Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

19 mai 2024 à 09:34:05
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Textes courts (Modérateur: Claudius) » Inertie

Auteur Sujet: Inertie  (Lu 662 fois)

Hors ligne SablOrOr

  • Calligraphe
  • Messages: 138
Re : Inertie
« Réponse #15 le: 12 avril 2024 à 16:34:12 »
Bonjour LOF,
Encore plus grand merci à toi pour la bouffée d'éloges qui me touche en profondeur en te lisant (surtout venant d'une poétesse contemporaine).
Du coup, comme je suis assez influençable et fragile (si, sur certains côtés ;-)...je retire ce que j'ai dit plus haut et ne la fermerai pas sur la solitude cruelle, ne me tairai pas sur la vieillesse décrépissante, ne ferai plus silence sur mes lourdeurs assassines même si mon syndrome de l'imposteur me dit de me jeter du haut d'un écrit sans espoir en ayant veillé à ce que la corde soit bien nouée...(le terrible)...
Je repars ainsi, sautillant d'une plume pour rebondir plus loin sur l'estomac de ma faim...
Bien beau week-end de lecture en perspective àtous ! (Pour moi il se passera au salon du livre parisien;-)
La bise obscure  :P
SOo
« Modifié: 13 avril 2024 à 21:14:02 par SablOrOr »
"Aimer quelqu'un c'est le lire". Christian Bobin.

Hors ligne True Duc

  • Calliopéen
  • Messages: 472
Re : Inertie
« Réponse #16 le: 13 avril 2024 à 20:00:09 »
Percutant !!!
J'aime ce style.

A te relire,
« Tu veux t'asseoir sur le trône ? Faudra t'asseoir sur mes genoux.»(Elie Yaffa)

Hors ligne Safrande

  • Troubadour
  • Messages: 357
Re : Inertie
« Réponse #17 le: 14 avril 2024 à 01:41:24 »
Comme promis la suite  ;D

Citer
est pour introduire le fait que la narratrice est inspirée par le monde réel et notamment par une personne âgée.
Oké je vois, perso j'aurais pas deviné si tu ne me l'avais pas dis - après peut-être que y'a que moi qui n'est pas fut fut, mais ça te va qu'il y ait une partie du texte qui soit un peu nébuleuse ? Tu trouvait peut-être pas assez poétique le fait d'expliciter que le texte porte sur les personnes âgées dont tu t'occupes - ou t'occupais ?

Citer
"procrastination " est une maladresse, cela ne me convient pas non plus. La narratrice devrait chercher un vocabulaire plus littéraire ! En a-t-elle les moyens ? Je persiste à dire que la lourde sensation ressentie ne contraste pas avec "je n'ai plus d'âme "...quand on approche ou atteint l'état du burn out. L'idée étant aussi de marquer l'écart entre l'arrivée et le départ.  On vient avec envie, on nous secoue, on repart sans âme.
Ah non procrastination est un mot absolument littéraire, tous les dicos me le disent  ;D Mais je trouve justement qu'il a un côté trop savant peut-être, et en même temps, paradoxalement, il est utilisé à foisons de nos jour, à la moindre occasion, comme commencent à l'être des barbaries comme "ultracrépidarianisme". Et c'est vrai que dans mon inconscient aussi, la "procrastination" est une espèce de synonyme de "petit branleur", ou de "flemmard", c'est un truc sans trop de conséquence, genre juste faut se bouger un peu plus les fesses quoi, c'est peut-être pour ça que j'évoquait le contraste que je lui trouvais avec "je n'ai plus d'âme", là beaucoup plus dramatique, et qui évoque une sensation de vide assez vertigineuse, une perte de personnalité, une indifférence à l'égard d'à peu près tout ce qui t'entoures. Et là c'est vrai que je ne comprenait pas trop nom plus : "arriver" où dans l'entrain, "repartir" d'où avec la procrastination ? Mais bon perso c'est pas du tout des choses qui me gênes de pas tout comprendre, je te le note juste au cas où que ce soit un truc qui te tienne à cœur. Et c'est vrai que du coup avec cet éclairage (que je sache qu'on parle d'un milieu de travail etc), je trouve que "repartir avec la procrastination" (repartir avec la "tendance à remettre au lendemain") n'est pas très évident, pour moi le "entrain" juste avant appelle une espèce d'antonyme juste après. Enfin bref !

Citer
Toutes les sonorités de [foi] sont pour l'insistance et l'impuissance qui l'accompagne.
Oui je comprends mais t'inquiète, c'est vraiment une affaire de goût ces choses là...

Citer
Le passage appuyé sur la "cruauté douloureuse", oui il est insistant (encore...pfff), hyperbolique, relou...ajoutons un brin d'impuissance à ce dégoût longtemps refoulé ou le contraire.
Là c'est pareil c'est une affaire de goût, c'était juste une remarque d'un allergique de l'emphase, qui est une qualité comme une autre !

