Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

01 février 2023 à 01:18:40
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Textes courts (Modérateur: Claudius) » Calvacanti Production

Auteur Sujet: Calvacanti Production  (Lu 183 fois)

Hors ligne LOF

  • Calliopéen
  • Messages: 415
  • Frappé par le vent
Calvacanti Production
« le: 23 novembre 2022 à 12:13:35 »

                                                                            Calvacanti Production

     L’étudiant habitait dans une mansarde, sous les toits d’un immeuble boulevard Pereire. Chaque jour il passait devant la porte de M. Calvacanti au deuxième étage. Sur la porte en bois verni, une plaque de cuivre indiquait « Calvacanti Production ».
     Plusieurs fois l’étudiant avait croisé M. Calvacanti, dans l’escalier, sortant de chez lui. C’était un homme de corpulence massive, aux cheveux argentés ondulant, toujours en costume trois pièces. L’étudiant l’imaginait assis derrière un immense bureau, mâchouillant des cigares, un verre de bourbon à la main.
     Parfois aussi il rencontrait, devant la porte en bois verni, une femme élégante, un peu sévère, longiligne, en talons aiguilles et jupe serrée. Il en concluait que c’était Mme Calvacanti.
    L’étudiant grimpait jusqu’à son dernier étage. Dans sa mansarde, il pensait souvent avant de s’endormir à l’appartement de M. Calvacanti.

*
   
     Un matin, ouvrant sa boîte aux lettres, l’étudiant découvrit une enveloppe blanche, sans rien écrit dessus. Dedans sur un carton bristol, en encre violette, on pouvait lire « Je vous attends ce soir à huit heures ». Le carton était à l’effigie de Calvacanti Production.
     La journée parût interminable à l’étudiant.
     Dans son placard, il ne trouva pas un vêtement satisfaisant pour honorer ce rendez-vous.
     C’était un jour de novembre, quand les feuilles de platane recouvrent les trottoirs.

*

     Il sonna à la porte. Au troisième coup de sonnette seulement quelqu’un lui ouvrit. Un employé de maison l’introduisit dans un petit salon de style chinois. Un Bouddha en bronze  était posé sur la cheminée.
     L’étudiant resserra les lacets de ses baskets.

*

     Elle entra dans le salon.
     Elle le pria de le suivre.
     Ils arrivèrent dans une vaste pièce sombre.
     Elle lui présenta un fauteuil, il s’assit.
     Elle en fit de même dans le fauteuil en face, réajustant les pans de sa jupe.
     Mme Calvacanti s’adressait à l’étudiant avec beaucoup de déférence. Ses phrases étaient longues et sa voix profonde. M. Calvacanti était en réunion et il ne tarderait pas.
     Elle fixait le jean élimé de l’étudiant et son sourire découvrait de larges dents.

*

     Il répondait poliment aux questions de Mme Calvacanti. Il dut parler un peu de ses études et de sa mère âgée qui vivait seule en province. Malgré l’ombre de la pièce il devinait des rangées de livres qui montaient jusqu’en haut des murs. Le fauteuil où il était assis était en vieux cuir patiné. Les bruits de la rue parvenaient faiblement car les rideaux épais étaient fermés. Une lumière diffuse éclairait par moment l’imposant chignon choucroute de Mme Calvacanti. Ses jambes croisées ne faisaient pas oublier la pénombre. L’étudiant entendit soudain dans le couloir une voix masculine. La porte s’ouvrit.

*

     Le tournage commencera dans huit jours.
     Oui.
     Dans la forêt de Meudon.
     Oui.
     Après on ira en Grèce.
     En Grèce ?
     A Naoussa. Vous aimez la fava ?
     Je ne sais pas.
     On en mangera beaucoup… à cause des sponsors…
     Ah !
     C’est un film policier. Vous devrez vous couper les cheveux.
     Bien sûr.
     Pour les conditions et la paperasse voyez avec madame.
     Il désigna la femme au chignon choucroute en jupe serrée.

