Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

04 février 2023 à 19:13:40
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.


Le Monde de L'Écriture » Messages récents

Messages récents

Pages: 1 [2] 3 4 ... 10
11
Discussions / Re : Organiser un voyage
« Dernier message par flag le Aujourd'hui à 14:40:49 »
Bonjour, Earth son  :)
La Hongrie, ce n'est pas un pays frontalier avec l'Ukraine ?  :vaurien: Bon je sors  :facepalm:
12
Blind Texte / Re : BT14 - Tom ! Mon Pote..Tom [Blind Texte Hiver 2023]
« Dernier message par Beglous le Aujourd'hui à 13:52:12 »
Texte à blagues qui regorge de jeux de mots et de mordant.
La phrase d’accroche donne le ton : une longue phrase qui fourmille d’improbables détails qui n’auront plus aucune sorte d’importance par la suite. Dans ce registre, ce texte fait selon moi trop de surenchère. J’ai accroché au récit quand il raconte quelque chose, par exemple ici quand est introduit la collection du couple, et que j’ai eu le sentiment de rentrer dans un sujet. Autrement je me suis sentie ballottée d’une blague à une autre. Toujours vouloir faire drôle et trouver la façon la plus improbable de décrire quelque chose c’est épuisant. En tant que lectrice j’ai besoin de reprendre mon souffle et d’avoir des repères.
13
Textes courts / Re : Boubouroche
« Dernier message par Champdefaye le Aujourd'hui à 13:25:31 »
Merci Stevius A pour ta lecture et ton commentaire.
Pour ce qui est de Renard Blier, il s'agissait d'une coquille que je viens de corriger. Grand merci pour le signalement.
B.Blier, dans son aspect physique, n'avait certes rien d'un renard, généralement squelettique et, dans la littérature, supposément malin, retors et séducteur. Dans ce rôle de Boubouroche, Blier incarne tout le contraire.
Mais il était capable de jouer n'importe quel rôle et pas seulement les cocus inconscients ou heureux de l'être. Sa voix en particulier, avec son incroyable diction — il pouvait parler très vite sans qu'on perdre un seul mot — lui permettait à volonté d'être fielleux, malin, retors...
14
Poésie / Re : Je vous aime chers parents
« Dernier message par LOF le Aujourd'hui à 13:24:20 »
 
 Merci Vincent, de préciser que c'est une commande.
 Je comprends mieux.
15
Poésie / Re : J'ai un oiseau pour ami
« Dernier message par Michael Sherwood le Aujourd'hui à 13:21:26 »
Hello LOF!

Très agréable à lire par le rythme, et en même temps très étrange pour le sujet.
On a l'impression qu'une explosion atomique a ravagé la terre.
Ce qui, vu la situation avec la Russie et la Chine, est peut-être prémonitoire !

Bonne journée  8) !
16
Poésie / Les îles ! Les îles !
« Dernier message par Michael Sherwood le Aujourd'hui à 13:02:08 »
Désolé, vous n'êtes pas autorisé à afficher le contenu du spoiler.




Les îles ! Les îles !

Les îles de l’Océan Indien,
Des plus grandes aux plus petites,
Madagascar, Nosy bé,
La Réunion, Maurice,
Les Comores, Anjouan, Mayotte,
Zanzibar, Pemba, Mafia,
Lamu, Pate, Siwa au Kenya,
Et toutes les îles des Seychelles,
Silhouette, Praslin et Mahé la plus belle.

Je rêve de retourner sur vos rivages,
De sentir le sable blanc ou noir sous mes pieds,
De plonger dans vos eaux turquoise,
De me promener sous les frondes des palmiers,
Tout le long de vos désertes plages,
D'escalader vos pitons et rochers,
D’explorer vos lagons et vos mangroves
De retrouver l'esprit de ma jeunesse,
La découverte, la conquête des sommets.

Je veux affronter vos pluies intenses,
Vos cyclones, vos tempêtes tropicales.
Les flots débordant des radiers, des ravines,
Arrachant les roches, emportant les arbres,
Avalant les cases, détruisant les ponts.
Subir les vents rugissants de la nuit.
Puis au matin, retrouver le brillant soleil,
Pour parcourir vos plages jonchées de débris,
Noix de coco, débris de coraux, de palmes.

Le soleil brillera de nouveau,
Sur les îles de ma jeunesse,
Mes îles bénies si bien-aimées !




Isles!

Isles, oh islands of the Indian Sea,
From biggest to smallest, wild, and free,
Madagascar, Nosy Be, Reunion too,
Mauritius, all these lands I knew,
Comoros, Anjouan, Mayotte,
Zanzibar, Mafia and Pemba,
Lamu, Pate, Siwa of Kenya,
all Seychelles' gems, Silhouette, Praslin, and lovely Mahé,


I dream of walking on your sandy shores anew,
Of diving deep in lagoons that are blue,
Of wandering beneath the palm trees' sway,
Along your lovely beaches, every day.
I long to climb your arduous mountains,
To explore your forests and mangroves bright,
To find the spirit of my youth again,
The wonder, the conquest of each peak high.