Citer
J'admets, je redonde et j'implicite beaucoup trop dans l'ensemble...toutefois l'animalité peut ainsi être entrevue, j'aime que tu l'ais lue. C'est le début de la compassion, au cœur d'une nausée vertigineuse.
Je suis pas sûr que ce soit le fait que tu implicites et redondes qui m'a fait entrevoir l'animalité, je pense que c'est plutôt l'évolution ou plutôt la dégradation du champs lexical, comme s'il tombait en ruine à mesure du texte - on commence avec "âme", "procrastination", "foi", puis ça change en "gober", "pores", "cruauté", "digéré" (ça devient plus corporel), puis "bave", "gerber", des insultes, etc.

Citer
"le violon" est un cliché détourné ici car il concerne la souffrance d'un objet immonde et non la veuve et l'orphelin
Oui je voit, je crois que j'avais à peu près compris, mais ça ne m'enlève pas l'impression que c'est un peu fastidieux, surtout à cause de la construction de la phrase (on-croit-pleurer-pour-alors-que-c'est-pour, je trouve que ça a moins d'élégance et de concision que le reste, ça manque de respiration pour moi).

Citer
Le "contraire de l'independance" (le vous-savez-qui), c'est pour imiter Barbara quand elle dit " je ne sais pas dire je t'aime"
Je vois... Chanson française j'y connais rien  :D

Citer
mais que vient foudre ici le "libre arbitre" me disais-tu...en effet, je me demande bien ce qu'une notion philo a voulu entreprendre ou impliciter dans ce petit écrit sans sucre et sans espoir ! A l'avenir, je l'emploierai avec parcimonie.
Déjà je trouve que "libre arbitre" a tout à fait sa place dans ton texte, je disais que ça aurait été cool peut-être de développer plus personnellement cette notion ou plutôt cette "sensation" (c'est assez charnel le libre arbitre), et en plus je ne trouve pas ton texte "sans sucre", sa vivacité (qui contraste d'ailleurs avec le sujet) est "plaisant" à suivre.

Citer
"s'envolent" en purées remplacera "en fumées " pour plus de candeur.
Ca colle bien avec l'esprit meurtri et malgré tout enfantin de la narratrice  ;D

Et pour le reste, on en a déjà parlé  ;D
À la prochaine !



Il regardait le verre non à sa portée d'une façon de reproche.

Hors ligne Lune

  • Calligraphe
  • Messages: 138
    • Conquête de l'espace
Re : Re : Inertie
« Réponse #18 le: 15 avril 2024 à 19:52:36 »
Merci pour ton texte qui, si j'ai bien compris, parle de la vieillesse.
Tu décris la vieillesse comme un naufrage, ce qui  n'est pas faux je crois, mais avant, on est jeune, on grandit... C'est a la fin de notre vie que tout cela se produit.

En fin de vie, on en a tellement marre de tout, qu'on accepte de mourir.
Dormir.

Juste texte SablOrOr.
Bravo et Merci  ;)
« Modifié: 15 avril 2024 à 19:54:37 par Lune »
Ecoute le vent, il chante
Ecoute le silence, il parle
Ecoute ton coeur, il sait
Proverbe Amérindien

Hors ligne SablOrOr

  • Calligraphe
  • Messages: 138
Re : Inertie
« Réponse #19 le: 16 avril 2024 à 09:10:39 »
Coucou les lecteurs !
 :huhu: Touchée et surprise de votre intérêt fidèle…
Safrande,
Merci de ta gentille attention à vouloir me faire progresser et écrire ici (je rencontre en effet des difficultés particulières à gérer temps, travail, lectures, hygiène (  :o ) et passions, d’où mes lenteurs pour répondre).
J’ai cherché des synonymes et peut-être que les mots ‘ajournement, atermoiement, report’ auraient sonné plus doux et moins contrastes pour remplacer ‘procrastination’….m’enfin, j’ai pas encore modifié (repousserais-je une échéance ?))
Dans ce magma peut pensé (il faut bien l’avouer à un moment)), la cruauté que ressent la narratrice fait écho à ce qu’elle décrit, comme quand l’espace propose du vide autour des violentes novas et des abyssaux trous noirs…tu vois le vertige ?
Peut-être reprendrai-je aussi ce texte pour l’allonger un peu et développer cet aspect ‘libre-arbitre’…je ne sais pas si j’en aurais la force (manques aussi de soleil, de musique, de joie profonde…pour m’y mettre), en tous cas tes remarques m’en donne l’envie.
Lune,
Oui, la fin de vie n’est pas belle à voir ni à entendre…c’est peut-être pour cela que beaucoup meurent seuls ? Est-ce le manque d’espoir qui mène à l’acceptation totale ?
Merci pour ton appréciation en tous cas, cela me fait plaisir que tu vois de la justesse dans mes ‘nébuleux’ débats avec moi-même…
A vite (on peut toujours croire en une certaine vitesse  :-¬? )
 :calin:
SOo
"Aimer quelqu'un c'est le lire". Christian Bobin.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.19 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.017 secondes avec 17 requêtes.