; c't'à dire que là, t'as des ingénieurs qu'ont bossé sérieusement sur ce projet d'avion de combat, qu'au bout d'un certain nombre d'années t'as enfin l'engin qui sort de l''usine', et en fait entre temps, la recherche a assez avancé pour que le truc soit déjà dépassé ; ça fout la merde hein ? hui le mur mach est dépassé, la métaphore parle dans ce sens : l'effet du truc est en retard, t'es pas allé plus vite que la musique, non c'est l'inverse, là ton avion que quand tu faisais tes recherches t'étais à la pointe, et le temps de le fabriquer, c'est déjà mort

j'suis pluss paumé dans mon intuition que prévu, parce que je sais pas comment poursuivre ce qui me semble dangereux à notre époque où tout va tellement vite, qu'on arrive pas à suivre la danse ; entre l'espoir des théories de l'ascension, le fait que ça s'emballe et qu'on n'y peut rien, et le fait que c'est dangereux, j'sais ni vraiment cerner le problème ni encore moins, le solutionner ; mais quand on en arrive à l'importance, si glauque soit-elle, d'un avion de combat, là j'pense faut qmm réaliser que la culture du tout-de-suite, du hier-est-nul, du périssable comme jamais on ne l'a humainement vécu, c'est ptetr un peu un truc que faudrait calmer... ok état d'urgence planétaire, ok état d'urgence politique, ok état d'urgence sanitaire, ok état d'urgence de tout un tas de bords de partout ; mais faut qu'on arrête de courrir et vouloir rattraper un truc qui certes nous échappe...

l'idée en moi a germé durant mes cours de graphisme, et j'avoue que ça a bcp influencé mon art notamment littéraire, c'était l'anecdote suivante, cette année où j'apprenais des petits trucs rigolos genre les sourcils de la joconde ou le fait que le léonard qui en était responsable était bcp connu pour sa peinture alors que la petite dizaine de tableaux finis n'était qu'un petit bout de son travail, notamment par rapport aux autres peintres de son époque, mais aussi et ça je le savais depuis tout gamin car il fut mon 'modèle' depuis très tôt, de tous ces autres travaux, notamment ses inventions qui m'ont fait rêver de devenir 'inventeur' avant qu'à l'école on me dise que c'était pas un métier... gaston lagaffe a jamais su me remotiver à ce désenchantememt, mais bref : en cours d'histoire de l'art j'avais noté ce détail : un tableau à l'époque, mécéné en cette époque transitoire des libertés et des pouvoirs, de l'église à la sphère plus privée, eh bien ça demandait du temps, des mois, le type prenait le temps sur un cadre de taille standard, autant de temps à coups de pinceaux précis, patients, alors que les tickets d'ajd pour une commande d'un graphisme quelconque étaient soumis à une pression bcp plus restreinte, quelques semaines au max, quelques jours de date limite, quelques heures de boulot, et paf ; le logo nike il parait fut dessiné comme ça par une dame qui n'en recevra pas les honneurs, mais hors cet exemple, il y avait déjà dans ces cours de graphisme, le reflet de ce qu'on ne peut nier : tout va de plus en plus vite, même la création d'une charte graphique d'identité visuelle qu'un grand groupe commercial paiera pour se renouveller, on est pas dans le même ordre de grandeur du rendement ; en architecture par exemple c'est de ouf : même les stades olympiques c'est pas les décennies d'une cathédrale, d'une pyramide antique...

et moi j'étais tiraillé, car je me souviens ce tableau de peinture d'un élève de la classe supérieure, qui m'avait empli d'admiration par sa qualité, mais que quand j'avais entendu qu'il avait passé 25h dessus, je m'étais dit "ah mais non, moi jamais je me motive à une telle envergure de projet", et tout en redoutant le caractère bâclé que peut subvenir à l'empressement, je me sentais bcp trop flemmeux pour aller aussi lentement ; pis y'avait un peu un mouvement global dans la classe, même un devoir posé avec une dead-line d'un mois, on était la plupart en mode artistes négligents à nous y coller que la veille... ajd j'en vois partout de ces promesses genre une formation validante, une masterclass, un truc qui en trois semaines te garantissent d'acquérir le nécessaire... hmmm ? renifle ! z'êtes sûr on peut autant tout accélérer ? moi-même j'suis contradictoire, mes textes, mes dessins, si j'y passe plus d'une heure c'est que y'a un problème ; et pourtant ne me quitte pas cette réflexion du mur du son dépassé ; ça va trop vite !