I want to brave your tempests and tropical rains,
Your cyclones, your storms with might and pains,
Your floods that wash down from the hills,
Sweeping away rocks and huts at their will.
I want to face the winds that roar at night,
And in the morning, see the bright sun's light,
To roam your beaches strewn with drift and debris,
Of coconut shells, palm leaves and coral from the sea.

On them the sun will shine again,
At their sight my heart will glow,
All the isles of my youth that I love so.

17
Textes courts / Re : La grande armoire
« Dernier message par Jillixn le Aujourd'hui à 12:32:49 »
Bonjour, merci beaucoup, c'est gentil, et oui effectivement, en voilà une grande énigme !  ;D
18
Textes mi-longs / Evanescence (Temps six)
« Dernier message par Guy Lafosse le Aujourd'hui à 12:15:22 »
                                       TEMPS SIX

                            APOGENE CYBERE
                                       
                                      APOGENE
Monsieur, si vous gardiez pour vous vos cyniques médisances,
Je n’aurais pas à vous rappeler la somme de vos insuffisances.
Pensez-vous vraiment qu’utiliser pareils moyens
Suffiront  à tromper la majorité de nos concitoyens ?
                                     
                                       CYBERE
Député, je sais que gagner l’élection sans une optative fusion,
Et, sans accord, aucun équivaut à se bercer d’illusions.
                                   
                                     APOGENE
Ne vous ai-je point  prévenu que fâcheux et malvenu,
Serait de faire campagne en usant de propos disconvenus.
J’ajoute que si en premier le devoir de ma charge préside,
C’est parce qu’en moi  et pas ailleurs que l’honneur réside…
Avant que l’indicible nous oblige à porter le crêpe de deuil,
Laissez-moi dire que je ne m’attendais pas à pareil accueil…

                                     CYBERE
Cher, entendrait-on le message que l’homme sage délivre
Si ce qu’il dit n’était pas dicté par son propre désir de vivre ?
Livrerons-nous bataille aux promoteurs d’idées plates,
Si l’on ne craignait pas que la France se scinde et n’éclate.
Alors, si l’on débâtit, relativise et excuse nos ineptes remous,
Reste que l’électeur attend  autre chose qu’un consensus mou…
Comment voulez-vous que dans l’urne son vote, il dépose ?
Si résolument muettes demeurent les questions qu’il se pose.

                                   APOGENE
Avec pareil raisonnement, ne sachant sur quel pied danser,
Me direz-vous de quelles auges sortent vos folles pensées ?

                                    CYBERE
Votre activité de député ne vous amène-t-il pas à condamner,
Celui qui, pour réussir, se déshonore complote et conspire ?

                                   APOGENE
Résolument d’accord avec votre analyse, peu est de prédire,
Que je suis aise d’accueillir un avis que je ne saurais dédire.
Hélas pour vous, ne voulant vous servir d’accote-pot,
Je n’ai d’autre choix que de nuancer votre propre propos…
Hier, petitement, aujourd’hui, à haute et intelligible voix,
Du bon usage, ne bafouez-vous pas ce que la loi prévoit ?

                                    CYBERE
Monsieur, vous aurai-je rendu grâce d’être venu,
Si ce n’était pas pour satisfaire ce qui était convenu ?
Ce disant, contraint de vous dire plus qu’un simple bonjour,
J’avoue avoir souhaité que désagréable soit votre séjour.

                                     APOGENE
Puisque grande ouverte n’a jamais été votre porte,
Dites-moi à quoi sert cette réunion si rien elle n’apporte ?

                                      CYBERE
Si de mon engagement, vous aviez décidé de faire bon usage,
Je ne serais pas obligé de vous redire ce que j’envisage.
                                       
                                    APOGENE
Convaincu qu’un initient n’est point homme de terrain,
Que ferais-je d’un précepteur qui a mes réformes feront frein ?
D’autant, qu’en matière d’égards, je n’ai eu qu’insolence,
Que, vaniteuse et fielleuse fut votre accueillance,
Ne pouvant agir qu’avec un politique qui vraiment s’engage,
Que ferais-je d’un sans-grade qui ne me donne aucun gage ?
                     
                                    CYBERE
Si vous ne comprenez pas qu’indécent est, de se donner en spectacle,
Je crains que vous n’alliez au-devant d’une retentissante débâcle…

                                   APOGENE
Le candidat que je suis qui, pour le bien de tous se voue,
Se gaussent des filous qui vous louent et qui votent pour vous.
Si le peuple souhaitait que, davantage on vous flatte,
Pensez-vous que je serais celui qui le plus l’on gâte ?

                                    CYBERE
Bien qu’à mon endroit, vous soyez tout, sauf exemplaire
Demain, fait président, je tâcherai de ne point vous déplaire…

                                   APOGENE
Vanité ! Qui, donc, vous peut croire et vous portez estime haute,
Quant à vous-même et à d’autres n’avouez aucune de vos fautes…
                                 
                                    CYBERE
Sacrebleu ! Homme de peu de foi et de grande arrogance,
Où pensez-vous aller avec vos méprisantes manigances ?...
Me joignant à vous, vous élevant au rang de fier Drômois,
Aimable, ne serait-il pas de faire un ou deux pas vers moi ?
 