*

     L’étudiant dans sa mansarde regardait longuement le velux.
     La nuit était noire.
     Il revoyait M. Calvacanti derrière son bureau. La Grèce, la fava, la forêt de Meudon, c’étaient des mots. Mais l’étudiant avait signé un contrat que la femme au chignon lui avait tendu. Il y avait dessus un numéro à quatre chiffres. Une somme.
     Quand M. Calvacanti s’était levé, l’étudiant vit qu’il était vêtu d’une somptueuse robe de chambre d’intérieur. Dessous il semblait nu. « On se reverra mon ami » dit-il en écrasant la main de l’étudiant dans son énorme poigne. Un parfum de musc passa rapidement.
     Quelques feuilles mortes dehors étaient restées accrochées au velux. De l’autre côté de la cloison les paroles d’une dispute rompaient le silence. C’était l’habituel couple qui se chamaillait toutes les nuits.
     L’étudiant se demandait à quoi il ressemblerait, les cheveux coupés, sur la plage de Naoussa.
Lof

Hors ligne Alan Tréard

  • Vortex Intertextuel
  • Messages: 7 031
  • Optimiste, je vais chaud devant.
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Calvacanti Production
« Réponse #1 le: 23 novembre 2022 à 13:35:16 »
Bonjour LOF,


Je vois que tu as fait un gros effort de présentation pour ce texte avec un fil narratif très linéaire qui nous permet de cerner une situation dans son ensemble.

Tu abordes explicitement la thématique du fantasme, celui auquel on croit sans défaillir, et qui nous amène à entreprendre sans réfléchir un voyage inconsidéré. Après tout, n'est-ce pas cela la foi : Suivre sans réfléchir ? Telle une hypnose, le fantasme s'accroche à nos humeurs et les entraîne sur une pente servile. On est obsédé par ces personnages hors du commun... Pendant longtemps le cinéma a été nourri par cette thématique du fantasme : la propagande, la starisation, le pouvoir psychologique de l'image, le lavage de cerveau, l’envoûtement, etc.

Un siècle ! Ça fait un siècle maintenant que le cinéma s'est nourri de ce mythe fondateur d'une image aux pouvoirs surnaturels.


Que tu abordes cette thématique en revenant cent ans en arrière sur une thématique éculée ne me dérange pas particulièrement dans le sens où tu pourrais en faire une œuvre d'histoire, une sorte de bilan ou de souvenir de ce qu'ont été les années folles. En revanche, comme tu te maintiens dans un format très stéréotypé avec des clichés en pagaille, sans jamais apporter la moindre réflexion sur la thématique du fantasme ni jamais chercher à la critiquer, je trouve que le rendu final manque de courage.

Le courage, ce ne serait pas nécessairement celui de remettre en question une croyance populaire dont le siècle passé s'est nourri, car les croyances ont leur liberté la plus spécifique. Croire ou ne pas croire, qu'importe ! n'est-ce pas ? Cependant le courage dont je parle serait celui d'imaginer les rouages du mythe au-delà des poncifs répétés. Faire un pas en dehors du fantasme, cela ne le rendrait pas nécessairement caduc, mais permettrait de lui apporter une originalité singulière, un peu de toi, de ta personnalité, de ton art...

Toutes les excuses du monde ne valent pas une belle trouvaille stylistique ! Et j'ai trouvé que ton texte manquait de cette recherche stylistique que tu sembles vouloir mener depuis des semaines maintenant, comme si tu serais prêt à abandonner cette recherche créative au profit d'un fantasme rassurant.

Quel dommage !


J'espère que ma critique – car c'est bien une critique que je fais là ! – sera un repère émancipateur pour toi, une raison d'aller au-delà de tes certitudes rassurantes, de façon à construire un quelque chose de nouveau qui s'émancipe des valeurs refuges trop éculées ou simplistes.

Bon courage à toi pour la suite de tes progressions sur le Monde de l'écriture, et au plaisir d'avoir pu t'apporter quelques encouragements positifs. :)
Mon carnet de bord avec un projet de fantasy.

Hors ligne LOF

  • Calliopéen
  • Messages: 415
  • Frappé par le vent
Re : Calvacanti Production
« Réponse #2 le: 23 novembre 2022 à 15:30:45 »
 Merci Alan pour ton commentaire très détaillé.
 Il est vrai que ce texte évoque un fantasme comme tu le dis, mais mon intention n'était pas de le commenter,
 de l'analyser, de le questionner.
 Mon idée était de rester au ras, me maintenir à l'extérieur, et d'observer, relater le minimum.
 Quant au style, surtout le moins d'effet possible, pas d'acrobatie.
 Bien sûr il y a des clichés, des poncifs. C'est là la faiblesse de cette écriture.
 Presque un procès verbal, celui d'un fantasme cependant.
 Je creuse toujours ce sillon en ce moment, à suivre donc pour moi.
  Ta lecture patiente m'apporte beaucoup pour ce chantier...
Lof

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.19 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.017 secondes avec 17 requêtes.