psycho-socialement, ça peut donner le vertige ! les clash intergénérationnels le montrent bien je crois, là où ton vieux était dans un mood acceptable et normal, ajd s'il se met pas à jour, ça fout la merde ! même les moins vieux sont dépassés, moi trentenaire que je suis et que s'est laissé dépasser, j'suis déjà out de l'actualité ; les moins de vingt ans de la chanson ne sont pas les mêmes que ceux du millénaire, j'ose pas imaginer ce qu'il y a de différent entre des humains qui sont nés avec des écrans tactiles et ce que je suis un dinosaure sur le concept ! gros gros soupçon pour moi à voir que ça peut jouer sur la décohésion, cette vitesse à laquelle le monde change... et pourtant ! la machine ne s'arrête pas, il faut continuer ! surtout dans le concept antimondialiste qu'est la politique (inter)nationaliste, surtout combinée à la privatisation des marchés par volonté de liberté individuelle au milieu professionnel, car ces deux là mêlés, tant qu'ils sont existants dans les modalités qu'on leur a construit, ne font qu'amplifier la compétition et nous éloignent de ce qui se prendrait intellectuelllement et factuellement, différemment si on élaborait plutôt un système de collaboration... j'ai envie de m'inspirer des problèmes de science, pour les transférer en dehors de leur juridiction des comportements : en mathématiques notamment, en physique énormément, et dans plein de secteurs, on a des objectifs pour lesquels il faut courir, mais le contexte est inverse : on est en dessous du mur du son, et tout ce qui nous est demandé, c'est de la patience et de l'effort, ce qui diverge un peu d'un état d'obsolescence, de péremption : des problèmes qu'on sait qu'ils existent, et que tant qu'on a pas assez planché dessus, bin on peut pas avancer ; on n'est pas débordés par le temps, au contraire, y'a que lui qui traîne pour amener la solution...

mais encore une fois la boussole de mon intuition est fumeuse, incertaine, je tente ici d'y mettre des mots mais y'a rien de très efficace d'un point de vue pragmatique ; tjrs est-il que l'angle de la compétition pour les avions de combat, c'est ce reflet qu'on a analysé pdt la guerre froide et la course aux armements, tant qu'on est là, à devoir aller le plus vite possible pour devancer 'l'ennemi', bin au bout d'un moment on dépasse le mur du son, et l'effet c'est qu'à vouloir courir trop vite on se casse la gueule sur le tapis de fitness réglé à 50km/h, pendant qu'en sciences au contraire ils attendent que le tapis avance d'un cran suivant afin de pouvoir faire un pas de plus...

mais peut-on si facilement transférer les modalités de différents secteurs d'influence ? ralentir le tapis de course de la techno est-ce faisable, et pourquoi pas ptetr accélérer celui de certains domaines de la recherche fondamentale ? en tous cas, là pour le f-35, à peine livré comme promis, faut reprévoir cinq ans d'attente supplémentaire pour qu'il soit à jour, avec le nombre de billets que ça va demander... ça devient absurde, non ? et pas dans le sens rigolo rassurant ou positif qu'on peut parfois associer à ce terme qui désigne le non-sens...

2
Textes courts / Re : Stupide Éternité
« Dernier message par Basic le Aujourd'hui à 18:06:06 »
Bonjour,

Il se trouve que True Duc a très bien exprimé ma pensée sur ce texte. Des trouvailles étonnantes détonantes dans le choix des mots, des associations. Assez opaque aussi pour moi.
Je te suggère juste de mentionner ou de prévenir dans le titre, style " explicite", ce qui est une sorte de précaution pour ce type de texte un peu violent.
B
3
Textes courts / Re : Le courroux du gourou
« Dernier message par Basic le Aujourd'hui à 17:40:17 »
Pas de problème pour les circonflexes mais entre ceux qui sont nouvelle ortho, ceux qui sont ancienne ortho, ceux qui sont entre deux... Je ne sais plus quoi signaler. Et je ne crois pas que les circonflexes soient une bonne unité pour mesurer si on sait ou ne sait pas écrire


B
4
Poésie / Re : Une parenthèse d'amour particulière
« Dernier message par Marie Laure le Aujourd'hui à 17:38:33 »
Merci à tous. Vos mots me touchent. Heuhh Mélomane, je n'écris pas toujours sur l'amour. ::) :-¬?
5
Poésie / Vivre à ma manière
« Dernier message par Odelyne le Aujourd'hui à 16:40:51 »
Je sais parfaitement que je n'ai plus vingt ans
Mais au fond de mon être, l'éternelle jeunesse
Espère rêve encor d'envies et sentiments
Malgré que s'insinue la voie de la vieillesse

Les cheveux en hiver mais le cœur en été,
Quand je chante l'automne, j'ai l'âme printanière,
Cela fait bien longtemps, que j'ai abandonné
Là, naturellement, pour vivre à ma manière.

Je sais parfaitement que je n'ai plus vingt ans
Mais lorsque je l'ai vu marchant sur l'esplanade
J'ai cru voir apparaître le beau prince charmant
Que mon tambourineur a battu la chamade.

Profitant de l'instant, en passant devant moi
J'ai croisé son regard, m'a offert un sourire
Le bonheur souverain, livra tout son émoi
Pour la première fois, je me laissais séduire

De cet instant troublant, j'en garde souvenir
Sentiments éphémères, tendres platoniques
Le monde me semblait s'ouvrir au doux plaisir
D'échanges silencieux, généreux, romantiques.