                                   APOGENE
Malgré vos dits et vos insanes fredaines, une chose est certaine,
Vous n’êtes qu’un laveur de ponts qui jamais ne sera capitaine !
Que puis-je faire avec un Cybère qui ne m’apprécie guère ?
Qui, inconscient et seulabre rêve de faire sa petite guéguerre ?!
Il ne suffit pas de faire le beau, Rosette à la boutonnière
Pour que, bille en tête, je me range sous votre bannière.

N’était en rien responsable de cet inique bras de fer,
Me joindre à vous ne serait-ce pas faire la pire affaire ?

                      CYBERE  (visiblement excédé)
C’est assez, de grâce, cesser ! Vous dépassez la mesure !
Je ne saurai tolérer plus avant pareilles démesures !
Enfin, par échange de plis croquis plans de routes joints,
Avec grand soin, n’ai-je point fait, selon vos besoins ?
Ne voulant différer votre plaisir de revoir votre natal nid,
N’ai-je pas bu votre mépris et vos odieuses calomnies ?
Malgré votre ignoble perfidie et votre goût du proscrit,
Avec ironie, j’en conviens, ne vous ai-je pas écrit
Réécris, par au moins six ou sept plis cachetés et scellés
Qu’en longeant sentes escarpées et chemins bosselés,
Et, en suivant cet itinéraire qui, de vous, est connu,
Même un âne arriverait sans encombre à l’endroit convenu ....

                                        APOGENE
Monsieur, à l’aveu de mon fol espoir de ne vous plus voir,
J’ajoute que grand serait mon plaisir de ne vous plus revoir…
Aussi, sachez que j’excuserais volontiers vos indigents forfaits,
Si, en moi, s’effaçait l’inné désir de ne vous revoir jamais !

                                        CYBERE
Député, pour qui vous prenez-vous pour me parler de la sorte,
Sinon un démagogue véreux qui de fausses nouvelles colportent.
Si, pour l’irréfléchi que vous êtes, la victoire est hors de portée,
C’est parce qu’un crétin assis, au pays, ne peut rien apporter.

                                     APOGENE
Il n’est de plus grands mensonges que celui que l’on fait à soi-même !

                                       GYBERE
Certes, mais que penser et que dire de celui qui fuit les problèmes ?

                                      APOGENE
Monsieur, qui n’a mis les pieds dans des lieux de souffrance
Ne peut comprendre mon désir de «redresser» la France…

                                      CYBERE
Vu que le pays a raison de se tenir debout, puisque bien éparti,
Que puis-je faire d’autre que fuir qui débite pareille ineptie ?
Je ne suis pas de ceux qui, à votre instar voient notre pays bossu …
Monsieur, si la chose fut, les géologues s’en seraient aperçus…
J’ai bien peur que l’inique vésanie qui affecte votre vue,
Ne vous avez contraint  de dire une énième bévue …
Député, à l’instar de vos pairs, sans même forcer le trait,
Avez-vous conscience d’avoir brossé votre propre portrait ?
À suivre…
19
Textes courts / Re : Boubouroche
« Dernier message par Stevius A le Aujourd'hui à 12:00:06 »
Bonjour Champdefaye,
merci pour cette découverte nostalgique.
Tu as écris "Renard Blier" : c'est volontaire ?
20
https://ahp.li/29539fee465da6548d4b.mp3
Musique et chant Michel Bonnassis

Un amour dans nos maisons (Texte chanson) 14 dernier titre

Dans leur deux pièces Ady et Omri
Préparent la grande fête
Des deux familles  réunies
Autour de la belle petite Ève
Omri « Il ne manque rien es-tu heureuse
C'est un jour béni tu es radieuse »
Ady « Notre petite dort bien tranquille
Grâce à elle le soleil brille »

Omri «Après ce temps à se lever
Beaucoup d'ombre et peu de clarté
Je crois qu'on peut dire d'elle shalom
Ou salam Paix entre les hommes »
Ady « Et entre les femmes mon chéri
Que nous soyons en Harmonie
On lui donnera ces autres noms
Selon la sagesse de Salomon

Les parents de Ady arrivent
Et les parent d'Omri qui suivent
Alina « La voilà notre petite Ève
Je veux la chérir dans mes bras
Elle est de nous non pas un rêve
Et je la garde rien que pour moi »
Ady « Mais maman il faut partager
Les parents d'Omri sont inquiets

Ali « Mais non Ady elle me regarde
Elle est l'union de la parade
Omri « Elle s'appelle Shalom et Salam
Et ça pour la paix de nos âmes
Ady « Ce sera ses autres prénoms

Tous en cœur «Merveilleux ces autres prénoms
C'est un amour dans nos maisons

Merveilleux ces autres prénoms
C'est un amour dans nos maisons

C'est un amour dans nos maisons
Pages: 1 [2] 3 4 ... 10

Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.19 | SMF © 2017, Simple Machines | Terms and Policies
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.051 secondes avec 20 requêtes.