Les cheveux en hiver mais le cœur en été,
Quand je chante l'automne, j'ai l'âme printanière,
Cela fait bien longtemps, qu'enfin j'ai décidé
Alors,tout simplement, de vivre à ma manière.
6
Textes courts / Re : Le courroux du gourou
« Dernier message par Delnatja le Aujourd'hui à 15:33:39 »
Bonjour tout le monde, merci pour vos commentaires.
Basic, merci pour ta relecture attentive, je vais faire les corrections nécessaires.
Je vais aussi retravailler certains passages qui posent problèmes.
En ce qui concerne des circonflexes, c'est juste que je ne sais pas bien écrire.
Belle journée tout le monde.
7
Textes courts / Re : Stupide Éternité
« Dernier message par True Duc le Aujourd'hui à 15:29:00 »
Bonjour Manon Lilith,

J'aime les auteurs qui prennent des risques, qui expérimentent donc j'aime me balader dans les écrits surréalistes et poétiques. Mais, souvent, il faut bien le dire, l'opacité fait que l'on ressort soit un peu sonné, soit un peu perdu.

Ton texte m'a fait ce double effet. Il est compliqué d'en faire une critique. Je vais seulement me risquer à pointer les j'aime/j'aime pas.

J'aime :

- "Echo de camion-poubelle" => réveil sonore brutal, bien vu
- "Foutue morsure...âtre-foie"=> des flashs "kaléidoscopiques d'une soirée ..fauvesque.
-Les appels incessants des démarchages téléphoniques et cette critique de la société qui en découle
-Je n'espérais plus, car l'aube me violait pour la énième fois… => j'aime l'image. Une nouvelle journée qui commence, les morsures de la nuit encore douloureuses.

J'aime Pas :

- "..une queue me violerait même pas en sortie de galère..." => Pas compris
- le dernier paragraphe qui parlent des grattes-papiers auraient pu être plus travaillé, plus compréhensif, moins anarchiste.(mais le gratte-ronderche, ça me plaît ce néologisme !)

Bon, voilà, je n'ai pas tout compris. De ce court texte pessimiste, nihiliste, tu aurais la possibilité éventuellement de le développer (ou pas, mais comme je ne sais pas ce que tu veux sur ce texte, je me me permets cette proposition). Pour qu'il soit plus facile d'y poser nos yeux de lecteur, dans cette obscure opacité.

Merci pour cette parenthèse de lecture.
8
L'Aire de jeux / Re : Défi micropoésie (jeu)
« Dernier message par Beglous le Aujourd'hui à 14:21:19 »
Vaines sont-elles si souvent
ces promesses à nos enfants
quand le toit du monde s'effondre.

prochain mot : évènement
9
Poésie / Dans les cendres, un parfum.
« Dernier message par Maxence le Aujourd'hui à 13:26:55 »
Dans les cendres, un parfum.

Dans l'arôme d'un aube naissant,
Si le zéphyr n'a qu'un amour,
Je l'ai captée.
Je suis un coussin d'air.

Sous le gazouillis d'un duo de mésanges bleues,
Au sein de la substance de l'aurore,
Mes oreilles ont ouï la symphonie,
Avant que mon bas-ventre ne s'élève
Pour épouser les éclats du plumetis.
Après l'heure coutumière,
Ma chambre s'assied pour lire
Comme elle se recouche pour s'évader.
Le lit, à la hauteur des nues,
Retient une sphère ensorcelée
Dotée de deux latitudes.
L'une entonne la même mélodie,
Celle des inventaires languissants;
L'autre pose son téléphone portable sur un piédestal
Où elle pourra le saisir sans le toucher.
De la source à la cime, la rose chemine,
Et l'arboriste explore la canopée.
Minuit,
Les pensées s'évanouissent,
La brume se lève,
Et l'insomnie est le seul gîte.
Vous plongez dans le néant,
En une minute, elle vous le rappelle.
Vous refermez les mains à la recherche de l'inconnu,
Vous effarez les heures,
Vous luttez contre tout
De l'enfer au crépuscule.
La curiosité m'anime,
Et la rose m'inonde.
Une évidente poudre d'étoile,
Songe.
Tu subsistes peut-être,
Ou peut-être pas.
Elle me composera un poème
Où elle se cultivera avec tendresse
Dans l'allégresse d'une récolte
Sous l'assaut d'une tempête,
À la chaleur d'un rayon intrépide
Au pétale le plus exquis,
Où l'esprit s'égarera des jours durant
Dans les réminiscences vibrantes.

Dans les cendres de la beauté,
Si l'amour n'a qu'une fleur,
Je l'ai cultivée.
Je suis son horticulteur.

10
Poésie / Re : Panne sur la page
« Dernier message par Béatrice M le Aujourd'hui à 13:06:25 »
Bonjour LOF
oui ce poème est superbe il m'a ravie, bravo, douce journée bisous
Pages: [1] 2 3 ... 10

Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.19 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.016 secondes avec 15 requêtes.